Archives de catégorie : art/littérature

La ville affaissée

Je publie, sur le site de critique littéraire En attendant Nadeau, une analyse du dernier ouvrage de l’ami Camille Ammoun.

Épave #2 : Holliday in, Guerre des hôtels (mai 2023) © Camille Ammoun

Les dérèglements écologiques et les catastrophes, à l’échelle locale et planétaire, deviennent de plus en plus, non seulement les décors, mais même les personnages d’œuvres littéraires ou cinématographiques. Subsidence, petite nouvelle de Camille Ammoun, s’inscrit dans ce genre littéraire tout en brouillant les limites entre fiction et non-fiction.

A lire là bas, en accès libre.

[working paper] Terres et sols du Grand Paris : quand les disciplines artistiques questionnent un choc métabolique

Je n’avais pas encore signalé ce working paper produit dans le cadre du projet Cycle Terre : Verdeil, Éric, ‘Terres et sols du Grand Paris : quand les disciplines artistiques questionnent un choc métabolique’, Working paper, Projet Cycle Terre (Paris, 2021), pp. 1–20 <https://shs.hal.science/halshs-04223778>

En voici le résumé :

La présente note se propose, dans la lignée du questionnement de M. Duperrex, de procéder à une analyse de sources iconographiques et textuelles traitant des sols et terres du Grand Paris. Un premier ensemble est constitué par l’ouvrage d’Anne-Marie Filaire et des éléments graphiques et textuels proposés par A. Grumbach et porte sur les dimensions paysagères des excavations de déblais et terres dans le Grand Paris. Un deuxième ensemble correspond aux écrits et propos d’architectes impliqués dans la promotion et la mise en œuvre à titre expérimental ou démonstratif d’architectures contemporaines en terre, notamment dans la région Ile-de-France, rassemblés dans le cadre du projet Cycle Terre . Il est traité en cherchant à identifier ce qui dans ces textes et images peut être relié aux mutations anthropocéniques actuelles, tout en faisant ressortir les tensions traversant ce champ professionnel au sujet de la recomposition des pratiques actuelles de l’architecture de la terre. L’objectif commun est de considérer ces différents récits comme relevant de la sédimentologie hybride au sens de M. Duperrex, c’est-à-dire portant témoignage de processus sédimentaires débordant de l’histoire géologique pour s’inscrire dans la temporalité de l’anthropocène. Ces projets et réalisations peuvent s’interpréter comme des reflets ou des innovations esthétiques témoignant de perturbations métaboliques majeures. Mais ils sont également pris en tension entre une rhétorique de justification vertueuse et des soupçons de dérives productivistes et non-écologiques, qui alimentent des débats internes à la profession.

L’Anthropocène qui se fabrique sous nos yeux : visite du site de valorisation des terres excavées de Villeneuve-sous-Dammartin (77)

Le 23 septembre dernier, j’ai participé à l’escape game organisé par la société ECT visant à faire découvrir son site de valorisation des terres excavées de Villeneuve-sous-Dammartin, non loin de Roissy. Agnès Bastin, dans son travail doctoral  (prix de la meilleure thèse sur la ville 2023) sur la gouvernance du métabolisme des terres en Ile-de-France (voir aussi le livre issu de sa thèse), a analysé en détail l’activité d’ECT qui opère essentiellement en Ile-de-France et a aménagé plusieurs parcs à partir de terres excavées comme leur site de Moissy Cramayel au sud de la Seine et Marne. ECT est également impliquée dans le projet Cycle Terre, visant à la création d’une fabrique de produits de matériaux de construction en terre crue. Même si son activité commence à devenir publique, elle reste intrigante. Elle pratique l’aménagement paysager à partir de matériaux qui sont techniquement des déchets, quoique inertes, c’est-à-dire non-polluants et cela, à une échelle massive même si la localisation périphérique de ces projets les laisse largement sous les radars. Cette visite ludique, à laquelle environ 400 personnes ont participé selon la société, a été l’occasion d’observer directement la fabrique de ces transformations périurbaines, et par là même celle des nouveaux reliefs de l’anthropocène, cette époque géologique où l’humanité est devenue un moteur de la transformation de la forme de la croute terrestre, au même titre que la tectonique ou l’érosion.

Le site vu sur Google Map (cliquer pour grossir)

 

 

 

 

 

Continuer la lecture

Paris animal – cohabiter la ville avec les animaux, oui mais lesquels?

L’exposition Paris Animal se tient au Pavillon de l’Arsenal jusqu’à la fin septembre 2023. Coordonnée par les architectes Henry Boni et Léa Mosconi, elle propose un regard intéressant sur la présence animale dans Paris depuis 2000 ans environ, à travers 44 récits, ou vignettes. Dans le contexte des bouleversements écologiques actuels, et notamment de l’érosion rapide de la biodiversité sous l’effet de notre société industrielle et urbaine, elle plaide pour l’aménagement d’une place plus accueillante à ces vivants qui se meuvent autour de nous, dont nous avons souvent oublié l’existence.

Organisée dans un haut-lieu de la promotion de l’architecture et de l’urbanisme parisien, l’exposition mobilise logiquement un grand nombre d’images d’objets d’architecture ou d’espaces publics : bâtiments ou lieux abritant des animaux, tels que des marchés aux bestiaux, des écuries ou des vacheries, des ménageries, etc.. On s’ébahit devant la vidéo de la Place de la Concorde où se croisent un grand nombre de véhicules attelés et tirés par des chevaux (environ 80.000 équidés dans Paris au début du vingtième siècle). Ce montage de films d’époque montre un espace tout sauf apaisé, où il n’est pas certain que le piéton fût plus à son aise que parmi les trottinettes et les vélos tant décriés aujourd’hui ! La présence animale est aussi, dans cette exposition, saisie à travers des représentations symboliques, telles que des statues et autres objets artistiques, renvoyant à un contexte écologique, économique et culturel qui est décrypté.

Même si la présence au quotidien des animaux n’est pas négligée, certaines dimensions peut-être plus triviales de cette vie animale au contact des humains sont relativement négligées. Certes, on parle de boucheries, de laiteries et d’écuries, mais d’autres animaux qui participaient à l’alimentation humaine sont oubliées (poulets,  porcs, …). Surtout, l’alimentation de ces animaux n’est pas abordée autrement que d’une manière anecdotique, par exemple à travers une photo représentant une charrette pleine de foin dans une rue de Paris à la fin du XIXe s. La consommation des déchets des repas humains par les animaux comme les porcs ou les poulets, dans une logique circulaire, n’est pas soulignée alors que cela semblerait conforme à l’esprit de l’exposition cherchant à repenser les liens, y compris donc matériels, entre humains et animaux. Les déchets animaux (excréments, cadavres) ne sont pas non réellement traités, sauf à propos de la création d’un cimetière pour les animaux de compagnie de la bourgeoisie, dans une île de la Seine.  C’est ainsi tout un métabolisme complexe au cœur de la vie urbaine qui est en quelque réduit au profit de l’image d’une coexistence dont les difficultés sont édulcorées.

L’accent principal est mis sur les mutations du rapport entre les humains et les animaux à partir du début du XIXe s., d’abord à travers une extension de la logique du contrôle, dans une logique hygiéniste et de gestion fonctionnaliste de la présence animale, par opposition à une vie animale plus “sauvage” auparavant. L’animal, dont la densité dans la ville n’a peut-être alors jamais été si importante, est en même temps mis à distance, devient un objet de contemplation dans les ménageries puis les zoos, et sans doute, même si l’exposition ne s’y attarde pas, un objet d’inquiétude qui justifie le contrôle vétérinaire. Cette période est un moment de rupture dans les relations  d’interdépendance entre humains et animaux qui existaient auparavant.

Par opposition à cet apogée de la présence de l’animal dans la ville que constitue la période antérieure à la Première guerre mondiale, le vingtième siècle ne bénéficie pas d’autant d’attention. On note également une plus insistance sur les animaux au service des humains, qu’ils se mangent ou qu’ils transportent, ainsi que sur les animaux de compagnie comme, en ce début de vingt-et-unième siècle, les 100.000 chiens et 250.000 chats de Paris – même si leur impact environnemental n’est pas questionné. Les oiseaux qui volent dans le ciel de la capitale ne sont pas oubliés, y compris leur inquiétante disparition actuelle.

Mais d’autres animaux ancillaires, quoique non désirés, restent à l’arrière-plan. Certes, on mentionne les rats et notamment le remplacement du rat noir par le rat brun, ou surmulot, à partir de la fin du 18e s. Mais d’autres petites bêtes qui n’appartiennent pas à la classe des mammifères, ni à celle des oiseaux, sont ignorés ou quasiment : mouches, moustiques, blattes, frelons ou encore les punaises de lit, fléau contemporain… Seul le catalogue y consacre un chapitre dû à la géographe Nathalie Blanc, qui en est une grande spécialiste. Pourtant, les mentionner aurait obligé à affronter certaines contradictions ou à tout le moins difficultés dans les solutions préconisées pour repenser et promouvoir la coexistence entre humains et animaux. La part belle est faite aux réflexions des architectes pour offrir aux oiseaux des refuges sur nos façades ou sous nos toitures, d’où les interventions contemporaines en faveur de l’isolation les expulsent. Mais si recréer des mares en milieu urbain serait utile pour favoriser la biodiversité nécessaire à des modes de vie plus écologiques et supposément résilients, faut-il le faire alors que déboule dans nos environnements urbains le dangereux moustique-tigre porteur de pathologies tueuses ou dangereuses comme le chikungunya ou la dengue ? On regrettera aussi, critique classique contre les expositions du Pavillon de l’Arsenal, outil de communication au service de la marie de Paris, que l’anneau du périphérique relègue les territoires animaux de la banlieue dans l’ombre, au-delà de la brève mention du retour du loup dans la forêt de Fontainebleau et de quelques cartes régionales peu aisées à lire.

Face à la mer

Le motif de la mer est récurrent dans la filmographie prenant Beyrouth comme sujet. Regarder la mer, c’est tourner le dos à la ville, à ses divisions, aux destructions qu’elle subit, aux cris, aux bruits et aux larmes, aux temporalités désaccordées de la société. Regarder la mer, c’est y trouver ouverture, apaisement, liberté. La corniche de Beyrouth est souvent, d’ailleurs, le lieu privilégié de cette vision1. La mer peut aussi être un appel du large, et constituer alors une métaphore du départ.

Ce point de repère et de stabilité n’existe ainsi que par opposition, comme pour mieux signifier le dérèglement de la ville et de la vie de ses habitants, perdus, désorientés, qu’ils cherchent à partir ou qu’ils reviennent sur les traces envolées de leurs souvenirs. Dans ce cinéma, la mer n’est donc que rarement sereine et son calme et la prévisibilité du ressac sont constitutifs d’un malaise sous-jacent. Le cinéma de Ghassan Salhab, notamment Beyrouth fantôme et Terra incognita, exhibait ainsi ces motifs, tout comme un court métrage du même (Posthume) dont on a déjà parlé ici.

Dans cette logique, l’opposition de la mer et de la terre de part et d’autre de la ligne de rivage n’est pas aussi claire qu’il pourrait sembler. Car la terre et ses déchirements, ses destructions, ses pollutions trouvent dans la mer un exutoire et l’envahissent. Le dérèglement de la ville conduit à son débordement dans la mer : déblais, ordures, eaux boueuses et charriant immondices et pollutions altèrent et déforment le littoral en de gigantesques excroissances troubles et instables, que les flots lèchent, mélangent et emportent, déposant remugles et matières décomposées sur toute la côte. Pour leur part, les spéculateurs, les promoteurs, les ingénieurs et les urbanistes conjuguent leurs visions et leurs actions pour stabiliser ces formes incertaines et mouvantes, en faire de vastes plateformes destinées à accueillir le futur de la ville, un futur qui toutefois tarde à prendre forme. Ces espaces sont un décor amorphe, et lorsque s’édifient des bâtiments, ils restent vides et sans vie.

Face à la mer, d’Ely Dagher, qu’on pouvait voir sur les écrans français ces dernières semaines, s’inscrit dans la filiation d’un cinéma libanais de l’errance, de la jeunesse divagante et hébétée, qui ne trouve ni dans l’exil, ni dans le retour au foyer, ni dans la fête triste et dopée aux stimulants artificiels la possibilité de se construire et de construire un avenir. Dans un pays privé de liquidités par la crise financière et le chômage massif, les familles peinent à se nourrir. Dans les familles séparées par l’exode des jeunes, les repères s’effacent, le silence et l’incompréhension s’interposent entre les individus. Les mobilisations politiques ne sont plus qu’un souvenir évanoui.

La vue sur la mer est entravée par le mur des constructions bétonnées, et se réduit à une ligne de fuite. Roulant de nuit dans la ville sans vie, les deux jeunes gens qui en sont les personnages principaux se déplacent dans les rues vides, observent les immeubles luxueux aux appartements vacants. Dans cette scène nocturne, la lumière presque aveuglante semble celle d’un cauchemar irréel tant, dans la réalité des nuits du Liban d’aujourd’hui, l’obscurité perpétuelle éteint toute vision. Lorsqu’ils accèdent au rivage, la mer se révèle un cloaque tiède et trouble, la couleur bleue a cédé la place aux gris puis à une blancheur épaisse et sale, où flottent débris et fantômes d’humains noyés. Chronique d’une dépression collective sourde aux clameurs de la révolution, ce film gluant et désespérant exprime la noyade longue et insupportable d’un pays à l’abandon.

Pour autant, conclure sur cette note désespérée trahit en partie ce que transmet ce film. Son inventivité plastique, son art des points de vue, qu’il s’agisse des panoramiques à hauteur de drones saisissant la lumière irréelle de Beyrouth, ou du cadrage étonnant saisissant la joie des corps emportés par le rythme de la danse, et plus largement tout le travail sur les couleurs, constitue une puissante illustration du potentiel créatif et artistique de ce pays, de son énergie, de sa volonté de dépasser une réalité abjecte pour en exprimer les possibles latents.

Notes _____________________
  1. Je pense aussi ici aux réflexions de Jad Tabet, notamment un texte qu’il a publié en 1986, malheureusement non disponible en ligne : Tabet Jad, « La ville et le vide », in Peuples Méditerranéens, n°37, 1986, pp. 41-50.
    Je me permets également de renvoyer à quelques réflexions sur la méditerranéité paradoxale de Beyrouth, sur ce carnet : Méditerranéité – de Beyrouth à Marseille []

L’art pour saisir la ville : quelques publications plus ou moins récentes sur Beyrouth

Atallah, Chedly, Sophie Brones, et Emmanuel
Saulnier, éd. 2020. Beyrouth in situ. ENSBA Editions.

Beyrouth in Situ

Passé relativement inaperçu à cause du COVID, le recueil bilingue Beyrouth In Situ, édité par Chedly Atallah, Sophie Brones et Emmanuel Saulnier, paru en novembre 2019 rassemble un ensemble de textes, photos, dessins émanant tant de chercheurs en sciences sociales que d’artistes, femmes et hommes, de diverses générations, libanais.es ou passé.e.s par Beyrouth. Elles et ils font de la ville, de son espace urbain, de ses lumières et de ses couleurs, de ses textures et structures mais aussi de ses mots et de ses sons, le matériau de leurs réflexions et figurations, parfois assez abstraites. Dans ce beau livre, touffu et inégalement accessible aux lecteurs, en fonction de leur familiarité préalable avec la ville, avec sa topographie et son histoire, je signale quelques contributions qui m’ont particulièrement frappées, comme des entretiens avec Leïla Shahid (évoquant Jean Genet et Chatila), la photographe Sophie Ristelhueber, ou avec les urbanistes Jad Tabet ou Habib Debs. Certaines interventions s’efforcent de tisser des connexions entre Beyrouth et d’autres villes de la région, comme Sanaa (Franck Mermier), Damas (Omar Alasaad) ou Tunis (Chedly Atallah). Les liens avec Paris sont également très présents, ce qui renvoie aussi à l’identité du collectif éditorial.

Continuer la lecture

Octobre Liban – les rues et les places matrices d’un nouvel ordre politique?

Couverture de Octobre Liban, éditions Inculte (octobre 2020)

Pour célébrer l’anniversaire des mobilisations du 17 octobre au Liban, Camille Ammoun, récent auteur d’un beau roman sur Dubaï qui évoquait aussi Beyrouth, offre dans ce petit ouvrage un attachant récit d’immersion dans ce qu’avec les Libanais mobilisés, il nomme la révolution, al-thaoura. Dans un texte vibrant au rythme de sa marche à travers Beyrouth, dans le convoi d’une manifestation arpentant la route de Tripoli entre le rond-point de Dora et la place Riad al Solh, en empruntant les rues d’Arménie et Gouraud aujourd’hui dévastées, il déchiffre les signes de la révolte, graffitis et hauts-lieux, les relie au passé urbain encore présent ou souvent déjà effacé et s’enthousiasme de l’énergie collective ainsi manifestée.

La force de son texte réside dans son rythme – celui de la marche – mais aussi dans le mouvement du regard qui s’y déploie. ll combine plusieurs figures de style cinématographiques : d’abord, un plan panoramique qui plonge depuis les rochers dominants le fleuve de Nahr-El Kalb, haut-lieu symbolique de l’histoire de ce pays appelé aujourd’hui Liban, et zoome vers la ville qui dresse sa silhouette dans le lointain. Ce regard se fait traveling le long de cette ancienne route de Tripoli, avec des focus sur certains lieux symboles, narrant aussi des anecdotes parfois absurdes – comme ce cocasse fait divers que constitue la découverte, narrée dans la presse et, sans doute, les réseaux sociaux, d’un crocodile aux yeux jaunes abandonné dans les eaux tout aussi jaunes du fleuve de Beyrouth.

Continuer la lecture

Soirée-débat autour des espaces publics au Liban et du film Enfants de Beyrouth

Je participerai à un débat sur les espaces publics au Liban, vendredi 10 janvier 2020. C’est ouvert à tous.

Espace Jean Dame
17 rue Léopold Bellan, 75002 Paris

20 h – 22 h 30

A l’initiative d’un groupe informel de citoyennes et de citoyens libanais*, est organisée une soirée film-débat  le 10 janvier à l’espace Jean Dame, avec Sarah Srage réalisatrice, Éric Verdeil, professeur à Sciences Po, Nadim Houry, directeur du programme terrorisme et lutte anti-terrorisme à Human Rights Watch et Jana Nakhal chercheuse et urbaniste, pour discuter des espaces publics au Liban, leur appropriation, leur protection et plus largement des pratiques urbanistiques et de leurs conséquences.

Programme provisoire

20 h – 20 h 10 Présentation de la soirée et contextualisation du film : فوج الشرشف, Sarah Srage

20 h 10 – 21 h 10 : Projection du film Enfants de Beyrouth de Sarah Srage

21 h 10 – 21 h 20 : Présentation par Marie Atallah, élue écologiste, modératrice

21 h 20 – 21 h 35 : Éric Verdeil :  Le littoral libanais au miroir de l’urbanisme

21 h 35 : 21 h 50 : Jana Nakhal : État des lieux actuel en matière d’espaces publics

21 h 50 – 22 h 05 : Nadim Houry : La question des espaces publics sur le plan légal et au delà

22 h 05 – 22 h 30 : Questions/réponses

Pot de la révolution

*Groupe informel de libanais concernés par l’avenir du Liban dans le contexte actuel

Quelques notes sur le roman ‘Cette chose étrange en moi’, d’Orhan Pamuk

Je reprends ici le fil posté sur Twitter.

Je viens d’achever ‘Cette chose étrange en moi’, d’Orhan Pamuk. Magnifique (mais long) roman sur Istanbul, à travers le regard d’un jeune migrant, vendeur ambulant, qui s’installe dans un gecekondu et grandit au fur et à mesure que la ville s’étend et se transforme.

Cette fresque urbaine vue d’en bas et des périphéries relate les mutations du tissu bâti d’Istanbul, en particulier le mouvement dialectique d’horizontalisation et de verticalisation/densification, sous l’angle des spéculations balzaciennes à la César Birroteau.

Mais aussi du point de vue des changements d’ambiance et dans les modes de sociabilité qu’entrainent ces changements de formes urbaines, qui vont avec la création d’écarts de richesse impressionnants.

Sur le plan matériel, une autre dimension fascinante du roman est le lien entre la modernisation et l’électrification urbaine, dont
@elvan_arik a fait une analyse passionnante pour @JadaliyyaCities.

La mise en scène des stratégies matrimoniales est un des autres aspects très intéressants du roman, qui lui donne son énergie narrative puisqu’il est aussi un très beau roman d’amour, malgré et au travers les contraintes sociales qui pèsent sur les choix des individus.

A cet égard, l’évolution des rôles féminins, sur trois générations, est très marquante. Les paysannes des années 1930-40 qui donnent naissance à des familles nombreuses vivent dans l’ombre de leurs maris qui migrent en ville. Certaines rejoignent la ville, d’autres non

Les femmes des générations 1955-65 sont aspirées par le marché matrimonial urbain et épousent de jeunes travailleurs peu instruits qui cherchent à faire leur place en ville à partir des gecekondus familiaux. Dans le roman elles ont 2 à 3 enfants et restent dans un rôle domestique

De manière intéressante toutefois, ces jeunes femmes ne sont pas que des monnaie d’échange dans les stratégies matrimoniales et, par des comportements de rupture, affirment leur choix, qui subvertissent plus ou moins ces logiques familiales.

Leurs filles en revanche sont scolarisées et vont parfois jusqu’à l’université. Elles choisissent bien plus leur destin matrimonial et l’impose à leur famille faisant imploser l’horizon hérité et transposé en ville des solidarités villageoises, composant de nouvelles géographies.

Le roman a également un arrière-plan politique passionnant. Les clivages ethnico-géographiques (kurdes/alévis/turcs pour aller vite) de la Turquie républicaine s’incarnent dans une compétition politique entre nationalistes et gauche, qui s’ancre dans les quartiers populaires

Les années 1970 constituent une période de radicalisation politisation dont j’ai été frappé de la ressemblance avec ce qui se passait au même moment au Liban dans la mobilisation de la jeunesse, avec la même exacerbation des identités politiques et ethniques ou confessionnelles

Pour la période plus récente, l’ascension politique de l’AKP, jamais nommée en tant que telle dans le roman, est minutieusement indexée sur l’émergence d’une nouvelle classe sociale d’entrepreneurs du bâtiment, productrice justement du nouveau paysage urbain d’Istanbul.

roman #istanbul

Le Roman de Dubaï

Note consacrée à Ougarit, roman de Camille Ammoun, aux éditions Inculte (Paris 2019), publié sur Orient XXI le 20 septembre 2019. Le titre proposé était “Un roman de Dubaï”.

La crise de l’urbanité est l’une des transformations majeures qui affectent les sociétés du Proche-Orient contemporain. La destruction de la ville ancienne d’Alep, de ses souks comme de ce qui restait d’une coexistence entre musulmans et chrétiens en constitue un des symboles les plus tristes. En contrepoint, l’émergence de Dubaï, ville marchande d’un nouveau type, juxtaposition d’infrastructures portuaires et aéroportuaires gigantesques reliées par des autoroutes tentaculaires striant le désert, ponctuée de malls et de gratte-ciels démesurés aux illuminations tapageuses incarne un nouvel âge urbain.

Ses clones se multiplient partout dans la région, du désert égyptien qui accueille la nouvelle capitale édifiée par Abdel Fattah Al-Sissi en Égypte jusqu’aux façades littorales des villes historiques comme Rabat-Salé, Istanbul ou Beyrouth. Brutalité urbanistique et laminage social, exodes de réfugiés fuyant les décombres, et nouveaux agglomérats de populations déracinées en provenance d’horizons divers composent une nouvelle géographie. Elle interroge sur sa pérennité, face aux défis climatiques et en raison de la ténuité des liens sociaux tissés entre ces nouveaux groupements humains vulnérables à la mondialisation.

Continuer la lecture