Archives par étiquette : Jordanie

Amman, d’une crue à l’autre. Littérature et géographie

Les réseaux sociaux auxquels je suis connecté ont relayé les images spectaculaires d’une crue qui a noyé la ville basse d’Amman jeudi 27 février, suscitant les habituelles dénonciations de l’incurie des autorités municipalités.

Ces scènes de rues submergées d’eaux boueuses, et de l’amphithéatre romain transformé en piscine, ont réveillé en moi un souvenir littéraire dont la qualité poétique et dramatique n’a d’égale que sa valeur géographique. Il s’agit des souvenirs du jeune Abdel Rahman Mounif qui grandit dans cette ville dans les années 1940. Le chapitre IX de son récit Une ville dans la mémoire. Amman (en arabe Sirat Amman), traduit par Eric Gautier dans une collection d’Actes Sud-Sindbad dirigée par Yves Gonzalès Quijano propose une puissante évocation de la crue qui frappe la ville en 1943, après une fine présentation d’un paysage fluviatile aujourd’hui disparu. En voici quelques extraits qui s’égrènent de la page 131 à la page 149.

Si l’eau est à l’origine de la vie – et si c’est généralement sur les rives des fleuves ou des lacs que les cités se sont élevées – la “cité de l’amour fraternel” comme on appelait Amman à une époque ancienne, ou encore Philadelphia, sous lequel elle est plus connue, ne faisait pas exception à la règle. Lors de sa fondation, il y a des siècles, on la baptisa même “ville des eaux” et c’est précisément à l’existence de cette eau que l’on doit sa reconstruction à l’époque moderne.

Le long voyage commençait à Ras El-Aïn. Pour couvrir les besoins d’Amman, la source abondante et grondante était captée et dirigée vers un grand réservoir qui dominait la ville. Elle se déversait ensuite dans un étang profond et agité avant de donner naissance à une rivière qui traversait tout le wadi entre les collines et les montagnes, accueillant, en chemin, de nombreuses sources qui sourdaient des deux côtés de son lit. Puis cette rivière continuait sa course jusqu’à ce qu’elle rejoignît le fleuve El-Zarqa. Ils s’unissaient et poursuivaient ensemble leur merveilleux périple avant de se jeter dans le Jourdain.

A partir de Ras El-Aïn, la rivière coulait d’ouest en est. La plupart du temps, elle suivait un tracé rectiligne sauf quand le wadi devenait trop étroit ou quand le sol était rocailleux ; elle devait alors former des méandres qui provoquaient, ici et là, quelques tourbillons.

Sur les deux rives, tout de suite après le grand souk aux bestiaux, commençaient la zone des jardins maraîchers. Entre eux, il y avait des maisons relativement espacées les unes des autres, habitées par des Tcherkesses. Plus loin, lorsque la rivière passait à proximité de la rue montant à El-Misdar, là où il y avait autrefois des moulins mais où l’on construisit, plus tard, le pont d’Al-Mohagirine, cohabitaient Arabes et Tcherkesses, chrétiens et musulmans.

C’est à ce même endroit que la rue descendant des quartiers sud, en particulier de Misddar Aïché, débouchait sur la rue El-Mohagirine. La zone commerçante y commençait également puis s’étendait parallèlement à la rivière, sur sa rive gauche.

Il y avait toujours des cultures maraîchères sur les deux rives, près de l’eau, mais les terrains  quelles occupaient avaient rétréci et ressemblaient plutôt à des jardinets autour des maisons. Ensuite, le cours de la rivière s’incurvait insensiblement et s’approchait peu à peu du jardin et de la maison de Djawwad Bey pour former un demi-cercle. Comme elle s’était aussi élargie et était devenue plus profonde, les enfants d’Amman avaient fait de cet endroit leur première piscine. C’était également un des coins les plus poissonneux.

La rivière continuait ensuite son voyage et passait sous le pont d’El-Hammam. A cause de la nature du terrain, de la densité de la population et des constructions, on ne la voyait presque plus contrairement à ce qui avait été le cas pendant la première partie de sa promenade, de la source à ce pont. A peine avait-elle dépassé le souk du sucre, et avant même d’arriver au niveau du souk aux légumes, qu’une source jaillissait sur sa rive gauche. L’eau était fraîche et abondante et tout le souk venait s’y désaltérer les porteurs d’eau s’y approvisionnaient aussi, n’hésitant pas à franchir, avec leur chargement, de longues distances.

Après le souk aux légumes, il existait un pont, plus petit, à partir duquel certains enfants plongeaient dans la rivière qui, à cet endroit, était assez profonde ; ils en avaient fait une seconde piscine. En aval, en face de l’amphithéâtre romain, se trouvaient le pont le plus ancien d’Amman et le plus important.[…]

Immédiatement après le pont, la verdure et les jardins se développaient à nouveau sur la rive droite de la rivière, jusqu’à ce que celle-ci atteignit le souk aux bestiaux, puis le pont de la gare. A partir de là le wadi s’ouvrait, les deux rives s’élargissaient et les jardins devenaient beaucoup plus nombreux qu’ils ne l’étaient à l’ouest et ou au centre de la ville.

[…]

La rivière d’Amman depuis sa source jusqu’à son embouchure était courte mais  la longueur n’a jamais été le seul critère pour juger de l’importance d’un cours d’eau. De plus, les rivières comme les hommes ne sont pas toujours d’humeur égale. Gardant la même apparence au printemps en été ou en automne, celle-ci se métamorphosait complètement en hiver.

[…]

A la rentrée des classes, en octobre, tout le monde se mettait à attendre la pluie avec impatience. L’atmosphère se rafraîchissait mais la pluie ne se décidait toujours pas à tomber. […]  C’est pourquoi les personnes âgées ne cessaient de scruter le ciel dans l’espoir d’y découvrir quelques nuages et se mettaient à humer le vent : peut-être leur apporterait-il une odeur de pluie. […] Les adultes grimpaient sur les collines après la prière du vendredi pour invoquer Dieu et lui demander de faire tomber la pluie. […] Durant les années quarante, on eut recours à ce genre de cérémonie au moins deux fois. […] Dieu répondait alors à leur appel ou restait sourd, mais eux ne cessaient pas d’attendre et de prier.

[…]

En cette saison,  même s’il venait à pleuvoir, il s’agissait le plus souvent d’averses peu importantes qui tombait par intermittence ; il pouvait pleuvoir durant la nuit et faire beau le lendemain. Mais des trombes d’eau qui s’abattaient sur la ville plusieurs jours et plusieurs nuits d’affilée, les habitants n’y était pas accoutumés et n’y voyez rien de bon. C’est pourtant ce qui arriva en 1943.

Tous ceux qui, ce matin-là, découvrirent la rivière du haut du Djebel Amman  n’en crurent pas leurs yeux. Celle-ci d’habitude si modeste et si “timide”, celle qui coulait lentement comme si aucun rendez-vous ne l’attendait, celle dont la couleur passait du vert au bleu suivant les heures du jour, s’était brusquement métamorphosée. Elle s’était multipliée plusieurs fois en largeur et avait quitté son lit pour prendre possession des jardins environnants. Elle avait pris une teinte rougeâtre, boueuse, et son débit avait considérablement augmenté. Elle semblait maintenant pressé d’arriver!

Etait-ce la même rivière ? Comment avait-elle pu changer ainsi rapidement ?

De nombreuses personnes avaient accueilli cette eau comme un présent et regardaient le ciel avec joie. Les adultes poursuivaient leur chemin sans autre souci après avoir plaisanté avec les enfants ! La plupart du temps, ces derniers posaient toutes sortes de questions à propos de ce qui passait autour d’eux, mais celle qui revenait le plus souvent, peut-être parce que c’était la plus importante, portait sur la rivière. Questionnée à ce sujet, la grand-mère répondit:
– C’est beaucoup de bruit pour rien. Ayez pas peur!
Puis avec un sourire, son regard posé sur la rivière et sur le visage des petits :
– Le jour où vous verrez le Tigre, vous pourrez être étonnés et jurer qu’il n’en existe pas de plus puissant. Elle ajouta ensuite, comme si elle avait prévu ce qui allait se passer :
– Et encore, il est comme ça en été, mais s’il y avait une crue, en hiver, il noierait tout Bagdad. Vous, il y a des montagnes pour vous protéger, tandis que les habitants de Bagdad, eux, ils n’ont plus qu’à faire leur prière!
[…]
Quand vint le troisième jour et que la pluie ne cessait pas, les adultes se dirent à voix basse: “Nous sommes parvenus au point critique.”
[…]

Tout le monde savait bien qu’il n’y avait qu’une seule rivière à Amman. Pourtant, ceux qui empruntèrent la rue du souk furent les témoins d’un spectacle extraordinaire: il y avait des rivières partout ou, plus exactement, chaque descente était devenu un cours d’eau. Ainsi le chemin qui venait de Djebel Amman et qui avait été goudronnée depuis longtemps, ce chemin sur lequel l’eau de pluie glissaient comme sur une vitre, était devenu comme fou en accueillant toute l’eau en provenance de la montagne, plus celle qui dévalait la descente des d’El-Jaqqa, à laquelle venait se joindre celle de l’escalier d’El-Qiyada. Avec toutes celles qui déferlait de Wadi El-Saïr, c’est cela faisait une véritable fleuve sale et tumultueux qui remplissait toute la largeur de la rue. Arrivé au croisement avec la rue El-Salte, où débouchait un autre fleuve, peut-être encore plus imposant, il devenait trop risqué d’entrer dans l’eau. Quand on arrive près de la librairie Al-Safadi, Il ne restait plus que deux solutions:  gravir l’escalier malgré l’eau qui dégringolait virgule ou bien prendre quelques risques et parvenir jusqu’à la montée d’el-Amouri puis à partir de là se diriger vers la montagne.
[…].

Le narrateur explique que les adultes consolident les toits et colmatent les fuites. La grand mère raconte l’histoire du Déluge.

Il pleuvait toujours à verse et les nuages gonflés d’eau remplissaient toujours le ciel. Les hommes enduraient en silence cette épreuve, mais le visage des femmes commençaient à trahir la peur qu’elles ressentaient au plus profond d’elles-mêmes. Leurs gestes étaient aussi plus nombreux, plus fébriles; elles se mettaient en colère pour un oui ou pour un non contre les enfants, dès qu’ils posaient des questions, dès qu’ils riaient. C’était la preuve que le danger était là, bien réel.

A l’aube du cinquième jour, on entendit des appels au secours. Les voix étaient inintelligibles et faisaient penser à des hurlements d’animaux blessés qui rompaient le silence de la nuit.  […] Personne ne savait ce qu’il fallait faire mais les voix, d’abord lointaines, devenaient de plus en plus claires. Elles demandaient de l’aide. Des maisons avaient été détruites, l’eau avait inondé le souk et emportait tout ce qui se trouvait sur son passage.
[…]

En un temps record, et à la lueur des lanternes qui étaient sorties de toutes parts, mais qui ne suffisaient pas à dissiper l’épaisseur des ténèbres, les hommes, les adolescents, et même quelques enfants qui, soudainement, s’étaient sentis vieillir, étaient accourus. Face au danger, ils réagissaient comme ils avaient l’habitude de le faire face à la maladie, c’est-à-dire en offrant spontanément leur assistance et sans rien attendre en retour.

On assistait à des scènes inoubliables. Pour apporter leur aide, les gens étaient prêts à donner leurs vies et à accomplir les gestes des plus téméraires. Sans penser au risque et à la peine,  ils se précipitèrent au secours de ceux dont les habitations avaient été emportées et les aidaient à gagner un lieu où ils seraient en sûreté. Puis ils allaient prêter main-forte aux commerçants pour tenter de transporter des marchandises hors de portée de l’eau,  disposer des sacs à l’entrée des magasins ou s’employer à sauver les choses les plus importantes, en particulier l’argent et des livres de comptes.

A partir de la grande mosquée El-Hossaini et jusqu’au souk des légumes, la place s’était transformée en lac. Faute d’autres issues, les eaux du fleuve avaient envahi les magasins.

[…]  

Et à un moment donné, la pluie s’arrêta!

On aurait dit qu’Amman s’était ramollie:  la ville paraissait couverte de cicatrices mais de bonne humeur. Elle ressemblait à un morceau de pain détrempé ou un vêtement boueux. Beaucoup d’habitations avait été détruites, des parties entières des souks avaient été noyées et, dans la plupart des maisons, les plafonds s’était fissurés et même parfois effondrés. Il y avait de l’eau partout, même les grottes perchées sur les hauteurs, à l’abri de la pluie, avaient été inondées.

Après son coup de folie, la rivière mit du temps à se calmer: ses eaux restèrent rouges et boueuses, et son cours toujours aussi large, d’autant qu’il avait absorbé les jardins situés sur ses rives.

Autour de la Municipalité d’Amman (2010)

Ce merveilleux témoignage nous enseigne plusieurs choses.

Tout d’abord, les visiteurs d’Amman aujourd’hui auront bien du mal à imaginer le caractère aquatique et verdoyant de la vallée aujourd’hui densément bâtie et congestionnée par le trafic. Certes, l’aménagement autour de la municipalité d’une esplanade et de quelques jardins publics cherche à rappeler la vocation ancienne de cette zone. De même, devant l’amphithéâtre, les espaces publics ponctués de quelques arpents de verdure relie ce monument aux zones d’agrément décrites par Mounif.

Mais la rivière a bel et bien été canalisée et recouverte, au point d’être oubliée et ignorée. L’espace est fortement minéralisé. De nombreux parkings, parfois des marchés occupent l’espace. Plus largement, le paysage de cette ville de « paix et de pierre » comme l’avait joliment dit Myriam Ababsa laisse peu de place à la végétation. Elle forme un bassin versant densément construit et asphalté qui fait converger les soudaines pluies hivernales dans le talweg, rendant le risque de crue structurel.

Ces dernières années, de nombreux épisodes d’inondations catastrophiques, à Houston, Canton, Bangkok ou encore Paris ont fait émergé des réflexions sur la nécessité d’un aménagement différent du lit majeur des rivières et fleuves, visant à restaurer la possibilité de zones d’expansion et d’infiltrations de la crue. En milieu méditerranéen, sujet à des averses brutales dans un contexte par ailleurs fortement minéral, la nécessité de tels aménagements peut apparaître comme un gaspillage en raison de la rareté des épisodes pluvieux et alors que le foncier, en pleine ville, est rare et cher. Retrouver la rivière, restaurer l’écoulement des eaux, rendre l’espace à des usages de loisirs et à la végétation, comme l’ont fait des villes comme Madrid ou Séoul (voir le film de Jacques Lévy à ce sujet), en démantelant d’anciennes voies autoroutières, est une option que les urbanistes et les autorités d’Amman devraient pourtant considérer car le retour de tels événements n’est pas simplement probable, mais certain.

Les villes du Moyen Orient à l’aube d’un printemps durable?

Congestion automobile dans le centre d’Amman (via CODATU)

La question pourra apparaître un peu rhétorique, voire naïve, en ces temps où les médias nous laissent espérer un consensus à la CPO 21. Pourtant, il semble acquis que c’est plutôt vers un été durablement torride (voir article du Guardian) que ces villes se dirigent…

Je participerai à cette table ronde organisée à Lyon par le CODATU (engagé dans la promotion des transports durables) et le CNAM-Rhones Alpes, le 18 novembre prochain à 17h. L’enjeu est aussi de souligner les dimensions sociales de la durabilité. Ce sera pour moi l’occasion de revenir sur les résultats d’un programme de recherche dirigé par Pierre-Arnaud barthel, et qui a abouti à la publication du dossier Villes arabes, villes durables? dans la revue Environnement urbain/Urban Environment, en libre accès en ligne. Voici le programme:

  • M. Eric Verdeil, Chercheur CNRS rattaché au LATTS (Paris) qui fera une intervention intitulée : Le durable dans les villes du Moyen-Orient : changement de paradigme ou cache-misère ?
  • M. Didier Boudon, Directeur de projet chez Egis Rail (Lyon, Direction des études amonts et de l’innovation) fera une intervention intitulée : Le métro de Riyad, un projet pharaonique au pays de l’Or Noir.
  • M. Eliott Ducharme, Assistant de projet à CODATU qui fera une intervention intitulée : Le transport artisanal à Amman (Jordanie) face au paradigme du développement durable, entre altérité et nécessité.

Il est nécessaire de s’inscrire via le formulaire sur site du CODATU. La rencontre aura lieu les locaux du CNAM Rhône-Alpes (Cnam Rhône-Alpes / le Cubix / salle 4
4 rue Ravier 69007 Lyon (Métro ligne B – station Jean Jaurès)

Les problématiques énergétiques de la Jordanie

A lire sur le site Les clés du Moyen Orient cet entretien réalisé par le journaliste Olivier de Trogoff, en marge du colloque Le Moyen Orient à l’heure du Golfe. On lira aussi avec intérêt l’entretien avec Bernard Cornut, autre participant au colloque, sur un sujet proche.

Q°: Quelles sont les ressources énergétiques de la Jordanie aujourd’hui ?

La Jordanie est énergiquement dépendante à 97% de l’extérieur. Face aux difficultés d’importation, le pays cherche aujourd’hui à diversifier ses sources d’approvisionnement, mais aussi à repenser la consommation énergétique nationale.

La situation a beaucoup évolué. Jusqu’en 2003, la Jordanie bénéficiait d’importations d’hydrocarbures à prix réduit de la part de l’Irak. Le pétrole irakien passait par la Jordanie et en contrepartie, l’Irak accordait au pays des prix très faibles. Cet accord a pris fin avec l’invasion américaine en Irak.

La politique énergétique jordanienne a dû alors évoluer. Les importations de pétrole se sont diversifiées : en plus de l’Irak, elles viennent d’Arabie saoudite et d’autres fournisseurs. De plus, elles sont désormais payées à un prix beaucoup plus élevé. Les Jordaniens se sont mis à importer du gaz naturel d’Egypte afin d’assurer leur production d’électricité, via un gazoduc à travers le désert du Sinaï pour alimenter la Jordanie en gaz naturel. Cette nouvelle source d’énergie va cependant se révéler insuffisante. En effet, à partir de 2007, les Egyptiens réduisent leurs exportations de gaz. Depuis 2011, le tube a subi de multiples attaques dans le désert du Sinaï, car il alimente aussi l’Etat d’Israël.

Depuis, la Jordanie doit trouver de nouvelles sources d’alimentation en énergie. De nouveaux oléoducs sont en discussion, en provenance d’Irak notamment. Un terminal de liquéfaction de gaz est actuellement en construction à Aqaba, afin d’accueillir du gaz qatarie. Parallèlement, les découvertes de gaz se sont multipliées en Méditerranée. Israël cherche donc de nouveaux clients en vue de futures exportations, et se tourne donc naturellement vers son voisin jordanien. La compagnie des phosphates jordanienne et le gouvernement jordanien sont donc en train de conclure des accords énergétiques avec Israël. L’émotion est forte en Jordanie, mais la mobilisation limitée. Le gouvernement justifie son rapprochement avec Israël en insistant sur la diminution des coûts de l’énergie qui pourrait résulter de l’opération.

Lire la suite

La crise des services publics dans le nord de la Jordanie : proposition de sujet de recherche en master

Water kiosk in Zaatari Camp (cc : Oxfam International)

La Jordanie est, avec le Liban, l’un des deux pays les plus affectés par la crise syrienne et en particulier l’afflux de réfugiés. Ceux-ci, regroupés dans de grands camps comme Zaatari, ou dispersés dans les villes jordaniennes de la région nord ou dans la capitale, subissent une grande détresse matérielle ou sociale liée au contexte politique. En outre, leur présence représente un facteur de stress pour des infrastructures urbaines déjà structurellement soumise à une crise grave, dans un pays aride, très déficitaire en eau, et très dépendant de l’importation d’hydrocarbures.

Dans le cadre d’un projet de recherche soutenu par l’Université Lyon 2, intitulé La crise syrienne et le Proche-Orient, je propose d’encadrer un(e) étudiant(e) de Master 1 ou 2 pour réaliser son mémoire de géographie ou aménagement sur cette thématique. La proposition s’adresse à priori aux étudiants de Lyon 2 mais pourra être étudiée pour des étudiants d’autres universités de Lyon-Saint Etienne. Un financement du séjour de terrain est prévu. Une connaissance de l’arabe serait appréciée, une bonne maîtrise de l’anglais est indispensable (notamment anglais technique et des sciences sociales). Une lettre de motivation devra m’être adressée en précisant les compétences dans le domaine des outils de la géographie (enquête/cartographie, etc.). Délai : avant le 20 juillet si possible. Si aucune candidature satisfaisante ne s’est révélée jusque là, une extension jusque début septembre est possible. Contact : eric.verdeil [at] univ-lyon2.fr

Géographie de l’éclairage public dans les villes du Sud : quelques exemples arabes

Un récent billet de blog qui est plus que cela attire mon attention sur la question de la lumière dans la ville et me suggère une variété de pistes de recherche qui me font revenir sur quelques matériaux de recherche non exploités.

Affiche vantant le Plan Lumière pour Beyrouth par la municipalité de Beyrouth – via Marie Bonte

Brilliant Beirut est un texte brillant de Marie Bonte, jeune géographe lyonnaise sur le point de s’engager en thèse sur la thématique de la fête à Beyrouth, question qui dévoile entre autres une territorialité de la nuit. Dans ce billet, paru sur le site de Tim Edensor Lighting Research @ MMU, elle explore les territoires de la lumière la nuit dans Beyrouth. Pour cela, elle examine les inégalités et les dysfonctionnements de l’éclairage public qui laissent de nombreuses rues dans l’obscurité, notamment en raison d’un défaut d’entretien chronique – on ne parle pas ici des coupures de courant qui touchent peu le territoire municipal de Beyrouth. Inversement, les secteurs éclairés sont largement ceux de la fête et des loisirs nocturnes, comme dans la zone de Solidere, à Gemmayzeh ou encore à Hamra… En fin de billet, elle montre aussi que cette question de l’éclairage public devient à un enjeu de politique publique. Elle analyse par exemple, à travers cette affiche vantant l’illumination de Beyrouth, le Plan Lumière récemment mis en place par cette municipalité qui s’est lancé, avec l’appui parisien, dans une politique d’éclairage et de mise en valeur de son patrimoine architectural. Elle fournit aussi une très belle carte de synthèse à la fin de son billet qui montre que cette géographie de la lumière est très inégalitaire. Il faudrait en complément s’intéresser aux projets de SOLIDERE qui a également entrepris une politique de mise en valeur de ses bâtiments (Lighting Beirut Architecture). Ces politiques de la lumière représentent un nouveau type de politique publique au Liban, à analyser dans une perspective mêlant transfert de modèles, marketting urbain et partenariats public-privé. Cette approche du cas beyrouthin est paradoxale puisqu’on peut aussi – voire plutôt – considérer cette ville comme une métropole de l’obscurité en s’intéressant à la thématique des coupures de courant, comme je le fais dans mes recherches de mes dernières années – et ce sera justement le thème d’un papier que je prépare pour le prochain congrès de la RGS. Continuer la lecture

Proche-Orient : Le pouvoir, la terre et l’eau de Pierre Blanc : un compte rendu

Ouvrage lu : Blanc P., 2012, Proche-Orient : Le pouvoir, la terre et l’eau, Les Presses de Sciences Po, 400 p.

L’ouvrage de Pierre Blanc, issu d’une thèse d’HDR, constitue une synthèse des enjeux géopolitiques de l’agriculture et de l’irrigation au Proche-Orient, entendu comme l’ensemble regroupant le Liban, la Syrie, la Jordanie, Israël et les territoires palestiniens ainsi que l’Egypte. Agronome de formation, l’auteur a exercé dans le domaine de la coopération agricole dans plusieurs de ces pays tout en menant par ailleurs des recherches géopolitiques sur Chypre dans la lignée de l’approche lacostienne. Il offre ici une réflexion inédite sur les fondements géographiques des conflits que connaît cette région : s’attacher à la terre et à l’eau est un moyen de mettre à bonne distance tant la question des identités religieuses et ethniques qu’une lecture en termes de rapports internationaux de puissance, et de réintroduire dans le questionnement d’indispensables dimensions socio-économiques et territoriales qui inscrivent la recherche dans une démarche empirique solide. Continuer la lecture

Le développement au Moyen-Orient dans les années 1950 et 1960. Notes de lecture

Texte de travail, préparé durant le programme Tanmia dirigé par l’IFPO, rencontre de Beyrouth, en septembre 2008.

Cette note naît d’une insatisfaction pas clairement formulée lors du lancement du programme TANMIA en avril 2008 [1]. La notion de développement apparaît comme un thème majeur de réflexion et d’action dans les années 1950-1960, moment du tiers-mondisme. Une réflexion sur les métamorphoses du développement ou sur les nouvelles pratiques du développement ne peut faire l’économie d’un bref retour sur cette période. Cette note propose quelques jalons informatifs en ce sens. A ce stade il ne s’agit que d’éléments de nature informative sur un livre (Kingston 2002) portant sur l’Iran, l’Irak et la Jordanie ainsi que d’éléments tirés de ma thèse sur le Liban (Verdeil 2010). On pardonnera donc une forme inaboutie et très échevelée.

Les politiques britanniques de modernisation au Moyen Orient : une conception alternative du développement, des occasions manquées (Iran, Irak et Jordanie)

Le livre de Paul Kingston est très intéressant par son analyse des conditions concrètes de travail du monde des experts internationaux en développement et des jeux de contraintes géopolitiques, politiques et financiers dans lesquels ils s’insèrent. Il illustre bien les mécanismes de passage de la période de domination coloniale et impérialiste à une situation post-coloniale marquée par le retrait des colonisateurs, leur perte d’influence et de prestige en même temps que de moyens financiers, la concurrence introduite par l’arrivée de nouveaux acteurs comme les USA et les agences des Nations-Unies. Le livre introduit aussi de manière intéressante à l’analyse de la structuration des administrations locales et aux rôles d’intermédiaires des fonctionnaires locaux, comme Hamid al-Farhan en Jordanie. Continuer la lecture

Eté électrique

Mes longues vacances m’ont fait décrocher de l’actualité électrique de mes terrains favoris, Liban, Jordanie et Tunisie. Il faut dire que le sujet est moins « hot » si j’ose dire que les combats meurtriers à Tripoli, les réfugiés syriens qui arrivent toujours plus nombreux en Jordanie, ce qui entraîne de lourdes tensions, ou les menées salafistes contre le moindre cm² de peau nue en Tunisie ou le moindre manifestation culturelle un tant soi peu critique (sans même parler de la mise en coupe réglée des médias audiovisuels pratiquant la dérision à l’égard du régime nahdaoui).

Avec Gebran Basil, pas d’électricité et pas de lavage! (repris de la page LebanOFF sur Facebook)

Pourtant, l’atmosphère est électrique! Continuer la lecture

Au(x) pays : espaces familiers, mobilités entravées et lien social autour de la Jordanie

Je participerai Les 4 et 5 novembre 2011 au colloque international organisé par Philippe Bourmaud et Véronique Bontemps à Lyon, avec le Larhra et le GREMMO. J’y représenterai le Pôle Travail Espace Mondialisation (ISH de Lyon).

Argumentaire Continuer la lecture

Villes arabes en révolution

MàJ 7/2/2011 : une version légèrement différente de ce billet est repris par la revue Métropolitiques.

Comme beaucoup d’observateurs, je suis resté bouche bée depuis le 14 janvier devant le spectacle extraordinaire et inattendu de la révolution tunisienne et, depuis cette semaine, devant l’extension de la contestation en Egypte (pays que je connais très mal). Rétrospectivement, quelques petits faits relevés durant mon séjour tunisien cet automne et mes contacts avec des collègues de Sfax auraient dû attirer mon attention, comme cette pétition pour Facebook pour s’opposer à un renouvellement du mandat de Ben Ali signée par un nombre surprenant de personnes vers la fin septembre. L’indignation devant les pratiques de la famille Trabelsi a également constitué le sujet de nombreuses conversations à Sfax en novembre.

Dans ce billet, je voudrais proposer quelques réflexions sur les caractéristiques urbaines de la contestation qui se répand comme une trainée de poudre de la Tunisie à l’Egypte, à la Jordanie ou au Yémen. Remarques d’un géographe familier de plusieurs pays arabes, au regard de travaux et de lectures récents.

Une dramaturgie urbaine

Le premier point à souligner est que nous sommes face à des révoltes ou des révolutions urbaines. Les campagnes qui pourtant sont partout très pauvres paraissent moins impliquées. Est-ce un effet médiatique? Il semble qu’on assiste, comme les commentateurs le soulignent à propos de la Tunisie, à une révolte essentiellement portée par les jeunes urbains éduqués des classes populaires ou moyennes.

Le fait est que les manifestations se déroulent essentiellement dans les villes. En Tunisie, on a assisté à une progressive montée vers la capitale à partir des villes petites et moyennes de l’intérieur tunisien (et il faut rappeler le précédent de Gafsa en 2008). Le mouvement est ensuite monté en puissance et a agrégé les mécontentements et les frustrations dans les villes de la côte (Sfax, Hammamet) puis a culminé dans la capitale sans baisser d’intensité dans les autres villes – mais à distance c’est surtout la capitale qu’on a vue. Les émeutes du quartier de Ettadhamen, grand quartier populaire non-réglementaire du nord ouest de Tunis, ont marqué un tournant avant la cristallisation et la convergence des différents mouvements dans le centre de Tunis.

En Egypte, la capitale a d’emblée été le point focal de la mobilisation qui semble aussi très forte à Alexandrie et Suez. On entend moins parler des villes du Delta ou surtout du sud du pays(en tout cas dans les médias que j’ai pu consulter). Il me semble, pour le peu que j’en sais, que la contestation est surtout urbaine au Yémen aussi. En Jordanie, les manifestations sont concentrées à Amman et semblent moins concerner les autres grandes villes (Zarqa ou Irbid). Certains analystes ont relevé les déplacements récents du roi Abdallah dans des villages de bédouins de la région de Maan, en l’interprétant comme la recherche d’un renouvellement de l’allégeance des tribus transjordaniennes non ou peu urbanisées au régime, par opposition à une contestation sociale croissante dans les villes, largement menée par les islamistes. Mais on peut s’interroger sur la pertinence de cette opposition villes-campagnes. Depuis plus d’un an, on a assisté à de nombreuses éruptions de violence ponctuelle, rurale – ou localisée dans les petites villes périphériques comme Maan, foyer récurrent de contestation violente depuis vingt ans. Ces violences sont présentées comme tribales par les commentateurs et souvent liées à des règlements de compte entre clans. Pour autant, pour le bloggueur Muhammad Nas (Black Iris of Jordan), cette violence répétée peut s’interpréter comme un défi à l’Etat dans sa capacité à faire prévaloir les valeurs civiques, dans un contexte marqué par la corruption et la paupérisation de la population. Autrement dit, dans ces villes, en deça de la politisation, le défi à l’Etat est bien présent .

Manifestation à Tunis le 18 janvier 2011 (cc: Nasser Nouri)

A la différence de mouvements sociaux de protestation de ces dernières années qui étaient restés localisés dans des localités précises (révoltes populaires de Mahalla al-Kubra en Egypte, en réaction aux restructurations affectant l’industrie textile en 2007-2008), la force de ces mouvements et l’ampleur des foules rassemblées leur ont permis d’occuper les espaces centraux des villes et en particulier de converger vers les espaces publics de représentation des régimes en place, comme l’avenue Bourguiba ou, ces derniers jours, la place de Kasbah à Tunis, ou encore la place Tahrir (de la Libération) au Caire. D’où des images saisissantes et inédites dans ces capitales ordinairement policées au sens fort du terme, où l’on observe dans une grande confusion la contestation et la dégradation des symboles du pouvoir (tags, grafitis, incendies des images à la gloire du régime de Ben Ali ou de Moubarak), scènes de violence ou de fraternisation avec des représentants des forces de l’ordre. Un véritable renversement de l’ordre iconique dans ces capitales marquées par le culte de la personnalité.

Une économie urbaine défaillante

Les motifs déclencheurs de la contestation sont multiples, et de surcroît, il est plus que délicat de généraliser d’un pays à l’autre, voire sans doute d’une ville à l’autre. Chômage, conditions de vie urbaine, dénonciation de la corruption et revendications des libertés démocratiques s’entremêlent et se renforcent dans la dynamique contestatrice. Si ces deux dernières motivations apparaissent essentielles, il faut souligner à quel point l’insatisfaction et le mécontentement ont donné lieu, ces dernières années, à de nombreuses éruptions de mécontentement et formes de résistance qui en un sens, préfiguraient les mouvements actuels et, peut-être, leur ont servi de moments et de lieux d’apprentissage.

Les effets de la crise financière de 2008 sont spécifiques dans chaque pays arabe mais des éléments communs apparaissent. En Tunisie, le secteur industriel est orienté vers l’exportation et se révèle très dépendant de la baisse de la consommation européenne. Le tourisme y subit la concurrence d’autres destinations, la baisse du pouvoir d’achat des Européens et surtout une réorientation vers des clientèles originaires d’Europe de l’Est. Tout cela tire les revenus des travailleurs vers le bas. En Egypte, le tourisme subit aussi les effets de la crise (mais ce n’est pas le cas en Syrie, où le tourisme est au plus haut). Partout, les migrations vers l’Europe ou vers le Golfe sont ralenties tandis les investissements extérieurs marquent le pas (notamment en provenance du Golfe pour les années 2009-2010). L’insertion dans la mondialisation libérale a des conséquences cruelles alors que les économies se sont libéralisées et ouvertes aux investisseurs, ce mouvement étant contrôlé par les bourgeoisies liées (de très près dans le cas tunisien – mais ailleurs aussi) aux régimes. Ces évolutions économiques ont été bien analysées dans la récente synthèse Maghreb et Moyen-Orient dans la mondialisation du géographe Bouziane Semmoud (voir ici et ). Salaires plus faibles et chômage en augmentation vont de pair avec des inégalités accrues avec la petite élite enrichie au train de vie m’as-tu-vu forment donc le terreau de la mobilisation des jeunes.

Les tensions sur le marché du logement doivent aussi être particulièrement soulignées. Dans les jours qui ont précédé la chute de Ben Ali, on a pu voir des résidents de quartiers populaires à Tunis ouvrir leurs intérieurs aux caméras de télévision, révélant la grande pauvreté des habitants des périphéries. Qui a voyagé dans les banlieues des villes arabes n’a pu manquer de relever la précarité de cet habitat, souvent bâti en contravention avec les règles de construction et dont la régularisation ne peut s’effectuer qu’aux prix de longues négociations où les habitants restent suspendus à la merci de l’arbitraire des autorités, entre corruption, arbitraire politique et violence sociale. De nombreux travaux de géographes ou d’urbanistes ont bien documenté ces luttes depuis des années (voir Bouchanine au Maroc, Chabbi en Tunisie, Deboulet au Caire, Fawaz au Liban…). Plus récemment, de nouvelles tensions sont apparues. Les nouveaux standards de la régularisation de ces quartiers, marqués par les paradigmes libéraux, visent à les reconnaître et à distribuer des titres fonciers aux habitants. Mais selon un très intéressant travail d’Eric Denis consacrés à la situation du Caire (La marchandisation des ashwayiat(s)), ces politiques conduisent à une inflation des prix du logement et donc renforcent les difficultés résidentielles. D’autre part, le développement de méga projets et des infrastructures et équipements qui les desservent met également sous pression des secteurs urbains jusque là occupés par des classes populaires (voir les contributions sur le monde arabe dans Villes internationales, sous la direction de I. Berry-Chikhaoui, A. Deboulet, L. Roulleau-Berger). Cette compétition foncière produit un effet de chasse et tire les prix immobiliers vers le haut. Les jeunes des classes populaires et moyennes sont particulièrement touchés, notamment parce que la location est peu développée dans les villes arabes et que le mariage et l’installation en couple sont conditionnés par l’acquisition d’un logement (souvent le seul de toute une vie).

Ces enjeux expliquent de ces grandes opérations mais aussi l’inflation des prix ont suscité de nombreuses formes de résistance et de contestation ces dernières années, bien identifies dans des travaux comme Villes internationales, déjà cité ou Participations citadines et action publique. Ces contestations ne constituent-elles pas une sorte de banc d’essai dont les révoltes actuelles seraient le prolongement?

Les transformations et les réformes qui touchent les services publics représentent sans doute une autre composante du malaise des villes du monde arabe. Ces réformes sont de nature diverses : délégations de services publics, rationalisation de la gestion, modernisation technique… (voir Services urbains en réforme dans le monde arabe) Une des motifs principaux de contestation ou de méfiance face à ces réformes est la hausse des tarifs. Celle-ci s’explique également par l’augmentation des du prix du pétrole qui se traduit par des hausses des prix des carburants et donc des transports publics, mais aussi par des hausses du gaz et du diesel utilisé pour la cuisine et le chauffage, ainsi que de l’électricité et de l’eau. Ces hausses des prix des services publics s’inscrivent dans un mouvement inflationniste qui touche aussi les produits alimentaires. Selon les classes sociales, la sensibilité à telle ou telle hausse est diverse. Les classes moyennes sont très sensibles aux hausses de l’essence qui contraignent la mobilité automobile, mais les classes populaires qui empruntent les transports collectifs en subissent bien sûr aussi les conséquences. En Jordanie, en Syrie et au Liban, ces sujets occupent l’actualité. L’insatisfaction à l’égard des services publics est souvent aussi plus basique : les citadins subissent des problèmes d’alimentation électrique et de coupures (qui obligent à accéder à d’autres sources d’énergie, également onéreuses) constituent aussi des motifs de mécontentement récurrents, de même que des problèmes d’eau (coupures fréquentes, nécessité de se tourner vers d’autres sources d’approvisionnement).

Le mécontentement à l’égard des services publics alimente une conflictualité importante depuis plusieurs années, dont divers travaux ont rendu compte : ainsi, sur les émeutes de l’électricité au Liban ou sur la contestation de la réforme de la collecte des déchets dans les grandes villes égyptiennes, qui s’est traduite par des hausses de taxes pour des résultats jugés peu satisfaisants (voir ici – lien payant). Là encore, je m’interroge : ces révoltes ponctuelles ont-elles constitué des antichambres, des répétitions des manifestations ou des contestations en cours? Pour le montrer, il serait intéressant de se pencher sur les leaders de ces mouvements, et d’essayer de cerner si des formes de mobilisation ou de prise de parole, ou de négociations avec les forces de l’ordre qui ont été alors expérimentées, sont présentes dans les soulèvements actuels.

Une conséquence probable des mouvements de contestation actuelle est que les réformes en question vont être mises en pause voire arrêtées. Déjà, les régimes jordaniens et syriens ont annoncé des baisses des tarifs de carburant ou des aides pour certaines catégories sociales. En Jordanie, la hausse du tarif électrique a été brutalement remise en cause en 2009, et de même au Liban. Les autorités sont ici face à un piège économique et social. Elles ont peu de marges de manœuvre car ces services, souvent peu efficaces, sont encore fortement subventionnés et occasionnent de lourds déficits. Or ils apparaissent comme un des derniers symboles d’équité sociale (même si dans les faits, malgré l’existence de tarifs sociaux, ce ne sont pas les plus pauvres qui bénéficient des bas tarifs – voir par exemple la question des tarifs d’eau potable en Tunisie).

Violences urbaines et recomposition de l’ordre urbain

Les premières journées après la fuite de Ben Ali ont été marquées par les pillages de « miliciens » apparemment lié au régime, qui ont également terrorisé la population. On a alors assisté à des formes d’organisation populaires pour sécuriser les quartiers, fondées sur l’interconnaissance et le contrôle social de proximité, qui ont été louées par beaucoup d’observateurs comme une preuve de la « maturité du peuple tunisien ». C’est ce qu’on observe également en Egypte depuis ce week-end avec la « disparition » de la police des rues.

Etant donné la collusion d’une partie de la police avec le régime et la violence de la répression, les forces de maintien de l’ordre apparaissent largement délégitimées et cet état de fait risque de se prolonger pendant toute la période de transition ou de contestation. Dans les semaines et les mois à venir, on peut craindre en outre un accroissement de la crise économique et du chômage, en particulier à cause du marasme touristique et d’un attentisme des investissements, et donc des tensions sociales plus fortes. La recomposition de l’ordre urbain apparaît comme un enjeu majeur du moment qui s’ouvre, alors que les villes arabes étaient jusqu’à présent considérées comme relativement sûres.

La décomposition irakienne constitue une illustration sans doute extrême d’une telle évolution, notamment en raison du contexte d’invasion étrangère. Le travail de Jérôme Tadié en Indonésie fournit un intéressant cadre d’analyse pour penser un tel moment de violence politique et de recomposition de l’ordre urbain (Les territoires de la violence à Jakarta). Analysant les suites de la décomposition du régime de l’Ordre nouveau à Djakarta à la fin des années 1990, il a montré que la violence politique du moment du renversement du régime s’inscrivait dans la continuité de formes de violence sociale (bagarres entre clans, délinquances et contrôle de la rue par des organisations criminelles). Face à ces irruptions de violence, les citadins s’organisent à l’échelle des quartiers, souvent d’ailleurs en symbiose avec les organisations criminelles implantées sur place.

A Tunis, le maintien de l’ordre et la répression s’appuyaient sur la police ou les services de renseignement et sur les antennes du parti dans les quartiers (voir le travail d’Olivier Feneyrol ou celui d’Olivier Legros en Tunisie). Mais ces chefs de quartier ne tirent pas leur force uniquement de leur allégeance au parti mais aussi de leur insertion locale qui passe souvent par un contrôle et une connaissance des rouages sociaux et économiques, y compris de l’économie informelle. Dans une étude consacrée au quartier d’Imbaba au Caire (L’ordre des caïds. Conjurer la dissidence urbaine au Caire, éd. Kartalha), le politologue Patrick Haenni a analysé le rôle des caïds dans la structuration politique des quartiers populaires. On peut penser également au Liban et au contrôle milicien à l’échelle des quartiers qui est réapparu au grand jour après les affrontements de 2008 (voir M. Fawaz, M. Harb & A. Gharbieh, Beirut. Mapping Security). Il est très probable que dans la période de transition qui s’ouvre dans ces deux pays, mais aussi dans les autres qui sont secoués, ces formes d’organisations locales sont appelées à jouer un rôle fondamental, probablement au grand jour, autant ou plus que les mobilisations islamistes (et peut être contre elles).

Conclusion

Les villes arabes entrent en ce mois de janvier dans de profonds bouleversements. Les luttes urbaines en cours illustrent l’enjeu de l’occupation et du contrôle des espaces publics par les opposants aux régimes en place pour changer l’ordre politique. Ces luttes renvoient également aux dysfonctionnements profonds des économies urbaines confrontées à la crise de l’économie mondiale mais aussi des fonctions urbaines de base comme le logement et les services publics. La contestation qui s’élève manifeste un rejet des politiques de libéralisation et/ou de désengagement de l’Etat, dont les effets sont durement ressentis par la population en termes de niveau de vie. Ces enjeux constitueront sans doute un point majeur des débats politiques à venir. Au quotidien, la décomposition de l’ordre policier et l’incertitude sur les moyens d’assurer la sécurité urbaine dans un contexte de crise économique qui va aller croissant vont représenter un défi crucial pour la transition politique et de la réinvention d’un nouvel ordre civique.