Archives par étiquette : électricité

Electricity Subsidies: Benefiting some Regions More than Others – analysis featured on the LCPS website

EDL headquarters in Beirut

I am happy to announce the Lebanese Center for Policy Studies has featured my analysis about electricity subsidies in Lebanon on its website.

While the recent political showdown over where to connect the Esra Gul barge to Lebanon’s power grid is indicative of the country’s unequal electricity supply, it also unearthed something more fundamental, namely, how electricity subsidies exacerbate geographical and social inequalities. Indeed, one major problem facing Electricité Du Liban (EDL) concerns the fact that production costs exceed revenues from consumers. For many years, the difference has been covered/subsidized by the state but these subsidies impact citizens differently depending on where they reside.

More precisely, because the periphery have access to a smaller supply of electricity per day, they incur greater generator use costs than those living in the central agglomeration, particularly   municipal Beirut. Consequently, my recent study demonstrates that effective subsidies disproportionately benefit wealthier households and in particular those who live in Beirut, as the latter are supplied with more power on a daily basis compared to other regions.[1] Therefore, electricity subsidies exacerbate both geographical and social inequalities.

While the production cost of electricity—indexed to the international hydrocarbon market—has significantly increased since 1994, prices have not been reevaluated in that period. According to the National Electricity Strategy Plan of 2010, the price represented on average only 55% of the production cost per kilowatt hour. While the price structure should reflect a principle of fairness and employ progressive rates designed to ease the burden for small consumers—among whom are the country’s poorest people—a 2009 World Bank study reported the opposite. In fact, fixed costs added onto an EDL bill resulted in small consumers (who use up to 300 kilowatt hours) paying disproportionately more of their income toward energy bills than larger users. Practically, the more they consume, the more users are subsidized by the state. This is not an open and deliberate subsidy, but rather a largely unseen mechanism at work.

In fact, the study highlights geographic variances that result from the length of time that power is supplied. This adds an essential component to the distortion caused by this effective subsidy. Since 2006­-2007, Beirut has received on average nineteen to twenty-one hours of electricity per day, while other regions have received only twelve to fifteen hours if not less (depending on the time of year and in which year data was gathered). The capital’s residents use more public electricity by default and consequently benefit more from subsidies.

…/…

Read the end of the article on the LCPS website.

A French longer version, including the detailed data, is to be read on this blog.

Subventions électriques invisibles: le privilège beyrouthin

Le Liban se classe parmi les pires pays du monde en termes de fourniture électrique [1]. L’insuffisance de la production électrique se traduit par un rationnement qui atteint plus de 12 h /j dans une large partie du pays. Cette situation date de la guerre civile. Après une période d’amélioration grâce aux investissements dans de nouvelles centrales électriques et dans le réseau des années 1990, la situation s’est de nouveau dégradée à partir de 2006. Malgré le plan du ministre Gebran Bassil en 2010, peu d’améliorations ont été apportées, les investissements réalisés et les nouvelles capacités mises en ligne (en 2017) ne compensant pas l’augmentation de la demande, qui n’est satisfaite que grâce au développement de la génération privée.

Les dysfonctionnements du secteur électrique libanais pèsent lourdement sur les ménages et les agents économiques. De plus, l’électricité est la première source du déficit public libanais. Elle représentait en 2013 40% de la dette publique cumulée et 55% du déficit budgétaire. Le déficit s’explique par diverses raisons. La mauvaise gestion technique et commerciale de l’entreprise est une première explication des pertes: les pertes techniques se montent à environ 15%, les pertes non techniques atteignant elles 25%. 40% de l’énergie produite n’est donc pas payée. Toutefois, il faut aussi mentionner la structure du tarif de l’électricité qui ne reflète pas ses couts de revient. En effet, le tarif moyen par KWh est de 141 LL en 2007, alors que le cout de production est estimé à 255 LL/KWh en 2009. Autrement dit, en moyenne, l’abonné ne paye que 55% du cout de revient. Ce désajustement du tarif par rapport aux couts explique donc aussi une partie importante du déficit de l’entreprise.

Les discussions publiques se focalisent, ces dernières années, sur la construction de nouvelles capacités de production pour mettre fin au rationnement, et sur les modalités de financement de ces investissements : faut-il investir de l’argent public, et où le trouver? ou mettre à contribution le secteur privé, mais alors à quelles conditions? Dans la période précédente, la problématique du vol et de la fraude était aussi fortement mise en avant[2]. Ces débats laissent largement de côté la question de la tarification. Le gouvernement considère que le réajustement ne pourrait intervenir qu’une fois l’amélioration du système bien amorcée, rendant une hausse de tarif plus acceptable. En attendant, le désajustement du tarif constitue une subvention de facto, dont les effets ont rarement été examiné.

Comme dans de nombreux pays en développement, la tarification d’EDL est en marches d’escalier, chaque palier (ou bloc) de consommation étant facturé à un certain prix, dans un objectif d’équité sociale. Toutefois, seule la tranche au-delà de 500 kWH est facturée à un prix supérieur au prix de revient, alors qu’elle ne représente qu’une petite fraction de la consommation[3]. A cette tarification variable s’ajoute une partie fixe et des taxes. Les études de la Banque Mondiale (2009) ont mis en évidence qu’en réalité, cette tarification n’était pas progressive car le poids des charges fixes pèse très lourdement sur les ménages qui consomment peu.

Dans cette note, j’examine une autre distorsion, spatiale, liée à cette tarification. Le Liban se caractérise en effet par des inégalités géographiques dans les dotations en courant. Beyrouth, la capitale, reçoit une dotation en courant nettement plus longue que les autres régions. En moyenne, elle ne subit que 3 à 4 h de coupures, les autres régions recevant moins de 15h, parfois moins. Cette distorsion n’est pas seulement de nature géographique mais aussi sociale : en effet les résidents de Beyrouth sont en moyenne d’un niveau socio-économique plus élevé. Plus riches, plus équipés, mieux dotés en électricité, ils consomment davantage. Or, étant donné la structure des tarifs, plus ils consomment, plus ils coûtent à l’EDL. Le raisonnement est connu et parfois mentionné. En revanche, à ma connaissance il n’a jamais été estimé précisément. Je propose ici d’essayer de caractériser cette distorsion. Continuer la lecture

Lancement du programme de recherche Hybridelec

Beyrouth, Achrafieh : ensemble de générateurs formant une véritable petite centrale électrique au cœur d’un quartier résidentiel de la capitale (mai 2017)

J’ai le plaisir d’annoncer le lancement d’Hybridelec, que je dirige avec l’appui de Sylvy Jaglin. Il s’agit d’une nouvelle recherche? financée par l’ANR (Défi 2 consacré à l’énergie). Elle est consacrée à l’hybridation des systèmes électriques dans les villes des pays en développement et émergents. Celles-ci connaissent de lourds problèmes de fourniture en électricité que les réponses conventionnelles telles que l’extension du réseau ne parviennent pas à résoudre. C’est pourquoi on assiste au développement de solutions alternatives, individuelles ou collectives, tels que des réseaux décentralisés et hybrides. Appliquant le concept d’hybridation aux études socio-techniques, la recherche propose d’étudier ces nouvelles configurations, qui restent mal connues, et leurs impacts sur le futur du système électrique. D’une durée de 4 ans, la recherche étudiera empiriquement ces systèmes (par enquête auprès des acteurs du marché et analyse des pratiques de régulation) et examinera leur impact sur les conceptions usuelles de la transition énergétique.

L’équipe regroupe des chercheurs du CERI-Sciences Po, du LATTS-Université de Marne-la-Vallée et de PRODIG-Université Paris I/CNRS/IRD. Les terrains seront situés en Afrique subsahariene (Mali, Nigérias, Tchad, Burkina-Faso, Tanzanie, Afrique du Sud, et peut d’autres), en Asie du Sud (Inde et Pakistan) et au Moyen Orient (Liban). Nous avons prévu de recruter prochainement un postdoc pour travailler en Inde et un doctorant pour travailler au Liban.

Un carnet accompagnera le développement de cette recherche, que je vous invite à consulter dès maintenant.

Pour les lecteurs de ce blog, précisons que cette recherche prolonge les recherches entreprises au Liban depuis plusieurs années sur la gestion de la pénurie électrique grâce notamment aux générateurs (voir en particulier ces références: Verdeil 2009, Gabillet 2010, Verdeil 2016). Elle s’inscrit par ailleurs dans le prolongement d’une collective précédente, coordonnée par Sylvy Jaglin, TERMOS (Trajectoires énergétiques des métropoles du Sud) dont des résultats détaillés ont été publiés dans la revue Flux en 2013 (voir l’introduction du dossier et une version en anglais).

De l’impuissance des citoyens libanais face aux crises des services publics – compléments et rebondissements

powerless-orient-xxiJ’ai le plaisir de signaler la parution de mon article De l’impuissance des citoyens libanais face au « système », à travers l’analyse critique du documentaire de Cynthia Choucair « Powerless », sur le site d’information Orient XXI (repris sur Jadaliyya Cities). En voici le « pitch ».

Le délabrement des services publics, du ramassage des ordures aux coupures d’électricité, a suscité de nombreuses mobilisations au Liban. Le documentaire Powerless de Cynthia Choucair en rend compte de manière intéressante, mais, par son apolitisme, le propos perd de sa force.

J’y renvoie directement les lecteurs intéressés, sans le reproduire ici. Toutefois, je tiens à signaler, en complément de cette analyse, un autre petit film de Cynthia Choucair, avec l’aide du très incisif journaliste d’Al Akhbar Mohamed Zbeed, tourné au moment des manifestations de l’été 2015 au moment de la crise des ordures. Elle y interroge des citoyens manifestants sous la forme de quizz humouristiques, en vue de leur faire deviner les intérêts financiers des hommes politiques libanais, et la collusion entre intérêts publics et privés. Beaucoup tombent des nues… et d’une manière générale se montrent très peu au courant, si j’ose dire, des actions publiques ou privées, et même de l’identité des hommes qui les gouvernent (et qui les lient dans l’obscurité, pour paraphraser le Seigneur des anneaux). C’est poser la question de la dépolitisation implicite de la question de la crise électrique, que je discute dans ses choix scénaristiques pour ce scénario, sous un autre angle.

Questions that puzzled the Lebanesehttps://www.facebook.com/road2films/videos/971089022934597/

Pour conclure, signalons le dernier rebondissement de la crise des déchets, à savoir le fait que l’amoncellement des déchets non triés et non traités dans la décharge de Costa Brava à proximité immédiate de la piste maritime de l’aéroport de  Beyrouth attire de nombreux oiseaux qui font craindre un remake de l’accident de l’avion newyorkais contraint d’amerrir sur l’Hudson. Après avoir installé des avertisseurs sonores imitant des cris de rapaces, il semblerait selon Habib Battah (The Beirut Report) que le gouvernement ait décidé un abatage massif des oiseaux.

Les crises infrastructurelles à Beyrouth au prisme de l’écologie politique urbaine

La reprise du remblayage de la mer par les décharges à Borj Hammoud (ici ou à Costa Brava). Image Mohammad Azakir/The Daily Star. Repris sur Beirut Syndrome: http://www.beirutsyndrome.com/articles/burj-hammoud-stinks/

La reprise du remblayage de la mer par les décharges à Borj Hammoud (ici ou à Costa Brava). Image Mohammad Azakir/The Daily Star. Repris sur Beirut Syndrome: http://www.beirutsyndrome.com/articles/burj-hammoud-stinks/

Je présenterai mes recherches en cours sur les coupures d’électricité et la crise des déchets à Beyrouth. Ce sera le 14 décembre à 17h dans le cadre du séminaire Cities are back in town de l’école urbaine de Sciences Po, qui est ma nouvelle affectation professionnelle depuis le 1er septembre dernier. L’accès est libre mais il faut obligatoirement s’inscrire.

Cette présentation est basée sur un suivi depuis une dizaine d’années de la crise libanaise de l’électricité, et une observation à distance de la récente crise des déchets dans la région de Beyrouth. A partir de ces deux cas, je propose un cadre d’analyse des crises infrastructurelles urbaines, prenant en considération les interrelations entre la reconfiguration socio-technique des circuits d’infrastructure et la recomposition des pouvoirs à l’échelle des villes dans des contextes marqués par l’érosion et la mise en cause de la domination étatique et par le très fort dynamisme de la production urbaine.

Pour avoir un avant gout de ce que je vais présenter, on peut se reporter à mes publications les plus récentes, notamment ce chapitre en anglais. Par ailleurs, avec un point de vue théorique très différent (dans le cadre des travaux de la chaire ville dirigée par Dominique Lorrain sur le gouvernement des villes méditerranéennes), j’ai exploré la question des services urbains et de leur crise dans un papier préliminaire. Un chapitre d’ouvrage plus fouillé et détaillé est en préparation.

Les problématiques énergétiques de la Jordanie

A lire sur le site Les clés du Moyen Orient cet entretien réalisé par le journaliste Olivier de Trogoff, en marge du colloque Le Moyen Orient à l’heure du Golfe. On lira aussi avec intérêt l’entretien avec Bernard Cornut, autre participant au colloque, sur un sujet proche.

Q°: Quelles sont les ressources énergétiques de la Jordanie aujourd’hui ?

La Jordanie est énergiquement dépendante à 97% de l’extérieur. Face aux difficultés d’importation, le pays cherche aujourd’hui à diversifier ses sources d’approvisionnement, mais aussi à repenser la consommation énergétique nationale.

La situation a beaucoup évolué. Jusqu’en 2003, la Jordanie bénéficiait d’importations d’hydrocarbures à prix réduit de la part de l’Irak. Le pétrole irakien passait par la Jordanie et en contrepartie, l’Irak accordait au pays des prix très faibles. Cet accord a pris fin avec l’invasion américaine en Irak.

La politique énergétique jordanienne a dû alors évoluer. Les importations de pétrole se sont diversifiées : en plus de l’Irak, elles viennent d’Arabie saoudite et d’autres fournisseurs. De plus, elles sont désormais payées à un prix beaucoup plus élevé. Les Jordaniens se sont mis à importer du gaz naturel d’Egypte afin d’assurer leur production d’électricité, via un gazoduc à travers le désert du Sinaï pour alimenter la Jordanie en gaz naturel. Cette nouvelle source d’énergie va cependant se révéler insuffisante. En effet, à partir de 2007, les Egyptiens réduisent leurs exportations de gaz. Depuis 2011, le tube a subi de multiples attaques dans le désert du Sinaï, car il alimente aussi l’Etat d’Israël.

Depuis, la Jordanie doit trouver de nouvelles sources d’alimentation en énergie. De nouveaux oléoducs sont en discussion, en provenance d’Irak notamment. Un terminal de liquéfaction de gaz est actuellement en construction à Aqaba, afin d’accueillir du gaz qatarie. Parallèlement, les découvertes de gaz se sont multipliées en Méditerranée. Israël cherche donc de nouveaux clients en vue de futures exportations, et se tourne donc naturellement vers son voisin jordanien. La compagnie des phosphates jordanienne et le gouvernement jordanien sont donc en train de conclure des accords énergétiques avec Israël. L’émotion est forte en Jordanie, mais la mobilisation limitée. Le gouvernement justifie son rapprochement avec Israël en insistant sur la diminution des coûts de l’énergie qui pourrait résulter de l’opération.

Lire la suite

Les mots de l’image – exposition à l’ENS de Lyon

(c) Bernard Plossu

(c) Bernard Plossu

Profitez des derniers jours de l’exposition Les mots de l’image à l’ENS (jusqu’au 21 mars). A un choix de photographies de Bernard Plossu où figurent lettres et/ou mots, répond une série de petits textes du sociologue Jean-Louis Fabiani.

Au delà de la poésie propre qui fait la force des tirages de Plossu, ce qui a attiré ici mon intérêt est la pertinence ciselée des textes de Fabiani, et leur résonance avec mes thèmes de recherche sur la place et l’imaginaire des réseaux techniques dans la ville. Un grand nombre de ces images sont prises dans le flux, et en l’interrompant, donne à voir les infrastructures bien souvent invisibilisées qui régissent notre quotidien.

En réponse à l’image mise en exergue dans l’affiche de l’exposition, Fabiani souligne ainsi la tension entre la grisaille de ce paysage autoroutier et les connotation du mot SUD : « Le mot Sud qualifie plutôt le nouvel espace des styles de vue d’une classe de loisirs venue du « Nord » qu’une communauté de culture ou de climat. Le Sud désigne ici l’effacement progressif des frontières entre le dedant et le dehors de la maison, l’écoute attentive des manifestations du corps, la sociabilité ludique et festive. Tout ça, évidemment, n’est pas tombé du camion ».

En contrepoint d’une photographie toute en lignes de fuite, au centre de laquelle se détache l’inscription « CENTRO LOGISTICO », Fabiani écrit : « L’organisation du monde contemporain dépend entièrement de capacités logistiques: les flux doivent rester tendus et les connexions ne peuvent pas être interrompues. Dans le cas contraire, la crise survient et le désordre gagne. Plossu n’est pas un photographe de la technologie. Il lui arrive pourtant de la saisir lorsqu’elle s’impose à son regard d’observateur urbain. La ville qu’il décrit est faite de réseaux: rails des tramways, perches des trolleybus, remarques des camions et câbles de l’électricité son omniprésents. Ils structurent l’espace. »

Citons encore ce dialogue de Plossu et du sociologue : soit l’image d’un immeuble de grande hauteur, dans la périphérie de Marseille, au toit duquel s’accroche l’inscription en lettres géantes et lumineuses CONFORAMA, le tout vu d’une autoroute (encore) : « L’usage de l’électricité a profondément transformé les conditions de la vie urbaine. Ce qu’on appelle façade électrique des villes a été puissamment associé à la modernité et à sa vie trépidante : the City of lights (Paris) ou the City that never sleeps (New York) illustrent la part croissante prise par la lumière électrique dans la configuration, matérielle et symbolique, de la cité. C’est particulièrement vrai des enseignes et des publicités dont la forme s’est complètement transformée dès qu’elles ont été éclairées par la lumière artificielle. Les lettres ont eu depuis le débat une importance aussi grande que les images. La nouvelle façade des villes est d’abord une surface textuelle. »

Exposition à la galerie La Librairie, ENS de Lyon, site Descartes, jusquau 21 mars 2014.

Le catalogue de l’exposition est en vente à la galerie Le réverbère de Lyon:Plossu B., Fabiani J.-L., 2014, Les mots de l’image, (Les carnets). Crisnée (Belgique)/Lyon, Yellow Now/ENS de Lyon, 128 p.

Dans cette galerie, on peut voir jusqu’au 12 avril une autre exposition de Bernard Plossu : De l’Atlantique à la Méditerranée, du Portugal à la Grèce (le site web propose un magnifique choix de ses photographies illustrant son regard sur les paysages de la modernité).

 

Eté électrique

Mes longues vacances m’ont fait décrocher de l’actualité électrique de mes terrains favoris, Liban, Jordanie et Tunisie. Il faut dire que le sujet est moins « hot » si j’ose dire que les combats meurtriers à Tripoli, les réfugiés syriens qui arrivent toujours plus nombreux en Jordanie, ce qui entraîne de lourdes tensions, ou les menées salafistes contre le moindre cm² de peau nue en Tunisie ou le moindre manifestation culturelle un tant soi peu critique (sans même parler de la mise en coupe réglée des médias audiovisuels pratiquant la dérision à l’égard du régime nahdaoui).

Avec Gebran Basil, pas d’électricité et pas de lavage! (repris de la page LebanOFF sur Facebook)

Pourtant, l’atmosphère est électrique! Continuer la lecture

Remarques sur La guerre de l’énergie – Israël-Palestine

A propos de : Amsellem David, 2011, La guerre de l’énergie : la face cachée du conflit israélo-palestinien, (Géographies, ISSN 2256-6694). Paris, Vendémiaire, 183 p.

Recension à paraître dans Géocarrefour.

Le conflit israélo-palestinien est généralement abordé par les géographes à partir de deux entrées, la terre et l’eau. L’analyse des rapports de force politico-économiques éclaire alors sur l’appropriation des ressources et les inégalités dans leur utilisation. C’est toute l’originalité de cet ouvrage issu d’une première recherche universitaire que de proposer une nouvelle clé de lecture du conflit. Jusqu’à très récemment, avec la découverte de gisements gaziers en mer, cette région du Proche-Orient était complètement dépendante de l’extérieur pour son approvisionnement en hydrocarbures. Or, la constitution d’une économie israélienne sophistiquée et l’urbanisation croissante rendent l’accès à l’énergie, sous sa forme primaire ou secondaire, indispensable. Inversement, cette question est d’emblée géopolitique car les circuits d’approvisionnement sont liés à l’organisation des territoires et font l’objet de conflits. Continuer la lecture

Electric capitalism. La corporatisation de l’électricité en débat

David McDonald, responsable du Municipal Services Project, dans lequel s’inscrit notre recherche sur la Société tunisienne d’électricité et de gaz (STEG), présente dans cette vidéo quelques éléments du débat concernant la corporatisation des entreprises de fourniture d’électricité, notamment dans les pays émergents et pauvres.

Continuer la lecture