Publication : L’émergence des études urbaines au Liban. Engagements critiques locaux et mondialisation des pratiques académiques

Séance de travail au département d’urbanisme de l’Université Libanaise (2017)

Je suis heureux d’annoncer la parution de ce working paper sur les études urbaines au Liban, réalisé dans le cadre de la recherche collective “Le Liban au miroir des sciences sociales”, dirigée par Candice Raymond, Myriam Catusse et Sari Hanafi. Le livre concluant cette recherche est en cours de préparation et comportera une version plus courte de ce document. Je remercie sincèrement ces collègues pour leurs remarques et suggestions durant la rédaction de ces deux textes. Je remercie également les collègues interrogés dans le cadre de ce travail.

Résumé : L’émergence et la structuration des études urbaines constituent des modifications parmi les plus frappantes au sein des sciences sociales au Liban depuis la fin de la guerre civile. Cela renvoie à la fois à une actualité sociale et politique, celle de la reconstruction et de la modernisation des villes dans les trente dernières années. Mais cela est également lié à des mutations du milieu universitaire lui-même et en particulier aux formes de son insertion internationale. En ce sens, la montée des études urbaines au Liban est intéressante à étudier dans une perspective comparée, prenant en compte les spécificités des études urbaines, notamment la tension entre structuration académique et lien avec l’action publique, et les renouvellements à l’échelle globale, liés à la montée des problématiques des villes du Sud. Ce texte pose d’abord un cadre d’analyse des études urbaines pour un pays du Sud, avant de développer trois grands résultats: l’histoire de l’émergence des études urbaines au Liban accompagne des mobilisations d’intellectuel.le.s et d’universitaires contre les politiques publiques de reconstruction et d’aménagement urbain. Les études urbaines se structurent dans un espace académique qui est celui de l’urbanisme, étroitement liée au Liban aux facultés d’architecture. Ces foyers des études urbaines sont inégalement dotés pour prendre place dans l’espace académique international. L’Université Américaine de Beyrouth se distingue sur ce plan. L’État et les acteurs publics locaux jouent un rôle mineur dans la structuration des études urbaines mais des formes de co-production de données et de savoirs pratiques associant universitaires, consultants et administrations sont néanmoins observables. Enfin, le développement des études urbaines est indissociable du militantisme urbain qui conduit à l’adoption de nouvelles pratiques de coproduction de savoirs avec les habitants et de nouvelles formes de diffusion, qu’il est loisible de comprendre comme des pratiques de traduction entre différents publics, comme l’ont proposé à propos de l’Afrique du Sud Susan Parnell et Edgar Pieterse.

Citation : Eric Verdeil, L’émergence des études urbaines au Liban Engagements critiques locaux et mondialisation des pratiques académiques, Working Paper, 2/2019, Sciences Po, Cities are Back in Town. En ligne : http://blogs.sciences-po.fr/recherche-villes/files/2020/01/WP-02_2019-Verdeil.pdf

Publication : Solid Waste Management in Lebanon: Lessons for Decentralisation

I am happy to share the recent publication of this report summarizing the findings of a research undertaken with my colleague Jihad Farah and his students from the Lebanese University, thanks to the funding of the Lebanese-French CEDRE programme.

The full quote is as following: Jihad Farah, Rasha Ghaddar, Elie Nasr, Rita Nasr, Hanan Wehbe, and Eric Verdeil, 2019, Solid Waste Management in Lebanon: Lessons for Decentralisation. Beirut: Democracy Reporting International, 40 p. Online at https://democracy-reporting.org/ua/dri_publications/report-solid-waste-management-in-lebanon-lessons-for-decentralisation/

Abstract : Despite the growing attention gained among local and international observers since the 2015 “waste crisis”, the issue of solid waste management (SWM) in Lebanon has exacerbated, particularly after the closure of one of the country’s largest landfills in Naameh and the abrupt halt in waste collection led to rubbish piling up in the streets of Beirut and Mount-Lebanon. This situation triggered a series of protests, clashes and heated debates around the need to re-arrange the sector since 2015. This study sheds light on two key concepts “decentralisation” and “bottom-up cooperation” that will help Lebanon in improving SWM. While providing an overview of the different municipal experiences in sorting, recycling, landfilling, composting and, most recently, the interest in waste-to-energy,1 this study treats closely the question of how these technologies can be adapted to local contexts. Securing funding, negotiating contracts, constructing facilities, involving citizens in the process and institutionalising best practices are new experiences for most municipal authorities. The report aims to close the existing knowledge gap by documenting local efforts to manage solid waste, analysing the limitations of the strategies pursued, and presenting conclusions that can inform integrated and decentralised SWM policies in Lebanon. The report identifies two key dynamics underpinning local management of solid waste in Lebanon. The first is the emergence of a “new waste capitalism” different from what has been observed in the 1990s. During that time, a so-called “waste capitalism” existed, which outsourced waste collection and landfilling to politically connected businesses ignoring local needs and demands. Since 2015, complex technologies and treatment methods have been favoured that include recycling, composting and waste-to-energy. But due to their complexity, local authorities are unable to design, monitor and regulate the terms of the contracts awarded to private companies. Some local authorities have conducted public campaigns on issues such as sorting-at- source and recycling, but are still unable to mainstream and institutionalise citizen participation in an inclusive SWM system. Based on 22 semi-structured interviews with municipal officials and executives, representatives of facilities, donor agencies, NGOs, and a database on the distribution of SWM facilities across Lebanon, the study draws lessons and policy recommendations from four case studies of local authorities that have dealt with SWM.

Soirée-débat autour des espaces publics au Liban et du film Enfants de Beyrouth

Je participerai à un débat sur les espaces publics au Liban, vendredi 10 janvier 2020. C’est ouvert à tous.

Espace Jean Dame
17 rue Léopold Bellan, 75002 Paris

20 h – 22 h 30

A l’initiative d’un groupe informel de citoyennes et de citoyens libanais*, est organisée une soirée film-débat  le 10 janvier à l’espace Jean Dame, avec Sarah Srage réalisatrice, Éric Verdeil, professeur à Sciences Po, Nadim Houry, directeur du programme terrorisme et lutte anti-terrorisme à Human Rights Watch et Jana Nakhal chercheuse et urbaniste, pour discuter des espaces publics au Liban, leur appropriation, leur protection et plus largement des pratiques urbanistiques et de leurs conséquences.

Programme provisoire

20 h – 20 h 10 Présentation de la soirée et contextualisation du film : فوج الشرشف, Sarah Srage

20 h 10 – 21 h 10 : Projection du film Enfants de Beyrouth de Sarah Srage

21 h 10 – 21 h 20 : Présentation par Marie Atallah, élue écologiste, modératrice

21 h 20 – 21 h 35 : Éric Verdeil :  Le littoral libanais au miroir de l’urbanisme

21 h 35 : 21 h 50 : Jana Nakhal : État des lieux actuel en matière d’espaces publics

21 h 50 – 22 h 05 : Nadim Houry : La question des espaces publics sur le plan légal et au delà

22 h 05 – 22 h 30 : Questions/réponses

Pot de la révolution

*Groupe informel de libanais concernés par l’avenir du Liban dans le contexte actuel

Quelques notes sur le roman ‘Cette chose étrange en moi’, d’Orhan Pamuk

Je reprends ici le fil posté sur Twitter.

Je viens d’achever ‘Cette chose étrange en moi’, d’Orhan Pamuk. Magnifique (mais long) roman sur Istanbul, à travers le regard d’un jeune migrant, vendeur ambulant, qui s’installe dans un gecekondu et grandit au fur et à mesure que la ville s’étend et se transforme.

Cette fresque urbaine vue d’en bas et des périphéries relate les mutations du tissu bâti d’Istanbul, en particulier le mouvement dialectique d’horizontalisation et de verticalisation/densification, sous l’angle des spéculations balzaciennes à la César Birroteau.

Mais aussi du point de vue des changements d’ambiance et dans les modes de sociabilité qu’entrainent ces changements de formes urbaines, qui vont avec la création d’écarts de richesse impressionnants.

Sur le plan matériel, une autre dimension fascinante du roman est le lien entre la modernisation et l’électrification urbaine, dont
@elvan_arik a fait une analyse passionnante pour @JadaliyyaCities.

La mise en scène des stratégies matrimoniales est un des autres aspects très intéressants du roman, qui lui donne son énergie narrative puisqu’il est aussi un très beau roman d’amour, malgré et au travers les contraintes sociales qui pèsent sur les choix des individus.

A cet égard, l’évolution des rôles féminins, sur trois générations, est très marquante. Les paysannes des années 1930-40 qui donnent naissance à des familles nombreuses vivent dans l’ombre de leurs maris qui migrent en ville. Certaines rejoignent la ville, d’autres non

Les femmes des générations 1955-65 sont aspirées par le marché matrimonial urbain et épousent de jeunes travailleurs peu instruits qui cherchent à faire leur place en ville à partir des gecekondus familiaux. Dans le roman elles ont 2 à 3 enfants et restent dans un rôle domestique

De manière intéressante toutefois, ces jeunes femmes ne sont pas que des monnaie d’échange dans les stratégies matrimoniales et, par des comportements de rupture, affirment leur choix, qui subvertissent plus ou moins ces logiques familiales.

Leurs filles en revanche sont scolarisées et vont parfois jusqu’à l’université. Elles choisissent bien plus leur destin matrimonial et l’impose à leur famille faisant imploser l’horizon hérité et transposé en ville des solidarités villageoises, composant de nouvelles géographies.

Le roman a également un arrière-plan politique passionnant. Les clivages ethnico-géographiques (kurdes/alévis/turcs pour aller vite) de la Turquie républicaine s’incarnent dans une compétition politique entre nationalistes et gauche, qui s’ancre dans les quartiers populaires

Les années 1970 constituent une période de radicalisation politisation dont j’ai été frappé de la ressemblance avec ce qui se passait au même moment au Liban dans la mobilisation de la jeunesse, avec la même exacerbation des identités politiques et ethniques ou confessionnelles

Pour la période plus récente, l’ascension politique de l’AKP, jamais nommée en tant que telle dans le roman, est minutieusement indexée sur l’émergence d’une nouvelle classe sociale d’entrepreneurs du bâtiment, productrice justement du nouveau paysage urbain d’Istanbul.

roman #istanbul

Seminar Cities are back in town “Launch of the book Routledge Handbook of Middle Eastern Cities”

Seminar Cities are back in town “Launch of the book Routledge Handbook of Middle Eastern Cities” (Haim YacobiMansour Nasasra (eds.), Routledge, 2019)

Organized by Sciences Po, CEE & CERI

Wednesday 20 November 2019, 5-7 pm, Sciences Po, LIEPP’s Conference Room, 254, boulevard Saint-Germain, 75007 Paris

Presenting the current debate about cities in the Middle East from Sana’a, Beirut and Jerusalem to Cairo, Marrakesh and Gaza, the book explores urban planning and policy, migration, gender and identity as well as politics and economics of urban settings in the region.

This handbook moves beyond essentialist and reductive analyses of identity, urban politics, planning, and development in cities in the Middle East, and instead offers critical engagement with both historical and contemporary urban processes in the region. Approaching “Cities” as multi-dimensional sites, products of political processes, knowledge production and exchange, and local and global visions as well as spatial artefacts. Importantly, in the different case studies and theoretical approaches, there is no attempt to idealise urban politics, planning, and everyday life in the Middle East –– which (as with many other cities elsewhere) are also situations of contestation and violence –– but rather to highlight how cities in the region, and especially those which are understudied, revolve around issues of housing, infrastructure, participation and identity, amongst other concerns.
More information

Speakers: Eric Verdeil (Sciences Po, CERI) and Haim Yacobi (University College London, DPU)

Discussants: Ozan Karama (Paris Est, LATTS, CNRS) and Hélène Thiollet (Sciences Po, CERI, CNRS)

Contact: citiesarebackintown@sciencespo.fr

Compulsory registration – For the external people to Sciences Po: You will have to arrive 10 minutes before the beginning of the seminar and to provide you with your identity papers)

Liban : un système contesté – Quelques compléments à apporter

Des étudiants participent à une manifestation contre le gouvernement à Saïda, dans le sud du Liban, le 23 octobre 2019.• Crédits : Mahmoud Zayyat - AFP (image illustrant l'émission sur FC)

J’ai participé ce 26/10/2019 à l’émission Affaires étrangères sur France Culture, animée par Christine Ockrent, intitulée Liban: un système contesté, en compagnie de Hamdam Mostafavi, Aurélie Daher, Carla Eddé et Karim Emile Bitar (ces deux derniers par téléphone depuis Beyrouth), au sujet des mobilisations très importantes auxquelles on assiste depuis plus d’une semaine.

Les questions qui m’ont été posées ont principalement porté sur les évolutions économiques depuis les années de reconstruction et les inégalités qui en résultent, ainsi que sur l’impact de la présence des réfugiés syriens au Liban. Dans la dynamique de l’émission, je n’ai pas pu préciser autant qu’il aurait été nécessaire certains points, ni pu rebondir sur les propos des autres invités. Voici donc quelques éléments d’approfondissement.

En premier lieu, les causes structurelles de la crise sont l’incapacité du système économique à intégrer la jeunesse libanaise, condamnée au chômage ou à l’émigration. Le système construit depuis les années 1990 privilégie le secteur financier, l’immobilier et le tourisme (au gré des remous de la scène internationale), et entrave les secteurs productifs de l’agriculture et de l’industrie qui pourraient pourtant bénéficier de certains avantages du Liban (climat, qualification de la main d’oeuvre, accès aux marchés du monde arabe). Deuxième grande cause, l’état déplorable des infrastructures : électricité, eau, gestion des déchets, transports.

Concernant la question de réfugiés, il est notable qu’elle semble largement absente des revendications des manifestants, alors même que plusieurs partis politiques et notamment le Courant patriotique libre de Gebran Bassil, ont en fait un enjeu majeur ces dernières années, dans une rhétorique souvent explicitement raciste. Malgré les tensions sur le marché de l’emploi non-qualifié, et la concurrence que peuvent représenter les travailleurs syriens dans l’agriculture ou le bâtiment, l’arrivée des réfugiés a aussi entraîné un important flux monétaire dans le pays, et a alimenté un marché de l’emploi dans les ONG dont de nombreux jeunes Libanais qualifiés ont bénéficié.

Dans ce contexte, il est vrai que les mobilisations actuelles présentent des caractéristiques remarquables, qui justifient l’enthousiasme des manifestants et d’une partie des observateurs. Leur caractère national et largement affranchi des logiques communautaires ne font aucun doute, de même que le ras le bol généralisé à l’encontre de la classe politique et du système.

Malheureusement dans l’émission, certains éléments de nature à tempérer cet enthousiasme n’ont pas été assez soulignés. D’abord, sur le plan économique la crise monétaire et la dévaluation rampante, accompagnée d’une pénurie de dollars, est une préoccupation centrale. Depuis le début des manifestations, les blocages routiers se traduisent par des début de pénurie en essence et en pain, qui inquiètent en particulier dans les régions éloignées du centre. Ces inquiétudes pèsent sur l’enthousiasme d’une bonne partie des personnes mobilisées.

Je n’ai pas été interrogé sur les raisons du blocage politique. Si je rejoins le constat d’une classe politique largement soutenue financièrement par des puissances étrangères, je crois essentiel de souligner l’ancrage très profond du système politique confessionnel, notamment à travers l’organisation territoriale du système électoral (voir sur ces points nos analyses dans l’atlas du Liban en 2007, et la deuxième version en 2016). Certes, d’élection en élection, ce système est ravaudé et modifié, parfois substantiellement comme lors des dernières élections où l’on est passé d’un système “plurinominal majoritaire” ou “de liste majoritaire” à un système proportionnel, mais fortement nuancé par un très haut seuil d’éligibilité et un vote “préférentiel” qui ont abouti à une stabilisation du système précédent en interdisant les percées de listes alternatives (qui de leur côté n’avaient pas réussi en général à s’unir ni à mobiliser suffisamment). Au-delà, le maintien d’une logique de marqueterie territoriale et confessionnelle, ainsi que le principe du vote au “village” sont des éléments qui contribuent aussi à la pérennisation du système clanique et confessionnel. Or, ces points sont beaucoup moins discutés et contestés que les tripatouillages évoqués ci-dessus.

Dernier point, sur lequel je rejoins les doutes exprimés dans l’émission par Aurélie Daher : il ne faut pas sous-estimer le soutien populaire dont continuent de bénéficier les partis politiques, en particulier dans des nombreuses régions périphériques. Certes, les manifestations très importantes, persistantes et courageuses, dans des villes comme Tripoli, Nabatieh ou Tyr sont remarquables et nouvelles. Mais il faudrait quand même disposer d’éléments plus sociologiques pour voir si ces manifestants sont issus d’une “majorité silencieuse” d’opposition, habituellement en retrait de l’expression politique par crainte de la répression, ou des gens qui tournent le dos au système confessionnel incapable de continuer à entretenir ses anciens clients. Certaines régions, par exemple la ville de Zahlé, semblent moins concernées dans le mouvement actuel. Enfin, peu mises en avant, il y a aussi dans plusieurs régions des manifestations de soutien aux partis, tels que le CPL dans le Metn, les Forces Libanaises (à Zahlé en particulier) ou le PSP dans le Chouf. Tout cela sans parler bien sûr du Hezbollah. Bref, il me semble prématuré de croire que le soutien politique et en partie populaire au système confessionnel s’est soudain évanoui.

Cela ne me conduit pas nécessairement au pessimisme sur la suite du mouvement mais pose de nombreuses questions sur la manière dont les forces de protestation pourraient accéder au pouvoir pour transformer le régime, alors que les portes d’accès semblent bien gardées.

Le Roman de Dubaï

Note consacrée à Ougarit, roman de Camille Ammoun, aux éditions Inculte (Paris 2019), publié sur Orient XXI le 20 septembre 2019. Le titre proposé était “Un roman de Dubaï”.

La crise de l’urbanité est l’une des transformations majeures qui affectent les sociétés du Proche-Orient contemporain. La destruction de la ville ancienne d’Alep, de ses souks comme de ce qui restait d’une coexistence entre musulmans et chrétiens en constitue un des symboles les plus tristes. En contrepoint, l’émergence de Dubaï, ville marchande d’un nouveau type, juxtaposition d’infrastructures portuaires et aéroportuaires gigantesques reliées par des autoroutes tentaculaires striant le désert, ponctuée de malls et de gratte-ciels démesurés aux illuminations tapageuses incarne un nouvel âge urbain.

Ses clones se multiplient partout dans la région, du désert égyptien qui accueille la nouvelle capitale édifiée par Abdel Fattah Al-Sissi en Égypte jusqu’aux façades littorales des villes historiques comme Rabat-Salé, Istanbul ou Beyrouth. Brutalité urbanistique et laminage social, exodes de réfugiés fuyant les décombres, et nouveaux agglomérats de populations déracinées en provenance d’horizons divers composent une nouvelle géographie. Elle interroge sur sa pérennité, face aux défis climatiques et en raison de la ténuité des liens sociaux tissés entre ces nouveaux groupements humains vulnérables à la mondialisation.

Continuer la lecture

La Terre et le Béton

Local industriel en déconstruction, Les Ardoines, Vitry-sur-Seine (Eric VerdeilCC)

 

J’ai le plaisir d’annoncer la parution, début juillet bien que daté de décembre 2018, d’une étude réalisée par Mathieu Fernandez avec mon soutien et celui de Corinne Blanquart visant à analyser une opération d’urbanisme grâce aux méthodes de l’écologie territoriale. Le site étudié est la zone des Ardoines à Vitry-sur-Seine (photo). Ce travail a été soutenu par le LABEX Futurs Urbains de Marne-la-Vallée et l’établissement public d’aménagement Orly-Seine Amont. Ci-dessous la référence et le résumé. Une deuxième partie est en cours de publication.

Mathieu Fernandez, Corinne Blanquart and Éric Verdeil, « La terre et le béton : le projet d’urbanisme considéré sous l’angle du métabolisme territorial », VertigO – la revue électronique en sciences de l’environnement [Online], Volume 18 Numéro 3 | décembre 2018, Online since 05 December 2018, connection on 22 September 2019. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/23302 ; DOI : 10.4000/vertigo.23302

Résumé : Cet article propose une démarche alternative de quantification en stock de la matière mobilisée par un projet d’urbanisme, dans une finalité d’amélioration du métabolisme urbain. Les études de métabolisme territorial mettent en effet l’accent sur les processus d’urbanisation qui représentent la majeure partie des flux de matières solides opérés dans les territoires en termes d’extractions directes et de production de déchets. Ici, l’objectif est de présenter une méthode quantifiant les flux liés à la réalisation d’un projet d’urbanisme – sous la forme juridique d’une zone d’aménagement concertée, outil privilégié d’urbanisme en France –, à l’échelle de son périmètre et pour sa période de mise en œuvre. Les méthodes de quantification existantes se basent sur des informations disponibles seulement à des échelles administratives – régions, départements voire communes –, dépassant largement celle des projets d’urbanisme. Le terrain d’étude de l’article est un projet de renouvellement urbain de la métropole du Grand Paris, à Vitry-sur-Seine. En prenant en compte le sol et les artefacts bâtis dans le processus de quantification, l’originalité de la méthode consiste à obtenir des résultats sur les masses de terre et de béton mobilisés par le projet. Les résultats mettent en évidence la prédominance de ces deux matières pour des politiques visant, par exemple, à augmenter la circularité des matières en milieu urbain.

Arab Sustainable Urbanism: Worlding Strategies, Local Struggles

BiClean, centre de tri secondaire, géré par la municipalité de Bikfaya, Liban (2019)

I am happy to announce the release of a new article discussing sustainability in the Arab world. It is part of a set of reflections based on litterature review and short field trips I have documented over the years, and it develops in particular my recent take in Energy World and last year’s conference paper on Wise cities in the Mediterranean. I would like to thank Steffen Wippel and Christian Steiner who invited me to contribute on this topic in their edited theme issue for Middle East-Topics & Arguments on Urban Development. It also comes as an answer to Christian Beier’s piece “Worlding Cities in the Middle East and North Africa – Arguments for a Conceptual Turn“.

Here is the summary of this short piece: Arab Sustainable Urbanism: Worlding Strategies, Local Struggles

Despite strong warnings, Arab cities seem reluctant to embark in ambitious schemes addressing sustainability issues. The article draws on a literature review to highlight two arguments. Firstly state-led governance prioritizes in most urban settings social stability and claims to modern and resource-consuming comfort. It tends to favor private interests, which conceives sustainability as a business and marginalizes local authorities and even more, civic movements including green parties and associations. Secondly, the dominant framings of sustainability tend to focus on global transitions (GHG emissions and low carbon energy), hence overlooking local claims for sustainability that do not fit in the global environmental narratives, thus dismissing it. Nonetheless, these issues represent key motivations for the local definition of a sustainable urban future.