Archives de catégorie : urbanisme

Les enjeux de la reconstruction de Beyrouth après l’explosion du 4 août – la question de la place de l’armée

Le Beirut Urban Lab de l’Université américaine de Beyrouth, animé par Mona Fawaz et Mona Harb, produit actuellement des données et une réflexion absolument incontournable pour qui veut comprendre la situation à Beyrouth après l’explosion du 4 août dernier. Plusieurs remarquables entretiens et textes sont parus sur leur site. Le document le plus complet à ce jour est le rapport Leave no one Behind : for an inclusive and just recovery process in post-blast Beirut publié sous l’égide du PNUD début septembre. On peut aussi renvoyer à une analyse passionnante de Mona Fawaz dans un podcast du LCPS (Rebuilding Beirut: How to curtail neoliberal urbanization). Je m’attarderai ici sur l’exposé de Mona Harb lors qu’une rencontre intitulée Beirut Reconstructions, organisée par l’Université Cornell le 7 octobre dernier et accessible sur YouTube. Après une longue introduction par les organisateurs, un premier exposé (à partir de la 17 min) de Elie Haddad est centré sur la présentation historique des zones touchées et celle des dégâts d’un point de vue architectural, patrimonial et urbanistique.

Je partage ici un résumé de l’intervention de Mona Harb: Preliminary reflections on the recovery response to the Port blast in Beirut (de 39 min à 1h06). Je conclurai le billet par quelques réflexions sur des points qui m’ont paru très originaux, notamment la question de la place de l’armée.

L’intervention est structurée en deux temps. D’abord, une mise en perspective les dégâts avec les tendances de transformation urbanistique et économique des quartiers touchés, à savoir :
– la gentrification qui, partie de Solidere après la fin de la guerre civile dans les années 1990 s’est étendue à de nombreux quartiers du péricentre de Beyrouth et du reste de la municipalité ;
– l’abandon d’un certain nombre d’immeubles, généralement après une longue période de négligence et de manque d’entretien par leurs propriétaires en conflit avec des locataires bénéficiaires de la loi sur les anciens loyers, ou tout simplement incapable du fait des maigres loyers perçus d’assurer l’entretien. Au départ de ces locataires, ces immeubles sont rachetés par des promoteurs qui attendent la remontée du marché immobilier pour les détruire et construire à la place. L’explosion va renforcer cette part du parc immobilier.
– la vacance : Beyrouth a vu la construction d’un grand nombre d’immeubles de grande hauteur depuis 15-20 ans. Le taux de vacance de ces immeubles est énorme (jusqu’à 56% dans certaines zones). Cette vacance s’explique par des investissements immobiliers de sécurisation des avoirs, mais la crainte de mettre en location. Une partie de cette vacance s’explique aussi par des invendus des promoteurs.
– perte de patrimoine : près de 350 immeubles ont subi des dégâts graves, la plupart étant des immeubles anciens. La perte patrimoniale concerne aussi, au-delà des immeubles individuellement, une forme urbaine : la rapport à la rue, des espaces publics et toutes les pratiques et les représentations attachées à cet espace .
– la paupérisation : déjà avant l’explosion les indicateurs de pauvreté avaient explosé et la Banque mondiale estimait que plus de 50% des Libanais devaient être sous la ligne de pauvreté. La perte des revenus des activités de cette zone, le port en premier lieu, puis les loisirs et la restauration, les bureaux mais aussi les petits commerces, les ateliers de réparation, etc. a évidemment largement aggravé la situation. De surcroit, loin de toucher uniquement les habitants de ces quartiers, ce sont des pans entiers de la population libanaise qui sont concernés vu le rôle économique majeur de cette zone. Mona Harb précise à juste titre que l’impact est ressenti jusque dans la diaspora, à la fois parce que ces quartiers, notamment les espaces de loisirs et de restauration, étaient devenus depuis 15 ans, des lieux majeurs de retrouvaille et de fréquentation, avec une forte dimension identitaire. Mais aussi parce que beaucoup de membres de la diaspora avaient placé leurs économies dans des investissements immobiliers. Or, les grands immeubles, s’ils n’ont pas affecté structurellement, ont subi de très grands dégâts (notamment le verre, les menuiseries, les équipements collectifs, etc.) et donc ces investissements (productifs ou non, cf. ci dessus la question de la vacance) ont été fortement dépréciés1

[Commentaire personnel]

Un des grands intérêts de cette analyse consiste à mon sens dans la décomposition des transformations et dynamiques urbaines composant la gentrification grâce aux trois catégories de gentrification/abandon/vacance. Cela en complexifie la vision. La gentrification est souvent définie par le départ (plus ou moins forcé) des populations paupérisées en raison de l’augmentation des coûts de l’immobilier et/ou de la rénovation ou réhabilitation physique du parc résidentiel, et son remplacement par des couches sociales plus aisées, prisant un retour au centre. Cette dynamique présente une complexité temporelle et en termes d’acteurs et de leurs stratégies qu’illustrent bien les deux catégories d’abandon et de vacance : le remplacement social n’est pas immédiatement acté et les stratégies des investisseurs peuvent intégrer des périodes d’attente, improductives.

La deuxième partie de l’exposé porte sur la gouvernance de la reconstruction (ou recovery dans le vocabulaire de l’auteure) et les questions qu’elle suscite
4 types d’acteurs non-étatiques sont d’abord identifiés :
– les agences internationales. Déjà très présentes et actives au Liban pour faire face à la présence des réfugiés syriens (et même avant cela pour réagir à d’autres crises : guerre de 2006, etc.) elles se sont adaptées, très rapidement, pour faire face à la nouvelle crise, produire des bilans des dégâts, débloquer des financements d’urgence. Pour l’auteure, elles restent marquées par un fonctionnement en silos, chaque agence ayant son propre sujet, et ses modes d’intervention, peu propice à une action coordonnées.
– les ONG nationales et internationales : là aussi, dèjà très présentes pour les mêmes raisons, elles apportent des financements et des réponses. Pour elles, la crise constitue aussi une nouvelle raison d’être, une nouvelle source possible de financements internationaux. Les ONG locales sont souvent liées à des partis politiques et agissent dans une logique de clientélisation.
– les activistes : la scène libanaise et plus particulièrement beyrouthine est riche de mouvements très actifs. Certains sont nés avec la crise des déchets en 2015, d’autres étaient plus anciens. Leur activisme est marqué par les expériences de mobilisation sur l’espace public, avec des pratiques collectives (soupes, espaces de discussion, etc.). Fort ancrage dans la jeunesse. A titre personnel, j’aurais envie de commenter que les quartiers touchés constituaient un centre majeur de leur activisme et de leur identité avant l’explosion, ce qui explique aussi leur mobilisation très intense.
– les syndicats professionnels, notamment l’ordre des ingénieurs et celui des entrepreneurs, mobilisés sur le terrain pour effectuer des évaluations. Mona Harb range aussi parmi eux, en tant qu’experts, de nombreux collectifs universitaires, parmi lesquels elle inclue notamment son équipe du Beirut Urban Lab. A mon avis, cela se discute car certains, dont le BUL, pourraient aussi figurer dans la catégorie précédentes. Cela montre que ces catégories ne sont pas totalement étanches. L’un des aspects de la question concerne le niveau d’analyse : des organisations expertes peuvent comprendre parmi leurs membres agissant des individus qui appartiennent à des mouvements militants.
MH poursuit l’analyse de cette gouvernance en se demandant où est l’Etat. Il est faiblement présent et on note des changements dans le rôle et la place respective des diverses institutions le représentant.
– la municipalité et le gouvernorat : ces deux entités en principe en charge des questions de sécurité publique à l’échelle locale sont particulièrement en retrait, alors même que la municipalité avait récemment adopté un plan pour faire face aux crises…
– le comité du haut secours : cette institution, qui avait joué un rôle central dans la coordination de la réponse aux dommages de la guerre de 2006, notamment en canalisant l’aide internationale, semble jouer un rôle plus secondaire aujourd’hui. MH s’inquiète en tout état de cause en raison de la sulfureuse réputation de corruption de cette institution.
– l’armée : l’originalité de la gouvernance actuelle réside dans le rôle majeur de l’armée, qui coordonne notamment l’attribution des secteurs d’intervention attribués aux différentes ONGs. Les militaires semblent très présents sur le terrain. Mais leurs interventions semblent mal calibrées : certaines ONG reçoivent des zones trop grosses pour leurs moyens, d’autres au contraire reçoivent des zones d’intervention sous dimensionnées. [voir mon commentaire sur ce point plus bas]
– Un comité de la reconstruction vient d’être créé, regroupant l’armée, le comité du haut secours, la municipalité, la direction du cadastre, le ministère de la culture (pour les aspects patrimoniaux) et deux syndicats professionnels : l’ordre des ingénieurs et le syndicat de entrepreneurs. Ce comité est en charge d’établir un bilan précis des dégâts permettant de mettre en place des procédures d’indemnisation (mais avec quel argent ?) et une interdiction des transactions foncières et immobilières dans les zones touchées a été votée par le Parlement. Une mesure que MH voit avec beaucoup de méfiance à cause des expériences passées de contournement de la loi par les puissants de ce pays.

Plusieurs conclusions sont tirées :
– L’Etat libanais conçoit la reconstruction comme liée à la captation de financements extérieurs, via les ONG.
– Grande complexité de la gouvernance, très peu lisible par les habitants, qui ne savent pas à qui s’adresser ; de l’autre côté, les attentes des habitants sont peu et mal prises en compte par ces différents acteurs.
– Le rôle crucial de l’armée excède celui de la coordination et témoigne aussi d’une volonté de contrôle et de surveillance. Néanmoins, leur coordination n’est pas efficace et stricte. De nombreuses initiatives d’ONG et d’activistes n’en tiennent pas compte.
– les groupes les plus vulnérables pâtissent de cette situation d’incertitude et craignent d’être particulièrement ciblés par les mécanismes de surveillance mis en œuvre. C’est notamment le cas des réfugiés.

Mona Harb conclut sur les initiatives du Beirut Urban Lab :
– création d’un observatoire urbain qui partage des données de base (notamment cartographique), une pratique rare au Liban.
– mise en oeuvre d’initiatives locales de recovery (réhabilitation/reconstruction ?) centrées sur les besoins des habitants et définies avec eux.
– élaboration de scénarios pour la période post-blast.

Commentaire sur la place de l’armée dans le processus de reconstruction
L’intervention de l’armée dans un processus de reconstruction constitue une évolution notable par rapport aux précédentes reconstructions. Certes l’armée a pris une plus grande place politique tout au long des trente dernières années au Liban, d’abord par l’accession de deux anciens de ses chefs au rang de président de la République (Lahoud et Sleimane) tandis que Aoun a lui aussi été chef de l’armée à la fin de la guerre civile. Malgré ses divisions et ses multiples composantes, elle est souvent parée de vertus. Ses laudateurs voient souvent en elle la dernière institution qui tient l’Etat ou qui au moins l’incarne. L’armée est très visible dans les rues, les barrages sont omniprésents et cette dernière année l’armée (en réalité certaines composantes plus que d’autres) a joué un rôle controversé dans la régulation des manifestations.
Il existe néanmoins un précédent concernant l’implication de l’armée dans un processus de reconstruction. C’est l’épisode de la reconstruction du camp palestinien de Nahr El Bared après ce que certains ont qualifié d’urbicide (voir Ramadan Adam. « Destroying Nahr el-Bared : Sovereignty and urbicide in the space of exception », Political Geography, vol. 28, nº3, 1 mars 2009, p. 153‑63. <https://doi.org/10.1016/j.polgeo.2009.02.004>.
et mon commentaire de ce texte : https://rumor.hypotheses.org/93 ). Il s’agissait certes d’une situation spécifique puisque son rôle était la suite d’une intervention militaire. On doit néanmoins noter que l’événement a facilité l’élection de Michel Sleimane de la République l’année suivante. L’armée – ou l’un de ses chefs- pourra t elle bénéficier politiquement de son implication dans cette reconstruction ? C’est difficile à dire aujourd’hui.
Une autre hypothèse peut être avancée pour éclairer ce rôle accru de l’armée : cette institution représente un instrument d’ascension social, en particulier pour les personnes issues des groupes marginalisés (en particulier des régions périphériques du pays). Elle offre des services importants (couverture médicale et sociale, accès à des espaces de loisirs subventionnés, accès à des formations parfois très poussées). Sans être, comme en Egypte ou en Syrie, une institution centrale de l’économie politique du pays, on peut faire l’hypothèse que dans un contexte de réduction des prestations de l’Etat, même si elle est touchée, elle conservera une partie de ses moyens et elle dispose de nombreux relais pour cela. La présence de militaires retraités dans les manifestations depuis un an pour défendre leurs prestations de retraites illustre justement
cette capacité de se défendre collectivement point. Elle dispose de soutiens politiques. La figure de Chamel Roukoz assure ce rôle. Il est lui-même un ancien chef militaire adulé pour sa bravoure, devenu député – tout en étant un gendre du Président de la République même s’il joue un peu perso en ce moment.

Le fait d’être en position centrale dans le dispositif actuel, avec la possibilité de contrôler d’importants circuits financiers, voire de l’orienter dans des directions qui bénéficierait à certains de ses chefs, peut-il préfigurer la montée en puissance de cette institution prétendant à une place accrue au sein de l’économie politique libanaise ? En clair cela traduit il une prétention à contester le monopole de la classe politique sur le partage du « fromage » ? ou bien, si on fait au contraire l’hypothèse de la souplesse de rétablissement de cette classe politique face à la contestation, cette dernière utilise t elle ses relais au sein de l’armée pour essayer de contrôler des flux financiers qui pourraient être importants ? (ce n’est pas encore le cas mais pourrait le devenir).

Notes _____________________
  1. Pour information, cette analyse se trouve plus amplement développée dans le rapport que Mona Harb et Mona Fawaz ont publié sous l’égide du PNUD fin aout : voir Leave no one Behind : for an inclusive and just recovery process in post-blast Beirut : https://www.arabstates.undp.org/content/rbas/en/home/library/crisis-response0/leave-no-one-behind–for-an-inclusive-and-just-recovery-process-.ht. []

Octobre Liban – les rues et les places matrices d’un nouvel ordre politique?

Couverture de Octobre Liban, éditions Inculte (octobre 2020)

Pour célébrer l’anniversaire des mobilisations du 17 octobre au Liban, Camille Ammoun, récent auteur d’un beau roman sur Dubaï qui évoquait aussi Beyrouth, offre dans ce petit ouvrage un attachant récit d’immersion dans ce qu’avec les Libanais mobilisés, il nomme la révolution, al-thaoura. Dans un texte vibrant au rythme de sa marche à travers Beyrouth, dans le convoi d’une manifestation arpentant la route de Tripoli entre le rond-point de Dora et la place Riad al Solh, en empruntant les rues d’Arménie et Gouraud aujourd’hui dévastées, il déchiffre les signes de la révolte, graffitis et hauts-lieux, les relie au passé urbain encore présent ou souvent déjà effacé et s’enthousiasme de l’énergie collective ainsi manifestée.

La force de son texte réside dans son rythme – celui de la marche – mais aussi dans le mouvement du regard qui s’y déploie. ll combine plusieurs figures de style cinématographiques : d’abord, un plan panoramique qui plonge depuis les rochers dominants le fleuve de Nahr-El Kalb, haut-lieu symbolique de l’histoire de ce pays appelé aujourd’hui Liban, et zoome vers la ville qui dresse sa silhouette dans le lointain. Ce regard se fait traveling le long de cette ancienne route de Tripoli, avec des focus sur certains lieux symboles, narrant aussi des anecdotes parfois absurdes – comme ce cocasse fait divers que constitue la découverte, narrée dans la presse et, sans doute, les réseaux sociaux, d’un crocodile aux yeux jaunes abandonné dans les eaux tout aussi jaunes du fleuve de Beyrouth.

Son récit laisse bientôt place aux différents épisodes d’altercations, de divisions et d’hostilité qui, conjugués à une crise multiforme, économique, financière, puis sanitaire, viennent s’opposer aux manifestations et finissent par rendre sinon impossibles, du moins sporadiques, ces mouvements collectifs. Le narrateur situe dans le quartier de Khandak al-Ghamik (littéralement la Tranchée Profonde) le cœur de cette opposition à la révolution, juste de l’autre côté du Ring, à proximité immédiate donc du centre-ville où se déroulent les manifestations et où se construisent les nouvelles pratiques de l’espace public révolutionnaire. En adoptant cette traduction pour dénommer ce lieu, il lui confère une identité quasi-souterraine, en fait un passage vers un outre-monde maléfique expectorant à intervalle régulier des djinns malfaisants : « les mobylettes de la contre-révolution venue du quartier de la Tranchée Profonde armés de bâtons et d’une colère rentrée » qui viennent harceler les manifestants revendiquant le changement politique et la fin de la corruption, et détruire leurs installations fragiles.

Au-delà de la figure de style, le procédé de déshumanisation de ces adversaires de la révolution (« zombies téléguidés ») pose question, quand bien même leur colère est « ô combien légitime ». Certes, une révolution n’est jamais consensuelle et le conflit est le nécessaire moteur de l’histoire. Il y a à la fin des vainqueurs et des vaincus. Mais voir en ses adversaires des robots ou des fanatiques, dénier la liberté de leurs actes, et donc la légitimité de leur opposition, sans entendre ni se donner la peine de comprendre leurs propres peurs et leurs valeurs, qui sont sans doute plus diverses qu’on ne l’imagine, n’est-ce pas s’empêcher de construire le temps d’après, qui ne pourra advenir et être pacifique que si toutes les composantes de la société y trouvent leur place?

L’explosion du 4 aout, qui laisse le narrateur dans le désarroi et dans la nostalgie de cette urbanité un temps retrouvée, signe-t-elle la fin de l’espérance ou au contraire souligne-t-elle que la révolte mais aussi l’auto-organisation représente la seule démarche possible?

‘We won’t pay the price’. Photo: Mona Fawaz. Source

A ce texte de Camille Ammoun fait justement écho, en plus court et sur un registre d’écriture plus universitaire (mais pas jargonnant quand même), un bref article de Mona Fawaz et Isabella Serhan: Urban Revolutions: Lebanon’s October 2019 Uprising. Mona Fawaz, déjà longuement présentée sur ce carnet, est professeure à l’Université américaine de Beyrouth où elle a fondé le Beirut Urban Lab avec sa collègue Mona Harb, dont je discute par ailleurs une intervention. Cette institution est devenue un lieu majeur de réflexion sur les transformation actuelles de la capitale libanaise. Isabella Serhan est l’une de leurs collègues au sein de cet espace de recherche.

Leur texte porte sur ce moment révolutionnaire libanais, ces quelques mois de octobre à décembre 2019, et sur la façon dont la réappropriation des espaces publics dans les différentes villes libanaises, les expériences partagées de lutte et de solidarité réouvrent un imaginaire du futur urbain que trente années d’après-guerre civile et de politique confisquée par une classe politique corrompue et faisant corps avaient congelé. Ce texte s’achève sur la nécessité d’inventer un cadre institutionnel pour concrétiser dans la durée les aspirations exprimées dans les rues et sur les places, pour que la réappropriation temporaire de l’espace se traduisent par la construction d’un autre ordre politique et d’une autre ville.

Tout le problème est là : malgré la faillite des régimes de la reconstruction et l’échec de leurs spéculations, les formes vides qu’ils ont laissé structurent encore l’espace physique mais aussi l’ordre juridique, celui de l’économie comme des institutions. Comment les destituer, si la violence physique n’est pas la voie choisie, ce qui est implicite dans les deux textes ? Les appels au retrait de la clique au pouvoir, au nom de leur responsabilité ultime, semblent avoir fait long feu. Les actions de solidarité, telles que mises en œuvre aujourd’hui dans les quartiers détruits par l’explosion, témoignent d’une belle vitalité et prolongent d’une manière concrète les aspirations au changement. Mais elles se traduisent aussi par un foisonnement qui frise parfois la cacophonie , au risque de la paralysie (voir l’analyse de Mona Harb sur ce point). Dans quelle mesure ces initiatives, dans la foulée de nombreuses autres mobilisations grassroots, peuvent-elles contribuer à construire un nouvel ordre politique, qui s’imposerait de proche en proche en évitant le recours à la violence, avant de trouver à être conforté par des mécanismes électoraux plus favorables à un changement du personnel politique ? Autant de questions dont les réponses restent aujourd’hui en attente.

Linking Economic Change With Social Justice In Mar Mikhael

In 2016, I was honored to be the tutor of this very interesting report written by four brilliant Sciences Po students from the Masters’ Program Governing the Large Metropolis, for the account of Gaia Heritage (thanks to George Zouein) and the Issam Fares Institute for Public Policy and International Affairs. But I never referenced it on this blog. The recent blast that delolished many buildings, businesses and places of life in the neighborhood makes it a useful resource that deserves attention.

Here is the full reference and a link to download the report:

Gerbal Lisa, Nicolas Hrycaj, Camille Lavoipierre et Marissa Potasiak. Linking Economic Change With Social Justice In Mar Mikhael, Beirut, Gaia Heritage/Sciences Po/Issam Fares Institute for Public Policy and International Affairs, 2016.
 
Summary:

According to multiple measures, Mar Mikhael is one of Beirut’s most distinctive neighborhoods, defined by a unique assortment of art galleries and car repair shops, a network of brightly-painted staircases and a long-abandoned train station, and a diverse mix of older, long-time residents and young newcomers. Yet on the issue of gentrification the case of Mar Mikhael is more familiar, as the neighborhood has recently seen a rapid influx of new bars and restaurants, as well as real estate investors and high-rise apartments, all of which have contributed to a neighborhood where:

▸ Housing is becoming increasingly unaffordable.

▸ Long-time residents face a risk of displacement.

▸ High-rise apartments detract from the neighborhood’s unique human scale.

▸ Shared spaces such as sidewalks, streets, and the stairs are increasingly overtaken by private actors.

▸ Creative industries remain economically vulnerable and socially disconnected.

▸ Residents have little influence over public policy impacting their neighborhood.

By analyzing these recent developments (all of which could be worsened by the implementation of the 2014 New Rent Law) in light of the more long-term, structural processes of change at work in the city – including the development of a powerful growth coalition in the mid- 1990s – this report argues that Mar Mikhael is just the most recent example of a cycle of urban change and gentrification that is transforming the city of Beirut, often in a manner that reduces housing affordability, dramatically alters the built environment, and weakens long-established communities. Therefore, this report offers numerous strategies and solutions for the alleviation of these problems in Mar Mikhael, inspired by the notions such as the right to the city, fieldwork conducted in the neighborhood, and case studies from other rapidly-gentrifying and creative cities around the world. Together these strategies offer a vision for a socially just Mar Mikhael, creating a neighborhood where:

▸ Long-time residents can afford to remain in their homes.

▸ New sources of affordable housing are accessible to both current and future residents.

▸ All residents have access to shared spaces.

▸ Formerly restricted public spaces receive a new life as parks, affordable housing, or cultural centers.

▸ The “human scale” of the built environment is retained.

▸ Arts, crafts, and design industries (ACDs) are economically resilient, and actively invested in the community.

▸ Residents can effectively work together to direct the future of their neighborhood.

Thus the strategies presented in this report center around five main issues. First, on the issue of making Mar Mikhael more affordable, these strategies include:

▸ Building upon the precedents set in Tripoli for state-led affordable housing projects, and Tyre for community-led projects.

▸ Engaging private and philanthropic actors to create non-profit affordable housing developers in Mar Mikhael.

▸ Using Waqf land as a site of affordable housing in the neighborhood. Second, to increase access to Mar Mikhael’s shared, public spaces, including the sidewalks, streets, stairs, and the train station, this report recommends:

▸ Conducting a GIS survey and walkability audit to encourage city officials to enforce existing sidewalk regulations.

▸ Using legal claims under Law 220/2000 as a means of retrofitting the neighborhood’s existing sidewalks.

▸ Closing Armenia Street to cars every Sunday morning to allow residents to walk, bike, and rollerblade freely.

▸ Listing Mar Mikhael’s still-unprotected stairs as worthy of preservation.

▸ Advocating for plans that would permanently transform the Mar Mikhael train station, while implementing short-term uses such as an open-air cinema or weekend market.

Third, on the issue of maintaining Mar Mikhael’s human scale, this report recommends:

▸ Designating Mar Mikhael as a protected zone, with regulations to limit building height.

▸ Creating incentives such as transferable development rights to encourage developers to preserve the neighborhood’s scale. Fourth, to foster a neighborhood-based creative economy in Mar Mikhael, some strategies include:

▸ Raising the awareness of the arts, crafts, and design industries (ACDs) regarding local concerns through joint cultural events and a community-based platform for communication and cooperation.

▸ Highlighting the link between creative activity and the larger urban environment through regular urban tours of Mar Mikhael.

▸ Developing systematic, consistent opportunities for training and assistance for the ACDs through workshops and conferences. Finally, creating a neighborhood council for Mar Mikhael represents this report’s fifth solution, which necessitates:

▸ Broadly defining neighborhood council membership and authority.

▸ Finding a political ally who can give it the institutional legitimacy necessary to successfully influence government policy.

▸ Employing Beirut-based universities, foundations, and private parties as sources of funding and administrative support.

Publication : L’émergence des études urbaines au Liban. Engagements critiques locaux et mondialisation des pratiques académiques

Séance de travail au département d’urbanisme de l’Université Libanaise (2017)

Je suis heureux d’annoncer la parution de ce working paper sur les études urbaines au Liban, réalisé dans le cadre de la recherche collective « Le Liban au miroir des sciences sociales », dirigée par Candice Raymond, Myriam Catusse et Sari Hanafi. Le livre concluant cette recherche est en cours de préparation et comportera une version plus courte de ce document. Je remercie sincèrement ces collègues pour leurs remarques et suggestions durant la rédaction de ces deux textes. Je remercie également les collègues interrogés dans le cadre de ce travail.

Résumé : L’émergence et la structuration des études urbaines constituent des modifications parmi les plus frappantes au sein des sciences sociales au Liban depuis la fin de la guerre civile. Cela renvoie à la fois à une actualité sociale et politique, celle de la reconstruction et de la modernisation des villes dans les trente dernières années. Mais cela est également lié à des mutations du milieu universitaire lui-même et en particulier aux formes de son insertion internationale. En ce sens, la montée des études urbaines au Liban est intéressante à étudier dans une perspective comparée, prenant en compte les spécificités des études urbaines, notamment la tension entre structuration académique et lien avec l’action publique, et les renouvellements à l’échelle globale, liés à la montée des problématiques des villes du Sud. Ce texte pose d’abord un cadre d’analyse des études urbaines pour un pays du Sud, avant de développer trois grands résultats: l’histoire de l’émergence des études urbaines au Liban accompagne des mobilisations d’intellectuel.le.s et d’universitaires contre les politiques publiques de reconstruction et d’aménagement urbain. Les études urbaines se structurent dans un espace académique qui est celui de l’urbanisme, étroitement liée au Liban aux facultés d’architecture. Ces foyers des études urbaines sont inégalement dotés pour prendre place dans l’espace académique international. L’Université Américaine de Beyrouth se distingue sur ce plan. L’État et les acteurs publics locaux jouent un rôle mineur dans la structuration des études urbaines mais des formes de co-production de données et de savoirs pratiques associant universitaires, consultants et administrations sont néanmoins observables. Enfin, le développement des études urbaines est indissociable du militantisme urbain qui conduit à l’adoption de nouvelles pratiques de coproduction de savoirs avec les habitants et de nouvelles formes de diffusion, qu’il est loisible de comprendre comme des pratiques de traduction entre différents publics, comme l’ont proposé à propos de l’Afrique du Sud Susan Parnell et Edgar Pieterse.

Citation : Eric Verdeil, L’émergence des études urbaines au Liban Engagements critiques locaux et mondialisation des pratiques académiques, Working Paper, 2/2019, Sciences Po, Cities are Back in Town. En ligne : http://blogs.sciences-po.fr/recherche-villes/files/2020/01/WP-02_2019-Verdeil.pdf

Soirée-débat autour des espaces publics au Liban et du film Enfants de Beyrouth

Je participerai à un débat sur les espaces publics au Liban, vendredi 10 janvier 2020. C’est ouvert à tous.

Espace Jean Dame
17 rue Léopold Bellan, 75002 Paris

20 h – 22 h 30

A l’initiative d’un groupe informel de citoyennes et de citoyens libanais*, est organisée une soirée film-débat  le 10 janvier à l’espace Jean Dame, avec Sarah Srage réalisatrice, Éric Verdeil, professeur à Sciences Po, Nadim Houry, directeur du programme terrorisme et lutte anti-terrorisme à Human Rights Watch et Jana Nakhal chercheuse et urbaniste, pour discuter des espaces publics au Liban, leur appropriation, leur protection et plus largement des pratiques urbanistiques et de leurs conséquences.

Programme provisoire

20 h – 20 h 10 Présentation de la soirée et contextualisation du film : فوج الشرشف, Sarah Srage

20 h 10 – 21 h 10 : Projection du film Enfants de Beyrouth de Sarah Srage

21 h 10 – 21 h 20 : Présentation par Marie Atallah, élue écologiste, modératrice

21 h 20 – 21 h 35 : Éric Verdeil :  Le littoral libanais au miroir de l’urbanisme

21 h 35 : 21 h 50 : Jana Nakhal : État des lieux actuel en matière d’espaces publics

21 h 50 – 22 h 05 : Nadim Houry : La question des espaces publics sur le plan légal et au delà

22 h 05 – 22 h 30 : Questions/réponses

Pot de la révolution

*Groupe informel de libanais concernés par l’avenir du Liban dans le contexte actuel

Quelques notes sur le roman ‘Cette chose étrange en moi’, d’Orhan Pamuk

Je reprends ici le fil posté sur Twitter.

Je viens d’achever ‘Cette chose étrange en moi’, d’Orhan Pamuk. Magnifique (mais long) roman sur Istanbul, à travers le regard d’un jeune migrant, vendeur ambulant, qui s’installe dans un gecekondu et grandit au fur et à mesure que la ville s’étend et se transforme.

Cette fresque urbaine vue d’en bas et des périphéries relate les mutations du tissu bâti d’Istanbul, en particulier le mouvement dialectique d’horizontalisation et de verticalisation/densification, sous l’angle des spéculations balzaciennes à la César Birroteau.

Mais aussi du point de vue des changements d’ambiance et dans les modes de sociabilité qu’entrainent ces changements de formes urbaines, qui vont avec la création d’écarts de richesse impressionnants.

Sur le plan matériel, une autre dimension fascinante du roman est le lien entre la modernisation et l’électrification urbaine, dont
@elvan_arik a fait une analyse passionnante pour @JadaliyyaCities.

La mise en scène des stratégies matrimoniales est un des autres aspects très intéressants du roman, qui lui donne son énergie narrative puisqu’il est aussi un très beau roman d’amour, malgré et au travers les contraintes sociales qui pèsent sur les choix des individus.

A cet égard, l’évolution des rôles féminins, sur trois générations, est très marquante. Les paysannes des années 1930-40 qui donnent naissance à des familles nombreuses vivent dans l’ombre de leurs maris qui migrent en ville. Certaines rejoignent la ville, d’autres non

Les femmes des générations 1955-65 sont aspirées par le marché matrimonial urbain et épousent de jeunes travailleurs peu instruits qui cherchent à faire leur place en ville à partir des gecekondus familiaux. Dans le roman elles ont 2 à 3 enfants et restent dans un rôle domestique

De manière intéressante toutefois, ces jeunes femmes ne sont pas que des monnaie d’échange dans les stratégies matrimoniales et, par des comportements de rupture, affirment leur choix, qui subvertissent plus ou moins ces logiques familiales.

Leurs filles en revanche sont scolarisées et vont parfois jusqu’à l’université. Elles choisissent bien plus leur destin matrimonial et l’impose à leur famille faisant imploser l’horizon hérité et transposé en ville des solidarités villageoises, composant de nouvelles géographies.

Le roman a également un arrière-plan politique passionnant. Les clivages ethnico-géographiques (kurdes/alévis/turcs pour aller vite) de la Turquie républicaine s’incarnent dans une compétition politique entre nationalistes et gauche, qui s’ancre dans les quartiers populaires

Les années 1970 constituent une période de radicalisation politisation dont j’ai été frappé de la ressemblance avec ce qui se passait au même moment au Liban dans la mobilisation de la jeunesse, avec la même exacerbation des identités politiques et ethniques ou confessionnelles

Pour la période plus récente, l’ascension politique de l’AKP, jamais nommée en tant que telle dans le roman, est minutieusement indexée sur l’émergence d’une nouvelle classe sociale d’entrepreneurs du bâtiment, productrice justement du nouveau paysage urbain d’Istanbul.

roman #istanbul

Seminar Cities are back in town « Launch of the book Routledge Handbook of Middle Eastern Cities »

Seminar Cities are back in town « Launch of the book Routledge Handbook of Middle Eastern Cities » (Haim YacobiMansour Nasasra (eds.), Routledge, 2019)

Organized by Sciences Po, CEE & CERI

Wednesday 20 November 2019, 5-7 pm, Sciences Po, LIEPP’s Conference Room, 254, boulevard Saint-Germain, 75007 Paris

Presenting the current debate about cities in the Middle East from Sana’a, Beirut and Jerusalem to Cairo, Marrakesh and Gaza, the book explores urban planning and policy, migration, gender and identity as well as politics and economics of urban settings in the region.

This handbook moves beyond essentialist and reductive analyses of identity, urban politics, planning, and development in cities in the Middle East, and instead offers critical engagement with both historical and contemporary urban processes in the region. Approaching « Cities » as multi-dimensional sites, products of political processes, knowledge production and exchange, and local and global visions as well as spatial artefacts. Importantly, in the different case studies and theoretical approaches, there is no attempt to idealise urban politics, planning, and everyday life in the Middle East –– which (as with many other cities elsewhere) are also situations of contestation and violence –– but rather to highlight how cities in the region, and especially those which are understudied, revolve around issues of housing, infrastructure, participation and identity, amongst other concerns.
More information

Speakers: Eric Verdeil (Sciences Po, CERI) and Haim Yacobi (University College London, DPU)

Discussants: Ozan Karama (Paris Est, LATTS, CNRS) and Hélène Thiollet (Sciences Po, CERI, CNRS)

Contact: citiesarebackintown@sciencespo.fr

Compulsory registration – For the external people to Sciences Po: You will have to arrive 10 minutes before the beginning of the seminar and to provide you with your identity papers)

La Terre et le Béton

Local industriel en déconstruction, Les Ardoines, Vitry-sur-Seine (Eric VerdeilCC)

 

J’ai le plaisir d’annoncer la parution, début juillet bien que daté de décembre 2018, d’une étude réalisée par Mathieu Fernandez avec mon soutien et celui de Corinne Blanquart visant à analyser une opération d’urbanisme grâce aux méthodes de l’écologie territoriale. Le site étudié est la zone des Ardoines à Vitry-sur-Seine (photo). Ce travail a été soutenu par le LABEX Futurs Urbains de Marne-la-Vallée et l’établissement public d’aménagement Orly-Seine Amont. Ci-dessous la référence et le résumé. Une deuxième partie est en cours de publication.

Mathieu Fernandez, Corinne Blanquart and Éric Verdeil, « La terre et le béton : le projet d’urbanisme considéré sous l’angle du métabolisme territorial », VertigO – la revue électronique en sciences de l’environnement [Online], Volume 18 Numéro 3 | décembre 2018, Online since 05 December 2018, connection on 22 September 2019. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/23302 ; DOI : 10.4000/vertigo.23302

Résumé : Cet article propose une démarche alternative de quantification en stock de la matière mobilisée par un projet d’urbanisme, dans une finalité d’amélioration du métabolisme urbain. Les études de métabolisme territorial mettent en effet l’accent sur les processus d’urbanisation qui représentent la majeure partie des flux de matières solides opérés dans les territoires en termes d’extractions directes et de production de déchets. Ici, l’objectif est de présenter une méthode quantifiant les flux liés à la réalisation d’un projet d’urbanisme – sous la forme juridique d’une zone d’aménagement concertée, outil privilégié d’urbanisme en France –, à l’échelle de son périmètre et pour sa période de mise en œuvre. Les méthodes de quantification existantes se basent sur des informations disponibles seulement à des échelles administratives – régions, départements voire communes –, dépassant largement celle des projets d’urbanisme. Le terrain d’étude de l’article est un projet de renouvellement urbain de la métropole du Grand Paris, à Vitry-sur-Seine. En prenant en compte le sol et les artefacts bâtis dans le processus de quantification, l’originalité de la méthode consiste à obtenir des résultats sur les masses de terre et de béton mobilisés par le projet. Les résultats mettent en évidence la prédominance de ces deux matières pour des politiques visant, par exemple, à augmenter la circularité des matières en milieu urbain.

Arab Sustainable Urbanism: Worlding Strategies, Local Struggles

BiClean, centre de tri secondaire, géré par la municipalité de Bikfaya, Liban (2019)

I am happy to announce the release of a new article discussing sustainability in the Arab world. It is part of a set of reflections based on litterature review and short field trips I have documented over the years, and it develops in particular my recent take in Energy World and last year’s conference paper on Wise cities in the Mediterranean. I would like to thank Steffen Wippel and Christian Steiner who invited me to contribute on this topic in their edited theme issue for Middle East-Topics & Arguments on Urban Development. It also comes as an answer to Christian Beier’s piece « Worlding Cities in the Middle East and North Africa – Arguments for a Conceptual Turn« .

Here is the summary of this short piece: Arab Sustainable Urbanism: Worlding Strategies, Local Struggles

Despite strong warnings, Arab cities seem reluctant to embark in ambitious schemes addressing sustainability issues. The article draws on a literature review to highlight two arguments. Firstly state-led governance prioritizes in most urban settings social stability and claims to modern and resource-consuming comfort. It tends to favor private interests, which conceives sustainability as a business and marginalizes local authorities and even more, civic movements including green parties and associations. Secondly, the dominant framings of sustainability tend to focus on global transitions (GHG emissions and low carbon energy), hence overlooking local claims for sustainability that do not fit in the global environmental narratives, thus dismissing it. Nonetheless, these issues represent key motivations for the local definition of a sustainable urban future.

Amman, d’une crue à l’autre. Littérature et géographie

Les réseaux sociaux auxquels je suis connecté ont relayé les images spectaculaires d’une crue qui a noyé la ville basse d’Amman jeudi 27 février, suscitant les habituelles dénonciations de l’incurie des autorités municipalités.

Ces scènes de rues submergées d’eaux boueuses, et de l’amphithéatre romain transformé en piscine, ont réveillé en moi un souvenir littéraire dont la qualité poétique et dramatique n’a d’égale que sa valeur géographique. Il s’agit des souvenirs du jeune Abdel Rahman Mounif qui grandit dans cette ville dans les années 1940. Le chapitre IX de son récit Une ville dans la mémoire. Amman (en arabe Sirat Amman), traduit par Eric Gautier dans une collection d’Actes Sud-Sindbad dirigée par Yves Gonzalès Quijano propose une puissante évocation de la crue qui frappe la ville en 1943, après une fine présentation d’un paysage fluviatile aujourd’hui disparu. En voici quelques extraits qui s’égrènent de la page 131 à la page 149.

Si l’eau est à l’origine de la vie – et si c’est généralement sur les rives des fleuves ou des lacs que les cités se sont élevées – la “cité de l’amour fraternel” comme on appelait Amman à une époque ancienne, ou encore Philadelphia, sous lequel elle est plus connue, ne faisait pas exception à la règle. Lors de sa fondation, il y a des siècles, on la baptisa même “ville des eaux” et c’est précisément à l’existence de cette eau que l’on doit sa reconstruction à l’époque moderne.

Le long voyage commençait à Ras El-Aïn. Pour couvrir les besoins d’Amman, la source abondante et grondante était captée et dirigée vers un grand réservoir qui dominait la ville. Elle se déversait ensuite dans un étang profond et agité avant de donner naissance à une rivière qui traversait tout le wadi entre les collines et les montagnes, accueillant, en chemin, de nombreuses sources qui sourdaient des deux côtés de son lit. Puis cette rivière continuait sa course jusqu’à ce qu’elle rejoignît le fleuve El-Zarqa. Ils s’unissaient et poursuivaient ensemble leur merveilleux périple avant de se jeter dans le Jourdain.

A partir de Ras El-Aïn, la rivière coulait d’ouest en est. La plupart du temps, elle suivait un tracé rectiligne sauf quand le wadi devenait trop étroit ou quand le sol était rocailleux ; elle devait alors former des méandres qui provoquaient, ici et là, quelques tourbillons.

Sur les deux rives, tout de suite après le grand souk aux bestiaux, commençaient la zone des jardins maraîchers. Entre eux, il y avait des maisons relativement espacées les unes des autres, habitées par des Tcherkesses. Plus loin, lorsque la rivière passait à proximité de la rue montant à El-Misdar, là où il y avait autrefois des moulins mais où l’on construisit, plus tard, le pont d’Al-Mohagirine, cohabitaient Arabes et Tcherkesses, chrétiens et musulmans.

C’est à ce même endroit que la rue descendant des quartiers sud, en particulier de Misddar Aïché, débouchait sur la rue El-Mohagirine. La zone commerçante y commençait également puis s’étendait parallèlement à la rivière, sur sa rive gauche.

Il y avait toujours des cultures maraîchères sur les deux rives, près de l’eau, mais les terrains  quelles occupaient avaient rétréci et ressemblaient plutôt à des jardinets autour des maisons. Ensuite, le cours de la rivière s’incurvait insensiblement et s’approchait peu à peu du jardin et de la maison de Djawwad Bey pour former un demi-cercle. Comme elle s’était aussi élargie et était devenue plus profonde, les enfants d’Amman avaient fait de cet endroit leur première piscine. C’était également un des coins les plus poissonneux.

La rivière continuait ensuite son voyage et passait sous le pont d’El-Hammam. A cause de la nature du terrain, de la densité de la population et des constructions, on ne la voyait presque plus contrairement à ce qui avait été le cas pendant la première partie de sa promenade, de la source à ce pont. A peine avait-elle dépassé le souk du sucre, et avant même d’arriver au niveau du souk aux légumes, qu’une source jaillissait sur sa rive gauche. L’eau était fraîche et abondante et tout le souk venait s’y désaltérer les porteurs d’eau s’y approvisionnaient aussi, n’hésitant pas à franchir, avec leur chargement, de longues distances.

Après le souk aux légumes, il existait un pont, plus petit, à partir duquel certains enfants plongeaient dans la rivière qui, à cet endroit, était assez profonde ; ils en avaient fait une seconde piscine. En aval, en face de l’amphithéâtre romain, se trouvaient le pont le plus ancien d’Amman et le plus important.[…]

Immédiatement après le pont, la verdure et les jardins se développaient à nouveau sur la rive droite de la rivière, jusqu’à ce que celle-ci atteignit le souk aux bestiaux, puis le pont de la gare. A partir de là le wadi s’ouvrait, les deux rives s’élargissaient et les jardins devenaient beaucoup plus nombreux qu’ils ne l’étaient à l’ouest et ou au centre de la ville.

[…]

La rivière d’Amman depuis sa source jusqu’à son embouchure était courte mais  la longueur n’a jamais été le seul critère pour juger de l’importance d’un cours d’eau. De plus, les rivières comme les hommes ne sont pas toujours d’humeur égale. Gardant la même apparence au printemps en été ou en automne, celle-ci se métamorphosait complètement en hiver.

[…]

A la rentrée des classes, en octobre, tout le monde se mettait à attendre la pluie avec impatience. L’atmosphère se rafraîchissait mais la pluie ne se décidait toujours pas à tomber. […]  C’est pourquoi les personnes âgées ne cessaient de scruter le ciel dans l’espoir d’y découvrir quelques nuages et se mettaient à humer le vent : peut-être leur apporterait-il une odeur de pluie. […] Les adultes grimpaient sur les collines après la prière du vendredi pour invoquer Dieu et lui demander de faire tomber la pluie. […] Durant les années quarante, on eut recours à ce genre de cérémonie au moins deux fois. […] Dieu répondait alors à leur appel ou restait sourd, mais eux ne cessaient pas d’attendre et de prier.

[…]

En cette saison,  même s’il venait à pleuvoir, il s’agissait le plus souvent d’averses peu importantes qui tombait par intermittence ; il pouvait pleuvoir durant la nuit et faire beau le lendemain. Mais des trombes d’eau qui s’abattaient sur la ville plusieurs jours et plusieurs nuits d’affilée, les habitants n’y était pas accoutumés et n’y voyez rien de bon. C’est pourtant ce qui arriva en 1943.

Tous ceux qui, ce matin-là, découvrirent la rivière du haut du Djebel Amman  n’en crurent pas leurs yeux. Celle-ci d’habitude si modeste et si “timide”, celle qui coulait lentement comme si aucun rendez-vous ne l’attendait, celle dont la couleur passait du vert au bleu suivant les heures du jour, s’était brusquement métamorphosée. Elle s’était multipliée plusieurs fois en largeur et avait quitté son lit pour prendre possession des jardins environnants. Elle avait pris une teinte rougeâtre, boueuse, et son débit avait considérablement augmenté. Elle semblait maintenant pressé d’arriver!

Etait-ce la même rivière ? Comment avait-elle pu changer ainsi rapidement ?

De nombreuses personnes avaient accueilli cette eau comme un présent et regardaient le ciel avec joie. Les adultes poursuivaient leur chemin sans autre souci après avoir plaisanté avec les enfants ! La plupart du temps, ces derniers posaient toutes sortes de questions à propos de ce qui passait autour d’eux, mais celle qui revenait le plus souvent, peut-être parce que c’était la plus importante, portait sur la rivière. Questionnée à ce sujet, la grand-mère répondit:
– C’est beaucoup de bruit pour rien. Ayez pas peur!
Puis avec un sourire, son regard posé sur la rivière et sur le visage des petits :
– Le jour où vous verrez le Tigre, vous pourrez être étonnés et jurer qu’il n’en existe pas de plus puissant. Elle ajouta ensuite, comme si elle avait prévu ce qui allait se passer :
– Et encore, il est comme ça en été, mais s’il y avait une crue, en hiver, il noierait tout Bagdad. Vous, il y a des montagnes pour vous protéger, tandis que les habitants de Bagdad, eux, ils n’ont plus qu’à faire leur prière!
[…]
Quand vint le troisième jour et que la pluie ne cessait pas, les adultes se dirent à voix basse: “Nous sommes parvenus au point critique.”
[…]

Tout le monde savait bien qu’il n’y avait qu’une seule rivière à Amman. Pourtant, ceux qui empruntèrent la rue du souk furent les témoins d’un spectacle extraordinaire: il y avait des rivières partout ou, plus exactement, chaque descente était devenu un cours d’eau. Ainsi le chemin qui venait de Djebel Amman et qui avait été goudronnée depuis longtemps, ce chemin sur lequel l’eau de pluie glissaient comme sur une vitre, était devenu comme fou en accueillant toute l’eau en provenance de la montagne, plus celle qui dévalait la descente des d’El-Jaqqa, à laquelle venait se joindre celle de l’escalier d’El-Qiyada. Avec toutes celles qui déferlait de Wadi El-Saïr, c’est cela faisait une véritable fleuve sale et tumultueux qui remplissait toute la largeur de la rue. Arrivé au croisement avec la rue El-Salte, où débouchait un autre fleuve, peut-être encore plus imposant, il devenait trop risqué d’entrer dans l’eau. Quand on arrive près de la librairie Al-Safadi, Il ne restait plus que deux solutions:  gravir l’escalier malgré l’eau qui dégringolait virgule ou bien prendre quelques risques et parvenir jusqu’à la montée d’el-Amouri puis à partir de là se diriger vers la montagne.
[…].

Le narrateur explique que les adultes consolident les toits et colmatent les fuites. La grand mère raconte l’histoire du Déluge.

Il pleuvait toujours à verse et les nuages gonflés d’eau remplissaient toujours le ciel. Les hommes enduraient en silence cette épreuve, mais le visage des femmes commençaient à trahir la peur qu’elles ressentaient au plus profond d’elles-mêmes. Leurs gestes étaient aussi plus nombreux, plus fébriles; elles se mettaient en colère pour un oui ou pour un non contre les enfants, dès qu’ils posaient des questions, dès qu’ils riaient. C’était la preuve que le danger était là, bien réel.

A l’aube du cinquième jour, on entendit des appels au secours. Les voix étaient inintelligibles et faisaient penser à des hurlements d’animaux blessés qui rompaient le silence de la nuit.  […] Personne ne savait ce qu’il fallait faire mais les voix, d’abord lointaines, devenaient de plus en plus claires. Elles demandaient de l’aide. Des maisons avaient été détruites, l’eau avait inondé le souk et emportait tout ce qui se trouvait sur son passage.
[…]

En un temps record, et à la lueur des lanternes qui étaient sorties de toutes parts, mais qui ne suffisaient pas à dissiper l’épaisseur des ténèbres, les hommes, les adolescents, et même quelques enfants qui, soudainement, s’étaient sentis vieillir, étaient accourus. Face au danger, ils réagissaient comme ils avaient l’habitude de le faire face à la maladie, c’est-à-dire en offrant spontanément leur assistance et sans rien attendre en retour.

On assistait à des scènes inoubliables. Pour apporter leur aide, les gens étaient prêts à donner leurs vies et à accomplir les gestes des plus téméraires. Sans penser au risque et à la peine,  ils se précipitèrent au secours de ceux dont les habitations avaient été emportées et les aidaient à gagner un lieu où ils seraient en sûreté. Puis ils allaient prêter main-forte aux commerçants pour tenter de transporter des marchandises hors de portée de l’eau,  disposer des sacs à l’entrée des magasins ou s’employer à sauver les choses les plus importantes, en particulier l’argent et des livres de comptes.

A partir de la grande mosquée El-Hossaini et jusqu’au souk des légumes, la place s’était transformée en lac. Faute d’autres issues, les eaux du fleuve avaient envahi les magasins.

[…]  

Et à un moment donné, la pluie s’arrêta!

On aurait dit qu’Amman s’était ramollie:  la ville paraissait couverte de cicatrices mais de bonne humeur. Elle ressemblait à un morceau de pain détrempé ou un vêtement boueux. Beaucoup d’habitations avait été détruites, des parties entières des souks avaient été noyées et, dans la plupart des maisons, les plafonds s’était fissurés et même parfois effondrés. Il y avait de l’eau partout, même les grottes perchées sur les hauteurs, à l’abri de la pluie, avaient été inondées.

Après son coup de folie, la rivière mit du temps à se calmer: ses eaux restèrent rouges et boueuses, et son cours toujours aussi large, d’autant qu’il avait absorbé les jardins situés sur ses rives.

Autour de la Municipalité d’Amman (2010)

Ce merveilleux témoignage nous enseigne plusieurs choses.

Tout d’abord, les visiteurs d’Amman aujourd’hui auront bien du mal à imaginer le caractère aquatique et verdoyant de la vallée aujourd’hui densément bâtie et congestionnée par le trafic. Certes, l’aménagement autour de la municipalité d’une esplanade et de quelques jardins publics cherche à rappeler la vocation ancienne de cette zone. De même, devant l’amphithéâtre, les espaces publics ponctués de quelques arpents de verdure relie ce monument aux zones d’agrément décrites par Mounif.

Mais la rivière a bel et bien été canalisée et recouverte, au point d’être oubliée et ignorée. L’espace est fortement minéralisé. De nombreux parkings, parfois des marchés occupent l’espace. Plus largement, le paysage de cette ville de « paix et de pierre » comme l’avait joliment dit Myriam Ababsa laisse peu de place à la végétation. Elle forme un bassin versant densément construit et asphalté qui fait converger les soudaines pluies hivernales dans le talweg, rendant le risque de crue structurel.

Ces dernières années, de nombreux épisodes d’inondations catastrophiques, à Houston, Canton, Bangkok ou encore Paris ont fait émergé des réflexions sur la nécessité d’un aménagement différent du lit majeur des rivières et fleuves, visant à restaurer la possibilité de zones d’expansion et d’infiltrations de la crue. En milieu méditerranéen, sujet à des averses brutales dans un contexte par ailleurs fortement minéral, la nécessité de tels aménagements peut apparaître comme un gaspillage en raison de la rareté des épisodes pluvieux et alors que le foncier, en pleine ville, est rare et cher. Retrouver la rivière, restaurer l’écoulement des eaux, rendre l’espace à des usages de loisirs et à la végétation, comme l’ont fait des villes comme Madrid ou Séoul (voir le film de Jacques Lévy à ce sujet), en démantelant d’anciennes voies autoroutières, est une option que les urbanistes et les autorités d’Amman devraient pourtant considérer car le retour de tels événements n’est pas simplement probable, mais certain.