Archives de catégorie : recension bibliographique

Dette de lecture 2 : Le journal du Père Lebret au Liban

malsagne book coverLe journal du Père Lebret au Liban et au Moyen-Orient (1959-1964), publié par Stéphane Malsagne sous le titre de Chronique de la construction d’un Etat, et qu’il m’a amicalement adressé, est une autre dette de lecture de l’année qui vient de passer. Le Père Lebret, dominicain, engagé en faveur du développement du Tiers Monde, fondateur à cette fin de l’IRFED (Institut de recherche et de formation en vue du développement), et par ailleurs l’un des acteurs majeurs du Concile, a joué un rôle majeur dans l’histoire du Liban et la présidence de Fouad Chéhab. Ce journal en livre les dessous. A vrai dire, sa lecture seule peut être malaisée pour à qui ne connait pas un minimum la chronologie de la période et les grands traits de l’œuvre réformatrice menée par Fouad Chéhab. Evidemment, je ne saurai trop recommander de lire en parallèle la biographie de Fouad Chéhab publiée par ailleurs par S. Malsagne, notamment alimentée, pour la période présidentielle, par la lecture de ce journal et des autres sources de l’IRFED. Mes réflexions suivantes s’appuient de ces deux documents.

Lebret dans ses cercles

Ce journal est véritablement une source exceptionnelle pour comprendre cette période. L’appareil éditorial fourni par S. Malsagne, notamment l’excellente introduction (une présentation raccourcie en a été publiée sur Jadaliyya récemment), les de notes et les index, sans parler des documents cartographiques d’origine1 ou de synthèse, tout cela constitue une fort utile et commode boussole pour se repérer dans cet ensemble hétéroclite, de notations très diverses, parfois d’ordre télégraphique, à d’autres moments d’une rédaction plus aboutie et plus surplombante. De surcroit, le statut du journal est complexe puisque destiné à être reproduit partiellement pour ses collaborateurs, il est voué à la communication et n’est pas un espace d’épanchement.

Carte touristique du Liban sur laquelle sont reportées les itinéraires des visites de terrain du Père Lebret (source : CD Rom accompagnant le le livre (c) Geuthner)

Carte touristique du Liban sur laquelle sont reportés les itinéraires des visites de terrain du Père Lebret (source : CD Rom accompagnant le le livre (c) Geuthner)

La personnalité du Père Lebret s’y dévoile néanmoins: passionné par le Liban et par l’œuvre de développement entreprise, il consacre beaucoup de temps au travail administratif et politique visant à faire valider sa vision et à créer les conditions de sa mise en œuvre. Homme âgé et fatigué, souvent malade, il brûle son énergie et sa santé dans des tâches qui lui inspirent beaucoup de frustration et d’amertume. Le Père est aussi un religieux, qui porte sur la société libanaise et les personnes rencontrées un regard constamment marqué par ses catégories spirituelles et religieuses. Son engagement auprès du concile n’apparaît cependant qu’en pointillé ; du moins le journal libanais ne permet-il pas de s’en faire une idée très construite, peut être par un effet de sélection des extraits.

Sur un autre plan, il est frappant d’observer combien le Liban de cette époque est encore étroitement uni avec la France, du moins une certaine société libanaise que fréquente Lebret. Les cercles d’expatriés sont très nombreux et semblent instaurer une certaine distance avec le reste de la population.

Le journal est un révélateur très éclairant de la proximité entre Chéhab et Lebret et de la manière dont le président s’appuie fortement sur ce dernier pour mener ses réformes. En revanche, il n’est pas très explicite sur les profondes oppositions politiques qu’a suscité ces réformes et cette politique chéhabiste. Si certains adversaires sont parfois nommés, et des confrontations, plutôt détendues d’ailleurs, rapportées (par exemple avec Pierre Eddé), cette adversité passe surtout par la presse et des jeux politiques qui sont lointains et n’est pas analysées avec précision.

Les relations avec les collaborateurs libanais de l’IRFED

Ayant, dans mon livre Beyrouth et ses urbanistes: une ville en plans, largement étudié les réalisations chéhabistes concernant l’urbanisme et l’aménagement du territoire, c’est avec délectation que j’ai utilisé cet ouvrage pour vérifier certaines conjectures élaborées sur la base de mes propres sources. A mon avis, c’est là une des grandes utilités du document livré par S. Malsagne. On peut relever plusieurs points.

Le premier concerne le rapport entre le groupe de l’IRFED, Lebret et ses équipiers, et le groupe des collaborateurs libanais, souvent eux-mêmes favorables aux réformes mais en désaccord voire en conflit avec les mesures prônées dans le détail. Par rapport à ma lecture (voir notamment ce chapitre), le journal de Lebret permet de restituer des nuances dans l’évolution des positions. S. Malsagne a bien en évidence dans ses travaux et repris dans la biographie de Chéhab, l’émergence d’une technocratie d’ingénieurs et de bureaucrates chéhabistes, qui vont d’ailleurs durablement structurer l’administration libanaise et contribuer à la persistance de pratiques et d’intentions réformistes et volontaristes dans un environnement politique devenu contraire après 1965-67. Mais à côté de cette catégorie, j’ai souligné qu’un certain nombre de techniciens et d’experts libanais avaient critiqué l’IRFED. On retrouve ces oppositions dans le journal, par exemple les cas de Joseph Naggear ou Henri Eddé. Toutefois, on constate aussi l’adoucissement de ces oppositions au fil du temps. Naggear semble plus ouvert et facilite le travail de la mission en 1964, quand il est devenu ministre, alors que plusieurs désaccords sont mentionnées en 1960-61-62. Un des enjeux concernait finalement la reconnaissance des idées et des premières tentatives de l’élite libanaise, dans les années 1950-58, notamment l’élaboration d’une première mouture du plan, et leur inclusion dans la poursuite des travaux.

C’est sans doute ainsi qu’il faut comprendre les rapports complexes avec des personnalités considérées comme proche de la mission IRFED, comme les économistes Pierre Ganagé ou Mohammed Atallah, qui entrent dans un rapport de concurrence avec les experts français, tout en cherchant en même temps des bénéfices économiques de leur collaboration.  Lebret livre ici une étonnante anecdote, à travers une conversation qu’il a avec Gannagé, où ce dernier cherche à évincer son collègue Attalah de la présidence ou de direction de la Commission de la planification – alors qu’en fait, il veut le poste pour lui (20 octobre 1963, p.296). Mais rien ne permet d’y lire une dimension politique au-delà de la concurrence individuelle. S. Malsagne indique que le journal révèle les difficultés de construction de l’Etat mais au fond, en le lisant, on voit peu le clientélisme ou le communautarisme dont il dénonce par ailleurs la persistance, en tout cas pas à travers des faits aussi concrets que dans cette anecdote.

Par ailleurs, Corm, dans la préface à la biographie de Chéhab, se plaint des difficultés d’accès des collaborateurs libanais au Père Lebret et suggère en fait une certaine coupure, voire un certain aveuglement, face à certaines réalités. C’est à mon sens un point qu’il serait nécessaire d’explorer davantage.

L’IRFED Liban, monstre administratif?

Un deuxième point que le journal permet de documenter, et qui correspond à l’une des difficultés majeures qu’a rencontré l’IRFED, paradoxalement peu soulignée par Malsagne, tient aux hésitations sur son statut administratif, et aux inconvénients de la solution choisie.

L’itinéraire de Mohammed Atallah peut illustrer ce point. Cet économiste en poste à l’AUB était pressenti pour diriger la direction de la planification en préfiguration, ce qui finalement ne se fit pas. Il me semble que dans la biographie de Chéhab, S. Malsagne ne souligne pas assez son importance et notamment omet le fait qu’il deviendra le premier président du CDR, en 1977, après sa création par le Président du Conseil Sélim Hoss. Cela met en évidence la continuité entre l’IRFED et cette institution toujours centrale aujourd’hui. Mais en fait, cette continuité n’en est pas totalement une, notamment sur le plan de la structure administrative, puisque la création du CDR constitue une liquidation du ministère du Plan tel que conçu et construit par Lebret et son équipe. En effet,  après la première étude, en 1959-60, qui avait dégagé la diagnostic de la situation socio-économique du Liban, Chéhab confie à Lebret une deuxième mission consistant à élaborer un plan des investissements publics. En pratique, cette deuxième mission, composée d’experts français, libanais et d’autres nationalités, constitue la colonne vertébrale du ministère du Plan, qui existait déjà mais sans administration propre. Le journal montre que le Père Lebret a par moment rêvé d’une autre structure, plus proche d’une administration de mission, sur le modèle du Commissariat au Plan, ce que fut la DATAR fondée d’ailleurs en 1963 en France, et ce que  fut plus ou moins le CDR fondé en 1977.

En effet le journal montre que cette organisation et cette intégration dans l’administration libanaise fut loin d’être aisée : du recrutement du personnel aux règles d’engagement des crédits, sans parler même du problème des locaux, tout est en permanence objet de négociations, de réunions avec les directeurs généraux, les ministres, etc. Une énergie considérable fut perdue ici. Du reste, le journal montre aussi que vers la fin de la mission, le Père Lebret réalise la nécessité d’une transition vers les experts libanais, transition qui n’est pas aisée car tous les instruments sont dans les mains et dans la tête des experts français, ce qui explique aussi en bonne partie l’animosité ou du moins les frictions avec les potentiels relais libanais. De ce point de vue, l’héritage de l’IRFED est sans doute plus problématique que bénéfique, et cela a pu expliquer, outre les oppositions politiques et le retour des “fromagistes”, l’abandon d’une partie du projet chéhabistes. En ce sens, la mission IRFED fut bien une sorte de “monstre administratif”, un point que Georges Corm avait bien mis en avant au sujet de l’administration régionale dans son ouvrage de 1964, écrit après avoir travaillé deux ans dans l’équipe de l’IRFED. Curieusement, que ce soit dans les entretiens qu’il m’a accordé lors de ma recherche ou dans sa préface à la biographie de Malsagne, Corm modère les critiques contenues dans son ouvrage sur ces aspects administratifs (voir dans mon livre). Lebret lui-même semble n’y voir que des “réserves d’usage” (1er novembre 1964, p. 345).

Les politiques du développement au Moyen Orient

Un troisième aspect très intéressant du journal concerne les missions du Père Lebret en Jordanie, en Syrie et au Koweit où il cherche à comprendre l’économie et les politiques de développement des autres pays de la région, et les liens qui pourraient se nouer entre eux et le Liban. Par exemple, il indique tous les avantages qui pourraient naître d’une bonne articulation commerciale et financière entre le Koweit en plein boom et le Liban. Il se montre aussi très intéressé par l’expérience de développement jordanienne et notamment le Planning Board. Dans un commentaire du livre de Paul Kingston sur les politiques de développement en Jordanie et en Irak, j’avais fait un petit parallèle entre les deux expériences, et souligné aussi les différences. Les annotations de Lebret permettent d’identifier d’autres différences : par exemple, le Planning Board jordanien est une institution à la fois plus flexible et réactive, plus ouverte aussi, que le monstre administratif créé au sein  du ministère du Plan libanais, et Lebret fait part de son approbation pour cette formule, et semble regretter la voie choisie / imposée au Liban. Je renvoie à cette note sans développer plus avant ce point, mais il y a là aussi des matériaux utiles pour entreprendre une histoire comparée des politiques de développement dans la région.

Pour conclure

Pour finir, la lecture du journal m’a laissé sur ma faim sur un dernier point: les rapports entre Michel Ecochard et Lebret, qui semblent avoir réellement été ténus. Et si les questions d’urbanisme préoccupent beaucoup Lebret, son interlocuteur principal paraît surtout avoir été André Bricet, un expert des Nations Unies détaché auprès de la direction générale de l’urbanisme en 1964, et rarement Ecochard, mentionné seulement en 1960 et 1961. Par contraste avec le désordre beyrouthin, il faut citer l’admiration – ou simplement l’ébahissement – de Lebret pour Koweit City, une ville si moderne, aux rues si larges, bordées de tant de magasins si pleins de richesse. La fascination pour le Golfe, contrepoint de la frustration face aux impasses libanaises : un motif devenu récurrent dans l’histoire économique et urbaine du Liban?

Notes _____________________
  1. luxe rare dans l’édition aujourd’hui, un CD ROm accompagne le Journal, où sont reproduites des cartes d’époque au 1/50 000 []

Dette de lecture : Marges urbaines et néolibéralisme en Méditerranée

En ces derniers instants de suspension temporelle avant la reprise du manège et de son rythme endiablé, je voudrais profiter d’un peu de loisir pour reconnaître quelques dettes intellectuelles et plaisirs de lecture de l’année passée, durant laquelle la tenue de ce carnet de recherche aura été singulièrement moins régulière.

La première de ces lectures est celle de l’ouvrage Marges urbaines et néolibéralisme en Méditerranée, que m’ont amicalement adressé ses auteurs-coordinateurs Nora Semmoud, Bénédicte Florin, Olivier Legros et Florence Troin. Ce livre témoigne du dynamisme retrouvé de l’équipe des géographes et spécialistes des études urbaines de Tours, avec leur focalisation privilégiée sur le Monde arabe. Avec cet ouvrage et les Cahiers d’EMAM, publiés depuis 2009, ils redonnent vigueur à l’héritage de l’équipe d’URBAMA, carrefour d’idées et de recherche entre la France et le Maghreb et plus largement le monde arabe depuis les années 1980. Avec ces publications collectives, il me semble aussi qu’ils renouent avec ce qui avait fait la force de ce laboratoire, c’est-à-dire la construction d’un espace de dialoque et d’échanges entre les deux rives, dans un véritable esprit d’équipe, dont la construction du collectif constitue un véritable projet soutenu dans la durée – ambition qui doit être saluée dans un contexte où les pressions managérialo-universitaires ont plus souvent pour effet, au nom d’improbables convergences et exigences de visibilité, de brouiller l’identité intellectuelle des collectifs de recherche.

Les travaux publiés, désormais en ligne comme une partie de l’héritage des publications d’URBAMA, donne visibilité à l’équipe Monde arabe Méditerranée (EMAM), tout en montrant ses ouvertures et volonté de dialogue par delà la aire culturelle arabe. La présente publication en porte témoignage, s’ouvrant à un ensemble de chercheurs méditerranéens (espagnols et italiens en particulier), du nord comme du sud, de l’est et de l’ouest. De surcroit, par le jeu des références à l’Amérique latine ou à l’Afrique, par la préface accordée par Philippe Gervais Lambony, et par la mise en dialogue avec un certain nombre d’auteurs majeurs de la géographie et des études urbaines anglophones, ce travail fait œuvre d’un désenclavement intellectuel véritablement salutaire qu’il faut saluer et dont il faut espérer la poursuite et l’élargissement.

Ces quelques lignes n’ont pas l’ambition d’être une véritable recension car, je l’avoue piteusement, je n’ai pas lu l’ensemble  des textes proposés. Mais j’ai d’autant plus à coeur de les écrire que les auteurs me font l’honneur et l’amitié de citer quelques-uns de mes écrits et de m’associer ainsi à leur réflexion. Je retiens ainsi plusieurs éléments de ma lecture partielle.

Le premier est le plaisir de trouver, dans l’introduction du volume par Bénédicte Florin et Nora Semmoud, une sorte d’inventaire des principaux travaux d’URBAMA, où donc l’héritage de cet équipe est présenté à travers une récapitulation de ces principaux objets, définis au départ comme des espaces et progressivement conceptualisés de manière transversale, grâce à la construction comme objets scientifiques des notions de politiques urbaines, d’acteurs, et de citadinité. Sur la base de cette relecture, les auteures identifient la la spécificité du moment présent et de leur posture de recherche dans l’articulation de deux dimensions : une intensification du capitalisme mondialisé ou, pour le dire autrement, néolibéral ; et l’évidence des capacités de résistance des habitants et des dominés, que symbolisent les soulèvements populaires de l’année 2011 (mais qui existaient antérieurement et se poursuivent, quoique peut être sous d’autres formes et moins spectaculairement – quant à parler de succès…). Les études présentés peuvent alors être lues à partir de trois axes. Tout d’abord, les transformations urbaines se singularisent avec les grands projets qui introduisent des logiques d’action, déjà abondamment décrites; deuxièmement, ces nouvelles politiques urbaines produisent un ensemble d’effets socio-spatiaux caractérisés par l’accroissement des écarts et des contradictions; troisièmement, les habitants font montre de capacités d’ajustement et de résistance, qui constituent de nouveaux objets pour la recherche.

Les réflexions conclusives d’Olivier Legros constituent un autre passage stimulant de cet ouvrage. Prenant le contrepied d’un certain grégarisme académique qui consisterait à accepter sans précaution les thèses et les idées des tenants de la géographie critique ou radicale (et je ne rentre pas ici dans les détails de ces distinctions : voir plutôt le beau travail mené par M. Morange et Y. Calbérac dans les Carnets de géographes), Olivier Legros questionne la nouveauté des pratiques qu’on regroupe derrière le paradigme du néolibéralisme ainsi que des formes de résistance qu’il suscite. Il évoque aussi les limites de la diffusion de ce modèle d’action dont certains pays restent relativement préservés, et les différences entre Nord et Sud de la Méditerranée. En outre, il rappelle le rôle central de l’Etat dans la mise en œuvre des politiques usuellement regroupées sous ce nom. Enfin, il souligne les incertitudes et les inflexions actuelles qu’on peut observer qui pourraient conduire à penser que le néolibéralisme est aujourd’hui moins flambant qu’on ne pourrait croire, et qu’il serait même en berne. Il appelle donc à un examen minutieux, circonstancié et critique de ces notions, posture où nombre de géographes de tradition francophone se retrouveront, quand bien même le risque pour eux, à trop décortiquer cet outillage conceptuel pour en éprouver la solidité, serait de rater la/les prochaine(s) vague(s) paradigmatique(s) propulsée(s) par la machine académique anglo-américaine et de son moteur à fabriquer frénétiquement de la distinction individuelle…

Il me reste, au terme de ces quelques réflexions, à exprimer l’ombre d’un doute concernant l’intérêt de la notion de marge urbaine telle qu’elle est, ici en particulier, proposée. Refusant une définition spatiale de la marge par une position spécifique dans l’espace urbain (la périphérie), tout autant qu’une définition sociale (par la pauvreté), les auteurs utilisent le sociologue Robert Castel dont la définition de la marginalité revient à insister sur des processus de marginalisation, liés à l’organisation du travail et au système des valeurs dominantes. La dimension de stigmatisation est ainsi mise en avant. La notion de marge est donc avant tout relationnelle, et éminemment contextuelle. Mais, de ce point, un collectif socio-spatial n’est il pas toujours susceptible de devenir la marge d’un autre? Il me semble que la notion perd en spécificité et en intérêt ce qu’elle gagne en flexibilité. Au fond, ce dont traitent les auteurs, c’est bien plutôt de la ville et des sociétés urbaines dans leur ensemble confrontées aux dynamiques spatiales du capitalisme. La notion de marge introduit alors une focalisation ou une réduction de périmètre qui ne paraît guère justifiée. Débat à poursuivre ?

Ma lecture de l’Atlas des Etats du Golfe

J’ai le plaisir de signaler la parution sur Jadaliyya Cities de mon compte rendu de Philippe Cadène and Brigitte Dumortier, Atlas of the Gulf States. Leiden: Brill, 2013. Cet ouvrage était paru en français en 2011, comme je l’avais alors signalé. Mon séjour d’enseignement à Abu Dhabi, en septembre, m’avait permis de me faire une petite idée de cette région. Cet ouvrage permet évidemment d’aller beaucoup plus loin. Dans ce compte rendu destiné à un public anglophone, j’explique certains des trucs de conception d’un tel atlas, si typiquement français. Sur un ouvrage concurrent, mais franchement mauvais, on lira aussi ce billet.

Mapping as a French Academic Tradition and its Critics

It seems that English-speaking geographers and urbanists publish many fewer atlases, and draw fewer maps, than their French and—at least until recently—German counterparts. In France, there has been a frenzy of publishing atlases of everything and everywhere since the 1990s. What was first, at the advent of digital cartography, limited to academia, soon became a larger movement covering many topics and countries or regions of the world. The academic tradition of regional geography contributed to the launching of scientific books illustrated by various digitally processed cartograms and other varied infographics. The series “Dynamiques du territoire,” which geographer Roger Brunet launched in the 1990s, was pioneering in this perspective, with more than twenty-five books. But soon, other publishers followed a similar path, which soon transformed into an editorial highway. This is particularly the case with the publisher Autrement, which has also translated and/or adapted historical atlases initially written in English. With less than a hundred pages, these books, intended for the general public, have transformed the genre, pushing colored and attractive images and illustrations at the expense of text, limited to short notes. They offer interesting introductions to many subjects and areas, particularly those associated with current geopolitical issues such as Atlas de l’Islam dans le monde or Atlas mondial de l’eau.

Using a more demanding approach, the team of Le Monde Diplomatique and its famous cartographer, Phillippe Rekacewicz, have introduced a series of critical atlases, dealing with globalization, global conflicts, and environmental issues. In so doing, they are subverting the usual canons of mapping, often viewed by its critics as a tool in the hands of (military) powers, rather than an instrument of revolt and awareness. The former is probably the reason that, since the cultural and post-colonial turn of the 1990s, English-speaking academics seem to be wary of such intellectual products, seeing them as instruments of domination that utilize oversimplified—if not altogether flawed—categories intended to impose facts on the ground that in reality do not exist. Indeed, most governmental statistical data contribute to the legitimation of borders that often continue to be irrelevant.

Lire la suite

La Planète des Z’u. Des univers s’y terrent. Compte rendu de Franck Mermier

livre troinJ’ai le plaisir d’accueillir ce compte rendu de Franck Mermier sur le roman de Jean-François Troin, La Planète des Z’u. Des univers s’y terrent, Saint-Jean des Mauvrets, Editions du Petit Pavé, 2014, 278 pages, ISBN : 978-2-84712-398-2, 25 euros.

Profession universitaire, ou enseignant-chercheur, soit l’habitant de la Planète des Z’u habitée par de drôles d’énergumènes. L’auteur, qui fut professeur de géographie à l’université de Tours, est connu pour ses travaux sur le Maroc avec, notamment, sa thèse d’Etat monumentale sur les souks ruraux du Maroc. Cette qualité d’enquêteur de terrain, Jean-François Troin l’a exercée sur les habitants de sa planète. A la lecture de ce roman, le « petit monde » de David Lodge vient certes à l’esprit si ce n’est que, dans le livre de Jean-François Troin, le protagoniste principal promène son regard d’entomologiste dans ces différents univers qui façonnent les manières d’être de l’Homo Academicus, soit le campus de Sélant, en France, celui de Slow Coast aux Etats-Unis, et l’université d’Al-Batî’a (La lente) dans un pays arabe non précisé. Ces noms sonnent comme une référence peut-être involontaire au mouvement de Slow Science qui tente de sauver ce qui reste de bénéfique dans le métier de chercheur en proie à la récurrence frénétique des appels à projets, seul moyen de financement. On pourrait aussi penser aux livres iconoclastes de Nigel Barley qui, sous une forme romancée, relate ironiquement les aventures d’ « un anthropologue en déroute » en Afrique. Jean-François Troin ne se contente cependant pas de pointer les travers de la profession d’universitaire sur ces trois sites régis par des traditions si contrastées, il en montre aussi l’abnégation, voire le sacerdoce un peu absurde quand on connaît l’étroitesse de certains enjeux. Son récit du déroulement d’une soutenance de thèse est un morceau d’anthologie criant de vérité, parce qu’il est fictif. Qui n’a jamais saisi ce contraste parfois scandaleux entre les efforts prodigués par le directeur de thèse pour constituer un jury idéal à la mesure du travail acharné de son doctorant et les négligences de certains membres du jury venant juste de parcourir la thèse dans le TGV. Mais, on se doit d’insister, ce livre est un roman, servi par la force incisive d’un récit sans rature, qui transporte le lecteur dans des zones de gravité affective où se mêlent ambitions et désirs. C’est que la Planète des Z’u, sous ses airs parfois débraillés, est un monde fortement hiérarchisé, avec des codes très différents selon que l’on se trouve à Sélante, à Slow Coast ou à Al-Batî’a. Clin d’œil à l’éditeur, ce pavé dans la mare universitaire n’est cependant ni un pamphlet, ni une satire, mais une fiction informée et sensible qui redonne de la chair à un milieu souvent perçu comme sec, aride, ou cérébral, alors que son obsession et sa quête parfois vaine de la reconnaissance semblent isoler cette planète au sein de son système solaire.

 

 

Les villes petites et moyennes dans les révoltes arabes: un état des lieux

confl-med-conflits-cutCompte rendu de: Karine Benafla (dir.), Dossier « Villes Arabes : Conflits et Protestations », Confluences Méditerranée, 85 (2013), 9-164.
Publié sur Jadaliyya Cities

Une des dimensions singulières des révoltes arabes est leur territorialité, qui a d’emblée constitué une clé de leur interprétation. Or, cette territorialité est plurielle et se décline en plusieurs moments. Aux révoltes des petites et moyennes villes tunisiennes (Sidi Bouzid, Kasserine), libyennes (Misrata et Benghazi) ou syriennes (Deraa, Homs), et des villes industrielles secondes comme Mahalla al-Koubra ou Suez en Egypte, se sont d’abord agrégés les soulèvements des quartiers populaires des métropoles. Puis, s’est produite une convergence, parfois brève, avec les jeunesses protestataires plus favorisées, sur les grandes places des capitales. C’est alors que le mouvement a gagné sa visibilité médiatique et qu’il a acquis une force qui a précipité la chute des régimes (voir, par exemple, Ayeb 2011). De cette chorégraphie à trois temps, c’est souvent la dernière scène, dramatique, que de nombreux observateurs ont privilégiée, laissant les autres dans une semi-pénombre qui ne commence que maintenant à être véritablement explorée (voir néanmoins Beware of Small Cities, par Deen Sharp). L’analyse proposée ici ne portera pas sur les quartiers des périphéries des grandes villes, pourtant essentiels pour comprendre les recompositions en cours, comme l’illustre le récent collectif piloté par Pierre-Arnaud Barthel avec l’appui de Sylvy Jaglin auquel j’ai modestement participé. Je voudrais plutôt m’intéresser à la place des villes petites et moyennes dans les conflits et protestations en cours, qu’aborde un numéro thématique de la revue Confluences Méditerranée, partiellement issu d’un colloque tenu à Lyon en octobre 2012, à l’initiative des géographes du GREMMO, notamment son directeur, Fabrice Balanche, et Karine Bennafla, qui le coordonne. Continuer la lecture

Le soleil en face : des utopies dont les énergies nouvelles seraient les promesses

A propos de : Gaillard F., 2012, Le soleil en face: rapport sur les calamités de l’industrie solaire et des prétendues énergies alternatives, (Négatif (Montreuil), ISSN 1965-8672). Montreuil, France, L’Échappée, 157 p.

Dans le projet de recherche en cours Collener (Collectifs socio-techniques et transition énergétique), auquel je participe, mes collègues Alain Nadai et Olivier Labussière mettent en garde contre l’idée que la transition énergétique serait porteuse de potentiels, technologiques ou politiques, vecteurs majeurs de changement social. Pour eux, les potentiels et les promesses qui sont souvent attribués à la transition énergétique en cours vers les énergies renouvelables, ne préexistent pas, en soi,  à l’introduction de ces innovations technologiques. La non-réalisation de ces potentiels n’est pas le résultat d’un blocage par des barrières sociétales que la recherche se devrait d’identifier, résistances des habitants ou cupidité des lobbys économiques en place. En fait, le potentiel de ces nouvelles technologies est à construire, par des interactions multiples entre nouvelles technologies et sociétés. L’ouvrage dont il est question ici fournit un cas intéressant pour réfléchir aux promesses et aux déceptions que les énergies alternatives font naître. S’il développe une critique acérée de ces dernières, il n’en reproduit pas moins en même temps un tel schéma de pensée, en postulant le potentiel de libération et de décentralisation politique porté par le solaire – postulat en ce sens que précisément, le livre fait l’impasse de son examen concret dans les quelques cas où son actualisation a(urait) été mise en œuvre ou tenté. Continuer la lecture

Proche-Orient : Le pouvoir, la terre et l’eau de Pierre Blanc : un compte rendu

Ouvrage lu : Blanc P., 2012, Proche-Orient : Le pouvoir, la terre et l’eau, Les Presses de Sciences Po, 400 p.

L’ouvrage de Pierre Blanc, issu d’une thèse d’HDR, constitue une synthèse des enjeux géopolitiques de l’agriculture et de l’irrigation au Proche-Orient, entendu comme l’ensemble regroupant le Liban, la Syrie, la Jordanie, Israël et les territoires palestiniens ainsi que l’Egypte. Agronome de formation, l’auteur a exercé dans le domaine de la coopération agricole dans plusieurs de ces pays tout en menant par ailleurs des recherches géopolitiques sur Chypre dans la lignée de l’approche lacostienne. Il offre ici une réflexion inédite sur les fondements géographiques des conflits que connaît cette région : s’attacher à la terre et à l’eau est un moyen de mettre à bonne distance tant la question des identités religieuses et ethniques qu’une lecture en termes de rapports internationaux de puissance, et de réintroduire dans le questionnement d’indispensables dimensions socio-économiques et territoriales qui inscrivent la recherche dans une démarche empirique solide. Continuer la lecture

Marseille capitale? Du tourisme culturel comme adjuvant métropolitain

Réflexions sur : Boris Grésillon, 2011, Un enjeu « capitale » Marseille-Provence 2013, (Monde en cours. Série Essais, ISSN 1630-5612). La Tour d’Aigues, France, Éditions de l’Aube, 171 p.

Cet article est également publié sous une forme légèrement modifiée, avec la référence suivante qu’il est préférable de citer : Éric Verdeil, « Marseille, capitale de la culture 2013 – et après ? », Métropolitiques, 8 février 2013. URL : http://www.metropolitiques.eu/Marseille-capitale-de-la-culture.html

Le petit essai de Boris Grésillon, paru en 2011, mérite qu’on revienne un instant sur son propos alors que débutent les festivités de l’année Marseille 2013 Capitale européenne de la culture, suscitant dans la presse des appréciations très contrastées. On connaît les travaux précédents de ce géographe, notamment consacrés à Berlin, aux villes d’Allemagne orientale ou déjà, aux villes culturelles de la Méditerranée (Grésillon 2002, 2010, 2011). Il y interroge la fonction de la culture dans son rapport à la métropolisation et aux politiques urbaines : à la fois critère de distinction dans les stratégies désormais convenues de la ville créative, mais aussi, de manière plus originale, analyseur des recompositions socio-spatiales et révélateur de lignes de fracture. Continuer la lecture

Le Dictionnaire critique de la mondialisation : une refonte éditoriale (mise à jour)

(MAJ : CGG m’envoie deux fichiers, l’introduction et la liste des auteurs, téléchargeables sur Rumor au fil du texte de ce billet)

Sous la direction de Cynthia Ghorra-Gobin paraît le Dictionnaire critique de la mondialisation, qui est une large refonte du Dictionnaire des mondialisations, paru en 2006 chez le même éditeur, Armand Colin. Voici la présentation qui en est faite sur le site et qui reprend la quatrième de couverture:

Globalisation du capitalisme, accélération et diffusion des échanges, uniformisation des modes de vie, internationalisation de la gouvernance, abolition des frontières grâce aux nouvelles technologies… la mondialisation est au cœur des mutations qui bouleversent la planète. Tantôt haïe, tantôt prônée, mal du siècle ou destin de l’humanité, la notion même semble être devenue dans la sphère publique l’unique clé de compréhension des enjeux du monde contemporain.
Et pourtant, derrière ce terme, quelle(s) réalité(s) ?
Revenir sur les mots, les concepts et les processus qui définissent la mondialisation dans toute sa complexité, son caractère multidimensionnel et sa perpétuelle évolution : telle est l’ambition de ce dictionnaire. Loin de toute vision doctrinale ou caricaturale, une soixantaine d’auteurs (géographes, sociologues, historiens, économistes, anthropologues, architectes…) livrent leur expertise et leurs analyses, volontairement critiques, pour rendre accessible au plus grand nombre des phénomènes encore méconnus et mal compris.
Une source d’information et un outil de réflexion incomparables. Continuer la lecture

Le nouvel urbanisme militaire – compte rendu critique de l’ouvrage de S. Graham

Compte rendu de : Stephen Graham, Villes sous contrôle. La militarisation de l’espace urbain, Paris, La Découverte, coll. « Cahiers libres », 2012, paru dans Lectures

Stephen Graham est un géographe britannique spécialisé dans les études urbaines. Il s’est fait notamment connaître par un livre copublié avec Simon Marvin, Splinterring Urbanism, qui proposait une lecture néomarxiste des effets de la privatisation de la gestion des infrastructures urbaines sur la fragmentation sociale et spatiale. Cet ouvrage a eu un important retentissement. Le présent livre s’inscrit dans la continuation de cette veine critique, mais l’analyse des transformations sociales induites par le néolibéralisme est ici déplacée vers les nouvelles formes de l’action militaire dans l’espace urbain dans la foulée des attentats du 11 septembre 2001 et de la guerre contre la terreur lancée alors par les responsables américains.

Lire la suite sur le site de Lectures :

Eric Verdeil, « Stephen Graham, Villes sous contrôle. La militarisation de l’espace urbain », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2012, mis en ligne le 25 août 2012, consulté le 25 août 2012. URL : http://lectures.revues.org/9021