Archives de catégorie : art/littérature

Le Roman de Dubaï

Note consacrée à Ougarit, roman de Camille Ammoun, aux éditions Inculte (Paris 2019), publié sur Orient XXI le 20 septembre 2019. Le titre proposé était “Un roman de Dubaï”.

La crise de l’urbanité est l’une des transformations majeures qui affectent les sociétés du Proche-Orient contemporain. La destruction de la ville ancienne d’Alep, de ses souks comme de ce qui restait d’une coexistence entre musulmans et chrétiens en constitue un des symboles les plus tristes. En contrepoint, l’émergence de Dubaï, ville marchande d’un nouveau type, juxtaposition d’infrastructures portuaires et aéroportuaires gigantesques reliées par des autoroutes tentaculaires striant le désert, ponctuée de malls et de gratte-ciels démesurés aux illuminations tapageuses incarne un nouvel âge urbain.

Ses clones se multiplient partout dans la région, du désert égyptien qui accueille la nouvelle capitale édifiée par Abdel Fattah Al-Sissi en Égypte jusqu’aux façades littorales des villes historiques comme Rabat-Salé, Istanbul ou Beyrouth. Brutalité urbanistique et laminage social, exodes de réfugiés fuyant les décombres, et nouveaux agglomérats de populations déracinées en provenance d’horizons divers composent une nouvelle géographie. Elle interroge sur sa pérennité, face aux défis climatiques et en raison de la ténuité des liens sociaux tissés entre ces nouveaux groupements humains vulnérables à la mondialisation.

Continuer la lecture

Amman, d’une crue à l’autre. Littérature et géographie

Les réseaux sociaux auxquels je suis connecté ont relayé les images spectaculaires d’une crue qui a noyé la ville basse d’Amman jeudi 27 février, suscitant les habituelles dénonciations de l’incurie des autorités municipalités.

Ces scènes de rues submergées d’eaux boueuses, et de l’amphithéatre romain transformé en piscine, ont réveillé en moi un souvenir littéraire dont la qualité poétique et dramatique n’a d’égale que sa valeur géographique. Il s’agit des souvenirs du jeune Abdel Rahman Mounif qui grandit dans cette ville dans les années 1940. Le chapitre IX de son récit Une ville dans la mémoire. Amman (en arabe Sirat Amman), traduit par Eric Gautier dans une collection d’Actes Sud-Sindbad dirigée par Yves Gonzalès Quijano propose une puissante évocation de la crue qui frappe la ville en 1943, après une fine présentation d’un paysage fluviatile aujourd’hui disparu. En voici quelques extraits qui s’égrènent de la page 131 à la page 149.

Si l’eau est à l’origine de la vie – et si c’est généralement sur les rives des fleuves ou des lacs que les cités se sont élevées – la “cité de l’amour fraternel” comme on appelait Amman à une époque ancienne, ou encore Philadelphia, sous lequel elle est plus connue, ne faisait pas exception à la règle. Lors de sa fondation, il y a des siècles, on la baptisa même “ville des eaux” et c’est précisément à l’existence de cette eau que l’on doit sa reconstruction à l’époque moderne.

Le long voyage commençait à Ras El-Aïn. Pour couvrir les besoins d’Amman, la source abondante et grondante était captée et dirigée vers un grand réservoir qui dominait la ville. Elle se déversait ensuite dans un étang profond et agité avant de donner naissance à une rivière qui traversait tout le wadi entre les collines et les montagnes, accueillant, en chemin, de nombreuses sources qui sourdaient des deux côtés de son lit. Puis cette rivière continuait sa course jusqu’à ce qu’elle rejoignît le fleuve El-Zarqa. Ils s’unissaient et poursuivaient ensemble leur merveilleux périple avant de se jeter dans le Jourdain.

A partir de Ras El-Aïn, la rivière coulait d’ouest en est. La plupart du temps, elle suivait un tracé rectiligne sauf quand le wadi devenait trop étroit ou quand le sol était rocailleux ; elle devait alors former des méandres qui provoquaient, ici et là, quelques tourbillons.

Sur les deux rives, tout de suite après le grand souk aux bestiaux, commençaient la zone des jardins maraîchers. Entre eux, il y avait des maisons relativement espacées les unes des autres, habitées par des Tcherkesses. Plus loin, lorsque la rivière passait à proximité de la rue montant à El-Misdar, là où il y avait autrefois des moulins mais où l’on construisit, plus tard, le pont d’Al-Mohagirine, cohabitaient Arabes et Tcherkesses, chrétiens et musulmans.

C’est à ce même endroit que la rue descendant des quartiers sud, en particulier de Misddar Aïché, débouchait sur la rue El-Mohagirine. La zone commerçante y commençait également puis s’étendait parallèlement à la rivière, sur sa rive gauche.

Il y avait toujours des cultures maraîchères sur les deux rives, près de l’eau, mais les terrains  quelles occupaient avaient rétréci et ressemblaient plutôt à des jardinets autour des maisons. Ensuite, le cours de la rivière s’incurvait insensiblement et s’approchait peu à peu du jardin et de la maison de Djawwad Bey pour former un demi-cercle. Comme elle s’était aussi élargie et était devenue plus profonde, les enfants d’Amman avaient fait de cet endroit leur première piscine. C’était également un des coins les plus poissonneux.

La rivière continuait ensuite son voyage et passait sous le pont d’El-Hammam. A cause de la nature du terrain, de la densité de la population et des constructions, on ne la voyait presque plus contrairement à ce qui avait été le cas pendant la première partie de sa promenade, de la source à ce pont. A peine avait-elle dépassé le souk du sucre, et avant même d’arriver au niveau du souk aux légumes, qu’une source jaillissait sur sa rive gauche. L’eau était fraîche et abondante et tout le souk venait s’y désaltérer les porteurs d’eau s’y approvisionnaient aussi, n’hésitant pas à franchir, avec leur chargement, de longues distances.

Après le souk aux légumes, il existait un pont, plus petit, à partir duquel certains enfants plongeaient dans la rivière qui, à cet endroit, était assez profonde ; ils en avaient fait une seconde piscine. En aval, en face de l’amphithéâtre romain, se trouvaient le pont le plus ancien d’Amman et le plus important.[…]

Immédiatement après le pont, la verdure et les jardins se développaient à nouveau sur la rive droite de la rivière, jusqu’à ce que celle-ci atteignit le souk aux bestiaux, puis le pont de la gare. A partir de là le wadi s’ouvrait, les deux rives s’élargissaient et les jardins devenaient beaucoup plus nombreux qu’ils ne l’étaient à l’ouest et ou au centre de la ville.

[…]

La rivière d’Amman depuis sa source jusqu’à son embouchure était courte mais  la longueur n’a jamais été le seul critère pour juger de l’importance d’un cours d’eau. De plus, les rivières comme les hommes ne sont pas toujours d’humeur égale. Gardant la même apparence au printemps en été ou en automne, celle-ci se métamorphosait complètement en hiver.

[…]

A la rentrée des classes, en octobre, tout le monde se mettait à attendre la pluie avec impatience. L’atmosphère se rafraîchissait mais la pluie ne se décidait toujours pas à tomber. […]  C’est pourquoi les personnes âgées ne cessaient de scruter le ciel dans l’espoir d’y découvrir quelques nuages et se mettaient à humer le vent : peut-être leur apporterait-il une odeur de pluie. […] Les adultes grimpaient sur les collines après la prière du vendredi pour invoquer Dieu et lui demander de faire tomber la pluie. […] Durant les années quarante, on eut recours à ce genre de cérémonie au moins deux fois. […] Dieu répondait alors à leur appel ou restait sourd, mais eux ne cessaient pas d’attendre et de prier.

[…]

En cette saison,  même s’il venait à pleuvoir, il s’agissait le plus souvent d’averses peu importantes qui tombait par intermittence ; il pouvait pleuvoir durant la nuit et faire beau le lendemain. Mais des trombes d’eau qui s’abattaient sur la ville plusieurs jours et plusieurs nuits d’affilée, les habitants n’y était pas accoutumés et n’y voyez rien de bon. C’est pourtant ce qui arriva en 1943.

Tous ceux qui, ce matin-là, découvrirent la rivière du haut du Djebel Amman  n’en crurent pas leurs yeux. Celle-ci d’habitude si modeste et si “timide”, celle qui coulait lentement comme si aucun rendez-vous ne l’attendait, celle dont la couleur passait du vert au bleu suivant les heures du jour, s’était brusquement métamorphosée. Elle s’était multipliée plusieurs fois en largeur et avait quitté son lit pour prendre possession des jardins environnants. Elle avait pris une teinte rougeâtre, boueuse, et son débit avait considérablement augmenté. Elle semblait maintenant pressé d’arriver!

Etait-ce la même rivière ? Comment avait-elle pu changer ainsi rapidement ?

De nombreuses personnes avaient accueilli cette eau comme un présent et regardaient le ciel avec joie. Les adultes poursuivaient leur chemin sans autre souci après avoir plaisanté avec les enfants ! La plupart du temps, ces derniers posaient toutes sortes de questions à propos de ce qui passait autour d’eux, mais celle qui revenait le plus souvent, peut-être parce que c’était la plus importante, portait sur la rivière. Questionnée à ce sujet, la grand-mère répondit:
– C’est beaucoup de bruit pour rien. Ayez pas peur!
Puis avec un sourire, son regard posé sur la rivière et sur le visage des petits :
– Le jour où vous verrez le Tigre, vous pourrez être étonnés et jurer qu’il n’en existe pas de plus puissant. Elle ajouta ensuite, comme si elle avait prévu ce qui allait se passer :
– Et encore, il est comme ça en été, mais s’il y avait une crue, en hiver, il noierait tout Bagdad. Vous, il y a des montagnes pour vous protéger, tandis que les habitants de Bagdad, eux, ils n’ont plus qu’à faire leur prière!
[…]
Quand vint le troisième jour et que la pluie ne cessait pas, les adultes se dirent à voix basse: “Nous sommes parvenus au point critique.”
[…]

Tout le monde savait bien qu’il n’y avait qu’une seule rivière à Amman. Pourtant, ceux qui empruntèrent la rue du souk furent les témoins d’un spectacle extraordinaire: il y avait des rivières partout ou, plus exactement, chaque descente était devenu un cours d’eau. Ainsi le chemin qui venait de Djebel Amman et qui avait été goudronnée depuis longtemps, ce chemin sur lequel l’eau de pluie glissaient comme sur une vitre, était devenu comme fou en accueillant toute l’eau en provenance de la montagne, plus celle qui dévalait la descente des d’El-Jaqqa, à laquelle venait se joindre celle de l’escalier d’El-Qiyada. Avec toutes celles qui déferlait de Wadi El-Saïr, c’est cela faisait une véritable fleuve sale et tumultueux qui remplissait toute la largeur de la rue. Arrivé au croisement avec la rue El-Salte, où débouchait un autre fleuve, peut-être encore plus imposant, il devenait trop risqué d’entrer dans l’eau. Quand on arrive près de la librairie Al-Safadi, Il ne restait plus que deux solutions:  gravir l’escalier malgré l’eau qui dégringolait virgule ou bien prendre quelques risques et parvenir jusqu’à la montée d’el-Amouri puis à partir de là se diriger vers la montagne.
[…].

Le narrateur explique que les adultes consolident les toits et colmatent les fuites. La grand mère raconte l’histoire du Déluge.

Il pleuvait toujours à verse et les nuages gonflés d’eau remplissaient toujours le ciel. Les hommes enduraient en silence cette épreuve, mais le visage des femmes commençaient à trahir la peur qu’elles ressentaient au plus profond d’elles-mêmes. Leurs gestes étaient aussi plus nombreux, plus fébriles; elles se mettaient en colère pour un oui ou pour un non contre les enfants, dès qu’ils posaient des questions, dès qu’ils riaient. C’était la preuve que le danger était là, bien réel.

A l’aube du cinquième jour, on entendit des appels au secours. Les voix étaient inintelligibles et faisaient penser à des hurlements d’animaux blessés qui rompaient le silence de la nuit.  […] Personne ne savait ce qu’il fallait faire mais les voix, d’abord lointaines, devenaient de plus en plus claires. Elles demandaient de l’aide. Des maisons avaient été détruites, l’eau avait inondé le souk et emportait tout ce qui se trouvait sur son passage.
[…]

En un temps record, et à la lueur des lanternes qui étaient sorties de toutes parts, mais qui ne suffisaient pas à dissiper l’épaisseur des ténèbres, les hommes, les adolescents, et même quelques enfants qui, soudainement, s’étaient sentis vieillir, étaient accourus. Face au danger, ils réagissaient comme ils avaient l’habitude de le faire face à la maladie, c’est-à-dire en offrant spontanément leur assistance et sans rien attendre en retour.

On assistait à des scènes inoubliables. Pour apporter leur aide, les gens étaient prêts à donner leurs vies et à accomplir les gestes des plus téméraires. Sans penser au risque et à la peine,  ils se précipitèrent au secours de ceux dont les habitations avaient été emportées et les aidaient à gagner un lieu où ils seraient en sûreté. Puis ils allaient prêter main-forte aux commerçants pour tenter de transporter des marchandises hors de portée de l’eau,  disposer des sacs à l’entrée des magasins ou s’employer à sauver les choses les plus importantes, en particulier l’argent et des livres de comptes.

A partir de la grande mosquée El-Hossaini et jusqu’au souk des légumes, la place s’était transformée en lac. Faute d’autres issues, les eaux du fleuve avaient envahi les magasins.

[…]  

Et à un moment donné, la pluie s’arrêta!

On aurait dit qu’Amman s’était ramollie:  la ville paraissait couverte de cicatrices mais de bonne humeur. Elle ressemblait à un morceau de pain détrempé ou un vêtement boueux. Beaucoup d’habitations avait été détruites, des parties entières des souks avaient été noyées et, dans la plupart des maisons, les plafonds s’était fissurés et même parfois effondrés. Il y avait de l’eau partout, même les grottes perchées sur les hauteurs, à l’abri de la pluie, avaient été inondées.

Après son coup de folie, la rivière mit du temps à se calmer: ses eaux restèrent rouges et boueuses, et son cours toujours aussi large, d’autant qu’il avait absorbé les jardins situés sur ses rives.

Autour de la Municipalité d’Amman (2010)

Ce merveilleux témoignage nous enseigne plusieurs choses.

Tout d’abord, les visiteurs d’Amman aujourd’hui auront bien du mal à imaginer le caractère aquatique et verdoyant de la vallée aujourd’hui densément bâtie et congestionnée par le trafic. Certes, l’aménagement autour de la municipalité d’une esplanade et de quelques jardins publics cherche à rappeler la vocation ancienne de cette zone. De même, devant l’amphithéâtre, les espaces publics ponctués de quelques arpents de verdure relie ce monument aux zones d’agrément décrites par Mounif.

Mais la rivière a bel et bien été canalisée et recouverte, au point d’être oubliée et ignorée. L’espace est fortement minéralisé. De nombreux parkings, parfois des marchés occupent l’espace. Plus largement, le paysage de cette ville de “paix et de pierre” comme l’avait joliment dit Myriam Ababsa laisse peu de place à la végétation. Elle forme un bassin versant densément construit et asphalté qui fait converger les soudaines pluies hivernales dans le talweg, rendant le risque de crue structurel.

Ces dernières années, de nombreux épisodes d’inondations catastrophiques, à Houston, Canton, Bangkok ou encore Paris ont fait émergé des réflexions sur la nécessité d’un aménagement différent du lit majeur des rivières et fleuves, visant à restaurer la possibilité de zones d’expansion et d’infiltrations de la crue. En milieu méditerranéen, sujet à des averses brutales dans un contexte par ailleurs fortement minéral, la nécessité de tels aménagements peut apparaître comme un gaspillage en raison de la rareté des épisodes pluvieux et alors que le foncier, en pleine ville, est rare et cher. Retrouver la rivière, restaurer l’écoulement des eaux, rendre l’espace à des usages de loisirs et à la végétation, comme l’ont fait des villes comme Madrid ou Séoul (voir le film de Jacques Lévy à ce sujet), en démantelant d’anciennes voies autoroutières, est une option que les urbanistes et les autorités d’Amman devraient pourtant considérer car le retour de tels événements n’est pas simplement probable, mais certain.

La crise des déchets comme métaphore de la catastrophe moyen-orientale

A propos du film Submarine, de Mounia Akl (2016, 21 mn)

La violence récurrente qui touche les pays du Moyen Orient provoque des épisodes renouvelés et dramatiques d’exil des populations fuyant la destruction et la mort. C’est un thème dont le cinéma s’est régulièrement saisi, explorant avec fascination ce qui reste après le déferlement de la guerre, scrutant la société émiettée, anémiée et peinant à survivre dans des lieux désertés. Plusieurs films illustrent cette thématique au lendemain de la guerre de 2006 au Liban, comme dans Je veux voir de Joana Hadjitomas et Khalil Joreige vers le Sud Liban, ou encore le court métrage ((Posthume)) de Ghassan Salhab (voir le compte rendu). Dans le contexte de la crise syrienne, cette tension entre l’espoir de la fuite et la vie oppressante dans ce qui reste de la ville en guerre, négatrice de tous les espoirs et finalement tombeau, est au cœur du film Les Chababs de Yarmouk (notamment de sa deuxième partie). Evidemment, cet argument se retrouve aussi fréquemment dans la littérature, par exemple dans les deux récents romans fantastiques sur Bagdad que sont respectivement Frankenstein à Bagdad de Ahmad Saadawi et Seul le grenadier de Sinân Antoon. L’effondrement du monde et, littéralement, de la ville autour des protagonistes principaux a pour pendant l’aspiration, souvent contrariée, parfois refusée, à l’exode vers l’étranger. Continuer la lecture

Compte rendu de : Henri Desbois, 2015, Les mesures du territoire et les mutations de la carte topographique

A propos de : Henri Desbois, 2015, Les mesures du territoire: aspects techniques, politiques et culturels des mutations de la carte topographique, Villeurbanne, Presses de l’ENSSIB, 240 p.

(paru dans Géocarrefour)

L’essai que propose le géographe Henri Desbois, tiré de son habilitation à diriger les recherches, se présente sous la forme d’une histoire de la cartographie, à travers le cas particulier de la carte topographique, excluant donc notamment la cartographie thématique et la cartographie marine. Mais plus fondamentalement, c’est une réflexion critique sur la numérisation de la géographie, cette expression devant être entendue au double sens de la place accrue qu’occupent aujourd’hui les techniques quantitatives dans notre discipline, et de la colonisation de nos pratiques quotidiennes et de nos imaginaires par des modes de représentation du territoire dérivés de techniques cartographiques informatisées devenues quasiment hégémoniques. En opérant une déconstruction de l’histoire de la carte topographique sous ses dimension technique, plus exactement scientifique, politique et culturelle, Henri Desbois s’inscrit dans les courants critiques de la géographie. Son propos n’est pas simplement de montrer que la carte traduit, voire impose, une vision normative et informée par la logique du pouvoir étatique – et singulièrement la puissance des Etats-Unis – sur les formes de représentation du monde. Pour lui, il est impossible de mettre en question radicalement les bases scientifiques de la cartographie, dont « les triomphes sont trop éclatants pour qu’on puisse en ébranler la domination », et dont « l’efficacité pratique est démontrée quotidiennement » (p.202). En fait, c’est le monopole que cette hégémonie tend à conférer à ce mode de connaissance que conteste Henri Desbois. En  mettant en évidence ce qu’il dénomme les imaginaires cartographiques, c’est-à-dire « les idées et les sentiments communément associés aux cartes » (p.19), il entend « aborder le discours scientifique par l’extérieur et lui contester la prétention à être le seul régime de connaissance valide », ainsi que « réhabiliter des modes alternatifs d’appréhension du monde » (p.202). Cette forte ambition rappelle que ce géographe au parcours singulier n’est pas uniquement un spécialiste de géographie numérique, d’internet et de cartographie (il s’est familiarisé à ces techniques au sein d’un service spécialisé de l’armée, alors qu’il utilisait en parallèle un SIG dans sa thèse sur la géographie urbaine de Tokyo). Il est également le tenant d’une géographie littéraire qui s’est illustré par des analyses savantes de l’Ulysse de Joyce, dont cet ouvrage comprend d’ailleurs un aperçu (une publication plus poussée sur Joyce est à paraître parue). Continuer la lecture

Le géographe dans sa ville. Présentation du nouveau livre de Marcel Roncayolo et Sophie Bertran de Balanda

ronca-couvJe participerai le 10 septembre prochain au musée de la ville de Marseille à une table ronde organisée par les Editions Parenthèses à l’occasion de la sortie du livre de Marcel Roncayolo et Sophie Bertran de Balanda : Le géographe dans sa ville. De ce dialogue mené sur plus d’une décennie sont issus un texte autobiographique et réflexif sur la manière dont la ville natale (Marseille) a façonné l’expérience et informé la réflexion ultérieure de Marcel Roncayolo, et une série de dessins croqués par Sophie Bertran de Balanda lors de multiples promenades dans le Marseille actuel, dessins que les deux auteurs commentent et qui ont fonctionné comme des madeleines proustiennes pour faire surgir les souvenirs qui structurent le texte de Roncayolo.

affiche roncaLa table ronde aura lieu de 14h30 à 17h30 environ. Elle sera lancée par la projection du film Marcel Roncayolo : interprète de ville de Herta Alvarez-Escudero (2009 – 53 min). Lieu : Musée d’histoire de Marseille, 2  Rue  Henri Barbusse – 13001 Marseille.

Elle s’insère dans un ensemble de manifestations, balades, projections qui durera jusqu’au mois d’octobre.

Brochure du programme et présentation du livre à télécharger.

 

Méditerranéité – de Beyrouth à Marseille

med-libSollicité par l’équipe de consultants IntraDev pour réfléchir sur l’urbanisme de la métropole marseillaise à partir d’une perspective beyrouthine, j’ai relu l’opuscule La Méditerranée libanaise, éditée en 1999 sous la houlette de Thierry Fabre dans un coffret de textes intitulé Les représentations de la Méditerranée, chez Maisonneuve et Larose, éditeur aujourd’hui disparu. Cet opuscule comprend deux textes: le premier, plutôt littéraire et politique, est de l’écrivain Elias Khoury et s’intitule “Beyrouth et la Méditerranée. Langue double, langue plurielle” ;  L’autre, de l’historien (et très belle plume) Ahmad Beydoun, “Extrême Mediterranée. Libanisme contemporain à l’épreuve de la mer”. L’un comme l’autre, par des chemins différents, démontent cette évidence apparente d’une “méditeranéité libanaise”. Cela m’a inspiré les réflexions suivantes, à poursuivre peut être.

La “méditerranéité” de Beyrouth et ce qu’elle peut nous dire de celle de Marseille

Le discours sur la méditerranéité des villes du pourtour méditerranéen doit toujours être compris comme une construction idéologique, souvent promue par les autorités politiques, dans un jeu de tensions identitaires. Dans le cas de Beyrouth, la méditerranéité est un discours qui a pour fonction de masquer et de rejeter d’autres mythes politiques non consensuels, en l’occurrence le discours sur l’appartenance du Liban à l’ensemble arabe, notamment à partir de la fin du XIXe siècle. Le discours sur l’appartenance méditerranéenne du Liban, ultérieurement, a aussi pour fonction de conjurer d’autres identités qui s’imposent à ce pays, notamment les identités confessionnelles, volontiers présentées comme des discours montagnards. Beyrouth, ville portuaire, incarne par excellence cette vocation méditerranéenne en tant qu’ancienne échelle du Levant.

Cette idée d’une ville méditerranéenne, ou plutôt d’une méditerranéité à révéler, a plusieurs fois animé les politiques urbanistiques: la première fois dans les années 1960, notamment dans lors des travaux commandés par le général Chéhab à l’urbaniste Michel Ecochard, qui célébrait Beyrouth comme une capitale de la Méditerranée (voir ici) ; la seconde lors de la reconstruction de 1977 (chapitre 9 de ma thèse) ; et de nouveau, quoique plus discrètement, lors de la reconstruction des années 1990. Mais ce discours urbain se voulant réconciliateur, mettant en avant le commerce comme facteur de paix, a toujours eu du mal à réellement modeler la cité et à suturer ses blessures. Paradoxalement même, il a été mis en avant à un moment où, comme l’ont observé plusieurs analystes critiques (dont Elias Khoury et avant lui Jad Tabet), la ville en un sens tournait le dos à la mer, et où les appropriations privées du littoral en séparaient la majorité des Beyrouthins.

De cet usage et de cette rhétorique superficiellement consensuels de la notion de Méditerranée, Marseille et son projet métropolitain doivent se méfier et ne doivent pas abuser, nous suggère l’exemple beyrouthin. Surtout que la réalité de la diversité culturelle d’une ville comme Beyrouth – et sans doute pourrait-on faire une observation similaire pour Marseille – dépasse en fait largement la Méditerranée. Ainsi, le bouillonnement culturel beyrouthin des années 1960, tant vanté, était en fait largement un bouillonnement arabe, avec la présence d’intellectuels irakiens, égyptiens, palestiniens, syriens qui se reconnaissaient peu dans la Méditerranée. De nos jours, la diversité arabe reste forte, mais elle se double d’une dimension spécifique à la diaspora libanaise, reliée à New York, Londres, Sao Paulo, Montréal, Paris bien sûr, voire Sidney, sans parler de Dubai et Riyadh… ce qui finalement relativise la méditerranéité…

Mutatis mutandis, si l’on pense à Marseille, n’est elle pas autant ou plus en relation avec des villes d’Europe, d’Afrique noire, d’Asie qu’avec ses voisines méditerranéenne? y compris au niveau des coopérations urbanistiques? Ici, les pratiques sont en fait plus diverses que le discours officiel, y compris culturel. C’est ce que suggérait Boris Grésillon dans son petit ouvrage sur MP 2013 (voir mon commentaire), où il regrettait que cet événement et son insistance sur la vocation méditerranéenne de Marseille laissaient au second plan, voire même délaissaient, les ancrages européens de la cité phocéenne.

 

La Planète des Z’u. Des univers s’y terrent. Compte rendu de Franck Mermier

livre troinJ’ai le plaisir d’accueillir ce compte rendu de Franck Mermier sur le roman de Jean-François Troin, La Planète des Z’u. Des univers s’y terrent, Saint-Jean des Mauvrets, Editions du Petit Pavé, 2014, 278 pages, ISBN : 978-2-84712-398-2, 25 euros.

Profession universitaire, ou enseignant-chercheur, soit l’habitant de la Planète des Z’u habitée par de drôles d’énergumènes. L’auteur, qui fut professeur de géographie à l’université de Tours, est connu pour ses travaux sur le Maroc avec, notamment, sa thèse d’Etat monumentale sur les souks ruraux du Maroc. Cette qualité d’enquêteur de terrain, Jean-François Troin l’a exercée sur les habitants de sa planète. A la lecture de ce roman, le « petit monde » de David Lodge vient certes à l’esprit si ce n’est que, dans le livre de Jean-François Troin, le protagoniste principal promène son regard d’entomologiste dans ces différents univers qui façonnent les manières d’être de l’Homo Academicus, soit le campus de Sélant, en France, celui de Slow Coast aux Etats-Unis, et l’université d’Al-Batî’a (La lente) dans un pays arabe non précisé. Ces noms sonnent comme une référence peut-être involontaire au mouvement de Slow Science qui tente de sauver ce qui reste de bénéfique dans le métier de chercheur en proie à la récurrence frénétique des appels à projets, seul moyen de financement. On pourrait aussi penser aux livres iconoclastes de Nigel Barley qui, sous une forme romancée, relate ironiquement les aventures d’ « un anthropologue en déroute » en Afrique. Jean-François Troin ne se contente cependant pas de pointer les travers de la profession d’universitaire sur ces trois sites régis par des traditions si contrastées, il en montre aussi l’abnégation, voire le sacerdoce un peu absurde quand on connaît l’étroitesse de certains enjeux. Son récit du déroulement d’une soutenance de thèse est un morceau d’anthologie criant de vérité, parce qu’il est fictif. Qui n’a jamais saisi ce contraste parfois scandaleux entre les efforts prodigués par le directeur de thèse pour constituer un jury idéal à la mesure du travail acharné de son doctorant et les négligences de certains membres du jury venant juste de parcourir la thèse dans le TGV. Mais, on se doit d’insister, ce livre est un roman, servi par la force incisive d’un récit sans rature, qui transporte le lecteur dans des zones de gravité affective où se mêlent ambitions et désirs. C’est que la Planète des Z’u, sous ses airs parfois débraillés, est un monde fortement hiérarchisé, avec des codes très différents selon que l’on se trouve à Sélante, à Slow Coast ou à Al-Batî’a. Clin d’œil à l’éditeur, ce pavé dans la mare universitaire n’est cependant ni un pamphlet, ni une satire, mais une fiction informée et sensible qui redonne de la chair à un milieu souvent perçu comme sec, aride, ou cérébral, alors que son obsession et sa quête parfois vaine de la reconnaissance semblent isoler cette planète au sein de son système solaire.

 

 

Un roman saoudien sur Jeddah – Les basses oeuvres de Abduh Khal

Alain Gresh a récemment mis en ligne sa préface au roman de Abduh Khal Les basses oeuvres, m’incitant à lire ce roman qui propose une réflexion sur les mutations sociales que connaît l’Arabie Saoudite, à travers une histoire qui se passe à Jeddah, le grand port de la Mer Rouge. Alain Gresh insiste à juste titre dans sa préface sur les mutations spatiales qui touche la ville avec l’arrivée de l’argent du pétrole. Le mode de vie traditionnel, notamment la pêche, disparaît en même temps que la côte est remblayée comme on peut le voir à travers une visite sur Google Earth.

La baie de Jeddah dont les îles et le littoral ont été remblayés. Au centre de la baie, la construction munumentale est sans doute le palais où se déroule une partie du roman.

La baie de Jeddah dont les îles et le littoral ont été remblayés. Au centre de la baie, sur une île aux contours régularisés, la construction monumentale qui a sans doute inspiré le palais où se déroule une partie du roman. Enclavés aujourd’hui entre des autoroutes, on distingue les quartiers anciens au tissu plus dense.

Continuer la lecture

Les mots de l’image – exposition à l’ENS de Lyon

(c) Bernard Plossu

(c) Bernard Plossu

Profitez des derniers jours de l’exposition Les mots de l’image à l’ENS (jusqu’au 21 mars). A un choix de photographies de Bernard Plossu où figurent lettres et/ou mots, répond une série de petits textes du sociologue Jean-Louis Fabiani.

Au delà de la poésie propre qui fait la force des tirages de Plossu, ce qui a attiré ici mon intérêt est la pertinence ciselée des textes de Fabiani, et leur résonance avec mes thèmes de recherche sur la place et l’imaginaire des réseaux techniques dans la ville. Un grand nombre de ces images sont prises dans le flux, et en l’interrompant, donne à voir les infrastructures bien souvent invisibilisées qui régissent notre quotidien.

En réponse à l’image mise en exergue dans l’affiche de l’exposition, Fabiani souligne ainsi la tension entre la grisaille de ce paysage autoroutier et les connotation du mot SUD : “Le mot Sud qualifie plutôt le nouvel espace des styles de vue d’une classe de loisirs venue du “Nord” qu’une communauté de culture ou de climat. Le Sud désigne ici l’effacement progressif des frontières entre le dedant et le dehors de la maison, l’écoute attentive des manifestations du corps, la sociabilité ludique et festive. Tout ça, évidemment, n’est pas tombé du camion”.

En contrepoint d’une photographie toute en lignes de fuite, au centre de laquelle se détache l’inscription “CENTRO LOGISTICO”, Fabiani écrit : “L’organisation du monde contemporain dépend entièrement de capacités logistiques: les flux doivent rester tendus et les connexions ne peuvent pas être interrompues. Dans le cas contraire, la crise survient et le désordre gagne. Plossu n’est pas un photographe de la technologie. Il lui arrive pourtant de la saisir lorsqu’elle s’impose à son regard d’observateur urbain. La ville qu’il décrit est faite de réseaux: rails des tramways, perches des trolleybus, remarques des camions et câbles de l’électricité son omniprésents. Ils structurent l’espace.”

Citons encore ce dialogue de Plossu et du sociologue : soit l’image d’un immeuble de grande hauteur, dans la périphérie de Marseille, au toit duquel s’accroche l’inscription en lettres géantes et lumineuses CONFORAMA, le tout vu d’une autoroute (encore) : “L’usage de l’électricité a profondément transformé les conditions de la vie urbaine. Ce qu’on appelle façade électrique des villes a été puissamment associé à la modernité et à sa vie trépidante : the City of lights (Paris) ou the City that never sleeps (New York) illustrent la part croissante prise par la lumière électrique dans la configuration, matérielle et symbolique, de la cité. C’est particulièrement vrai des enseignes et des publicités dont la forme s’est complètement transformée dès qu’elles ont été éclairées par la lumière artificielle. Les lettres ont eu depuis le débat une importance aussi grande que les images. La nouvelle façade des villes est d’abord une surface textuelle.”

Exposition à la galerie La Librairie, ENS de Lyon, site Descartes, jusquau 21 mars 2014.

Le catalogue de l’exposition est en vente à la galerie Le réverbère de Lyon:Plossu B., Fabiani J.-L., 2014, Les mots de l’image, (Les carnets). Crisnée (Belgique)/Lyon, Yellow Now/ENS de Lyon, 128 p.

Dans cette galerie, on peut voir jusqu’au 12 avril une autre exposition de Bernard Plossu : De l’Atlantique à la Méditerranée, du Portugal à la Grèce (le site web propose un magnifique choix de ses photographies illustrant son regard sur les paysages de la modernité).

 

Le Tigre : regards décalés sur l’urbanisme

letigreLe Tigre est une étonnante aventure littéraire et journalistique qui, depuis 2006, sous la houlette de Raphaël Meltz et de Laetitia Bianchi, s’essaie à défendre une autre conception de la presse, sans publicité et utilisant pour sa fabrication des logiciels libres. Éclectique, ouvert sur le monde et curieux, promouvant la création et l’ironie critique, ce magazine représente une bouffée de liberté qui a surmonté plusieurs crises de croissance et menaces contre son existence, renaissant sous des formes chaque fois différentes mais dans la fidélité au projet d’origine. Actuellement, c’est un journal mensuel, en couleur, aux multiples rubriques et aux contributeurs variés. Le Tigre est également éditeur et publie de petits livres à la maquette soignée qui reprennent certains textes du magazine, parus en feuilletons – ou d’autres.

J’en ai lu quelques-uns dont deux ont retenus mon attention par leur regard décalé sur l’urbanisme, la ville et les manières d’habiter aujourd’hui.

Surburbs. Autour du fort d’Aubervilliers, par Raphaël Meltz, Le Tigre, 2012, 96 p.

Il s’agit du récit des déambulations de l’auteur autour du Fort d’Aubervilliers, aujourd’hui déclassé, sont le prétexte d’une exploration de l’histoire de ce secteur urbain, à travers les personnes et les institutions (comme l’armée et ses expérimentations nucléaires, ou encore l’ancienne imprimerie du journal L’illustration) qui en ont occupé les lieux à certains moments ou ont conçu pour eux des projets urbains, architecturaux dont l’auteur traque les vestiges de papier, les témoignages désormais numériques ou les reliques de pierre aux fenêtres brisées. Il décèle comme une histoire maudite de l’aménagement cette zone, montrant ses échecs successifs et ironisant sur les clichés et les compromissions qui jalonnent les discours d’intention visant à insuffler une nouvelle vie dans cette périphérie marginale. Cette dernière est pourtant appropriée par toute une série d’êtres attachants qu’il s’efforce, un peu comme le François Maspéro de Les Voyageurs du Roissy-Express (1990), de rencontrer et de faire parler. Un passage tout-à-fait jouissif et d’une mauvaise fois consommée qu’on peut ne pas trouver si mal placée s’interroge sur les urbanistes, ces êtres qui me sont si chers…: “Est-ce qu’on a confiance en les urbanistes? Est-ce qu’on a vraiment confiance en les urbanistes? Est-ce qu’on pense qu’un jour, un être humain se déclarant urbaniste a fait des choses qui ont vraiment aidé une ville? Je pose la question. Je la pose, d’abord, à vous.” (s’adressant à la Première adjointe au maire d’Aubervilliers, ancienne adjointe à l’urbanisme, p.78). Et l’auteur de souligner avec ironie les mots creux de l’architecture et de l’urbanisme contemporain : “‘bâtiment durable’ dit une légende, comme s’il existait le concept de bâtiment non durable”.

Surburbs, t.II Le port de Gênes, doit paraître en mai prochain.

Sylvain Prudhomme, La vie dans les arbres suivi de : Sur les bidonvilles, les cabanes, et la construction sauvage, Le Tigre, 2011, 64 p.

Ce livre reprend un très intéressant reportage sur les habitants des cabanes. Dans le département de l’Ariège, dans une épopée silencieuse – plus en tout cas que celle des babacools retournés à la terre dans les Cévennes -, des individus en rupture avec la société s’installent, dans les anciens champs envahis par la forêt, dans des cabanes et autres abris, dont certains sont véritablement des habitations dans les arbres. Leur combat pour faire admettre ce mode de vie n’est pas aisé mais dans une commune au moins, Massat, un maire issu de leur rang les défend. Ils vivent d’agriculture, de vente de produits locaux sur les marchés et en vendant leur bras ici ou là, parfois ailleurs, comme saisonnier. Une expérience de la liberté et un très bon repartage où le journaliste est en empathie avec ses enquêtés.

Le deuxième texte est plus décevant. Il part de l’architecte John Turner et de son engagement en faveur de l’autoconstruction dans les bidonvilles. Il établit des connexions avec les conceptions urbanistiques de Sitte, l’esthétique proustienne ou telle œuvre de Thomas Bernhardt, Corrections. Mais ce faisant, il perd à mon avis de vue la dimension politique et sociale de l’action de Turner – la question de l’autonomie des bidonvillois – et ce qui aurait pu constituer un lien fort avec son premier texte.