Archives par étiquette : électricité

Nucléaire jordanien : nouveau site en vue

Carte du réseau électrique en Jordanie. En jaune, l'ancien et le nouveau site prévu pour la centrale nucléaire.

Le Jordan Times annonce ce matin une modification soudaine du projet de construction d’une centrale nucléaire en Jordanie (« JAEC changes nuclear reactor site« ). Le site initialement prévu était situé près d’Aqaba, non loin de la mer. Mais ce site présentait plusieurs problèmes : proximité de puissants voisins, rareté des espaces libres, concentration urbaine, enjeu de la désalinisation de l’eau de mer, risque potentiel des rejets d’eau de refroidissement (donc très chaude) sur la faune d’un site très touristique, et surtout localisation sur un site à fort risque sismique. Un autre inconvénient de cette localisation est son caractère périphérique qui impliquerait de construire une ligne à très haute tension de 400 km, représentant un surcout important et occasionnant des pertes en ligne.
Le nouveau site choisi est surprenant : situé au nord-est d’Amman, tout près de Zarqa, dans une zone désertique, il pose la question de la disponibilité en eau. Le représentant de l’Autorité jordanienne pour l’énergie nucléaire indique que la centrale utilisera les eaux retraitées d’une station d’épuration des eaux de Zarqa qui doit être agrandie. Le volume disponible à terme serait suffisant pour 3 tranches de 1000 MW. Le représentant de la JAEC évoque le modèle de la centrale de Palo Verde, en Arizona, et le recours à des experts américains.
On peut donc peut être aussi faire une lecture géostratégique de ce changement brutal, et pas seulement technique ou géopolitique. Alors que la France apparaissait bien placée et en tout cas faisait beaucoup d’efforts pour que la consortium AREVA-Mitsubishi obtienne ce contrat, le nouveau site signifie-t-il une réorientation vers la technologie américaine? On se rappelle qu’il y a quelques mois, des rumeurs évoquaient les réticences US à l’égard du projet jordanien (« No problems facing Jordan-US nuclear talks – Sharif « ). A priori, il n’y a pas d’entreprises US en lice, mais est-ce que l’appel d’offre peut continuer alors que le projet se présente sous un jour complètement différent? En tout cas, les concurrents doivent réviser leurs projets, dit l’article. Les choses vont s’éclaircir d’ici quelques mois sans doute.
Par ailleurs, deux autres articles de la même édition du Jordan Times évoque les bons résultats des prospection en vue de l’extraction d’uranium dans le pays et un séminaire de présentation des projets nucléaires du pays (« Jordan’s potential uranium reserves growing » et « Kingdom’s peaceful nuclear power programme showcased « ). La question nucléaire est très importante pour le pays.

Pour lire les autres articles proches, cliquer ici.

Les paysages de l’électricité au Moyen-Orient

Pour rebondir sur le précédent billet et illustrer comment ces paysages de l’électricité pourrait devenir le sujet de nouvelles recherches, voici deux photos brièvement commentées.

L'immeuble de l'EDL à Beyrouth - cliché EV oct. 2005 DR

La première représente le siège de l’EDL, la compagnie Electricité du Liban, à Beyrouth. Il est situé dans le quartier de Gemmayzeh, un vieux quartier qui s’est développé durant la période ottomane et le Mandat français, avant de connaître un certain déclin jusqu’à la fin des années 1990. A cette date, il a connu un double mouvement de patrimonialisation, de gentrification alimentant autant qu’alimenté par sa transformation en disctrict récréatif. Devenu une sorte de symbole du Beyrouth d’antan, c’est là que sont tournés de nombreux films empreints de nostalgie sur le Beyrouth d’avant.

Ce haut immeuble, accolé à l’autoroute, dont la silhouette moderne domine le quartier et en est devenue un repère majeur au fil du temps, a été construit dans un tout autre contexte. La compagnie publique fut créée, en 1954, à la suite de l’interruption de la concession accordée à une compagnie privée pour l’électricité et les tramways, incapable de faire face à l’augmentation de la demande. Cette nationalisation de l’électricité est emblématique de cette période et on la retrouve dans pratiquement tout les pays voisins. Elle illustre la volonté des Etats de la région de lancer des politiques de développement. L’électricité était bien entendu au coeur de ce projet. L’arrivée en 1958 du général Chéhab à la présidence de la République donna au Liban un coup d’accélérateur à une telle visée. Et dans le cadre d’un vaste programme de réorganisation de l’administration, diverses initiatives furent pour construire des nouveaux locaux. L’architecte Pierre Neema joua un rôle important. Il fut le concepteur de la Cité gouvernementale de Bir Hassan et on lui confia également l’immeuble de l’EDL. L’architecture de ce dernier illustre, notamment par le traitement des pare-soleil inspiré des architectes brésiliens, l’essor d’une architecture moderne du Tiers-Monde et il n’est pas indifférent que cette architecture soit placée au service d’un secteur d’activité qui symbolisait l’entrée du Liban dans la modernité.

L'ancienne centrale électrique d'Amman réhabilitée par Rami Daher

L'ancienne centrale électrique d'Amman réhabilitée, vue du sud (2010)

Le deuxième cliché représente le première centrale électrique d’Amman, construite par la Jordan Electric Power Company dans les années 1940. L’usine depuis longtemps désaffectée, est située à proximité du nouvel hôtel de ville d’Amman, dans un vaste site réaménagé à la charnière de l’Amman moderne et de l’Amman populaire, au fond du Wadi Amman. La municipalité, sous l’impulsion de l’architecte Rami Daher (dont j’ai déjà parlé ici), a décidé de conserver ce vestige et a confié à ce dernier son réaménagement. Il pourra abriter un café, des expositions, etc. Le tout n’était pas finalisé lors de mon dernier passage. Pour R. Daher, conserver ce rare témoignage de l’activité industrielle d’Amman, de même que quelques salles de cinéma, participe d’une démarche de sauvegarde des traces de l’entrée dans la modernité de cette ville, traces aujourd’hui frappées d’obsolescence, déconsidérées au regard du développement tertiaire de la ville, évincées par la nouvelle architecture verticale et clinquante de Jordan Gate ou de Abdali, et menacées de disparition par le renouvellement urbain.

Au Moyen-Orient, ce sont souvent les paysages du pétrole qui viennent à l’esprit lorsqu’on évoque l’empreinte de l’énergie sur la société, que ce soit sur le plan économique et politique (comme le fait par exemple Timothy Mitchell dont j’ai parlé ici) ou, donc, sur le plan urbanistique et architectural (ici). Les paysages de l’électricité et ce qu’ils sous-tendent (notamment l’organisation des territoires) constituent toutefois également un légitime objet pour la recherche. Espérons que nous assisterons bientôt à des recherches sur ce sujet.

Forêts de fils électriques à Beyrouth - photo historique à Gemmayzeh, ce bâtiment ayant aujourd'hui disparu (cliché EV 2005)

PS / mise à jour : j’aurais bien sûr du citer aussi le très intéressant travail de Pauline Gabillet dans le récent numéro de Géocarrefour, sur les générateurs électriques au Liban. Elle montre de manière fine, dans le cas de Jbeil, comment la dimension esthétique liée au passage de câbles anarchiquement disposés dans la ville devient un enjeu politique local (couplé à la question du prix de l’énergie). Voir son article Le commerce des abonnements aux générateurs électriques au Liban dans Géocarrefour.

Un désert plein de fils électriques

Des pylônes, des pylônes sur la route de Maan (EV - 12-07-2010)

Tant et si bien que je n’ai pratiquement pas vu un seul dromadaire! C’était sur la route de Maan, au sud de la Jordanie, où je cherchais des signes d’existence des grands projets de centrales électriques solaires annoncées récemment. J’y ai surtout trouvé un maire anxieux de la réalité de ce projet et furieux de n’être nullement associé à la définition du projet…

Pour aller plus loin, voir une première analyse de ce projet solaire de Maan dans ce texte.

Bilan quadriennal : quatre points forts

Comme beaucoup de chercheurs CNRS actuellement, je prépare mon bilan quadriennal (2007-2010). Je pense mettre en avant quatre points forts dont je livre ici une première esquisse.

Publication de Atlas du Liban.  Territoires et société (2007)

Atlas du Liban. Territoires et société, Presses de l'IFPO, Beyrouth, 2007

Atlas du Liban. Territoires et société, Presses de l'IFPO, Beyrouth, 2007

Cet ouvrage est le résultat du travail mené avec Ghaleb Faour du CNRS Liban et de Sébastien Velut, alors ENS-IRD, avec la collaboration de différents collègues dont principalement Walid Bakhos. Cette publication constitue l’achèvement d’un programme de longue durée, lancé en 1999 par Ghaleb Faour et Eric Huybrechts. Il a profondément bénéficié, de 2002 à 2004, de la collaboration avec l’IAURIF mais cette collaboration nous a obligé, en fait, à profondément transformé le projet de publication puisque l’IAURIF a établi et publié en 2005, dans le cadre du projet d’aménagement du territoire libanais, un premier atlas du Liban dont il nous a fallu nous démarquer. Cela a été fait notamment en introduisant des dimensions absentes de ce premier opus: géopolitique régionale et interne du Liban, approfondissement des mutations environnementales du Liban, introduction de la dimension confessionnelle. De surcroît, la guerre de juillet-aout 2006 nous a obligé à réaliser, dans l’urgence, un dernier chapitre de mise à jour réalisant un premier bilan compte des dommages subi par le Liban à cette occasion. Cet atlas constitue une introduction de niveau académique au Liban contemporain, tout en relevant le double défi de proposer une cartographie innovante, allant de l’échelle des villages à celle du monde, et de recourir à des sources statistiques variées, dont les apports sont soulignés sans sacrifier leur nécessaire critique.

L’ouvrage paru à l’automne 2007 a bénéficié d’un intérêt notable au Liban aussi bien qu’en France. 11 comptes-rendus lui ont été consacrés, dont 7 dans des revues spécialisées. J’ai eu l’occasion de le présenter lors de plusieurs conférences publiques et rencontres avec le public aussi bien en France qu’au Liban, en Syrie et en Jordanie. Compte tenu des difficultés de vente en France d’un ouvrage publié au Liban, les ventes semblent avoir été très satisfaisantes aux dires de l’IFPO. La diffusion scientifique est rendue plus facile grâce à une édition électronique en ligne gratuite (ou payante pour accéder à la version PDF) dans les collections de l’IFPO en ligne.

A paraître : Beyrouth et ses urbanistes: une ville en plans

Elevation d'un projet de rénovation pour le quartier de Ghalghoul, P. el-Khoury et A. Salam, archs. (cliché E.Verdeil, 1999, coll. part.)

Elevation d'un projet de rénovation pour le quartier de Ghalghoul, P. el-Khoury et A. Salam, archs. (cliché E.Verdeil, 1999, coll. part.)

Réticent à accepter de toucher à la cohérence de ma thèse, j’ai longtemps hésité à la remanier en un livre de format acceptable par un éditeur. Les pressions amicales de collègues et surtout la guerre de 2006 au Liban m’ont conduit à changer d’avis. En effet, une nouvelle reconstruction touche Beyrouth. Mes analyses de la situation dans les années 1990 se transforment en faits historiques, qui prennent avec la nouvelle reconstruction une signification autre qui mériterait d’être analysée. En revanche, l’histoire des politiques urbaines au Liban de l’Indépendance à la guerre civile s’évanouit de la mémoire des acteurs de l’urbanisme libanais tandis que ses témoins directs disparaissent petit à petit (par ex. Joseph Naggear), alors qu’elle continue à mon sens de déterminer de manière souterraine l’aménagement de la ville. J’ai donc décidé de remanier les éléments relatifs à cette période dans un ouvrage. Après que des éditeurs commerciaux ont hésité à l’accepter avant de le considérer comme trop spécialisé, j’ai estimé que les Presses de l’IFPO constituaient, comme pour l’Atlas, un éditeur totalement légitime bien que « non-commercial ». Cet éditeur permet en effet de toucher directement et efficacement le public libanais, tandis que sa politique d’édition électronique assurera une bonne diffusion internationale du livre (le tout, bien sûr, sans droits d’auteur).

Elargissement thématique et géographique de mes recherches: services urbains, électricité, Jordanie, Tunisie

Réparation sur un cable électrique à Amman (E.Verdeil, 2008)

Réparation sur un cable électrique à Amman (E.Verdeil, 2008)

En lien avec les thèmes de recherche développés dans le laboratoire Environnement Ville Société et en particulier avec l’axe Action/territorialisation, je me suis attaché à un nouvel objet, les politiques de réforme de l’électricité dans les pays du Moyen-Orient, en explorant notamment les enjeux liés à leur territorialisation. Cela m’a conduit à explorer la question électrique dans une double perspective: en tant que service urbain en réseau d’une part, et dans la perspective des enjeux de la transition énergétique dans les pays émergents et en développement d’autre part. L’approche de ce nouveau thème a été pour moi l’occasion, en participant à diverses actions de recherche, d’élargir mes terrains d’investigation. En plus du Liban que j’ai analysé sous cet angle, j’ai effectué plusieurs séjours en Jordanie pour commencer à creuser cette question. D’autre part, une coopération de recherche réalisée avec Ali Bennasr de l’Université de Sfax sur la thématique des services urbains en réseau, avec une première application à la question de l’eau potable, va évoluer vers une recherche sur les politiques d’efficacité énergétique et les villes en Tunisie. En prime, j’ai fait aussi un petit détour par l’Allemagne. Des recherches de financement sont en cours pour développer ces travaux, dont quatre publications apportent les premiers résultats.

Bennasr Ali et Verdeil Éric, 2009, « Gestion publique de l’eau potable, développement urbain durable et Majel-s (citernes d’eau pour l’eau de pluie) à Sfax en Tunisie », Flux, vol. , n° 76-77, p. 38-50. En ligne.

Verdeil Eric, 2009, « Electricité et territoires : un regard sur la crise libanaise », Revue Tiers Monde, vol. 198, p. 421-436. En ligne.

Verdeil Eric, 2008, « Géopolitiques de l’électricité au Machrek », Maghreb Machrek, 195, pp.106-128. En ligne.

Verdeil Eric, Féré Cécile et Scherrer Franck, 2009, « De la rétroaction entre différenciation territoriale et modèle universel des services urbains en réseau : les enseignements du cas libanais », Flux, vol. 75. En ligne.


bloc-geocarrefourImplication dans l’édition électronique en SHS

L’édition des SHS constitue le dernier point fort de mes activités de ces quatre dernières années. Depuis 2005, je participe au comité de rédaction de Géocarrefour et depuis 2007, j’en suis l’un des co-directeurs avec Christian Montès et Anne Honegger. Dans ces fonctions, outre le suivi des numéros, ma principale contribution a été le pilotage de la rétro-numérisation de la revue sur Persée (80 ans d’archives, depuis le Bulletin de géographie rhodanienne à Géocarrefour, en passant par la Revue de géographie de Lyon), puis la mise en ligne sur Revues.org et la diffusion payante de la revue sur Cairn. La revue reste fidèle au papier mais propose désormais des inédits, principalement des comptes rendus d’ouvrages qui sont publiés sur papier ultérieurement. Cette plongée dans l’édition électronique m’a conduit à suivre de plus près les débats liés à ce grand tournant que connaissent les SHS, y compris la polémique sur l’évaluation des revues par l’AERES (et ) et celle, distincte mais liée, sur les publiants. Dans cette perspective, j’ai participé à l’Université d’été de l’édition électronique organisée par le CLEO. L’ouverture de mon carnet de recherche Rumor s’inscrit en droite ligne de cette évolution, de même que mon investissement dans des enseignements sur cette thématique dans l’année universitaire 2009-2010. Dans le même esprit de saisir les bénéfices de cette mutation technologique et intellectuelle, j’ai modifié mes méthodes de travail et surtout de collecte d’information, notamment en utilisant le logiciel Zotero pour mes compilations de presse et ma documentation internet et la gestion de mes références bibliographiques.