Archives de catégorie : patrimoine urbain

Suspended Architecture in Lebanon : la foire de Tripoli

foire-tripoli

Suspended Spaces est un collectif international d’artistes, plasticiens, vidéastes, chercheurs… dont l’objectif est « de développer une recherche
artistique et théorique sur les héritages contemporains de la modernité à partir de sites spécifiques. ». Après des travaux qui ont porté sur Famagouste, des villes françaises, puis Beyrouth, ils organisent un symposium qui portera sur le site de la Foire internationale d’Oscar Niemeyer à Tripoli au Liban.  « Ce site est envisagé comme un espace qui ne parle plus une langue fonctionnelle mais résiste sourdement, un suspended
space. Il nous intéresse par sa présence même, l’insistance de sa structure à se maintenir debout, et à lutter passivement contre l’effacement en
restant énigmatique dans son « être-là » tout en reposant sans cesse une question à l’Histoire. Objet de désir abandonné à un destin trop complexe, ce lieu a une force muette qui poussera à la modestie, à l’interrogation, au suspens du jugement. Le travail commencera là. »

Ce symposium aura lieu à Beyrouth (Galerie Ashkal Alwan / Beirut Art Center / Mansion – Zarif) et sur place à Tripoli, du 18 au 21 avril 2013.

Le programme est téléchargeable ici et plus d’informations sur le travail du groupe sont disponibles sur leur site Suspended Spaces.

Voici quelques liens vers des ressources en ligne relatives à la Foire et à son environnement social, économique et urbain.

Tout d’abord un article de Jad Tabet sur la Foire de Tripoli dans le précédent opus Suspended Spaces #2 :

  • Tabet J., 2012, Le projet d’Oscar Niemeyer, in Suspended spaces#2 – une expérience collective, Paris, Editions BlackJack, p. 22‑27. En ligne 

Un article de Mousbah Rajab qui replace le projet dans l’histoire des projets urbains de Tripoli :

  • Rajab M., 2006, Les grands projets de Tripoli. Systèmes de décisions et besoins de réappropriation., in Conquérir la ville. Réappropriation urbaine : Acteurs, mécanismes, enjeux, Conquérir la ville. Réappropriation urbaine : Acteurs, mécanismes, enjeux, p. 5‑20. En ligne.

Un texte fondamental de Charbel Nahas pour comprendre les déséquilibres socio-économiques de Tripoli et une prospective sur le rôle possible que la foire pourrait jouer dans ce cadre :

  • Nahas C., 2007, La Foire internationale et Tripoli, quel avenir ?, in Conférence à la Fondation Safadi, centenaire d’Oscar Niemeyer, Tripoli, En ligne (PDF)
Article de Bruno Dewailly analysant la genèse de l’environnement urbain immédiat de la foire, la fameuse extension sud-ouest de la ville connue sous le nom de dam wa farez (le remembrement):

  • Dewailly B., 2001, La municipalité de Tripoli : entre pouvoirs locaux et services de l’État, Les Cahiers du CERMOC, 2001, n°24, p. 295‑318. En ligne.

Voici aussi quelques liens vers des billets sur Tripoli sur ce blog.

L’urbanisme de la région marseillaise, entre célébration, justifications et perceptions habitantes(1)

Invité à Martigues pour une table-ronde des Mardis du Patrimoine consacré à l’œuvre de l’architecte et urbaniste Michel Ecochard dans cette ville, j’en ai aussi profité pour visiter  l’exposition de l’agence d’urbanisme de Marseille, l’AGAM, « Marseille : de la ville à la métropole« . Si l’on ajoute à cela les réflexions sur l’Imaginaire de Marseille, de Marcel Roncayolo, et sur l’actualité de Marseille Provence Capitale de la Culture 2013, c’est pour moi comme une sorte de retour aux sources, la région marseillaise ayant été non seulement mon berceau mais aussi mon premier objet d’étude… Cela m’a toujours placé dans une situation inconfortable, à voir des beautés ou des réussites là où les habitants ordinaires ressentaient plutôt gêne, inconfort ou insatisfaction quotidienne. Ces deux événements, justement, sous des formes évidemment différentes, m’ont interrogé par la tension qui s’y dévoile entre une mise en histoire plutôt auto-satisfaite de l’urbanisme régional et une vision bien plus critique qui émerge des discours et des pratiques des habitants. Ce premier billet traite de Martigues, et présente en miroir l’étonnante continuité d’un dessein urbanistique défini par Ecochard, porté par sa municipalité depuis cinquante ans, et les réactions de quelques habitants. Un second billet à venir rendra compte de ma visite à l’exposition « Marseille: de la ville à la métropole », consacrée à l’histoire de l’urbanisme de la région. Continuer la lecture

Assem Salam, disparition d’une figure majeure de l’architecture et de l’urbanisme au Liban

Assem Salam chez lui, photo par Jens Schwarz (c) pour GéoMagazine 2010 (repris sur Facebook)

Assem Salam, né en 1924, est décédé le 5 novembre 2012 à Beyrouth. La presse libanaise consacre quelques articles à ce triste événement (notamment Al Akhbar English), mais sans se hisser à la hauteur du défunt. J’ai eu la chance de rencontrer A. Salam à diverses reprises durant ma thèse, lorsque je travaillais à l’IFPO Beyrouth. Il était en effet très accessible et recevait facilement les chercheurs. S’il n’aimait pas employer le français en public, il le parlait pourtant très bien. Je l’avais brièvement revu tout récemment, en juillet 2012, lors de l’atelier consacré au projet Waad de reconstruction de la banlieue-sud de Beyrouth. Opposant ce dernier à l’opération Solidere dans le centre-ville de Beyrouth, il avait mis en avant les réussites d’une reconstruction qui a permis en quelques années de faire revenir les habitants de son quartier sur leurs lieux de vie. A. Salam s’était en effet engagé de toutes ses forces contre Solidere, et plus largement la politique urbaine de Rafic Hariri à Beyrouth et au Liban, notamment à cause de leurs impacts sociaux, environnementaux et patrimoniaux, sans parler du problème de l’expropriation qu’il considérait comme anticonstitutionnelle malgré les jugements rendus. C’est dans ce contexte qu’il avait été élu, en 1996, Président de l’Ordre des ingénieurs et architectes de Beyrouth. Régulièrement sollicité sur les problèmes d’urbanisme au Liban, il répondait avec vivacité pour souligner les carences de la gestion publique comme la lutte contre les abus, par ex. dans cet entretien suivant le drame de l’immeuble Fassouh à Achrafieh. Si cet aspect de son engagement urbain et politique est bien connu, d’autres épisodes  méritent également d’être évoqués. Continuer la lecture

Retour sur la reconstruction de la banlieue sud de Beyrouth dans les Carnets de l’IFPO

Rumor délocalisé! A la suite de ma participation, les 12 et 13 juillet, à « l’atelier de travail » intitulé « Waad: Une expérience unique » organisé par la municipalité de Haret Hreik et la structure d’aménagement Waad avec l’appui d’universitaires de l’Université Libanaise et de la Lebanese American University, Les Carnets de l’IFPO m’ont invité à en présenter un compte rendu. L’occasion peut-être pour les lecteurs qui ne connaissent pas ce carnet de haute tenue d’y jeter un œil. L’occasion pour moi aussi d’être connu par de nouveaux lecteurs. Continuer la lecture

City Debates : Re-Conceptualizing Boundaries: Urban Design in the Arab World

Les conférences City Debates de l’AUB (Université américaine de Beyrouth) sont devenues des rendez vous importants de la recherche urbaine au Liban et plus largement au Moyen-Orient. Voici l’argumentaire et le programme de cette nouvelle session, qui a lieu les 3 et 4 mai. Plus d’information sur les participants et les résumés de leurs interventions en suivant ce lien. Continuer la lecture

L’urbanisme moderne à Beyrouth et à Damas

Michel Ecochard (c) Cité de l'architecture et du patrimoine

Mon article « Michel Ecochard in Lebanon and Syria (1956–1968). The spread of Modernism, the building of the independent states and the rise of local professionals of planning », repris d’une communication au colloque de l’Association européenne d’histoire urbaine de Lyon en 2008, vient enfin d’être publié dans Planning Perspectives, après une longue série de valse hésitation. En voici le résumé. On peut le consulter ici ou en version d’auteur sur Hal-SHS.

The architect and planner Michel Ecochard has had a long career in developing countries, from its first works in Syria under the French rule, until the 1970s. He represented the modernist and functionalist approach to planning in a time of modernization. In this article, we concentrate on his work in Lebanon and Syria between the end of the 1950s and the 1960s. He prepared the master plans of Beirut and of Damascus. Those works represented the end of an era rooted in colonial planning. It was also the beginning of a new time, with the local planners taking on, sometimes sharing, sometimes contesting Ecochard’s visions. Building on recent scholarship on the circulation of planning ideas, we focus on the reception of Ecochard’s proposals. Though most political elites and planning professionals shared most of Ecochard’s views, the political circumstances and the changing social conditions led to adjustments and reorientations. The new planning framework was also a major factor of change.

Référence:
Verdeil É., 2012, Michel Ecochard in Lebanon and Syria (1956-1968). The spread of Modernism, the Building of the Independent States and the Rise of Local professionals of planning, Planning Perspectives, avril 2012, vol. 27, n°2, p. 243–260. < http://dx.doi.org/10.1080/02665433.2012.646774 >

Voir aussi un précédent billet sur un thème proche : « Circulations urbanistiques : Ecochard comme pivot « 

Appel à contribution : La « ville durable » au sud de la Méditerranée. Enjeux, circulations et mise à l’épreuve de nouvelles pratiques urbaines

Pierre-Arnaud Barthel et moi lançons, pour un dossier thématique de la revue canadienne Environnement Urbain/Urban Environment, un appel à contribution sur le thème : La « ville durable » au sud de la Méditerranée. Enjeux, circulations et mise à l’épreuve de nouvelles pratiques urbaines.

La date limite pour soumettre un résumé au directeur de la revue est le 30 octobre 2011. Les articles doivent être remis avant le 30 janvier 2012 [ce qui est surtout important, c’est de remettre l’article. Le résumé, c’est indicatif. Nous serons ravis d’avoir de bonnes surprises]. Veuillez nous envoyer les manuscrits par voie électronique à l’adresse suivante : EnvUrb@ucs.inrs.ca.

Site de la revue (normes, politique éditoriale, etc.). Appel à contributions détaillé en français ci-dessous ou version PDF Continuer la lecture

La reconstruction post-2006 au Liban : un laboratoire pour de nouvelles pratiques de l’urbanisme

Cliquer pour accéder à la présentation du livre sur le site de Rouledge

La revue Métropolitiques, dont je suis devenu correspondant pour le Moyen-Orient, vient de publier mon commentaire sur l’ouvrage de Al-Harithy, Howayda (dir.) 2010. Lessons in post-war reconstruction. Case studies from Lebanon in the aftermath of the 2006 war, Londres : Routledge, 218 p. Ce compte rendu est également publié, dans une version légèrement différente et en arabe, dans le numéro 15, summer 2011 de Idafat, la revue arabe de sociologie (cf. ici le texte en arabe en PDF). Je remercie Sari Hanafi qui est à l’origine de cette initiative, ainsi que Mona Fawaz avec qui je poursuis la discussion sur ces questions (ici par exemple).

Voilà le résumé et le lien vers le texte sur le site de Métropolitiques.

Les reconstructions sont souvent des moments d’accélération de l’évolution des modes d’intervention urbanistique. Le cas du Liban post-2006 en est un exemple. Cet ouvrage présente l’analyse par des urbanistes et universitaires de leur propre intervention, dans un contexte marqué par le retrait de l’État et l’implantation locale forte du Hezbollah.

Les paysages de l’électricité au Moyen-Orient

Pour rebondir sur le précédent billet et illustrer comment ces paysages de l’électricité pourrait devenir le sujet de nouvelles recherches, voici deux photos brièvement commentées.

L'immeuble de l'EDL à Beyrouth - cliché EV oct. 2005 DR

La première représente le siège de l’EDL, la compagnie Electricité du Liban, à Beyrouth. Il est situé dans le quartier de Gemmayzeh, un vieux quartier qui s’est développé durant la période ottomane et le Mandat français, avant de connaître un certain déclin jusqu’à la fin des années 1990. A cette date, il a connu un double mouvement de patrimonialisation, de gentrification alimentant autant qu’alimenté par sa transformation en disctrict récréatif. Devenu une sorte de symbole du Beyrouth d’antan, c’est là que sont tournés de nombreux films empreints de nostalgie sur le Beyrouth d’avant.

Ce haut immeuble, accolé à l’autoroute, dont la silhouette moderne domine le quartier et en est devenue un repère majeur au fil du temps, a été construit dans un tout autre contexte. La compagnie publique fut créée, en 1954, à la suite de l’interruption de la concession accordée à une compagnie privée pour l’électricité et les tramways, incapable de faire face à l’augmentation de la demande. Cette nationalisation de l’électricité est emblématique de cette période et on la retrouve dans pratiquement tout les pays voisins. Elle illustre la volonté des Etats de la région de lancer des politiques de développement. L’électricité était bien entendu au coeur de ce projet. L’arrivée en 1958 du général Chéhab à la présidence de la République donna au Liban un coup d’accélérateur à une telle visée. Et dans le cadre d’un vaste programme de réorganisation de l’administration, diverses initiatives furent pour construire des nouveaux locaux. L’architecte Pierre Neema joua un rôle important. Il fut le concepteur de la Cité gouvernementale de Bir Hassan et on lui confia également l’immeuble de l’EDL. L’architecture de ce dernier illustre, notamment par le traitement des pare-soleil inspiré des architectes brésiliens, l’essor d’une architecture moderne du Tiers-Monde et il n’est pas indifférent que cette architecture soit placée au service d’un secteur d’activité qui symbolisait l’entrée du Liban dans la modernité.

L'ancienne centrale électrique d'Amman réhabilitée par Rami Daher

L'ancienne centrale électrique d'Amman réhabilitée, vue du sud (2010)

Le deuxième cliché représente le première centrale électrique d’Amman, construite par la Jordan Electric Power Company dans les années 1940. L’usine depuis longtemps désaffectée, est située à proximité du nouvel hôtel de ville d’Amman, dans un vaste site réaménagé à la charnière de l’Amman moderne et de l’Amman populaire, au fond du Wadi Amman. La municipalité, sous l’impulsion de l’architecte Rami Daher (dont j’ai déjà parlé ici), a décidé de conserver ce vestige et a confié à ce dernier son réaménagement. Il pourra abriter un café, des expositions, etc. Le tout n’était pas finalisé lors de mon dernier passage. Pour R. Daher, conserver ce rare témoignage de l’activité industrielle d’Amman, de même que quelques salles de cinéma, participe d’une démarche de sauvegarde des traces de l’entrée dans la modernité de cette ville, traces aujourd’hui frappées d’obsolescence, déconsidérées au regard du développement tertiaire de la ville, évincées par la nouvelle architecture verticale et clinquante de Jordan Gate ou de Abdali, et menacées de disparition par le renouvellement urbain.

Au Moyen-Orient, ce sont souvent les paysages du pétrole qui viennent à l’esprit lorsqu’on évoque l’empreinte de l’énergie sur la société, que ce soit sur le plan économique et politique (comme le fait par exemple Timothy Mitchell dont j’ai parlé ici) ou, donc, sur le plan urbanistique et architectural (ici). Les paysages de l’électricité et ce qu’ils sous-tendent (notamment l’organisation des territoires) constituent toutefois également un légitime objet pour la recherche. Espérons que nous assisterons bientôt à des recherches sur ce sujet.

Forêts de fils électriques à Beyrouth - photo historique à Gemmayzeh, ce bâtiment ayant aujourd'hui disparu (cliché EV 2005)

PS / mise à jour : j’aurais bien sûr du citer aussi le très intéressant travail de Pauline Gabillet dans le récent numéro de Géocarrefour, sur les générateurs électriques au Liban. Elle montre de manière fine, dans le cas de Jbeil, comment la dimension esthétique liée au passage de câbles anarchiquement disposés dans la ville devient un enjeu politique local (couplé à la question du prix de l’énergie). Voir son article Le commerce des abonnements aux générateurs électriques au Liban dans Géocarrefour.

Architecture traditionnelle et urbanisme contemporain dans le monde arabe

Signalons sous ce titre diverses publications et réflexions dont la concomitance produit un effet d’écho qui ne manque pas d’intérêt.

Tout d’abord, viennent de paraître les actes du Colloque international « Les héritages culturels dans l’architecture et l’urbanisme au XXIe siècle », organisé en 2008 par la Sorbonne Abu Dhabi, sous le titre Espaces urbains à l’aube du XXIe siècle. Patrimoine et héritages culturels. J’avais eu la chance d’en être, invité tous frais payés avec les nombreux autres intervenants. La présentation des actes dit assez l’intention qui avait présidé à l’organisation de cette manifestation où l’on retrouve l’esprit de résistance de Jean-Robert Pitte (président fondateur de la Sorbonne AD) à une certaine mondialisation, au nom de la fidélité aux valeurs du passé.

Quand l’urbanisme est au service d’une certaine philosophie de la ville engagée dans la préservation des héritages culturels, la conservation traditionnelle mais aussi la production d’un patrimoine architectural rénové prennent le pas sur d’autres forces de progrès. Ainsi, les mécanismes d’intégration ou de rejet du passé, la mémoire collective et les enjeux de pouvoirs, la valorisation des pratiques sociales traditionnelles et les icônes architecturales, la réhabilitation et la production d’espaces patrimoniaux jusqu’au rang de patrimoine mondial sont autant de questions d’actualité que cet ouvrage aborde, proposant, à travers un large panorama illustré, la découverte de différentes expressions d’aménagement urbain.

Entre l’Europe, l’Afrique du Nord, le Moyen-Orient, l’Asie et le Pacifique on peut être étonné de rencontrer une certaine cohérence urbanistique qui concilie la prise en compte des facteurs géographiques, le développement architectural et la préservation des héritages culturels.

Secteur historique reconstruit. Remarquer les fameuses tours à vents qui servent à aérer les intérieurs (Bardaweel), emblème patrimonial

A vrai dire, le plus fascinant du colloque fut pour moi la visite d’Abu Dhabi ainsi que celle de Dubaï, y compris les quartiers « historiques » reconstruits. Ma communication qui portait sur Beyrouth (au format hélas fortement raccourcie) se trouve ici [mise à jour : ici aussi sur le site e.sorbonne ). Ce texte manque d’approfondissement, j’en suis bien conscient. (Sur le cas Bint Jbeil, voir les chapitres de Habib Debs et Howaida Harithy dans ce Lessons in Post-War Reconstruction)
En contrepoint de cette parution, il est tentant de signaler sur la liste de discussion H-Urban un compte rendu thématique de Colette Apelian consacré à quelques publications récentes qui traitent de la même tension dans le monde arabe.

[Colette Apelian. Review of Elsheshtawy, Yasser, ed., _The Evolving Arab City: Tradition, Modernity and Urban Development_ and Hakim, Besim S., _Sidi Bou Sa’id, Tunisia: Structure and Form of a Mediterranean Village_ and Hakim, Besim S., _Arabic-Islamic Cities: Building and Planning Principles_. H-Urban, H-Net Reviews. September, 2010. URL: https://www.h-net.org/reviews/showrev.php?id=30659]

Les travaux de Yasser ElSheshtawy et surtout cet ouvrage et un précédent, proposent une synthèse sur l’évolution des principales villes arabes jusqu’à aujourd’hui, en insistant sur les formes de dépossession des citadins par la mondialisation et la néolibéralisation, aussi bien dans les formes produites que dans l’accès aux espaces et aux richesses produits par la modernité. Le ton des textes est très critique. Pierre-Arnaud Barthel et moi-même avons également rendu compte de ses travaux dans Géocarrefour, ici et . Signalons du coup aussi le numéro de Built Environment Arab Mega Projects qu’a récemment dirigé Pierre-Arnaud.

Je ne connais pas les ouvrages de Besim Hakim mais ils proposent de revisiter les principes génératifs de l’architecture traditionnelle arabe pour s’en inspirer. Les commentaires de Colette Apelian sont assez flatteurs. En prolongement de cette discussion, on pourra lire, sur une thématique proche, le compte rendu critique que fit Joe Nasr d’un livre de Stefano Bianca, 2000, Urban Form in the Arab World: Past and Present. Zürich: vdf, 348 pp.

La discussion d’Apelian se conclut par une question sur la manière de faire la ville arabe autrement, en explorant les formes de résistance à ces modèles urbanistiques. Elle part du constat, assez naïf selon moi, que ces ouvrages ont identifié ce qui ne va pas et ont mis ce savoir en circulation. Faut-il rejeter l’impérialisme culturel que dénonce Elsheshtawy (dans une posture qui pose de nombreux problèmes, comme souligné dans nos recensions) ou accepter certaines formes d’échanges, comme semble le suggérer Hakim? Dans quelle mesure l’héritage architectural musulman constitue-t-il d’ailleurs véritablement une alternative? Le débat rebondit ici avec une interpellation de Michael Smith à propos de l’utilisation que Norman Foster fait de cet héritage, au moins en parole (cf. article du New York Times et la discussion sur H-Urban).

Immeuble en cours de démolition à Tripoli sur place du Tell (septembre 2009). L'ensemble architectural d'époque ottomane dans lequel s'inscrit le théâtre défendu par la pétition est frappé d'obsolescence par manque d'entretien.

MàJ : un avatar de cette discussion avec la pétition lancée ce jour contre la démolition d’un théatre ottoman sur la place du Tell à Tripoli (voir deux précédent billets sur cette ville ici et ). Un patrimoine très endommagé (cf. photo) mais qui témoigne du caractère réducteur de l’opposition traditionnel / moderne puisque le moderne se caractérise par une grande profondeur historique et une remarquable variété stylistique, produits d’interactions multiples qui témoignent des circulations et des échanges autant que des dominations et colonisations qu’ont subi les sociétés de la région. C’est l’occasion de renvoyer à l’ouvrage électronique Patrimoines en situation, déjà signalé sur ce carnet : il fournit sur ces questions quelques outils utiles.

MàJ2: Un article un peu plus détaillé sur cette lutte patrimoniale tripolitaine, par May Makarem dans L’Orient-Le Jour (5 octobre 2010). Mais on observera que cette affaire n’occupe que modérément l’auteur par rapport à la publicité faite au dernier ouvrage de Badr El-Hage (cartes postales et anciennes photographies : Trablous Al-Cham)