Archives de catégorie : signalement

Le Liban entre crises et résilience à Bruxelles

Je participerai les 8 et 9 septembre au colloque Le Liban entre crises et résilience organisé par Maria Luisa Cesoni de l’Université Catholique de Louvain avec l’Université libre de Bruxelles. Voici le programme. Mon intervention reprendra le contenu de mon chapitre « Beyrouth: reconstructions, fragmentation et crises institutionnelles », in Dominique Lorrain (dir.) Métropoles en Méditerranée. Gouverner par les rentes, Paris, Presses de Sciences Po, 2017, p. 61–108 (intro/résumé en ligne ). J’envoie le texte sur demande.

Programme 8-9 septembre 2017 Version finale 30 08 2017 b

Assistance libre mais il faut s’inscrire en suivant les indications du programme.

Parution : Circulation des matières, économies de la circularité

J’ai le plaisir de signaler la parution du dernier numéro de Flux, consacré à Circulation des matières, économies de la circularité, que j’ai coordonné avec Romain Garcier et Laurence Rocher, dans la lignée de nos travaux au sein d’ACREOR qu’ils poursuivent avec bonheur au sein de l’Atelier Matières, énergie, déchets: flux et territoires de l’UMR 5600.
Voici le résumé du texte introductif et, ci-dessous, la table des matières.

Ce texte d’introduction au dossier de Flux 2017/2 (N° 108) questionne l’émergence de la thématique de la circularité des matières dans les politiques publiques urbaines contemporaines. Les articles ont en commun de porter une attention minutieuse à la matérialité des flux qui traversent et constituent la ville et aux objets sociaux qui la composent. Ils analysent les modalités et les conséquences de leur mise en circulation, ainsi que les régulations et les conflits qui l’accompagnent. Que l’ensemble des articles traite de pratiques et de politiques ancrées dans l’espace de la région de Lyon résulte moins d’une volonté monographique que d’une rencontre en partie fortuite. Mais cela souligne en tout cas l’importance d’une approche toujours attentive aux faits géographiques et aux effets de lieu dans la diversité de leurs échelles. Trois thématiques transversales sont présentes : d’abord, en identifiant de nouvelles ressources, les articles permettent de réfléchir à l’invention et à la construction de nouveaux circuits pour les matières. Ensuite, la régulation de ces circuits implique l’identification de nouveaux acteurs et la mise en place de nouvelles formes de relations avec les producteurs et gestionnaires des matières, formant donc l’espace d’une gouvernance renouvelée. Enfin, si ces circuits se structurent dans un espace qui est celui de la proximité géographique, ils s’inscrivent néanmoins dans une logique relationnelle qui ne cesse de questionner les normes et les échelles. Ce numéro permet ainsi de nuancer et de re-matérialiser les injonctions à faire advenir l’économie circulaire dans les villes.

Table des matières

Olivier Zeller, Structurations de l’espace fécal à Lyon au XVIIIe siècle

Aurélie DumainLaurence Rocher, Des pratiques citoyennes en régime industriel : les courts-circuits du compost

Pierre Desvaux, Économie circulaire acritique et condition post-politique : analyse de la valorisation des déchets en France

Romain J. GarcierFanny Verrax, Critiques mais non recyclées : expliquer les limites au recyclage des terres rares en Europe

Laëtitia Mongeard, De la démolition à la production de graves recyclées : analyse des logiques de proximité d’une filière dans l’agglomération lyonnaise

De l’impuissance des citoyens libanais face aux crises des services publics – compléments et rebondissements

powerless-orient-xxiJ’ai le plaisir de signaler la parution de mon article De l’impuissance des citoyens libanais face au « système », à travers l’analyse critique du documentaire de Cynthia Choucair « Powerless », sur le site d’information Orient XXI (repris sur Jadaliyya Cities). En voici le « pitch ».

Le délabrement des services publics, du ramassage des ordures aux coupures d’électricité, a suscité de nombreuses mobilisations au Liban. Le documentaire Powerless de Cynthia Choucair en rend compte de manière intéressante, mais, par son apolitisme, le propos perd de sa force.

J’y renvoie directement les lecteurs intéressés, sans le reproduire ici. Toutefois, je tiens à signaler, en complément de cette analyse, un autre petit film de Cynthia Choucair, avec l’aide du très incisif journaliste d’Al Akhbar Mohamed Zbeed, tourné au moment des manifestations de l’été 2015 au moment de la crise des ordures. Elle y interroge des citoyens manifestants sous la forme de quizz humouristiques, en vue de leur faire deviner les intérêts financiers des hommes politiques libanais, et la collusion entre intérêts publics et privés. Beaucoup tombent des nues… et d’une manière générale se montrent très peu au courant, si j’ose dire, des actions publiques ou privées, et même de l’identité des hommes qui les gouvernent (et qui les lient dans l’obscurité, pour paraphraser le Seigneur des anneaux). C’est poser la question de la dépolitisation implicite de la question de la crise électrique, que je discute dans ses choix scénaristiques pour ce scénario, sous un autre angle.

Questions that puzzled the Lebanesehttps://www.facebook.com/road2films/videos/971089022934597/

Pour conclure, signalons le dernier rebondissement de la crise des déchets, à savoir le fait que l’amoncellement des déchets non triés et non traités dans la décharge de Costa Brava à proximité immédiate de la piste maritime de l’aéroport de  Beyrouth attire de nombreux oiseaux qui font craindre un remake de l’accident de l’avion newyorkais contraint d’amerrir sur l’Hudson. Après avoir installé des avertisseurs sonores imitant des cris de rapaces, il semblerait selon Habib Battah (The Beirut Report) que le gouvernement ait décidé un abatage massif des oiseaux.

Soutenance d’HDR : Une écologie politique des énergies urbaines. Villes sud-méditerranéennes sous tension

HDRJ’ai la plaisir d’annoncer que je soutiendrai mon HDR (Une écologie politique des énergies urbaines. Villes sud-méditerranéennes sous tension) le 23 novembre prochain à 14 h à Lyon, Salle Caillemer (Univ Lyon 3, 15 quai Claude Bernard). Les détails figurent ci-dessous.

La soutenance sera suivie, vers 17h30 je suppose, d’un pot amical en salle Boris Stark. Au-delà de cet événement, ce pot sera aussi l’occasion de saluer tous les collègues et amis lyonnais puisque j’ai quitté Lyon un peu précipitamment, sans prendre encore le temps de dire au revoir. Continuer la lecture

Beyrouth, imaginaires urbanistiques (avec la vidéo)

[mis à jour] J’ai participé à cette table ronde à la Cité du Patrimoine et de l’Architecture le jeudi 16 avril 2015, de 18h30 à 20h30.

A partir des ouvrages « Beyrouth sous mandat français. Construction d’une ville moderne » de Marlène Ghorayeb (Éd. Karthala, 2014), « Intensive Beyrouth » de Youssef Tohme (Ed. Norma, 2014) et « Beyrouth et ses urbanistes. Une ville en plans (1946-1975) » d’Eric Verdeil (Presses de l’IFPO, 2010).

L’urbanisme de Beyrouth saisi à trois moments-clés de l’histoire moderne de la ville : la gouvernance mandataire (à partir de 1918), l’euphorie de l’Indépendance (après 1946) et les excès du libéralisme après la fin de la guerre civile en 1990. Plus riches en intentions qu’en réalisations, les successives mises en plan de la capitale libanaise invitent à une réflexion sur les temporalités de l’action publique, ainsi que sur les sédimentations et résiliences qui fondent l’urbanité libanaise; en retour, les plans offrent l’opportunité de s’intéresser aux processus d’internationalisation des concepts, des outils et des milieux professionnels de l’urbanisme au XXe siècle.

En présence des auteurs.
Modératrice: Mercedes Volait, historienne de l’architecture, spécialiste de l’Egypte moderne, directeur de recherche au CNRS et directeur du laboratoire InVisu à l’Institut national d’histoire de l’art.

Voilà la vidéo:

Beyrouth, imaginaires urbanistiques par Cite-architecture

 

Incertitudes, contradictions, optimisme

Les éditions Agone fêtent leur 25 ans de combat. En quatrième de couverture du catalogue édité à cette occasion, un beau texte de Howard Zinn – son Histoire populaire des Etats-Unis est leur meilleure vente. Je me permets de reproduire ici cette réflexion, titrée Inlassable optimisme, autant comme marque de soutien à ces combats  qu’il m’arrive de lire, que parce qu’il donne un sens, d’une certaine manière, à toute une série de lectures que j’ai faites ces derniers mois. Dans leurs contradictions, dans les débats âpres qu’elles ouvrent face à l’incertitude du temps présent , aux craintes qu’il inspire, et aux formes de résistance qu’elles suscitent, nécessaires mais emplies de toute, elles me nourrissent. Publiées par des éditeurs de combat, elles méritent d’être partagées au moins par leur couverture, à défaut d’une analyse même rapide de chacun d’elles, ce qui me prendrait trop de temps.

Inlassable optimisme

Dans ce monde effroyable où les efforts des gens altruistes apparaissent souvent ridicules en comparaison des méfaits des puissants, comment se fait-il que je conti nue à m’engager et à avoir l’air heureux ?

J’ai absolument confiance dans le fait, non pas que le monde va s’améliorer, mais qu’il ne faut pas abandonner la partie avant d’avoir joué toutes ses cartes. La métaphore est intentionnelle : la vie est un jeu de hasard. Ne pas jouer, c’est renoncer à toutes ses chances de gagner. Jouer, agir, c’est se donner au moins une chance de changer le monde.

On a tendance à penser que ce qu’on a devant les yeux est voué à perdurer. C’est oublier qu’on a souvent été surpris par le soudain effondrement d’institutions, par des changements de mentalité fulgurants, par des soulèvements inopinés contre des tyrannies, par le brusque anéantissement de systèmes de pouvoir qui semblaient invincibles.

On ne devrait jamais abandonner la lutte pour la justice à cause de la puissance apparemment indéfectible de ceux qui dé tiennent les armes et l’argent – et qui semblent bien déterminés à les garder. Cette puissance apparente s’est maintes fois révélée vulnérable à des qualités humaines moins tangibles que les bombes et les dollars : ferveur morale, détermination, unité, organisation, sacrifice, esprit, ingénuité, courage, patience…

J’ai bien essayé de regarder le monde avec autant de pessimisme que mes amis (et pas seulement eux !), mais je ne cesse de rencontrer des gens qui, malgré tous les événements atroces qui se déroulent un peu partout, me donnent de l’espoir. Partout où je vais, je rencontre de telles personnes. Et au-delà du noyau dur de militants il semble y avoir des centaines, des milliers de gens ouverts à des idées différentes. Mais souvent, ils ignorent qu’ils ne sont pas seuls, de sorte que, quand ils persistent, c’est avec la patience désespérée de Sisyphe poussant éternellement son rocher en haut de la montagne. J’essaie de dire à chaque groupe qu’il n’est pas seul, et que ceux qui se sentent abattus par l’absence d’un véritable mouvement national sont eux-mêmes la preuve qu’un tel mouvement est possible.

Le changement révolutionnaire n’est pas un surgissement cataclysmique mais une succession interminable de surprises cheminant en zigzag vers une société plus décente. Il n’est pas nécessaire de mener des actions grandioses et héroïques pour participer au processus de changement. Des actions modestes, multipliées par des millions d’individus, peuvent changer le monde. Même quand nous ne « gagnons » pas, il y a le plaisir et la satisfaction d’avoir participé, avec d’autres gens de bien, à quelque chose de valable. Nous avons besoin d’espoir.

Un optimiste n’est pas nécessairement un joyeux drille sifflotant bêtement au milieu du chaos. Garder l’espoir quand ça va mal n’est pas faire preuve de romantisme aveugle. C’est  miser sur le fait que l’histoire humaine est l’histoire, non seulement de la cruauté, mais aussi de la compassion, du sacrifice, du courage, de la bonté.

Ce que nous choisissons de faire ressortir de cette histoire complexe va décider de nos vies. Ne voir que le pire, c’est détruire notre capacité à faire quoi que ce soit. Se rappeler ces moments – et il y en a tant – où les gens se sont comportés de façon magnifique, voilà qui nous donne l’énergie pour agir, et pour au moins essayer de faire tourbillonner ce monde dans une direction un peu différente.

Dans la mesure où nous agissons, même en faisant des choses minuscules, nous n’avons plus à attendre la grande utopie à venir. L’avenir est une succession infinie de présents, et vivre maintenant comme devraient vivre les êtres humains, au mépris de ce qu’il y a d’hostile autour de nous, est en soi une victoire merveilleuse.

Howard Zinn

Extrait de « The Optimism of Uncertainty », The Nation, 20/10/2014, with the permission of the Estate of Howard Zinn (donnée à Agone – pas à moi, hum hum).

Quelques couvertures

Jérôme Baschet, Adieux au capitalisme: autonomie, société du bien vivre et multiplicité des mondes, Paris, la Découverte, 2014, 206 p.
Keucheyan Razmig, La nature est un champ de bataille: essai d’écologie politique, Paris, Zones, 2014, 203 p.
John Urry, Societies beyond oil: oil dregs and social futures, London, Zed Books, 2013, viii+296 p.
Comité invisible, L’insurrection qui vient, Paris, La Fabrique éd., 2007, 125p. (en PDF gratuit ici)
Comité Invisible, A nos amis, Paris, La Fabrique Editions, 2014, 250 p.
Conway Erik M. et Oreskes Naomi, 2013, L’effondrement de la civilisation occidentale, Paris, Les Liens qui Libèrent éditions, 128 p.

Gras Alain, Le choix du feu: aux origines de la crise climatique, Paris, France, Fayard, 2007, 281 p.

Beyrouth et ses images

arton13-37ceeToujours à propos du festival Image de ville (déjà évoqué ici), je serai pour ma part à Aix-en-Provence le dimanche 17 novembre à 11h30 (à la Cité du livre) à l’occasion d’une discussion sur une sélection d’extraits de films sur Beyrouth.
Pour Laura Ghaninejad et David Yon, de l’association ciné(m)assilia, il s’agit de « questionner la façon dont la ville habite le cinéma et comment son histoire se reflète dans des écritures cinématographiques singulières qui se déploient des années 80 à aujourd’hui, cartographie impossible d’une ville en permanente reconstruction. »

Cette rencontre prolonge une précédente discussion au sujet de L’image manquante dans le cinéma libanais. Continuer la lecture

Une page Cities sur Jadaliyya

city_scape_banner_1

Depuis trois ans, Jadaliyya s’est imposé comme un site de référence sur l’actualité du monde arabe (et de sa marge turque). Mêlant journalisme d’investigation, textes de diffusion de travaux scientifiques, prises de position politiques et sociales, il émane des interactions d’un collectif divers largement composé de personnes originaires de la région ou y vivant. Au départ écrit en anglais et arabe, il s’ouvre aujourd’hui à d’autres langues, notamment le turc et le français.
Je suis heureux d’annoncer le lancement, ce 30 septembre, d’une page Cities, animée par une équipe éditoriale qui se compose de Mona Harb (rédactrice en chef), Hiba Bou Akar, Farah Nakib,Farha Ghannam, Ozan Karaman et moi-même. Voici les objectifs de la page. Continuer la lecture

Parution : Villes arabes, villes durables ?

J’ai le plaisir d’annoncer la parution longuement attendue du dossier Ville arabes, villes durables ? Enjeux, circulations et mise à l’épreuve de nouvelles politiques urbaines , à la suite d’un programme de recherche AUF lancé et piloté par Pierre-Arnaud Barthel qui m’a fait l’amitié de me demander de coordonner avec lui son édition scientifique élargie suite à un appel à contribution dans la revue canadienne Environnement Urbain / Urban Environment.

En voici le sommaire, et en dessous le début du liminaire, dont la suite est disponible en libre accès. Continuer la lecture

Un lexique arabe-français-anglais pour l’urbanisme et l’architecture – Urbamed.fr

Fouad Awada, urbaniste franco-libanais en poste à l’IAU-IdF (l’Institut d’aménagement et d’urbanisme de la région Ile-de-France) met en accès libre en ligne sur son site personnel Urbamed un lexique arabe-français-anglais des termes de l’architecture et de l’urbanisme. Il s’agit d’un travail né des besoins de traduction qu’il a rencontré dans sa pratique professionnelle lors de nombreuses missions de coopération et d’expertise notamment au Liban, au Maroc, en Libye et ailleurs (pour l’IAU-IdF ou comme consultant indépendant). En effet, les traducteurs des études d’urbanisme rédigées initialement en français ou en anglais expérimentent très souvent de grandes difficultés de traduction d’un vocabulaire très spécialisé et pas toujours stabilisé, renvoyant aussi à des traductions administratives nationales distinctes. Pour prendre un seul exemple, le mot urbanisme peut recevoir en arabe plusieurs traductions dans les administrations du Maroc à la Syrie, en passant par l’Algérie, l’Egypte et le Liban : je renvoie ici à un texte co-écrit avec Elisabeth Longuenesse, encore en attente de publication. Or, il semble qu’il n’existe pas aujourd’hui de lexiques ou de dictionnaires spécialisés véritablement satisfaisants. Au-delà des professionnels, le travail sera d’une évidente utilité aux chercheurs et aux étudiants arabophones ou devant travailler en langue arabe.

Le lexique compilé par Fouad Awada se présente pour l’instant (il s’agit d’une version temporaire) sous la forme de chapitres au format PDF, structurés par thèmes et sous-thèmes, ce qui « permet de constituer des mini-corpus de termes particuliers à chaque sous-thème directement dans la langue arabe. » (extraits de correspondance au sujet de ce travail avec F. Awada). Les thèmes sont les suivants : nature et environnement, développement urbain, transport, infrastructure, planification urbaine, architecture, construction, promotion immobilière et construction. Il n’est pour l’instant possible de chercher directement un terme français ou anglais que par la fonction de recherche plein texte.

Cette présentation renvoie à l’originalité du projet, que Fouad Awada n’a pas (encore?) explicité sur son site mais qu’il a partagé avec moi lors d’échanges réguliers notamment durant nos contacts au Liban ou à propos de ce pays. En partant de la langue arabe, son idée est de valoriser la manière dont cette langue saisit et découpe le réel, à partir d’un lexique extrêmement riche et varié, plutôt que de lui imposer des catégories et des concepts venant de l’extérieur par des chemins complexes nuisant à l’émergence d’un vocabulaire unifié. Pour en rester au mot urbanisme, lui-même un néologisme en français, diversement traduit comme on l’a vu par des expressions et des assemblages variés visant à reproduire cet effet de néologisme et le volontarisme planificateur des autorités (tanzîm al-hadari, takhtît al madani, etc.), pourquoi ne pas utiliser, tout simplement, le mot ‘umran qui rend bien, justement, l’amplitude du terme et des pratiques qu’il recouvre, tout en l’ancrant dans un long héritage de pratiques et de pensées dans la langue arabe?

Le projet est encore en cours de développement, Fouad Awada étant conscient de certains « trous » et ayant par ailleurs la volonté de le compléter par des illustrations qui permettraient, comme dans les planches du dictionnaire Larousse, de visualiser certains objets et composantes architecturales, ainsi que les types d’organisation spatiale que désignent les mots de ce lexique. D’autre part, il est possible que professionnels et érudits de l’urbanisme et de l’architecture souhaitent émettre des commentaires.  Ils peuvent le faire en écrivant à Fouad Awada à l’adresse suivante : contact _at_ urbamed.fr