Archives de catégorie : urbanisme

Un an après, hommage à Habib Debs, architecte-urbaniste. L’analyste de la ville ordinaire au Liban

Le 10 février 2023 disparaissait Habib Debs, un architecte-urbanisme beyrouthin très engagé dans les combats pour la défense du patrimoine urbain, à Beyrouth et dans les villes et villages du Liban. J’ai écrit pour Les Carnets de l’IFPO un hommage à celui était à la fois un ami et un interlocuteur essentiel de mes recherches.

A retrouver ici : https://ifpo.hypotheses.org/12566

Marseille, ville duale

Quelques notes et photos sur la visite conduite par Julien Dario pour les étudiants STU à Marseille le 7 février 2024.

Rendez vous à la station Bougainville, et observation depuis la passerelle du front urbain d’Euroméditerranée remontant vers les quartiers populaires qui marquent le début des “quartiers nord” de Marseille, qu’il s’agisse de cités d’habitat collectif, comme Félix Piat, ou de bâti ancien où abondent les logements loués dans des immeubles souvent très vétustes voire insalubres.

La passerelle enjambe une deux fois deux voies qui constitue une rupture dans un tissu urbain destiné à faciliter la circulation automobile et des camions à proximité du port.

Continuer la lecture

[Atlas des mondes urbains] Modes actifs et accessibilité des espaces publics

Hervé Laurent, expert en politiques cyclables, m’a récemment écrit pour m’interroger sur ce qui lui semblait une affirmation non justifiée dans l’Atlas des mondes urbains. Notre discussion m’a semblée constructive et avec son accord, je la reproduis ici.

Le 1er février 2024

Bonjour M. Verdeil,

J’ai été surpris par l’assertion faite page 67 de l’Atlas des Mondes Urbains (2020). Voir la capture ci-jointe.

Selon laquelle la promotion des mobilités “dites douces” (effectivement, on dit plutôt “actives” aujourd’hui) “aurait ses laissés-pour-compte : personnes âgées, handicapés, etc.”

Continuer la lecture

Marcel Roncayolo : quelle postérité pour un pionnier de la géographie urbaine ?

La revue Géocarrefour vient de publier ma recension de l’ouvrage paru en hommage au grand géographe disparu en 2018 : Laurent Coudroy de Lille, Jacques Brun, Guy Burgel, Gilles Montigny et Marie-Vic Ozouf-Marignier (dir.), 2023, Marcel Roncayolo Sur les pas d’un géographe singulier, Marseille, Parenthèses, 350 p.

La contribution de Marcel Roncayolo (1926-2018) à l’émergence en France des études urbaines, c’est-à-dire à faire de la ville un objet privilégié des sciences humaines et sociales, est assez largement saluée chez les historiens, au sein de l’espace disciplinaire de l’urbanisme et de l’aménagement, parmi les chercheurs en architecture ou encore chez les sociologues. Force est de reconnaître que cet auteur reste, aux yeux de ses condisciples, « un géographe singulier » comme le propose le titre de l’ouvrage dont il est question ici. Que l’on s’intéresse aux principales revues disciplinaires, y compris Géocarrefour, ou aux grands manuels et synthèses structurant la discipline, les citations et références au géographe qui a fait de Marseille son laboratoire familier ne sont pas inexistantes mais elles sont, par rapport à la diversité de ses travaux et à leur écho au-delà de la géographie, plutôt ténues. Lire plus ici…

Vous pouvez aussi retrouver sur ce carnet le texte que j’ai publié à l’occasion de sa mort pour saluer sa mémoire, et toute une série d’autres textes qui lui étaient consacrés, au fil de mes années de dialogue oral ou par la lecture de ses œuvres…

Prix de thèse sur la ville 2023 – Agnès BASTIN, Grand Prix

J’ai eu le grand honneur et le grand plaisir d’accompagner la thèse d’Agnès Bastin, intitulée “Des métabolismes territoriaux en transformation ? Gouvernance des matériaux de chantier et expérimentations de nouvelles valorisations en Île-de-France et dans la région de Bruxelles”, soutenue en juin 2022 et qui a été couronnée du Grand Prix de thèse sur la ville en 2023, décerné par l’APERAU et le PUCA.

Elle répond ici aux trois questions suivantes : 

  • 0:05 Une ou deux idées de votre thèse ?
  • 2:47 Comment se saisir de vos travaux ?
  • 4:54 Quels conseils aux jeunes étudiants qui envisagent de faire une thèse ?
à retrouver directement sur https://www.youtube.com/watch?v=iCu-TkyLojQ

On peut consulter sa thèse en ligne : Agnès Bastin. Des métabolismes territoriaux en transformation ? Gouvernance des matériaux de chantier et expérimentations de nouvelles valorisations en Ile-de-France et dans la région de Bruxelles. Sciences de l’Homme et Société. Institut d’études politiques de Paris – Science Po, 2022. Français. ⟨NNT : 2022IEPP0020⟩. ⟨tel-03975799⟩

ainsi que l’ouvrage publié par le PUCA qui synthétise la partie consacrée aux enjeux et politiques publiques qui concernent la région parisienne : Agnès Bastin. Gouverner le métabolisme : les terres excavées franciliennes. Edition PUCA, 158 p., 2023, Réflexions en partage, 9782111382206. En ligne :: ⟨hal-03992233

Cities & Circulations : Challenging Gulf histories and geographies workshop

I spoke on sunday 19th of November 2023 during this workshop jointly organized by Kuwait University, CEFREPA (French Center for Archeology and Social Sciences (CEFAS), renamed the French Research Center for the Arabian Peninsula), INALCO and CERI-Sciences Po. A second event following on this first worshop will take place in Paris on the 29th and 30th of May 2024.

Workshop’s argument : Cities and circulations: Challenging theoretical frameworks in Gulf histories and geography

The workshop takes up Frederick Cooper’s challenge to bring “historiographies of Africa, Latin America and Asia into relationship with each other, avoiding the assumption that interaction simply means borrowing from apparently more developed istoriographies.” Beyond colonial times, various spaces and geographies may be entangled in the circulation of material and immaterial goods, services, and knowledge to and from the Gulf and the mobility of people. And while literature on these geographies claim to move beyond simple dichotomies since the writing of Cooper’s seminal text, scholars in this workshop interrogate the persistence of dichotomous theoretical frameworks such as coloniser-colonised, resistance-collaboration, modernity-tradition, western-non-western. To bring a more nuanced understanding of socio-political and economic processes that have shaped and still shape contemporary societies in the Gulf, they seek comparative insights from historiographies of other regions and focus on trans-regional circulation of people, ideas and information, capital and techniques, material and political cultures, etc.
By notably looking at circulations and mobilities across the so called “Global South” regions and societies, participants in this workshop will move beyond conservative notions of knowledge appropriation as well as liberal concepts of inclusion and representation. The workshop seeks to recentre the Gulf within larger imperial and colonial modes of administration (economic, cultural, linguistic, racial and administrative) and relations between and across empires. It also seeks to localise and historicise theoretical discussions in empirical contexts that have been less studied by post-colonial scholarship. By doing so, the workshop revisits historical processes of knowledge production, immigration, and cultural exchange in colonial and post-colonial geographies of the Gulf. It also uncovers histories of community, migration, language/dialect, and hinterland denials in both the making of Gulf cities and the production of their histories. The aim is to foster novel investigations that question the positionality of different actors, that humanise the landscape, and that deconstruct persistent myths, material and immaterial structures, spaces and systems that limit a critical reading on the Gulf.

https://cefrepa.cnrs.fr/2023/11/13/cities-circulations-challenging-gulf-histories-and-geographies-workshop/

My intervention was based on a chapter published with Joe Nasr in the Routledge handbook of planning history, under the title Planning histories in the Arab world. (PDF ici)

L’Anthropocène qui se fabrique sous nos yeux : visite du site de valorisation des terres excavées de Villeneuve-sous-Dammartin (77)

Le 23 septembre dernier, j’ai participé à l’escape game organisé par la société ECT visant à faire découvrir son site de valorisation des terres excavées de Villeneuve-sous-Dammartin, non loin de Roissy. Agnès Bastin, dans son travail doctoral  (prix de la meilleure thèse sur la ville 2023) sur la gouvernance du métabolisme des terres en Ile-de-France (voir aussi le livre issu de sa thèse), a analysé en détail l’activité d’ECT qui opère essentiellement en Ile-de-France et a aménagé plusieurs parcs à partir de terres excavées comme leur site de Moissy Cramayel au sud de la Seine et Marne. ECT est également impliquée dans le projet Cycle Terre, visant à la création d’une fabrique de produits de matériaux de construction en terre crue. Même si son activité commence à devenir publique, elle reste intrigante. Elle pratique l’aménagement paysager à partir de matériaux qui sont techniquement des déchets, quoique inertes, c’est-à-dire non-polluants et cela, à une échelle massive même si la localisation périphérique de ces projets les laisse largement sous les radars. Cette visite ludique, à laquelle environ 400 personnes ont participé selon la société, a été l’occasion d’observer directement la fabrique de ces transformations périurbaines, et par là même celle des nouveaux reliefs de l’anthropocène, cette époque géologique où l’humanité est devenue un moteur de la transformation de la forme de la croute terrestre, au même titre que la tectonique ou l’érosion.

Le site vu sur Google Map (cliquer pour grossir)

 

 

 

 

 

Continuer la lecture

Tensions et coexistence entre Libanais et Syriens dans les rues et quartiers de Beyrouth

Photo du lieu d’une bagarre générale à Dora, banlieue est de Beyrouth, le 6/10/2023 @lebanondebate https://www.lebanondebate.com/news/616934

Le récit d’un accrochage entre deux Libanais qui devient une bagarre générale entre Libanais et Syriens dans le quartier populaire majoritairement chrétien de Dora, à l’Est de Beyrouth, s’inscrit dans la chronique quasi-journalière des tensions et du ressentiment qui montent contre la présence des déplacés et réfugiés de la guerre en Syrie, installés en masse dans les banlieues de Beyrouth et dans d’autres régions du pays. Plusieurs articles de L’Orient-Le Jour rapportent ces informations depuis quelques jours. L’opacité des chiffres permet toutes les rumeurs quant au nombre de présents sur le territoire libanais. Alors que les données de l’UNHCR indiquent environ 800.000 personnes, ce qui est une sous-estimation admise puisque tous ne sont pas inscrits, les autorités libanaises et diverses officines statistiques aux méthodes imprécises et douteuses évoquent 2 millions, voire 2,5 millions de personnes. Si certains réfugiés sont rentrés, d’autres sont venus, légalement ou pas, pour travailler au Liban. Continuer la lecture

Paris animal – cohabiter la ville avec les animaux, oui mais lesquels?

L’exposition Paris Animal se tient au Pavillon de l’Arsenal jusqu’à la fin septembre 2023. Coordonnée par les architectes Henry Boni et Léa Mosconi, elle propose un regard intéressant sur la présence animale dans Paris depuis 2000 ans environ, à travers 44 récits, ou vignettes. Dans le contexte des bouleversements écologiques actuels, et notamment de l’érosion rapide de la biodiversité sous l’effet de notre société industrielle et urbaine, elle plaide pour l’aménagement d’une place plus accueillante à ces vivants qui se meuvent autour de nous, dont nous avons souvent oublié l’existence.

Organisée dans un haut-lieu de la promotion de l’architecture et de l’urbanisme parisien, l’exposition mobilise logiquement un grand nombre d’images d’objets d’architecture ou d’espaces publics : bâtiments ou lieux abritant des animaux, tels que des marchés aux bestiaux, des écuries ou des vacheries, des ménageries, etc.. On s’ébahit devant la vidéo de la Place de la Concorde où se croisent un grand nombre de véhicules attelés et tirés par des chevaux (environ 80.000 équidés dans Paris au début du vingtième siècle). Ce montage de films d’époque montre un espace tout sauf apaisé, où il n’est pas certain que le piéton fût plus à son aise que parmi les trottinettes et les vélos tant décriés aujourd’hui ! La présence animale est aussi, dans cette exposition, saisie à travers des représentations symboliques, telles que des statues et autres objets artistiques, renvoyant à un contexte écologique, économique et culturel qui est décrypté.

Même si la présence au quotidien des animaux n’est pas négligée, certaines dimensions peut-être plus triviales de cette vie animale au contact des humains sont relativement négligées. Certes, on parle de boucheries, de laiteries et d’écuries, mais d’autres animaux qui participaient à l’alimentation humaine sont oubliées (poulets,  porcs, …). Surtout, l’alimentation de ces animaux n’est pas abordée autrement que d’une manière anecdotique, par exemple à travers une photo représentant une charrette pleine de foin dans une rue de Paris à la fin du XIXe s. La consommation des déchets des repas humains par les animaux comme les porcs ou les poulets, dans une logique circulaire, n’est pas soulignée alors que cela semblerait conforme à l’esprit de l’exposition cherchant à repenser les liens, y compris donc matériels, entre humains et animaux. Les déchets animaux (excréments, cadavres) ne sont pas non réellement traités, sauf à propos de la création d’un cimetière pour les animaux de compagnie de la bourgeoisie, dans une île de la Seine.  C’est ainsi tout un métabolisme complexe au cœur de la vie urbaine qui est en quelque réduit au profit de l’image d’une coexistence dont les difficultés sont édulcorées.

L’accent principal est mis sur les mutations du rapport entre les humains et les animaux à partir du début du XIXe s., d’abord à travers une extension de la logique du contrôle, dans une logique hygiéniste et de gestion fonctionnaliste de la présence animale, par opposition à une vie animale plus “sauvage” auparavant. L’animal, dont la densité dans la ville n’a peut-être alors jamais été si importante, est en même temps mis à distance, devient un objet de contemplation dans les ménageries puis les zoos, et sans doute, même si l’exposition ne s’y attarde pas, un objet d’inquiétude qui justifie le contrôle vétérinaire. Cette période est un moment de rupture dans les relations  d’interdépendance entre humains et animaux qui existaient auparavant.

Par opposition à cet apogée de la présence de l’animal dans la ville que constitue la période antérieure à la Première guerre mondiale, le vingtième siècle ne bénéficie pas d’autant d’attention. On note également une plus insistance sur les animaux au service des humains, qu’ils se mangent ou qu’ils transportent, ainsi que sur les animaux de compagnie comme, en ce début de vingt-et-unième siècle, les 100.000 chiens et 250.000 chats de Paris – même si leur impact environnemental n’est pas questionné. Les oiseaux qui volent dans le ciel de la capitale ne sont pas oubliés, y compris leur inquiétante disparition actuelle.

Mais d’autres animaux ancillaires, quoique non désirés, restent à l’arrière-plan. Certes, on mentionne les rats et notamment le remplacement du rat noir par le rat brun, ou surmulot, à partir de la fin du 18e s. Mais d’autres petites bêtes qui n’appartiennent pas à la classe des mammifères, ni à celle des oiseaux, sont ignorés ou quasiment : mouches, moustiques, blattes, frelons ou encore les punaises de lit, fléau contemporain… Seul le catalogue y consacre un chapitre dû à la géographe Nathalie Blanc, qui en est une grande spécialiste. Pourtant, les mentionner aurait obligé à affronter certaines contradictions ou à tout le moins difficultés dans les solutions préconisées pour repenser et promouvoir la coexistence entre humains et animaux. La part belle est faite aux réflexions des architectes pour offrir aux oiseaux des refuges sur nos façades ou sous nos toitures, d’où les interventions contemporaines en faveur de l’isolation les expulsent. Mais si recréer des mares en milieu urbain serait utile pour favoriser la biodiversité nécessaire à des modes de vie plus écologiques et supposément résilients, faut-il le faire alors que déboule dans nos environnements urbains le dangereux moustique-tigre porteur de pathologies tueuses ou dangereuses comme le chikungunya ou la dengue ? On regrettera aussi, critique classique contre les expositions du Pavillon de l’Arsenal, outil de communication au service de la marie de Paris, que l’anneau du périphérique relègue les territoires animaux de la banlieue dans l’ombre, au-delà de la brève mention du retour du loup dans la forêt de Fontainebleau et de quelques cartes régionales peu aisées à lire.

Entretien avec Inès Gil sur la reconstruction de Beyrouth

dans le quartier de Gemmayzeh à Beyrouth, des traces de l’explosion sont encore visibles, 3 ans après.

J’ai répondu aux questions de la journaliste Inès Gil sur la reconstruction de Beyrouth trois ans après l’explosion du 4 aout 2020, pour le site Les clés du Moyen-Orient. 

https://www.lesclesdumoyenorient.com/Entretien-avec-Eric-Verdeil-sur-la-reconstruction-de-Beyrouth-Le-bilan-reste.html

Mes analyses s’appuient sur un travail mené en 2020-21 et le suivi de l’avancement de la reconstruction tel que les enquêtes du Beirut Urban Lab permettent de se le représenter.
Mon article “Après l’explosion de Beyrouth, réinventer l’urbanisme ?” à paraître dans la Revue internationale d’urbanisme est accessible en version auteur préprint sur HAL.