Article mis en avant

[Parution] L’Atlas des mondes urbains

Malgré le reconfinement, j’ai le grand plaisir d’annoncer la parution de l’Atlas des mondes urbains, aux Presses de Sciences Po. Il s’agit du deuxième opus de cette collection entamée par l’Atlas de l’Anthropocène. Bien que les librairies soient d’un accès plus difficiles ces temps-ci, vous le trouverez dans les meilleures d’entre elles, en particulier à Le Genre Urbain, à Paris Belleville, qui m’y avait invité (partie remise j’espère) ou à Lyon, Terre des Livres, et bien d’autres, dont la Librairie de Sciences Po. Presque partout, il est possible de commander en ligne et de récupérer sur place (click and collect), parfois même avec une ristourne, ou de se faire livrer. 

J’invite les lecteurs à découvrir ci-dessous un aperçu de ce très beau travail cartographique, et j’en profite pour saluer le talent de mes co-auteurs Thomas Ansard, Benoit Martin, Patrice Mitrano, Antoine Rio de l’Atelier Cartographie de Sciences Po. Le processus de conception des planches, par un aller-retour entre un thème, des données et des représentations a été très enrichissant et stimulant. J’adresse mes très chaleureux remerciements à Julie Gazier et Laurence de Belizal, respectivement directrice des Presses et éditrice en charge de l’Atlas. Les échanges préalables sur la structure de l’ouvrage, puis le travail sur l’écriture, les titres et tous les détails de la mise en page (due à Alain Chevalier) ont fait de ce projet éditorial le plus plaisant et le plus collégial auquel il m’a été donné de participer. Continuer la lecture

Parution de Un miroir libanais des sciences sociales avec un chapitre sur Les études urbaines au Liban

J’ai le plaisir d’annoncer la parution de ce livre dirigé par Candice Raymond, Myriam Catusse et Sari Hanafi, qui comprend le chapitre que j’ai rédigé sur “Les études urbaines au Liban”. Ce chapitre est une version raccourcie et améliorée de mon working paper L’émergence des études urbaines au Liban. Engagements critiques locaux et mondialisation des pratiques académiques, paru en 2019.

Ce texte sera prochainement en libre accès. En attendant ne pas hésiter à m’en demander la version PDF. On trouvera sur le site de l’éditeur toutes les informations sur la diffusion de l’ouvrage ainsi que l’introduction de cet ouvrage, qui précise le projet intellectuel, les composantes, et les principaux enseignements.

Seafront Reclamations, Rubble, and Waste: A Metabolic Reading of Lebanese Urbanization

Jana Nakhal and Abir Saksouk from Public Works Studio recently asked me to write about Beirut’s seafront reclamations among a series of pieces dealing with rubble, seen not only a metaphor of the Lebanese condition but its mere material incarnation. You can find the whole series here, the intro piece (Rubble. Back Filling as a Process of Rewriting History) by Jana Nakhal and my own article, which I reproduce here.

Since the outbreak of the waste crisis in the wider Beirut area in 2015, the Lebanese government has resorted to the supposedly temporary solution of storing municipal waste in the coastal landfills of Borj Hammoud, Jdeideh, and Costa Brava. Far from being new or temporary, this solution is in fact merely a repetition of decisions implemented during the Civil War, and in a number of Lebanese coastal regions such as Saida and Tripoli, all of which share several characteristics.[1] For instance, reclamations are often assigned to areas allotted for development in urban plans from the 1950s and 1960s, that were never implemented. These reclamations have become an important source for public works and real estate actors who are linked to leading Lebanese politicians, to dramatically increase profits and, in some cases, monopolize the land rent generated by these developments. Finally, the material that gives these embankments their reality erupts in moments of what we might call metabolic disturbances: when a seemingly sudden urban crisis results in an unexpected flow of materials that need to be stored in a particular place (e.g. municipal waste, rubble). These mechanisms of urbanization are a clear illustration of the notion of the Anthropocene, in that they constitute a new geological stratum created by human action. Continuer la lecture

Cartographie du Moyen-Orient : représentation, manipulation : une controverse de l’IREMMO

J’ai participé le 12 mai à une “controverse”, en fait un débat organisé par l’IREMMO sur la question de la possibilité de cartographier le Moyen-Orient, en compagnie de Dominique Vidal et de Philippe Rekacewicz. Voici la vidéo :

Pour naviguer plus efficacement, l’IREMMO a préparé un utile sommaire.

00:00 – Introduction par Dominique Vidal 06:00 – Intervention de Philippe Rekacewicz   17:00 – Comment le cartographe peut-il rendre compte de cette complexité du monde ?  24:00 – Intervention de Eric Verdel 31:00 – Une géographie instrumentalisée  35:00 – Les cartographies alternatives d’ONG 40:00 – La représentation des lignes de fractures dans la société libanaise 47:00 – La démographie et la cartographie de la Palestine 55:00 – Cartes militaires et cartes civiles  57:00 – La carte mentale 01:07:00 – La légende d’une carte 01:25:00 – Google et la cartographie 01:37:00 – La superposition des acteurs avec l’État-nation  01:40:00 – La représentation du confessionnalisme au Liban

[Parution] Instruments et territoires de la gouvernance des déchets au Liban

La décharge de Zahlé (Liban) – photo Eric Verdeil, 2019 (cc)

J’ai le plaisir de signaler la parution d’un article coécrit avec Jihad Farah, dans le cadre du numéro thématique “Penser le politique par les déchets” coordonné par Fabrizio Maccaglia et Claudia Cirelli pour Géocarrefour. Voici la référence exacte et le lien vers l’article en accès libre:

Farah Jihad et Verdeil Éric, 2021, « Instruments et territoires de la gouvernance des déchets au Liban », Géocarrefour, 2021, vol. 95, no 1, p. 1‑29.

Continuer la lecture

La reconstruction de Beyrouth après le 4 aout au miroir des reconstructions précédentes

J’ai eu le plaisir de participer le 4 décembre 2020 à la journée d’étude du Centre arabe de recherches et d’études politiques Les villes dans le monde arabe, organisé par Isabel Ruck, et plus particulièrement au premier panel animé par Leïla Vignal Conflits armés et reconstructions, en compagnie de Myriam Ababsa sur Raqqa, Valérie Clerc sur Damas et Rouba Wehbé sur l’exclusion des Palestiniens des marchés fonciers au Liban.

Je me suis efforcé de saisir les différences entre ces épisodes de reconstruction selon trois grands enjeux : la nature et la temporalité des destructions, ainsi que leurs effets sociaux ; la dimension politique des reconstructions, en particulier les enjeux de peuplement qui leur sont associés ; et les cultures urbanistiques qui façonnent les débats, les conceptions et les outils de la reconstruction. A partir d’une rapide lecture des reconstructions de Beyrouth dans les années 1990 et en 2006, je m’efforce de caractériser les enjeux et les débats de la période actuelle. Mon intervention commence à partir de 1h52mn.

[MçJ 25/2/2021 : une version écrite de mon intervention est désormais disponible en ligne via le site du CAREP]

Comptes rendus, recensions et entretiens à propos de l’Atlas des Mondes Urbains

Dialogue sur le Liban à la croisée des chemins

A l’invitation du MUCEM dans le cadre du cycle Les lundis d’après, en réponse aux questions de Joseph Confavreux de Médiapart, je dialogue avec Ziad Majed sur les enjeux de la réponse à la crise économique, financière et politique au Liban environ cent jours après l’explosion du 4 août. Débat enregistré le 13 novembre 2020.

A comme atlas : les mondes urbains

J’ai été l’invité de Xavier Capodano, animateur passionné de la librairie Le Genre Urbain, pour la lettre A de son abécédaire aléatoire de la ville. Vous pouvez écouter l’entretien via le lien ou le podcaster. Merci à lui pour cette invitation et cette discussion stimulante. Si elle vous intéresse, faites click and collect chez lui ou passez lui commande!

Vous pouvez aussi écouter la brève et très flatteuse introduction qu’il fait à l’Atlas dans sa Minute urbaine.

L’art pour saisir la ville : quelques publications plus ou moins récentes sur Beyrouth

Atallah, Chedly, Sophie Brones, et Emmanuel
Saulnier, éd. 2020. Beyrouth in situ. ENSBA Editions.

Beyrouth in Situ

Passé relativement inaperçu à cause du COVID, le recueil bilingue Beyrouth In Situ, édité par Chedly Atallah, Sophie Brones et Emmanuel Saulnier, paru en novembre 2019 rassemble un ensemble de textes, photos, dessins émanant tant de chercheurs en sciences sociales que d’artistes, femmes et hommes, de diverses générations, libanais.es ou passé.e.s par Beyrouth. Elles et ils font de la ville, de son espace urbain, de ses lumières et de ses couleurs, de ses textures et structures mais aussi de ses mots et de ses sons, le matériau de leurs réflexions et figurations, parfois assez abstraites. Dans ce beau livre, touffu et inégalement accessible aux lecteurs, en fonction de leur familiarité préalable avec la ville, avec sa topographie et son histoire, je signale quelques contributions qui m’ont particulièrement frappées, comme des entretiens avec Leïla Shahid (évoquant Jean Genet et Chatila), la photographe Sophie Ristelhueber, ou avec les urbanistes Jad Tabet ou Habib Debs. Certaines interventions s’efforcent de tisser des connexions entre Beyrouth et d’autres villes de la région, comme Sanaa (Franck Mermier), Damas (Omar Alasaad) ou Tunis (Chedly Atallah). Les liens avec Paris sont également très présents, ce qui renvoie aussi à l’identité du collectif éditorial.

Continuer la lecture