Archives par étiquette : Liban

La reconstruction entre politiques et cultures urbanistiques. Réflexions à partir de l’exemple de Beyrouth

Le plan des immeubles reconstruits (source: Waad)

Le plan des immeubles reconstruits (source: Waad)

Vient de paraître, cette communication au colloque Waad, l’expérience unique, qui s’est tenue en juillet 2012 à Beyrouth, au sujet de la reconstruction de la banlieue sud suite aux bombardements israéliens de 2006. J’avais rendu compte de ce colloque dans un texte paru sur Les Carnets de l’IFPO en septembre 2012.
Voici la référence complète de mon intervention (version d’auteur en libre accès):
Verdeil Eric, 2013, « La reconstruction entre politiques et cultures urbanistiques. Réflexions à partir de l’exemple de Beyrouth », in Majalat al-mi’mar al ‘arabi (revue d’architecture arabe), Actes du colloque : Waad, une expérience unique?, Beyrouth, p. 175‑189.
Et le résumé :

Les reconstructions urbaines sont des moments où les rapports de force politiques sont très visibles. Mais ces projets comportent également une très forte dimension technique. L’objectif de cet article est d’articuler ces deux dimensions de ces opérations d’urbanisme, en construisant une grille de lecture basée sur deux axes eux-mêmes décomposés en une série de critères : le premier axe renvoie aux politiques de reconstruction, et le second aux cultures de l’urbanisme. Cette grille est ensuite appliquée à l’urbanisme libanais. Sont ainsi analysés quatre épisodes de reconstruction à Beyrouth : les projets de 1977 et 1982-83 et l’opération Solidere (démarrée en 1991) puis, plus en détail, l’opération Waad dans la banlieue sud de Beyrouth à la suite de la guerre de 2006. La mise en série de ces opérations permet de dégager les caractéristiques de chaque projet/opération et d’identifier, in fine, les caractères originaux de la reconstruction de la banlieue sud, notamment les choix spatiaux (reconstruction à l’identique), la temporalité très rapide des opérations, le financement endogène du projet (sans recours au marché) et la culture urbanistique à la fois locale et partisane, de type municipale, développée par le Hezbollah.

Sur le même sujet, il faut signaler la dernière publication de Mona Fawaz (qui développe un point de vue très critique sur cette opération):

Fawaz M., 2014, The Politics of Property in Planning: Hezbollah’s Reconstruction of Haret Hreik (Beirut, Lebanon) as Case Study, International Journal of Urban and Regional Research, 2014, OnlineFirst.

Des banlieues à la ville ; Beyrouth et ses périmètres

A signaler la parution des actes électroniques du colloque Des banlieues à la ville. Espaces et acteurs de la négociation urbaine, coordonnée par Elibabeth Longuenesse et Caecilia Pieri. En texte intégral.

On retrouvera dans cet ensemble mon intervention Délimiter les banlieues de Beyrouth. Des noms et des périmètres, dont voici le résumé :

Cette communication propose l’analyse de quelques découpages et délimitations des banlieues de Beyrouth et de leurs dénominations, avec pour objectif de mettre au jour leurs enjeux cognitifs et politiques. Dans le cas libanais, elle renvoie à l’existence d’un conflit entre l’État central, principal détenteur des compétences urbanistiques, et différents acteurs et pouvoirs locaux, en particulier les municipalités.

On lira également avec un intérêt particulier la note que Mona Fawaz consacre à un important chantier de recherche lancé dans la première moitié des années 2000 et interrompu par la guerre de 2006, dont on souhaite que l’auteur parvienne à produire un ouvrage qui serait assurément novateur, comme on pourra en juger à travers cette ébauche.

Notes on Beirut’s Historiography: Towards a People’s History of the City

My presentation is part of an ongoing research project which aims to map and narrate the city’s recent history, particularly the 1950-1975 period, from the vantage point of its peripheries. I do not present here the full elements of an alternative narrative of the city. Instead, I outline the main guidelines and methods, illustrated through a number of stories that I have unraveled in the course of my research.

A noter également, parmi plusieurs communications de qualité, la retranscription-traduction des débats des acteurs municipaux élus, qui n’est que trop rares au Liban.

Géographie de l’éclairage public dans les villes du Sud : quelques exemples arabes

Un récent billet de blog qui est plus que cela attire mon attention sur la question de la lumière dans la ville et me suggère une variété de pistes de recherche qui me font revenir sur quelques matériaux de recherche non exploités.

Affiche vantant le Plan Lumière pour Beyrouth par la municipalité de Beyrouth – via Marie Bonte

Brilliant Beirut est un texte brillant de Marie Bonte, jeune géographe lyonnaise sur le point de s’engager en thèse sur la thématique de la fête à Beyrouth, question qui dévoile entre autres une territorialité de la nuit. Dans ce billet, paru sur le site de Tim Edensor Lighting Research @ MMU, elle explore les territoires de la lumière la nuit dans Beyrouth. Pour cela, elle examine les inégalités et les dysfonctionnements de l’éclairage public qui laissent de nombreuses rues dans l’obscurité, notamment en raison d’un défaut d’entretien chronique – on ne parle pas ici des coupures de courant qui touchent peu le territoire municipal de Beyrouth. Inversement, les secteurs éclairés sont largement ceux de la fête et des loisirs nocturnes, comme dans la zone de Solidere, à Gemmayzeh ou encore à Hamra… En fin de billet, elle montre aussi que cette question de l’éclairage public devient à un enjeu de politique publique. Elle analyse par exemple, à travers cette affiche vantant l’illumination de Beyrouth, le Plan Lumière récemment mis en place par cette municipalité qui s’est lancé, avec l’appui parisien, dans une politique d’éclairage et de mise en valeur de son patrimoine architectural. Elle fournit aussi une très belle carte de synthèse à la fin de son billet qui montre que cette géographie de la lumière est très inégalitaire. Il faudrait en complément s’intéresser aux projets de SOLIDERE qui a également entrepris une politique de mise en valeur de ses bâtiments (Lighting Beirut Architecture). Ces politiques de la lumière représentent un nouveau type de politique publique au Liban, à analyser dans une perspective mêlant transfert de modèles, marketting urbain et partenariats public-privé. Cette approche du cas beyrouthin est paradoxale puisqu’on peut aussi – voire plutôt – considérer cette ville comme une métropole de l’obscurité en s’intéressant à la thématique des coupures de courant, comme je le fais dans mes recherches de mes dernières années – et ce sera justement le thème d’un papier que je prépare pour le prochain congrès de la RGS. Continuer la lecture

Domaine public, espace public et espaces verts : rapports de classe et espace urbain à Beyrouth

De retour d’une dizaine de jours à Beyrouth, je voudrais revenir sur deux questions abordées auparavant sur ce carnet, notamment dans le billet Lutter pour l’espace public : Beirut, the Space In Between Hope and the Public et dans la note de lecture Beyrouth : les nouvelles lignes de front de la recherche urbaine. Mes rencontres et observations sur place me permettent d’y apporter quelques compléments.

Domaine public

Arrivée d’une manifestation des travailleurs pour la hausse des salaires de la fonction publique sur Zaytouna Bay (Photo Marwan Tahtah pour Al Akhbar, 14/3/2013)

Mon arrivée à Beyrouth a coïncidé, jeudi 21 mars, avec la dernière grande journée de mobilisation des fonctionnaires pour obtenir que le projet de loi révisant l’échelle des salaires dans la fonction publique soit transmis au Parlement par le Conseil des ministres. Jusqu’alors, le gouvernement s’y refusait, sous la pression du patronat, bien représenté au sein du même conseil par une pléthore  d’hommes d’affaires, au nom de la catastrophe économique que cela représenterait, à cause notamment des ponctions fiscales à opérer. Ce mouvement des fonctionnaires, auquel se sont joint les enseignants des écoles privés, constitue le plus grand mouvement social de ces dernières années.  Malgré les nombreuses tentatives de le diviser et les menaces contre ses leaders et ses participants, cette vaste mobilisation a battu le pavé depuis plusieurs semaines, perturbant fortement l’enseignement et l’activité administrative. Jeudi, enfin, le Premier ministre, sous la pression de Nabih Berri et de plusieurs politiciens du 8 mars directement exposés aux revendications de plus en plus véhémentes de leurs bases, a cédé et un accord pour financer cette hausse des salaires a été trouvé (voir ici). Le lendemain, le Premier ministre a démissionné, dans une décision qui paraît avoir été longuement murie et préparée (ici une intéressant analyse) – tout a été fait pour que le gouvernement sortant donne au moins l’impression d’avoir écouté et partiellement satisfait les revendications des travailleurs. Continuer la lecture

Quelques notes sur Carbon Democracy. Political Power in the Age of Oil de Timothy Mitchell

Ces notes ont été présentées lors du séminaire ACREOR/EVS du 8 février 2013. On lira sur le carnet du séminaire la suite des échanges et en particulier les intéressantes remarques de Romain Garcier.

Au croisement des sciences politiques, de la sociologie d’inspiration latourienne (attention aux actants non humains) et callonienne (sociologie de la traduction) et de l’histoire du Moyen-Orient, l’œuvre de Timothy Mitchell intéresse également au premier chef les géographes.

Son livre précédent, Rules of Experts, Egypt, Technopolitics, Modernity, s’attachait aux techno-logiques du « développement », à propos des marchés du blé et des œufs en Egypte, et ou à travers le rôle du moustique comme vecteur du paludisme, en lien avec la construction du premier barrage d’Assouan, puis l’invention du DDT ; ou encore à travers l’émergence d’une nouvelle économie coloniale de la canne à sucre, première bénéficiaire des nouveaux dispositifs d’irrigation; des analyses stimulantes étaient aussi consacrées à la naissance du cadastre égyptien et à l’« invention » de l’Egypte via les techniques de la comptabilité nationale1. Ce faisant, Mitchell prête attention aux dispositifs matériels et technologiques, aux calculs et aux outils qui construisent la réalité, et qui contribuent à l’articulation des intérêts. Les agencements de l’humain et du non-humain recomposent dans le même temps les rapports de domination.

Mitchell T., 2011, Carbon democracy : political power in the age of oil, London ; New York, Verso, 278 p.

Le nouvel ouvrage présenté aujourd’hui est consacré à l’analyse du pouvoir politique à l’époque du pétrole. Il met en avant l’idée d’un lien consubstantiel entre les formes d’organisation des sociétés démocratiques et leur approvisionnement énergétique. En perspective, cette analyse pose la question de la transition énergétique actuelle. Continuer la lecture

Notes _____________________
  1. voir la note de lecture rédigée au sujet de ce livre par Michel Callon []

Lutter pour l’espace public : Beirut, the Space In Between Hope and the Public

Espace public, littoral et contestation urbaine au Liban

Au Liban, depuis les années de reconstruction, la mobilisation pour l’espace public est un vecteur essentiel de la contestation urbaine. Celle-ci vise un pouvoir politique qui cherche à se légitimer par l’urbanisme, tout en faisant de l’urbanisme un instrument d’enrichissement d’une élite privilégiée. Ainsi, dans les années 1990, le débat sur le projet de reconstruction du centre-ville avait mis au centre des questions soulevées la redéfinition de l’espace public dans le projet Solidere. A la même période, l’occupation illégale du littoral et son accaparement pour des usages touristiques élitistes avait suscité également de fortes réactions, à la tête desquelles on trouvait notamment l’Ordre des Ingénieurs alors présidé par Assem Salam qui vient de disparaître. En 1996, un colloque sur cette question avait eu lieu1 Continuer la lecture

Notes _____________________
  1. Voir Le littoral Libanais : quel avenir ?, actes du colloque organisé par l’Ordre des Ingénieurs et Architectes de Beyrouth, le 16 mai 1996, préparé par M. Abu Khalil et J. Tabet []

Proche-Orient : Le pouvoir, la terre et l’eau de Pierre Blanc : un compte rendu

Ouvrage lu : Blanc P., 2012, Proche-Orient : Le pouvoir, la terre et l’eau, Les Presses de Sciences Po, 400 p.

L’ouvrage de Pierre Blanc, issu d’une thèse d’HDR, constitue une synthèse des enjeux géopolitiques de l’agriculture et de l’irrigation au Proche-Orient, entendu comme l’ensemble regroupant le Liban, la Syrie, la Jordanie, Israël et les territoires palestiniens ainsi que l’Egypte. Agronome de formation, l’auteur a exercé dans le domaine de la coopération agricole dans plusieurs de ces pays tout en menant par ailleurs des recherches géopolitiques sur Chypre dans la lignée de l’approche lacostienne. Il offre ici une réflexion inédite sur les fondements géographiques des conflits que connaît cette région : s’attacher à la terre et à l’eau est un moyen de mettre à bonne distance tant la question des identités religieuses et ethniques qu’une lecture en termes de rapports internationaux de puissance, et de réintroduire dans le questionnement d’indispensables dimensions socio-économiques et territoriales qui inscrivent la recherche dans une démarche empirique solide. Continuer la lecture

Michel Ecochard. L’homme, son œuvre à Martigues et autour du bassin méditerranéen

Je signale cette table ronde à Martigues, mardi 29 janvier 2013, autour de l’œuvre féconde de Michel Ecochard, dont l’itinéraire n’a cessé de tisser des liens entre les rives de la Méditerranée : Syrie, Liban, Maroc, Corse, Martigues…

avec Sophie BERTRAN DE BALANDA, Architecte de la Ville de Martigues, Jean ECOCHARD, Architecte urbaniste, fils de Michel Ecochard, Eric VERDEIL, Géographe, chargé de recherche au CNRS et d’enseignement des universités de Lyon, Rabat et Beyrouth. En présence de Marcel Roncayolo, historien et géographe

Mardi 12 février 2013, 18h30 – Salle des conférences – Hôtel de Ville (Cycle des Mardis du patrimoine de la ville de Martigues) Continuer la lecture

L’image manquante dans le cinéma libanais

Ce billet, coécrit avec Chantal Verdeil, est aussi publié sur HMO. Histoire du Monde Arabe et du Moyen-Orient Contemporain à l’INALCO.

Vendredi 23 novembre, dans le cadre du mois du film documentaire, la bibliothèque de la Part-Dieu et l’association Cine(m)assalia proposaient une soirée intitulée L’image manquante, parcours autour du cinéma libanais à travers la projection de trois courts métrages, Trains-trains, Wayn essekeh ? de Rania Stephan (1999, 33 mn), Le Trou/In this house (extraits) de Akram Zaatari (2005, 30 mn), et (Posthume) de Ghassan Salhab (2007, 28 mn). Voilà comment les organisateurs présentaient la soirée :

Il y sera question de l’après-guerre au Liban, de la mémoire, de l’histoire et de la dislocation du récit, de la prolifération des images médiatiques qui accompagne l’épreuve de la guerre et des limites incertaines entre la fiction et la vérité documentaire, laissant place à une recomposition narrative, mixant les images et les sons, poétique, instable, fragile, mais néanmoins vitale.

Le titre de cette séance renvoie, ont expliqué les organisateurs, à “l’absence de père” dans le cinéma libanais au sens de généalogie où les réalisateurs contemporains puissent s’inscrire. En tout cas est-ce le sentiment qu’expriment chacun séparément Akram Zaatari et Ghassan Salhab dans les entretiens avec l’association CinéMassalia livrés en complément de la séance et accessibles sur son site. L’image manquante, c’est aussi celle du train ou des voies que l’on suit en pointillé dans le premier film, celle des protagonistes cachés de l’histoire du trou dans le second, celle enfin des destructions de la guerre de 2006 impossibles à montrer car situées dans les « restricted areas » de la banlieue sud dominée par le Hezbollah. Ce manque suscite chez ces cinéastes libanais des désirs de redécouverte d’un espace longtemps morcelé et en partie inaccessible en raison de la guerre civile puis des occupations israélienne (jusqu’en 2000) et syrienne (jusqu’en 2005).  Mais faire voir ce manque, alors que fait défaut un récit partagé des événements et que les Libanais divergent sur ce que doit être l’avenir de leur pays, renvoie à une forme d’impuissance, qui suscite de la part de ces cinéastes un travail complexe sur les images.

L’image, le territoire, l’histoire

En suivant la voie ferrée Beyrouth-Alep via Rayaq, construite par une entreprise française dans le cadre d’une concession ottomane à la fin du XIXe siècle et abandonnée pendant la guerre civile, Rania Stephan part à la redécouverte du territoire libanais et de son histoire. Au fil du rail, elle fait halte dans les villages qui ponctuaient la ligne, dont les habitants, riverains ou anciens conducteurs, évoquent leurs souvenirs du train, souvent empreints de nostalgie. Cet itinéraire est aussi l’occasion d’un voyage dans le temps à la recherche du mandat français et de l’époque ottomane finissante. Du train, on ne verra que quelques vieux wagons qui regardent le temps passer dans un terrain vague de Beyrouth.

The House

Le Trou évoque une histoire plus récente : la guerre civile, l’occupation israélienne (1978-2000) et le retour des déplacés à travers une lettre cachée par un combattant dans le terrain qu’il occupait pour défendre sa position contre les Israéliens. Ce “résistant” musulman appartient à une organisation de gauche qui se fait fort d’avoir combattu Israël pendant la guerre civile à Ayn al-Mîr (Liban Sud) et non d’autres factions libanaises : quand il a quitté la maison que son groupe occupait, il a enfoui dans le sol une lettre destinée à ses propriétaires pour justifier sa présence et leur faire part de ses efforts pour préserver leurs biens. L’image manquante, c’est celle d’une partie des protagonistes (la famille des réfugiés revenus chez eux, les policiers ou les militaires qui supervisent la fouille) qui refusent d’être filmés alors que l’ancien combattant résistant donne une interview en bonne et due forme. On devine que dans cette région longtemps sous le feu d’Israël, les propriétaires, chrétiens, ne sont revenus qu’à la fin des années 1990 ou au début des années 2000, quelques temps avant le tournage du film (en 2002). Tout en montrant (et en filmant) un ouvrier qui creuse “le trou”, Akram Zaatari met en image la complexité des relations intercommunautaires et une figure originale et positive du combattant résistant à Israël sans appartenir au Hezbollah.

Image de (Posthume)

Point de personnages ni de récit dans (Posthume) (2007) de Ghassan Salhab, le plus hermétique ou le plus poétique des trois films (les avis étaient partagés dans la salle) : la caméra filme les autoroutes urbaines de la banlieue sud pour buter sans cesse sur les “restricted areas” qui empêchent de prendre la mesure des destructions résultant des bombardements israéliens de l’été 2006. De cette guerre, on ne voit que des amas de décombres, déblayés par le va et vient lancinant d’une pelleteuse puis amoncelés dans le long de la mer au sud de Beyrouth/Khaldé. Des gravats dans une banlieue sud étonnamment vide (telle une ville morte), voilà ce qui reste de la “victoire divine” du Hezbollah dont l’hégémonie politique est désormais contestée par une large partie de la population.

Impuissance et complexité des images

Présentés dans le cadre du mois du film documentaire, les trois courts-métrages libanais ont laissé une partie de l’assistance perplexe tant ils s’éloignent du genre documentaire pour se présenter comme des objets artistiques à part entière. Au plan formel, les trois films superposent, juxtaposent, entrelacent des images, tout en combinant de manière diverse images animées et images fixes.

Dans Trains-trains, ces images sont le plus souvent tirées de l’histoire du cinéma américain (Le train sifflera trois fois, 1952) ou libano-égyptien (Saferbalik, 1966, de l’égyptien Henry Barakat, mais écrit par les frères Rahbani et avec Fairuz dans le rôle principal). Le trou juxtapose sur la pellicule deux images en parallèle : celle de la fouille, où seules sont montrées les parties inférieures des corps des protagonistes qui refusent souvent d’être filmés, et l’autre, image fixe, parfois absente, représentant différents documents d’archives jouant un rôle dans l’histoire, alternant avec l’interview du combattant devenu journaliste. Dans (Posthume) l’image ne s’anime que lorsqu’il s’agit de capture d’écrans de journaux télévisés ou lors de quelques rares plans tournés dans la banlieue sud, mais n’en dévoilant que des fragments prétextes et des rues vides pour l’essentiel. Des personnages, filmés en plan fixe devant la mer bleue, semblent regarder le téléspectateur qui se perd dans leurs  yeux fatigués. Et une pelleteuse revient, déblayant sans relâche les décombres d’un immeuble détruit par les bombes israéliennes – décombres qu’on retrouvera déversées dans la mer où elles forment l’un de ces remblais sauvages qui défigurent la côte libanaise.

Aucun souci didactique dans ces trois films, même si le connaisseur du Liban reconnaîtra avec plaisir le train-train de nombreux Libanais (de tous milieux et de toutes régions) dans le premier, observera avec attention la rencontre virtuelle (via la lettre déterrée) entre les ex-réfugiés d’une région et un des combattants qui l’occupait, et se perdra dans une banlieue sud improbable sur les pas de Ghassan Salhab. Courts métrages de recherche où le formalisme et la virtuosité technique du montage des images semblent avoir pour finalité de ne surtout pas chercher à expliquer le Liban mais d’instiller plutôt un sentiment de perplexité et de confusion qui va crescendo au fil des projections. Sans doute cette sélection est-elle représentative non seulement d’une partie du cinéma libanais mais plus largement aussi de celle de la production artistique contemporaine dans ce pays : protéiforme, ingénieuse, extrêmement branchée sur les circuits internationaux, ironique, provocante… et un brin désespérante, à l’image du pays. Pour autant, elle ne la résume pas complètement et l’on pourrait espérer, dans une prochaine session, voir des œuvres plus “documentaires” justement, il y en a aussi, qui donnent la parole aux habitants, font voir le pays et ses transformations sans que leurs auteurs ne se sentent obligés à mettre en scène à travers les images leur pathos.

Certains de ces films et d’autres sur le Liban seront prochainement montrés à Marseille dans le cadre de Marseille Provence 2013. Capitale européenne de la culture.

Akram Zaatari expose ses recherches plastiques, iconographiques et filmiques sous le titre Aujourd’hui à 10 ans à Grenoble au Magasin-CNAC (jusqu’au 6 janvier 2013).

Le développement au Moyen-Orient dans les années 1950 et 1960. Notes de lecture

Texte de travail, préparé durant le programme Tanmia dirigé par l’IFPO, rencontre de Beyrouth, en septembre 2008.

Cette note naît d’une insatisfaction pas clairement formulée lors du lancement du programme TANMIA en avril 2008 [1]. La notion de développement apparaît comme un thème majeur de réflexion et d’action dans les années 1950-1960, moment du tiers-mondisme. Une réflexion sur les métamorphoses du développement ou sur les nouvelles pratiques du développement ne peut faire l’économie d’un bref retour sur cette période. Cette note propose quelques jalons informatifs en ce sens. A ce stade il ne s’agit que d’éléments de nature informative sur un livre (Kingston 2002) portant sur l’Iran, l’Irak et la Jordanie ainsi que d’éléments tirés de ma thèse sur le Liban (Verdeil 2010). On pardonnera donc une forme inaboutie et très échevelée.

Les politiques britanniques de modernisation au Moyen Orient : une conception alternative du développement, des occasions manquées (Iran, Irak et Jordanie)

Le livre de Paul Kingston est très intéressant par son analyse des conditions concrètes de travail du monde des experts internationaux en développement et des jeux de contraintes géopolitiques, politiques et financiers dans lesquels ils s’insèrent. Il illustre bien les mécanismes de passage de la période de domination coloniale et impérialiste à une situation post-coloniale marquée par le retrait des colonisateurs, leur perte d’influence et de prestige en même temps que de moyens financiers, la concurrence introduite par l’arrivée de nouveaux acteurs comme les USA et les agences des Nations-Unies. Le livre introduit aussi de manière intéressante à l’analyse de la structuration des administrations locales et aux rôles d’intermédiaires des fonctionnaires locaux, comme Hamid al-Farhan en Jordanie. Continuer la lecture