Archives de catégorie : patrimoine urbain

L’art pour saisir la ville : quelques publications plus ou moins récentes sur Beyrouth

Atallah, Chedly, Sophie Brones, et Emmanuel
Saulnier, éd. 2020. Beyrouth in situ. ENSBA Editions.

Beyrouth in Situ

Passé relativement inaperçu à cause du COVID, le recueil bilingue Beyrouth In Situ, édité par Chedly Atallah, Sophie Brones et Emmanuel Saulnier, paru en novembre 2019 rassemble un ensemble de textes, photos, dessins émanant tant de chercheurs en sciences sociales que d’artistes, femmes et hommes, de diverses générations, libanais.es ou passé.e.s par Beyrouth. Elles et ils font de la ville, de son espace urbain, de ses lumières et de ses couleurs, de ses textures et structures mais aussi de ses mots et de ses sons, le matériau de leurs réflexions et figurations, parfois assez abstraites. Dans ce beau livre, touffu et inégalement accessible aux lecteurs, en fonction de leur familiarité préalable avec la ville, avec sa topographie et son histoire, je signale quelques contributions qui m’ont particulièrement frappées, comme des entretiens avec Leïla Shahid (évoquant Jean Genet et Chatila), la photographe Sophie Ristelhueber, ou avec les urbanistes Jad Tabet ou Habib Debs. Certaines interventions s’efforcent de tisser des connexions entre Beyrouth et d’autres villes de la région, comme Sanaa (Franck Mermier), Damas (Omar Alasaad) ou Tunis (Chedly Atallah). Les liens avec Paris sont également très présents, ce qui renvoie aussi à l’identité du collectif éditorial.

Continuer la lecture

[Vidéo] Reconstructions au Liban : mots, temporalités, gouvernances

Dans le cadre du séminaire Après le 4 août, organisé par l’IFPO, j’ai présenté le 2/10/2020 (et non le 16/10 comme écrit par erreur) quelques réflexions qu’on peut revisionner dans la vidéo ci-dessous.

L’objectif de cette présentation est de réfléchir aux points de comparaison pertinents entre les reconstructions qu’ont connu les villes libanaises dans le passé et la situation actuelle de Beyrouth. A travers un regard éloigné et une mise en perspective, il s’agit de soulever des questions sur les processus en cours dans les quartiers affectés par l’explosion du 4 août. Continuer la lecture

Les enjeux de la reconstruction de Beyrouth après l’explosion du 4 août – la question de la place de l’armée

Le Beirut Urban Lab de l’Université américaine de Beyrouth, animé par Mona Fawaz et Mona Harb, produit actuellement des données et une réflexion absolument incontournable pour qui veut comprendre la situation à Beyrouth après l’explosion du 4 août dernier. Plusieurs remarquables entretiens et textes sont parus sur leur site. Le document le plus complet à ce jour est le rapport Leave no one Behind : for an inclusive and just recovery process in post-blast Beirut publié sous l’égide du PNUD début septembre. On peut aussi renvoyer à une analyse passionnante de Mona Fawaz dans un podcast du LCPS (Rebuilding Beirut: How to curtail neoliberal urbanization). Je m’attarderai ici sur l’exposé de Mona Harb lors qu’une rencontre intitulée Beirut Reconstructions, organisée par l’Université Cornell le 7 octobre dernier et accessible sur YouTube. Après une longue introduction par les organisateurs, un premier exposé (à partir de la 17 min) de Elie Haddad est centré sur la présentation historique des zones touchées et celle des dégâts d’un point de vue architectural, patrimonial et urbanistique.

Je partage ici un résumé de l’intervention de Mona Harb: Preliminary reflections on the recovery response to the Port blast in Beirut (de 39 min à 1h06). Je conclurai le billet par quelques réflexions sur des points qui m’ont paru très originaux, notamment la question de la place de l’armée.

L’intervention est structurée en deux temps. D’abord, une mise en perspective les dégâts avec les tendances de transformation urbanistique et économique des quartiers touchés, à savoir :
– la gentrification qui, partie de Solidere après la fin de la guerre civile dans les années 1990 s’est étendue à de nombreux quartiers du péricentre de Beyrouth et du reste de la municipalité ;
– l’abandon d’un certain nombre d’immeubles, généralement après une longue période de négligence et de manque d’entretien par leurs propriétaires en conflit avec des locataires bénéficiaires de la loi sur les anciens loyers, ou tout simplement incapable du fait des maigres loyers perçus d’assurer l’entretien. Au départ de ces locataires, ces immeubles sont rachetés par des promoteurs qui attendent la remontée du marché immobilier pour les détruire et construire à la place. L’explosion va renforcer cette part du parc immobilier.
– la vacance : Beyrouth a vu la construction d’un grand nombre d’immeubles de grande hauteur depuis 15-20 ans. Le taux de vacance de ces immeubles est énorme (jusqu’à 56% dans certaines zones). Cette vacance s’explique par des investissements immobiliers de sécurisation des avoirs, mais la crainte de mettre en location. Une partie de cette vacance s’explique aussi par des invendus des promoteurs.
– perte de patrimoine : près de 350 immeubles ont subi des dégâts graves, la plupart étant des immeubles anciens. La perte patrimoniale concerne aussi, au-delà des immeubles individuellement, une forme urbaine : la rapport à la rue, des espaces publics et toutes les pratiques et les représentations attachées à cet espace .
– la paupérisation : déjà avant l’explosion les indicateurs de pauvreté avaient explosé et la Banque mondiale estimait que plus de 50% des Libanais devaient être sous la ligne de pauvreté. La perte des revenus des activités de cette zone, le port en premier lieu, puis les loisirs et la restauration, les bureaux mais aussi les petits commerces, les ateliers de réparation, etc. a évidemment largement aggravé la situation. De surcroit, loin de toucher uniquement les habitants de ces quartiers, ce sont des pans entiers de la population libanaise qui sont concernés vu le rôle économique majeur de cette zone. Mona Harb précise à juste titre que l’impact est ressenti jusque dans la diaspora, à la fois parce que ces quartiers, notamment les espaces de loisirs et de restauration, étaient devenus depuis 15 ans, des lieux majeurs de retrouvaille et de fréquentation, avec une forte dimension identitaire. Mais aussi parce que beaucoup de membres de la diaspora avaient placé leurs économies dans des investissements immobiliers. Or, les grands immeubles, s’ils n’ont pas affecté structurellement, ont subi de très grands dégâts (notamment le verre, les menuiseries, les équipements collectifs, etc.) et donc ces investissements (productifs ou non, cf. ci dessus la question de la vacance) ont été fortement dépréciés1

Continuer la lecture Notes _____________________
  1. Pour information, cette analyse se trouve plus amplement développée dans le rapport que Mona Harb et Mona Fawaz ont publié sous l’égide du PNUD fin aout : voir Leave no one Behind : for an inclusive and just recovery process in post-blast Beirut : https://www.arabstates.undp.org/content/rbas/en/home/library/crisis-response0/leave-no-one-behind–for-an-inclusive-and-just-recovery-process-.ht. []

Linking Economic Change With Social Justice In Mar Mikhael

In 2016, I was honored to be the tutor of this very interesting report written by four brilliant Sciences Po students from the Masters’ Program Governing the Large Metropolis, for the account of Gaia Heritage (thanks to George Zouein) and the Issam Fares Institute for Public Policy and International Affairs. But I never referenced it on this blog. The recent blast that delolished many buildings, businesses and places of life in the neighborhood makes it a useful resource that deserves attention.

Here is the full reference and a link to download the report:

Gerbal Lisa, Nicolas Hrycaj, Camille Lavoipierre et Marissa Potasiak. Linking Economic Change With Social Justice In Mar Mikhael, Beirut, Gaia Heritage/Sciences Po/Issam Fares Institute for Public Policy and International Affairs, 2016.
 
Summary:

According to multiple measures, Mar Mikhael is one of Beirut’s most distinctive neighborhoods, defined by a unique assortment of art galleries and car repair shops, a network of brightly-painted staircases and a long-abandoned train station, and a diverse mix of older, long-time residents and young newcomers. Yet on the issue of gentrification the case of Mar Mikhael is more familiar, as the neighborhood has recently seen a rapid influx of new bars and restaurants, as well as real estate investors and high-rise apartments, all of which have contributed to a neighborhood where:

▸ Housing is becoming increasingly unaffordable.

▸ Long-time residents face a risk of displacement.

▸ High-rise apartments detract from the neighborhood’s unique human scale.

▸ Shared spaces such as sidewalks, streets, and the stairs are increasingly overtaken by private actors.

▸ Creative industries remain economically vulnerable and socially disconnected.

▸ Residents have little influence over public policy impacting their neighborhood.

By analyzing these recent developments (all of which could be worsened by the implementation of the 2014 New Rent Law) in light of the more long-term, structural processes of change at work in the city – including the development of a powerful growth coalition in the mid- 1990s – this report argues that Mar Mikhael is just the most recent example of a cycle of urban change and gentrification that is transforming the city of Beirut, often in a manner that reduces housing affordability, dramatically alters the built environment, and weakens long-established communities. Therefore, this report offers numerous strategies and solutions for the alleviation of these problems in Mar Mikhael, inspired by the notions such as the right to the city, fieldwork conducted in the neighborhood, and case studies from other rapidly-gentrifying and creative cities around the world. Together these strategies offer a vision for a socially just Mar Mikhael, creating a neighborhood where:

▸ Long-time residents can afford to remain in their homes.

▸ New sources of affordable housing are accessible to both current and future residents.

▸ All residents have access to shared spaces.

▸ Formerly restricted public spaces receive a new life as parks, affordable housing, or cultural centers.

▸ The “human scale” of the built environment is retained.

▸ Arts, crafts, and design industries (ACDs) are economically resilient, and actively invested in the community.

▸ Residents can effectively work together to direct the future of their neighborhood.

Thus the strategies presented in this report center around five main issues. First, on the issue of making Mar Mikhael more affordable, these strategies include:

▸ Building upon the precedents set in Tripoli for state-led affordable housing projects, and Tyre for community-led projects.

▸ Engaging private and philanthropic actors to create non-profit affordable housing developers in Mar Mikhael.

▸ Using Waqf land as a site of affordable housing in the neighborhood. Second, to increase access to Mar Mikhael’s shared, public spaces, including the sidewalks, streets, stairs, and the train station, this report recommends:

▸ Conducting a GIS survey and walkability audit to encourage city officials to enforce existing sidewalk regulations.

▸ Using legal claims under Law 220/2000 as a means of retrofitting the neighborhood’s existing sidewalks.

▸ Closing Armenia Street to cars every Sunday morning to allow residents to walk, bike, and rollerblade freely.

▸ Listing Mar Mikhael’s still-unprotected stairs as worthy of preservation.

▸ Advocating for plans that would permanently transform the Mar Mikhael train station, while implementing short-term uses such as an open-air cinema or weekend market.

Third, on the issue of maintaining Mar Mikhael’s human scale, this report recommends:

▸ Designating Mar Mikhael as a protected zone, with regulations to limit building height.

▸ Creating incentives such as transferable development rights to encourage developers to preserve the neighborhood’s scale. Fourth, to foster a neighborhood-based creative economy in Mar Mikhael, some strategies include:

▸ Raising the awareness of the arts, crafts, and design industries (ACDs) regarding local concerns through joint cultural events and a community-based platform for communication and cooperation.

▸ Highlighting the link between creative activity and the larger urban environment through regular urban tours of Mar Mikhael.

▸ Developing systematic, consistent opportunities for training and assistance for the ACDs through workshops and conferences. Finally, creating a neighborhood council for Mar Mikhael represents this report’s fifth solution, which necessitates:

▸ Broadly defining neighborhood council membership and authority.

▸ Finding a political ally who can give it the institutional legitimacy necessary to successfully influence government policy.

▸ Employing Beirut-based universities, foundations, and private parties as sources of funding and administrative support.

Soirée-débat autour des espaces publics au Liban et du film Enfants de Beyrouth

Je participerai à un débat sur les espaces publics au Liban, vendredi 10 janvier 2020. C’est ouvert à tous.

Espace Jean Dame
17 rue Léopold Bellan, 75002 Paris

20 h – 22 h 30

A l’initiative d’un groupe informel de citoyennes et de citoyens libanais*, est organisée une soirée film-débat  le 10 janvier à l’espace Jean Dame, avec Sarah Srage réalisatrice, Éric Verdeil, professeur à Sciences Po, Nadim Houry, directeur du programme terrorisme et lutte anti-terrorisme à Human Rights Watch et Jana Nakhal chercheuse et urbaniste, pour discuter des espaces publics au Liban, leur appropriation, leur protection et plus largement des pratiques urbanistiques et de leurs conséquences.

Programme provisoire

20 h – 20 h 10 Présentation de la soirée et contextualisation du film : فوج الشرشف, Sarah Srage

20 h 10 – 21 h 10 : Projection du film Enfants de Beyrouth de Sarah Srage

21 h 10 – 21 h 20 : Présentation par Marie Atallah, élue écologiste, modératrice

21 h 20 – 21 h 35 : Éric Verdeil :  Le littoral libanais au miroir de l’urbanisme

21 h 35 : 21 h 50 : Jana Nakhal : État des lieux actuel en matière d’espaces publics

21 h 50 – 22 h 05 : Nadim Houry : La question des espaces publics sur le plan légal et au delà

22 h 05 – 22 h 30 : Questions/réponses

Pot de la révolution

*Groupe informel de libanais concernés par l’avenir du Liban dans le contexte actuel

Toward a connected history of planning in Arab cities

During my next visit to Kuwait, I will be presenting the chapter « Planning histories in tha Arab World » Joe Nasr and I wrote in the Routledge Handbook Planning History at CEFAS on the 22nd of April.

Over the past century and a half, most accounts of cities of the Arab world have viewed them
through the lens of an organically built urban fabric, understood as an Islamic heritage, an
expression of a collective and religious ethos. Planning, as a professionally conceived endeavor
aiming at structuring changes in cities, was perceived as almost nonexistent in this world region.
However, recent scholarship (primarily in French and English), based on case-studies dealing
mostly with the principal cities in the region, has shown that extensive planning over many
decades has marked cities across the Arab world, from cutting arteries through existing built
fabric to laying out infrastructure and neighborhoods at the urban edge. This scholarship has
identified some unifying trends, including the model of spectacular urbanism that emerged from the Gulf region thanks to the circuits of oil money and the rise of a new political order, spreading to the rest of the region and beyond (Elsheshtawy 2008). Drawing on this historiography, this talk proposes five threads that posit planning as a central, but contested, practice in the making of Arab cities: 1) Planning, state building, and elite affirmation. 2) Tension between modernization and preservation. 3) A connected and networked history. 4) Planning cultures and roles of “planners.” 5) Planning and ordinary citizens.

This conference draws from the recent chapter co-written with Joe Nasr: Éric Verdeil, Joe Nasr.
« Planning Histories in the Arab World« , in Carola Hein (ed.), The Routledge Handbook of Planning
History, Routledge, pp.271-285, 2017. (Do not hesitate to ask for a PDF of the text)

 

Jbeil. Toward an Inclusive City

I am pleased to release the Capstone report the team of students from the Urban School at Sciences Po (Marina Najjar, Corentin Ortais, Diane Pialucha, Lucien Zerbib) I supervised last semester (February-June 2017) elaborated for the Municipality of Jbeil, Lebanon. Capstones are « client-oriented group research projects, based on original field research which generates a deliverable product ».

Below is the executive summary of the report, which can be downloaded from here.

Executive summary

Jbeil is a unique city with a rich and profound historical legacy. Its cultural heritage, its old port, peaceful environment and growing economy, all make it an attractive city for people from all over Lebanon and the world. Yet, certain challenges
accompany its development as it transforms into an attractive economic pole in the
region. This report argues that inclusive measures which place the residents of Jbeil at the center of its vision can answer current challenges and ensure a resilient development for city. In the following report, we propose four main strategies in order to reach an inclusive vision.

Firstly, in order to stimulate the economy, this report recommends a diversification of the economic system by:

  • Promoting a sustainable tourism which broadens the offer of tourist attractions
    ▶Exemplary reference: Eco-tourism in Sidi Amor, Tunisia
  • Investing in different economic potential to foster a balanced economy
    Exemplary reference: Creativity platform in Thessaloniki, Greece. Improvement of the urban environment

Secondly, to improve mobility, especially between the East and the West of the city, and enhance green and accessible urban spaces, this report recommends:

  • Promoting alternative modes of transportation and improve mobility
    ▶Exemplary reference: Demand Responsive Transport in Hericourt, France
  • Drawing on open spaces to promote well-being and spaces where families can socialize
    ▶Exemplary reference: The Bothy Project World Garden in Glasgow, United Kingdom

Thirdly, to enhance social involvement in order to include residents in the city’s activities and urban decisions, strategies include:

  • Implicating residents in the decision making process of governance of Jbeil
    ▶Exemplary reference: Local democracy in Nîmes, France
  • Improve cohesion and peace by promoting events and projects that activate social engagement, from the youth to the elderly
    ▶Exemplary reference: Neighbors day in Cannes, France

Finally, the development of a coordinated governance is necessary to successfully implement policies and projects. This can be done by:

  • Adapting the organisation of the Municipality to a rapidly growing city through coordination
  • Envisioning a comprehensive city strategy
    ▶Exemplary reference: Open Street Mapping in Chefchaouen, Morroco

L’imaginaire de Marseille: comptes rendus

Alors que j’étais tellement déçu du retard de la nouvelle édition de L’Imaginaire de Marseille, de Marcel Roncayolo, que j’ai attendue toute l’année 2013, et que j’ai annoncée à l’avance sur ce blog, j’ai finalement oublié de signaler sa parution effective, il y a maintenant un an. Le livre est librement accessible en ligne sur le site de la Bibliothèque idéale des Sciences sociales, dont le volet Géographie s’est d’ailleurs entretemps enrichi des Principes de géographie humaine de Vidal de la Blache.
Je profite de la parution d’un premier compte rendu (à ma connaissance) pour y consacrer ce billet. Voilà le compte rendu en question. Je posterai les (éventuels) suivants ici aussi.

Douay, Nicolas, ‘Marcel Roncayolo, L’imaginaire de Marseille. Port, ville, pôle’, Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement. 2015

Thibault Bechini, « Marcel Roncayolo, L’imaginaire de Marseille. Port, ville, pôle », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 13 janvier 2015.

Michel Ecochard à Martigues au miroir de Damas et Beyrouth

© Sylvie Denante, drac paca crmh, 2006 L’école Di Lorto à Martigues, un projet d’Ecochard au sein de la ZUP dont il a établi le plan

En 2013 j’avais participé à une conférence organisée dans le cadre des Mardis du Patrimoine de la ville de Martigues autour de la figure de l’architecte et urbaniste Michel Ecochard. J’ai écrit, en vue d’actes qui semblent pour l’instant en stand-by, un texte qui rassemble les idées présentées. Il est désormais accessible sur Hal, et en voici le résumé.

Michel Ecochard sur l’autre rive de la Méditerranée : Martigues au miroir de Beyrouth et Damas

Résumé : Entre 1962 et 1973, l’architecte et urbaniste Michel Ecochard intervient à Martigues qui connait une rapide urbanisation. Ces réalisations sont représentatives d’un urbanisme d’Etat. Cet urbaniste a alors effectué l’essentiel de son parcours professionnel dans des pays du Tiers Monde. Dans la décennie 1960, il effectue entre autres plusieurs missions au Liban puis en Syrie. Cette communication, présenté lors des Mardi du patrimoine de la ville de Martigues, se demande en quoi ce parcours nourrit sa réflexion d’urbaniste en France et en particulier à Martigues. Le texte est basé sur l’analyse des archives concernant ses interventions au Liban et en Syrie, et non pas de celles qui ont trait aux projets martégaux. Ces éléments ne révèlent guère de connexions directes entre ces expériences parallèles. Toutefois, on peut dégager quelques analogies entre des contextes que par ailleurs tout sépare. Après un bref rappel des principales étapes de la carrière d’Ecochard, les interventions libanaises et syriennes seront examinées plus en détail. Je soulignerai ce qu’elles révèlent des conceptions urbanistiques d’Ecochard au-delà des particularités politiques et sociales des contextes proche-orientaux.

Jérusalem. Bâtir deux villes en une

Couv-Salenson-Jérusalem-bâtir-deux-villes-en-uneIrène Salenson vient de publier  Jérusalem. Bâtir deux villes en une aux éditions de l’Aube-Bibliothèque des territoires. J’avais eu le plaisir de participer à la soutenance de la monumentale thèse qui est à l’origine de ce livre. Irène m’a fait l’honneur de me demander d’en écrire la préface, que je reproduis ici.

*

*   *

Jérusalem incarne par excellence la coexistence difficile des grandes trois religions monothéistes et leurs affirmations superposées et concurrentes sur un même espace. Mais elle est aussi un désespérant symbole du conflit israélo-palestinien et de ses impasses meurtrières. La ville est revendiquée par Israël comme sa capitale, au mépris du droit international qui condamne l’annexion de Jérusalem-Est. Al Quds est également la capitale dont les Palestiniens rêvent pour leur futur Etat. Depuis le début des années 2000, le mur de séparation et l’accélération de la colonisation à Jérusalem-Est comme en Cisjordanie illustrent les dimensions schizophrènes du projet israélien cherchant à étendre et à consolider le territoire annexé tout en refusant le contact avec les Palestiniens.

Sur un tel sujet, où les écrits antagonistes ne manquent pas, il est difficile de poser un regard équilibré qui sans faire nécessairement droit à des revendications contradictoires et passionnelles, cherche du moins à les examiner avec distance critique. C’est cet objectif immensément ambitieux que s’est donné Irène Salenson. Il lui vaudra nécessairement quelques volées de bois vert. Ce petit livre courageux synthétise une thèse très dense, soutenue en 2007 au terme d’un travail de terrain long et méticuleux, et actualisée ici sur certains points. L’auteure fréquente Jérusalem depuis quinze ans. Elle parle l’hébreu, comprend l’arabe, a travaillé dans divers organismes publics israéliens d’aménagement, des structures officielles palestiniennes en charge de projets urbains, avec des ONG arabes et israéliennes, en contact avec des habitants israéliens et palestiniens. S’il est toujours vain, comme elle l’indique, de revendiquer une quelconque « neutralité » et si d’ailleurs sa subjectivité d’urbaniste et d’observatrice engagée affleure dans ce livre, du moins dispose-t-elle comme peu de personnes du recul et de la connaissance nécessaires pour délivrer une analyse dépassionnée des politiques et stratégies urbaines qui se déploient dans cette ville et qui la façonnent.

Si la ville attire quantité de géopolitologues obsédés par les dimensions ethniques et religieuses du conflit, il est beaucoup plus rare de lire cette lutte pour l’espace à partir de cette grille d’analyse plus technocratique en apparence. Elle se révèle pourtant à l’usage très heuristique pour à la fois et approfondir la compréhension des mécanismes à l’œuvre sur le terrain et dépasser certains clichés. Irène Salenson a bénéficié, durant son parcours, de la bourse Michel Seurat, octroyée chaque année par le CNRS à de jeunes chercheurs qui enquêtent sur des terrains du Moyen Orient en souvenir de l’œuvre de ce sociologue mort en captivité pendant la guerre du Liban. Seurat est notamment connu pour ses travaux sur les politiques urbaines au Proche Orient. Il y mettait en garde contre la pensée urbanistique et aménageuse, porteuse d’un risque de réification de l’urbain dans sa matérialité technique, « à l’aune du kilomètre de trottoir », écrivait-il. Le risque, pour lui, était de perdre de vue la réalité des pouvoirs et la dynamique des mobilisations sociales qui s’y inscrivent et qui font de la ville l’enjeu même des luttes. Dans cet ouvrage, Irène Salenson ne tombe pas dans cette ornière même si elle étudie très sérieusement les instruments et les justifications des urbanistes qu’elle a longuement côtoyés et interrogés – mais aussi les visions et revendications des ONG et des habitants – palestiniens et israéliens – qui les contestent, les négocient, ou y résistent.

L’un de ses apports est de montrer à la fois la réalité du rapport de force très défavorable aux Palestiniens mais aussi un ensemble d’autres déterminations et controverses secondaires, parfois orthogonales à cette ligne d’analyse majeure. Ainsi cette lecture urbanistique renvoie-t-elle à des enjeux rarement présentés dans le cas de Jérusalem, qui rapprochent la situation de cette ville d’autres métropoles. La mise en évidence du manque d’attractivité, sur le plan démographique, de la métropole de l’intérieur par rapport à sa concurrente Tel Aviv, fait partie de ces éléments méconnus, qui justifient certaines actions d’aménagement.

A un autre niveau, l’ouvrage retrouve également, dans ce contexte si particulier, les impasses d’un mode d’action publique naguère paré des vertus de la modernité et de la rationalité et aujourd’hui contesté pour son caractère hiérarchique et autoritaire, et critiqué pour les effets pervers qu’il génère sur le plan social et politique. La planification urbaine yérosalémitaine, puisque c’est de cela qu’il s’agit, et ses schémas directeurs, sont pris en défaut à la fois face aux revendications et critiques venant de la société civile israélienne – et sans doute aussi de pratiques spéculatives qui auraient pu être davantage éclairées dans l’ouvrage – et face aux besoins ignorés et niés des habitants palestiniens de la ville. De sorte que, comme dans de nombreux autres contextes, cet urbanisme officiel est pris de court, controversé et contourné par de multiples pratiques. Les unes, militaires et de type colonial, visent à étendre et à renforcer l’assise territoriale israélienne et enrôlent les instruments urbanistiques à leur service – en dehors d’une planification approuvée. Les autres relèvent de la dignité du fait accompli face au déni et à l’oubli, ou encore de microstratégies de résistance – parfois conçues et mises en œuvre par l’association d’habitants palestiniens et de professionnels israéliens.

Au total, le livre révèle une multiplicité de formes de mobilisations et d’interactions qui, dans le cadre d’un rapport de force – de plus en plus ? – déséquilibré, illustrent néanmoins l’existence et la conquête de marges d’action alternatives, autonomes ou semi-autonomes. A cet égard, le livre n’apporte pas seulement une connaissance plus fine des formes de production de la ville à Jérusalem, il illustre bien, plus largement, certaines des inflexions majeures de l’urbanisme contemporain, notamment en situation asymétrique. Irène Salenson, en urbaniste critique et engagée, offre ainsi aux professionnels de l’aménagement urbain des éléments pour repenser leurs pratiques en lien avec les habitants et les ONG – qu’on pense aux bidonvilles des villes émergentes ou aux Roms en France.

Alors que l’avenir de Jérusalem et de l’ensemble Israël/Territoires palestiniens est essentiellement envisagé à travers le prisme de la géopolitique, la prise en compte de ces pratiques et fabriques territoriales fines est essentielle. Car ces expériences, pour ténues, fragiles et limitées qu’elles soient, inscrivent modestement sur le terrain d’autres modalités possibles de coexistence ou du moins d’interactions, qui compteront dans le futur peut être plus qu’on n’ose l’espérer en regardant les choses d’en haut.