Archives de catégorie : services urbains

Quel modèle de décentralisation des services urbains en Tunisie ?

Je participerai le 6 juin prochain au séminaire organisé par l’association tunisienne des urbanistes, la direction générale des collectivités locales et l’unité de recherche Droit et gouvernance.

AFFICHE -ATU

Argumentaire

La question territoriale a été au cœur de la révolution tunisienne. Les déséquilibres régionaux et les difficultés d’accès à l’emploi et aux services ont dès lors fait partie des thèmes les plus médiatisés sur la scène politique de l’après 14 janvier 2011. La décentralisation a rapidement figuré comme un principe phare des réformes, d’abord dans les programmes des principaux partis en course vers la constituante (ANC) et ensuite dans les orientations dégagées des travaux de l’ANC. L’approbation de la constitution de janvier 2014, et notamment son chapitre 7 sur le Pouvoir Local constitue le couronnement du consensus sur la décentralisation.

Aujourd’hui, la Tunisie a atteint un second palier dans sa course à l’instauration d’un système décentralisée avec l’affirmation des principes  de décentralisation, de subsidiarité, de libre administration des collectivités et de participation citoyenne aux affaires locales. Et en même temps, un chantier est ouvert, celui de la préparation de l’opérationnalisation de la réforme.

Dans cette perspective, et dans l’attente de la mise en place de structures chargées de mener les débats et les travaux sur les orientations des réformes de décentralisation, l’Association Tunisienne des Urbanistes en partenariat avec la Direction Générale des Collectivités Locales, et l’unité de recherche Droit et Gouvernance et avec l’appui de la Fondation Hanns Seidel, organise un séminaire  de réflexion sur les enjeux liés à la décentralisation des services urbains. L’objectif principal étant de rassembler chercheurs, experts et parties prenantes dans des discussions sur les thématiques clés de la réforme, afin de délimiter les contours des grandes questions à traiter. Le sujet principal qui sera débattu dans ce séminaire concerne les modèles possibles d’organisation des services urbains conformément aux nouveaux principes constitutionnels, en partant de l’organisation actuelle de ces services, ainsi que les problématiques que ces modèles suscitent.

Ma participation s’inscrit dans la suite d’une étude menée entre juin et juillet 2013 avec Sami Yassine Turki, de l’ISTEUB (et président de l’ATU), sur la décentralisation en Tunisie, dans le cadre plus large d’une recherche coordonnée par le Lebanese Centre of Policy Studies, à paraître très prochainement sous le titre suivant : Harb M., and Atallah S. (eds.), 2014, Local Governments and Public Goods: Assessing Decentralization Experiences in the Arab World Beirut: LCPS. (en arabe, mais la version anglaise sera téléchargeable sur le site du LCPS). Un résumé de cette étude est disponible ici :Mona Harb et Sami Atallah, Decentralization in the Arab World Must be Strengthened to Provide Better Services, Policy Brief, LCPS

En attendant, notre étude est disponible ici: Turki_Verdeil_Decentralisation_Tunisie_final-PDF (version française).

Parution: The Energy of Revolt in Arab Cities

fig2-jordanstoveVoici le résumé de mon article The Energy of Revolt in Arab Cities: the Case of Jordan and Tunisia, récemment publié dans Built Environment, dossier Arab Cities after the ‘Spring’.

Energy has become a new urban public issue in Arab cities and, hence, the trigger for new claims, mobilizations, and even revolts or riots. This article proposes another approach to energy politics. In my view, a set of transformations in energy circuits are directly involved in the ‘urbanization’ of energy issues. By such a phrase, I mean different processes that reframe and rescale energy issues, usually national and international ones, at the level of the city. Energy reliability and affordability are new claims in the political arena in many Arab cities. Based on earlier research in Tunisia and Jordan, the article examines how policies of electrification in Arab cities have created a new metabolism associated with new power relations, specifically enhancing State legitimacy through symbolic and economic means. But the neoliberal turn in electricity policies, coupled with fossil fuel price pressures, is undoing this pact. Claims for affordable prices and effective power supply have been fostered in the context of the current uprisings. Grid-embedded resistance practices by ordinary people (customers or workers), which are analyzed in this article, put new light on the vulnerability of urban electricity circuits. Continuer la lecture

Flux: villes et énergie en pays émergents

FLUX_093_L204J’ai le plaisir d’annoncer la parution du numéro 93-94 de la revue Flux, avec un dossier portant sur « Energie et villes des pays émergents : des transitions en question » que j’ai coordonné avec Sylvy Jaglin. Les articles sont principalement issus d’une journée tenue en décembre 2012 à l’AFD dans le cadre des séminaires SERVED. Mais cela s’inscrit aussi plus largement dans des recherches menées pour une part dans le cadre du programme TERMOS/GOUVENUS , ainsi que pour les travaux des membres lyonnais, dans d’autres projets (COLLENER, UTIQUE et POUDEV).

Voici la table des matières du numéro.

Jonathan Rutherford, Avant-Propos. Les Flux d’énergie

Sylvy Jaglin, Éric Verdeil, Énergie et villes des pays émergents : des transitions en question. Introduction

 Ce dossier expose une partie des résultats de deux programmes de recherche comparatifs portant sur les transformations énergétiques urbaines. Les débats actuels montrent que la place des collectivités locales dans la transition vers une société post-carbone reste une question ouverte (Rutherford, Coutard, 2014). Dès lors, il s’agissait de s’interroger sur les facteurs de changement observables aux échelles urbaines et les principaux acteurs porteurs d’une « vision » ou d’une stratégie énergétique, ainsi que sur la capacité à agir des autorités urbaines. Celle-ci doit être jaugée par rapport aux opérateurs traditionnels du secteur énergétique, souvent très liés aux États, d’une part, aux acteurs privés renforcés par les réformes du secteur (libéralisation, dé-intégration, privatisation ou ouverture aux investisseurs privés), d’autre part. Globalement, la question est celle de l’émergence d’une territorialisation des questions énergétiques aux échelles métropolitaines. Dans ce numéro, le propos est centré sur des villes de pays émergents, c’est-à-dire des organismes urbains dont le développement s’inscrit dans des contextes marqués par la conjonction d’une croissance économique élevée, d’une insertion solide dans les marchés globalisés et d’un savoir-faire institutionnel consolidé. La demande énergétique urbaine y est forte, portée à la fois par des taux de croissance urbaine élevés et par l’essor de la consommation des couches moyennes urbaines.

Notre parti méthodologique a été d’interroger ces questions énergétiques urbaines à partir d’analyses empiriques approfondies issues, pour ce dossier, d’études conduites sur quatre métropoles de pays émergents (Buenos Aires, Delhi, Istanbul, Le Cap) et des villes secondaires (Sfax, villes turques). Ces études font clairement apparaître le poids des déterminants locaux (sources énergétiques dominantes, rapports sociaux existants, nature des élites urbaines et des bases économiques locales…) comme les problèmes de capacité réelle et d’efficacité de l’action urbaine locale dans l’ampleur et les modalités de l’engagement des villes. Elles soulignent, ce faisant, des écarts patents entre les trajectoires de transition énergétique urbaine formalisées dans la littérature académique comme dans les politiques sectorielles et les situations urbaines observées. De ce fait, ces recherches  n’ont, dans l’ensemble, pas permis de valider une double hypothèse : celle d’une convergence des évolutions au profit d’un modèle de « transition énergétique » et celle d’une montée en puissance des pouvoirs publics locaux dans la gouvernance énergétique. Pour autant, les villes ne sont pas inertes au regard des changements en cours. Outre la mise en évidence de facteurs proprement locaux, toujours très prégnants, la confrontation des différentes études de cas nous semble livrer un certain nombre d’enseignements plus généraux sur l’avenir de la question énergétique dans de nombreuses villes du Sud, que nous tentons de synthétiser dans la suite de l’introduction. Continuer la lecture

Les mots de l’image – exposition à l’ENS de Lyon

(c) Bernard Plossu

(c) Bernard Plossu

Profitez des derniers jours de l’exposition Les mots de l’image à l’ENS (jusqu’au 21 mars). A un choix de photographies de Bernard Plossu où figurent lettres et/ou mots, répond une série de petits textes du sociologue Jean-Louis Fabiani.

Au delà de la poésie propre qui fait la force des tirages de Plossu, ce qui a attiré ici mon intérêt est la pertinence ciselée des textes de Fabiani, et leur résonance avec mes thèmes de recherche sur la place et l’imaginaire des réseaux techniques dans la ville. Un grand nombre de ces images sont prises dans le flux, et en l’interrompant, donne à voir les infrastructures bien souvent invisibilisées qui régissent notre quotidien.

En réponse à l’image mise en exergue dans l’affiche de l’exposition, Fabiani souligne ainsi la tension entre la grisaille de ce paysage autoroutier et les connotation du mot SUD : « Le mot Sud qualifie plutôt le nouvel espace des styles de vue d’une classe de loisirs venue du « Nord » qu’une communauté de culture ou de climat. Le Sud désigne ici l’effacement progressif des frontières entre le dedant et le dehors de la maison, l’écoute attentive des manifestations du corps, la sociabilité ludique et festive. Tout ça, évidemment, n’est pas tombé du camion ».

En contrepoint d’une photographie toute en lignes de fuite, au centre de laquelle se détache l’inscription « CENTRO LOGISTICO », Fabiani écrit : « L’organisation du monde contemporain dépend entièrement de capacités logistiques: les flux doivent rester tendus et les connexions ne peuvent pas être interrompues. Dans le cas contraire, la crise survient et le désordre gagne. Plossu n’est pas un photographe de la technologie. Il lui arrive pourtant de la saisir lorsqu’elle s’impose à son regard d’observateur urbain. La ville qu’il décrit est faite de réseaux: rails des tramways, perches des trolleybus, remarques des camions et câbles de l’électricité son omniprésents. Ils structurent l’espace. »

Citons encore ce dialogue de Plossu et du sociologue : soit l’image d’un immeuble de grande hauteur, dans la périphérie de Marseille, au toit duquel s’accroche l’inscription en lettres géantes et lumineuses CONFORAMA, le tout vu d’une autoroute (encore) : « L’usage de l’électricité a profondément transformé les conditions de la vie urbaine. Ce qu’on appelle façade électrique des villes a été puissamment associé à la modernité et à sa vie trépidante : the City of lights (Paris) ou the City that never sleeps (New York) illustrent la part croissante prise par la lumière électrique dans la configuration, matérielle et symbolique, de la cité. C’est particulièrement vrai des enseignes et des publicités dont la forme s’est complètement transformée dès qu’elles ont été éclairées par la lumière artificielle. Les lettres ont eu depuis le débat une importance aussi grande que les images. La nouvelle façade des villes est d’abord une surface textuelle. »

Exposition à la galerie La Librairie, ENS de Lyon, site Descartes, jusquau 21 mars 2014.

Le catalogue de l’exposition est en vente à la galerie Le réverbère de Lyon:Plossu B., Fabiani J.-L., 2014, Les mots de l’image, (Les carnets). Crisnée (Belgique)/Lyon, Yellow Now/ENS de Lyon, 128 p.

Dans cette galerie, on peut voir jusqu’au 12 avril une autre exposition de Bernard Plossu : De l’Atlantique à la Méditerranée, du Portugal à la Grèce (le site web propose un magnifique choix de ses photographies illustrant son regard sur les paysages de la modernité).

 

Actualité de la recherche sur les villes et la transition énergétique

De violentes manifestations ont lieu ces jours derniers à IKhartoum (Soudan), en réaction à la suppression de subventions sur le prix des carburants. Photo AFP-STR via Al Akhbar English

De violentes manifestations ont lieu ces jours derniers à Khartoum (Soudan), en réaction à la suppression de subventions sur le prix des carburants. Photo AFP-STR via Al Akhbar English

Urban Energy Transitions

Les transitions énergétiques urbaines, objet d’un séminaire tenu à Autun en 2009, font l’objet d’un numéro à paraître de la revue Urban Studies où paraît mon article récemment signalé sur le cas jordanien. Ce numéro est désormais entièrement accessible online (en accès restreint) et l’introduction générale, due à Jonathan Rutherford et Olivier Coutard, en présente les principaux enjeux.

Du point de vue des études urbaines, les questions énergétiques apparaissent comme une sorte d’OVNI, comme le recensement qu’ils ont effectué sur les principales revues de géographie anglophone (mais c’est largement la même chose d’un point de vue francophone) l’illustre. Pourtant, la communauté des spécialistes de la gestion de l’énergie, dont est représentative la revue Energy Policy, s’interroge depuis longtemps sur l’urbain. L’apport de la collection issue du séminaire d’Autun réside dans une approche qui ne limite pas l’urbain à une définition administrative ni à un type de morphologie. Fort des acquis d’une recherche critique percevant l’urbain de manière dynamique, relationnelle et conflictuelle, cet ensemble de texte propose une lecture des transitions énergétiques urbaines comme les transformations réciproques de l’urbain et des systèmes énergétiques. Les violents mouvements de protestation qui agitent Khartoum ces jours-ci (photo) illustrent de manière crue ce que la transition énergétique veut dire concrètement pour les citadins…
Voici à titre informatif la liste des articles, tous Onlinefirst avant d’être disponibles sur papier vers avril 2014… Continuer la lecture

Parution : The Contested Energy Future of Amman, Jordan: Between Promises of Alternative Energies and a Nuclear Venture

Districts de gestion électriques et principaux projets de centrales et de lignes HT en Jordanie

Districts de gestion électriques et principaux projets de centrales et de lignes HT en Jordanie

J’ai le plaisir d’annoncer la parution, après un très très long processus éditorial, de l’article « The Contested Energy Future of Amman, Jordan: Between Promises of Alternative Energies and a Nuclear Venture ». dans la revue Urban Studies (Online First) (août 21). doi:10.1177/0042098013500085 – http://usj.sagepub.com/content/early/2013/08/21/0042098013500085
version post-print en libre accès sur HAL-SHS : http://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00857506

Résumé :

Metropolitan authorities and local business elites are often seen as major players in the energy transition in the city. Such energy transitions are mostly conceived of as low carbon technologies, which permit the retrofitting of urban infrastructure and the rebundling of metabolic circuits. This article contests these views by highlighting the major role of non-urban energy sector institutions and actors. By examining the connections between technology, space and energy politics, and by using a relational understanding of the urban, this article explores the case of Amman’s energy transition. The growth of consumption coupled with new energy practices face a problematic supply because of shifts in regional geopolitics. This situation has prompted energy transition policies, among which are a green growth programme and the building of a nuclear power plant at the edge of the city. The article analyses the socio-political assemblages that shape those policies and unravels the competing interests at stake. It demonstrates the political and highly unruly nature of energy transitions.

Des banlieues à la ville ; Beyrouth et ses périmètres

A signaler la parution des actes électroniques du colloque Des banlieues à la ville. Espaces et acteurs de la négociation urbaine, coordonnée par Elibabeth Longuenesse et Caecilia Pieri. En texte intégral.

On retrouvera dans cet ensemble mon intervention Délimiter les banlieues de Beyrouth. Des noms et des périmètres, dont voici le résumé :

Cette communication propose l’analyse de quelques découpages et délimitations des banlieues de Beyrouth et de leurs dénominations, avec pour objectif de mettre au jour leurs enjeux cognitifs et politiques. Dans le cas libanais, elle renvoie à l’existence d’un conflit entre l’État central, principal détenteur des compétences urbanistiques, et différents acteurs et pouvoirs locaux, en particulier les municipalités.

On lira également avec un intérêt particulier la note que Mona Fawaz consacre à un important chantier de recherche lancé dans la première moitié des années 2000 et interrompu par la guerre de 2006, dont on souhaite que l’auteur parvienne à produire un ouvrage qui serait assurément novateur, comme on pourra en juger à travers cette ébauche.

Notes on Beirut’s Historiography: Towards a People’s History of the City

My presentation is part of an ongoing research project which aims to map and narrate the city’s recent history, particularly the 1950-1975 period, from the vantage point of its peripheries. I do not present here the full elements of an alternative narrative of the city. Instead, I outline the main guidelines and methods, illustrated through a number of stories that I have unraveled in the course of my research.

A noter également, parmi plusieurs communications de qualité, la retranscription-traduction des débats des acteurs municipaux élus, qui n’est que trop rares au Liban.

La crise des services publics dans le nord de la Jordanie : proposition de sujet de recherche en master

Water kiosk in Zaatari Camp (cc : Oxfam International)

La Jordanie est, avec le Liban, l’un des deux pays les plus affectés par la crise syrienne et en particulier l’afflux de réfugiés. Ceux-ci, regroupés dans de grands camps comme Zaatari, ou dispersés dans les villes jordaniennes de la région nord ou dans la capitale, subissent une grande détresse matérielle ou sociale liée au contexte politique. En outre, leur présence représente un facteur de stress pour des infrastructures urbaines déjà structurellement soumise à une crise grave, dans un pays aride, très déficitaire en eau, et très dépendant de l’importation d’hydrocarbures.

Dans le cadre d’un projet de recherche soutenu par l’Université Lyon 2, intitulé La crise syrienne et le Proche-Orient, je propose d’encadrer un(e) étudiant(e) de Master 1 ou 2 pour réaliser son mémoire de géographie ou aménagement sur cette thématique. La proposition s’adresse à priori aux étudiants de Lyon 2 mais pourra être étudiée pour des étudiants d’autres universités de Lyon-Saint Etienne. Un financement du séjour de terrain est prévu. Une connaissance de l’arabe serait appréciée, une bonne maîtrise de l’anglais est indispensable (notamment anglais technique et des sciences sociales). Une lettre de motivation devra m’être adressée en précisant les compétences dans le domaine des outils de la géographie (enquête/cartographie, etc.). Délai : avant le 20 juillet si possible. Si aucune candidature satisfaisante ne s’est révélée jusque là, une extension jusque début septembre est possible. Contact : eric.verdeil [at] univ-lyon2.fr

Parution : Villes arabes, villes durables ?

J’ai le plaisir d’annoncer la parution longuement attendue du dossier Ville arabes, villes durables ? Enjeux, circulations et mise à l’épreuve de nouvelles politiques urbaines , à la suite d’un programme de recherche AUF lancé et piloté par Pierre-Arnaud Barthel qui m’a fait l’amitié de me demander de coordonner avec lui son édition scientifique élargie suite à un appel à contribution dans la revue canadienne Environnement Urbain / Urban Environment.

En voici le sommaire, et en dessous le début du liminaire, dont la suite est disponible en libre accès. Continuer la lecture

Géographie de l’éclairage public dans les villes du Sud : quelques exemples arabes

Un récent billet de blog qui est plus que cela attire mon attention sur la question de la lumière dans la ville et me suggère une variété de pistes de recherche qui me font revenir sur quelques matériaux de recherche non exploités.

Affiche vantant le Plan Lumière pour Beyrouth par la municipalité de Beyrouth – via Marie Bonte

Brilliant Beirut est un texte brillant de Marie Bonte, jeune géographe lyonnaise sur le point de s’engager en thèse sur la thématique de la fête à Beyrouth, question qui dévoile entre autres une territorialité de la nuit. Dans ce billet, paru sur le site de Tim Edensor Lighting Research @ MMU, elle explore les territoires de la lumière la nuit dans Beyrouth. Pour cela, elle examine les inégalités et les dysfonctionnements de l’éclairage public qui laissent de nombreuses rues dans l’obscurité, notamment en raison d’un défaut d’entretien chronique – on ne parle pas ici des coupures de courant qui touchent peu le territoire municipal de Beyrouth. Inversement, les secteurs éclairés sont largement ceux de la fête et des loisirs nocturnes, comme dans la zone de Solidere, à Gemmayzeh ou encore à Hamra… En fin de billet, elle montre aussi que cette question de l’éclairage public devient à un enjeu de politique publique. Elle analyse par exemple, à travers cette affiche vantant l’illumination de Beyrouth, le Plan Lumière récemment mis en place par cette municipalité qui s’est lancé, avec l’appui parisien, dans une politique d’éclairage et de mise en valeur de son patrimoine architectural. Elle fournit aussi une très belle carte de synthèse à la fin de son billet qui montre que cette géographie de la lumière est très inégalitaire. Il faudrait en complément s’intéresser aux projets de SOLIDERE qui a également entrepris une politique de mise en valeur de ses bâtiments (Lighting Beirut Architecture). Ces politiques de la lumière représentent un nouveau type de politique publique au Liban, à analyser dans une perspective mêlant transfert de modèles, marketting urbain et partenariats public-privé. Cette approche du cas beyrouthin est paradoxale puisqu’on peut aussi – voire plutôt – considérer cette ville comme une métropole de l’obscurité en s’intéressant à la thématique des coupures de courant, comme je le fais dans mes recherches de mes dernières années – et ce sera justement le thème d’un papier que je prépare pour le prochain congrès de la RGS. Continuer la lecture