Archives par étiquette : Marseille

Hommage à Marcel Roncayolo

Portrait de Marcel Roncayolo (c)Bénédicte Sire – 2007

[Marcel Roncayolo est mort le 13 octobre 2018 à l’âge de 92 ans. Son oeuvre a inspiré mon travail de recherche depuis que j’ai eu le grand honneur de le rencontrer, en 1992, puis de poursuivre avec lui tout une série d’échanges professionnels et amicaux. Sa famille m’a demandé d’évoquer son souvenir lors de la cérémonie religieuse qui s’est tenue à l’église de L’Immaculée-Conception à Paris 12e le 17 octobre dernier.

C’est une grande émotion que de prendre la parole ce matin pour évoquer la mémoire et le legs de Marcel Roncayolo, qui fut pour de nombreuses personnes réunies ici non seulement un maître et un conseiller, mais aussi un ami – et cela malgré les différences de statut et d’âge. Celui que nous appelions familièrement « Ronca » était facilement accessible et curieux des travaux de ses collègues et de ses étudiants. J’ai sans doute été l’un de ses derniers élèves. Il prit sa retraite avant que je ne commence ma thèse, qu’il a suivi de loin, avant de me faire l’honneur d’en présider le jury.
Mon regard sur son parcours est donc en partie indirect ; et il porte plutôt sur l’aval de sa carrière. Je n’évoquerai qu’en passant son itinéraire (ENS, EHESS, Nanterre..), les hautes responsabilités qu’il a exercées (direction adjointe de l’ENS, direction de l’IUP), enfin ses distinctions (Prix spécial du jury du Grand prix de l’urbanisme) , même si elles constituent une part essentielle de sa vie. J’essaierai de rendre compte de ce qu’il représentait pour nous à partir de quelques chemins de traverse où nous nous sommes croisés.
En 1992, jeune normalien géographe, je cherchais à faire un stage consacré à des questions d’aménagement près de Martigues, la ville de mon enfance. C’est assez naturellement qu’on m’envoya à Marcel Roncayolo pour solliciter ses conseils. Il me reçut dans son bureau étroit de l’EHESS, pleins de livres et de thèses. Je me souviens de la chaleur de son accueil, de sa simplicité. Il m’adressa à Sophie Bertran de Balanda, urbaniste de la Ville de Martigues, avec qui il avait récemment travaillé dans le jury d’un projet d’urbanisme Lors de ce stage, je découvris que Marcel Roncayolo poursuivait sa réflexion sur la ville, avec un livre inspiré par Sophie Bertran de Balanda en collaboration avec le peintre Jean Charles Blais. Tous deux se livraient à l’exploration du territoire martégal lu comme un palimpseste de peintures colorées et naïves et de vieilles cartes. Lors de diverses rencontres au fil de ce projet, notamment à Marseille dans le quartier des Chartreux, Marcel Roncayolo racontait avec bonhomie ses souvenirs des lieux, tout en m’utilisant comme un témoin et un interprète de la ville sans que je m’en rende compte immédiatement. C’est à la suite de ces rencontres que je suivis son séminaire de l’EHESS, un temps privilégié d’accès à des problématiques nouvelles, croisant regard d’architectes et de sociologues et vision de géographes et d’historiens. Le plus frappant était un style de conversation scientifique très ouverte, laissant souvent la place à l’improvisation au gré des questions et interpellations – une forme de joute verbale que Marcel Roncayolo affectionnait.
Une deuxième ville de rencontre fut Beyrouth : je venais d’y arriver comme coopérant, et Marcel Roncayolo y avait été invité pour une conférence en 1996. Avec ma femme, au bord de cette Méditerranée qui leur évoquait, sur l’autre rive, Marseille, nous guidèrent les époux Roncayolo vers les villes antiques de Sidon et de Tyr, entre les ruines archéologiques et celles, presqu’encore fumantes, du conflit libanais. Ce fut, je crois, leur dernier grand voyage ensemble. Ces moments de découverte partagée établirent entre nous un lien solide, qui s’affermit alors que Beyrouth devint le terrain de ma thèse dont Marcel Roncayolo accueillit l’expression des premiers résultats dans une des dernières sessions de son séminaire de l’EHESS. Mon travail s’est nourri de ses réflexions autour de l’idée que les villes sont toujours en quelque sorte asynchrones à elles-mêmes, qui appellent à l’exploration des temporalités différenciées des idéologies aménageuses, de l’action urbaine, des changements sociaux et de la forme matérielle de la ville.
La troisième ville de rencontre est Lyon – une ville que Marcel Roncayolo a dû très souvent traverser mais qui constitue plutôt un arrière-plan dans son travail ; une ville où j’ai vécu une douzaine d’années après mon retour de Beyrouth. Cela m’avait éloigné de Paris et nos rencontres s’étaient espacées. J’eus vent, sans doute par Sophie Bertran de Balanda, de ce que Marcel Roncayolo cherchait alors à republier son livre L’Imaginaire de Marseille, Port Ville Pôle. Je fis en sorte de rendre cela possible dans une nouvelle collection des Presses de l’ENS de Lyon dénommé la Bibliothèque idéale des sciences sociales. Lors du séminaire de présentation du projet, Marcel Roncayolo, déjà moins en jambes, était visiblement très heureux et impressionna l’auditoire par son enthousiasme et sa vitalité. Cette publication a permis de souligner une dimension parfois mal connue de son œuvre, qui traverse pourtant Les grammaires d’une ville, comme La ville et ses territoires. Elle est un plaidoyer pour une géographie culturelle ouverte aux vents du large, affranchie des rigidités identitaires, qui permet de penser tant l’appartenance aux lieux que les inquiétudes du temps présent.
Je voudrais terminer en revenant sur l’œuvre écrite de Marcel Roncayolo. Elle est aujourd’hui imposante et reconnue, mais elle fut longue à venir, lente à se sédimenter dans ce style dense et subtil qui fait écrire à une collègue sur Twitter ces jours-ci : « le seul géographe qui écrivait vraiment bien » (Anne-Laure Amilhat-Szary). Cette œuvre imposante a d’abord été une œuvre éparse, produite au gré des sollicitations amicales et des rencontres scientifiques. Elle témoigne de son gout pour la discussion et l’échange, ainsi que de son souci d’écrivain perfectionniste, reprenant et affinant sans cesse les phrases et les mots jusqu’à trouver l’expression juste. Mais ces œuvres longtemps retenues (La Ville et ses territoires, Les Grammaires d’une ville, Lectures de villes…) ont fait date et nourri plusieurs générations de jeunes chercheurs et chercheuses, et en particulier celles qui ont commencé leurs recherches dans les années 1990. Je suis frappé en tout cas ces jours-ci du nombre de mes contemporains invoquant sur les réseaux sociaux la mémoire de Marcel Roncayolo et surtout soulignant son influence, des historiens, des géographes, des sociologues, des architectes, des urbanistes, en France et au-delà de nos frontières.
Aujourd’hui, la tristesse de son départ ne doit pas masquer le souvenir de son accueil souriant, ni les suggestions stimulantes que nous laisse son approche des villes. Qu’il repose en paix.

En complément

Brun Jacques, Burgel Guy et Ozouf-Marignier Marie-Vic, « Marcel Roncayolo, éclaireur de la ville »,. Libération.fr.  18/10/2018,  Adresse : https://www.liberation.fr/debats/2018/10/18/marcel-roncayolo-eclaireur-de-la-ville_1686276.

Rof Gilles, « La mort du géographe Marcel Roncayolo, ». Le Monde. 17/10/2018 Adresse : https://www.lemonde.fr/disparitions/article/2018/10/17/la-mort-du-geographe-marcel-roncayolo_5370855_3382.html.

D’autres billets évoquant Marcel Roncayolo sur ce carnet.

Boris Grésillon et moi nous entretenant avec Marcel Roncayolo en mars 2013. L’entretien a été publié dans Rives Méditerranéennes. Photo de Sophie Bertran de Balanda.

Le géographe dans sa ville. Présentation du nouveau livre de Marcel Roncayolo et Sophie Bertran de Balanda

ronca-couvJe participerai le 10 septembre prochain au musée de la ville de Marseille à une table ronde organisée par les Editions Parenthèses à l’occasion de la sortie du livre de Marcel Roncayolo et Sophie Bertran de Balanda : Le géographe dans sa ville. De ce dialogue mené sur plus d’une décennie sont issus un texte autobiographique et réflexif sur la manière dont la ville natale (Marseille) a façonné l’expérience et informé la réflexion ultérieure de Marcel Roncayolo, et une série de dessins croqués par Sophie Bertran de Balanda lors de multiples promenades dans le Marseille actuel, dessins que les deux auteurs commentent et qui ont fonctionné comme des madeleines proustiennes pour faire surgir les souvenirs qui structurent le texte de Roncayolo.

affiche roncaLa table ronde aura lieu de 14h30 à 17h30 environ. Elle sera lancée par la projection du film Marcel Roncayolo : interprète de ville de Herta Alvarez-Escudero (2009 – 53 min). Lieu : Musée d’histoire de Marseille, 2  Rue  Henri Barbusse – 13001 Marseille.

Elle s’insère dans un ensemble de manifestations, balades, projections qui durera jusqu’au mois d’octobre.

Brochure du programme et présentation du livre à télécharger.

 

Méditerranéité – de Beyrouth à Marseille

med-libSollicité par l’équipe de consultants IntraDev pour réfléchir sur l’urbanisme de la métropole marseillaise à partir d’une perspective beyrouthine, j’ai relu l’opuscule La Méditerranée libanaise, éditée en 1999 sous la houlette de Thierry Fabre dans un coffret de textes intitulé Les représentations de la Méditerranée, chez Maisonneuve et Larose, éditeur aujourd’hui disparu. Cet opuscule comprend deux textes: le premier, plutôt littéraire et politique, est de l’écrivain Elias Khoury et s’intitule « Beyrouth et la Méditerranée. Langue double, langue plurielle » ;  L’autre, de l’historien (et très belle plume) Ahmad Beydoun, « Extrême Mediterranée. Libanisme contemporain à l’épreuve de la mer ». L’un comme l’autre, par des chemins différents, démontent cette évidence apparente d’une « méditeranéité libanaise ». Cela m’a inspiré les réflexions suivantes, à poursuivre peut être.

La « méditerranéité » de Beyrouth et ce qu’elle peut nous dire de celle de Marseille

Le discours sur la méditerranéité des villes du pourtour méditerranéen doit toujours être compris comme une construction idéologique, souvent promue par les autorités politiques, dans un jeu de tensions identitaires. Dans le cas de Beyrouth, la méditerranéité est un discours qui a pour fonction de masquer et de rejeter d’autres mythes politiques non consensuels, en l’occurrence le discours sur l’appartenance du Liban à l’ensemble arabe, notamment à partir de la fin du XIXe siècle. Le discours sur l’appartenance méditerranéenne du Liban, ultérieurement, a aussi pour fonction de conjurer d’autres identités qui s’imposent à ce pays, notamment les identités confessionnelles, volontiers présentées comme des discours montagnards. Beyrouth, ville portuaire, incarne par excellence cette vocation méditerranéenne en tant qu’ancienne échelle du Levant.

Cette idée d’une ville méditerranéenne, ou plutôt d’une méditerranéité à révéler, a plusieurs fois animé les politiques urbanistiques: la première fois dans les années 1960, notamment dans lors des travaux commandés par le général Chéhab à l’urbaniste Michel Ecochard, qui célébrait Beyrouth comme une capitale de la Méditerranée (voir ici) ; la seconde lors de la reconstruction de 1977 (chapitre 9 de ma thèse) ; et de nouveau, quoique plus discrètement, lors de la reconstruction des années 1990. Mais ce discours urbain se voulant réconciliateur, mettant en avant le commerce comme facteur de paix, a toujours eu du mal à réellement modeler la cité et à suturer ses blessures. Paradoxalement même, il a été mis en avant à un moment où, comme l’ont observé plusieurs analystes critiques (dont Elias Khoury et avant lui Jad Tabet), la ville en un sens tournait le dos à la mer, et où les appropriations privées du littoral en séparaient la majorité des Beyrouthins.

De cet usage et de cette rhétorique superficiellement consensuels de la notion de Méditerranée, Marseille et son projet métropolitain doivent se méfier et ne doivent pas abuser, nous suggère l’exemple beyrouthin. Surtout que la réalité de la diversité culturelle d’une ville comme Beyrouth – et sans doute pourrait-on faire une observation similaire pour Marseille – dépasse en fait largement la Méditerranée. Ainsi, le bouillonnement culturel beyrouthin des années 1960, tant vanté, était en fait largement un bouillonnement arabe, avec la présence d’intellectuels irakiens, égyptiens, palestiniens, syriens qui se reconnaissaient peu dans la Méditerranée. De nos jours, la diversité arabe reste forte, mais elle se double d’une dimension spécifique à la diaspora libanaise, reliée à New York, Londres, Sao Paulo, Montréal, Paris bien sûr, voire Sidney, sans parler de Dubai et Riyadh… ce qui finalement relativise la méditerranéité…

Mutatis mutandis, si l’on pense à Marseille, n’est elle pas autant ou plus en relation avec des villes d’Europe, d’Afrique noire, d’Asie qu’avec ses voisines méditerranéenne? y compris au niveau des coopérations urbanistiques? Ici, les pratiques sont en fait plus diverses que le discours officiel, y compris culturel. C’est ce que suggérait Boris Grésillon dans son petit ouvrage sur MP 2013 (voir mon commentaire), où il regrettait que cet événement et son insistance sur la vocation méditerranéenne de Marseille laissaient au second plan, voire même délaissaient, les ancrages européens de la cité phocéenne.

 

Entretien avec Marcel Roncayolo sur les grands événements culturels

En attendant la parution désormais imminente de L’Imaginaire de Marseille de Marcel Roncayolo sur la BI2S, j’ai le plaisir de signaler la parution en ligne d’un entretien que le géographe de Marseille avait accordé en mars 2013, à Boris Grésillon et moi-même, à son domicile marseillais. Il s’inscrit dans le dossier « Faire durer l’événement« , coordonné par Pascale Froment et Boris Grésillon pour la revue Rives méditerranéennes.

L’entretien n’est actuellement disponible en ligne que pour les abonnés à Cairn ou les acheteurs (elle sera en Open Access en janvier 2018). Je me permets donc d’en extraire le fragment suivant où, après une discussion très critique sur les réalisations de Marseille 2013, il revient sur l’enjeu métropolitain dans son rapport à l’événement culturel.

EV : Mais pour revenir à une période plus récente, peut-on dire que le meilleur usage possible que l’on pourrait faire de Marseille Provence capitale européenne de la culture serait d’en faire un accélérateur de métropole ?

M. Roncayolo : D’abord il faudrait concevoir la métropole non plus comme un espace organisé à la façon d’un territoire simplement plus grand que la ville avec ses banlieues, ce qui est la définition initiale de l’aire métropolitaine américaine. Il faut voir la métropole comme quelque chose qui anime un espace à géométrie variable et qui ne s’inscrit pas ou de moins en moins – avec les moyens de communication actuels – dans un territoire préalablement délimité. La notion même de métropole au sens de métropole régionale c’est-à-dire la capitale d’un espace lui-même limité, perd en partie de sa cohérence. D’autre part, le concept de métropole régionale n’est pas à mon avis dans l’ADN marseillais. Cet ADN est plutôt en relation, via la mer, la Méditerranée, et la terre, avec des pays relativement lointains qu’avec des pays frontaliers, et il exerce moins des influences directrices que le rôle d’un élément de liaison. Marseille, c’est avant tout un lieu d’échanges, un lieu de rencontre, un lieu à la fois de convergence et de dispersion. C’est ça qui est important parce qu’elle a d’un côté la Méditerranée et de l’autre le continent. Autrement dit, il faut penser « anti-régionalement » et à mon avis, la grande liaison qui est nécessaire, c’est avec Lyon. Il faut une politique commune à Lyon et à Marseille, beaucoup plus qu’une politique qui serait une politique d’organisation de tout l’espace qui se situe entre la région lyonnaise et la région marseillaise. Dans le même élan, on pourrait aussi créer des liens avec Montpellier.

En résumé, je crois que l’ADN de Marseille est d’être un point d’articulation beaucoup plus qu’une métropole. Elle n’est pas capitale pour un tas de raisons. Elle n’a pas la société d’une capitale car une société de capitale, ça se forge et s’accumule dans le temps. Mais elle reste un admirable point d’articulation et de porosité possible.

EV : Du coup, quelle lecture faites-vous du projet de Métropole marseillaise porté par l’Etat actuellement ?

M. Roncayolo : On ne peut pas faire une politique qui s’enferme dans les moyens – qui sont d’ailleurs faibles – de Marseille. Marseille, d’un point de vue fiscal, est un vide par rapport aux villes de sa périphérie, Aix, Istres ou Martigues. Martigues a beaucoup plus de revenus par habitant que Marseille. Mais les communes de banlieue ne veulent pas entendre parler d’alliance, a fortiori de fusion, avec Marseille ! Plutôt qu’une Métropole institutionnelle, imposée d’en haut et figée dans des limites administratives intangibles, ce sont des territoires et des alliances par rapport à chaque projet qu’il faut constituer. Une sorte de métropole par projet (même si c’est un peu utopique), comme on a inventé un urbanisme par projet en réaction à l’urbanisme planificateur.

En attendant le Roncayolo

Roncayolo-a-sa-table-de-travail1

(c) Sophie Bertran de Balanda

La réédition de L’Imaginaire de Marseille de Roncayolo a pris un certain retard, comme d’ailleurs l’ensemble de la collection Bibliothèque idéale des Sciences sociales, dont plusieurs volumes sont pourtant prêts. Monde tristement indécis et irresponsable de l’édition universitaire… Dans cette affaire, nous aurons raté le moment Marseille 2013, pourtant idéal pour cette réédition.

Pour les plus pressés, qui n’ont pour seule échappatoire que de retrouver le livre dans une bibliothèque (voir ici pour les BU), on peut toutefois renvoyer à l’enregistrement de la séance du 10 décembre 2012 consacrée à cet ouvrage (sur Liens Socio). Marcel Roncayolo répond à mon intervention introductive et aux questions des participants au séminaire. J’en profite pour mettre en ligne mon texte introductif à cette réédition espérée (« L’Imaginaire de Marseille, une géographie culturelle méconnue »). Continuer la lecture

L’urbanisme de la région marseillaise : célébration, justification et perceptions habitantes (2)

Ce deuxième volet de la réflexion amorcée dans le billet précédent à partir de la journée martégale autour de Michel Ecochard prend ici pour matière l’exposition Marseille : de la ville à la métropole. Organisée à par l’AGAM (l’agence d’urbanisme de la Communauté urbaine), elle se donne pour objectif d’éclairer pour les visiteurs les logiques de développement d’une ville souvent perçue comme désorganisée, chaotique et inachevée. Il s’agit en particulier de faire œuvre de pédagogie pour comprendre les évolutions de la ville sur le temps long (le dernier demi-siècle). Point de célébration, ici, comme à propos d’Ecochard à Martigues. On serait bien en peine de déceler en effet un grand dessein que Marseille aurait suivi, tant les contraintes, les pressions et les revirements ont été forts. Au contraire, la question se pose plutôt de savoir s’il y a eu un pilote dans l’avion, et qui va prendre les commandes aujourd’hui. De ce point de vue, l’exposition peut se lire, notamment s’agissant des dix dernières années, comme une justification de la politique menée par le maire de Marseille, Jean-Claude Gaudin, en partenariat « intelligent avec la Communauté urbaine… initiée depuis 2000 » comme il le dit lui-même dans l’introduction de la Revue culturelle de la Ville de Marseille qui fait office de catalogue. En ligne de mire de l’exposition, la métropole, telle que relancée par l’État cet été, est présentée comme l’avenir de Marseille. Si c’est là un grand dessein, et un changement majeur, comment est-il ici expliqué aux visiteurs? Continuer la lecture

L’urbanisme de la région marseillaise, entre célébration, justifications et perceptions habitantes(1)

Invité à Martigues pour une table-ronde des Mardis du Patrimoine consacré à l’œuvre de l’architecte et urbaniste Michel Ecochard dans cette ville, j’en ai aussi profité pour visiter  l’exposition de l’agence d’urbanisme de Marseille, l’AGAM, « Marseille : de la ville à la métropole« . Si l’on ajoute à cela les réflexions sur l’Imaginaire de Marseille, de Marcel Roncayolo, et sur l’actualité de Marseille Provence Capitale de la Culture 2013, c’est pour moi comme une sorte de retour aux sources, la région marseillaise ayant été non seulement mon berceau mais aussi mon premier objet d’étude… Cela m’a toujours placé dans une situation inconfortable, à voir des beautés ou des réussites là où les habitants ordinaires ressentaient plutôt gêne, inconfort ou insatisfaction quotidienne. Ces deux événements, justement, sous des formes évidemment différentes, m’ont interrogé par la tension qui s’y dévoile entre une mise en histoire plutôt auto-satisfaite de l’urbanisme régional et une vision bien plus critique qui émerge des discours et des pratiques des habitants. Ce premier billet traite de Martigues, et présente en miroir l’étonnante continuité d’un dessein urbanistique défini par Ecochard, porté par sa municipalité depuis cinquante ans, et les réactions de quelques habitants. Un second billet à venir rendra compte de ma visite à l’exposition « Marseille: de la ville à la métropole », consacrée à l’histoire de l’urbanisme de la région. Continuer la lecture

Marseille capitale? Du tourisme culturel comme adjuvant métropolitain

Réflexions sur : Boris Grésillon, 2011, Un enjeu « capitale » Marseille-Provence 2013, (Monde en cours. Série Essais, ISSN 1630-5612). La Tour d’Aigues, France, Éditions de l’Aube, 171 p.

Cet article est également publié sous une forme légèrement modifiée, avec la référence suivante qu’il est préférable de citer : Éric Verdeil, « Marseille, capitale de la culture 2013 – et après ? », Métropolitiques, 8 février 2013. URL : http://www.metropolitiques.eu/Marseille-capitale-de-la-culture.html

Le petit essai de Boris Grésillon, paru en 2011, mérite qu’on revienne un instant sur son propos alors que débutent les festivités de l’année Marseille 2013 Capitale européenne de la culture, suscitant dans la presse des appréciations très contrastées. On connaît les travaux précédents de ce géographe, notamment consacrés à Berlin, aux villes d’Allemagne orientale ou déjà, aux villes culturelles de la Méditerranée (Grésillon 2002, 2010, 2011). Il y interroge la fonction de la culture dans son rapport à la métropolisation et aux politiques urbaines : à la fois critère de distinction dans les stratégies désormais convenues de la ville créative, mais aussi, de manière plus originale, analyseur des recompositions socio-spatiales et révélateur de lignes de fracture. Continuer la lecture

Retour sur L’imaginaire de Marseille de Marcel Roncayolo

La Bibliothèque des Sciences Sociales est un projet animé par l’équipe de Liens Socio à l’ENS de Lyon, visant à rééditer en ligne des classiques des sciences sociales, grâce au programme OpenEdition Livres. Dans le programme de cette année figure la réédition de L’Imaginaire de Marseille. Port Ville Pôle, publié en 1990 par la Chambre de Commerce de Marseille et épuisé (mais disponible en occasion sur PriceMinister, cf. photo !). Cet ouvrage, relativement peu connu, représente pourtant un jalon essentiel dans l’œuvre du géographe et historien de l’urbain marseillais. Il y développe des orientations de recherche énoncées dans sa thèse, offrant ce qui constitue à mon sens un des premiers travaux de géographie culturelle en France, même si Roncayolo n’est jamais perçu comme un membre de ce courant. Par ailleurs, ce travail préfigure également toute une réflexion développée par les « urbanistes » autour de l’imaginaire et des référentiels de l’action urbaine.
Ce sont en tout cas ces idées que je discuterai avec Marcel Roncayolo, qui nous fait l’honneur de sa présence, lors d’un séminaire Re/Lire les Sciences sociales qui se tiendra le 10 décembre à l’ENS de Lyon (13h30-16h) : voir ici pour les modalités pratiques.

D’autres billets concernant Marcel Roncayolo sur ce carnet :

Marcel Roncayolo au parc Longchamp (deux vidéos où Marcel Roncayolo s’exprime sur l’histoire du Parc Longchamps et donne sa vision du projet Marseille Capitale culturelle de l’Europe en 2013)

et, pour mémoire, l’annonce de la parution de son dernier livre : L’Abécédaire de Marcel Roncayolo avec Isabelle Chesneau.