Archives de catégorie : Non classé

Publier en libre accès, quelles opportunités pour les chercheurs et la diffusion des savoirs ?

J’animerai le 17 octobre prochain une table ronde dans le cadre de la semaine internationale du libre accès qui se tient du 13 au 26 octobre 2014. Les universités Claude Bernard Lyon 1, Lumière Lyon 2, Jean Moulin Lyon 3, la Maison de l’Orient et de la Méditerranée, l’Ecole Normale Supérieure de Lyon, la Bibliothèque Diderot de Lyon et l’Université de Lyon proposent une table ronde sur le thème : Publier en libre accès, quelles opportunités pour les chercheurs et la diffusion des savoirs ? Des chercheurs viendront évoquer et échanger leurs expériences de publication en libre accès.

Vendredi 17 octobre, 9h-12h30, Campus Berges du Rhône, Salle des colloques

Avec la Participation de :

– Bénédicte Kuntziger du CCSD qui présentera la version 3 de Hal

– Gaëlle Riverieux, INRIA, qui fera un retour sur les épi journaux

– Joanna Janik, DIST-CNRS, qui nous parlera de l’expérience du portail HAL UGA

– Peter Wirtz, vice président Recherche, Lyon 3 qui insistera sur les enjeux de l’open access

– 3 retours de chercheurs en physique, en psychologie et en mathématiques qui nous dévoileront leurs pratiques sur l’open access

Des ateliers «dépôt dans l’archive ouverte HAL» seront organisés pour les chercheurs et les doctorants

Ateliers organisés par le SCD Lyon 2 et la MOM

– Vendredi 17 octobre : 14h30-15h30,BU Chevreul

– Lundi 20 octobre : 12h-13h, BU Bron

– Mercredi 22 octobre : 12h-13h, BU Bron

– Jeudi 23 octobre : 12h-13h, BU Chevreul

Ateliers organisés par les BU de Lyon 3

– Vendredi 17 octobre : 14h-16h, BU de la Manufacture

– Lundi 20 octobre : 14h-16h, Palais de la Recherche, Centre de Ressources informatiques, salle 408

Programme disponible : http://www.oaweekfrance.org/programme/publier-en-libre-acces-quelles-opportunites-pour-les-chercheurs-et-la-diffusion-des-savoirs/

Entretien avec Marcel Roncayolo sur les grands événements culturels

En attendant la parution désormais imminente de L’Imaginaire de Marseille de Marcel Roncayolo sur la BI2S, j’ai le plaisir de signaler la parution en ligne d’un entretien que le géographe de Marseille avait accordé en mars 2013, à Boris Grésillon et moi-même, à son domicile marseillais. Il s’inscrit dans le dossier « Faire durer l’événement« , coordonné par Pascale Froment et Boris Grésillon pour la revue Rives méditerranéennes.

L’entretien n’est actuellement disponible en ligne que pour les abonnés à Cairn ou les acheteurs (elle sera en Open Access en janvier 2018). Je me permets donc d’en extraire le fragment suivant où, après une discussion très critique sur les réalisations de Marseille 2013, il revient sur l’enjeu métropolitain dans son rapport à l’événement culturel.

EV : Mais pour revenir à une période plus récente, peut-on dire que le meilleur usage possible que l’on pourrait faire de Marseille Provence capitale européenne de la culture serait d’en faire un accélérateur de métropole ?

M. Roncayolo : D’abord il faudrait concevoir la métropole non plus comme un espace organisé à la façon d’un territoire simplement plus grand que la ville avec ses banlieues, ce qui est la définition initiale de l’aire métropolitaine américaine. Il faut voir la métropole comme quelque chose qui anime un espace à géométrie variable et qui ne s’inscrit pas ou de moins en moins – avec les moyens de communication actuels – dans un territoire préalablement délimité. La notion même de métropole au sens de métropole régionale c’est-à-dire la capitale d’un espace lui-même limité, perd en partie de sa cohérence. D’autre part, le concept de métropole régionale n’est pas à mon avis dans l’ADN marseillais. Cet ADN est plutôt en relation, via la mer, la Méditerranée, et la terre, avec des pays relativement lointains qu’avec des pays frontaliers, et il exerce moins des influences directrices que le rôle d’un élément de liaison. Marseille, c’est avant tout un lieu d’échanges, un lieu de rencontre, un lieu à la fois de convergence et de dispersion. C’est ça qui est important parce qu’elle a d’un côté la Méditerranée et de l’autre le continent. Autrement dit, il faut penser « anti-régionalement » et à mon avis, la grande liaison qui est nécessaire, c’est avec Lyon. Il faut une politique commune à Lyon et à Marseille, beaucoup plus qu’une politique qui serait une politique d’organisation de tout l’espace qui se situe entre la région lyonnaise et la région marseillaise. Dans le même élan, on pourrait aussi créer des liens avec Montpellier.

En résumé, je crois que l’ADN de Marseille est d’être un point d’articulation beaucoup plus qu’une métropole. Elle n’est pas capitale pour un tas de raisons. Elle n’a pas la société d’une capitale car une société de capitale, ça se forge et s’accumule dans le temps. Mais elle reste un admirable point d’articulation et de porosité possible.

EV : Du coup, quelle lecture faites-vous du projet de Métropole marseillaise porté par l’Etat actuellement ?

M. Roncayolo : On ne peut pas faire une politique qui s’enferme dans les moyens – qui sont d’ailleurs faibles – de Marseille. Marseille, d’un point de vue fiscal, est un vide par rapport aux villes de sa périphérie, Aix, Istres ou Martigues. Martigues a beaucoup plus de revenus par habitant que Marseille. Mais les communes de banlieue ne veulent pas entendre parler d’alliance, a fortiori de fusion, avec Marseille ! Plutôt qu’une Métropole institutionnelle, imposée d’en haut et figée dans des limites administratives intangibles, ce sont des territoires et des alliances par rapport à chaque projet qu’il faut constituer. Une sorte de métropole par projet (même si c’est un peu utopique), comme on a inventé un urbanisme par projet en réaction à l’urbanisme planificateur.

Energy and Cities in Emerging countries: challenging the transition narrative

tripoli-panneauxsolairesred

Solar water heater and photovoltaic panels in Qalamoun near Tripoli (Lebanon). July 2014

I will participate to the Royal Geographical Society Conference in London on the 29th August, with Sylvy Jaglin, in the session Energy, city, representation: interrogating the (new) geo-eco-politics of the city convened by Oleg Golubchikov (Cardiff University),
Federico Caprotti (King’s College London), Mike Hodson (University of Manchester)

Summary
The paper draws lessons from 6 cases – Dehli, Istanbul, other Turkish cities, Cape Town, Buenos Aires and Sfax, Tunisia. It discusses the notion of energy transition based on empirical studies in these cities. We challenge the idea of a convergence in the trajectories of energy related changes between the cities, and hence question the consistence of the idea of transition as a unique model. We observe that changes in local energy systems are very much correlated to local social, political, infrastructural of material contingencies. Beyond this, we also critically examine the idea that the urban authorities take a major part in the energy governance and find almost no clue of this fact, given that energy systems remain controlled by state institutions and private actors. But this doesn’t mean that cities remain inert. Specifically, we point out that cities are increasingly the site of multifaceted processes of social and political mobilization about energy issues, specifically about energy securitization, about access to energy and energy tariff in a context of mass poverty, and about energy efficiency and energy saving programs.
All information on the session to be found here.
Our paper is an English version of the Intro paper of the recent issue of Flux on Villes et énergies dans les pays émergents. Don’t hesitate to ask for the French or the English version of the text.

Mohamad Omran, artiste syrien

expo-MohmadOmranOn peut encore voir à Lyon, pour quelques jours, l’exposition de Mohamad Omran, artiste syrien, à la galerie-atelier La Façon.

Dans un style qui mêle dessin et collage, et qui signale l’emploi des techniques de la caricature et des influences surréalistes, Omran propose plusieurs séries de vignettes et quelques tableaux qui portent un regard amer sur la situation en Syrie.

Du même artiste, voir aussi Syrie. Journal depuis le 15 mars 2011, et un ensemble de dessins très fort exposés en 2012 à la galerie Europia. On peut aussi écouter l’entretien qu’il accordé en janvier 2013 au site La clé des langues.

(c) Mohamad Omran / réalisé suite au massacre de Banias

(c) Mohamad Omran / réalisé suite au massacre de Banias

 

Policing Space in the Neoliberal City

Dans le cadre d’un échange Erasmus qui prolonge cette année le séminaire Villes Territoires Mondialisations, Myriam Houssay-Holzschuch et moi-même avons le plaisir d’accueillir Bernd Belina, Professeur à la Goethe-Universität de Francfort sur le Main (page perso en allemand : http://www.uni-frankfurt.de/fb/fb11/ifh/Personen/belina/index.html). Il donnera une conférence intitulée :

Policing Space in the neoliberal City

Cette conférence aura lieu le 25 novembre 2013 à l’ENS de Lyon, salle F-101, de 10h à 12h30. Elle se tiendra en anglais.

La séance est destinée aux étudiants de M1 et M2 des Master Villes et sociétés et STADE, qui prépareront avec profit cette séance en lisant les textesréférenceés ci-dessous.

Mais par ailleurs, la séance est ouverte à tous les étudiants et chercheurs intéressés.

Liste de textes qui feront l’objet d’une discussion durant la séance (lecture nécessaire par les étudiants)

Belina, Bernd. 2011. « Disparitäten in der Stadt mittels Strafrecht regieren: governing through crime through space ». In Urbane Differenzen, édité par Bernd Belina, Wolfgang Müller, et Detlev Sträter, 115‑131. Raumproditionene. Münster: Wesfälisches Dampfboot.
(traduction française : Gouverner les disparités grâce au droit pénal; texte disponible sur demande)

Kelling, George L., et James Q. Wilson. 1982. « Broken Windows. The Police and Neighborhood Safety ». The Atlantic, mars.

Mitchell, Don. 1997. « The annihilation of space by law: the roots and implications of anti-homeless laws in the United States ». Antipode 29 (3): 303–335.

Visite guidée de l’exposition Carrot City samedi 26 janvier à 11h30

Lors de l’inauguration, le 10 janvier 2013,avec Georges Boichot et Jean-Paul Dumontier de l’association Lyon 2100 et en présence de Gilles Buna, adjoint à l’urbanisme du Grand Lyon

Dans le cadre des activités autour de l’exposition Carrot City à Lyon, son commissaire Joe Nasr sera sur place à l’Orangerie du Parc de la Tête d’Or le samedi 26 janvier à 11h30 pour une visite guidée ouverte à tous. Cette visite n’aura donc pas lieu le 25 janvier à 18h comme annoncé sur certains programmes.

Pour plus de détails sur l’exposition et les activités liées, voir ici, , ainsi que ce flyer (PDF)

 

Métropoles et énergie dans les PED et pays émergents : gouvernance d’une nouvelle question publique urbaine

Paysage électrique à Beyrouth : réseaux électriques officiel et parallèle, chauffe-eau solaire, réservoirs d’eau sur le toit

Séminaire SerVed (Services en réseaux dans les villes en développement), avec le soutien de l’Agence française de développement et de la Chaire Villes (École des ponts ParisTech, AFD, Suez-Environnement, GDF-Suez)

Organisation : Eric Verdeil (EVS, CNRS Lyon), Sylvy Jaglin, responsable (LATTS, U. de Marne-la-Vallée), avec l’assistance de Thomas Blanchet (LATTS)

Argumentaire à consulter ici.

Date : le 21 décembre 2012, de 9h30 à 17h30

Lieu : Agence française de développement

Inscription obligatoire : contacter Eric Verdeil (eric.verdeil _at_ normalesup.org) ou Thomas Blanchet (blanchet _at_ enpc.fr) avant le 7/12/2012

Programme

9h15-9h30          Accueil dans le hall de l’AFD. Pour des raisons logistiques, il est essentiel d’arriver à l’heure.

9h45      Introduction : Eric Verdeil / Sylvy Jaglin

Les enjeux de la gouvernance métropolitaine de l’énergie

(20 mn par exposé + 10 mn de questions factuelles)

10h        Bernard Cornut (expert énergie dans les pays du Sud de la Méditerranée), Les collectivités locales et la gestion des services urbains à l’heure de la transition énergétique : retours d’expérience dans quelques villes du sud de la Méditerranée.

10h30    Jean-François Pérouse (Institut français d’études anatoliennes), L’invention d’une nouvelle gouvernance énergétique dans les métropoles turques : contraintes, acteurs et enjeux

11h        Marie-France Prévôt-Schapira (U. Paris 8), Sébastien Velut (U. Paris 3), Buenos Aires, géopolitique de la transition énergétique

11h30    Alain Dubresson (U. Paris Ouest-Nanterre) : Politique municipale et transition énergétique au Cap (Afrique du Sud). Problèmes et limites d’une action métropolitaine

12h-12h30          Débat

Des discours aux pratiques: la difficile appropriation des outils d’action

14h        Eric Verdeil (EVS, U. de Lyon), Hugo Bolzon (U. Lumière Lyon 2), Laurence Rocher (EVS, U. Lumière Lyon 2) : La maîtrise de l’énergie, des dispositifs sectoriels nationaux à la territorialisation de l’action publique : ambitions et contradiction à travers l’exemple de Sfax (Tunisie)

14h30    Francesca Pilo (LATTS, U. Paris Est Marne-la-Vallée) : La relation entre « éducation » à la consommation et la stabilisation de la relation marchande dans le contexte des projets de régularisation des branchements clandestins dans les favelas

15h        Marie-Hélène Zérah (Centre de recherche en sciences humaines, Delhi), L’impossible émergence d’un débat autour de la question des énergies propres à Delhi

15h30    Dominique Lorrain (LATTS-CNRS-U. Paris Est-ENPC): Les enjeux du développement des cleantechs à Shanghai

16h-17h Débat

Révoltes et transitions dans le monde arabe : vers un nouvel agenda urbain ?

Photo Jimmy Markoum (c) du vendredi 28 janvier – rue Batel Ahmed Abd El Aziz – quartier de Doqqi – Caire

Colloque international Centre d’Études et de Documentation Économiques, Juridiques et Sociales (CEDEJ), Le Caire. 7-8-9 novembre 2012

Les soulèvements populaires qui ont touché le monde arabe en 2011 ont largement concerné les villes, grandes et moyennes, de la région, et fortement impliqué les sociétés urbaines. Les élections qui ont suivi dans certains pays (Tunisie et Égypte notamment) pourraient avoir, quant à elles, de fortes conséquences sur les manières de gouverner les espaces urbains.

2011 est une année qui met en question le passé de l’action urbaine conduite par les régimes tombés ou bousculés, mais également son avenir. Sans savoir clairement quel sera le résultat de la « Révolution », et tout en mesurant bien que l’on se situe au début d’un processus qui sera nécessairement long, on peut déjà affirmer que les défis pour définir un nouveau modèle de développement urbain seront nombreux.

Ce colloque international vise donc à débattre de la dimension urbaine des grands changements qui touchent actuellement le monde arabe, depuis les origines des épisodes révolutionnaires de 2011 jusqu’aux expériences actuelles de démocratisation, en passant par les phases de transition politique et de crise économique et sociale plus ou moins longues dans lesquelles les États sont encore pris. L’objectif est bien de (re)considérer les processus d’urbanisation et les pratiques urbaines à l’aune de l’actualité politique, économique et sociale particulièrement brulante dans la région depuis le début de la décennie. En croisant les regards de chercheurs en sciences sociales et d’experts travaillant sur le Maghreb, le Moyen-Orient et la Péninsule arabique, ce colloque ambitionne de participer au renouvellement des études urbaines sur le monde arabe, de moins en moins dissociables des analyses économiques et politiques qui peuvent en être faites.

Cinq thèmes sont proposés dans cet appel à contributions :

Les dimensions urbaines des révoltes

Vivre dans des villes en révolte et en transition

Héritages du passé : inventaire et remise en cause de l’action urbaine des « anciens régimes »

Élections et nouveaux pouvoirs politiques : l’agenda urbain en question

Refonder un développement urbain durable : propositions de la société civile et des bailleurs

Organisateurs :

Pierre-Arnaud BARTHEL (Université Paris-Est – LATTS-CNRS)

Roman STADNICKI (CEDEJ, Le Caire)

Voir pour plus de détail le fichier PDF ou le lien sur Calenda.

Sur un sujet proche, d’autres appels à contributions.