Archives de catégorie : signalement

Présentation de « Beyrouth et ses urbanistes » au Salon du livre francophone à Beyrouth

Je profiterai de mon séjour à Beyrouth pour le colloque Des banlieues à la ville, organisé par l’IFPO, pour présenter lors du Salon du livre francophone mon livre Beyrouth et ses urbanistes. Une ville en plans (1946-1975).

Je serai heureux d’y voir mes amis libanais et d’avoir avec eux une discussion sur cet ouvrage.

Mardi 1er novembre 2011 à 17h00, Salle Chéhadeh au BIEL

18e édition du Salon du Livre francophone (Beyrouth)

Conférence suivie d’une signature et d’un vin d’honneur sur le stand de l’Ifpo à 18h00.

Fiche de l’ouvrage sur le site de l’IFPO. Comptes rendus parus.

Site du Salon du livre.

Quelques autres présentations à suivre lors ce Salon :

Grégoire Sérof, urbaniste, un des personnages de mon livre, qui publie un recueil de ses chroniques dans L’Orient-Le Jour, Pointes sèches;

Luc Schuitten, architecte dont on a pu voir l’an passé à Lyon une très belle exposition, Cités végétales;

Antoine Fichfich, un architecte-urbaniste qui publie un livre tiré de son doctorat : Formes urbaines et architecturales de Beyrouth. Depuis le XIXe s. jusqu’à nos jours;

Daniel Meier, auteur de Le Liban, collection des Idées reçues, Le Cavalier bleu

Chantal Verdeil, qui présente Le Moyen Orient par les textes et La mission jésuite du Mont-Liban et de Syrie (1830-1864);

et sans doute aussi Pierre-Arnaud Barthel.

Regards sur la révolution égyptienne, une révolution des villes

Dans Echogéo, les géographes Delphine Pagès-ElKaroui et Leïla Vignal proposent un article qui fait pendant à celui de Abdelkarim Daoud sur la Tunisie dont j’ai déjà parlé, et qui analyse les racines géographiques de la révolution du 25 janvier. Elles soulignent notamment, au-delà de la chronologie politique, le poids de plusieurs révolutions silencieuses, notamment démographiques, éducatives et urbaines qui ont rendues insupportables les pratiques politiques du régime et les conditions de vie imposées à la population. Elles soulignent aussi que, contrairement à ce qu’on a observé en Tunisie, ce sont plutôt les villes du Delta et les populations insérées dans la mondialisation et qui en subissent les dures conséquences (ouvriers de l’industrie, etc.) qui ont été les moteurs de la mobilisation. L’article confirme sur ce point, tout en l’approfondissant, une hypothèse que j’avais émise dans mon papier sur les révolutions arabes dans Métropolitiques. Continuer la lecture

Villes du Golfe et de la péninsule arabique : parution et appel à contributions

L’atlas des pays du Golfe, de Brigitte Dumortier et Philippe Cadène, a un contenu logiquement très urbain. C’est apparemment une nouvelle collection des Presses Université Paris-Sorbonne, avec à venir un prochain Atlas du Proche-Orient. Continuer la lecture

Des métropoles hors sol ? La déterritorialisation de la production de l’urbain en question

Je participerai, les 17 et 18 novembre prochain, en tant que discutant, aux journées d’études urbaines organisées par plusieurs jeunes collègues de l‘Institut d’urbanisme de Lyon (notamment des papiers prévus de Jihad Farah sur Beyrouth et Mathieu Allaine sur Aqaba). L’appel à contribution a largement circulé et avait été été diffusé sur notre carnet collectif ACREOR. Le programme vient d’être mis en ligne sur un Carnet spécialement créé pour ce colloque et ses suites, sur le portail Hypotheses.org. On peut aussi y gérer son inscription…

(La sauce du blogging scientifique est en train de prendre…)

Parution : L’eau dans le monde arabe, de Georges Mutin

Georges Mutin publie chez Ellipses une nouvelle édition mise à jour de son manuel L’eau dans le monde arabe. Menaces, enjeux, conflits.

Dans cette synthèse pratique, destinée aux étudiants de premier cycle, où les données ont été actualisées avec les chiffres 2010, domine une perspective centrée sur l’analyse de l’offre, confrontée aux usages et aux conflits d’usage. Cette vision est ensuite déclinée à l’échelle des grands bassins-versants, qui font l’objet de trois analyses géopolitiques régionales (Nil, Tigre-Euphrate, Jourdain). La dernière partie traite, de manière plus transversale, la question de l’urbanisation.

L’ensemble est, comme toujours, d’une grande clarté. On pourrait regretter que l’auteur ne rentre pas plus en détail dans les enjeux de gestion, de commercialisation et de tarification de l’eau potable, qui constituent aujourd’hui des enjeux majeurs autour desquels se recomposent les territoires urbains et régionaux, comme cela avait été bien montré lors du colloque du SEDET en octobre dernier (ici et ) et par certains auteurs du numéro de Géocarrefour sur les services urbains en réforme dans le monde arabe.

Rappelons que Georges Mutin est par ailleurs l’auteur, chez le même éditeur, de deux autres manuels commodes sur le monde arabe :

Géopolitique du Monde arabe et Le Moyen-Orient – Peuples et territoires (voir mon commentaire dans Géocarrefour).

Il est probable que vu l’actualité récente, de nouvelles éditions paraissent bientôt!

Un être cher a publié…

Je m’associe à la satisfaction de ma chère moitié, dont les efforts débouchent sur deux livres hautement recommandables

Le Moyen-Orient par les textes, de Anne-Laure Dupont, Catherine Jaouen-Mayeur et Chantal Verdeil (A. Colin)

L’expression Moyen-Orient est récente, son acception changeante. Le présent recueil couvre les actuels Turquie, Iran, États arabes orientaux (Égypte, États de la péninsule Arabique, Syrie, Liban, Jordanie, Irak), Israël et territoires palestiniens. Les textes réunis en racontent l’histoire sur plus de deux siècles, en tenant compte des événements les plus récents. Ils témoignent non seulement des bouleversements politiques, mais aussi des transformations économiques, sociales, religieuses et culturelles et des réalités vécues. Ce sont les intéressés eux-mêmes, Arabes, Turcs, Iraniens et d’autres, qui prennent la parole, donnant à voir de l’intérieur une région souvent analysée au seul prisme des relations internationales.
Collectés depuis plus de vingt ans par les auteurs du recueil, ces textes ont fait l’objet d’un enseignement dans différents cursus de licence d’histoire et d’arabe. Tous précédés d’une introduction, ils sont destinés aux étudiants, aux professeurs désireux de disposer d’un support pédagogique sur des sujets difficiles et passionnants, et à tout lecteur soucieux d’en apprendre davantage et autrement sur le Moyen-Orient.

Plus d’informations

On y trouvera un peu d’urbain, notamment la reprise d’un entretien avec l’architecte jordanien Jafar Tukan, initialement publié dans Amman, de pierre et de paix, par Myriam Ababsa chez Autrement (en bonnes feuilles ici), ainsi qu’un texte Yachar Kemal sur l’expulsion d’un gecekondu en 1982 à Istanbul, initialement publié dans Istanbul. Histoires, promenades, anthologie, dictionnaire, de N. Monceau (Bouquins, R. Laffont). Pour le reste, quelques textes diplomatiques mais aussi beaucoup d’extraits de romans offrant des tranches de vie et des témoignages d’une grande diversité sociale et géographique, et un peu de culture arabe actuelle en suivant un remarquable guide (CPA/YGQ, c’est par ici).

Et aussi:

La mission jésuite du Mont-Liban de Syrie (1830-1864), de Chantal Verdeil (Les Indes Savantes)

Créée à Beyrouth dans le dernier quart du XIXe siècle, l’Université Saint-Joseph reste l’œuvre la plus prestigieuse de la mission jésuite de Syrie. Ce  « phare spirituel de la Méditerranée », selon l’expression de Maurice Barrès, symbolise à la fois son rayonnement, la présence française au Levant, et les rivalités entre les puissances occidentales au Proche-Orient.

Cet ouvrage retrace la genèse de cet établissement en étudiant le développement de la mission jésuite au Mont-Liban puis en Syrie dans une période troublée, celle de la Question d’Orient, marquée notamment par l’occupation égyptienne et les massacres de 1860.

De plus en plus nombreux, soutenus par la France impériale, les religieux de la Compagnie de Jésus ne cherchent pas à convertir les musulmans et se consacrent surtout à l’instruction, religieuse et profane, des catholiques orientaux. Leur action s’inscrit ainsi dans l’histoire des différentes Eglises chrétiennes du Proche-Orient et plus généralement dans celle de l’empire ottoman.

Pour plus d’information.

 

Libé géographe…

Après les historiens, les philosophes ou les écrivains, Libération ouvre ce matin ses colonnes aux géographes, avec une contribution notable des animateurs des Cafés Géo qui font beaucoup pour l’accès d’un public large aux travaux de la discipline.

J’ai particulièrement apprécié

« OpenStreetMap, le wiki distribue les cartes », sur la fabrication collaborative des cartes de Port-aux-Princes (ici)

Un très bon article sur ce que fabriquer une carte veut dire : ‘La cartographe et le territoire’, par Cécile Marin (ici)

«La Dernière Piste» : le western à l’ouest du calvaire, par MANOUK BORZAKIAN Enseignant à Paris-IV (l’article en version longue ici)

et deux points de vue sur les transformations géopolitiques du Proche-Orient, qui ont pour point commun une réflexion sur les héritages tout au long du XXe siècle des constructions territoriale de l’époque des Mandats, à savoir :

Dans « Changement d’échelle stratégique au Proche-Orient » (mauvais titre à mon avis – de la rédaction?), Yves Lacoste revient sur l’inflexion de la nouvelle politique américaine en faveur de la création d’un Etat palestinien et conclut « Le dramatique paradoxe géopolitique d’Israël est que son territoire internationalement reconnu, celui que les combattants juifs ont sauvé en 1948, ne correspond qu’à la plaine côtière (l’antique pays des Philistins) et que les plateaux qu’ils ont conquis avec Jérusalem en 1967, la Terre promise, vont, qu’ils le veuillent ou non, être reconnus comme le territoire des Palestiniens. » (accès payant) [voir ici mon commentaire sur sa Géopolitique de la Méditerranée]

Quant à Fabrice Balanche, il revient sur les « Alaouites de Syrie: une revanche sur l’histoire » (accès payant) et se risque à prévoir une réactivation d’un Etat des Alaouites en cas de chute du régime Assad. Du même, on lira une très bonne déconstruction de la cohérence du fait communautaire alaouite dans un article pour Outre-Terre.

En lien également avec les révoltes arabes et en particulier la révolution tunisienne, une brève sur la décision de la Mairie de Paris de baptiser une place du 14e arrondissement du nom de Mohammed Bouazizi. Quel cynisme de la part Bertrand Delanoé, longtemps fidèle thuriféraire du régime Ben Ali

Révolutions et révoltes arabes, des prémisses aux lendemains douloureux

L’actualité éditoriale sur les révoltes arabes est riche, notamment de contributions de chercheurs. Pourtant, porter un regard de chercheurs sur l’événement est risqué car celui-ci va, le plus souvent, trop vite pour être susceptible d’une observation objectivée en temps réel. Rares sont les collègues qui ont pu, comme Amin Allal – véritable polygraphe de la révolution tunisienne-, prendre le pouls de la révolution sur une barricade ou dans un comité de quartier (voir notamment son texte pour Politique Africaine, résumé ici). Et encore ne s’agit-il pas d’une garantie contre l’erreur de perspective, ce qui se passe ici ne ressemblant pas nécessairement à ce qui se passe là-bas.

Dans cette perspective du regard « à chaud », citons le dossier « Printemps arabes. Comprendre les révolutiosn en marche, sous la direction d’Agnès Deboulet et de Dimitri Nicolaïdis, dans la revue Mouvements (n°66, été 2011, sur Cairn) ainsi que le dossier « En Afrique du Nord, un soulèvement ne fait pas le printemps » sous la direction de Béatrice Hibou (Dossiers du CERI, en ligne) qui entend mettre en avant la dimension socio-économique des revendications par rapport aux débats de nature politique et institutionnelle. Ainsi donc que le dossier Tunisie de Politique africaine, cf. ci dessus.

Autre cas de figure : des publications très avancées ou bouclées avant les révoltes qui se voient « confirmées » ou qui doivent effectuer un petit rétablissement face à la nouvelle actualité. A cet égard, saluons le dossier hors série de Tiers Monde, sous la direction de Sarah Ben Nefissa et Blandine Destremeau, intitulé Protestations sociales, révolutions civiles. Transformations du politique dans la Méditerranée arabe. Ce collectif replace ces bouleversements politiques dans une généalogie de mobilisation : ils ne venaient pas de nulle part et une syntaxte de la politisation de ces revendications s’était construite et affirmée dans les dernières années; par ailleurs, le dossier propose plusieurs articles de réactions à chaud (voir ici, le sommaire et l’introduction).

Autres exemples de la difficulté que les bifurcations du temps court imposent à l’excercice de l’écriture des résultats de recherche, toujours plus ou moins en rupture avec l’actualité, ces deux travaux sur Le Caire et l’Egypte.

Dans Le Caire, réinventer la ville, un ouvrage de la collection Villes en mouvement d’Autrement, Pierre-Arnaud Barthel et Safaa Monqid interrogent, à la veille des événements de janvier-février 2011, une bonne vingtaine de « militants » du développement durable. Celui-ci apparaît alors comme un masque pour des revendications potentiellement fort différentes, entre « utopie réformatrice » au fond assez conservatrice politiquement parlant et « demande pour un changement total », ici fortement prémonitoire. Cette lecture décalée est suggestive et constitue un témoignage utile d’une parole qui se contorsionne face aux contraintes du politiquement correct. Reste que ces voix « bénévolentes » semblent loin de résumer la polyphonie des revendications post-changement de régime. Agnès Deboulet propose dans le numéro de Mouvements d’entendre la voix beaucoup plus radicale de Manal al-Tibi sur le droit au logement, dans une interview réalisée également en décembre 2010 (voir ici).

Citons également l’ouvrage de Vincent Battesti et François Ireton (coordonnateurs) L’Egypte au présent. Inventaire d’une société avant révolution, une mise à jour comparable par son ampleur à celle publié sur la Syrie il y a quelques années. On pourra lire ce livre comme un bilan de l’ère Moubarak.

Enfin, pour finir en beauté, renvoyons au remarquable « Repères » d’Hamit Bozarlsan sur La sociologie politique du Moyen-Orient. Publié en février 2011 et donc bouclé probablement avant le déclenchement de la révolution tunisienne, il propose une lecture en cycles courts (1979-1990; 1990-2001 et 2001-?) qui impliquait précisément le dénouement d’une période et l’entrée dans une autre. Relisant de manière critique quatre grands paradigmes d’interprétation (la modernité, l’islamité ou lislmaisme, les paradigmes emic de la ‘asabiya et de la dawa, ainsi que la question du tribalisme), l’auteur présente une suggestive typologie des Etats (être politique dont il montre que malgré l’instrumentalisation et l’absence de légitimité, la recherche ne peut en faire l’économie). Bozarslan en arrive ensuite à une remarquable analyse des formes de mobilisations politiques qui donne de véritables outils pour penser ce qui se déroule au Moyen-Orient depuis le début de l’année. Sa lecture de la spatialité des mobilisations (entre quartiers comme espace d’autonomie et de mobilisation et  lieux centraux du débordement et de l’accès à la visibilité), à propos de la révolution iranienne de 1979, se révèle extrêmement heuristique pour lire les mobilisations actuelles. L’auteur revient d’ailleurs dans le numéro précité de la revue Mouvements sur ce qui unit la Tunisie et l’Egypte dans leurs soulèvements (cf. ici sur Cairn).

Premiers billets sur le carnet ACREOR

Le séminaire thématique « Actions, régulations, organisations » de l’UMR 5600 Environnement Ville Société a récemment ouvert un carnet dont j’ai la charge. Les premiers billets sont en ligne : ils permettent d’entendre le débat entre Eric Charmes, auteur de La ville émiéttée (PUF, 2011) et Anne-Sophie Clémençon, et de lire le compte rendu de cet ouvrage par cette dernière.

Commentaires bienvenus…