Archives par étiquette : reconstruction

[Vidéo] Reconstructions au Liban : mots, temporalités, gouvernances

Dans le cadre du séminaire Après le 4 août, organisé par l’IFPO, j’ai présenté le 2/10/2020 (et non le 16/10 comme écrit par erreur) quelques réflexions qu’on peut revisionner dans la vidéo ci-dessous.

L’objectif de cette présentation est de réfléchir aux points de comparaison pertinents entre les reconstructions qu’ont connu les villes libanaises dans le passé et la situation actuelle de Beyrouth. A travers un regard éloigné et une mise en perspective, il s’agit de soulever des questions sur les processus en cours dans les quartiers affectés par l’explosion du 4 août. Continuer la lecture

Les enjeux de la reconstruction de Beyrouth après l’explosion du 4 août – la question de la place de l’armée

Le Beirut Urban Lab de l’Université américaine de Beyrouth, animé par Mona Fawaz et Mona Harb, produit actuellement des données et une réflexion absolument incontournable pour qui veut comprendre la situation à Beyrouth après l’explosion du 4 août dernier. Plusieurs remarquables entretiens et textes sont parus sur leur site. Le document le plus complet à ce jour est le rapport Leave no one Behind : for an inclusive and just recovery process in post-blast Beirut publié sous l’égide du PNUD début septembre. On peut aussi renvoyer à une analyse passionnante de Mona Fawaz dans un podcast du LCPS (Rebuilding Beirut: How to curtail neoliberal urbanization). Je m’attarderai ici sur l’exposé de Mona Harb lors qu’une rencontre intitulée Beirut Reconstructions, organisée par l’Université Cornell le 7 octobre dernier et accessible sur YouTube. Après une longue introduction par les organisateurs, un premier exposé (à partir de la 17 min) de Elie Haddad est centré sur la présentation historique des zones touchées et celle des dégâts d’un point de vue architectural, patrimonial et urbanistique.

Je partage ici un résumé de l’intervention de Mona Harb: Preliminary reflections on the recovery response to the Port blast in Beirut (de 39 min à 1h06). Je conclurai le billet par quelques réflexions sur des points qui m’ont paru très originaux, notamment la question de la place de l’armée.

L’intervention est structurée en deux temps. D’abord, une mise en perspective les dégâts avec les tendances de transformation urbanistique et économique des quartiers touchés, à savoir :
– la gentrification qui, partie de Solidere après la fin de la guerre civile dans les années 1990 s’est étendue à de nombreux quartiers du péricentre de Beyrouth et du reste de la municipalité ;
– l’abandon d’un certain nombre d’immeubles, généralement après une longue période de négligence et de manque d’entretien par leurs propriétaires en conflit avec des locataires bénéficiaires de la loi sur les anciens loyers, ou tout simplement incapable du fait des maigres loyers perçus d’assurer l’entretien. Au départ de ces locataires, ces immeubles sont rachetés par des promoteurs qui attendent la remontée du marché immobilier pour les détruire et construire à la place. L’explosion va renforcer cette part du parc immobilier.
– la vacance : Beyrouth a vu la construction d’un grand nombre d’immeubles de grande hauteur depuis 15-20 ans. Le taux de vacance de ces immeubles est énorme (jusqu’à 56% dans certaines zones). Cette vacance s’explique par des investissements immobiliers de sécurisation des avoirs, mais la crainte de mettre en location. Une partie de cette vacance s’explique aussi par des invendus des promoteurs.
– perte de patrimoine : près de 350 immeubles ont subi des dégâts graves, la plupart étant des immeubles anciens. La perte patrimoniale concerne aussi, au-delà des immeubles individuellement, une forme urbaine : la rapport à la rue, des espaces publics et toutes les pratiques et les représentations attachées à cet espace .
– la paupérisation : déjà avant l’explosion les indicateurs de pauvreté avaient explosé et la Banque mondiale estimait que plus de 50% des Libanais devaient être sous la ligne de pauvreté. La perte des revenus des activités de cette zone, le port en premier lieu, puis les loisirs et la restauration, les bureaux mais aussi les petits commerces, les ateliers de réparation, etc. a évidemment largement aggravé la situation. De surcroit, loin de toucher uniquement les habitants de ces quartiers, ce sont des pans entiers de la population libanaise qui sont concernés vu le rôle économique majeur de cette zone. Mona Harb précise à juste titre que l’impact est ressenti jusque dans la diaspora, à la fois parce que ces quartiers, notamment les espaces de loisirs et de restauration, étaient devenus depuis 15 ans, des lieux majeurs de retrouvaille et de fréquentation, avec une forte dimension identitaire. Mais aussi parce que beaucoup de membres de la diaspora avaient placé leurs économies dans des investissements immobiliers. Or, les grands immeubles, s’ils n’ont pas affecté structurellement, ont subi de très grands dégâts (notamment le verre, les menuiseries, les équipements collectifs, etc.) et donc ces investissements (productifs ou non, cf. ci dessus la question de la vacance) ont été fortement dépréciés1

Continuer la lecture Notes _____________________
  1. Pour information, cette analyse se trouve plus amplement développée dans le rapport que Mona Harb et Mona Fawaz ont publié sous l’égide du PNUD fin aout : voir Leave no one Behind : for an inclusive and just recovery process in post-blast Beirut : https://www.arabstates.undp.org/content/rbas/en/home/library/crisis-response0/leave-no-one-behind–for-an-inclusive-and-just-recovery-process-.ht. []

Beyrouth, ville divisée

L’enregistrement de ma conférence « Beyrouth, ville divisée » tenue aux Rendez vous de l’Histoire du Monde arabe, à l’Institut du Monde arabe, le 21 mai dernier, est en ligne. En complément, voici aussi mon support de présentation:

Les autres conférences peuvent être retrouvées ici.

La reconstruction entre politiques et cultures urbanistiques. Réflexions à partir de l’exemple de Beyrouth

Le plan des immeubles reconstruits (source: Waad)

Le plan des immeubles reconstruits (source: Waad)

Vient de paraître, cette communication au colloque Waad, l’expérience unique, qui s’est tenue en juillet 2012 à Beyrouth, au sujet de la reconstruction de la banlieue sud suite aux bombardements israéliens de 2006. J’avais rendu compte de ce colloque dans un texte paru sur Les Carnets de l’IFPO en septembre 2012.
Voici la référence complète de mon intervention (version d’auteur en libre accès):
Verdeil Eric, 2013, « La reconstruction entre politiques et cultures urbanistiques. Réflexions à partir de l’exemple de Beyrouth », in Majalat al-mi’mar al ‘arabi (revue d’architecture arabe), Actes du colloque : Waad, une expérience unique?, Beyrouth, p. 175‑189.
Et le résumé :

Les reconstructions urbaines sont des moments où les rapports de force politiques sont très visibles. Mais ces projets comportent également une très forte dimension technique. L’objectif de cet article est d’articuler ces deux dimensions de ces opérations d’urbanisme, en construisant une grille de lecture basée sur deux axes eux-mêmes décomposés en une série de critères : le premier axe renvoie aux politiques de reconstruction, et le second aux cultures de l’urbanisme. Cette grille est ensuite appliquée à l’urbanisme libanais. Sont ainsi analysés quatre épisodes de reconstruction à Beyrouth : les projets de 1977 et 1982-83 et l’opération Solidere (démarrée en 1991) puis, plus en détail, l’opération Waad dans la banlieue sud de Beyrouth à la suite de la guerre de 2006. La mise en série de ces opérations permet de dégager les caractéristiques de chaque projet/opération et d’identifier, in fine, les caractères originaux de la reconstruction de la banlieue sud, notamment les choix spatiaux (reconstruction à l’identique), la temporalité très rapide des opérations, le financement endogène du projet (sans recours au marché) et la culture urbanistique à la fois locale et partisane, de type municipale, développée par le Hezbollah.

Sur le même sujet, il faut signaler la dernière publication de Mona Fawaz (qui développe un point de vue très critique sur cette opération):

Fawaz M., 2014, The Politics of Property in Planning: Hezbollah’s Reconstruction of Haret Hreik (Beirut, Lebanon) as Case Study, International Journal of Urban and Regional Research, 2014, OnlineFirst.

Assem Salam, disparition d’une figure majeure de l’architecture et de l’urbanisme au Liban

Assem Salam chez lui, photo par Jens Schwarz (c) pour GéoMagazine 2010 (repris sur Facebook)

Assem Salam, né en 1924, est décédé le 5 novembre 2012 à Beyrouth. La presse libanaise consacre quelques articles à ce triste événement (notamment Al Akhbar English), mais sans se hisser à la hauteur du défunt. J’ai eu la chance de rencontrer A. Salam à diverses reprises durant ma thèse, lorsque je travaillais à l’IFPO Beyrouth. Il était en effet très accessible et recevait facilement les chercheurs. S’il n’aimait pas employer le français en public, il le parlait pourtant très bien. Je l’avais brièvement revu tout récemment, en juillet 2012, lors de l’atelier consacré au projet Waad de reconstruction de la banlieue-sud de Beyrouth. Opposant ce dernier à l’opération Solidere dans le centre-ville de Beyrouth, il avait mis en avant les réussites d’une reconstruction qui a permis en quelques années de faire revenir les habitants de son quartier sur leurs lieux de vie. A. Salam s’était en effet engagé de toutes ses forces contre Solidere, et plus largement la politique urbaine de Rafic Hariri à Beyrouth et au Liban, notamment à cause de leurs impacts sociaux, environnementaux et patrimoniaux, sans parler du problème de l’expropriation qu’il considérait comme anticonstitutionnelle malgré les jugements rendus. C’est dans ce contexte qu’il avait été élu, en 1996, Président de l’Ordre des ingénieurs et architectes de Beyrouth. Régulièrement sollicité sur les problèmes d’urbanisme au Liban, il répondait avec vivacité pour souligner les carences de la gestion publique comme la lutte contre les abus, par ex. dans cet entretien suivant le drame de l’immeuble Fassouh à Achrafieh. Si cet aspect de son engagement urbain et politique est bien connu, d’autres épisodes  méritent également d’être évoqués. Continuer la lecture

Retour sur la reconstruction de la banlieue sud de Beyrouth dans les Carnets de l’IFPO

Rumor délocalisé! A la suite de ma participation, les 12 et 13 juillet, à « l’atelier de travail » intitulé « Waad: Une expérience unique » organisé par la municipalité de Haret Hreik et la structure d’aménagement Waad avec l’appui d’universitaires de l’Université Libanaise et de la Lebanese American University, Les Carnets de l’IFPO m’ont invité à en présenter un compte rendu. L’occasion peut-être pour les lecteurs qui ne connaissent pas ce carnet de haute tenue d’y jeter un œil. L’occasion pour moi aussi d’être connu par de nouveaux lecteurs. Continuer la lecture

La reconstruction post-2006 au Liban : un laboratoire pour de nouvelles pratiques de l’urbanisme

Cliquer pour accéder à la présentation du livre sur le site de Rouledge

La revue Métropolitiques, dont je suis devenu correspondant pour le Moyen-Orient, vient de publier mon commentaire sur l’ouvrage de Al-Harithy, Howayda (dir.) 2010. Lessons in post-war reconstruction. Case studies from Lebanon in the aftermath of the 2006 war, Londres : Routledge, 218 p. Ce compte rendu est également publié, dans une version légèrement différente et en arabe, dans le numéro 15, summer 2011 de Idafat, la revue arabe de sociologie (cf. ici le texte en arabe en PDF). Je remercie Sari Hanafi qui est à l’origine de cette initiative, ainsi que Mona Fawaz avec qui je poursuis la discussion sur ces questions (ici par exemple).

Voilà le résumé et le lien vers le texte sur le site de Métropolitiques.

Les reconstructions sont souvent des moments d’accélération de l’évolution des modes d’intervention urbanistique. Le cas du Liban post-2006 en est un exemple. Cet ouvrage présente l’analyse par des urbanistes et universitaires de leur propre intervention, dans un contexte marqué par le retrait de l’État et l’implantation locale forte du Hezbollah.