Archives de catégorie : services urbains

Reforming Failed Infrastructure, Struggling for the State: Lessons from Lebanon

Watch the full video of the Centre for Policy Research-CSH (Centre de Sciences Humaines) workshop, featuring Eric Verdeil on ‘Reforming Failed Infrastructure, Struggling for the State: Lessons from Lebanon’ on the 30th of october 2018.

The talk considers infrastructure as a site for the examination of urban governance in Lebanon, in a context of failure of the state to provide basic public services such as electricity and waste. The argument is threefold. First, public infrastructure is a site of political struggle. Political actors seek to make infrastructure serve certain political and social interests, demonstrating their belief that these state institutions and instruments produce a range of effects worth competing for. Second, the talk challenges the view that neoliberalism and sectarianism are radically narrowing and marginalising the state and its institutions. Third, despite failing to deliver the expected service outcomes, the complex assemblage of more-or-less reformed infrastructural policy instruments produces strong social effects in terms of wealth distribution. These instruments accentuate Lebanese society’s gaps and inequalities. This outcome is largely unintended, as is often the case with public policy instruments. It is a product of the work of state institutions, however, and not proof of their absence. To make this argument, this talk explores urban services in Beirut through the main types of instruments that successive governments and their advisers—commonly from the World Bank and other international organisations—have adopted for their reform: the geographic boundaries of the zones where urban services are organised; the services’ financing instruments, such as subsidies and pricing; and public-private partnerships.

Eric Verdeil is Professor of Geography and Urban Studies at Sciences Po, Paris and researcher at the Centre for International Research (CERI).

The question and answer session that followed can be accessed here.

This talk is based on this article (a kind of Q&A summary is also to be found here)

Subventions électriques invisibles: le privilège beyrouthin

Le Liban se classe parmi les pires pays du monde en termes de fourniture électrique [1]. L’insuffisance de la production électrique se traduit par un rationnement qui atteint plus de 12 h /j dans une large partie du pays. Cette situation date de la guerre civile. Après une période d’amélioration grâce aux investissements dans de nouvelles centrales électriques et dans le réseau des années 1990, la situation s’est de nouveau dégradée à partir de 2006. Malgré le plan du ministre Gebran Bassil en 2010, peu d’améliorations ont été apportées, les investissements réalisés et les nouvelles capacités mises en ligne (en 2017) ne compensant pas l’augmentation de la demande, qui n’est satisfaite que grâce au développement de la génération privée.

Les dysfonctionnements du secteur électrique libanais pèsent lourdement sur les ménages et les agents économiques. De plus, l’électricité est la première source du déficit public libanais. Elle représentait en 2013 40% de la dette publique cumulée et 55% du déficit budgétaire. Le déficit s’explique par diverses raisons. La mauvaise gestion technique et commerciale de l’entreprise est une première explication des pertes: les pertes techniques se montent à environ 15%, les pertes non techniques atteignant elles 25%. 40% de l’énergie produite n’est donc pas payée. Toutefois, il faut aussi mentionner la structure du tarif de l’électricité qui ne reflète pas ses couts de revient. En effet, le tarif moyen par KWh est de 141 LL en 2007, alors que le cout de production est estimé à 255 LL/KWh en 2009. Autrement dit, en moyenne, l’abonné ne paye que 55% du cout de revient. Ce désajustement du tarif par rapport aux couts explique donc aussi une partie importante du déficit de l’entreprise.

Les discussions publiques se focalisent, ces dernières années, sur la construction de nouvelles capacités de production pour mettre fin au rationnement, et sur les modalités de financement de ces investissements : faut-il investir de l’argent public, et où le trouver? ou mettre à contribution le secteur privé, mais alors à quelles conditions? Dans la période précédente, la problématique du vol et de la fraude était aussi fortement mise en avant[2]. Ces débats laissent largement de côté la question de la tarification. Le gouvernement considère que le réajustement ne pourrait intervenir qu’une fois l’amélioration du système bien amorcée, rendant une hausse de tarif plus acceptable. En attendant, le désajustement du tarif constitue une subvention de facto, dont les effets ont rarement été examiné.

Comme dans de nombreux pays en développement, la tarification d’EDL est en marches d’escalier, chaque palier (ou bloc) de consommation étant facturé à un certain prix, dans un objectif d’équité sociale. Toutefois, seule la tranche au-delà de 500 kWH est facturée à un prix supérieur au prix de revient, alors qu’elle ne représente qu’une petite fraction de la consommation[3]. A cette tarification variable s’ajoute une partie fixe et des taxes. Les études de la Banque Mondiale (2009) ont mis en évidence qu’en réalité, cette tarification n’était pas progressive car le poids des charges fixes pèse très lourdement sur les ménages qui consomment peu.

Dans cette note, j’examine une autre distorsion, spatiale, liée à cette tarification. Le Liban se caractérise en effet par des inégalités géographiques dans les dotations en courant. Beyrouth, la capitale, reçoit une dotation en courant nettement plus longue que les autres régions. En moyenne, elle ne subit que 3 à 4 h de coupures, les autres régions recevant moins de 15h, parfois moins. Cette distorsion n’est pas seulement de nature géographique mais aussi sociale : en effet les résidents de Beyrouth sont en moyenne d’un niveau socio-économique plus élevé. Plus riches, plus équipés, mieux dotés en électricité, ils consomment davantage. Or, étant donné la structure des tarifs, plus ils consomment, plus ils coûtent à l’EDL. Le raisonnement est connu et parfois mentionné. En revanche, à ma connaissance il n’a jamais été estimé précisément. Je propose ici d’essayer de caractériser cette distorsion. Continuer la lecture

Concevoir l’action publique dans le Grand Beyrouth du point de vue des services

Papier présenté lors du colloque de l’Ordre des ingénieurs de Beyrouth, “Greater Urban Areas: An Important Challenge for Lebanon” 31 janvier-1er février 2018 (je rajoute dans cette version web quelques images et liens. Il est prévu que ce texte paraisse dans la revue Al Mouhandess éditée par l’Ordre des ingénieurs de Beyrouth).

L’approche des politiques urbaines au Liban est largement dominée par la question d’une amélioration des mécanismes de la planification à même de remédier à l’étalement urbain, au mitage des espaces agricoles et naturels, tout en protégeant en même temps les espaces patrimoniaux contre la densification. Plus de cinquante ans de planification urbaine depuis Michel Ecochard n’y font rien : les outils proposés semblent largement inadéquats, les propositions ambitieuses des urbanistes ne reçoivent aucun soutien politique, ou se révèlent en retard par rapport à la réalité des « coups partis ». Rester prisonnier d’une vision et d’une culture professionnelle dérivée de l’architecture, centrée prioritairement sur la régulation de l’acte de bâtir, empêche peut-être d’identifier d’autres enjeux d’action publique et d’autres leviers d’action. Dans cette communication, je propose de renverser l’analyse et de porter le regard sur les infrastructures qui sont d’ailleurs au centre des attentions et des inquiétudes des citoyens, que ce soit les déchets depuis 2015, l’électricité toujours insuffisante, l’eau manquante tous les étés (sans parler de la pollution de la mer en raison des trop rares stations d’épuration) et aussi de l’absence de transport collectif. Je défends l’idée que pour comprendre ces problèmes qui mobilisent aujourd’hui les citoyens, une autre logique d’analyse est nécessaire. Elle comporte bien entendu des nécessités techniques et relève donc de savoirs très pointus. Mais les infrastructures sont des systèmes multicouches, incorporant des valeurs socio-politiques, des outils financiers, des modes de résolution des conflits, etc. En les considérant comme des instruments au cœur de l’action publique, impliquant des arbitrages pragmatiques, et non comme des systèmes techniques apolitiques, je mets en avant des dimensions que le débat urbanistique libanais occulte ou marginalise (relations entre acteurs publics et privés, financement). Continuer la lecture

Lancement du programme de recherche Hybridelec

Beyrouth, Achrafieh : ensemble de générateurs formant une véritable petite centrale électrique au cœur d’un quartier résidentiel de la capitale (mai 2017)

J’ai le plaisir d’annoncer le lancement d’Hybridelec, que je dirige avec l’appui de Sylvy Jaglin. Il s’agit d’une nouvelle recherche? financée par l’ANR (Défi 2 consacré à l’énergie). Elle est consacrée à l’hybridation des systèmes électriques dans les villes des pays en développement et émergents. Celles-ci connaissent de lourds problèmes de fourniture en électricité que les réponses conventionnelles telles que l’extension du réseau ne parviennent pas à résoudre. C’est pourquoi on assiste au développement de solutions alternatives, individuelles ou collectives, tels que des réseaux décentralisés et hybrides. Appliquant le concept d’hybridation aux études socio-techniques, la recherche propose d’étudier ces nouvelles configurations, qui restent mal connues, et leurs impacts sur le futur du système électrique. D’une durée de 4 ans, la recherche étudiera empiriquement ces systèmes (par enquête auprès des acteurs du marché et analyse des pratiques de régulation) et examinera leur impact sur les conceptions usuelles de la transition énergétique.

L’équipe regroupe des chercheurs du CERI-Sciences Po, du LATTS-Université de Marne-la-Vallée et de PRODIG-Université Paris I/CNRS/IRD. Les terrains seront situés en Afrique subsahariene (Mali, Nigérias, Tchad, Burkina-Faso, Tanzanie, Afrique du Sud, et peut d’autres), en Asie du Sud (Inde et Pakistan) et au Moyen Orient (Liban). Nous avons prévu de recruter prochainement un postdoc pour travailler en Inde et un doctorant pour travailler au Liban.

Un carnet accompagnera le développement de cette recherche, que je vous invite à consulter dès maintenant.

Pour les lecteurs de ce blog, précisons que cette recherche prolonge les recherches entreprises au Liban depuis plusieurs années sur la gestion de la pénurie électrique grâce notamment aux générateurs (voir en particulier ces références: Verdeil 2009, Gabillet 2010, Verdeil 2016). Elle s’inscrit par ailleurs dans le prolongement d’une collective précédente, coordonnée par Sylvy Jaglin, TERMOS (Trajectoires énergétiques des métropoles du Sud) dont des résultats détaillés ont été publiés dans la revue Flux en 2013 (voir l’introduction du dossier et une version en anglais).

Soutenance de thèse: Pierre Desvaux, L’arraisonnement des milieux urbains. Analyse des flux cataboliques au Caire (Égypte) et à Lyon (France)

Pierre Desvaux (publications via Hal), dont j’ai eu le plaisir d’encadrer la recherche doctorale avec Myriam Houssay-Holzschuch, soutiendra sa thèse le jeudi 14 décembre à Grenoble.

Résumé : Cette thèse propose une approche qualitative du métabolisme urbain à partir du cas des flux de déchets au Caire (Égypte) et à Lyon (France). Il s’agit de dépasser l’impossibilité présumée de la comparaison de cas d’études a priori très éloignés (selon un axe Nord/Sud) en proposant une grille de lecture centrée sur la multiplicité des infrastructures sociales et techniques permettant la circulation et la transformation de ces matières. Elle se penche plus particulièrement sur les flux dits cataboliques permettant de décrire l’ensemble des étapes de transformations et de circulation de la matière permettant la « mort sociale des objets » entendue comme une protection hygiénique et critique à l’égard de leur dangerosité. L’analyse du déploiement des flux cataboliques à travers les milieux urbains permet ainsi de mettre en avant les formes prises par le contrôle de ces flux. Cette formalisation est ici présentée comme un arraisonnement du milieu, pensé comme une mise en ordre des milieux par des pratiques hétérogènes de codage et de surcodage. Ces notions permettent d’identifier un modèle d’urbanisation occidental pensé comme une mise en ingénierie des milieux urbains (ingénierie mésologique). Cette grille de lecture se conçoit comme un « troisième terme » permettant de faire dialoguer des cas d’étude souvent considérés incommensurables en raison d’une approche tératologique des modèles de développement urbain du Sud. Cette approche est marquée par une volonté de justice épistémologique entrant dans le cadre de la refondation postcoloniale des études urbaines et par la volonté de participer au développement de ce que Souleymane Bachir Diagne nomme un « universalisme de traduction ». À partir de ce cadre théorique sont analysés le fonctionnement et les évolutions historiques et contemporaines des pratiques d’arraisonnement gouvernementales ou non des flux cataboliques au Caire et à Lyon dans le contexte du déploiement du métabolisme capitaliste contemporain.

Jury : 

Mme Sabine BARLES, Professeure des universités, Université Paris 1, Membre

M. Éric DENIS, Directeur de recherche, CNRS, Rapporteur

M. Romain GARCIER, Maître de conférences, ENS Lyon, Membre

Mme Myriam HOUSSAY-HOLZSCHUCH, Professeure des universités, Université Grenoble Alpes, Co-Directrice

Mme Jennifer ROBINSON, Professor, University College London, Rapportrice

M. Éric VERDEIL, Professeur des universités, SciencesPo Paris, Co-Directeur

Emerging countries, cities and energy. Questioning transitions

J’ai le plaisir de signaler la parution récente de ce chapitre : Sylvy Jaglin, Éric Verdeil. 2017, Emerging countries, cities and energy. Questioning transitions. in Stefan Bouzarovski; Martin J Pasqualetti; Vanesa Castán Broto (eds.). The Routledge Research Companion to Energy Geographies, Routledge, pp.106-120. Plus d’information en suivant ce lien.

Ci-dessous l’introduction. Pour les francophones, il s’agit d’une traduction, légèrement révisée, du texte d’introduction au dossier de la revue Flux (n°93-94, 2013) intitulé Energie et villes des pays émergents : des transitions en question (en libre accès) Continuer la lecture

La « ville-réseau » dans les villes du Sud

Dans le cadre du séminaire Circulation des références urbaines et assemblages locaux, je participerai à une séance autour la « ville-réseau » dans les villes du Sud. Elle aura lieu  le14 mars 2017. Lieu: Laboratoire PRODIG, salle de réunion du 3ème étage du centre Valette, 2 rue Valette, 75005 Paris.

Programme

– 9h 30 : introduction à la séance et tour de table

– 09h 45 : intervention de Jochen Monstadt, professeur, Chair for Governance of Urban Transitions and Dynamics, Department of Human Geography and Spatial Planning, Utrecht University :
«Translating the Networked City: Emerging Infrastructures in Nairobi and Dar es Salaam »

– 11h 00 – 12h 30 : discussion

– déjeuner

– 14h – 15h 15 : intervention d’Eric Verdeil, professeur, Sciences Po, Centre de Recherches Internationales
« A quest for energy security in Middle Eastern Cities: Experiments of rebundled loops and autonomous networks »

– 15h 15 – 16h 30 : discussion

De l’impuissance des citoyens libanais face aux crises des services publics – compléments et rebondissements

powerless-orient-xxiJ’ai le plaisir de signaler la parution de mon article De l’impuissance des citoyens libanais face au « système », à travers l’analyse critique du documentaire de Cynthia Choucair « Powerless », sur le site d’information Orient XXI (repris sur Jadaliyya Cities). En voici le « pitch ».

Le délabrement des services publics, du ramassage des ordures aux coupures d’électricité, a suscité de nombreuses mobilisations au Liban. Le documentaire Powerless de Cynthia Choucair en rend compte de manière intéressante, mais, par son apolitisme, le propos perd de sa force.

J’y renvoie directement les lecteurs intéressés, sans le reproduire ici. Toutefois, je tiens à signaler, en complément de cette analyse, un autre petit film de Cynthia Choucair, avec l’aide du très incisif journaliste d’Al Akhbar Mohamed Zbeed, tourné au moment des manifestations de l’été 2015 au moment de la crise des ordures. Elle y interroge des citoyens manifestants sous la forme de quizz humouristiques, en vue de leur faire deviner les intérêts financiers des hommes politiques libanais, et la collusion entre intérêts publics et privés. Beaucoup tombent des nues… et d’une manière générale se montrent très peu au courant, si j’ose dire, des actions publiques ou privées, et même de l’identité des hommes qui les gouvernent (et qui les lient dans l’obscurité, pour paraphraser le Seigneur des anneaux). C’est poser la question de la dépolitisation implicite de la question de la crise électrique, que je discute dans ses choix scénaristiques pour ce scénario, sous un autre angle.

Questions that puzzled the Lebanesehttps://www.facebook.com/road2films/videos/971089022934597/

Pour conclure, signalons le dernier rebondissement de la crise des déchets, à savoir le fait que l’amoncellement des déchets non triés et non traités dans la décharge de Costa Brava à proximité immédiate de la piste maritime de l’aéroport de  Beyrouth attire de nombreux oiseaux qui font craindre un remake de l’accident de l’avion newyorkais contraint d’amerrir sur l’Hudson. Après avoir installé des avertisseurs sonores imitant des cris de rapaces, il semblerait selon Habib Battah (The Beirut Report) que le gouvernement ait décidé un abatage massif des oiseaux.

Les crises infrastructurelles à Beyrouth au prisme de l’écologie politique urbaine

La reprise du remblayage de la mer par les décharges à Borj Hammoud (ici ou à Costa Brava). Image Mohammad Azakir/The Daily Star. Repris sur Beirut Syndrome: http://www.beirutsyndrome.com/articles/burj-hammoud-stinks/

La reprise du remblayage de la mer par les décharges à Borj Hammoud (ici ou à Costa Brava). Image Mohammad Azakir/The Daily Star. Repris sur Beirut Syndrome: http://www.beirutsyndrome.com/articles/burj-hammoud-stinks/

Je présenterai mes recherches en cours sur les coupures d’électricité et la crise des déchets à Beyrouth. Ce sera le 14 décembre à 17h dans le cadre du séminaire Cities are back in town de l’école urbaine de Sciences Po, qui est ma nouvelle affectation professionnelle depuis le 1er septembre dernier. L’accès est libre mais il faut obligatoirement s’inscrire.

Cette présentation est basée sur un suivi depuis une dizaine d’années de la crise libanaise de l’électricité, et une observation à distance de la récente crise des déchets dans la région de Beyrouth. A partir de ces deux cas, je propose un cadre d’analyse des crises infrastructurelles urbaines, prenant en considération les interrelations entre la reconfiguration socio-technique des circuits d’infrastructure et la recomposition des pouvoirs à l’échelle des villes dans des contextes marqués par l’érosion et la mise en cause de la domination étatique et par le très fort dynamisme de la production urbaine.

Pour avoir un avant gout de ce que je vais présenter, on peut se reporter à mes publications les plus récentes, notamment ce chapitre en anglais. Par ailleurs, avec un point de vue théorique très différent (dans le cadre des travaux de la chaire ville dirigée par Dominique Lorrain sur le gouvernement des villes méditerranéennes), j’ai exploré la question des services urbains et de leur crise dans un papier préliminaire. Un chapitre d’ouvrage plus fouillé et détaillé est en préparation.

Luttes urbaines autour de l’électricité à Beyrouth

J’ai le plaisir de signaler la parution du livre Energy, Power and Protest on the Urban Grid. Geographies of the Electric City, dirigé par Andres Luque Ayala et Jonathan Silver, chez Routledge. On trouvera l’introduction et la table des matières en ligne sur Academia et voici la quatrième de couverture:

Providing a global overview of experiments around the transformation of cities’ electricity networks and the social struggles associated with this change, this book explores the centrality of electricity infrastructures in the urban configuration of social control, segregation, integration, resource access and poverty alleviation. Through multiple accounts from a range of global cities, this edited collection establishes an agenda that recognises the uneven, and often historical, geographies of urban electricity networks, prompting attempts to re-wire the infrastructure configurations of cities and predicating protest and resistance from residents and social movements alike. Through a robust theoretical engagement with established work around the politics of urban infrastructures, the book frames the transformation of electricity systems in the context of power and resistance across urban life, drawing links between environmental and social forms of sustainability. Such an agenda can provide both insight and inspiration in seeking to build fairer and more sustainable urban futures that bring electricity infrastructures to the fore of academic and policy attention.

Je publie dans ce livre un chapitre intitulé: Beirut, metropolis of darkness and the politics of urban electricity grids. En voici les premiers paragraphes à titre de résumé. Le fichier pour être lu sur ResearchGate, Academia ou Hal (en attente). Continuer la lecture