Archives de catégorie : art/littérature

Un roman saoudien sur Jeddah – Les basses oeuvres de Abduh Khal

Alain Gresh a récemment mis en ligne sa préface au roman de Abduh Khal Les basses oeuvres, m’incitant à lire ce roman qui propose une réflexion sur les mutations sociales que connaît l’Arabie Saoudite, à travers une histoire qui se passe à Jeddah, le grand port de la Mer Rouge. Alain Gresh insiste à juste titre dans sa préface sur les mutations spatiales qui touche la ville avec l’arrivée de l’argent du pétrole. Le mode de vie traditionnel, notamment la pêche, disparaît en même temps que la côte est remblayée comme on peut le voir à travers une visite sur Google Earth.

La baie de Jeddah dont les îles et le littoral ont été remblayés. Au centre de la baie, la construction munumentale est sans doute le palais où se déroule une partie du roman.

La baie de Jeddah dont les îles et le littoral ont été remblayés. Au centre de la baie, sur une île aux contours régularisés, la construction monumentale qui a sans doute inspiré le palais où se déroule une partie du roman. Enclavés aujourd’hui entre des autoroutes, on distingue les quartiers anciens au tissu plus dense.

Continuer la lecture

Les mots de l’image – exposition à l’ENS de Lyon

(c) Bernard Plossu

(c) Bernard Plossu

Profitez des derniers jours de l’exposition Les mots de l’image à l’ENS (jusqu’au 21 mars). A un choix de photographies de Bernard Plossu où figurent lettres et/ou mots, répond une série de petits textes du sociologue Jean-Louis Fabiani.

Au delà de la poésie propre qui fait la force des tirages de Plossu, ce qui a attiré ici mon intérêt est la pertinence ciselée des textes de Fabiani, et leur résonance avec mes thèmes de recherche sur la place et l’imaginaire des réseaux techniques dans la ville. Un grand nombre de ces images sont prises dans le flux, et en l’interrompant, donne à voir les infrastructures bien souvent invisibilisées qui régissent notre quotidien.

En réponse à l’image mise en exergue dans l’affiche de l’exposition, Fabiani souligne ainsi la tension entre la grisaille de ce paysage autoroutier et les connotation du mot SUD : « Le mot Sud qualifie plutôt le nouvel espace des styles de vue d’une classe de loisirs venue du « Nord » qu’une communauté de culture ou de climat. Le Sud désigne ici l’effacement progressif des frontières entre le dedant et le dehors de la maison, l’écoute attentive des manifestations du corps, la sociabilité ludique et festive. Tout ça, évidemment, n’est pas tombé du camion ».

En contrepoint d’une photographie toute en lignes de fuite, au centre de laquelle se détache l’inscription « CENTRO LOGISTICO », Fabiani écrit : « L’organisation du monde contemporain dépend entièrement de capacités logistiques: les flux doivent rester tendus et les connexions ne peuvent pas être interrompues. Dans le cas contraire, la crise survient et le désordre gagne. Plossu n’est pas un photographe de la technologie. Il lui arrive pourtant de la saisir lorsqu’elle s’impose à son regard d’observateur urbain. La ville qu’il décrit est faite de réseaux: rails des tramways, perches des trolleybus, remarques des camions et câbles de l’électricité son omniprésents. Ils structurent l’espace. »

Citons encore ce dialogue de Plossu et du sociologue : soit l’image d’un immeuble de grande hauteur, dans la périphérie de Marseille, au toit duquel s’accroche l’inscription en lettres géantes et lumineuses CONFORAMA, le tout vu d’une autoroute (encore) : « L’usage de l’électricité a profondément transformé les conditions de la vie urbaine. Ce qu’on appelle façade électrique des villes a été puissamment associé à la modernité et à sa vie trépidante : the City of lights (Paris) ou the City that never sleeps (New York) illustrent la part croissante prise par la lumière électrique dans la configuration, matérielle et symbolique, de la cité. C’est particulièrement vrai des enseignes et des publicités dont la forme s’est complètement transformée dès qu’elles ont été éclairées par la lumière artificielle. Les lettres ont eu depuis le débat une importance aussi grande que les images. La nouvelle façade des villes est d’abord une surface textuelle. »

Exposition à la galerie La Librairie, ENS de Lyon, site Descartes, jusquau 21 mars 2014.

Le catalogue de l’exposition est en vente à la galerie Le réverbère de Lyon:Plossu B., Fabiani J.-L., 2014, Les mots de l’image, (Les carnets). Crisnée (Belgique)/Lyon, Yellow Now/ENS de Lyon, 128 p.

Dans cette galerie, on peut voir jusqu’au 12 avril une autre exposition de Bernard Plossu : De l’Atlantique à la Méditerranée, du Portugal à la Grèce (le site web propose un magnifique choix de ses photographies illustrant son regard sur les paysages de la modernité).

 

Le Tigre : regards décalés sur l’urbanisme

letigreLe Tigre est une étonnante aventure littéraire et journalistique qui, depuis 2006, sous la houlette de Raphaël Meltz et de Laetitia Bianchi, s’essaie à défendre une autre conception de la presse, sans publicité et utilisant pour sa fabrication des logiciels libres. Éclectique, ouvert sur le monde et curieux, promouvant la création et l’ironie critique, ce magazine représente une bouffée de liberté qui a surmonté plusieurs crises de croissance et menaces contre son existence, renaissant sous des formes chaque fois différentes mais dans la fidélité au projet d’origine. Actuellement, c’est un journal mensuel, en couleur, aux multiples rubriques et aux contributeurs variés. Le Tigre est également éditeur et publie de petits livres à la maquette soignée qui reprennent certains textes du magazine, parus en feuilletons – ou d’autres.

J’en ai lu quelques-uns dont deux ont retenus mon attention par leur regard décalé sur l’urbanisme, la ville et les manières d’habiter aujourd’hui.

Surburbs. Autour du fort d’Aubervilliers, par Raphaël Meltz, Le Tigre, 2012, 96 p.

Il s’agit du récit des déambulations de l’auteur autour du Fort d’Aubervilliers, aujourd’hui déclassé, sont le prétexte d’une exploration de l’histoire de ce secteur urbain, à travers les personnes et les institutions (comme l’armée et ses expérimentations nucléaires, ou encore l’ancienne imprimerie du journal L’illustration) qui en ont occupé les lieux à certains moments ou ont conçu pour eux des projets urbains, architecturaux dont l’auteur traque les vestiges de papier, les témoignages désormais numériques ou les reliques de pierre aux fenêtres brisées. Il décèle comme une histoire maudite de l’aménagement cette zone, montrant ses échecs successifs et ironisant sur les clichés et les compromissions qui jalonnent les discours d’intention visant à insuffler une nouvelle vie dans cette périphérie marginale. Cette dernière est pourtant appropriée par toute une série d’êtres attachants qu’il s’efforce, un peu comme le François Maspéro de Les Voyageurs du Roissy-Express (1990), de rencontrer et de faire parler. Un passage tout-à-fait jouissif et d’une mauvaise fois consommée qu’on peut ne pas trouver si mal placée s’interroge sur les urbanistes, ces êtres qui me sont si chers…: « Est-ce qu’on a confiance en les urbanistes? Est-ce qu’on a vraiment confiance en les urbanistes? Est-ce qu’on pense qu’un jour, un être humain se déclarant urbaniste a fait des choses qui ont vraiment aidé une ville? Je pose la question. Je la pose, d’abord, à vous. » (s’adressant à la Première adjointe au maire d’Aubervilliers, ancienne adjointe à l’urbanisme, p.78). Et l’auteur de souligner avec ironie les mots creux de l’architecture et de l’urbanisme contemporain : « ‘bâtiment durable’ dit une légende, comme s’il existait le concept de bâtiment non durable ».

Surburbs, t.II Le port de Gênes, doit paraître en mai prochain.

Sylvain Prudhomme, La vie dans les arbres suivi de : Sur les bidonvilles, les cabanes, et la construction sauvage, Le Tigre, 2011, 64 p.

Ce livre reprend un très intéressant reportage sur les habitants des cabanes. Dans le département de l’Ariège, dans une épopée silencieuse – plus en tout cas que celle des babacools retournés à la terre dans les Cévennes -, des individus en rupture avec la société s’installent, dans les anciens champs envahis par la forêt, dans des cabanes et autres abris, dont certains sont véritablement des habitations dans les arbres. Leur combat pour faire admettre ce mode de vie n’est pas aisé mais dans une commune au moins, Massat, un maire issu de leur rang les défend. Ils vivent d’agriculture, de vente de produits locaux sur les marchés et en vendant leur bras ici ou là, parfois ailleurs, comme saisonnier. Une expérience de la liberté et un très bon repartage où le journaliste est en empathie avec ses enquêtés.

Le deuxième texte est plus décevant. Il part de l’architecte John Turner et de son engagement en faveur de l’autoconstruction dans les bidonvilles. Il établit des connexions avec les conceptions urbanistiques de Sitte, l’esthétique proustienne ou telle œuvre de Thomas Bernhardt, Corrections. Mais ce faisant, il perd à mon avis de vue la dimension politique et sociale de l’action de Turner – la question de l’autonomie des bidonvillois – et ce qui aurait pu constituer un lien fort avec son premier texte.

L’image manquante dans le cinéma libanais

Ce billet, coécrit avec Chantal Verdeil, est aussi publié sur HMO. Histoire du Monde Arabe et du Moyen-Orient Contemporain à l’INALCO.

Vendredi 23 novembre, dans le cadre du mois du film documentaire, la bibliothèque de la Part-Dieu et l’association Cine(m)assalia proposaient une soirée intitulée L’image manquante, parcours autour du cinéma libanais à travers la projection de trois courts métrages, Trains-trains, Wayn essekeh ? de Rania Stephan (1999, 33 mn), Le Trou/In this house (extraits) de Akram Zaatari (2005, 30 mn), et (Posthume) de Ghassan Salhab (2007, 28 mn). Voilà comment les organisateurs présentaient la soirée :

Il y sera question de l’après-guerre au Liban, de la mémoire, de l’histoire et de la dislocation du récit, de la prolifération des images médiatiques qui accompagne l’épreuve de la guerre et des limites incertaines entre la fiction et la vérité documentaire, laissant place à une recomposition narrative, mixant les images et les sons, poétique, instable, fragile, mais néanmoins vitale.

Le titre de cette séance renvoie, ont expliqué les organisateurs, à “l’absence de père” dans le cinéma libanais au sens de généalogie où les réalisateurs contemporains puissent s’inscrire. En tout cas est-ce le sentiment qu’expriment chacun séparément Akram Zaatari et Ghassan Salhab dans les entretiens avec l’association CinéMassalia livrés en complément de la séance et accessibles sur son site. L’image manquante, c’est aussi celle du train ou des voies que l’on suit en pointillé dans le premier film, celle des protagonistes cachés de l’histoire du trou dans le second, celle enfin des destructions de la guerre de 2006 impossibles à montrer car situées dans les « restricted areas » de la banlieue sud dominée par le Hezbollah. Ce manque suscite chez ces cinéastes libanais des désirs de redécouverte d’un espace longtemps morcelé et en partie inaccessible en raison de la guerre civile puis des occupations israélienne (jusqu’en 2000) et syrienne (jusqu’en 2005).  Mais faire voir ce manque, alors que fait défaut un récit partagé des événements et que les Libanais divergent sur ce que doit être l’avenir de leur pays, renvoie à une forme d’impuissance, qui suscite de la part de ces cinéastes un travail complexe sur les images.

L’image, le territoire, l’histoire

En suivant la voie ferrée Beyrouth-Alep via Rayaq, construite par une entreprise française dans le cadre d’une concession ottomane à la fin du XIXe siècle et abandonnée pendant la guerre civile, Rania Stephan part à la redécouverte du territoire libanais et de son histoire. Au fil du rail, elle fait halte dans les villages qui ponctuaient la ligne, dont les habitants, riverains ou anciens conducteurs, évoquent leurs souvenirs du train, souvent empreints de nostalgie. Cet itinéraire est aussi l’occasion d’un voyage dans le temps à la recherche du mandat français et de l’époque ottomane finissante. Du train, on ne verra que quelques vieux wagons qui regardent le temps passer dans un terrain vague de Beyrouth.

The House

Le Trou évoque une histoire plus récente : la guerre civile, l’occupation israélienne (1978-2000) et le retour des déplacés à travers une lettre cachée par un combattant dans le terrain qu’il occupait pour défendre sa position contre les Israéliens. Ce “résistant” musulman appartient à une organisation de gauche qui se fait fort d’avoir combattu Israël pendant la guerre civile à Ayn al-Mîr (Liban Sud) et non d’autres factions libanaises : quand il a quitté la maison que son groupe occupait, il a enfoui dans le sol une lettre destinée à ses propriétaires pour justifier sa présence et leur faire part de ses efforts pour préserver leurs biens. L’image manquante, c’est celle d’une partie des protagonistes (la famille des réfugiés revenus chez eux, les policiers ou les militaires qui supervisent la fouille) qui refusent d’être filmés alors que l’ancien combattant résistant donne une interview en bonne et due forme. On devine que dans cette région longtemps sous le feu d’Israël, les propriétaires, chrétiens, ne sont revenus qu’à la fin des années 1990 ou au début des années 2000, quelques temps avant le tournage du film (en 2002). Tout en montrant (et en filmant) un ouvrier qui creuse “le trou”, Akram Zaatari met en image la complexité des relations intercommunautaires et une figure originale et positive du combattant résistant à Israël sans appartenir au Hezbollah.

Image de (Posthume)

Point de personnages ni de récit dans (Posthume) (2007) de Ghassan Salhab, le plus hermétique ou le plus poétique des trois films (les avis étaient partagés dans la salle) : la caméra filme les autoroutes urbaines de la banlieue sud pour buter sans cesse sur les “restricted areas” qui empêchent de prendre la mesure des destructions résultant des bombardements israéliens de l’été 2006. De cette guerre, on ne voit que des amas de décombres, déblayés par le va et vient lancinant d’une pelleteuse puis amoncelés dans le long de la mer au sud de Beyrouth/Khaldé. Des gravats dans une banlieue sud étonnamment vide (telle une ville morte), voilà ce qui reste de la “victoire divine” du Hezbollah dont l’hégémonie politique est désormais contestée par une large partie de la population.

Impuissance et complexité des images

Présentés dans le cadre du mois du film documentaire, les trois courts-métrages libanais ont laissé une partie de l’assistance perplexe tant ils s’éloignent du genre documentaire pour se présenter comme des objets artistiques à part entière. Au plan formel, les trois films superposent, juxtaposent, entrelacent des images, tout en combinant de manière diverse images animées et images fixes.

Dans Trains-trains, ces images sont le plus souvent tirées de l’histoire du cinéma américain (Le train sifflera trois fois, 1952) ou libano-égyptien (Saferbalik, 1966, de l’égyptien Henry Barakat, mais écrit par les frères Rahbani et avec Fairuz dans le rôle principal). Le trou juxtapose sur la pellicule deux images en parallèle : celle de la fouille, où seules sont montrées les parties inférieures des corps des protagonistes qui refusent souvent d’être filmés, et l’autre, image fixe, parfois absente, représentant différents documents d’archives jouant un rôle dans l’histoire, alternant avec l’interview du combattant devenu journaliste. Dans (Posthume) l’image ne s’anime que lorsqu’il s’agit de capture d’écrans de journaux télévisés ou lors de quelques rares plans tournés dans la banlieue sud, mais n’en dévoilant que des fragments prétextes et des rues vides pour l’essentiel. Des personnages, filmés en plan fixe devant la mer bleue, semblent regarder le téléspectateur qui se perd dans leurs  yeux fatigués. Et une pelleteuse revient, déblayant sans relâche les décombres d’un immeuble détruit par les bombes israéliennes – décombres qu’on retrouvera déversées dans la mer où elles forment l’un de ces remblais sauvages qui défigurent la côte libanaise.

Aucun souci didactique dans ces trois films, même si le connaisseur du Liban reconnaîtra avec plaisir le train-train de nombreux Libanais (de tous milieux et de toutes régions) dans le premier, observera avec attention la rencontre virtuelle (via la lettre déterrée) entre les ex-réfugiés d’une région et un des combattants qui l’occupait, et se perdra dans une banlieue sud improbable sur les pas de Ghassan Salhab. Courts métrages de recherche où le formalisme et la virtuosité technique du montage des images semblent avoir pour finalité de ne surtout pas chercher à expliquer le Liban mais d’instiller plutôt un sentiment de perplexité et de confusion qui va crescendo au fil des projections. Sans doute cette sélection est-elle représentative non seulement d’une partie du cinéma libanais mais plus largement aussi de celle de la production artistique contemporaine dans ce pays : protéiforme, ingénieuse, extrêmement branchée sur les circuits internationaux, ironique, provocante… et un brin désespérante, à l’image du pays. Pour autant, elle ne la résume pas complètement et l’on pourrait espérer, dans une prochaine session, voir des œuvres plus “documentaires” justement, il y en a aussi, qui donnent la parole aux habitants, font voir le pays et ses transformations sans que leurs auteurs ne se sentent obligés à mettre en scène à travers les images leur pathos.

Certains de ces films et d’autres sur le Liban seront prochainement montrés à Marseille dans le cadre de Marseille Provence 2013. Capitale européenne de la culture.

Akram Zaatari expose ses recherches plastiques, iconographiques et filmiques sous le titre Aujourd’hui à 10 ans à Grenoble au Magasin-CNAC (jusqu’au 6 janvier 2013).

Géographie parallèle, exposition d’une œuvre commune de Marc Jurt et Michel Butor

Suivant l’injonction de Thierry Joliveau sur le site (e)space&fiction, je suis allé aujourd’hui voir l’exposition Géographie parallèle au musée de l’Imprimerie de Lyon (voir le dossier de presse). Y sont exposés cinquante monotypes du graveur et sculpteur suisse Marc Jurt, décédé en 2006, que l’écrivain Michel Butor a titrés et accompagnés de courts textes en prose. Ces estampes prennent pour support des documents cartographiques divers, gravures anciennes, plans de ville, cartes d’état-major et jusqu’à de modernes cartes d’aviation,  qui sont recouverts par des gestes picturaux, découpés,  tamponnés, parfois répliqués comme en miroir – ainsi dans l’affiche de l’exposition, l’œuvre « Papillon rugissant »-, etc. Le texte du Butor prend place en marge ou dans un cartouche, comme un commentaire, mais aussi bien s’insinue au cœur des figures dérivées des cartes. On retrouve ainsi ce mélange intime et consubstantiel du texte et du figuré dont Christian Jacob a montré qu’il est constitutif de la carte qu’il ne faut jamais pas confondre avec une simple image1. Continuer la lecture

Notes _____________________
  1. Jacob C., 1992, L’empire des cartes : approche théorique de la cartographie à travers l’histoire (Bibliothèque Albin Michel de l’histoire, ISSN 1158-6443). Paris, Albin Michel, 537 p. []

Rêves berbères – la vie urbaine selon Fellag

La littérature apporte à mes recherches un supplément d’imaginaire, d’autant plus nécessaire qu’il est difficile d’accéder au vécu des habitants en vivant loin des villes sur lesquelles je travaille. Toutefois, il est rare de trouver des récits qui éclairent directement la perception ou les pratiques liées à ces objets quotidiens que sont les réseaux d’eau, d’électricité ou autres. Cela avait par exemple été le cas dans Balcons et abris de Dalia Fathallah, évoqué dans ce carnet, ou encore Une ville dans la mémoire. Amman de Abdel Rahman Mounif. Mais il s’agit souvent de récit autobiographique, rarement de pures fictions. C’est ce qui m’a fait particulièrement apprécier L’allumeur de rêves berbères de Fellag. (NB : en y réfléchissant, je pense aussi à Taxi de Khaled al Khamissi). Continuer la lecture

Le genre de l’atlas, l’atlas comme genre

En complément de ce billet, je publie ici, pour mémoire, ce texte qui était une proposition d’un axe de travail pour le projet de réponse à l’ANR « médiations géographiques ». J’aurais voulu le déposer dans Hal-SHS, mais assez logiquement, il n’a pas été accepté. Je le dépose le 1er mai 2012, mais ce billet est anti-daté (notamment pour ne pas apparaître en une). Sa date de rédaction initiale était fin 2007-début 2008.

 Contexte

Depuis les années 90, la production éditoriale en géographie s’est distinguée par une floraison de collections d’atlas géographique d’un genre nouveau, parmi lesquels on peut citer, sans volonté d’exclusivité et en se limitant à quelques références françaises, la collection Dynamiques du territoire coéditée par le GIP Reclus et la Documentation française, les Atlas d’Autrement ou ceux, annuels, publié par le Monde diplomatique. Reposant sur une nouvelle esthétique de la carte et de l’infographie, usant des ressources de l’informatique, de cartographie statistique et des systèmes d’information géographique, ces atlas articulent de manière originale leur riche iconographie avec le texte, que ce soit sous la forme de planches thématiques ou d’un récit géographique qui, tous deux, rompent avec la sècheresse de notices descriptives se retranchant derrière l’image qui constituaient pour l’essentiel le style des anciens atlas.

Si Lyon n’est pas Montpellier, capitale du GIP Reclus, il se trouve néanmoins que l’on y observe différentes productions relevant du genre de l’atlas. Au sein même de l’UMR, on citera notamment les Atlas de Roumanie (Rey et alii) et du Liban (Verdeil, Faour, Velut), et les réflexions sur les outils de la cartographie récemment structurées dans la plateforme ISIG. Par ailleurs, le GREMMO (UMR n°5195 de la Maison de l’Orient) prépare un atlas du Syrie en lien avec l’IFPO, qui était le partenaire de l’Atlas du Liban, et ce même IFPO a lancé un autre projet d’Atlas de Jordanie. On notera également que les projets d’Atlas ne sont pas cantonnés à la discipline géographie. Le Laboratoire d’analyse historique Rhône Alpes, sous la conduite de Jean-Luc Pinol, autrefois responsable de la collection des Atlas des villes de France, étant également engagés dans divers projets similaires.

 Questionnements

En proposant une réflexion sur le genre de l’atlas ou sur l’atlas comme genre, notre propos vise deux questionnements complémentaires.

Les conventions d’écriture dans les atlas

Une première interrogation porte sur les conventions d’écriture de ces atlas. Elles sont tout d’abord redevables à la révolution informatique, géostatistique et des systèmes d’information géographique. Toutefois, la géographie française semble particulièrement marquée par les codifications théorisée par J. Bertin et systématisés, voire déclinées en un style cartographique singulier par Roger Brunet et le GIP Reclus. Même si les Atlas Autrement ou les produits du Monde diplomatique s’en dégagent aujourd’hui, on peut faire l’hypothèse d’une empreinte disciplinaire forte et durable de ces maîtres. Les comparaisons étrangères et avec d’autres disciplines (par ex. l’histoire, l’environnement ou l’urbanisme et l’aménagement- pensons aux atlas de l’IAURIF) pourraient permettre de saisir et d’identifier les principaux éléments d’un tel style ou écriture cartographique. Mais le renouvellement des atlas ne se limite pas aux transformations esthétiques et typologiques de l’iconographie, elle va de pair avec une nouvelle relation aux textes. D’une part, les cartes et diagrammes produits par ordinateur sont, peut être plus que par le passé, le résultat d’un code ou d’un programme : ils diffèrent peu, en nature, de textes produit selon des procédures formalisées (voir E. Guichard). D’autre part, et cette fois-ci selon une perspective plus classique bien analysée par C. Jacob par exemple dans l’Empire des cartes, les cartes de l’atlas ne sont pas séparables de leur commentaire, qui commence avec le texte même qui est inscrit dans la carte (légende, toponymie) mais se prolonge dans le texte qui accompagnent l’iconographie, dans une planche voire un chapitre. Enfin, c’est la forme même de ce texte, son plan et ses motifs répétitifs ou singuliers, qui constituent un dernier élément pour aborder la question du genre de l’atlas.

Le genre comme réponse à une demande sociale

Une deuxième grande perspective induite par l’interrogation sur le genre porte sur le contexte de production et de réception, non pas au sens étroit du milieu disciplinaire, mais au sens de contexte produit par une certaine demande sociale. Du côté des éditeurs, l’atlas semble représenter un produit grand public prisé (cf. la collection Autrement). C’est sans doute aussi vrai du côté des pouvoirs publics. Pour eux, les atlas représenteraient une manière relativement « neutre », par sa codification notamment, de poser des diagnostics territoriaux. Ils seraient ainsi l’expression d’une « transaction » entre des géographes soucieux de mieux prendre en compte la demande sociale et politique et de valoriser leur discipline et des « décideurs » ou un « public » pour qui les conventions d’écriture et de représentation propres à l’atlas faciliteraient l’appropriation de la production scientifique des géographes.

Au-delà des expériences des grandes collections récentes d’atlas en France, et des témoignages d’auteurs, il serait intéressant d’analyser d’autres expériences nationales : ici, les cas roumain et libanais, pour commencer, pourraient être soumis à ce questionnement.

Références citées

Rey Violette et alii, Atlas de la Roumanie, GIP Reclus/La Documentation française, 2007

Verdeil Eric, Faour Ghaleb, Velut Sébastien, Atlas du Liban : territoires et société, Beyrouth : IFPO/CNRSL, 210 p.

Guichard Eric, « L’internet : retrouvailles de l’écriture et de la cartographie », in dossier « La cartographie », Revue de la bibliothèque nationale de France, n°24, 2006, pp.51-56.

Jacob Christian, L’empire des cartes  : approche théorique de la cartographie à travers l’histoire,  Paris : A. Michel, 1992,  537 p.

Un être cher a publié…

Je m’associe à la satisfaction de ma chère moitié, dont les efforts débouchent sur deux livres hautement recommandables

Le Moyen-Orient par les textes, de Anne-Laure Dupont, Catherine Jaouen-Mayeur et Chantal Verdeil (A. Colin)

L’expression Moyen-Orient est récente, son acception changeante. Le présent recueil couvre les actuels Turquie, Iran, États arabes orientaux (Égypte, États de la péninsule Arabique, Syrie, Liban, Jordanie, Irak), Israël et territoires palestiniens. Les textes réunis en racontent l’histoire sur plus de deux siècles, en tenant compte des événements les plus récents. Ils témoignent non seulement des bouleversements politiques, mais aussi des transformations économiques, sociales, religieuses et culturelles et des réalités vécues. Ce sont les intéressés eux-mêmes, Arabes, Turcs, Iraniens et d’autres, qui prennent la parole, donnant à voir de l’intérieur une région souvent analysée au seul prisme des relations internationales.
Collectés depuis plus de vingt ans par les auteurs du recueil, ces textes ont fait l’objet d’un enseignement dans différents cursus de licence d’histoire et d’arabe. Tous précédés d’une introduction, ils sont destinés aux étudiants, aux professeurs désireux de disposer d’un support pédagogique sur des sujets difficiles et passionnants, et à tout lecteur soucieux d’en apprendre davantage et autrement sur le Moyen-Orient.

Plus d’informations

On y trouvera un peu d’urbain, notamment la reprise d’un entretien avec l’architecte jordanien Jafar Tukan, initialement publié dans Amman, de pierre et de paix, par Myriam Ababsa chez Autrement (en bonnes feuilles ici), ainsi qu’un texte Yachar Kemal sur l’expulsion d’un gecekondu en 1982 à Istanbul, initialement publié dans Istanbul. Histoires, promenades, anthologie, dictionnaire, de N. Monceau (Bouquins, R. Laffont). Pour le reste, quelques textes diplomatiques mais aussi beaucoup d’extraits de romans offrant des tranches de vie et des témoignages d’une grande diversité sociale et géographique, et un peu de culture arabe actuelle en suivant un remarquable guide (CPA/YGQ, c’est par ici).

Et aussi:

La mission jésuite du Mont-Liban de Syrie (1830-1864), de Chantal Verdeil (Les Indes Savantes)

Créée à Beyrouth dans le dernier quart du XIXe siècle, l’Université Saint-Joseph reste l’œuvre la plus prestigieuse de la mission jésuite de Syrie. Ce  « phare spirituel de la Méditerranée », selon l’expression de Maurice Barrès, symbolise à la fois son rayonnement, la présence française au Levant, et les rivalités entre les puissances occidentales au Proche-Orient.

Cet ouvrage retrace la genèse de cet établissement en étudiant le développement de la mission jésuite au Mont-Liban puis en Syrie dans une période troublée, celle de la Question d’Orient, marquée notamment par l’occupation égyptienne et les massacres de 1860.

De plus en plus nombreux, soutenus par la France impériale, les religieux de la Compagnie de Jésus ne cherchent pas à convertir les musulmans et se consacrent surtout à l’instruction, religieuse et profane, des catholiques orientaux. Leur action s’inscrit ainsi dans l’histoire des différentes Eglises chrétiennes du Proche-Orient et plus généralement dans celle de l’empire ottoman.

Pour plus d’information.

 

Quand l’électricité arrive au village (anatolien)

A propos de :
MAKAL Mahmout. Un Village anatolien : récit d’un instituteur paysan. Paris : Plon, 1978. 287 p. – [16] p. de pl. (Terre Humaine).

Ce livre dont la première version fut publiée en 1948 est le témoignage d’un jeune instituteur sur la vie d’un village anatolien en 1947-48. L’auteur évoque la vie difficile des paysans, soumis à un climat très rude : exploitations non-mécanisées, surpeuplement et insuffisance des rendements, autarcie alimentaire, pauvreté, maladies, extrême dénuement matériel, éloignement des villes et des services commerciaux et administratifs. Non dénué d’un regard misérabiliste, et armé de ses convictions progressistes, l’instituteur montre l’archaïsme de cette société, les superstitions, la condition très dominée des femmes et les dénonce comme une conséquence du pouvoir des religieux. Ces faits prennent place dans un contexte de libéralisation politique, après la Deuxième Guerre Mondiale, qui se traduit par la montée du Parti Démocrate de Menderès. C’est un moment de contestation de la ligne kémaliste (notamment la question de l’alphabétisation en caractère latin) et de renforcement des notables des campagnes, aghas et religieux. Le livre comporte deux chapitres de mise à jour : le premier publié en 1962 et le second en 1975, qui permettent de mesurer les changements sur une période de vingt-cinq ans.

S’éclairer et se chauffer au village

Curiosité énergétique oblige, j’ai été très intéressé par la question de l’installation de l’électricité, en 1960. Dans la première partie, l’auteur consacre de longues pages à décrire la vie quotidienne des villageois et leurs problèmes matériels, et il évoque en particulier les questions de chauffage et d’éclairage. Ouvert sur le progrès et grand lecteur, il utilise une lampe à pétrole. Il en offre une à ses parents – qui partagent la condition paysanne dans un village voisin – mais ils ne l’utilisent qu’en sa présence de peur de la casser (et pour économiser le pétrole). Les paysans utilisent plutôt des torches. Les habitations n’ont que très peu d’ouvertures, colmatées en hiver par divers matériaux . Elles sont donc très sombres. De plus, on tient la porte fermée pour que la volaille n’entre pas. Le grand problème est le chauffage. De nombreuses pages sont consacrées à expliquer l’organisation du foyer (tandir) et son alimentation, essentiellement par des bouses ramassées par les paysannes qui gardent les troupeaux. Collées sur les murs des habitations pour sécher, ces bouses sont ensuite entassées pour constituer une réserve à brûler durant l’hiver. La maison est emplie d’une atmosphère de suie et de poussière, sans compter les insectes qui nichent dans tous les orifices et se nourrissent justement des bouses. Malgré cela, il faut grand froid tout l’hiver et assez tard dans le printemps, il faut veiller à ce que les enfants (dont beaucoup vont pieds nus) ne prennent pas froid pour ne pas mourir de pneumonie. Notre instituteur fait un brin de toilette dans l’étable où, grâce aux bêtes, il faut tiède, mais les pieds dans la boue. Il est alors l’un des seuls du village à utiliser un poêle où il brûle, comme les autres, de la bouse.

Electricité, endettement et assujettissement

Onze ans après son départ du village, dont il a été muté, l’auteur y revient. Les habitants sont dans un état de dénuement qui ne semble s’être amélioré en rien, et sont même aux abois. En effet, l’électricité vient d’être installée au village, sous la forme d’un générateur diesel et de quelques poteaux desservant les maisons. C’était un cadeau du gouvernement :

 » Un beau jour, le gouverneur s’est amené avec le sous-préfet.[…] le gouverneur a dit : « J’ai une bonne nouvelle à vous annoncer » et le sous-préfet a dit : « Chers compatriotes paysans, […] pour la première fois au monde, on mettra l’électricité dans un village, et ce village, c’est le vôtre… ». Le mouhtar intervient à son tour : […] » On va vous installer un moulin qui marchera à l’électricité ». Alors on a répondu : mais nous n’en voulons pas : le moulin à eau, ça nous suffit ». – « Ne jouez pas aux idiots: l’Etat vous fait un cadeau et vous voulez le refuser, quelle drôle d’histoire ». Juste à ce moment-là, le chef de la section du parti Démocrate du village est arrivé; il s’est empressé d’offrir des cigarettes aux hôtes! Il a parlé au gouverneur et lui a dit: « Mon pacha, ces gens-là ne comprennent rien, ils sont d’un autre temps, leur tête est vieille. Un bien sacré comme l’électricité va être installé, le gouvernement va en faire les frais, donner le moteur, le mazout. Et eux, sans réfléchir, disent non! ». Ensuite, […] le gouverneur a dit : « Non, l’électricité nous allons vous la donner et vous allez la prendre ».

Finalement, une requête au nom du village a été rédigée par l’administration. Le Conseil du village signe ce qui est présenté comme l’acte de donation du gouvernement. Une fois l’installation réalisée, les villageois se rendent d’abord compte que le moteur ne fonctionne pas bien; il requiert un « maître », un mécanicien qu’il faudrait payer. Surtout, l’électricité ne sert à rien, car pas un villageois ne peut se permettre d’installer l’électricité (« Ne crois pas que nous voulons avoir l’électricité et nous en servir. D’ailleurs, même ceux qui voulaient l’avoir n’ont pas dit qu’ils s’en serviraient »). Or, les villageois apprennent soudain qu’ils sont redevables auprès de la Banque des provinces d’une dette :

« C’est après le 27 mai [1960= coup d’état mettant à l’écart le parti Démocrate] qu’on nous a appris tout ça. Avant le 27 mai, c’était un cadeau. Après, c’était une dette, un malheur.[…] Sans le savoir, on avait fait une demande de crédit à la banque. »

Et les villageois n’ont pas du tout les moyens de payer le terme. La finalité électoraliste de ce cadeau est identifiée par un paysan : « C’était de la poudre aux yeux. C’était pour nous éloigner du parti de l’opposition. » Et les villageois d’exprimer leur déception: « Nous, on croyait que le gouvernement, ça aide les populations ».

Electricité et développement

L’épisode est très intéressant, en particulier parce qu’il bat en brèche la conception que se fait l’instituteur du progrès. L’électricité ne correspond pas à une demande de la population, en tout cas pas de la plupart des villageois. En revanche, elle apparaît comme un instrument politique, visant à placer les paysans dans une relation de dépendance et donc de redevabilité électorale à l’égard du parti Démocrate. D’autre part, à travers l’exigence du remboursement, les villageois se retrouvent face à une dette financière : l’électricité est ainsi un moyen de lier les villageois à l’Etat, de rogner leur autonomie de décision. On imagine qu’une nouvelle fiscalité s’impose désormais à eux (l’ouvrage ne développe pas ce point mais évoque, au début, la question de la fiscalité locale et le rôle clé du secrétaire qui tient les registres et en profite pour multiplier les prélèvements arbitraires). L’épisode montre que le « développement » se manifeste d’abord comme une nouvelle forme d’assujettissement à l’Etat et non comme un progrès social.
En revanche, 15 ans après (en 1975), les choses ont changé. Lors d’une nouvelle visite au village, l’ancien instituteur observe de très grandes mutations. Le village connaît désormais une prospérité visible. En particulier, les deux tiers des habitants ont une radio; on compte 7 postes de télévisions; un cinéma est installé; de même que le téléphone. Plusieurs restaurants ont ouvert. Cette aisance est largement due aux remises des émigrés en Allemagne, nous dit l’auteur. L’électricité n’est plus un problème mais une évidence. Elle semble installée chez une bonne partie des habitants. Autrement dit, c’est l’enrichissement qui permet l’appropriation de l’électricité plus que celle-ci qui, par effet quasi-magique, changerait les modes de vie.

Chers lecteurs, j’apprécierais beaucoup si vous aviez des suggestions de lecture relatant les modalités de l’électrification dans la vie quotidienne (à la campagne ou en ville d’ailleurs) sur mes autres terrains ou même plus largement : Liban, Jordanie, Tunisie, mais aussi Syrie, Palestine, Egypte, Maroc, Algérie… Merci d’avance.

Rencontre sur les enjeux de l’édition électronique à Lyon

A signaler, cette rencontre que j’aurais le plaisir d’introduire, organisée par l’excellente librairie Terre des livres à Lyon

Mercredi 16 juin, 18 h-20 h
LES ENJEUX DE L’EDITION ELECTRONIQUE
Lecteurs, éditeurs, libraires
Rencontre-débat à l’occasion de la parution du livre de Marin Dacos et
Pierre Mounier : L’édition électronique, La Découverte, collection Repères
avec :
Pierre MOUNIER, du Centre pour l’édition électronique (CNRS-EHESS)
Erik FITOUSSI, de la librairie Passages et (sous réserve) Françoise
CHARRIAU, Vice-présidente du Syndicat de la Librairie Française
Le débat sera animé par Eric VERDEIL (CNRS, Lyon) éditeur de la revue
papier et numérique Géocarrefour.

L’apparition du iPad et de nombreux autres supports de lecture attire l’attention sur la mutation irréversible de l’édition vers l’électronique. S’il est bien clair que l’électronique n’éliminera pas le papier, ni à court, ni à moyen terme, il n’en reste pas moins que les usages vont connaître de grandes évolutions. L’édition universitaire est déjà avancée sur la voie la dématérialisation du texte. C’est notamment le cas pour les articles de revues mais aussi à travers la naissance de nouveaux modes de communication, comme les blogs scientifiques. Les métiers du livre, éditeurs et libraires, paraissent à la veille de changements importants également dans leurs contenus et leurs modèles économiques.

Entrée libre

Librairie TERRE DES LIVRES
86, rue de Marseille 69007 Lyon
Tel & fax : 04 78 72 84 22 – http://terre.des.livres.free.fr