Archives par étiquette : Roncayolo

Hommage à Marcel Roncayolo

Portrait de Marcel Roncayolo (c)Bénédicte Sire – 2007

[Marcel Roncayolo est mort le 13 octobre 2018 à l’âge de 92 ans. Son oeuvre a inspiré mon travail de recherche depuis que j’ai eu le grand honneur de le rencontrer, en 1992, puis de poursuivre avec lui tout une série d’échanges professionnels et amicaux. Sa famille m’a demandé d’évoquer son souvenir lors de la cérémonie religieuse qui s’est tenue à l’église de L’Immaculée-Conception à Paris 12e le 17 octobre dernier.

C’est une grande émotion que de prendre la parole ce matin pour évoquer la mémoire et le legs de Marcel Roncayolo, qui fut pour de nombreuses personnes réunies ici non seulement un maître et un conseiller, mais aussi un ami – et cela malgré les différences de statut et d’âge. Celui que nous appelions familièrement « Ronca » était facilement accessible et curieux des travaux de ses collègues et de ses étudiants. J’ai sans doute été l’un de ses derniers élèves. Il prit sa retraite avant que je ne commence ma thèse, qu’il a suivi de loin, avant de me faire l’honneur d’en présider le jury.
Mon regard sur son parcours est donc en partie indirect ; et il porte plutôt sur l’aval de sa carrière. Je n’évoquerai qu’en passant son itinéraire (ENS, EHESS, Nanterre..), les hautes responsabilités qu’il a exercées (direction adjointe de l’ENS, direction de l’IUP), enfin ses distinctions (Prix spécial du jury du Grand prix de l’urbanisme) , même si elles constituent une part essentielle de sa vie. J’essaierai de rendre compte de ce qu’il représentait pour nous à partir de quelques chemins de traverse où nous nous sommes croisés.
En 1992, jeune normalien géographe, je cherchais à faire un stage consacré à des questions d’aménagement près de Martigues, la ville de mon enfance. C’est assez naturellement qu’on m’envoya à Marcel Roncayolo pour solliciter ses conseils. Il me reçut dans son bureau étroit de l’EHESS, pleins de livres et de thèses. Je me souviens de la chaleur de son accueil, de sa simplicité. Il m’adressa à Sophie Bertran de Balanda, urbaniste de la Ville de Martigues, avec qui il avait récemment travaillé dans le jury d’un projet d’urbanisme Lors de ce stage, je découvris que Marcel Roncayolo poursuivait sa réflexion sur la ville, avec un livre inspiré par Sophie Bertran de Balanda en collaboration avec le peintre Jean Charles Blais. Tous deux se livraient à l’exploration du territoire martégal lu comme un palimpseste de peintures colorées et naïves et de vieilles cartes. Lors de diverses rencontres au fil de ce projet, notamment à Marseille dans le quartier des Chartreux, Marcel Roncayolo racontait avec bonhomie ses souvenirs des lieux, tout en m’utilisant comme un témoin et un interprète de la ville sans que je m’en rende compte immédiatement. C’est à la suite de ces rencontres que je suivis son séminaire de l’EHESS, un temps privilégié d’accès à des problématiques nouvelles, croisant regard d’architectes et de sociologues et vision de géographes et d’historiens. Le plus frappant était un style de conversation scientifique très ouverte, laissant souvent la place à l’improvisation au gré des questions et interpellations – une forme de joute verbale que Marcel Roncayolo affectionnait.
Une deuxième ville de rencontre fut Beyrouth : je venais d’y arriver comme coopérant, et Marcel Roncayolo y avait été invité pour une conférence en 1996. Avec ma femme, au bord de cette Méditerranée qui leur évoquait, sur l’autre rive, Marseille, nous guidèrent les époux Roncayolo vers les villes antiques de Sidon et de Tyr, entre les ruines archéologiques et celles, presqu’encore fumantes, du conflit libanais. Ce fut, je crois, leur dernier grand voyage ensemble. Ces moments de découverte partagée établirent entre nous un lien solide, qui s’affermit alors que Beyrouth devint le terrain de ma thèse dont Marcel Roncayolo accueillit l’expression des premiers résultats dans une des dernières sessions de son séminaire de l’EHESS. Mon travail s’est nourri de ses réflexions autour de l’idée que les villes sont toujours en quelque sorte asynchrones à elles-mêmes, qui appellent à l’exploration des temporalités différenciées des idéologies aménageuses, de l’action urbaine, des changements sociaux et de la forme matérielle de la ville.
La troisième ville de rencontre est Lyon – une ville que Marcel Roncayolo a dû très souvent traverser mais qui constitue plutôt un arrière-plan dans son travail ; une ville où j’ai vécu une douzaine d’années après mon retour de Beyrouth. Cela m’avait éloigné de Paris et nos rencontres s’étaient espacées. J’eus vent, sans doute par Sophie Bertran de Balanda, de ce que Marcel Roncayolo cherchait alors à republier son livre L’Imaginaire de Marseille, Port Ville Pôle. Je fis en sorte de rendre cela possible dans une nouvelle collection des Presses de l’ENS de Lyon dénommé la Bibliothèque idéale des sciences sociales. Lors du séminaire de présentation du projet, Marcel Roncayolo, déjà moins en jambes, était visiblement très heureux et impressionna l’auditoire par son enthousiasme et sa vitalité. Cette publication a permis de souligner une dimension parfois mal connue de son œuvre, qui traverse pourtant Les grammaires d’une ville, comme La ville et ses territoires. Elle est un plaidoyer pour une géographie culturelle ouverte aux vents du large, affranchie des rigidités identitaires, qui permet de penser tant l’appartenance aux lieux que les inquiétudes du temps présent.
Je voudrais terminer en revenant sur l’œuvre écrite de Marcel Roncayolo. Elle est aujourd’hui imposante et reconnue, mais elle fut longue à venir, lente à se sédimenter dans ce style dense et subtil qui fait écrire à une collègue sur Twitter ces jours-ci : « le seul géographe qui écrivait vraiment bien » (Anne-Laure Amilhat-Szary). Cette œuvre imposante a d’abord été une œuvre éparse, produite au gré des sollicitations amicales et des rencontres scientifiques. Elle témoigne de son gout pour la discussion et l’échange, ainsi que de son souci d’écrivain perfectionniste, reprenant et affinant sans cesse les phrases et les mots jusqu’à trouver l’expression juste. Mais ces œuvres longtemps retenues (La Ville et ses territoires, Les Grammaires d’une ville, Lectures de villes…) ont fait date et nourri plusieurs générations de jeunes chercheurs et chercheuses, et en particulier celles qui ont commencé leurs recherches dans les années 1990. Je suis frappé en tout cas ces jours-ci du nombre de mes contemporains invoquant sur les réseaux sociaux la mémoire de Marcel Roncayolo et surtout soulignant son influence, des historiens, des géographes, des sociologues, des architectes, des urbanistes, en France et au-delà de nos frontières.
Aujourd’hui, la tristesse de son départ ne doit pas masquer le souvenir de son accueil souriant, ni les suggestions stimulantes que nous laisse son approche des villes. Qu’il repose en paix.

En complément

Brun Jacques, Burgel Guy et Ozouf-Marignier Marie-Vic, « Marcel Roncayolo, éclaireur de la ville »,. Libération.fr.  18/10/2018,  Adresse : https://www.liberation.fr/debats/2018/10/18/marcel-roncayolo-eclaireur-de-la-ville_1686276.

Rof Gilles, « La mort du géographe Marcel Roncayolo, ». Le Monde. 17/10/2018 Adresse : https://www.lemonde.fr/disparitions/article/2018/10/17/la-mort-du-geographe-marcel-roncayolo_5370855_3382.html.

Hommage de Boris Grésillon à Marcel Roncayolo (sur ce carnet)

D’autres billets évoquant Marcel Roncayolo sur ce carnet.

Boris Grésillon et moi nous entretenant avec Marcel Roncayolo en mars 2013. L’entretien a été publié dans Rives Méditerranéennes. Photo de Sophie Bertran de Balanda.

En attendant le Roncayolo

Roncayolo-a-sa-table-de-travail1

(c) Sophie Bertran de Balanda

La réédition de L’Imaginaire de Marseille de Roncayolo a pris un certain retard, comme d’ailleurs l’ensemble de la collection Bibliothèque idéale des Sciences sociales, dont plusieurs volumes sont pourtant prêts. Monde tristement indécis et irresponsable de l’édition universitaire… Dans cette affaire, nous aurons raté le moment Marseille 2013, pourtant idéal pour cette réédition.

Pour les plus pressés, qui n’ont pour seule échappatoire que de retrouver le livre dans une bibliothèque (voir ici pour les BU), on peut toutefois renvoyer à l’enregistrement de la séance du 10 décembre 2012 consacrée à cet ouvrage (sur Liens Socio). Marcel Roncayolo répond à mon intervention introductive et aux questions des participants au séminaire. J’en profite pour mettre en ligne mon texte introductif à cette réédition espérée (« L’Imaginaire de Marseille, une géographie culturelle méconnue »). Continuer la lecture