Archives de catégorie : Non classé

Comptes rendus de l’Atlas du Liban: les nouveaux défis (2016)

Comme je l’ai fait pour les autres ouvrages que j’ai publiés, voici une liste (évolutive je l’espère) des comptes rendus et recension de l’Atlas du Liban : les nouveaux défis publié par les Presses de l’IFPO.

Compte rendu de Cynthia Ghorra Gobin dans La Revue Urbanisme, n°404, printemps 2017 (PDF)

Compte rendu de Malak Makki: أطلس لبنان: تحدّيات جديدة في البيئة والعمران والجغرافيا السياسية, Al Safir, 26/12/2016 (site du journal, qui a cessé sa parution; PDF)

Signalement dans Le Petit Journal (17 janvier 2017), Hélène Boyé

Postdoc Métabolisme urbain à Paris Est

LABEX FUTURS URBAINS
 
RECRUTEMENT DE POST-DOCTORANT-E
APPEL A CANDIDATURES
 
 

GROUPE TRANSVERSAL PROPOSANT LE SUJET : Métabolisme Urbain

 SUJET : Économie circulaire et métabolisme urbain : une analyse des flux de matériaux de construction liés aux projets urbains sur le territoire de l’EPA ORSA (Orly-Rungis Seine Amont)

CHERCHEURS RESPONSABLES DU PROJET :

PRÉSENTATION DU PROJET :

L’analyse du métabolisme urbain présente un grand intérêt pour l’analyse du rôle environnemental des villes et de leur résilience. Le métabolisme urbain concerne l’analyse des flux entrants de matériaux de construction, d’eau, de produits alimentaires, de combustibles, mais aussi les flux sortants d’émissions, de déchets ou encore de produits finis. Il questionne également les fonctions, principalement logistiques et de transport, associées aux flux entrants et sortants de la ville ; ces flux nécessitent en effet souvent des schémas logistiques complexes fortement générateurs de transport. Plus largement, il interroge la localisation des ressources mobilisées par les villes mais aussi les systèmes socio-techniques qui soutiennent ces flux.

 

Sur le territoire de l’EPA ORSA, les projets urbains sur le territoire génèrent d’importants besoins en matériaux de construction. La zone des Ardoines notamment concentrent d’importantes opérations d’aménagement qui vont nécessiter d’importants flux de matières pour alimenter les chantiers, et générer des déchets de construction qu’il va falloir évacuer.

PROFIL DU CANDIDAT :

Le(la) candidat(e) recherché(e) devra avoir un profil pluridisciplinaire et sera préférentiellement titulaire d’un doctorat (ou diplôme jugé équivalent) en aménagement, géographie, économie, génie urbain ou sciences de l’environnement.

Des publications dans des revues à comité de lecture, l’aptitude au travail en équipe et des qualités relationnelles sont indispensables, tout comme des qualités de communication orale et écrite en français et en anglais.

 DURÉE DU CONTRAT : 1 an renouvelable à compter du 2 Mai 2016

 RÉMUNÉRATION : 2 000 € net/m

LOCALISATION : Campus de Marne-la-Vallée (Champs sur Marne)

DOSSIER DE CANDIDATURE :

Date limite de remise du dossier : 20 Mars 2016

Documents à joindre au dossier :

  • Résumé de la thèse + documents de soutenance (pré-rapports et rapport). Dans le cas où la soutenance n’a pas encore eu lieu, les pré-rapports suffiront.
  • Curriculum Vitae.
  • Une lettre de motivation indiquant à quel projet le/la candidat-e pourrait prendre part et un exposé de sa compréhension du sujet et de la contribution qu’il/elle pense pouvoir y faire, en deux pages.
  • Le dossier de candidature, accompagné des pièces demandées, doit être renvoyé, par mail ou par l’application « We transfer » à : Catherine Alcouffe (catherine.alcouffe@univ-paris-est.fr)
  • Pièces jointes:
    • Appel à candidature (format .PDF)
    • Dossier de candidature (format word)

Luttes sociales au prisme d’une écologie politique urbaine. Le cas de l’énergie : Liban, Jordanie et Tunisie

(c) Emad Hajjaj. The Jordanian citizen with high prices

(c) Emad Hajjaj. The Jordanian citizen with high prices

J’ai l’honneur d’être invité au séminaire « Mais que veut donc le peuple ? Les dynamiques et inégalités socioéconomiques et spatiales dans leurs rapports aux soulèvements au Maghreb & au Moyen Orient » organisé par Habib Ayeb, François Ireton et Vincent Battesti.

J’y présenterai une communication intitulée

Luttes sociales au prisme d’une écologie politique urbaine. Le cas de l’énergie : Liban, Jordanie et Tunisie

lors de la séance du mercredi 16 Décembre 2015 de 15h à 18h

Université Paris 8 à Saint Denis, Salle D008

Métro Saint-Denis – Université (Ligne 13)

Résumé :

A partir d’un travail sur les manifestations de la crise énergétique au Liban, en Jordanie et en Tunisie, notamment abordée sous l’angle de l’électricité (pénurie, tarifs), cette intervention cherchera à déplacer la manière classique d’appréhender les questions d’énergie du prisme géopolitique vers le prisme urbain et social. Et analysera dans quelle mesure ces luttes sectorielles sont susceptibles de constituer des amorces (ou des entraves) à des mouvements sociaux plus larges.

L’intervention s’appuiera sur l’argumentation développée dans ma récente HDR Une écologie politique des énergies urbaines : villes sud-méditerranéennes sous tension.

Vous êtes très cordialement invité-e-s

N’hésitez surtout pas à diffuser dans vos réseaux. Merci d’avance.

PS : Pensez à venir avec une pièce d’identité qui vous sera certainement demandée par les services de sécurité de l’université.

Vient (enfin) de paraître: Local Governments and Public Goods: Assessing Decentralization in the Arab World

1443012623-BookCoverPic-EnLe LCPS publie après un long processus éditorial cet ouvrage, dirigé par Mona Harb et Sami Atallah. Les textes, préparés en 2013, sont en anglais et en français, et accessibles en ligne. Une version arabe existe par ailleurs.

Un jalon utile dans la réflexion et l’accumulation de la connaissance, mais un état des lieux sans doute en partie déjà dépassé par la violence qui déchire la région, tandis que les politiques publiques courent après sans logique.

Decentralization, democratization, and the role of regional and local governments in delivering services are key issues to development across the Arab world. While the tools and processes by which decentralization is carried out vary, the stated goals of these efforts are to create a more democratic system of governance and more effective urban management.
Countries across the Arab world have been engaged in a range of decentralization efforts. This book documents and assesses past and current decentralization policies and initiatives in five Arab states. Country-specific case studies are authored by Ali Bouabid and Aziz Iraki for Morocco, Sami Yassine Turki and Eric Verdeil for Tunisia, Myriam Ababsa for Jordan, Omar Abdulaziz Hallaj for Yemen, and Mona Harb and Sami Atallah for Lebanon.
The common analytical framework is structured along three components: The rules and politics of decentralization, the legislation and practice of service delivery, and the fiscal structures of decentralization. Through the examination of service delivery cases, we identify, document, and understand instances of power struggles at the regional and local levels, and features that explain their varying successes and failures.

Table des matières

Introduction: A New Framework for Assessing Decentralization in the Arab World, Mona Harb and Sami Atallah
Chapter 1 Tunisie: La Constitution (du Printemps) Ouvre le Débat sur la Décentralisation, Sami Yassine Turki et Eric Verdeil
Chapter 2 Maroc: Tensions Centralisatrices, Ali Bouabid et Aziz Iraki
Chapter 3: Yemen: Between Tides of Unity and Tribal Approval, Omar Abdulaziz Hallaj
Chapter 4: Jordanie: la Décentralisation par Décision Centralisée et la Démocratie par Volonté Royale, Myriam Ababsa
Chapter 5: Lebanon: A Fragmented and Incomplete Decentralization, Mona Harb and Sami Atallah
Synthesis: An Assessment of Decentralization and Service Delivery in the Arab World,
Mona Harb and Sami Atallah

La version PDF de l’ouvrage est accessible en ligne.

Citer ce billet ainsi: Eric Verdeil, "Vient (enfin) de paraître: Local Governments and Public Goods: Assessing Decentralization in the Arab World," Rumor, 2 octobre 2015, http://rumor.hypotheses.org/3800.

Observer la ville arabe : le réseau des observatoires urbains

rendezvousDans le cadre des rendez-vous de l’histoire du monde arabe, je participerai demain 5 juin à 10h à une table ronde évoquant l’histoire et le bilan des observatoires urbains dans le monde arabe.

Y participeront:

  • Mercedes Volait, Directrice de recherche au CNRS, directrice du laboratoire
    InVisu ;
  • Eric Verdeil, chercheur au CNRS spécialiste de géographie urbaine ;
  • Julien Loiseau, directeur du Centre de Recherche français de Jérusalem (CRJF) ;
  • Eric Denis, docteur en géographie, directeur de recherches au CNRS
  • Modérateur : Vincent Lemire, maître de conférences à l’Université Paris-Est /
    Marne-la-Vallée 

Lancés dans les années 1980-1990 à partir du Caire, d’Istanbul et de Beyrouth notamment, les Observatoires urbains se sont rapidement imposés comme des acteurs majeurs de la politique de recherche et la diffusion de l’expertise scientifique sur les villes arabes. De fait, leur constitution en réseau fut une des premières préfigurations de la mutualisation des futurs Instituts Français de Recherche à L’Etranger (IFRE) en Méditerranée. Au moment où les contraintes budgétaires et les restrictions de postes menacent clairement ces collectifs de recherche, il est important de revenir sur l’histoire de ces Observatoires urbains, sur les acquis scientifiques et institutionnels qu’ils représentent mais aussi sur leur avenir possible.

Le nouvel esprit de Marseille, par André Donzel : compte rendu

donzel marseilleLivre recensé : André Donzel, 2014, Le nouvel esprit de Marseille, Paris, L’Harmattan, Questions contemporaines/ Série questions urbaines, 176 p.

Marseille a été soumise, ces dernières années, à une exposition médiatique intense mais contradictoire : aux feux des paillettes illuminant les réjouissances culturelles de l’événement « Capitale de la culture », qui s’inscrivent dans une temporalité éphémère, s’opposent ceux des règlements de compte violents qui ensanglantent la ville, ou la chronique nauséabonde des affaires politico-économiques, deux expressions d’une histoire maudite qu’on pourrait croire indépassable. A ces images dominantes, André Donzel oppose un livre de synthèse qui se donne pour objectif de mettre au jour les transformations invisibles ou méconnues de la ville, de son économie, de l’action publique aménageuse et de son esprit civique. Il place sa réflexion sur ce Nouvel esprit de Marseille sous le patronage intellectuel de Boltanski et Chiapello, qui le conduit à insister sur l’émergence d’un capitalisme cognitif reconfigurant les expériences et les mondes, notamment par la prise en charge du rôle nouveau de la culture. Ce faisant, il lutte contre ces raccourcis médiatiques qui font de Marseille une ville irrémédiablement soumise à la pauvreté, à la corruption et au grand banditisme dont Marseille Provence 2013 ne constituerait qu’un brillant contre-exemple, mais sans lendemain.

L’auteur suit les transformations sociales et économique de Marseille et de sa région depuis longtemps, en sociologue urbain, et inscrit sa réflexion à la fois dans un dialogue avec ses pairs marseillais, en se basant sur des sources d’information très pointues et diverses, mais aussi avec les grands courants de la recherche urbaine et sociologique. Marseille est ainsi replacée dans une grille de lecture élargie ; si la ville a une trajectoire singulière, elle n’en reste pas moins en relation avec les autres villes françaises.

Le livre est structuré en six chapitres. André Donzel met d’abord en avant l’émergence d’une nouvelle économie urbaine, soulignant à l’encontre des clichés le dynamisme portuaire, la construction du pôle technopolitain et, plus classiquement le poids de l’économie résidentielle, notamment le secteur de la construction. Le deuxième chapitre analyse la « dynamique de franchisation urbaine », autrement dit le rôle croissant des opérateurs privés dans la production urbaine, dans un contexte de retrait des acteurs publics. A. Donzel reconnaît que ces mutations ne sont pas favorables à une mise en œuvre satisfaisante de la transition écologique, ce dont les avatars de la question des déchets offrent une cinglante illustration. La société locale apparaît, en conséquence de ces dynamiques, de plus en plus polarisée, les classes moyennes fragilisées faisant grossir la masse des populations défavorisées. C’est l’objet du troisième chapitre. La gouvernance urbaine est mise en tension par ces évolutions, comme le montre le chapitre quatre. Les acteurs publics locaux, notamment la municipalité centrale, sortent paradoxalement affaiblis de la décentralisation, ce qui explique la montée en puissance des grands opérateurs privés et le retour de l’Etat, notamment avec la construction à marche forcée d’une communauté d’agglomération élargie. La fragmentation sociale au sein de l’agglomération et l’affaiblissement du pouvoir local contribue à des formes de défection politique, parmi lesquelles il range le vote FN ou les logiques d’entre soi visibles dans la montée de l’habitat fermé. Mais en contrepoint, André Donzel souligne aussi d’autres formes de mobilisation sociales. Il présente ainsi une vision nuancée des mobilisations syndicales, auxquelles il a consacré par ailleurs une étude poussée, des nouvelles mobilisations au sein des élites mais aussi de la réinvention de la démocratie urbaine par en bas, sans enjoliver le bilan ni les minimiser les clivages politiques existants (chapitre cinq). Enfin l’auteur analyse les transformations culturelles de la cité,  qui dessinent selon lui une dynamique durable. Revenant après d’autres, comme Boris Grésillon, sur Marseille Provence 2013, il montre que cet événement a conforté ces dynamiques, malgré les divisions et les contestations qu’il a aussi suscitées (chapitre six).

Au total, ce livre présente une vision actualisée et neuve des transformations de cette agglomération, avec le souci de lutter contre les légendes noires. S’il ne minimise pas les difficultés et les problèmes, par exemple la pauvreté ou l’environnement, certaines dérives peuvent paraître édulcorées, comme les polémiques récentes sur les fermetures de piscines publiques ou les lacunes de l’encadrement périscolaire qui ont récemment défrayé la chronique et les réseaux sociaux. Par ailleurs, on pourra juger que sa présentation, construite sur un point de vue centré sur le cœur de l’agglomération, sous-valorise les périphéries urbaines et leur variété. Une approche plus géographique aurait sans doute pu rendre compte davantage de cette diversité mais peut être en perdant de la cohérence du propos, qui est un vrai point fort de ce livre. Enfin, si André Donzel souligne les analogies et les différences entre la dynamique métropolitaine marseillaise et celles des autres villes françaises, il aurait aussi pu être intéressant de la confronter avec celles des villes méditerranéennes comparables, surtout si l’on prend au sérieux le renouveau des ambitions internationales de la cité.

PS : Signalons qu’André Donzel a par ailleurs contribué au récent numéro de Rives méditerranéennes consacré à « Faire durer l’événement« , à travers une très intéressante lecture de l’œuvre de Marcel Roncayolo, du point de vue de la sociologie (complémentaire de ma propre lecture de géographe exposée dans la présentation de l’Imaginaire de Marseille récemment reparu).

Pourquoi je marche aujourd’hui

Je participe à la manifestation en hommage aux victimes de l’attentat contre Charlie Hebdo et de la prise d’otages de Vincennes, mais cette décision n’a pas été sans réticence. Cette manifestation doit être silencieuse, mais comme elle sera surchargée de slogans et de signes que je ne partagerai pas forcément, j’ai préféré à l’avance exprimer les raisons de mon malaise.

Le sens de ma participation est évident : c’est d’abord l’expression de ma douleur face à ces morts horribles et absurdes, c’est l’expression de mon deuil et de ma solidarité à l’égard des victimes et de leurs proches. Je souhaite aussi marquer mon attachement aux valeurs démocratiques et en particulier à la liberté d’expression, clairement visée par ces actes. En outre, je souhaite également exprimer mon refus et ma condamnation de l’antisémitisme effroyable que manifeste la prise d’otages et l’exécution de plusieurs d’entre eux à Vincennes, deux ans après les actes de Mohammed Merah. Cet antisémitisme doit être reconnu pour ce qu’il est et combattu sans réserve.

Mais plusieurs faits me gênent considérablement. Malgré les mises en garde contre l’amalgame après l’odieux assassinat de collaborateurs de Charlie Hebdo et des autres victimes, ces trois derniers jours ont donné lieu à une série d’actes témoignant d’une islamophobie assumée et débridée, qui ne sont guère mis en avant dans les médias et les analyses. Si le Président de la République a condamné l’antisémitisme et le racisme, je crois indispensable, à la lumière de ces actes, de spécifier ce dernier pour ce qu’il est.

En ne le faisant pas, et en promouvant un unanimisme aveugle aux failles qu’il prétend recouvrir, la classe politique dans son ensemble laisse fermenter le poison de la division au cœur de notre société. Les nombreux incidents et malaises qui ont émaillé le moment de deuil national décrété jeudi en portent témoignage1 : brimades à l’égard de jeunes « arabes » ou « musulmans » voire tout simplement lycéens qui exprimant des questions, des doutes ou qui revendiquent un autre point de vue que « je suis Charlie ». Si la liberté d’expression a un sens, ces faits sont regrettables. D’autres faits plus anciens, évidemment pas majoritaires ni même nombreux, mais non moins avérés, incitent à l’inquiétude. Par exemple cet enseignant d’un établissement fréquenté par mes enfants qui a expliqué, après l’assassinat du randonneur Hervé Gourdel en Algérie : « il faut savoir que la décapitation est une coutume courante chez les Arabes ».

A mon malaise face à cet aveuglement et à ce silence coupable sur l’islamophobie, s’ajoutent la surenchère et la récupération à laquelle se sont livrés les dirigeants politiques nationaux et étrangers qui se sont invités à cette manifestation, parmi lesquels des pseudo-démocrates alliés des jihadistes ou au minimum complaisants à leur égard; des extrémistes juifs et leurs alliés sans scrupule ; des assassins ordinaires de la démocratie ; des pourfendeurs de la liberté d’expression et du « blasphème »; etc. Cette surenchère révèle à la fois l’amateurisme et les contradictions de la politique étrangère française, enferrée dans des alliances scandaleuses et embarquée dans des équipées contradictoires au nom d’une lutte contre le terrorisme qu’elles ne cessent d’alimenter.

Je manifeste aujourd’hui, mais je ne veux aucunement cautionner ces fautes, ces dérapages et cette récupération.

Notes _____________________
  1. ils ont été rapportés par la presse mais aussi par mes enfants []

Soutenance de thèse de Mouayad Kanaan : Les quartiers non-réglementaires de l’agglomération de Damas

Un bâtiment en construction dans la localité d'Al Baadaliya, banlieue de Damas, mai 2011

Un bâtiment en construction dans la localité d’Al Baadaliya, banlieue de Damas, mai 2011 – (c) M. Kanaan

Je suis très heureux d’annoncer la soutenance de thèse de Mouayad KANAAN intitulée « Les quartiers non-réglementaires de l’agglomération de Damas : entre les projets urbains et les initiatives des habitants », sous la co-direction de Jacques Bonnet et moi-même.

Le jury se compose, outre les co-directeurs, de Valérie Clerc, Marcus Zepf, Taoufik Souami et Fabrice Balanche.

La soutenance publique aura lieu le mercredi 19 novembre, à 10h, salle de la Rotonde, Université jean Moulin, 18, rue Chevreul.

Résumé : cette thèse de doctorat repose essentiellement sur notre analyse critique des études et des projets menés par différents consultants (syriens, européens, internationaux) et sur nos enquêtes de terrain à Damas, capitale de la Syrie. En 2004, près de 40 % de la population de l’agglomération de Damas vivaient dans des zones non-réglementaires. Celles-ci représentent donc une composante essentielle de l’expansion urbaine. Premièrement, la thèse analyse le phénomène de l’habitat non-réglementaire à Damas. Elle explique le marché foncier et les caractéristiques des lotissements clandestins dans trois études de cas, deux quartiers: Assad Al Din et Daf Al Chok et un village : Al Bahdalya. Elle montre également comment le maître d’œuvre effectue les étapes de sa construction. Deuxièmement, la thèse traite de la politique urbaine. Elle présente les consultants : MAM, Cities Alliance, Al Diwan, qui ont mené des études et des projets pour les zones étudiées. Elle examine ici leurs études et projets dans une analyse critique approfondie. Troisièmement, la thèse traite de la politique urbaine à l’épreuve des usagers. Elle étudie les caractéristiques socioéconomiques des habitants interviewés des zones étudiées, leur mobilité résidentielle et leurs attitudes à l’égard des projets et des études proposés. Certains des chefs de ménage interviewés pensent qu’ils seront logés, mais beaucoup pensent qu’ils seront expulsés. C’est pourquoi la thèse traite finalement la question du relogement en s’appuyant sur notre enquête de terrain dans une banlieue de relogement Al Hussainyah.

Mots-clés : Syrie, agglomération de Damas, politique urbaine, habitat non-réglementaire, relogement, marché foncier, logement, municipalité, services, , projets urbains, diagnostic, analyse critique, mobilité résidentielle, expropriation, compensation, expulsion.

Les Chemins Politiques de la Transition Ecologique

Je suis membre du comité scientifique du Colloque Les Chemins Politiques de la Transition Ecologique, qui aura lieu à l’ENS de Lyon les 27 et 28 octobre 2014. Voici le résumé de son argumentaire.

La nécessité de passer d’un mode de développement destructeur de la nature à un autre, qualifié de « durable » ou d’« écologique » s’inscrit désormais dans tous les agendas politiques, de Rio +20 au récent programme du Ministère de l’écologie. Tout comme les notions de « résilience » ou de « développement durable » qui l’ont précédé, le terme générique de « transition écologique » désigne un modèle de société qui interroge les sciences humaines et sociales et amène à des diagnostics nombreux et contradictoires.

Ce colloque interdisciplinaire réunira des philosophes, des géographes, des sociologues et des historiens afin de réinsérer la notion de transition dans le contexte temporel et spatial qui l’a vu émergé. Les modes d’action collective et les modèles économiques seront examinés à la lumière d’autres initiatives politiques se revendiquant d’autres courants historiques.

Le colloque se déroulera les 27 et 28 octobre prochains à l’ENS de Lyon, site Descartes (amphithéâtre de l’IFE). Les inscriptions sont ouvertes sur le site du colloque (http://events.it-sudparis.eu/transition/).

Il est organisé par le réseau franco-allemand Saisir l’Europe – Europa als Herausforderung, l’UMR5600 EVS, le Laboratoire du Changement Social et Politique (Paris VII Denis-Diderot), Mines-Telecom. L’événement est soutenu par l’ENS de Lyon et le CNRS Rhône-Auvergne.

Programme provisoire

Lundi matin

9h-11h Atelier épistémologie :

Florence Rudolf (théorie sociologique et transition écologique)

Cédric Rio (accélération et présentisme)

Jean Chamel (politique et religieux)

Jean Le Goff (temporalités et militantisme)

11h15-13h15 Théories de la transition :

Dominique Méda (travail et transition écologique)

Lydie Laigle (mise en mouvement de la transition écologique par la société civile)

Aliènor Bertrand (histoire politique)

Thierry Brugvin (écosocialisme et écocommunisme) ;

Nicolas Haeringer et Maximes Combes (transition écologique et action politique)

Lundi après-midi

15h-16h30 De la transition énergétique à la transition écologique :

Benoit Granier (smarts communities au Japon)

Marie Gérin-Jean (transition énergétique au Maroc)

Teva Meyer (transitions énergétiques et géopolitique, ex. France, Allemagne, Suède)

17h-19h Table-ronde : quelle économie pour la transition écologique : Fabrice Flipo, Denis Couvet, Philippe Pelletier

Mardi matin

9h-10h30 Transition écologique à l’épreuve des histoires politiques européennes :

Anne-Marie Thirion (écocités France/ Danemark)

Yves Chetchouki (village en transition)

Karin Maire Parienti (jardins partagés en France et en Allemagne)

11h-12h30 Les pratiques matérielles de la transition :

Alice Canabate (initiatives de transition post-crise)

Gabriel Montrieux (circuits-courts alimentaires)

Eric Doidy (théorie du care et jardins)

14h30-17h Déplacements et échelles :

Geoffrey Pleyers (âge global)

Malcom Ferdinand (postcolonial studies dans les Caraïbes)

Maura Benegiamo (Etat et marché dans le développement)

René Audet (sustanaibility transition, échelles)

Sofiane Bouhdiba (biocarburants nord/sud)

17h30-19h : Plénière : synthèse du colloque

Publier en libre accès, quelles opportunités pour les chercheurs et la diffusion des savoirs ?

J’animerai le 17 octobre prochain une table ronde dans le cadre de la semaine internationale du libre accès qui se tient du 13 au 26 octobre 2014. Les universités Claude Bernard Lyon 1, Lumière Lyon 2, Jean Moulin Lyon 3, la Maison de l’Orient et de la Méditerranée, l’Ecole Normale Supérieure de Lyon, la Bibliothèque Diderot de Lyon et l’Université de Lyon proposent une table ronde sur le thème : Publier en libre accès, quelles opportunités pour les chercheurs et la diffusion des savoirs ? Des chercheurs viendront évoquer et échanger leurs expériences de publication en libre accès.

Vendredi 17 octobre, 9h-12h30, Campus Berges du Rhône, Salle des colloques

Avec la Participation de :

– Bénédicte Kuntziger du CCSD qui présentera la version 3 de Hal

– Gaëlle Riverieux, INRIA, qui fera un retour sur les épi journaux

– Joanna Janik, DIST-CNRS, qui nous parlera de l’expérience du portail HAL UGA

– Peter Wirtz, vice président Recherche, Lyon 3 qui insistera sur les enjeux de l’open access

– 3 retours de chercheurs en physique, en psychologie et en mathématiques qui nous dévoileront leurs pratiques sur l’open access

Des ateliers «dépôt dans l’archive ouverte HAL» seront organisés pour les chercheurs et les doctorants

Ateliers organisés par le SCD Lyon 2 et la MOM

– Vendredi 17 octobre : 14h30-15h30,BU Chevreul

– Lundi 20 octobre : 12h-13h, BU Bron

– Mercredi 22 octobre : 12h-13h, BU Bron

– Jeudi 23 octobre : 12h-13h, BU Chevreul

Ateliers organisés par les BU de Lyon 3

– Vendredi 17 octobre : 14h-16h, BU de la Manufacture

– Lundi 20 octobre : 14h-16h, Palais de la Recherche, Centre de Ressources informatiques, salle 408

Programme disponible : http://www.oaweekfrance.org/programme/publier-en-libre-acces-quelles-opportunites-pour-les-chercheurs-et-la-diffusion-des-savoirs/