Article mis en avant

[Parution] L’Atlas des mondes urbains

Malgré le reconfinement, j’ai le grand plaisir d’annoncer la parution de l’Atlas des mondes urbains, aux Presses de Sciences Po. Il s’agit du deuxième opus de cette collection entamée par l’Atlas de l’Anthropocène. Bien que les librairies soient d’un accès plus difficiles ces temps-ci, vous le trouverez dans les meilleures d’entre elles, en particulier à Le Genre Urbain, à Paris Belleville, qui m’y avait invité (partie remise j’espère) ou à Lyon, Terre des Livres, et bien d’autres, dont la Librairie de Sciences Po. Presque partout, il est possible de commander en ligne et de récupérer sur place (click and collect), parfois même avec une ristourne, ou de se faire livrer. 

J’invite les lecteurs à découvrir ci-dessous un aperçu de ce très beau travail cartographique, et j’en profite pour saluer le talent de mes co-auteurs Thomas Ansard, Benoit Martin, Patrice Mitrano, Antoine Rio de l’Atelier Cartographie de Sciences Po. Le processus de conception des planches, par un aller-retour entre un thème, des données et des représentations a été très enrichissant et stimulant. J’adresse mes très chaleureux remerciements à Julie Gazier et Laurence de Belizal, respectivement directrice des Presses et éditrice en charge de l’Atlas. Les échanges préalables sur la structure de l’ouvrage, puis le travail sur l’écriture, les titres et tous les détails de la mise en page (due à Alain Chevalier) ont fait de ce projet éditorial le plus plaisant et le plus collégial auquel il m’a été donné de participer. Continuer la lecture

Penser à, et avec, Fariba emprisonnée depuis plus de 1200 jours

Ma collègue Fariba Adelkhah est emprisonnée en Iran depuis plus de 1200 jours, punie pour avoir simplement exercer son métier de chercheuse. Avec mes collègues du CERI et de nombreuses autres personnes mobilisées, nous réclamons sa libération immédiate. Le comité de soutien à Fariba organise diverses manifestations et mobilisations à cette fin, et notamment un séminaire Sociologie et anthropologie sociale du politique : Penser en pensant à elle.

J’y ai participé, le 28 mars 2022, lors d’une séance intitulée Un autre regard sur la ville, en essayant de m’inspirer de ses travaux sur le sujet, notamment son article publié en 2017, Guerre et (re)construction de l’État en Afghanistan : conflits de tradition ou conflits de développement ?, International Development Policy | Revue internationale de politique de développement, 8, Article 8. https://doi.org/10.4000/poldev.2451

Mon exposé oral intitulé Beyrouth : effondrement, mobilisations urbaines et reconstruction des interstices est disponible en podcast (à partir de 1h17 50s jusqu’à 1h56), comme ceux des autres intervenants Nadia Hachimi-Alaoui et Laurent Fourchard. Les exposés sont suivis d’une discussion.

Face à la mer

Le motif de la mer est récurrent dans la filmographie prenant Beyrouth comme sujet. Regarder la mer, c’est tourner le dos à la ville, à ses divisions, aux destructions qu’elle subit, aux cris, aux bruits et aux larmes, aux temporalités désaccordées de la société. Regarder la mer, c’est y trouver ouverture, apaisement, liberté. La corniche de Beyrouth est souvent, d’ailleurs, le lieu privilégié de cette vision1. La mer peut aussi être un appel du large, et constituer alors une métaphore du départ.

Ce point de repère et de stabilité n’existe ainsi que par opposition, comme pour mieux signifier le dérèglement de la ville et de la vie de ses habitants, perdus, désorientés, qu’ils cherchent à partir ou qu’ils reviennent sur les traces envolées de leurs souvenirs. Dans ce cinéma, la mer n’est donc que rarement sereine et son calme et la prévisibilité du ressac sont constitutifs d’un malaise sous-jacent. Le cinéma de Ghassan Salhab, notamment Beyrouth fantôme et Terra incognita, exhibait ainsi ces motifs, tout comme un court métrage du même (Posthume) dont on a déjà parlé ici.

Dans cette logique, l’opposition de la mer et de la terre de part et d’autre de la ligne de rivage n’est pas aussi claire qu’il pourrait sembler. Car la terre et ses déchirements, ses destructions, ses pollutions trouvent dans la mer un exutoire et l’envahissent. Le dérèglement de la ville conduit à son débordement dans la mer : déblais, ordures, eaux boueuses et charriant immondices et pollutions altèrent et déforment le littoral en de gigantesques excroissances troubles et instables, que les flots lèchent, mélangent et emportent, déposant remugles et matières décomposées sur toute la côte. Pour leur part, les spéculateurs, les promoteurs, les ingénieurs et les urbanistes conjuguent leurs visions et leurs actions pour stabiliser ces formes incertaines et mouvantes, en faire de vastes plateformes destinées à accueillir le futur de la ville, un futur qui toutefois tarde à prendre forme. Ces espaces sont un décor amorphe, et lorsque s’édifient des bâtiments, ils restent vides et sans vie.

Face à la mer, d’Ely Dagher, qu’on pouvait voir sur les écrans français ces dernières semaines, s’inscrit dans la filiation d’un cinéma libanais de l’errance, de la jeunesse divagante et hébétée, qui ne trouve ni dans l’exil, ni dans le retour au foyer, ni dans la fête triste et dopée aux stimulants artificiels la possibilité de se construire et de construire un avenir. Dans un pays privé de liquidités par la crise financière et le chômage massif, les familles peinent à se nourrir. Dans les familles séparées par l’exode des jeunes, les repères s’effacent, le silence et l’incompréhension s’interposent entre les individus. Les mobilisations politiques ne sont plus qu’un souvenir évanoui.

La vue sur la mer est entravée par le mur des constructions bétonnées, et se réduit à une ligne de fuite. Roulant de nuit dans la ville sans vie, les deux jeunes gens qui en sont les personnages principaux se déplacent dans les rues vides, observent les immeubles luxueux aux appartements vacants. Dans cette scène nocturne, la lumière presque aveuglante semble celle d’un cauchemar irréel tant, dans la réalité des nuits du Liban d’aujourd’hui, l’obscurité perpétuelle éteint toute vision. Lorsqu’ils accèdent au rivage, la mer se révèle un cloaque tiède et trouble, la couleur bleue a cédé la place aux gris puis à une blancheur épaisse et sale, où flottent débris et fantômes d’humains noyés. Chronique d’une dépression collective sourde aux clameurs de la révolution, ce film gluant et désespérant exprime la noyade longue et insupportable d’un pays à l’abandon.

Pour autant, conclure sur cette note désespérée trahit en partie ce que transmet ce film. Son inventivité plastique, son art des points de vue, qu’il s’agisse des panoramiques à hauteur de drones saisissant la lumière irréelle de Beyrouth, ou du cadrage étonnant saisissant la joie des corps emportés par le rythme de la danse, et plus largement tout le travail sur les couleurs, constitue une puissante illustration du potentiel créatif et artistique de ce pays, de son énergie, de sa volonté de dépasser une réalité abjecte pour en exprimer les possibles latents.

Notes _____________________
  1. Je pense aussi ici aux réflexions de Jad Tabet, notamment un texte qu’il a publié en 1986, malheureusement non disponible en ligne : Tabet Jad, « La ville et le vide », in Peuples Méditerranéens, n°37, 1986, pp. 41-50.
    Je me permets également de renvoyer à quelques réflexions sur la méditerranéité paradoxale de Beyrouth, sur ce carnet : Méditerranéité – de Beyrouth à Marseille []

Carbon footprint of MENA cities

I recently drew map of MENA cities ranked by their carbon footprint. I used the data processed with my colleagues from the Atelier cartographique de Sciences Po for a chart on cities and their footprint. Even if a few Middle Eastern cities show on this chart (Cairo, Riyad, Kuwait), it’s difficult to get a complete understand of the main challenges regarding the cities from this region.

Les 500 premières villes mondiales par leur empreinte carbone. Source : Atlas des mondes urbains, 2000, ©Presses de Scienes Po. Créateur : Atelier cartographique de Sciences Po.

Most of the time, data on carbon footprint in the region is not visualized at the city level, but rather at the nation level, like these charts and maps by Karim Elgendy on his blog Carboun, one of the useful resources on this issue in the region. For small countries, in the Gulf for instance, it is not a problem. However, when speaking of bigger countries, it is useful to have a finer view.

MENA cities according to their carbon footprint (2015). Data : Global Gridded Model of Carbon Footprint http://carbonfootprint.info. Author: Eric Verdeil, CC by, using Magrit software.

It is important to note that the map only represents cities that are ranked among the biggest 500 cities in the world by their carbon footprint. Some big cities, such as Oran, Tanger, Damascus, Aleppo, Mascate, etc. are not on the map because they don’t feature in this list. I also chose not to show European cities, given the context where those data were presented.

Whatever the limitation of the data, the map displays an interesting message. There is a clear discrepancy between the carbon intensive cities of the Gulf, specifically Saudi Arabi, the Emirates and Qatar, as opposed to North African cities and most other cities in the Mashreq. Is is surprising for the cities of some oil exporting countries, such as Algeria, Iraq and may be Egypt. Iranian cities stand in an intermediary catogory, but quite similar to Turkish cities.

It suggests that, more than the involvement in hydrocarbon exploitation population, it is wealth and the associated standards of life (prominence of individual car use, air conditioning, resource-intensive construction) that factor in the calculation of the carbon footprint. National data linking carbon footprint and wealth inequalities, at the intenational and internal level, demonstrate it clearly in a recent study by the World Inequality Lab (Chancel 2021).

Pour aller plus loin, je me permet de renvoyer à de précédentes analyses sur le même sujet avec des approches plus orientées sur les questions de gouvernance et de modèles:

Verdeil Éric, 2018, « Energy Transition and Urban Governance in the Arab World » dans Eckart Woertz (ed.), “Wise Cities” in the Mediterranean? Challenges of Urban Sustainability, Barcelona, CIDOB, p. 93‑102.

Verdeil Eric, 2019, « Arab Sustainable Urbanism: Worlding Strategies, Local Struggles », Middle East – Topics & Arguments, 25 juin 2019, vol. 12, p. 35‑42.

Verdeil Éric, 2019, « Sustainable Urbanization? », World Energy, avril 2019, no 42, p. 32‑35.

Parution de Un miroir libanais des sciences sociales avec un chapitre sur Les études urbaines au Liban

J’ai le plaisir d’annoncer la parution de ce livre dirigé par Candice Raymond, Myriam Catusse et Sari Hanafi, qui comprend le chapitre que j’ai rédigé sur “Les études urbaines au Liban”. Ce chapitre est une version raccourcie et améliorée de mon working paper L’émergence des études urbaines au Liban. Engagements critiques locaux et mondialisation des pratiques académiques, paru en 2019.

La version auteur de ce texte sera maintenant en libre accès . En attendant ne pas hésiter à m’en demander la version PDF. On trouvera sur le site de l’éditeur toutes les informations sur la diffusion de l’ouvrage ainsi que l’introduction de cet ouvrage, qui précise le projet intellectuel, les composantes, et les principaux enseignements.

Seafront Reclamations, Rubble, and Waste: A Metabolic Reading of Lebanese Urbanization

Jana Nakhal and Abir Saksouk from Public Works Studio recently asked me to write about Beirut’s seafront reclamations among a series of pieces dealing with rubble, seen not only a metaphor of the Lebanese condition but its mere material incarnation. You can find the whole series here, the intro piece (Rubble. Back Filling as a Process of Rewriting History) by Jana Nakhal and my own article, which I reproduce here.

Since the outbreak of the waste crisis in the wider Beirut area in 2015, the Lebanese government has resorted to the supposedly temporary solution of storing municipal waste in the coastal landfills of Borj Hammoud, Jdeideh, and Costa Brava. Far from being new or temporary, this solution is in fact merely a repetition of decisions implemented during the Civil War, and in a number of Lebanese coastal regions such as Saida and Tripoli, all of which share several characteristics.[1] For instance, reclamations are often assigned to areas allotted for development in urban plans from the 1950s and 1960s, that were never implemented. These reclamations have become an important source for public works and real estate actors who are linked to leading Lebanese politicians, to dramatically increase profits and, in some cases, monopolize the land rent generated by these developments. Finally, the material that gives these embankments their reality erupts in moments of what we might call metabolic disturbances: when a seemingly sudden urban crisis results in an unexpected flow of materials that need to be stored in a particular place (e.g. municipal waste, rubble). These mechanisms of urbanization are a clear illustration of the notion of the Anthropocene, in that they constitute a new geological stratum created by human action. Continuer la lecture

Cartographie du Moyen-Orient : représentation, manipulation : une controverse de l’IREMMO

J’ai participé le 12 mai à une “controverse”, en fait un débat organisé par l’IREMMO sur la question de la possibilité de cartographier le Moyen-Orient, en compagnie de Dominique Vidal et de Philippe Rekacewicz. Voici la vidéo :

Pour naviguer plus efficacement, l’IREMMO a préparé un utile sommaire.

00:00 – Introduction par Dominique Vidal 06:00 – Intervention de Philippe Rekacewicz   17:00 – Comment le cartographe peut-il rendre compte de cette complexité du monde ?  24:00 – Intervention de Eric Verdel 31:00 – Une géographie instrumentalisée  35:00 – Les cartographies alternatives d’ONG 40:00 – La représentation des lignes de fractures dans la société libanaise 47:00 – La démographie et la cartographie de la Palestine 55:00 – Cartes militaires et cartes civiles  57:00 – La carte mentale 01:07:00 – La légende d’une carte 01:25:00 – Google et la cartographie 01:37:00 – La superposition des acteurs avec l’État-nation  01:40:00 – La représentation du confessionnalisme au Liban

[Parution] Instruments et territoires de la gouvernance des déchets au Liban

La décharge de Zahlé (Liban) – photo Eric Verdeil, 2019 (cc)

J’ai le plaisir de signaler la parution d’un article coécrit avec Jihad Farah, dans le cadre du numéro thématique “Penser le politique par les déchets” coordonné par Fabrizio Maccaglia et Claudia Cirelli pour Géocarrefour. Voici la référence exacte et le lien vers l’article en accès libre:

Farah Jihad et Verdeil Éric, 2021, « Instruments et territoires de la gouvernance des déchets au Liban », Géocarrefour, 2021, vol. 95, no 1, p. 1‑29.

English version : Instruments and spaces of waste governance in Lebanon

Continuer la lecture

La reconstruction de Beyrouth après le 4 aout au miroir des reconstructions précédentes

J’ai eu le plaisir de participer le 4 décembre 2020 à la journée d’étude du Centre arabe de recherches et d’études politiques Les villes dans le monde arabe, organisé par Isabel Ruck, et plus particulièrement au premier panel animé par Leïla Vignal Conflits armés et reconstructions, en compagnie de Myriam Ababsa sur Raqqa, Valérie Clerc sur Damas et Rouba Wehbé sur l’exclusion des Palestiniens des marchés fonciers au Liban.

Je me suis efforcé de saisir les différences entre ces épisodes de reconstruction selon trois grands enjeux : la nature et la temporalité des destructions, ainsi que leurs effets sociaux ; la dimension politique des reconstructions, en particulier les enjeux de peuplement qui leur sont associés ; et les cultures urbanistiques qui façonnent les débats, les conceptions et les outils de la reconstruction. A partir d’une rapide lecture des reconstructions de Beyrouth dans les années 1990 et en 2006, je m’efforce de caractériser les enjeux et les débats de la période actuelle. Mon intervention commence à partir de 1h52mn.

[MçJ 25/2/2021 : une version écrite de mon intervention est désormais disponible en ligne via le site du CAREP]

Comptes rendus, recensions et entretiens à propos de l’Atlas des Mondes Urbains