Archives par étiquette : Beyrouth

Un an après, hommage à Habib Debs, architecte-urbaniste. L’analyste de la ville ordinaire au Liban

Le 10 février 2023 disparaissait Habib Debs, un architecte-urbanisme beyrouthin très engagé dans les combats pour la défense du patrimoine urbain, à Beyrouth et dans les villes et villages du Liban. J’ai écrit pour Les Carnets de l’IFPO un hommage à celui était à la fois un ami et un interlocuteur essentiel de mes recherches.

A retrouver ici : https://ifpo.hypotheses.org/12566

Désescalade énergétique. Les enseignements du cas libanais

J’ai participé le 4 juillet 2023 au séminaire Désescalade énergétique organisé par Anaïg Oiry, Arnaud Passalacqua et Roberta Pistoni, dans le cadre du groupe de travail Ville et énergie du Labex Futurs urbains. Nous étions accueillis dans les locaux de PCA-Stream, agence d’architecture parisienne dont la cellule recherche a effectué un beau travail en éditant un podcast synthétisant les principaux enseignements de la séance. On peut ainsi écouter mon analyse du cas libanais, mis en relation avec les cas cubain et vénézuélien, à partir de 2’40”.

Résumé du séminaire:

Comment les territoires font-ils face à la réduction de leur puissance énergétique ? À l’occasion de la journée d’étude Désescalade Énergétique, organisée à l’agence par le groupe de travail Ville et Energie du Labex Futurs Urbains, cinq chercheurs et chercheuses présentent leurs travaux. Beyrouth, passage du cyclone Irma sur l’île de Saint-Martin, gestion des ressources au Moyen-Âge, choc pétrolier de 1973, et crise environnementale actuelle : tour d’horizons.

Tensions et coexistence entre Libanais et Syriens dans les rues et quartiers de Beyrouth

Photo du lieu d’une bagarre générale à Dora, banlieue est de Beyrouth, le 6/10/2023 @lebanondebate https://www.lebanondebate.com/news/616934

Le récit d’un accrochage entre deux Libanais qui devient une bagarre générale entre Libanais et Syriens dans le quartier populaire majoritairement chrétien de Dora, à l’Est de Beyrouth, s’inscrit dans la chronique quasi-journalière des tensions et du ressentiment qui montent contre la présence des déplacés et réfugiés de la guerre en Syrie, installés en masse dans les banlieues de Beyrouth et dans d’autres régions du pays. Plusieurs articles de L’Orient-Le Jour rapportent ces informations depuis quelques jours. L’opacité des chiffres permet toutes les rumeurs quant au nombre de présents sur le territoire libanais. Alors que les données de l’UNHCR indiquent environ 800.000 personnes, ce qui est une sous-estimation admise puisque tous ne sont pas inscrits, les autorités libanaises et diverses officines statistiques aux méthodes imprécises et douteuses évoquent 2 millions, voire 2,5 millions de personnes. Si certains réfugiés sont rentrés, d’autres sont venus, légalement ou pas, pour travailler au Liban. Continuer la lecture

Entretien avec Inès Gil sur la reconstruction de Beyrouth

dans le quartier de Gemmayzeh à Beyrouth, des traces de l’explosion sont encore visibles, 3 ans après.

J’ai répondu aux questions de la journaliste Inès Gil sur la reconstruction de Beyrouth trois ans après l’explosion du 4 aout 2020, pour le site Les clés du Moyen-Orient. 

https://www.lesclesdumoyenorient.com/Entretien-avec-Eric-Verdeil-sur-la-reconstruction-de-Beyrouth-Le-bilan-reste.html

Mes analyses s’appuient sur un travail mené en 2020-21 et le suivi de l’avancement de la reconstruction tel que les enquêtes du Beirut Urban Lab permettent de se le représenter.
Mon article “Après l’explosion de Beyrouth, réinventer l’urbanisme ?” à paraître dans la Revue internationale d’urbanisme est accessible en version auteur préprint sur HAL.

Penser à, et avec, Fariba emprisonnée depuis plus de 1200 jours

Ma collègue Fariba Adelkhah est emprisonnée en Iran depuis plus de 1200 jours, punie pour avoir simplement exercer son métier de chercheuse. Avec mes collègues du CERI et de nombreuses autres personnes mobilisées, nous réclamons sa libération immédiate. Le comité de soutien à Fariba organise diverses manifestations et mobilisations à cette fin, et notamment un séminaire Sociologie et anthropologie sociale du politique : Penser en pensant à elle.

J’y ai participé, le 28 mars 2022, lors d’une séance intitulée Un autre regard sur la ville, en essayant de m’inspirer de ses travaux sur le sujet, notamment son article publié en 2017, Guerre et (re)construction de l’État en Afghanistan : conflits de tradition ou conflits de développement ?, International Development Policy | Revue internationale de politique de développement, 8, Article 8. https://doi.org/10.4000/poldev.2451

Mon exposé oral intitulé Beyrouth : effondrement, mobilisations urbaines et reconstruction des interstices est disponible en podcast (à partir de 1h17 50s jusqu’à 1h56), comme ceux des autres intervenants Nadia Hachimi-Alaoui et Laurent Fourchard. Les exposés sont suivis d’une discussion.

Face à la mer

Le motif de la mer est récurrent dans la filmographie prenant Beyrouth comme sujet. Regarder la mer, c’est tourner le dos à la ville, à ses divisions, aux destructions qu’elle subit, aux cris, aux bruits et aux larmes, aux temporalités désaccordées de la société. Regarder la mer, c’est y trouver ouverture, apaisement, liberté. La corniche de Beyrouth est souvent, d’ailleurs, le lieu privilégié de cette vision1. La mer peut aussi être un appel du large, et constituer alors une métaphore du départ.

Ce point de repère et de stabilité n’existe ainsi que par opposition, comme pour mieux signifier le dérèglement de la ville et de la vie de ses habitants, perdus, désorientés, qu’ils cherchent à partir ou qu’ils reviennent sur les traces envolées de leurs souvenirs. Dans ce cinéma, la mer n’est donc que rarement sereine et son calme et la prévisibilité du ressac sont constitutifs d’un malaise sous-jacent. Le cinéma de Ghassan Salhab, notamment Beyrouth fantôme et Terra incognita, exhibait ainsi ces motifs, tout comme un court métrage du même (Posthume) dont on a déjà parlé ici.

Dans cette logique, l’opposition de la mer et de la terre de part et d’autre de la ligne de rivage n’est pas aussi claire qu’il pourrait sembler. Car la terre et ses déchirements, ses destructions, ses pollutions trouvent dans la mer un exutoire et l’envahissent. Le dérèglement de la ville conduit à son débordement dans la mer : déblais, ordures, eaux boueuses et charriant immondices et pollutions altèrent et déforment le littoral en de gigantesques excroissances troubles et instables, que les flots lèchent, mélangent et emportent, déposant remugles et matières décomposées sur toute la côte. Pour leur part, les spéculateurs, les promoteurs, les ingénieurs et les urbanistes conjuguent leurs visions et leurs actions pour stabiliser ces formes incertaines et mouvantes, en faire de vastes plateformes destinées à accueillir le futur de la ville, un futur qui toutefois tarde à prendre forme. Ces espaces sont un décor amorphe, et lorsque s’édifient des bâtiments, ils restent vides et sans vie.

Face à la mer, d’Ely Dagher, qu’on pouvait voir sur les écrans français ces dernières semaines, s’inscrit dans la filiation d’un cinéma libanais de l’errance, de la jeunesse divagante et hébétée, qui ne trouve ni dans l’exil, ni dans le retour au foyer, ni dans la fête triste et dopée aux stimulants artificiels la possibilité de se construire et de construire un avenir. Dans un pays privé de liquidités par la crise financière et le chômage massif, les familles peinent à se nourrir. Dans les familles séparées par l’exode des jeunes, les repères s’effacent, le silence et l’incompréhension s’interposent entre les individus. Les mobilisations politiques ne sont plus qu’un souvenir évanoui.

La vue sur la mer est entravée par le mur des constructions bétonnées, et se réduit à une ligne de fuite. Roulant de nuit dans la ville sans vie, les deux jeunes gens qui en sont les personnages principaux se déplacent dans les rues vides, observent les immeubles luxueux aux appartements vacants. Dans cette scène nocturne, la lumière presque aveuglante semble celle d’un cauchemar irréel tant, dans la réalité des nuits du Liban d’aujourd’hui, l’obscurité perpétuelle éteint toute vision. Lorsqu’ils accèdent au rivage, la mer se révèle un cloaque tiède et trouble, la couleur bleue a cédé la place aux gris puis à une blancheur épaisse et sale, où flottent débris et fantômes d’humains noyés. Chronique d’une dépression collective sourde aux clameurs de la révolution, ce film gluant et désespérant exprime la noyade longue et insupportable d’un pays à l’abandon.

Pour autant, conclure sur cette note désespérée trahit en partie ce que transmet ce film. Son inventivité plastique, son art des points de vue, qu’il s’agisse des panoramiques à hauteur de drones saisissant la lumière irréelle de Beyrouth, ou du cadrage étonnant saisissant la joie des corps emportés par le rythme de la danse, et plus largement tout le travail sur les couleurs, constitue une puissante illustration du potentiel créatif et artistique de ce pays, de son énergie, de sa volonté de dépasser une réalité abjecte pour en exprimer les possibles latents.

Notes _____________________
  1. Je pense aussi ici aux réflexions de Jad Tabet, notamment un texte qu’il a publié en 1986, malheureusement non disponible en ligne : Tabet Jad, « La ville et le vide », in Peuples Méditerranéens, n°37, 1986, pp. 41-50.
    Je me permets également de renvoyer à quelques réflexions sur la méditerranéité paradoxale de Beyrouth, sur ce carnet : Méditerranéité – de Beyrouth à Marseille []

Seafront Reclamations, Rubble, and Waste: A Metabolic Reading of Lebanese Urbanization

Jana Nakhal and Abir Saksouk from Public Works Studio recently asked me to write about Beirut’s seafront reclamations among a series of pieces dealing with rubble, seen not only a metaphor of the Lebanese condition but its mere material incarnation. You can find the whole series here, the intro piece (Rubble. Back Filling as a Process of Rewriting History) by Jana Nakhal and my own article, which I reproduce here.

Since the outbreak of the waste crisis in the wider Beirut area in 2015, the Lebanese government has resorted to the supposedly temporary solution of storing municipal waste in the coastal landfills of Borj Hammoud, Jdeideh, and Costa Brava. Far from being new or temporary, this solution is in fact merely a repetition of decisions implemented during the Civil War, and in a number of Lebanese coastal regions such as Saida and Tripoli, all of which share several characteristics.[1] For instance, reclamations are often assigned to areas allotted for development in urban plans from the 1950s and 1960s, that were never implemented. These reclamations have become an important source for public works and real estate actors who are linked to leading Lebanese politicians, to dramatically increase profits and, in some cases, monopolize the land rent generated by these developments. Finally, the material that gives these embankments their reality erupts in moments of what we might call metabolic disturbances: when a seemingly sudden urban crisis results in an unexpected flow of materials that need to be stored in a particular place (e.g. municipal waste, rubble). These mechanisms of urbanization are a clear illustration of the notion of the Anthropocene, in that they constitute a new geological stratum created by human action. Continuer la lecture

La reconstruction de Beyrouth après le 4 aout au miroir des reconstructions précédentes

J’ai eu le plaisir de participer le 4 décembre 2020 à la journée d’étude du Centre arabe de recherches et d’études politiques Les villes dans le monde arabe, organisé par Isabel Ruck, et plus particulièrement au premier panel animé par Leïla Vignal Conflits armés et reconstructions, en compagnie de Myriam Ababsa sur Raqqa, Valérie Clerc sur Damas et Rouba Wehbé sur l’exclusion des Palestiniens des marchés fonciers au Liban.

Je me suis efforcé de saisir les différences entre ces épisodes de reconstruction selon trois grands enjeux : la nature et la temporalité des destructions, ainsi que leurs effets sociaux ; la dimension politique des reconstructions, en particulier les enjeux de peuplement qui leur sont associés ; et les cultures urbanistiques qui façonnent les débats, les conceptions et les outils de la reconstruction. A partir d’une rapide lecture des reconstructions de Beyrouth dans les années 1990 et en 2006, je m’efforce de caractériser les enjeux et les débats de la période actuelle. Mon intervention commence à partir de 1h52mn.

[MçJ 25/2/2021 : une version écrite de mon intervention est désormais disponible en ligne via le site du CAREP]

Dialogue sur le Liban à la croisée des chemins

A l’invitation du MUCEM dans le cadre du cycle Les lundis d’après, en réponse aux questions de Joseph Confavreux de Médiapart, je dialogue avec Ziad Majed sur les enjeux de la réponse à la crise économique, financière et politique au Liban environ cent jours après l’explosion du 4 août. Débat enregistré le 13 novembre 2020.

L’art pour saisir la ville : quelques publications plus ou moins récentes sur Beyrouth

Atallah, Chedly, Sophie Brones, et Emmanuel
Saulnier, éd. 2020. Beyrouth in situ. ENSBA Editions.

Beyrouth in Situ

Passé relativement inaperçu à cause du COVID, le recueil bilingue Beyrouth In Situ, édité par Chedly Atallah, Sophie Brones et Emmanuel Saulnier, paru en novembre 2019 rassemble un ensemble de textes, photos, dessins émanant tant de chercheurs en sciences sociales que d’artistes, femmes et hommes, de diverses générations, libanais.es ou passé.e.s par Beyrouth. Elles et ils font de la ville, de son espace urbain, de ses lumières et de ses couleurs, de ses textures et structures mais aussi de ses mots et de ses sons, le matériau de leurs réflexions et figurations, parfois assez abstraites. Dans ce beau livre, touffu et inégalement accessible aux lecteurs, en fonction de leur familiarité préalable avec la ville, avec sa topographie et son histoire, je signale quelques contributions qui m’ont particulièrement frappées, comme des entretiens avec Leïla Shahid (évoquant Jean Genet et Chatila), la photographe Sophie Ristelhueber, ou avec les urbanistes Jad Tabet ou Habib Debs. Certaines interventions s’efforcent de tisser des connexions entre Beyrouth et d’autres villes de la région, comme Sanaa (Franck Mermier), Damas (Omar Alasaad) ou Tunis (Chedly Atallah). Les liens avec Paris sont également très présents, ce qui renvoie aussi à l’identité du collectif éditorial.

Continuer la lecture