Quelques notes sur le roman ‘Quelque chose d’étrange en moi’, d’Orhan Pamuk

Je reprends ici le fil posté sur Twitter.

Je viens d’achever ‘Quelque chose d’étrange en moi’, d’Orhan Pamuk. Magnifique (mais long) roman sur Istanbul, à travers le regard d’un jeune migrant, vendeur ambulant, qui s’installe dans un gecekondu et grandit au fur et à mesure que la ville s’étend et se transforme.

Cette fresque urbaine vue d’en bas et des périphéries relate les mutations du tissu bâti d’Istanbul, en particulier le mouvement dialectique d’horizontalisation et de verticalisation/densification, sous l’angle des spéculations balzaciennes à la César Birroteau.

Mais aussi du point de vue des changements d’ambiance et dans les modes de sociabilité qu’entrainent ces changements de formes urbaines, qui vont avec la création d’écarts de richesse impressionnants.

Sur le plan matériel, une autre dimension fascinante du roman est le lien entre la modernisation et l’électrification urbaine, dont
@elvan_arik a fait une analyse passionnante pour @JadaliyyaCities.

La mise en scène des stratégies matrimoniales est un des autres aspects très intéressants du roman, qui lui donne son énergie narrative puisqu’il est aussi un très beau roman d’amour, malgré et au travers les contraintes sociales qui pèsent sur les choix des individus.

A cet égard, l’évolution des rôles féminins, sur trois générations, est très marquante. Les paysannes des années 1930-40 qui donnent naissance à des familles nombreuses vivent dans l’ombre de leurs maris qui migrent en ville. Certaines rejoignent la ville, d’autres non

Les femmes des générations 1955-65 sont aspirées par le marché matrimonial urbain et épousent de jeunes travailleurs peu instruits qui cherchent à faire leur place en ville à partir des gecekondus familiaux. Dans le roman elles ont 2 à 3 enfants et restent dans un rôle domestique

De manière intéressante toutefois, ces jeunes femmes ne sont pas que des monnaie d’échange dans les stratégies matrimoniales et, par des comportements de rupture, affirment leur choix, qui subvertissent plus ou moins ces logiques familiales.

Leurs filles en revanche sont scolarisées et vont parfois jusqu’à l’université. Elles choisissent bien plus leur destin matrimonial et l’impose à leur famille faisant imploser l’horizon hérité et transposé en ville des solidarités villageoises, composant de nouvelles géographies.

Le roman a également un arrière-plan politique passionnant. Les clivages ethnico-géographiques (kurdes/alévis/turcs pour aller vite) de la Turquie républicaine s’incarnent dans une compétition politique entre nationalistes et gauche, qui s’ancre dans les quartiers populaires

Les années 1970 constituent une période de radicalisation politisation dont j’ai été frappé de la ressemblance avec ce qui se passait au même moment au Liban dans la mobilisation de la jeunesse, avec la même exacerbation des identités politiques et ethniques ou confessionnelles

Pour la période plus récente, l’ascension politique de l’AKP, jamais nommée en tant que telle dans le roman, est minutieusement indexée sur l’émergence d’une nouvelle classe sociale d’entrepreneurs du bâtiment, productrice justement du nouveau paysage urbain d’Istanbul.

roman #istanbul

Seminar Cities are back in town “Launch of the book Routledge Handbook of Middle Eastern Cities”

Seminar Cities are back in town “Launch of the book Routledge Handbook of Middle Eastern Cities” (Haim YacobiMansour Nasasra (eds.), Routledge, 2019)

Organized by Sciences Po, CEE & CERI

Wednesday 20 November 2019, 5-7 pm, Sciences Po, LIEPP’s Conference Room, 254, boulevard Saint-Germain, 75007 Paris

Presenting the current debate about cities in the Middle East from Sana’a, Beirut and Jerusalem to Cairo, Marrakesh and Gaza, the book explores urban planning and policy, migration, gender and identity as well as politics and economics of urban settings in the region.

This handbook moves beyond essentialist and reductive analyses of identity, urban politics, planning, and development in cities in the Middle East, and instead offers critical engagement with both historical and contemporary urban processes in the region. Approaching “Cities” as multi-dimensional sites, products of political processes, knowledge production and exchange, and local and global visions as well as spatial artefacts. Importantly, in the different case studies and theoretical approaches, there is no attempt to idealise urban politics, planning, and everyday life in the Middle East –– which (as with many other cities elsewhere) are also situations of contestation and violence –– but rather to highlight how cities in the region, and especially those which are understudied, revolve around issues of housing, infrastructure, participation and identity, amongst other concerns.
More information

Speakers: Eric Verdeil (Sciences Po, CERI) and Haim Yacobi (University College London, DPU)

Discussants: Ozan Karama (Paris Est, LATTS, CNRS) and Hélène Thiollet (Sciences Po, CERI, CNRS)

Contact: citiesarebackintown@sciencespo.fr

Compulsory registration – For the external people to Sciences Po: You will have to arrive 10 minutes before the beginning of the seminar and to provide you with your identity papers)

Liban : un système contesté – Quelques compléments à apporter

Des étudiants participent à une manifestation contre le gouvernement à Saïda, dans le sud du Liban, le 23 octobre 2019.• Crédits : Mahmoud Zayyat - AFP (image illustrant l'émission sur FC)

J’ai participé ce 26/10/2019 à l’émission Affaires étrangères sur France Culture, animée par Christine Ockrent, intitulée Liban: un système contesté, en compagnie de Hamdam Mostafavi, Aurélie Daher, Carla Eddé et Karim Emile Bitar (ces deux derniers par téléphone depuis Beyrouth), au sujet des mobilisations très importantes auxquelles on assiste depuis plus d’une semaine.

Les questions qui m’ont été posées ont principalement porté sur les évolutions économiques depuis les années de reconstruction et les inégalités qui en résultent, ainsi que sur l’impact de la présence des réfugiés syriens au Liban. Dans la dynamique de l’émission, je n’ai pas pu préciser autant qu’il aurait été nécessaire certains points, ni pu rebondir sur les propos des autres invités. Voici donc quelques éléments d’approfondissement.

En premier lieu, les causes structurelles de la crise sont l’incapacité du système économique à intégrer la jeunesse libanaise, condamnée au chômage ou à l’émigration. Le système construit depuis les années 1990 privilégie le secteur financier, l’immobilier et le tourisme (au gré des remous de la scène internationale), et entrave les secteurs productifs de l’agriculture et de l’industrie qui pourraient pourtant bénéficier de certains avantages du Liban (climat, qualification de la main d’oeuvre, accès aux marchés du monde arabe). Deuxième grande cause, l’état déplorable des infrastructures : électricité, eau, gestion des déchets, transports.

Concernant la question de réfugiés, il est notable qu’elle semble largement absente des revendications des manifestants, alors même que plusieurs partis politiques et notamment le Courant patriotique libre de Gebran Bassil, ont en fait un enjeu majeur ces dernières années, dans une rhétorique souvent explicitement raciste. Malgré les tensions sur le marché de l’emploi non-qualifié, et la concurrence que peuvent représenter les travailleurs syriens dans l’agriculture ou le bâtiment, l’arrivée des réfugiés a aussi entraîné un important flux monétaire dans le pays, et a alimenté un marché de l’emploi dans les ONG dont de nombreux jeunes Libanais qualifiés ont bénéficié.

Dans ce contexte, il est vrai que les mobilisations actuelles présentent des caractéristiques remarquables, qui justifient l’enthousiasme des manifestants et d’une partie des observateurs. Leur caractère national et largement affranchi des logiques communautaires ne font aucun doute, de même que le ras le bol généralisé à l’encontre de la classe politique et du système.

Malheureusement dans l’émission, certains éléments de nature à tempérer cet enthousiasme n’ont pas été assez soulignés. D’abord, sur le plan économique la crise monétaire et la dévaluation rampante, accompagnée d’une pénurie de dollars, est une préoccupation centrale. Depuis le début des manifestations, les blocages routiers se traduisent par des début de pénurie en essence et en pain, qui inquiètent en particulier dans les régions éloignées du centre. Ces inquiétudes pèsent sur l’enthousiasme d’une bonne partie des personnes mobilisées.

Je n’ai pas été interrogé sur les raisons du blocage politique. Si je rejoins le constat d’une classe politique largement soutenue financièrement par des puissances étrangères, je crois essentiel de souligner l’ancrage très profond du système politique confessionnel, notamment à travers l’organisation territoriale du système électoral (voir sur ces points nos analyses dans l’atlas du Liban en 2007, et la deuxième version en 2016). Certes, d’élection en élection, ce système est ravaudé et modifié, parfois substantiellement comme lors des dernières élections où l’on est passé d’un système “plurinominal majoritaire” ou “de liste majoritaire” à un système proportionnel, mais fortement nuancé par un très haut seuil d’éligibilité et un vote “préférentiel” qui ont abouti à une stabilisation du système précédent en interdisant les percées de listes alternatives (qui de leur côté n’avaient pas réussi en général à s’unir ni à mobiliser suffisamment). Au-delà, le maintien d’une logique de marqueterie territoriale et confessionnelle, ainsi que le principe du vote au “village” sont des éléments qui contribuent aussi à la pérennisation du système clanique et confessionnel. Or, ces points sont beaucoup moins discutés et contestés que les tripatouillages évoqués ci-dessus.

Dernier point, sur lequel je rejoins les doutes exprimés dans l’émission par Aurélie Daher : il ne faut pas sous-estimer le soutien populaire dont continuent de bénéficier les partis politiques, en particulier dans des nombreuses régions périphériques. Certes, les manifestations très importantes, persistantes et courageuses, dans des villes comme Tripoli, Nabatieh ou Tyr sont remarquables et nouvelles. Mais il faudrait quand même disposer d’éléments plus sociologiques pour voir si ces manifestants sont issus d’une “majorité silencieuse” d’opposition, habituellement en retrait de l’expression politique par crainte de la répression, ou des gens qui tournent le dos au système confessionnel incapable de continuer à entretenir ses anciens clients. Certaines régions, par exemple la ville de Zahlé, semblent moins concernées dans le mouvement actuel. Enfin, peu mises en avant, il y a aussi dans plusieurs régions des manifestations de soutien aux partis, tels que le CPL dans le Metn, les Forces Libanaises (à Zahlé en particulier) ou le PSP dans le Chouf. Tout cela sans parler bien sûr du Hezbollah. Bref, il me semble prématuré de croire que le soutien politique et en partie populaire au système confessionnel s’est soudain évanoui.

Cela ne me conduit pas nécessairement au pessimisme sur la suite du mouvement mais pose de nombreuses questions sur la manière dont les forces de protestation pourraient accéder au pouvoir pour transformer le régime, alors que les portes d’accès semblent bien gardées.

Le Roman de Dubaï

Note consacrée à Ougarit, roman de Camille Ammoun, aux éditions Inculte (Paris 2019), publié sur Orient XXI le 20 septembre 2019. Le titre proposé était “Un roman de Dubaï”.

La crise de l’urbanité est l’une des transformations majeures qui affectent les sociétés du Proche-Orient contemporain. La destruction de la ville ancienne d’Alep, de ses souks comme de ce qui restait d’une coexistence entre musulmans et chrétiens en constitue un des symboles les plus tristes. En contrepoint, l’émergence de Dubaï, ville marchande d’un nouveau type, juxtaposition d’infrastructures portuaires et aéroportuaires gigantesques reliées par des autoroutes tentaculaires striant le désert, ponctuée de malls et de gratte-ciels démesurés aux illuminations tapageuses incarne un nouvel âge urbain.

Ses clones se multiplient partout dans la région, du désert égyptien qui accueille la nouvelle capitale édifiée par Abdel Fattah Al-Sissi en Égypte jusqu’aux façades littorales des villes historiques comme Rabat-Salé, Istanbul ou Beyrouth. Brutalité urbanistique et laminage social, exodes de réfugiés fuyant les décombres, et nouveaux agglomérats de populations déracinées en provenance d’horizons divers composent une nouvelle géographie. Elle interroge sur sa pérennité, face aux défis climatiques et en raison de la ténuité des liens sociaux tissés entre ces nouveaux groupements humains vulnérables à la mondialisation.

Continuer la lecture

La Terre et le Béton

Local industriel en déconstruction, Les Ardoines, Vitry-sur-Seine (Eric VerdeilCC)

 

J’ai le plaisir d’annoncer la parution, début juillet bien que daté de décembre 2018, d’une étude réalisée par Mathieu Fernandez avec mon soutien et celui de Corinne Blanquart visant à analyser une opération d’urbanisme grâce aux méthodes de l’écologie territoriale. Le site étudié est la zone des Ardoines à Vitry-sur-Seine (photo). Ce travail a été soutenu par le LABEX Futurs Urbains de Marne-la-Vallée et l’établissement public d’aménagement Orly-Seine Amont. Ci-dessous la référence et le résumé. Une deuxième partie est en cours de publication.

Mathieu Fernandez, Corinne Blanquart and Éric Verdeil, « La terre et le béton : le projet d’urbanisme considéré sous l’angle du métabolisme territorial », VertigO – la revue électronique en sciences de l’environnement [Online], Volume 18 Numéro 3 | décembre 2018, Online since 05 December 2018, connection on 22 September 2019. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/23302 ; DOI : 10.4000/vertigo.23302

Résumé : Cet article propose une démarche alternative de quantification en stock de la matière mobilisée par un projet d’urbanisme, dans une finalité d’amélioration du métabolisme urbain. Les études de métabolisme territorial mettent en effet l’accent sur les processus d’urbanisation qui représentent la majeure partie des flux de matières solides opérés dans les territoires en termes d’extractions directes et de production de déchets. Ici, l’objectif est de présenter une méthode quantifiant les flux liés à la réalisation d’un projet d’urbanisme – sous la forme juridique d’une zone d’aménagement concertée, outil privilégié d’urbanisme en France –, à l’échelle de son périmètre et pour sa période de mise en œuvre. Les méthodes de quantification existantes se basent sur des informations disponibles seulement à des échelles administratives – régions, départements voire communes –, dépassant largement celle des projets d’urbanisme. Le terrain d’étude de l’article est un projet de renouvellement urbain de la métropole du Grand Paris, à Vitry-sur-Seine. En prenant en compte le sol et les artefacts bâtis dans le processus de quantification, l’originalité de la méthode consiste à obtenir des résultats sur les masses de terre et de béton mobilisés par le projet. Les résultats mettent en évidence la prédominance de ces deux matières pour des politiques visant, par exemple, à augmenter la circularité des matières en milieu urbain.

Arab Sustainable Urbanism: Worlding Strategies, Local Struggles

BiClean, centre de tri secondaire, géré par la municipalité de Bikfaya, Liban (2019)

I am happy to announce the release of a new article discussing sustainability in the Arab world. It is part of a set of reflections based on litterature review and short field trips I have documented over the years, and it develops in particular my recent take in Energy World and last year’s conference paper on Wise cities in the Mediterranean. I would like to thank Steffen Wippel and Christian Steiner who invited me to contribute on this topic in their edited theme issue for Middle East-Topics & Arguments on Urban Development. It also comes as an answer to Christian Beier’s piece “Worlding Cities in the Middle East and North Africa – Arguments for a Conceptual Turn“.

Here is the summary of this short piece: Arab Sustainable Urbanism: Worlding Strategies, Local Struggles

Despite strong warnings, Arab cities seem reluctant to embark in ambitious schemes addressing sustainability issues. The article draws on a literature review to highlight two arguments. Firstly state-led governance prioritizes in most urban settings social stability and claims to modern and resource-consuming comfort. It tends to favor private interests, which conceives sustainability as a business and marginalizes local authorities and even more, civic movements including green parties and associations. Secondly, the dominant framings of sustainability tend to focus on global transitions (GHG emissions and low carbon energy), hence overlooking local claims for sustainability that do not fit in the global environmental narratives, thus dismissing it. Nonetheless, these issues represent key motivations for the local definition of a sustainable urban future.

Roundtable ‘Circulating online critical knowledge about the Middle East’

I am organising this roundtable at the GISMOM conference on the 4th of July, 16:30-18:30, Amphithéâtre 1 : 12 place du Panthéon, rez-de-chaussée aile Cujas.

Presentation:

During the last ten years, online news websites, e-zines and other internet outlets have gained a strong visiblity and played an increased role in diffusing critical knowledge about the Middle East and North Africa. Critical here refers to approaches that challenge the mainstream media and governmental storytelling, by offering a multiplicity of angles and discourses, featuring neglegted groups such as youth, women, poor, migrants and above all informed by social sciences and fieldwork. The rise of these new actors lies at the crossroads of several transformations. The democratization of Internet, the relative lowering of technological hurdles (for instance related to the use of several languages), the rise of social networks have coincided with and facilated the rise of the revolts in the region. The platforms have surfed on the enthousiasm these revolts have spurred and allowed for alternative and critical analyses to gain more visibility. However, the rise of authoritarianism, the wars, the increased repression against the workers and the democratic movements, the massive displacements have prevented independent information sources to continue documenting the political transformations. Increasingly polarised social networks have blurred the available information and rendered fact-based analyses less audible. Academic debates seem to have fadded or at least experienced difficulties in reaching wider audience, possibly also because the political stances adopted by many researchers have cast doubts over the soundness of their judgements. Critical platforms have never been so much needed, but they struggle to exist in the face of competing discourses, and struggle to fund their activities and ensure their existence.

Two such online platforms come to mind and illustrate distinct choices. Jadaliyya was launched in 2010 by a team of academics based in American Universities, many of them originating from Arab countries. The platform developed as a decentralized collective of thematic pages. It featured very diverse contents, languages and formats, from text to voice and video, from online to paper. Orient XXI started in 2013 and is led by retired French and France-based Arab journalists with comprehensive experience in the region, and opens its space to academics. It also diversified the languages of publishing. The panel aims to present and assess these different experiences, advance elements of explanations about the convergence or divergence between them, and explore alternative and new approaches to broaden, expand and assert these experiences, for instance through collaboration, new formats, the opening of new debates, etc. Continuer la lecture

Atlas of Lebanon: New challenges

Very happy to announce the release of this English translation of Atlas du Liban. Les nouveaux défis (2016). Please note that this it also includes a few chapters deemed most interesting and still (historically) relevant from the first version of the Atlas du Liban. Territoires et society (2007). An online version will soon be released too.

This English version owes much to Claire Gillette, who not only was the cartographer of the 2016 edition, but who also coordinated the lengthy and technical adaptation of the maps in English and translated the bulk of the text (outside of the introduction and the conclusion which are new and special to this edition).

Here is the full reference and an abstract of the book:

Éric Verdeil, Ghaleb Faour et Mouin Hamzé (eds), Claire Gilette (cartography), 2019, Atlas of Lebanon: New challenges, Beyrouth: Presses de l’IFPO (publishers info:
http://www.ifporient.org/978-2-35159-747-7/ )

After fifteen years of reconstruction in a relatively peaceful environment spanning the years 1990 to 2004, Lebanon has experienced successive violent political events resulting from complex entangled internal and external struggles. The Syrian crisis and its political, economic and demographic consequences on Lebanon have increased these tensions. This atlas sheds light on these new challenges and adds new data that complete the analyses already published in the Atlas du Liban. Territoires et société (Atlas of Lebanon. Territories and Society) released in 2007 by the same research team. Some of its components are included in this edition. Beyond the international regional crisis and the population movements, it takes into account Lebanon’s socio-economic dimensions, the environmental issues linked to uncontrolled urbanization and to natural risks, as well as conflicts due to local territorial management.

This atlas is the result of a collaborative endeavor between French and Lebanese researchers. It uses a geographical approach that puts in the foreground a spatial analysis of social and natural phenomena. Public sources are scarce in Lebanon, especially at the local scale. They are sometimes less reliable and difficult to access. It is particularly the case for the Lebanese census data, conversely data are abundantly available on the refugees population, which is less known than the population of refugees. International data help compare Lebanon to its neighbors. Thematic data produced by some ministries are helpful to provide a detailed view regarding specific domains. Analyses processed on aerial and satellite images have produced essential data on urbanization and environment. Local thematic fieldwork surveys have provided additional data.

The book consists of seven chapters. The first one deals with the territorial state-building seen in the light of regional geopolitics, and emphasizes internal violence and the reemergence of militias and armed groups that fight each other and the state army. Lebanon is once again perceived as a territory divided between multiple allegiances. The second chapter is devoted to the analysis of population dynamics, despite the lack of reliable data whose sources are subject to discussion. It includes analyses of internal population flows, the Lebanese diaspora, and the assessment of Syrian refugees’ influx. The third chapter shows the fragility of the Lebanese economic model. Its dependency on foreign investments and on the remittances of the diaspora, as well as the deadlocks of industry and agriculture, which aggravate social imbalances. The fourth chapter is an assessment of urbanization in the country, which has increased by 80% in surface in twenty years at the expense of natural spaces and agriculture. The shore is highly coveted and widely artificialized and damaged. Multiple signs of environmental degradation are examined in chapter five. They seem to announce the global climate change and its local effects. In addition to that, there is a direct link between massive urbanization and many risks, measured and mapped in an increasingly detailed way. Chapter six tackles the dysfunctional public services that exploit natural resources: water and energy supply, both marked by massive shortages, and the management of solid waste hit by a serious crisis. The seventh and last chapter studies the mutations of the local territorial management, which is marked by the retreat of the state, if not its marginalization, and the rise of other actors, notably municipalities, local powers and also civil society organizations.

Sustainable urbanization in the Gulf?

This short article was published in World Energy #42 April 2019

Eric Verdeil

Since 1987 and the release of the Bruntland Report about Sustainable Development, concerns over climate change, biodiversity and other global threats have grown. Urbanization is at the core of global anxiety. Urban population, as recorded by the UN, now reaches 4.2 billion, ie 55% of the total and is expected to grow by 2,5 billion in 2050. This tremendous growth consumes huge level of resources and emits about 75% of world Green house gases. Cities are a major factor of unsustainability, and the same time cities and urban dwellers increasingly suffer from global environmental changes. Gulf cities are no exception. Record breaking temperatures in Kuwait in 2016 highlighted the unbearable summer heats Gulf cities are facing and will have to cope with. Sea-level rise or extreme rainy events also might affect the future of cities in this region.

Continuer la lecture

Le développement des énergies en Tunisie : publications

J’ai le plaisir de signaler la parution de cet article co-écrit avec Laurence Rocher dérivé de la recherche COLLENER, conduit sous la direction de Alain Nadaï et Olivier Labussière:

Rocher, Laurence, and Eric Verdeil, ‘Dynamics, Tensions, Resistance in Solar Energy Development in Tunisia’, Energy Research & Social Science, 54 (2019), 236–44 <https://doi.org/10.1016/j.erss.2019.04.010> (accès libre jusqu’au 29 juin, ensuite me demander – une version d’auteur sera prochainement disponible).

Promotion en faveur du photovoltaïque en Tunisie (2011)

This article takes a critical look at the management of energy transition, showing that the instrumental approach often favoured in public action is hampered not only by divergent interests, but also by the unexpected effects arising from the implementation of this policy and its instruments. It uses Tunisia as a case study by focusing on two instruments (Prosol and Prosol Elec) designed to foster the development of decentralized solar technologies (water heating systems and photovoltaic panels) at the households and small firm level. The success of these instruments in triggering commercial development of these technologies resulted in unexpected effects on intermediary actors, the devices installers, affected by the clogging of the subsidy schemes. These actors implemented several adaptation strategies, such as bypassing or exiting the instrument and politicising the debates around it, leading to several adjustments. The study shows that instruments are the product of a specific local milieu structured by power relations and material traits. It acknowledges that local resistances should not be reduced to orientalist understandings, and stresses the need to go beyond management-focused approaches of energy policies, in order to make way for unexpected transformation processes.

J’en profite pour signaler tardivement la parution de l’ouvrage synthétisant les résultats de cette recherche : Labussière, Olivier, and Alain Nadaï, Energy Transitions: A Socio-technical Inquiry (Palgrave Macmillan, 2018)

J’ai plus particulièrement contribué au chapitre : Labussiere, Olivier, Vincent Banos, Antoine Fontaine, Eric Verdeil, Alain Nadaï, Jeoffrey Dehez, and others, ‘The Spatialities of Energy Transition Processes’, in Energy Transitions : A Socio-Technical Inquiry, ed. by Alain Nadaï and Olivier Labussière (Palgrave MacMillan, 2017), pp. 239–75 (me demander le PDF).