Archives de catégorie : ressources en ligne

Une page Cities sur Jadaliyya

city_scape_banner_1

Depuis trois ans, Jadaliyya s’est imposé comme un site de référence sur l’actualité du monde arabe (et de sa marge turque). Mêlant journalisme d’investigation, textes de diffusion de travaux scientifiques, prises de position politiques et sociales, il émane des interactions d’un collectif divers largement composé de personnes originaires de la région ou y vivant. Au départ écrit en anglais et arabe, il s’ouvre aujourd’hui à d’autres langues, notamment le turc et le français.
Je suis heureux d’annoncer le lancement, ce 30 septembre, d’une page Cities, animée par une équipe éditoriale qui se compose de Mona Harb (rédactrice en chef), Hiba Bou Akar, Farah Nakib,Farha Ghannam, Ozan Karaman et moi-même. Voici les objectifs de la page. Continuer la lecture

De la troisième vie d’un livre

Le projet OpenbookEdition, auquel se sont associées les Presses de l’IFPO, offre une troisième vie à un ouvrage paru tout d’abord à Erlangen, en 1969 : Beirut, eine westlich geprägte Stadt des Orients, du géographe Helmut Ruppert (Erlanger Geographische Arbeiten, Heft 27, 1969). Ce livre avait été alors largement ignoré par ses potentiels lecteurs beyrouthins, langue allemande puis guerre civile obligent. J’ai contribué, avec Laurent Combes alors coopérant au CERMOC de Beyrouth, à sa deuxième vie, en le présentant lors du colloque Beyrouth, Grand Beyrouth, en 1996 (également en ligne grâce à OpenbookEdition!), puis en le traduisant et le préfaçant : Helmut Ruppert : Beyrouth, une ville d’orient marquée par l’Occident, Cahiers du CERMOC, n°21, Beyrouth, 1999, 169 p. Je suis heureux d’indiquer le lien où l’on pourra constater et profiter de sa troisième vie, qui s’apparente à une promesse d’éternité (pour un livre qui n’était peut être pas éternel, après tout…) !

Voilà le début de la présentation, en 1999 :

L’ouvrage Beyrouth, une ville d’Orient marquée par l’Occident, de Helmut Ruppert, est singulier à plus d’un titre. Il s’agit de la thèse de doctorat de l’auteur, soutenue en 1968 et publiée par la société franconienne de géographie à Erlangen en 1969. Une branche de la géographie allemande, autour de Eugen Wirth, était alors très active au Moyen-Orient et plusieurs travaux portèrent sur les villes de la région, dont celui de Klaus Dettman sur Damas, auquel il est fait allusion dans le texte traduit ici. Cet intérêt de la géographie allemande pour la région s’est d’ailleurs longtemps poursuivi, comme en témoignent les travaux monumentaux de l’atlas du Moyen-Orient menés à Tübingen ou, plus récemment, le travail de Eugen Wirth et Horst Kopp sur Sanaa1. Dans cet ensemble, la singularité d’Helmut Ruppert est double. Tout d’abord, une fois son ouvrage sur Beyrouth achevé, Helmut Ruppert, qui occupe aujourd’hui de hautes fonctions à l’université de Bayreuth en Allemagne, n’a plus rien écrit sur le Liban, tout en poursuivant une activité scientifique sur certains pays du Moyen-Orient. Or son livre, et c’est la seconde singularité, était en 1969 une des premières tentatives d’étude géographique globale de la ville de Beyrouth, après l’ouvrage pionnier de Chehab ed-Dine écrit en 1953 et remanié pour la publication en 1960. Toutefois, sa rédaction en allemand a eu pour effet d’empêcher sa reconnaissance. Il en existe certes une traduction en arabe, grâce au travail d’un étudiant de l’université libanaise2. Travail qui n’a jamais été publié et qui est au demeurant incomplet, car l’illustration cartographique du livre, qui en constitue pourtant une des richesses, n’a pas été reproduite. A quelques exceptions près, Beyrouth, une ville d’Orient marquée par l’Occident a donc été largement ignoré par la suite et n’est que rarement cité dans la littérature scientifique.

Mon seul regret, c’est qu’il était accompagné d’une superbe carte d’au moins un mètre de large, en couleur, recensant un par un les commerces et établissements de la ville de Beyrouth et, hélas, la numérisation de cette carte a été omise lors de cette mise en ligne!

Parution : Villes arabes, villes durables ?

J’ai le plaisir d’annoncer la parution longuement attendue du dossier Ville arabes, villes durables ? Enjeux, circulations et mise à l’épreuve de nouvelles politiques urbaines , à la suite d’un programme de recherche AUF lancé et piloté par Pierre-Arnaud Barthel qui m’a fait l’amitié de me demander de coordonner avec lui son édition scientifique élargie suite à un appel à contribution dans la revue canadienne Environnement Urbain / Urban Environment.

En voici le sommaire, et en dessous le début du liminaire, dont la suite est disponible en libre accès. Continuer la lecture

La publication SHS au regard de la publication en sciences dures : spécificité, standardisation et promesses d’avenir

Voici quelques réflexions à l’issue de la journée La publication scientifique pendant et après la thèse : Regards croisés entre SHS et STM qui s’est tenue le 19 octobre à l’URFIST de Lyon, destinés surtout aux doctorants et jeunes docteurs, dont un compte rendu devrait être très bientôt disponible. On jouait à guichet fermé même si en fait de quelques places sont restées vides : un gros tiers de SHS, et deux petits tiers répartis équitablement entre sciences médicales et sciences dures.

Project NECOBELAC – Scientific writing (CC-BY-NC-SA)

Continuer la lecture

La publication scientifique pendant et après la thèse : Regards croisés entre SHS et STM

Je participerai le 19 octobre à l’URFIST de Villeurbanne à cette conférence dont voici la présentation:

Cette journée, organisée par l’URFIST de Lyon, en partenariat avec le CCSD et le laboratoire ELICO, vise à présenter aux jeunes chercheurs – doctorants, docteurs et jeunes recrues de l’enseignement et de la recherche – l’arrière scène de la publication scientifique, à laquelle ils ne sont pas associés et dont ils ignorent souvent les principes et les fondements. Les retours d’expériences des acteurs mobilisés (Rédacteur en chef d’une revue, évaluateur, membre d’une commission du CNU,…) au plus près du processus de la publication scientifique permettront de dresser un état des lieux du processus éditorial.

Le but de la journée est également de faire prendre conscience aux jeunes chercheurs de leurs erreurs les plus récurrentes, identifiées à leur manque d’expérience. Les intervenants insisteront sur les « pièges » à éviter, les « bonnes pratiques » à retenir, et les caractéristiques d’un « bon manuscrit » susceptible d’être évalué en « priorité » dans l’afflux des soumissions à publication. Ceci dans le respect des droits d’auteur et des règles éthiques de la publication scientifique.

Dans le même temps, l’objectif de la journée est de sensibiliser les jeunes chercheurs à l’évolution des pratiques de recherches, de publication et par là même d’évaluation des résultats de la science, en lien avec le contexte numérique. La question de la gestion des données de la recherche, de ses documents, de leur circulation, de leur partage, voire de leur dépôt dans des archives ouvertes seront abordés pour illustrer le glissement qui s’opère autour de la notion de publication.

Plus d’information et inscription obligatoire en ligne : http://publ-sci.sciencesconf.org/. Programme détaillé

Je synthétiserai des éléments de mon enseignement méthodologique pour l’école doctorale de Lyon Publications scientifiques en sciences humaines et sociales à l’ère du numérique : enjeux pour les chercheurs dont un compte rendu est lisible ici (les inscriptions doivent d’ailleurs reprendre prochainement).

Signs of conflicts: posters de guerre en ligne

Après avoir été une exposition montrée à Beyrouth, puis un livre, Off the Wall devient une exposition online, sous licence CC. A l’initiative de l’universitaire, designer et activiste Zeina Maasri, ce projet consiste dans l’analyse tant historique, idéologique qu’iconographique d’un ensemble d’affiches de guerre publiées par les milices libanaises durant la période 1975-1990 et rassemblées à la bibliothèque de l’AUB. La version online reprend ces classifications et propose des modes de visualisation adaptés, comme une frise chronologique pour chaque milice impliquée, ou une entrée par thème : appartenance, commémoration, leadership, martyrs, qui met en évidence les similitudes entre les modes d’expression et les styles graphiques de cette communication milicienne.

L’exposition en ligne s’enrichit d’une rubrique actualité, autour des pérégrinations de ce matériau exceptionnel, ainsi que d’une série de textes sur la thématique de l’iconographie des conflits dans d’autres contextes contemporains, notamment avec les révolutions arabes.

(via @mona_harb)

L’Atlas du Liban, territoires et société, vient d’être traduit en arabe

C’est avec un très grand plaisir que j’annonce la parution de cette traduction. Certes, il n’a pas été possible d’entreprendre une mise à jour de ce travail mais sa diffusion en direction du public arabophone, même un peu tardive, est néanmoins une très bonne nouvelle car un atlas de ce type n’existe pas dans cette langue. Continuer la lecture

L’Equipex du CLEO et les perspectives de l’édition numérique : un regard lyonnais

Un Equipex contre la fracture du territoire universitaire

Petit rebond sur l’annonce de l’Equipex attribué au CLEO et à ses partenaires. En tant que partenaire et utilisateur (auteur et surtout lecteur des contenus diffusés par le CLEO), je m’associe à leur joie et à leur satisfaction. Dans le contexte de l’évolution brutale et souvent contre-productive pour la collectivité universitaire que représentent les IDEX et LABEX et je suppose aussi, EQUIPEX (même si je ne connais pas d’autres cas), dont les coups de gueule de JFM ou d’Irnerius rendent bien compte, il faut saluer un projet qui me paraît aller à contre-courant. Continuer la lecture

Comment je blogue

A l’invitation de Emmanuelle Morlock pour l’ISH, Bénédicte Kuntziger pour MOM, les deux MSH lyonnaises, ainsi que de Claire Denecker pour l’Urfist de Lyon et Pierre Mounier pour le Cléo, j’ai participé à la table-ronde « Comment bloguent-ils? » avec différents représentants de la secte (?) des carnetiers en sciences sociales, comme Frédérique Giraut (Socio-Voce), Françoise Acquier (Le Cresson Veille) et Pierre Mercklé (Agora, Quanti, et son blog perso). Françoise Acquier en a fait un compte rendu synthétique. J’en profite pour joindre les quelques diapositives de ma présentation et pour en approfondir quelques points. Continuer la lecture

L’urbanisation au Liban selon Géopolis : incertitudes démographiques mais vertus d’une diffusion des données scientifiques en ligne

Dans ce nouveau billet (et dernier – voir le premier et le deuxième), j’aborde les estimations démographiques concernant les villes libanaises dans la base MENAPOLIS/e-geopolis. Dans le tableau de bord explicitant leurs choix méthodologiques, les auteurs soulignent l’extrême incertitude entourant les données démographiques au Liban, dont j’ai rappelé certaines dans le billet introductif de cette série. On ne peut qu’être d’accord avec eux. Pour autant, à l’examen des données globales comme de la liste des agglomérations qu’ils proposent, plusieurs incohérences apparaissent. Les choix des sources démographiques pour les années 1960-1970 semblent hasardeux et donnent des résultats problématiques. Certaines incohérences relèvent manifestement d’erreurs d’interprétation des définitions et pratiques de l’administration libanaise, notamment concernant le comptage des Palestiniens. D’autres incohérences apparaissent dans les évolutions attribuées aux grandes agglomérations dont l’origine est plus complexe. Je reviendrai pour finir en conclusion sur les limites et les leçons qui peuvent être tirées de cette tentative à l’épreuve d’un cas extrême, en me demandant en quoi cela fragilise ou renforce l’ambition sous-jacente au projet Géopolis. Continuer la lecture