Archives de catégorie : urbanisme

Emerging countries, cities and energy. Questioning transitions

J’ai le plaisir de signaler la parution récente de ce chapitre : Sylvy Jaglin, Éric Verdeil. 2017, Emerging countries, cities and energy. Questioning transitions. in Stefan Bouzarovski; Martin J Pasqualetti; Vanesa Castán Broto (eds.). The Routledge Research Companion to Energy Geographies, Routledge, pp.106-120. Plus d’information en suivant ce lien.

Ci-dessous l’introduction. Pour les francophones, il s’agit d’une traduction, légèrement révisée, du texte d’introduction au dossier de la revue Flux (n°93-94, 2013) intitulé Energie et villes des pays émergents : des transitions en question (en libre accès) Continuer la lecture

Des déchets aux remblais: imaginaire aménageur, corruption et dérèglements métaboliques à Beyrouth

Le port de pêche de Borj Hammoud au pied de la « montagne » de déchets accumulés depuis la guerre civile libanaise jusqu’à 1997, avant les récents travaux de démantèlement. Photo Eric Verdeil, CC-ND-NC

Les scandales à répétition qui éclatent à propos de la gestion des déchets au Liban et plus particulièrement dans l’agglomération de Beyrouth mettent en évidence les montants énormes des contrats en question et leur opacité, et donc plus largement la corruption qui joue un rôle déterminant dans l’organisation de l’action publique. Les débats de l’été 2015 ont ainsi permis d’exposer publiquement les zones d’ombre, anomalies et irrégularités concernant les contrats successifs de Sukleen, et de pointer vers un ensemble de bénéficiaires indirects de cette rente. La réorganisation en principe provisoire de la gestion des déchets à Beyrouth et dans le Mont Liban s’est traduite par l’apparition de nouveaux acteurs, bénéficiaires des contrats de collecte ou de construction et de gestion de décharges dont les montants et les modalités techniques posent là encore question. De plus, sans même parler de la décision hautement discutable d’installer des décharges au bord du littoral, diverses anomalies ont été soulignées, comme le fait que le tri et le recyclage–déjà peu ambitieux–sont pour l’instant impossibles à cause de la saturation des installations dédiées pour cause de stockage de déchets, alors que les entreprises sont payées pour un travail qu’elles ne font pas. Enfin, le dévoilement d’une clause permettant de démanteler la décharge de Borj Hammoud pour déposer les ordures stockées là depuis les années 1990 directement dans la mer apparaît comme une provocation environnementale d’un cynisme absolu de la part du CDR–et qui va sans doute avec des contreparties financières. Continuer la lecture

La « ville-réseau » dans les villes du Sud

Dans le cadre du séminaire Circulation des références urbaines et assemblages locaux, je participerai à une séance autour la « ville-réseau » dans les villes du Sud. Elle aura lieu  le14 mars 2017. Lieu: Laboratoire PRODIG, salle de réunion du 3ème étage du centre Valette, 2 rue Valette, 75005 Paris.

Programme

– 9h 30 : introduction à la séance et tour de table

– 09h 45 : intervention de Jochen Monstadt, professeur, Chair for Governance of Urban Transitions and Dynamics, Department of Human Geography and Spatial Planning, Utrecht University :
«Translating the Networked City: Emerging Infrastructures in Nairobi and Dar es Salaam »

– 11h 00 – 12h 30 : discussion

– déjeuner

– 14h – 15h 15 : intervention d’Eric Verdeil, professeur, Sciences Po, Centre de Recherches Internationales
« A quest for energy security in Middle Eastern Cities: Experiments of rebundled loops and autonomous networks »

– 15h 15 – 16h 30 : discussion

De l’impuissance des citoyens libanais face aux crises des services publics – compléments et rebondissements

powerless-orient-xxiJ’ai le plaisir de signaler la parution de mon article De l’impuissance des citoyens libanais face au « système », à travers l’analyse critique du documentaire de Cynthia Choucair « Powerless », sur le site d’information Orient XXI (repris sur Jadaliyya Cities). En voici le « pitch ».

Le délabrement des services publics, du ramassage des ordures aux coupures d’électricité, a suscité de nombreuses mobilisations au Liban. Le documentaire Powerless de Cynthia Choucair en rend compte de manière intéressante, mais, par son apolitisme, le propos perd de sa force.

J’y renvoie directement les lecteurs intéressés, sans le reproduire ici. Toutefois, je tiens à signaler, en complément de cette analyse, un autre petit film de Cynthia Choucair, avec l’aide du très incisif journaliste d’Al Akhbar Mohamed Zbeed, tourné au moment des manifestations de l’été 2015 au moment de la crise des ordures. Elle y interroge des citoyens manifestants sous la forme de quizz humouristiques, en vue de leur faire deviner les intérêts financiers des hommes politiques libanais, et la collusion entre intérêts publics et privés. Beaucoup tombent des nues… et d’une manière générale se montrent très peu au courant, si j’ose dire, des actions publiques ou privées, et même de l’identité des hommes qui les gouvernent (et qui les lient dans l’obscurité, pour paraphraser le Seigneur des anneaux). C’est poser la question de la dépolitisation implicite de la question de la crise électrique, que je discute dans ses choix scénaristiques pour ce scénario, sous un autre angle.

Questions that puzzled the Lebanesehttps://www.facebook.com/road2films/videos/971089022934597/

Pour conclure, signalons le dernier rebondissement de la crise des déchets, à savoir le fait que l’amoncellement des déchets non triés et non traités dans la décharge de Costa Brava à proximité immédiate de la piste maritime de l’aéroport de  Beyrouth attire de nombreux oiseaux qui font craindre un remake de l’accident de l’avion newyorkais contraint d’amerrir sur l’Hudson. Après avoir installé des avertisseurs sonores imitant des cris de rapaces, il semblerait selon Habib Battah (The Beirut Report) que le gouvernement ait décidé un abatage massif des oiseaux.

Les crises infrastructurelles à Beyrouth au prisme de l’écologie politique urbaine

La reprise du remblayage de la mer par les décharges à Borj Hammoud (ici ou à Costa Brava). Image Mohammad Azakir/The Daily Star. Repris sur Beirut Syndrome: http://www.beirutsyndrome.com/articles/burj-hammoud-stinks/

La reprise du remblayage de la mer par les décharges à Borj Hammoud (ici ou à Costa Brava). Image Mohammad Azakir/The Daily Star. Repris sur Beirut Syndrome: http://www.beirutsyndrome.com/articles/burj-hammoud-stinks/

Je présenterai mes recherches en cours sur les coupures d’électricité et la crise des déchets à Beyrouth. Ce sera le 14 décembre à 17h dans le cadre du séminaire Cities are back in town de l’école urbaine de Sciences Po, qui est ma nouvelle affectation professionnelle depuis le 1er septembre dernier. L’accès est libre mais il faut obligatoirement s’inscrire.

Cette présentation est basée sur un suivi depuis une dizaine d’années de la crise libanaise de l’électricité, et une observation à distance de la récente crise des déchets dans la région de Beyrouth. A partir de ces deux cas, je propose un cadre d’analyse des crises infrastructurelles urbaines, prenant en considération les interrelations entre la reconfiguration socio-technique des circuits d’infrastructure et la recomposition des pouvoirs à l’échelle des villes dans des contextes marqués par l’érosion et la mise en cause de la domination étatique et par le très fort dynamisme de la production urbaine.

Pour avoir un avant gout de ce que je vais présenter, on peut se reporter à mes publications les plus récentes, notamment ce chapitre en anglais. Par ailleurs, avec un point de vue théorique très différent (dans le cadre des travaux de la chaire ville dirigée par Dominique Lorrain sur le gouvernement des villes méditerranéennes), j’ai exploré la question des services urbains et de leur crise dans un papier préliminaire. Un chapitre d’ouvrage plus fouillé et détaillé est en préparation.

France-Etats Unis : la métropolisation en question. Une recension

Recension à paraître dans Géocarrefour de : Ghorra-Gobin Cynthia, 2015, La métropolisation en question, Paris, France, Presses universitaires de France, 116 p.

Dans ce petit ouvrage, la géographe et américaniste Cynthia Ghorra-Gobin propose une lecture décentrée de la question de la métropolisation en mettant à profit son regard « multisitué ». Elle postule que le détour américain est de nature à dépasser les controverses franco-françaises, telle que celle soulevée par les travaux de Christophe Guilly sur les fractures entre les métropoles et la France périphérique.

Sa méthode consiste à coupler l’examen des travaux scientifiques sur la question métropolitaine aux USA et en France et celui de sa constitution en enjeu politique. Cela la conduit, dans les deux premiers chapitres qui procèdent à cet examen des cas américain et français d’abord en parallèle, à identifier des convergences académiques malgré les différences de culture et de morphologie urbaine. Aux USA, la métropolisation est d’abord « une subversion économique du territoire » (titre du premier chapitre). On assiste à un renversement des dynamiques spatiales, les inner cities se vidant de leur emplois qui s’implantent dans les périphéries où se développent les désormais bien connues edge cities. Cette évolution appelle, selon de nombreux chercheurs dont Cynthia Ghorra-Gobin met notamment en avant Myron Orfield, « une révolution métropolitaine ». L’Etat fédéral et les Etats fédérés sont appelés à reconnaître le rôle de locomotive économique des métropoles, et pour cela une transformation de la gouvernance est requise, faisant plus de place aux élus locaux, pour répondre à la fois eux enjeux de compétitivité économique et aux enjeux sociaux, très accentués avec la montée des inégalités et du chômage dans les inner cities. En France, la métropolisation est bien identifiée comme processus économique affectant les plus grandes villes dans les années 1990. Elle devient progressivement un enjeu politique, consacré par l’Acte III de la décentralisation qui consacre le statut de métropole en faisant le constat de l’échec ou de l’insuffisance de la loi Chevènement, dont la stratégie de l’intercommunalité a été mise en échec, notamment à Paris.

Le troisième chapitre met en parallèle les critiques portées par les chercheurs sur l’accentuation des inégalités entraînées aux Etats-Unis comme en France par la montée du phénomène métropolitain, et les réponses divergentes qui sont proposées. Aux Etats-Unis, les tentatives de l’Etat fédéral, dès les années 1960, d’organiser le développement métropolitain, en particulier à travers les transports, ont fait long feu notamment en raison de la dynamique de sécession municipale, construite sur une logique de ségrégation socio-ethnique et de captation des financements des services urbains au bénéfice des plus aisés. Ces problèmes suscitent une critique de la théorie du choix public pour les effets pervers que son application au niveau des municipalités a entraînés. En France, et c’est notamment la critique de Guilluy, la consécration politique du fait métropolitain s’effectuerait au détriment de la « souffrance spatiale » (terme que l’auteur reprend à Bruno Latour) des habitants « périphériques ». Mais Cynthia Ghorra-Gobin considère que cette critique manque son objectif en n’accordant pas assez d’attention aux inégalités internes aux agglomérations. Dans la deuxième partie du chapitre 3, elle revendique une approche « normative » et insiste sur le statut de « glocalité » propre aux métropoles, dont elle souligne le caractère inédit. Il s’agit de comprendre la métropole à la fois dans sa relation multi-niveau avec les institutions d’échelle nationale et régionale mais aussi dans ses liens économiques et politiques au-delà de l’espace national. L’enjeu métropolitain consiste donc selon elle à articuler l’enjeu de la solidarité intramétropolitaine et celui de l’insertion dans la mondialisation, à travers un rééchelonnement nécessaire de l’Etat.

Dans le détail, on notera dans la démonstration une plus grande maîtrise des enjeux américains, notamment dans l’analyse des stratégies politiques locales, et une lecture moins fouillée des contradictions françaises. Alors que le rôle de pionnier de la métropolisation de Gérard Collomb, maire de Lyon et président de la métropole de Lyon, est cité, il aurait été intéressant de souligner les limites de sa stratégie métropolitaine, davantage intéressée par les bénéfices politiques immédiats que par les enjeux sociaux. A la suite de ce qui ressemble beaucoup à un Yalta électoral avec le président du Conseil général du Rhône, élu des campagnes rhodaniennes quand Collomb maîtrisait les réseaux politiques du Grand Lyon, la nouvelle institution métropolitaine lyonnaise ressemble à une cote mal taillée (voir entre autres ici et quelques éléments factuels ). Elle laisse de côté des populations pourtant largement métropolisées en termes économiques et de modes de vie, notamment les nouveaux périurbains qui cherchent en lointaine périphérie un foncier moins cher, au risque du piège de la précarité énergétique et de la dépendance automobile. Si le débat avec C. Guilluy est certainement nécessaire, les exemples français mobilisés dans le livre, qu’ils soient lyonnais ou bordelais, ne convainquent pas toujours. Il n’en reste pas moins que ce plaidoyer pour une lecture décentrée n’est pas sans vertu et réussit à apporter un éclairage utile pour une nécessaire prise de recul.

Transition politique et action publique locale : un colloque, un livre, une thèse

Des associations de jeunes fêtent le cinquième anniversaire du 14 janvier 2011, à Mahdia devant le musée de la ville. L'ambiance était très bon enfant. CC by Eric Verdeil.

Des associations de jeunes fêtent le cinquième anniversaire du 14 janvier 2011, à Mahdia devant le musée de la ville. L’ambiance était très bon enfant. CC by Eric Verdeil.

Alors qu’une partie du monde arabe est à feu et à sang, qu’en Tunisie la révolte de la jeunesse sans emploi à Kasserine s’étend vers d’autres villes et fait peser la menace d’une nouvelle révolution, d’autres évolutions, au rythme plus lent, se produisent. Si les élections tunisiennes ont légitimement retenu l’attention, le chantier de la redéfinition de la gouvernance locale avance également, mais selon des temporalités complexes et sans produire encore des résultats visibles. Dans ce billet, je présente plusieurs événements et travaux scientifiques récents qui proposent des éclairages diversifiés mais convergents sur ces thématiques. Continuer la lecture

L’imaginaire de Marseille: comptes rendus

Alors que j’étais tellement déçu du retard de la nouvelle édition de L’Imaginaire de Marseille, de Marcel Roncayolo, que j’ai attendue toute l’année 2013, et que j’ai annoncée à l’avance sur ce blog, j’ai finalement oublié de signaler sa parution effective, il y a maintenant un an. Le livre est librement accessible en ligne sur le site de la Bibliothèque idéale des Sciences sociales, dont le volet Géographie s’est d’ailleurs entretemps enrichi des Principes de géographie humaine de Vidal de la Blache.
Je profite de la parution d’un premier compte rendu (à ma connaissance) pour y consacrer ce billet. Voilà le compte rendu en question. Je posterai les (éventuels) suivants ici aussi.

Douay, Nicolas, ‘Marcel Roncayolo, L’imaginaire de Marseille. Port, ville, pôle’, Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement. 2015

Les villes du Moyen Orient à l’aube d’un printemps durable?

Congestion automobile dans le centre d’Amman (via CODATU)

La question pourra apparaître un peu rhétorique, voire naïve, en ces temps où les médias nous laissent espérer un consensus à la CPO 21. Pourtant, il semble acquis que c’est plutôt vers un été durablement torride (voir article du Guardian) que ces villes se dirigent…

Je participerai à cette table ronde organisée à Lyon par le CODATU (engagé dans la promotion des transports durables) et le CNAM-Rhones Alpes, le 18 novembre prochain à 17h. L’enjeu est aussi de souligner les dimensions sociales de la durabilité. Ce sera pour moi l’occasion de revenir sur les résultats d’un programme de recherche dirigé par Pierre-Arnaud barthel, et qui a abouti à la publication du dossier Villes arabes, villes durables? dans la revue Environnement urbain/Urban Environment, en libre accès en ligne. Voici le programme:

  • M. Eric Verdeil, Chercheur CNRS rattaché au LATTS (Paris) qui fera une intervention intitulée : Le durable dans les villes du Moyen-Orient : changement de paradigme ou cache-misère ?
  • M. Didier Boudon, Directeur de projet chez Egis Rail (Lyon, Direction des études amonts et de l’innovation) fera une intervention intitulée : Le métro de Riyad, un projet pharaonique au pays de l’Or Noir.
  • M. Eliott Ducharme, Assistant de projet à CODATU qui fera une intervention intitulée : Le transport artisanal à Amman (Jordanie) face au paradigme du développement durable, entre altérité et nécessité.

Il est nécessaire de s’inscrire via le formulaire sur site du CODATU. La rencontre aura lieu les locaux du CNAM Rhône-Alpes (Cnam Rhône-Alpes / le Cubix / salle 4
4 rue Ravier 69007 Lyon (Métro ligne B – station Jean Jaurès)

Table ronde sur les enjeux environnementaux au Liban avec Ghaleb Faour et Charbel Nahas

Dans le cadre des événements accompagnant la COP 21, la Maison du Liban à la Cité Internationale universitaire de Paris et son comité des résidents organisent le 28 novembre prochain à 17h une table ronde sur les enjeux de l’environnement au Liban. J’y participerai avec Ghaleb Faour, du CNRS Liban, et nous présenterons de nouvelles données sur l’environnement au Liban, que nous préparons dans le cadre de la nouvelle version de l’Atlas du Liban. Participera aussi à cette table ronde l’économiste et ancien ministre Charbel Nahas (voir aussi cet entretien dans Al Akhbar English), qui donnera son point de vue sur les dimensions politiques de la crise actuelle, non seulement des déchets mais bien au-delà. Un bon moment de discussion avec le public suivra.tr-MDL-envir