Archives de catégorie : urbanisme

Jbeil. Toward an Inclusive City

I am pleased to release the Capstone report the team of students from the Urban School at Sciences Po (Marina Najjar, Corentin Ortais, Diane Pialucha, Lucien Zerbib) I supervised last semester (February-June 2017) elaborated for the Municipality of Jbeil, Lebanon. Capstones are « client-oriented group research projects, based on original field research which generates a deliverable product ».

Below is the executive summary of the report, which can be downloaded from here.

Executive summary

Jbeil is a unique city with a rich and profound historical legacy. Its cultural heritage, its old port, peaceful environment and growing economy, all make it an attractive city for people from all over Lebanon and the world. Yet, certain challenges
accompany its development as it transforms into an attractive economic pole in the
region. This report argues that inclusive measures which place the residents of Jbeil at the center of its vision can answer current challenges and ensure a resilient development for city. In the following report, we propose four main strategies in order to reach an inclusive vision.

Firstly, in order to stimulate the economy, this report recommends a diversification of the economic system by:

  • Promoting a sustainable tourism which broadens the offer of tourist attractions
    ▶Exemplary reference: Eco-tourism in Sidi Amor, Tunisia
  • Investing in different economic potential to foster a balanced economy
    Exemplary reference: Creativity platform in Thessaloniki, Greece. Improvement of the urban environment

Secondly, to improve mobility, especially between the East and the West of the city, and enhance green and accessible urban spaces, this report recommends:

  • Promoting alternative modes of transportation and improve mobility
    ▶Exemplary reference: Demand Responsive Transport in Hericourt, France
  • Drawing on open spaces to promote well-being and spaces where families can socialize
    ▶Exemplary reference: The Bothy Project World Garden in Glasgow, United Kingdom

Thirdly, to enhance social involvement in order to include residents in the city’s activities and urban decisions, strategies include:

  • Implicating residents in the decision making process of governance of Jbeil
    ▶Exemplary reference: Local democracy in Nîmes, France
  • Improve cohesion and peace by promoting events and projects that activate social engagement, from the youth to the elderly
    ▶Exemplary reference: Neighbors day in Cannes, France

Finally, the development of a coordinated governance is necessary to successfully implement policies and projects. This can be done by:

  • Adapting the organisation of the Municipality to a rapidly growing city through coordination
  • Envisioning a comprehensive city strategy
    ▶Exemplary reference: Open Street Mapping in Chefchaouen, Morroco

Planning histories in the Arab World

J’ai le grand plaisir d’annoncer la parution du chapitre que j’ai écrit avec Joe Nasr pour la Routledge  Handbook of Planning History, sous la direction de Carola Hein. C’est un très bel effort collectif, qui propose une vision élargie et critique de l’histoire de l’urbanisme. Une vision vraiment mondiale intégrant en particulier les espaces colonisés et les pratiques spécifiques d’urbanisation qui ont façonnés leurs villes. Une vision critique au sens où elle s’ouvre à des thématiques nouvelles (environnement, community planning, etc.) et prend en compte les échecs et les subversions, non pas seulement les actions des grands hommes et leurs grands gestes mais aussi le vécu quotidien et les finalités politiques souvent cachées des politiques urbaines.

Notre chapitre « Planning Histories in the Arab World » propose une vision synthétique et je pense assez inédite des tentatives et des réalisations urbanistiques sur plus d’un siècle d’histoire. Je serai heureux de fournir le texte aux personnes qui m’en feront la demande (les épreuves ont subi de nombreuses retouches et je n’ai pas de version auteur à jour à mettre en ligne) et en attendant, voici le résumé. Le volume est assez onéreux mais il sera vraiment utile dans de nombreuses bibliothèques.

Résumé

Over the past century and a half, most accounts of cities of the Arab world have viewed them through the lens of an organically built urban fabric, understood as an Islamic heritage, an expression of a collective and religious ethos (Bianca 2000). Planning, as a professionally conceived endeavor aiming at structuring changes in cities, was perceived as almost nonexistent in this world region. When scholars have attempted to circumvent the narrative of chaos that imbued urban history here as in much of the developing world, they have usually highlighted external political and economic determinations, and pointed out the divergent pathways of Arab cities between (neo)colonialism, socialism, aid-dependency, or the oil economy rather than specific urban management styles (Abu-Lughod 1984). However, recent scholarship (primarily in French and English, as relevant work in Arabic is relatively sparse), based on case-studies dealing mostly with the principal cities in the region, has shown that extensive planning over many decades has marked cities across the Arab world, from cutting arteries through existing built fabric to laying out infrastructure and neighborhoods at the urban edge. This scholarship has identified some unifying trends, including the model of spectacular urbanism that emerged from the Gulf region thanks to the circuits of oil money and the rise of a new political order, spreading to the rest of the region and beyond (Elsheshtawy 2008). Drawing on this historiography, this chapter proposes five threads that posit planning as a central, but contested, practice in the making of Arab cities, without oversimplifying the Arab world as a monolithic geographical entity.

1) Planning, state building, and elite affirmation. Planning has long been recognized as a tool of power, helping to build new states—from colonial entities to post-independence countries (Sanyal 2005). In the Arab world as elsewhere, ancient and new elites, both local and national, have used it as a way to secure or reinforce their grip on institutions and assets.

2) Tension between modernization and preservation. Planning has always struggled to maintain features of the existing urban environment. In the Arab region, it has long been challenged by how it can strengthen continuities in urban settlements and help these settlements to “move beyond the narrative of loss” (Elsheshtawy 2004: 1) towards becoming “modern.”

3) A connected and networked history. New scholarly accounts have recently challenged a global history often focused on north/south, east/west divides and the bounded circulations they created. A more networked approach is now providing a wider understanding of cities in the Arab region, where planning is not simply a predefined Western project imposed on or replicated in foreign spaces, but rather a set of circulating ideas and practices, constantly negotiated by local agents. Such connections and networks reflect shifting financial and political power along with shifting paradigms and directions of circulations—thus also challenging assumptions of center/periphery (Nasr and Volait 2003).

4) Planning cultures and roles of “planners.” In the Arab world as in other regions, native professionals too often remain under-recognized as local actors engaging in planning. Although most of these practitioners are not trained as planners, they act as such on the ground in ways that deserve to be part of planning history.

5) Planning and ordinary citizens. At the same time, the Arab world can challenge or even deconstruct the traditional idea of planning as a state-controlled effort to organize space. This effort is caught between, on one side, the varying strengths of private actors influencing public affairs in order to advance their claims and interests, and, on the other side, inhabitants’ and communities’ initiatives resisting, bypassing, or otherwise negotiating planning regulations and policies, questioning how standardized approaches (most coming from the West or the Gulf) are adapted to their needs and specific circumstances.

These threads are interwoven across a history that can be divided into three periods, separated by two transitions, although these shifts defy any simple temporal boundaries, reflecting the diverse political settings and histories of the 22 countries currently recognized by the Arab League. The transition from colonization to independence is a first turning moment, beginning in 1922 in Egypt and finishing in 1971 in the United Arab Emirates. Second, the rise of neoliberal policies and practices, from the mid-1970s to the 1990s, opened an era that is continuing today.

Crise des déchets et fabrique urbaine à Beyrouth

Je poursuis ma série (1, 2) sur les enjeux de la crise des déchets à Beyrouth, en archivant ici ce petit texte publié par la Lettre Cogito n°3 de Sciences Po, dans le cadre d’un dossier plus large : Les métropoles sont elles gouvernables?

La crise des déchets que connaît le Liban depuis l’été 2015 a été fortement médiatisée et a donné lieu à des analyses essentiellement intéressées par sa signification politique. Causée par la saturation de la principale décharge de l’agglomération de Beyrouth et l’incapacité des autorités gouvernementales à adopter une solution pérenne, cette crise a provoqué une forte mobilisation civique.
Au-delà de la question technique de la gestion et du traitement des ordures, les manifestants contestaient un système opaque où l’État, incapable d’assurer le fonctionnement minimal des services publics, ne sert qu’à enrichir une élite politique que seul unit le souci de « se partager le gâteau » et de se maintenir au pouvoir.

Construire sur les décharges de la guerre civile Continuer la lecture

[Archives] Lettres d’information de l’Observatoire de recherche sur Beyrouth et la reconstruction

Le Centre d’études et de recherches sur le Moyen-Orient contemporain (CERMOC) a publié entre 1995 et 2001 14 numéros de la Lettre d’information de l’Observatoire de recherche sur Beyrouth et la reconstruction, détaillant les activités de ce programme de recherche. Outre des informations par nature éphémère, cette lettre comportait des études modestes mais riches d’informations et de résultats d’enquêtes, des comptes rendus d’activités et d’ouvrages, ainsi qu’une chronologie de la reconstruction de Beyrouth qui pourrait présenter une certaine utilité à des chercheurs intéressés par cette période.
L’IFPO, qui a pris la succession du CERMOC, n’a pas jugé utile de numériser cette série malgré mes suggestions en ce sens il y a quelques années. Il se trouve que j’ai dans mes archives quelques numéros en PDF (1 à 5, 10, 13 et 14). J’ai essayé de les déposer sur HAL-SHS mais ce ne serait éventuellement acceptable qu’en distinguant article par article.
J’ai donc déposé ces numéros sur Internet Archive. Voici le lien pour les numéros 1 à 5, vers le 1013 et le 14. Ci-dessous la table des matières du n°14 (2001) que j’avais coordonné.

Emerging countries, cities and energy. Questioning transitions

J’ai le plaisir de signaler la parution récente de ce chapitre : Sylvy Jaglin, Éric Verdeil. 2017, Emerging countries, cities and energy. Questioning transitions. in Stefan Bouzarovski; Martin J Pasqualetti; Vanesa Castán Broto (eds.). The Routledge Research Companion to Energy Geographies, Routledge, pp.106-120. Plus d’information en suivant ce lien.

Ci-dessous l’introduction. Pour les francophones, il s’agit d’une traduction, légèrement révisée, du texte d’introduction au dossier de la revue Flux (n°93-94, 2013) intitulé Energie et villes des pays émergents : des transitions en question (en libre accès) Continuer la lecture

Des déchets aux remblais: imaginaire aménageur, corruption et dérèglements métaboliques à Beyrouth

Le port de pêche de Borj Hammoud au pied de la « montagne » de déchets accumulés depuis la guerre civile libanaise jusqu’à 1997, avant les récents travaux de démantèlement. Photo Eric Verdeil, CC-ND-NC

Les scandales à répétition qui éclatent à propos de la gestion des déchets au Liban et plus particulièrement dans l’agglomération de Beyrouth mettent en évidence les montants énormes des contrats en question et leur opacité, et donc plus largement la corruption qui joue un rôle déterminant dans l’organisation de l’action publique. Les débats de l’été 2015 ont ainsi permis d’exposer publiquement les zones d’ombre, anomalies et irrégularités concernant les contrats successifs de Sukleen, et de pointer vers un ensemble de bénéficiaires indirects de cette rente. La réorganisation en principe provisoire de la gestion des déchets à Beyrouth et dans le Mont Liban s’est traduite par l’apparition de nouveaux acteurs, bénéficiaires des contrats de collecte ou de construction et de gestion de décharges dont les montants et les modalités techniques posent là encore question. De plus, sans même parler de la décision hautement discutable d’installer des décharges au bord du littoral, diverses anomalies ont été soulignées, comme le fait que le tri et le recyclage–déjà peu ambitieux–sont pour l’instant impossibles à cause de la saturation des installations dédiées pour cause de stockage de déchets, alors que les entreprises sont payées pour un travail qu’elles ne font pas. Enfin, le dévoilement d’une clause permettant de démanteler la décharge de Borj Hammoud pour déposer les ordures stockées là depuis les années 1990 directement dans la mer apparaît comme une provocation environnementale d’un cynisme absolu de la part du CDR–et qui va sans doute avec des contreparties financières. Continuer la lecture

La « ville-réseau » dans les villes du Sud

Dans le cadre du séminaire Circulation des références urbaines et assemblages locaux, je participerai à une séance autour la « ville-réseau » dans les villes du Sud. Elle aura lieu  le14 mars 2017. Lieu: Laboratoire PRODIG, salle de réunion du 3ème étage du centre Valette, 2 rue Valette, 75005 Paris.

Programme

– 9h 30 : introduction à la séance et tour de table

– 09h 45 : intervention de Jochen Monstadt, professeur, Chair for Governance of Urban Transitions and Dynamics, Department of Human Geography and Spatial Planning, Utrecht University :
«Translating the Networked City: Emerging Infrastructures in Nairobi and Dar es Salaam »

– 11h 00 – 12h 30 : discussion

– déjeuner

– 14h – 15h 15 : intervention d’Eric Verdeil, professeur, Sciences Po, Centre de Recherches Internationales
« A quest for energy security in Middle Eastern Cities: Experiments of rebundled loops and autonomous networks »

– 15h 15 – 16h 30 : discussion

De l’impuissance des citoyens libanais face aux crises des services publics – compléments et rebondissements

powerless-orient-xxiJ’ai le plaisir de signaler la parution de mon article De l’impuissance des citoyens libanais face au « système », à travers l’analyse critique du documentaire de Cynthia Choucair « Powerless », sur le site d’information Orient XXI (repris sur Jadaliyya Cities). En voici le « pitch ».

Le délabrement des services publics, du ramassage des ordures aux coupures d’électricité, a suscité de nombreuses mobilisations au Liban. Le documentaire Powerless de Cynthia Choucair en rend compte de manière intéressante, mais, par son apolitisme, le propos perd de sa force.

J’y renvoie directement les lecteurs intéressés, sans le reproduire ici. Toutefois, je tiens à signaler, en complément de cette analyse, un autre petit film de Cynthia Choucair, avec l’aide du très incisif journaliste d’Al Akhbar Mohamed Zbeed, tourné au moment des manifestations de l’été 2015 au moment de la crise des ordures. Elle y interroge des citoyens manifestants sous la forme de quizz humouristiques, en vue de leur faire deviner les intérêts financiers des hommes politiques libanais, et la collusion entre intérêts publics et privés. Beaucoup tombent des nues… et d’une manière générale se montrent très peu au courant, si j’ose dire, des actions publiques ou privées, et même de l’identité des hommes qui les gouvernent (et qui les lient dans l’obscurité, pour paraphraser le Seigneur des anneaux). C’est poser la question de la dépolitisation implicite de la question de la crise électrique, que je discute dans ses choix scénaristiques pour ce scénario, sous un autre angle.

Questions that puzzled the Lebanesehttps://www.facebook.com/road2films/videos/971089022934597/

Pour conclure, signalons le dernier rebondissement de la crise des déchets, à savoir le fait que l’amoncellement des déchets non triés et non traités dans la décharge de Costa Brava à proximité immédiate de la piste maritime de l’aéroport de  Beyrouth attire de nombreux oiseaux qui font craindre un remake de l’accident de l’avion newyorkais contraint d’amerrir sur l’Hudson. Après avoir installé des avertisseurs sonores imitant des cris de rapaces, il semblerait selon Habib Battah (The Beirut Report) que le gouvernement ait décidé un abatage massif des oiseaux.

Les crises infrastructurelles à Beyrouth au prisme de l’écologie politique urbaine

La reprise du remblayage de la mer par les décharges à Borj Hammoud (ici ou à Costa Brava). Image Mohammad Azakir/The Daily Star. Repris sur Beirut Syndrome: http://www.beirutsyndrome.com/articles/burj-hammoud-stinks/

La reprise du remblayage de la mer par les décharges à Borj Hammoud (ici ou à Costa Brava). Image Mohammad Azakir/The Daily Star. Repris sur Beirut Syndrome: http://www.beirutsyndrome.com/articles/burj-hammoud-stinks/

Je présenterai mes recherches en cours sur les coupures d’électricité et la crise des déchets à Beyrouth. Ce sera le 14 décembre à 17h dans le cadre du séminaire Cities are back in town de l’école urbaine de Sciences Po, qui est ma nouvelle affectation professionnelle depuis le 1er septembre dernier. L’accès est libre mais il faut obligatoirement s’inscrire.

Cette présentation est basée sur un suivi depuis une dizaine d’années de la crise libanaise de l’électricité, et une observation à distance de la récente crise des déchets dans la région de Beyrouth. A partir de ces deux cas, je propose un cadre d’analyse des crises infrastructurelles urbaines, prenant en considération les interrelations entre la reconfiguration socio-technique des circuits d’infrastructure et la recomposition des pouvoirs à l’échelle des villes dans des contextes marqués par l’érosion et la mise en cause de la domination étatique et par le très fort dynamisme de la production urbaine.

Pour avoir un avant gout de ce que je vais présenter, on peut se reporter à mes publications les plus récentes, notamment ce chapitre en anglais. Par ailleurs, avec un point de vue théorique très différent (dans le cadre des travaux de la chaire ville dirigée par Dominique Lorrain sur le gouvernement des villes méditerranéennes), j’ai exploré la question des services urbains et de leur crise dans un papier préliminaire. Un chapitre d’ouvrage plus fouillé et détaillé est en préparation.

France-Etats Unis : la métropolisation en question. Une recension

Recension à paraître dans Géocarrefour de : Ghorra-Gobin Cynthia, 2015, La métropolisation en question, Paris, France, Presses universitaires de France, 116 p.

Dans ce petit ouvrage, la géographe et américaniste Cynthia Ghorra-Gobin propose une lecture décentrée de la question de la métropolisation en mettant à profit son regard « multisitué ». Elle postule que le détour américain est de nature à dépasser les controverses franco-françaises, telle que celle soulevée par les travaux de Christophe Guilly sur les fractures entre les métropoles et la France périphérique.

Sa méthode consiste à coupler l’examen des travaux scientifiques sur la question métropolitaine aux USA et en France et celui de sa constitution en enjeu politique. Cela la conduit, dans les deux premiers chapitres qui procèdent à cet examen des cas américain et français d’abord en parallèle, à identifier des convergences académiques malgré les différences de culture et de morphologie urbaine. Aux USA, la métropolisation est d’abord « une subversion économique du territoire » (titre du premier chapitre). On assiste à un renversement des dynamiques spatiales, les inner cities se vidant de leur emplois qui s’implantent dans les périphéries où se développent les désormais bien connues edge cities. Cette évolution appelle, selon de nombreux chercheurs dont Cynthia Ghorra-Gobin met notamment en avant Myron Orfield, « une révolution métropolitaine ». L’Etat fédéral et les Etats fédérés sont appelés à reconnaître le rôle de locomotive économique des métropoles, et pour cela une transformation de la gouvernance est requise, faisant plus de place aux élus locaux, pour répondre à la fois eux enjeux de compétitivité économique et aux enjeux sociaux, très accentués avec la montée des inégalités et du chômage dans les inner cities. En France, la métropolisation est bien identifiée comme processus économique affectant les plus grandes villes dans les années 1990. Elle devient progressivement un enjeu politique, consacré par l’Acte III de la décentralisation qui consacre le statut de métropole en faisant le constat de l’échec ou de l’insuffisance de la loi Chevènement, dont la stratégie de l’intercommunalité a été mise en échec, notamment à Paris.

Le troisième chapitre met en parallèle les critiques portées par les chercheurs sur l’accentuation des inégalités entraînées aux Etats-Unis comme en France par la montée du phénomène métropolitain, et les réponses divergentes qui sont proposées. Aux Etats-Unis, les tentatives de l’Etat fédéral, dès les années 1960, d’organiser le développement métropolitain, en particulier à travers les transports, ont fait long feu notamment en raison de la dynamique de sécession municipale, construite sur une logique de ségrégation socio-ethnique et de captation des financements des services urbains au bénéfice des plus aisés. Ces problèmes suscitent une critique de la théorie du choix public pour les effets pervers que son application au niveau des municipalités a entraînés. En France, et c’est notamment la critique de Guilluy, la consécration politique du fait métropolitain s’effectuerait au détriment de la « souffrance spatiale » (terme que l’auteur reprend à Bruno Latour) des habitants « périphériques ». Mais Cynthia Ghorra-Gobin considère que cette critique manque son objectif en n’accordant pas assez d’attention aux inégalités internes aux agglomérations. Dans la deuxième partie du chapitre 3, elle revendique une approche « normative » et insiste sur le statut de « glocalité » propre aux métropoles, dont elle souligne le caractère inédit. Il s’agit de comprendre la métropole à la fois dans sa relation multi-niveau avec les institutions d’échelle nationale et régionale mais aussi dans ses liens économiques et politiques au-delà de l’espace national. L’enjeu métropolitain consiste donc selon elle à articuler l’enjeu de la solidarité intramétropolitaine et celui de l’insertion dans la mondialisation, à travers un rééchelonnement nécessaire de l’Etat.

Dans le détail, on notera dans la démonstration une plus grande maîtrise des enjeux américains, notamment dans l’analyse des stratégies politiques locales, et une lecture moins fouillée des contradictions françaises. Alors que le rôle de pionnier de la métropolisation de Gérard Collomb, maire de Lyon et président de la métropole de Lyon, est cité, il aurait été intéressant de souligner les limites de sa stratégie métropolitaine, davantage intéressée par les bénéfices politiques immédiats que par les enjeux sociaux. A la suite de ce qui ressemble beaucoup à un Yalta électoral avec le président du Conseil général du Rhône, élu des campagnes rhodaniennes quand Collomb maîtrisait les réseaux politiques du Grand Lyon, la nouvelle institution métropolitaine lyonnaise ressemble à une cote mal taillée (voir entre autres ici et quelques éléments factuels ). Elle laisse de côté des populations pourtant largement métropolisées en termes économiques et de modes de vie, notamment les nouveaux périurbains qui cherchent en lointaine périphérie un foncier moins cher, au risque du piège de la précarité énergétique et de la dépendance automobile. Si le débat avec C. Guilluy est certainement nécessaire, les exemples français mobilisés dans le livre, qu’ils soient lyonnais ou bordelais, ne convainquent pas toujours. Il n’en reste pas moins que ce plaidoyer pour une lecture décentrée n’est pas sans vertu et réussit à apporter un éclairage utile pour une nécessaire prise de recul.