Archives de catégorie : Non classé

Liban : un système contesté – Quelques compléments à apporter

Des étudiants participent à une manifestation contre le gouvernement à Saïda, dans le sud du Liban, le 23 octobre 2019.• Crédits : Mahmoud Zayyat - AFP (image illustrant l'émission sur FC)

J’ai participé ce 26/10/2019 à l’émission Affaires étrangères sur France Culture, animée par Christine Ockrent, intitulée Liban: un système contesté, en compagnie de Hamdam Mostafavi, Aurélie Daher, Carla Eddé et Karim Emile Bitar (ces deux derniers par téléphone depuis Beyrouth), au sujet des mobilisations très importantes auxquelles on assiste depuis plus d’une semaine.

Les questions qui m’ont été posées ont principalement porté sur les évolutions économiques depuis les années de reconstruction et les inégalités qui en résultent, ainsi que sur l’impact de la présence des réfugiés syriens au Liban. Dans la dynamique de l’émission, je n’ai pas pu préciser autant qu’il aurait été nécessaire certains points, ni pu rebondir sur les propos des autres invités. Voici donc quelques éléments d’approfondissement.

En premier lieu, les causes structurelles de la crise sont l’incapacité du système économique à intégrer la jeunesse libanaise, condamnée au chômage ou à l’émigration. Le système construit depuis les années 1990 privilégie le secteur financier, l’immobilier et le tourisme (au gré des remous de la scène internationale), et entrave les secteurs productifs de l’agriculture et de l’industrie qui pourraient pourtant bénéficier de certains avantages du Liban (climat, qualification de la main d’oeuvre, accès aux marchés du monde arabe). Deuxième grande cause, l’état déplorable des infrastructures : électricité, eau, gestion des déchets, transports.

Concernant la question de réfugiés, il est notable qu’elle semble largement absente des revendications des manifestants, alors même que plusieurs partis politiques et notamment le Courant patriotique libre de Gebran Bassil, ont en fait un enjeu majeur ces dernières années, dans une rhétorique souvent explicitement raciste. Malgré les tensions sur le marché de l’emploi non-qualifié, et la concurrence que peuvent représenter les travailleurs syriens dans l’agriculture ou le bâtiment, l’arrivée des réfugiés a aussi entraîné un important flux monétaire dans le pays, et a alimenté un marché de l’emploi dans les ONG dont de nombreux jeunes Libanais qualifiés ont bénéficié.

Dans ce contexte, il est vrai que les mobilisations actuelles présentent des caractéristiques remarquables, qui justifient l’enthousiasme des manifestants et d’une partie des observateurs. Leur caractère national et largement affranchi des logiques communautaires ne font aucun doute, de même que le ras le bol généralisé à l’encontre de la classe politique et du système.

Malheureusement dans l’émission, certains éléments de nature à tempérer cet enthousiasme n’ont pas été assez soulignés. D’abord, sur le plan économique la crise monétaire et la dévaluation rampante, accompagnée d’une pénurie de dollars, est une préoccupation centrale. Depuis le début des manifestations, les blocages routiers se traduisent par des début de pénurie en essence et en pain, qui inquiètent en particulier dans les régions éloignées du centre. Ces inquiétudes pèsent sur l’enthousiasme d’une bonne partie des personnes mobilisées.

Je n’ai pas été interrogé sur les raisons du blocage politique. Si je rejoins le constat d’une classe politique largement soutenue financièrement par des puissances étrangères, je crois essentiel de souligner l’ancrage très profond du système politique confessionnel, notamment à travers l’organisation territoriale du système électoral (voir sur ces points nos analyses dans l’atlas du Liban en 2007, et la deuxième version en 2016). Certes, d’élection en élection, ce système est ravaudé et modifié, parfois substantiellement comme lors des dernières élections où l’on est passé d’un système “plurinominal majoritaire” ou “de liste majoritaire” à un système proportionnel, mais fortement nuancé par un très haut seuil d’éligibilité et un vote “préférentiel” qui ont abouti à une stabilisation du système précédent en interdisant les percées de listes alternatives (qui de leur côté n’avaient pas réussi en général à s’unir ni à mobiliser suffisamment). Au-delà, le maintien d’une logique de marqueterie territoriale et confessionnelle, ainsi que le principe du vote au “village” sont des éléments qui contribuent aussi à la pérennisation du système clanique et confessionnel. Or, ces points sont beaucoup moins discutés et contestés que les tripatouillages évoqués ci-dessus.

Dernier point, sur lequel je rejoins les doutes exprimés dans l’émission par Aurélie Daher : il ne faut pas sous-estimer le soutien populaire dont continuent de bénéficier les partis politiques, en particulier dans des nombreuses régions périphériques. Certes, les manifestations très importantes, persistantes et courageuses, dans des villes comme Tripoli, Nabatieh ou Tyr sont remarquables et nouvelles. Mais il faudrait quand même disposer d’éléments plus sociologiques pour voir si ces manifestants sont issus d’une “majorité silencieuse” d’opposition, habituellement en retrait de l’expression politique par crainte de la répression, ou des gens qui tournent le dos au système confessionnel incapable de continuer à entretenir ses anciens clients. Certaines régions, par exemple la ville de Zahlé, semblent moins concernées dans le mouvement actuel. Enfin, peu mises en avant, il y a aussi dans plusieurs régions des manifestations de soutien aux partis, tels que le CPL dans le Metn, les Forces Libanaises (à Zahlé en particulier) ou le PSP dans le Chouf. Tout cela sans parler bien sûr du Hezbollah. Bref, il me semble prématuré de croire que le soutien politique et en partie populaire au système confessionnel s’est soudain évanoui.

Cela ne me conduit pas nécessairement au pessimisme sur la suite du mouvement mais pose de nombreuses questions sur la manière dont les forces de protestation pourraient accéder au pouvoir pour transformer le régime, alors que les portes d’accès semblent bien gardées.

Atlas of Lebanon: New challenges

Very happy to announce the release of this English translation of Atlas du Liban. Les nouveaux défis (2016). Please note that this it also includes a few chapters deemed most interesting and still (historically) relevant from the first version of the Atlas du Liban. Territoires et society (2007). An online version will soon be released too.

This English version owes much to Claire Gillette, who not only was the cartographer of the 2016 edition, but who also coordinated the lengthy and technical adaptation of the maps in English and translated the bulk of the text (outside of the introduction and the conclusion which are new and special to this edition).

Here is the full reference and an abstract of the book:

Éric Verdeil, Ghaleb Faour et Mouin Hamzé (eds), Claire Gilette (cartography), 2019, Atlas of Lebanon: New challenges, Beyrouth: Presses de l’IFPO (publishers info:
http://www.ifporient.org/978-2-35159-747-7/ )

After fifteen years of reconstruction in a relatively peaceful environment spanning the years 1990 to 2004, Lebanon has experienced successive violent political events resulting from complex entangled internal and external struggles. The Syrian crisis and its political, economic and demographic consequences on Lebanon have increased these tensions. This atlas sheds light on these new challenges and adds new data that complete the analyses already published in the Atlas du Liban. Territoires et société (Atlas of Lebanon. Territories and Society) released in 2007 by the same research team. Some of its components are included in this edition. Beyond the international regional crisis and the population movements, it takes into account Lebanon’s socio-economic dimensions, the environmental issues linked to uncontrolled urbanization and to natural risks, as well as conflicts due to local territorial management.

This atlas is the result of a collaborative endeavor between French and Lebanese researchers. It uses a geographical approach that puts in the foreground a spatial analysis of social and natural phenomena. Public sources are scarce in Lebanon, especially at the local scale. They are sometimes less reliable and difficult to access. It is particularly the case for the Lebanese census data, conversely data are abundantly available on the refugees population, which is less known than the population of refugees. International data help compare Lebanon to its neighbors. Thematic data produced by some ministries are helpful to provide a detailed view regarding specific domains. Analyses processed on aerial and satellite images have produced essential data on urbanization and environment. Local thematic fieldwork surveys have provided additional data.

The book consists of seven chapters. The first one deals with the territorial state-building seen in the light of regional geopolitics, and emphasizes internal violence and the reemergence of militias and armed groups that fight each other and the state army. Lebanon is once again perceived as a territory divided between multiple allegiances. The second chapter is devoted to the analysis of population dynamics, despite the lack of reliable data whose sources are subject to discussion. It includes analyses of internal population flows, the Lebanese diaspora, and the assessment of Syrian refugees’ influx. The third chapter shows the fragility of the Lebanese economic model. Its dependency on foreign investments and on the remittances of the diaspora, as well as the deadlocks of industry and agriculture, which aggravate social imbalances. The fourth chapter is an assessment of urbanization in the country, which has increased by 80% in surface in twenty years at the expense of natural spaces and agriculture. The shore is highly coveted and widely artificialized and damaged. Multiple signs of environmental degradation are examined in chapter five. They seem to announce the global climate change and its local effects. In addition to that, there is a direct link between massive urbanization and many risks, measured and mapped in an increasingly detailed way. Chapter six tackles the dysfunctional public services that exploit natural resources: water and energy supply, both marked by massive shortages, and the management of solid waste hit by a serious crisis. The seventh and last chapter studies the mutations of the local territorial management, which is marked by the retreat of the state, if not its marginalization, and the rise of other actors, notably municipalities, local powers and also civil society organizations.

Le développement des énergies en Tunisie : publications

J’ai le plaisir de signaler la parution de cet article co-écrit avec Laurence Rocher dérivé de la recherche COLLENER, conduit sous la direction de Alain Nadaï et Olivier Labussière:

Rocher, Laurence, and Eric Verdeil, ‘Dynamics, Tensions, Resistance in Solar Energy Development in Tunisia’, Energy Research & Social Science, 54 (2019), 236–44 <https://doi.org/10.1016/j.erss.2019.04.010> (accès libre jusqu’au 29 juin, ensuite me demander – une version d’auteur sera prochainement disponible).

Promotion en faveur du photovoltaïque en Tunisie (2011)

This article takes a critical look at the management of energy transition, showing that the instrumental approach often favoured in public action is hampered not only by divergent interests, but also by the unexpected effects arising from the implementation of this policy and its instruments. It uses Tunisia as a case study by focusing on two instruments (Prosol and Prosol Elec) designed to foster the development of decentralized solar technologies (water heating systems and photovoltaic panels) at the households and small firm level. The success of these instruments in triggering commercial development of these technologies resulted in unexpected effects on intermediary actors, the devices installers, affected by the clogging of the subsidy schemes. These actors implemented several adaptation strategies, such as bypassing or exiting the instrument and politicising the debates around it, leading to several adjustments. The study shows that instruments are the product of a specific local milieu structured by power relations and material traits. It acknowledges that local resistances should not be reduced to orientalist understandings, and stresses the need to go beyond management-focused approaches of energy policies, in order to make way for unexpected transformation processes.

J’en profite pour signaler tardivement la parution de l’ouvrage synthétisant les résultats de cette recherche : Labussière, Olivier, and Alain Nadaï, Energy Transitions: A Socio-technical Inquiry (Palgrave Macmillan, 2018)

J’ai plus particulièrement contribué au chapitre : Labussiere, Olivier, Vincent Banos, Antoine Fontaine, Eric Verdeil, Alain Nadaï, Jeoffrey Dehez, and others, ‘The Spatialities of Energy Transition Processes’, in Energy Transitions : A Socio-Technical Inquiry, ed. by Alain Nadaï and Olivier Labussière (Palgrave MacMillan, 2017), pp. 239–75 (me demander le PDF).

Publication récente (2): Infrastructure crises in Beirut and the struggle to (not) reform the Lebanese State

In a recent interview for Jadaliyya, I give an overview of my newly published article in the Arab Studies Journal (#1, 2018).

Jadaliyya (J): What made you write this article?

Eric Verdeil (EV): Until recently, the prolific urban research on Beirut and Lebanese cities ignored, almost entirely, issues related to networked infrastructure, a very strange fact given the magnitude of infrastructure deficiencies in the country. Only recently have scholars (like Ziad Abu-Rish or Joanne R. Nuchofor example) begun to address infrastructure related issues, particularly as they relate to electricity. Water management also remains mostly out of the scope of urban scholarship in Lebanon, which has instead concentrated on reconstruction, housing, and urban conflict. Additionally, questions regarding waste management and sanitation have also remained largely absent from the research. This article addresses these three ongoing infrastructure crises in the Greater Beirut.

The article was initially a response to the call for papers launched by Hannes Baumann and Jamil Mouawad, under the title “Wayn al-Dawla? In search of the Lebanese state.” Baumann and Mouawad’s idea was to challenge the common (and somewhat lazy) notion of a weak state in Lebanon. They highlighted the inputs of mid-range theories that show how state institutions are part of a wider landscape of powers that interact with the state, often displaying “hybrid sovereignties.” Baumann and Mouawad personally chose to analyze the Central Bank and the Lebanese Army in the light of Marxist and Foucaldian approaches, thus showing how the state is at times able to reconfigure local capitalism, or to produce a “state effect,” for instance, in Akkar. They suggested that I write about electricity and the state in Lebanon, specifically about the fact that electricity has become the paradoxical symbol of the existence/absence of the state: “ejit al dawleh,” say the people when the electricity comes back after a power cut. Due to lengthy revisions on both sides, the article eventually appeared one year after the theme issue was released.

For me, it was also an opportunity to translate and adapt the results of a research project I had undertaken about the governance of urban infrastructure in Beirut in the framework of a project led by sociologist Dominique Lorrain on Mediterranean Metropolises. The general objective of this research was to take seriously the materiality of the city, including infrastructure, and to test the hypothesis that even when political institutions fail to govern the city, as seen when violent conflicts erupt, infrastructure provides some minimal level of consensus and agreement that allows for urban life to go on. At first glance, this hypothesis was far from obvious in the case of Beirut, but it provided an interesting chance to understand where the Lebanese state is when infrastructure fails.

Read the end of the interview on Jadaliyya.

The article will be in Open Access from the HAL-SHS repository starting November 2018.

La question des bidonvilles, d’Alger au Maghreb (et au-delà)

J’ai le plaisir de signaler ici mon compte rendu du livre de Rachid Sidi Boumedine Bétonvilles contre bidonvilles. Cent ans de bidonvilles à Alger (Alger : APIC éditions, 2016) paru en juin 2017 sur Jadaliyya Cities: Des bidonvilles aux villes de béton : une somme sur l’évolution urbaine d’Alger

L’auteur a répondu à certaines de mes remarques concernant l’absence de mise en perspective du cas d’Alger par rapport aux transformations en cours au Maghreb (De l’utilité de se concentrer sur Alger).

Les lecteurs curieux d’un tel élargissement de perspective pourront se reporter à ces deux ouvrages et aux comptes rendus auxquels ils ont donné lieu sur Jadaliyya Cities ces dernières années:

Enfin, il faut en profiter pour signaler la parution sous la direction scientifique d’Agnès Deboulet, et grâce à la coordination éditoriale d’Irène Salenson de Repenser les quartiers précaires (publié par l’Agence française de développement en préparation de la Conférence Habitat III de Quito, accessible en ligne, également traduit en anglais)

 

Comptes rendus de l’Atlas du Liban: les nouveaux défis (2016)

Comme je l’ai fait pour les autres ouvrages que j’ai publiés, voici une liste (évolutive je l’espère) des comptes rendus et recensions de l’Atlas du Liban : les nouveaux défis publié par les Presses de l’IFPO.

Compte rendu de Cynthia Ghorra Gobin dans La Revue Urbanisme, n°404, printemps 2017 (PDF)

Compte rendu de Malak Makki: أطلس لبنان: تحدّيات جديدة في البيئة والعمران والجغرافيا السياسية, Al Safir, 26/12/2016 (site du journal, qui a cessé sa parution; PDF)

Signalement dans Le Petit Journal (17 janvier 2017), Hélène Boyé

Signalement dans Moyen Orient, n°36 (octobre 2017), par Guillaume Fourmont (atlas du Liban-note Moyen Orient)

Roman Foy, «  Verdeil Éric, Faour Ghaleb, Hamze Mouïn (dir.), Atlas du Liban. Les nouveaux défis, Beyrouth, Presses de l’IFPO, 2017, 111 p. », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée [En ligne], Lectures inédites, mis en ligne le 06 décembre 2017.

Ghiotti, Stéphane. 2018. ‘VERDEIL, Éric, FAOUR, Ghaleb et HAMZÉ, Mouin (dir.) (2016) Atlas du Liban. Les nouveaux défis. Liban, Presses de l’Institut français du Proche-Orient, 111 p. (ISBN 978-2-35159-717-0)’. Cahiers de géographie du Québec 62 (175): 223–25. https://doi.org/10.7202/1057098ar.

Postdoc Métabolisme urbain à Paris Est

LABEX FUTURS URBAINS
 
RECRUTEMENT DE POST-DOCTORANT-E
APPEL A CANDIDATURES
 
 

GROUPE TRANSVERSAL PROPOSANT LE SUJET : Métabolisme Urbain

 SUJET : Économie circulaire et métabolisme urbain : une analyse des flux de matériaux de construction liés aux projets urbains sur le territoire de l’EPA ORSA (Orly-Rungis Seine Amont)

CHERCHEURS RESPONSABLES DU PROJET :

PRÉSENTATION DU PROJET :

L’analyse du métabolisme urbain présente un grand intérêt pour l’analyse du rôle environnemental des villes et de leur résilience. Le métabolisme urbain concerne l’analyse des flux entrants de matériaux de construction, d’eau, de produits alimentaires, de combustibles, mais aussi les flux sortants d’émissions, de déchets ou encore de produits finis. Il questionne également les fonctions, principalement logistiques et de transport, associées aux flux entrants et sortants de la ville ; ces flux nécessitent en effet souvent des schémas logistiques complexes fortement générateurs de transport. Plus largement, il interroge la localisation des ressources mobilisées par les villes mais aussi les systèmes socio-techniques qui soutiennent ces flux.

 

Sur le territoire de l’EPA ORSA, les projets urbains sur le territoire génèrent d’importants besoins en matériaux de construction. La zone des Ardoines notamment concentrent d’importantes opérations d’aménagement qui vont nécessiter d’importants flux de matières pour alimenter les chantiers, et générer des déchets de construction qu’il va falloir évacuer.

PROFIL DU CANDIDAT :

Le(la) candidat(e) recherché(e) devra avoir un profil pluridisciplinaire et sera préférentiellement titulaire d’un doctorat (ou diplôme jugé équivalent) en aménagement, géographie, économie, génie urbain ou sciences de l’environnement.

Des publications dans des revues à comité de lecture, l’aptitude au travail en équipe et des qualités relationnelles sont indispensables, tout comme des qualités de communication orale et écrite en français et en anglais.

 DURÉE DU CONTRAT : 1 an renouvelable à compter du 2 Mai 2016

 RÉMUNÉRATION : 2 000 € net/m

LOCALISATION : Campus de Marne-la-Vallée (Champs sur Marne)

DOSSIER DE CANDIDATURE :

Date limite de remise du dossier : 20 Mars 2016

Documents à joindre au dossier :

  • Résumé de la thèse + documents de soutenance (pré-rapports et rapport). Dans le cas où la soutenance n’a pas encore eu lieu, les pré-rapports suffiront.
  • Curriculum Vitae.
  • Une lettre de motivation indiquant à quel projet le/la candidat-e pourrait prendre part et un exposé de sa compréhension du sujet et de la contribution qu’il/elle pense pouvoir y faire, en deux pages.
  • Le dossier de candidature, accompagné des pièces demandées, doit être renvoyé, par mail ou par l’application « We transfer » à : Catherine Alcouffe (catherine.alcouffe@univ-paris-est.fr)
  • Pièces jointes:
    • Appel à candidature (format .PDF)
    • Dossier de candidature (format word)

Luttes sociales au prisme d’une écologie politique urbaine. Le cas de l’énergie : Liban, Jordanie et Tunisie

(c) Emad Hajjaj. The Jordanian citizen with high prices

(c) Emad Hajjaj. The Jordanian citizen with high prices

J’ai l’honneur d’être invité au séminaire « Mais que veut donc le peuple ? Les dynamiques et inégalités socioéconomiques et spatiales dans leurs rapports aux soulèvements au Maghreb & au Moyen Orient » organisé par Habib Ayeb, François Ireton et Vincent Battesti.

J’y présenterai une communication intitulée

Luttes sociales au prisme d’une écologie politique urbaine. Le cas de l’énergie : Liban, Jordanie et Tunisie

lors de la séance du mercredi 16 Décembre 2015 de 15h à 18h

Université Paris 8 à Saint Denis, Salle D008

Métro Saint-Denis – Université (Ligne 13)

Résumé :

A partir d’un travail sur les manifestations de la crise énergétique au Liban, en Jordanie et en Tunisie, notamment abordée sous l’angle de l’électricité (pénurie, tarifs), cette intervention cherchera à déplacer la manière classique d’appréhender les questions d’énergie du prisme géopolitique vers le prisme urbain et social. Et analysera dans quelle mesure ces luttes sectorielles sont susceptibles de constituer des amorces (ou des entraves) à des mouvements sociaux plus larges.

L’intervention s’appuiera sur l’argumentation développée dans ma récente HDR Une écologie politique des énergies urbaines : villes sud-méditerranéennes sous tension.

Vous êtes très cordialement invité-e-s

N’hésitez surtout pas à diffuser dans vos réseaux. Merci d’avance.

PS : Pensez à venir avec une pièce d’identité qui vous sera certainement demandée par les services de sécurité de l’université.

Vient (enfin) de paraître: Local Governments and Public Goods: Assessing Decentralization in the Arab World

1443012623-BookCoverPic-EnLe LCPS publie après un long processus éditorial cet ouvrage, dirigé par Mona Harb et Sami Atallah. Les textes, préparés en 2013, sont en anglais et en français, et accessibles en ligne. Une version arabe existe par ailleurs.

Un jalon utile dans la réflexion et l’accumulation de la connaissance, mais un état des lieux sans doute en partie déjà dépassé par la violence qui déchire la région, tandis que les politiques publiques courent après sans logique.

Decentralization, democratization, and the role of regional and local governments in delivering services are key issues to development across the Arab world. While the tools and processes by which decentralization is carried out vary, the stated goals of these efforts are to create a more democratic system of governance and more effective urban management.
Countries across the Arab world have been engaged in a range of decentralization efforts. This book documents and assesses past and current decentralization policies and initiatives in five Arab states. Country-specific case studies are authored by Ali Bouabid and Aziz Iraki for Morocco, Sami Yassine Turki and Eric Verdeil for Tunisia, Myriam Ababsa for Jordan, Omar Abdulaziz Hallaj for Yemen, and Mona Harb and Sami Atallah for Lebanon.
The common analytical framework is structured along three components: The rules and politics of decentralization, the legislation and practice of service delivery, and the fiscal structures of decentralization. Through the examination of service delivery cases, we identify, document, and understand instances of power struggles at the regional and local levels, and features that explain their varying successes and failures.

Table des matières

Introduction: A New Framework for Assessing Decentralization in the Arab World, Mona Harb and Sami Atallah
Chapter 1 Tunisie: La Constitution (du Printemps) Ouvre le Débat sur la Décentralisation, Sami Yassine Turki et Eric Verdeil
Chapter 2 Maroc: Tensions Centralisatrices, Ali Bouabid et Aziz Iraki
Chapter 3: Yemen: Between Tides of Unity and Tribal Approval, Omar Abdulaziz Hallaj
Chapter 4: Jordanie: la Décentralisation par Décision Centralisée et la Démocratie par Volonté Royale, Myriam Ababsa
Chapter 5: Lebanon: A Fragmented and Incomplete Decentralization, Mona Harb and Sami Atallah
Synthesis: An Assessment of Decentralization and Service Delivery in the Arab World,
Mona Harb and Sami Atallah

La version PDF de l’ouvrage est accessible en ligne.

Citer ce billet ainsi: Eric Verdeil, "Vient (enfin) de paraître: Local Governments and Public Goods: Assessing Decentralization in the Arab World," Rumor, 2 octobre 2015, https://rumor.hypotheses.org/3800.

Observer la ville arabe : le réseau des observatoires urbains

rendezvousDans le cadre des rendez-vous de l’histoire du monde arabe, je participerai demain 5 juin à 10h à une table ronde évoquant l’histoire et le bilan des observatoires urbains dans le monde arabe.

Y participeront:

  • Mercedes Volait, Directrice de recherche au CNRS, directrice du laboratoire
    InVisu ;
  • Eric Verdeil, chercheur au CNRS spécialiste de géographie urbaine ;
  • Julien Loiseau, directeur du Centre de Recherche français de Jérusalem (CRJF) ;
  • Eric Denis, docteur en géographie, directeur de recherches au CNRS
  • Modérateur : Vincent Lemire, maître de conférences à l’Université Paris-Est /
    Marne-la-Vallée 

Lancés dans les années 1980-1990 à partir du Caire, d’Istanbul et de Beyrouth notamment, les Observatoires urbains se sont rapidement imposés comme des acteurs majeurs de la politique de recherche et la diffusion de l’expertise scientifique sur les villes arabes. De fait, leur constitution en réseau fut une des premières préfigurations de la mutualisation des futurs Instituts Français de Recherche à L’Etranger (IFRE) en Méditerranée. Au moment où les contraintes budgétaires et les restrictions de postes menacent clairement ces collectifs de recherche, il est important de revenir sur l’histoire de ces Observatoires urbains, sur les acquis scientifiques et institutionnels qu’ils représentent mais aussi sur leur avenir possible.