Archives par étiquette : Beyrouth

Dialogue sur le Liban à la croisée des chemins

A l’invitation du MUCEM dans le cadre du cycle Les lundis d’après, en réponse aux questions de Joseph Confavreux de Médiapart, je dialogue avec Ziad Majed sur les enjeux de la réponse à la crise économique, financière et politique au Liban environ cent jours après l’explosion du 4 août. Débat enregistré le 13 novembre 2020.

L’art pour saisir la ville : quelques publications plus ou moins récentes sur Beyrouth

Atallah, Chedly, Sophie Brones, et Emmanuel
Saulnier, éd. 2020. Beyrouth in situ. ENSBA Editions.

Beyrouth in Situ

Passé relativement inaperçu à cause du COVID, le recueil bilingue Beyrouth In Situ, édité par Chedly Atallah, Sophie Brones et Emmanuel Saulnier, paru en novembre 2019 rassemble un ensemble de textes, photos, dessins émanant tant de chercheurs en sciences sociales que d’artistes, femmes et hommes, de diverses générations, libanais.es ou passé.e.s par Beyrouth. Elles et ils font de la ville, de son espace urbain, de ses lumières et de ses couleurs, de ses textures et structures mais aussi de ses mots et de ses sons, le matériau de leurs réflexions et figurations, parfois assez abstraites. Dans ce beau livre, touffu et inégalement accessible aux lecteurs, en fonction de leur familiarité préalable avec la ville, avec sa topographie et son histoire, je signale quelques contributions qui m’ont particulièrement frappées, comme des entretiens avec Leïla Shahid (évoquant Jean Genet et Chatila), la photographe Sophie Ristelhueber, ou avec les urbanistes Jad Tabet ou Habib Debs. Certaines interventions s’efforcent de tisser des connexions entre Beyrouth et d’autres villes de la région, comme Sanaa (Franck Mermier), Damas (Omar Alasaad) ou Tunis (Chedly Atallah). Les liens avec Paris sont également très présents, ce qui renvoie aussi à l’identité du collectif éditorial.

Continuer la lecture

[Vidéo] Reconstructions au Liban : mots, temporalités, gouvernances

Dans le cadre du séminaire Après le 4 août, organisé par l’IFPO, j’ai présenté le 2/10/2020 (et non le 16/10 comme écrit par erreur) quelques réflexions qu’on peut revisionner dans la vidéo ci-dessous.

L’objectif de cette présentation est de réfléchir aux points de comparaison pertinents entre les reconstructions qu’ont connu les villes libanaises dans le passé et la situation actuelle de Beyrouth. A travers un regard éloigné et une mise en perspective, il s’agit de soulever des questions sur les processus en cours dans les quartiers affectés par l’explosion du 4 août. Continuer la lecture

Les enjeux de la reconstruction de Beyrouth après l’explosion du 4 août – la question de la place de l’armée

Le Beirut Urban Lab de l’Université américaine de Beyrouth, animé par Mona Fawaz et Mona Harb, produit actuellement des données et une réflexion absolument incontournable pour qui veut comprendre la situation à Beyrouth après l’explosion du 4 août dernier. Plusieurs remarquables entretiens et textes sont parus sur leur site. Le document le plus complet à ce jour est le rapport Leave no one Behind : for an inclusive and just recovery process in post-blast Beirut publié sous l’égide du PNUD début septembre. On peut aussi renvoyer à une analyse passionnante de Mona Fawaz dans un podcast du LCPS (Rebuilding Beirut: How to curtail neoliberal urbanization). Je m’attarderai ici sur l’exposé de Mona Harb lors qu’une rencontre intitulée Beirut Reconstructions, organisée par l’Université Cornell le 7 octobre dernier et accessible sur YouTube. Après une longue introduction par les organisateurs, un premier exposé (à partir de la 17 min) de Elie Haddad est centré sur la présentation historique des zones touchées et celle des dégâts d’un point de vue architectural, patrimonial et urbanistique.

Je partage ici un résumé de l’intervention de Mona Harb: Preliminary reflections on the recovery response to the Port blast in Beirut (de 39 min à 1h06). Je conclurai le billet par quelques réflexions sur des points qui m’ont paru très originaux, notamment la question de la place de l’armée.

L’intervention est structurée en deux temps. D’abord, une mise en perspective les dégâts avec les tendances de transformation urbanistique et économique des quartiers touchés, à savoir :
– la gentrification qui, partie de Solidere après la fin de la guerre civile dans les années 1990 s’est étendue à de nombreux quartiers du péricentre de Beyrouth et du reste de la municipalité ;
– l’abandon d’un certain nombre d’immeubles, généralement après une longue période de négligence et de manque d’entretien par leurs propriétaires en conflit avec des locataires bénéficiaires de la loi sur les anciens loyers, ou tout simplement incapable du fait des maigres loyers perçus d’assurer l’entretien. Au départ de ces locataires, ces immeubles sont rachetés par des promoteurs qui attendent la remontée du marché immobilier pour les détruire et construire à la place. L’explosion va renforcer cette part du parc immobilier.
– la vacance : Beyrouth a vu la construction d’un grand nombre d’immeubles de grande hauteur depuis 15-20 ans. Le taux de vacance de ces immeubles est énorme (jusqu’à 56% dans certaines zones). Cette vacance s’explique par des investissements immobiliers de sécurisation des avoirs, mais la crainte de mettre en location. Une partie de cette vacance s’explique aussi par des invendus des promoteurs.
– perte de patrimoine : près de 350 immeubles ont subi des dégâts graves, la plupart étant des immeubles anciens. La perte patrimoniale concerne aussi, au-delà des immeubles individuellement, une forme urbaine : la rapport à la rue, des espaces publics et toutes les pratiques et les représentations attachées à cet espace .
– la paupérisation : déjà avant l’explosion les indicateurs de pauvreté avaient explosé et la Banque mondiale estimait que plus de 50% des Libanais devaient être sous la ligne de pauvreté. La perte des revenus des activités de cette zone, le port en premier lieu, puis les loisirs et la restauration, les bureaux mais aussi les petits commerces, les ateliers de réparation, etc. a évidemment largement aggravé la situation. De surcroit, loin de toucher uniquement les habitants de ces quartiers, ce sont des pans entiers de la population libanaise qui sont concernés vu le rôle économique majeur de cette zone. Mona Harb précise à juste titre que l’impact est ressenti jusque dans la diaspora, à la fois parce que ces quartiers, notamment les espaces de loisirs et de restauration, étaient devenus depuis 15 ans, des lieux majeurs de retrouvaille et de fréquentation, avec une forte dimension identitaire. Mais aussi parce que beaucoup de membres de la diaspora avaient placé leurs économies dans des investissements immobiliers. Or, les grands immeubles, s’ils n’ont pas affecté structurellement, ont subi de très grands dégâts (notamment le verre, les menuiseries, les équipements collectifs, etc.) et donc ces investissements (productifs ou non, cf. ci dessus la question de la vacance) ont été fortement dépréciés1

Continuer la lecture Notes _____________________
  1. Pour information, cette analyse se trouve plus amplement développée dans le rapport que Mona Harb et Mona Fawaz ont publié sous l’égide du PNUD fin aout : voir Leave no one Behind : for an inclusive and just recovery process in post-blast Beirut : https://www.arabstates.undp.org/content/rbas/en/home/library/crisis-response0/leave-no-one-behind–for-an-inclusive-and-just-recovery-process-.ht. []

Octobre Liban – les rues et les places matrices d’un nouvel ordre politique?

Couverture de Octobre Liban, éditions Inculte (octobre 2020)

Pour célébrer l’anniversaire des mobilisations du 17 octobre au Liban, Camille Ammoun, récent auteur d’un beau roman sur Dubaï qui évoquait aussi Beyrouth, offre dans ce petit ouvrage un attachant récit d’immersion dans ce qu’avec les Libanais mobilisés, il nomme la révolution, al-thaoura. Dans un texte vibrant au rythme de sa marche à travers Beyrouth, dans le convoi d’une manifestation arpentant la route de Tripoli entre le rond-point de Dora et la place Riad al Solh, en empruntant les rues d’Arménie et Gouraud aujourd’hui dévastées, il déchiffre les signes de la révolte, graffitis et hauts-lieux, les relie au passé urbain encore présent ou souvent déjà effacé et s’enthousiasme de l’énergie collective ainsi manifestée.

La force de son texte réside dans son rythme – celui de la marche – mais aussi dans le mouvement du regard qui s’y déploie. ll combine plusieurs figures de style cinématographiques : d’abord, un plan panoramique qui plonge depuis les rochers dominants le fleuve de Nahr-El Kalb, haut-lieu symbolique de l’histoire de ce pays appelé aujourd’hui Liban, et zoome vers la ville qui dresse sa silhouette dans le lointain. Ce regard se fait traveling le long de cette ancienne route de Tripoli, avec des focus sur certains lieux symboles, narrant aussi des anecdotes parfois absurdes – comme ce cocasse fait divers que constitue la découverte, narrée dans la presse et, sans doute, les réseaux sociaux, d’un crocodile aux yeux jaunes abandonné dans les eaux tout aussi jaunes du fleuve de Beyrouth.

Continuer la lecture

Linking Economic Change With Social Justice In Mar Mikhael

In 2016, I was honored to be the tutor of this very interesting report written by four brilliant Sciences Po students from the Masters’ Program Governing the Large Metropolis, for the account of Gaia Heritage (thanks to George Zouein) and the Issam Fares Institute for Public Policy and International Affairs. But I never referenced it on this blog. The recent blast that delolished many buildings, businesses and places of life in the neighborhood makes it a useful resource that deserves attention.

Here is the full reference and a link to download the report:

Gerbal Lisa, Nicolas Hrycaj, Camille Lavoipierre et Marissa Potasiak. Linking Economic Change With Social Justice In Mar Mikhael, Beirut, Gaia Heritage/Sciences Po/Issam Fares Institute for Public Policy and International Affairs, 2016.
 
Summary:

According to multiple measures, Mar Mikhael is one of Beirut’s most distinctive neighborhoods, defined by a unique assortment of art galleries and car repair shops, a network of brightly-painted staircases and a long-abandoned train station, and a diverse mix of older, long-time residents and young newcomers. Yet on the issue of gentrification the case of Mar Mikhael is more familiar, as the neighborhood has recently seen a rapid influx of new bars and restaurants, as well as real estate investors and high-rise apartments, all of which have contributed to a neighborhood where:

▸ Housing is becoming increasingly unaffordable.

▸ Long-time residents face a risk of displacement.

▸ High-rise apartments detract from the neighborhood’s unique human scale.

▸ Shared spaces such as sidewalks, streets, and the stairs are increasingly overtaken by private actors.

▸ Creative industries remain economically vulnerable and socially disconnected.

▸ Residents have little influence over public policy impacting their neighborhood.

By analyzing these recent developments (all of which could be worsened by the implementation of the 2014 New Rent Law) in light of the more long-term, structural processes of change at work in the city – including the development of a powerful growth coalition in the mid- 1990s – this report argues that Mar Mikhael is just the most recent example of a cycle of urban change and gentrification that is transforming the city of Beirut, often in a manner that reduces housing affordability, dramatically alters the built environment, and weakens long-established communities. Therefore, this report offers numerous strategies and solutions for the alleviation of these problems in Mar Mikhael, inspired by the notions such as the right to the city, fieldwork conducted in the neighborhood, and case studies from other rapidly-gentrifying and creative cities around the world. Together these strategies offer a vision for a socially just Mar Mikhael, creating a neighborhood where:

▸ Long-time residents can afford to remain in their homes.

▸ New sources of affordable housing are accessible to both current and future residents.

▸ All residents have access to shared spaces.

▸ Formerly restricted public spaces receive a new life as parks, affordable housing, or cultural centers.

▸ The “human scale” of the built environment is retained.

▸ Arts, crafts, and design industries (ACDs) are economically resilient, and actively invested in the community.

▸ Residents can effectively work together to direct the future of their neighborhood.

Thus the strategies presented in this report center around five main issues. First, on the issue of making Mar Mikhael more affordable, these strategies include:

▸ Building upon the precedents set in Tripoli for state-led affordable housing projects, and Tyre for community-led projects.

▸ Engaging private and philanthropic actors to create non-profit affordable housing developers in Mar Mikhael.

▸ Using Waqf land as a site of affordable housing in the neighborhood. Second, to increase access to Mar Mikhael’s shared, public spaces, including the sidewalks, streets, stairs, and the train station, this report recommends:

▸ Conducting a GIS survey and walkability audit to encourage city officials to enforce existing sidewalk regulations.

▸ Using legal claims under Law 220/2000 as a means of retrofitting the neighborhood’s existing sidewalks.

▸ Closing Armenia Street to cars every Sunday morning to allow residents to walk, bike, and rollerblade freely.

▸ Listing Mar Mikhael’s still-unprotected stairs as worthy of preservation.

▸ Advocating for plans that would permanently transform the Mar Mikhael train station, while implementing short-term uses such as an open-air cinema or weekend market.

Third, on the issue of maintaining Mar Mikhael’s human scale, this report recommends:

▸ Designating Mar Mikhael as a protected zone, with regulations to limit building height.

▸ Creating incentives such as transferable development rights to encourage developers to preserve the neighborhood’s scale. Fourth, to foster a neighborhood-based creative economy in Mar Mikhael, some strategies include:

▸ Raising the awareness of the arts, crafts, and design industries (ACDs) regarding local concerns through joint cultural events and a community-based platform for communication and cooperation.

▸ Highlighting the link between creative activity and the larger urban environment through regular urban tours of Mar Mikhael.

▸ Developing systematic, consistent opportunities for training and assistance for the ACDs through workshops and conferences. Finally, creating a neighborhood council for Mar Mikhael represents this report’s fifth solution, which necessitates:

▸ Broadly defining neighborhood council membership and authority.

▸ Finding a political ally who can give it the institutional legitimacy necessary to successfully influence government policy.

▸ Employing Beirut-based universities, foundations, and private parties as sources of funding and administrative support.

Juliette FALKEHED’s paper “The Greater Beirut Water Supply Project: analysis of a territorial socioecological change process in the provision of water services” received a student award by the Kuwait program at Sciences Po

@rolandnassour on Instagram

@rolandnassour on Instagram

I am delighted to announce, with some delays, that Juliette FALKEHED, 1st year Master’s student in Governing the Large Metropolis, Sciences Po’s Urban School, received a student award for her paper entitled “The Greater Beirut Water Supply Project: analysis of a territorial socioecological change process in the provision of water services”, written for my class Mediterranean and Middle Eastern Cities (Spring 2019).

This paper is a valuable resource at a time when this project is under attack for its environmental flaws, as well as its financial cost.

Subventions électriques invisibles: le privilège beyrouthin

Le Liban se classe parmi les pires pays du monde en termes de fourniture électrique [1]. L’insuffisance de la production électrique se traduit par un rationnement qui atteint plus de 12 h /j dans une large partie du pays. Cette situation date de la guerre civile. Après une période d’amélioration grâce aux investissements dans de nouvelles centrales électriques et dans le réseau des années 1990, la situation s’est de nouveau dégradée à partir de 2006. Malgré le plan du ministre Gebran Bassil en 2010, peu d’améliorations ont été apportées, les investissements réalisés et les nouvelles capacités mises en ligne (en 2017) ne compensant pas l’augmentation de la demande, qui n’est satisfaite que grâce au développement de la génération privée.

Les dysfonctionnements du secteur électrique libanais pèsent lourdement sur les ménages et les agents économiques. De plus, l’électricité est la première source du déficit public libanais. Elle représentait en 2013 40% de la dette publique cumulée et 55% du déficit budgétaire. Le déficit s’explique par diverses raisons. La mauvaise gestion technique et commerciale de l’entreprise est une première explication des pertes: les pertes techniques se montent à environ 15%, les pertes non techniques atteignant elles 25%. 40% de l’énergie produite n’est donc pas payée. Toutefois, il faut aussi mentionner la structure du tarif de l’électricité qui ne reflète pas ses couts de revient. En effet, le tarif moyen par KWh est de 141 LL en 2007, alors que le cout de production est estimé à 255 LL/KWh en 2009. Autrement dit, en moyenne, l’abonné ne paye que 55% du cout de revient. Ce désajustement du tarif par rapport aux couts explique donc aussi une partie importante du déficit de l’entreprise.

Les discussions publiques se focalisent, ces dernières années, sur la construction de nouvelles capacités de production pour mettre fin au rationnement, et sur les modalités de financement de ces investissements : faut-il investir de l’argent public, et où le trouver? ou mettre à contribution le secteur privé, mais alors à quelles conditions? Dans la période précédente, la problématique du vol et de la fraude était aussi fortement mise en avant[2]. Ces débats laissent largement de côté la question de la tarification. Le gouvernement considère que le réajustement ne pourrait intervenir qu’une fois l’amélioration du système bien amorcée, rendant une hausse de tarif plus acceptable. En attendant, le désajustement du tarif constitue une subvention de facto, dont les effets ont rarement été examiné.

Comme dans de nombreux pays en développement, la tarification d’EDL est en marches d’escalier, chaque palier (ou bloc) de consommation étant facturé à un certain prix, dans un objectif d’équité sociale. Toutefois, seule la tranche au-delà de 500 kWH est facturée à un prix supérieur au prix de revient, alors qu’elle ne représente qu’une petite fraction de la consommation[3]. A cette tarification variable s’ajoute une partie fixe et des taxes. Les études de la Banque Mondiale (2009) ont mis en évidence qu’en réalité, cette tarification n’était pas progressive car le poids des charges fixes pèse très lourdement sur les ménages qui consomment peu.

Dans cette note, j’examine une autre distorsion, spatiale, liée à cette tarification. Le Liban se caractérise en effet par des inégalités géographiques dans les dotations en courant. Beyrouth, la capitale, reçoit une dotation en courant nettement plus longue que les autres régions. En moyenne, elle ne subit que 3 à 4 h de coupures, les autres régions recevant moins de 15h, parfois moins. Cette distorsion n’est pas seulement de nature géographique mais aussi sociale : en effet les résidents de Beyrouth sont en moyenne d’un niveau socio-économique plus élevé. Plus riches, plus équipés, mieux dotés en électricité, ils consomment davantage. Or, étant donné la structure des tarifs, plus ils consomment, plus ils coûtent à l’EDL. Le raisonnement est connu et parfois mentionné. En revanche, à ma connaissance il n’a jamais été estimé précisément. Je propose ici d’essayer de caractériser cette distorsion. Continuer la lecture

Soutenance de Thèse: Marie Bonte, Beyrouth, états de fête. Géographie des loisirs nocturnes dans une ville post-conflit

Je participerai demain, vendredi 8 décembre à Grenoble, au jury de la thèse de Marie Bonte. (ses publications via Hal).

Résumé :

Cette thèse porte sur les espaces de la vie nocturne à Beyrouth, entendus comme l’espace physique des bars et des boîtes de nuit et comme un ensemble de pratiques et de sociabilités qui leur sont associées (notamment autour de l’alcool, de la danse, de la musique), regroupant diverses catégories d’acteurs chargés de sa production et de sa régulation. Tout en privilégiant une étude décentrée des concepts, je m’inscris dans le champ récent qui intègre la nuit à la réflexion géographique. Je privilégie l’analyse des usages ludiques de Beyrouth la nuit ainsi que leur portée sociale et politique dans le contexte libanais. J’articule donc les problématiques nocturnes au prisme du post-conflit, qui permet de définir une situation dans laquelle les héritages de différentes périodes de guerre sont encore visibles et opérants tout en se mêlant à d’autres processus plus récents. Le rapport entre vie nocturne et ville post-conflit est à double sens : la situation post-conflictuelle conditionne l’offre, les pratiques et les représentations attachées aux loisirs de nuit qui en retour constituent le lieu d’inscription des héritages, des incertitudes et des possibles de la jeunesse noctambule. Cette recherche s’appuie sur une enquête qualitative mêlant entretiens formels et observation directe. La vie nocturne de Beyrouth y est appréhendée à travers trois lectures de l’espace : l’espace physique et urbain investi par les établissements et les individus, l’espace social des relations entre acteurs, l’espace politique et critique des revendications et des transgressions. Ces trois niveaux de compréhension mobilisent tout en les spatialisant les notions de champ (pour désigner les acteurs chargés de la production de la vie nocturne), de monde (pour désigner les noctambules) et d’ethos (pour désigner l’ensemble des principes et des valeurs qui orientent les comportements.

Jury :

Mme Mona Harb, Professor, American University of Beirut (Rapporteur)

Mme Anna Madoeuf, Professeur, Université François-Rabelais de Tours (Rapporteur)

M. Éric Verdeil, Professeur, Sciences-Po Paris (Examinateur)

M. Franck Mermier, Directeur de Recherches, CNRS, IIAC/LAUM (Examinateur)

M. Jérôme Tadié, Chargé de Recherches, IRDN, URMIS (Examinateur)

Mme Karine Bennafla, Professeure, Université Jean Moulin Lyon 3, (Co-Directrice)

Mme Myriam Houssay-Holzschuch, Professeure, Université Grenoble Alpes (Co-Directrice)

Crise des déchets et fabrique urbaine à Beyrouth

Je poursuis ma série (1, 2) sur les enjeux de la crise des déchets à Beyrouth, en archivant ici ce petit texte publié par la Lettre Cogito n°3 de Sciences Po, dans le cadre d’un dossier plus large : Les métropoles sont elles gouvernables?

La crise des déchets que connaît le Liban depuis l’été 2015 a été fortement médiatisée et a donné lieu à des analyses essentiellement intéressées par sa signification politique. Causée par la saturation de la principale décharge de l’agglomération de Beyrouth et l’incapacité des autorités gouvernementales à adopter une solution pérenne, cette crise a provoqué une forte mobilisation civique.
Au-delà de la question technique de la gestion et du traitement des ordures, les manifestants contestaient un système opaque où l’État, incapable d’assurer le fonctionnement minimal des services publics, ne sert qu’à enrichir une élite politique que seul unit le souci de « se partager le gâteau » et de se maintenir au pouvoir.

Construire sur les décharges de la guerre civile Continuer la lecture