Archives de catégorie : histoire

Jbeil. Toward an Inclusive City

I am pleased to release the Capstone report the team of students from the Urban School at Sciences Po (Marina Najjar, Corentin Ortais, Diane Pialucha, Lucien Zerbib) I supervised last semester (February-June 2017) elaborated for the Municipality of Jbeil, Lebanon. Capstones are « client-oriented group research projects, based on original field research which generates a deliverable product ».

Below is the executive summary of the report, which can be downloaded from here.

Executive summary

Jbeil is a unique city with a rich and profound historical legacy. Its cultural heritage, its old port, peaceful environment and growing economy, all make it an attractive city for people from all over Lebanon and the world. Yet, certain challenges
accompany its development as it transforms into an attractive economic pole in the
region. This report argues that inclusive measures which place the residents of Jbeil at the center of its vision can answer current challenges and ensure a resilient development for city. In the following report, we propose four main strategies in order to reach an inclusive vision.

Firstly, in order to stimulate the economy, this report recommends a diversification of the economic system by:

  • Promoting a sustainable tourism which broadens the offer of tourist attractions
    ▶Exemplary reference: Eco-tourism in Sidi Amor, Tunisia
  • Investing in different economic potential to foster a balanced economy
    Exemplary reference: Creativity platform in Thessaloniki, Greece. Improvement of the urban environment

Secondly, to improve mobility, especially between the East and the West of the city, and enhance green and accessible urban spaces, this report recommends:

  • Promoting alternative modes of transportation and improve mobility
    ▶Exemplary reference: Demand Responsive Transport in Hericourt, France
  • Drawing on open spaces to promote well-being and spaces where families can socialize
    ▶Exemplary reference: The Bothy Project World Garden in Glasgow, United Kingdom

Thirdly, to enhance social involvement in order to include residents in the city’s activities and urban decisions, strategies include:

  • Implicating residents in the decision making process of governance of Jbeil
    ▶Exemplary reference: Local democracy in Nîmes, France
  • Improve cohesion and peace by promoting events and projects that activate social engagement, from the youth to the elderly
    ▶Exemplary reference: Neighbors day in Cannes, France

Finally, the development of a coordinated governance is necessary to successfully implement policies and projects. This can be done by:

  • Adapting the organisation of the Municipality to a rapidly growing city through coordination
  • Envisioning a comprehensive city strategy
    ▶Exemplary reference: Open Street Mapping in Chefchaouen, Morroco

Planning histories in the Arab World

J’ai le grand plaisir d’annoncer la parution du chapitre que j’ai écrit avec Joe Nasr pour la Routledge  Handbook of Planning History, sous la direction de Carola Hein. C’est un très bel effort collectif, qui propose une vision élargie et critique de l’histoire de l’urbanisme. Une vision vraiment mondiale intégrant en particulier les espaces colonisés et les pratiques spécifiques d’urbanisation qui ont façonnés leurs villes. Une vision critique au sens où elle s’ouvre à des thématiques nouvelles (environnement, community planning, etc.) et prend en compte les échecs et les subversions, non pas seulement les actions des grands hommes et leurs grands gestes mais aussi le vécu quotidien et les finalités politiques souvent cachées des politiques urbaines.

Notre chapitre « Planning Histories in the Arab World » propose une vision synthétique et je pense assez inédite des tentatives et des réalisations urbanistiques sur plus d’un siècle d’histoire. Je serai heureux de fournir le texte aux personnes qui m’en feront la demande (les épreuves ont subi de nombreuses retouches et je n’ai pas de version auteur à jour à mettre en ligne) et en attendant, voici le résumé. Le volume est assez onéreux mais il sera vraiment utile dans de nombreuses bibliothèques.


Over the past century and a half, most accounts of cities of the Arab world have viewed them through the lens of an organically built urban fabric, understood as an Islamic heritage, an expression of a collective and religious ethos (Bianca 2000). Planning, as a professionally conceived endeavor aiming at structuring changes in cities, was perceived as almost nonexistent in this world region. When scholars have attempted to circumvent the narrative of chaos that imbued urban history here as in much of the developing world, they have usually highlighted external political and economic determinations, and pointed out the divergent pathways of Arab cities between (neo)colonialism, socialism, aid-dependency, or the oil economy rather than specific urban management styles (Abu-Lughod 1984). However, recent scholarship (primarily in French and English, as relevant work in Arabic is relatively sparse), based on case-studies dealing mostly with the principal cities in the region, has shown that extensive planning over many decades has marked cities across the Arab world, from cutting arteries through existing built fabric to laying out infrastructure and neighborhoods at the urban edge. This scholarship has identified some unifying trends, including the model of spectacular urbanism that emerged from the Gulf region thanks to the circuits of oil money and the rise of a new political order, spreading to the rest of the region and beyond (Elsheshtawy 2008). Drawing on this historiography, this chapter proposes five threads that posit planning as a central, but contested, practice in the making of Arab cities, without oversimplifying the Arab world as a monolithic geographical entity.

1) Planning, state building, and elite affirmation. Planning has long been recognized as a tool of power, helping to build new states—from colonial entities to post-independence countries (Sanyal 2005). In the Arab world as elsewhere, ancient and new elites, both local and national, have used it as a way to secure or reinforce their grip on institutions and assets.

2) Tension between modernization and preservation. Planning has always struggled to maintain features of the existing urban environment. In the Arab region, it has long been challenged by how it can strengthen continuities in urban settlements and help these settlements to “move beyond the narrative of loss” (Elsheshtawy 2004: 1) towards becoming “modern.”

3) A connected and networked history. New scholarly accounts have recently challenged a global history often focused on north/south, east/west divides and the bounded circulations they created. A more networked approach is now providing a wider understanding of cities in the Arab region, where planning is not simply a predefined Western project imposed on or replicated in foreign spaces, but rather a set of circulating ideas and practices, constantly negotiated by local agents. Such connections and networks reflect shifting financial and political power along with shifting paradigms and directions of circulations—thus also challenging assumptions of center/periphery (Nasr and Volait 2003).

4) Planning cultures and roles of “planners.” In the Arab world as in other regions, native professionals too often remain under-recognized as local actors engaging in planning. Although most of these practitioners are not trained as planners, they act as such on the ground in ways that deserve to be part of planning history.

5) Planning and ordinary citizens. At the same time, the Arab world can challenge or even deconstruct the traditional idea of planning as a state-controlled effort to organize space. This effort is caught between, on one side, the varying strengths of private actors influencing public affairs in order to advance their claims and interests, and, on the other side, inhabitants’ and communities’ initiatives resisting, bypassing, or otherwise negotiating planning regulations and policies, questioning how standardized approaches (most coming from the West or the Gulf) are adapted to their needs and specific circumstances.

These threads are interwoven across a history that can be divided into three periods, separated by two transitions, although these shifts defy any simple temporal boundaries, reflecting the diverse political settings and histories of the 22 countries currently recognized by the Arab League. The transition from colonization to independence is a first turning moment, beginning in 1922 in Egypt and finishing in 1971 in the United Arab Emirates. Second, the rise of neoliberal policies and practices, from the mid-1970s to the 1990s, opened an era that is continuing today.

Des déchets aux remblais: imaginaire aménageur, corruption et dérèglements métaboliques à Beyrouth

Le port de pêche de Borj Hammoud au pied de la « montagne » de déchets accumulés depuis la guerre civile libanaise jusqu’à 1997, avant les récents travaux de démantèlement. Photo Eric Verdeil, CC-ND-NC

Les scandales à répétition qui éclatent à propos de la gestion des déchets au Liban et plus particulièrement dans l’agglomération de Beyrouth mettent en évidence les montants énormes des contrats en question et leur opacité, et donc plus largement la corruption qui joue un rôle déterminant dans l’organisation de l’action publique. Les débats de l’été 2015 ont ainsi permis d’exposer publiquement les zones d’ombre, anomalies et irrégularités concernant les contrats successifs de Sukleen, et de pointer vers un ensemble de bénéficiaires indirects de cette rente. La réorganisation en principe provisoire de la gestion des déchets à Beyrouth et dans le Mont Liban s’est traduite par l’apparition de nouveaux acteurs, bénéficiaires des contrats de collecte ou de construction et de gestion de décharges dont les montants et les modalités techniques posent là encore question. De plus, sans même parler de la décision hautement discutable d’installer des décharges au bord du littoral, diverses anomalies ont été soulignées, comme le fait que le tri et le recyclage–déjà peu ambitieux–sont pour l’instant impossibles à cause de la saturation des installations dédiées pour cause de stockage de déchets, alors que les entreprises sont payées pour un travail qu’elles ne font pas. Enfin, le dévoilement d’une clause permettant de démanteler la décharge de Borj Hammoud pour déposer les ordures stockées là depuis les années 1990 directement dans la mer apparaît comme une provocation environnementale d’un cynisme absolu de la part du CDR–et qui va sans doute avec des contreparties financières. Continuer la lecture

Beyrouth, ville divisée

L’enregistrement de ma conférence « Beyrouth, ville divisée » tenue aux Rendez vous de l’Histoire du Monde arabe, à l’Institut du Monde arabe, le 21 mai dernier, est en ligne. En complément, voici aussi mon support de présentation:

Les autres conférences peuvent être retrouvées ici.

Les territoires de Marcel Roncayolo ont-ils fait école?

Marcel Roncayolo (dir.), Territoires, Paris : Editions Rue d’Ulm, 2016, 206 p.

Alors que Marcel Roncayolo publie, en collaboration avec Sophie Bertran de Balanda, un nouvel ouvrage [j’en parlerai prochainement à Marseille], plusieurs de ses travaux des années 1980 sont réédités. Après L’Imaginaire de Marseille, l’an dernier, voici Territoires. Ce dernier est en fait le recueil des actes d’un séminaire animé par Marcel Roncayolo de 1981 et 1983, rassemblés à l’époque sous forme multigraphiée et qui avait alors peu  circulé: le SUDOC en identifie six exemplaires seulement dans les bibliothèques universitaires françaises. Il s’agit d’un objet éditorial peu commun, très peu remanié par rapport aux matériaux présentés et discutés en séances. Sa première partie, sous le titre Territoire et territorialité, se compose en fait d’un texte principal de Marcel Roncayolo, intitulé Territoire, et des réactions à ce dernier d’une dizaine de participants. La deuxième partie du recueil réédité, sous le titre de Récits de voyages et perception du territoire. La Provence (XVIIIe-Xxe s.) se compose d’une étude originale de Jean-Claude Chamboredon et Annie Méjean et d’un texte de Daniel Nordmann qui la prolonge. Le recueil est préfacé par Marie-Vic Ozouf-Marinier, qui en fournit une excellente analyse et mise en contexte.

L’édition de ce séminaire répond, selon la préfacière, à l’objectif de porter témoignage pour l’histoire des sciences sociales, d’une étape significative de leur inflexion vers l’espace et du rôle qu’y a joué Roncayolo. Marie-Vic Ozouf-Marinier souligne que ce séminaire ne prétendait pas fonder une « école de pensée ». La plupart des participants, chercheurs confirmés mais pour la plupart encore dans la première partie de leur carrière, gravitaient autour de l’ENS et de l’EHESS (Roncayolo étant alors directeur d’études à l’EHESS et directeur adjoint de l’ENS).  Certes, ce séminaire (et l’article qui en est le prétexte) peuvent être considérés comme un moment justement « séminal ». Mais les inscriptions disciplinaires multiples et les trajectoires ultérieures des participants ne permettent nullement d’identifier à une commune école de pensée, et aucune institutionnalisation ni même série de publications n’a suivie ce moment. Nonobstant, ce débat présente l’intérêt de mettre en valeur – et de réhabiliter – un travail mené aux limites des disciplines, qui accrédite l’idée que dans les sciences sociales commençait à manifester une attention nouvelle au thème de l’espace. Autour du thème du territoire (et à un degré moindre autour de celui du paysage), se donne à voir une convergence, une rencontre interdisciplinaire prudente et nuancée. L’appropriation de la notion de territoire par la géographie française des années 1990-2000 a sans doute éclipsé l’originalité de cet apport resté une rareté de bibliothèqe, tout comme la consécration ulérieure du « spatial turn » (terme dont on attribue souvent la paternité – ou du moins l’esprit – à Edward Soja en 1989 dans Postmodern geographies).

Particulièrement intéressante à relever est la méfiance que les auteurs manifeste à l’égard d’une compréhension normative du territoire, en réaction aux travaux d’Henri Lefebvre ou Michel Foucault. Roncayolo évoque « l’enracinement de nos questions d’urbanisme dans la rationalisme classique, l’utilitarisme et le fonctionnalisme du XVIIIe siècle », et souligne les nouvelles lectures

« des réformateurs sociaux auteurs de Constitution et des architectes. On a reporté sur cette période charnière nos interrogations sur la socialisation, l’alignement social, la normalisation, la « police ». Henri Lefebvre avait rapporté le fonctionnalisme urbain, la décomposition analytique de la ville à l’essor d’une bourgeoisie productiviste. Par ces travaux, l’identité entre contrôle social et contrôle territorial, déjà introduite par les recherches d’anthropologie et de géographie, est posée comme élément majeur d’explication de phénomènes qui vont de l’idéologie hygiéniste aux utopies urbanistiques, du logement social à la définition des « microstructures » dans l’aménagement des lieux de travail ou d’habitat, enfin du traitement de la ville (spécialisation, ségrégation, transparence, repérage) au traitement des petites collectivités (hôpital, clinique, établissements scolaires) [réf. à M. Foucault et al., Les Machines à guérir, aux origines de l’hôpital moderne]. Le regain essentiel de l’intérêt porté aux dispositifs territoriaux et, en particulier, aux dispositifs de « détail » est à mettre au crédit de cet éclairage renouvelé. L’interprétation, en revanche, est « finalisée » peut être à l’excès, établissant une cohésion elle-même contrainte entre des tendances plus ambigües. Un seul exemple : le reproche classique adressée à la ville du XIXe siècle, touchée par l’industrialisation, est d’avoir toléré le plus grand désordre et laissé l’habitat des pauvres à l’abandon ou au libre jeu des propriétaires. C’est l’excès d’ordre et de contraintes « spatiales » que l’on met actuellement en valeur. Ce double regard mérite au moins débat. Le discours idéologique, correctif, « normatif » par nature, n’est pas la seule réalité historique. Le « territoire » est pris entre des discours, des institutions et des intérêts, dont l’accord n’est pas d’emblée assuré ni les effets directement « contrôlées ». (p.48)

Cette citation est typique d’un aspect de la démarche roncayolienne qu’on pourrait qualifier de recherche du contre-pied, refusant les théorisations trop enfermantes et mettant en valeur les petits espaces de jeu entre l’argumentation et les faits (particulièrement dans leur dimension historique). Ce faisant, Roncayolo se distancie des apports de Foucault et Lefebvre, jugés en quelque sorte à côté du sujet. Cette méfiance – sans doute liée aux rapports entre eux à l’ENS (où Roncayolo fut élève en même temps que Foucault) et à l’EHESS (où il fréquenta de près Lefebvre) – éclaire ce qui apparaît rétrospectivement, alors que les deux auteurs ont été canonisés par leur détour américain, comme une rencontre manquée autour d’un virage plus politique de la géographie1.

A l’opposé de ce type d’interprétation, les auteurs font valoir l’importance du culturel et appellent à ne pas sous-estimer l’économique. Ils récusent aussi la réduction du territoire à l’enracinement pour souligner la légitimité de la notion de territorialité pour rendre compte des migrations, du nomadisme ou des fronts pionniers. Une fine réflexion sur les rapports entre territorialité animale et humaine permet de réfléchir sur la circulation des modèles entre l’éthologie et la biographie. La question de la perception, entre mécanisme individuel et construction collective, conduit à une réflexion rare – et où les positions sont d’ailleurs assez variées – sur l’apport de la psychologie pour la géographe et la sociologie. C’est du reste à ce questionnement sur la perception qu’entend contribuer l’analyse des guides de voyage qui constitue la deuxième partie de l’ouvrage.

Malgré ces éléments de réflexion, cette réédition pourra paraître surprenante à plusieurs titres. D’abord, si l’objectif était de palier la médiocre diffusion des actes initiaux, pourquoi ne pas avoir choisi une édition électronique en accès libre? L’ouvrage est diffusé en papier et sous un format PDF payant qui risque de ne pas faire facilement son chemin vers les écrans, d’autant que le statut hybride des textes présentés pourrait susciter des interrogations sur l’apport réel de cette réédition.  En effet, la pièce centrale du recueil, l’article de Roncayolo, écrit pour l’Encyclopedia Einaudi (1981), un texte véritablement séminal, a été ultérieurement intégré au livre La ville et ses territoires, publié en Folio en 1990, réédité à plusieurs reprises et a donc connu une grande circulation. Les réponses qu’il suscite ont quant à elles un caractère éclaté et hétérogène, très inégalement abouti. Si elles donnent à voir la richesse des débats dont le séminaire fut l’occasion, elles n’en demeurent pas moins un matériau en construction et à ce titre un peu frustrant. En somme, ce livre est le témoignage d’un moment de débat plus qu’une référence ayant fait date, au sein d’une œuvre vaste dont les apports irriguent encore la géographie et les sciences sociales.

(Recension soumise à Géocarrefour).

Notes _____________________
  1. Marie-Vic Ozouf-Marinier souligne le décalage entre cette analyse teintée de méfiance et les travaux menés autour de Claude Raffestin, où la référence à Foucault, en particulier, est davantage assumée. []

Le géographe dans sa ville. Présentation du nouveau livre de Marcel Roncayolo et Sophie Bertran de Balanda

ronca-couvJe participerai le 10 septembre prochain au musée de la ville de Marseille à une table ronde organisée par les Editions Parenthèses à l’occasion de la sortie du livre de Marcel Roncayolo et Sophie Bertran de Balanda : Le géographe dans sa ville. De ce dialogue mené sur plus d’une décennie sont issus un texte autobiographique et réflexif sur la manière dont la ville natale (Marseille) a façonné l’expérience et informé la réflexion ultérieure de Marcel Roncayolo, et une série de dessins croqués par Sophie Bertran de Balanda lors de multiples promenades dans le Marseille actuel, dessins que les deux auteurs commentent et qui ont fonctionné comme des madeleines proustiennes pour faire surgir les souvenirs qui structurent le texte de Roncayolo.

affiche roncaLa table ronde aura lieu de 14h30 à 17h30 environ. Elle sera lancée par la projection du film Marcel Roncayolo : interprète de ville de Herta Alvarez-Escudero (2009 – 53 min). Lieu : Musée d’histoire de Marseille, 2  Rue  Henri Barbusse – 13001 Marseille.

Elle s’insère dans un ensemble de manifestations, balades, projections qui durera jusqu’au mois d’octobre.

Brochure du programme et présentation du livre à télécharger.


L’imaginaire de Marseille: comptes rendus

Alors que j’étais tellement déçu du retard de la nouvelle édition de L’Imaginaire de Marseille, de Marcel Roncayolo, que j’ai attendue toute l’année 2013, et que j’ai annoncée à l’avance sur ce blog, j’ai finalement oublié de signaler sa parution effective, il y a maintenant un an. Le livre est librement accessible en ligne sur le site de la Bibliothèque idéale des Sciences sociales, dont le volet Géographie s’est d’ailleurs entretemps enrichi des Principes de géographie humaine de Vidal de la Blache.
Je profite de la parution d’un premier compte rendu (à ma connaissance) pour y consacrer ce billet. Voilà le compte rendu en question. Je posterai les (éventuels) suivants ici aussi.

Douay, Nicolas, ‘Marcel Roncayolo, L’imaginaire de Marseille. Port, ville, pôle’, Territoire en mouvement Revue de géographie et aménagement. 2015

Thibault Bechini, « Marcel Roncayolo, L’imaginaire de Marseille. Port, ville, pôle », Lectures [En ligne], Les comptes rendus, 2015, mis en ligne le 13 janvier 2015.

L’observatoire urbain de Beyrouth, un outil scientifique en question: petit exercice d’égo-histoire

La vidéo de la table ronde de l’IMA le 5 juin 2015, annoncée dans le dernier billet,  est désormais en ligne. Je profite de la rentrée tardive de ce carnet pour proposer aux lecteurs quelques éléments de mon HDR, enfin terminée, où je reviens sur l’histoire de l’observatoire de Beyrouth. L’analyse pourra de ce fait paraître centrée sur ma personne : c’est un effet de syle lié à l’exercice de l’égo-histoire (ou égo-géographie), et il faut donc relativiser ce biais.

La table ronde rassemblait Mercedes Volait, Julien Loiseau, Eric Denis et moi-même, et fut introduite et animée par Vincent Lemire. (Attention le son est un peu faible.) Vincent Lemire commence à m’introduire pour parler de l’observatoire urbain de Beyrouth vers 24’15 ». Puis vers 34′, j’aborde la mise en réseau des observatoires urbains. C’est sur ces points que revient le texte qui suit. L’idée de développer cette histoire vient tardivement en réponse à un billet de Caecilia Pieri dans Les Carnets de l’IFPO en 2012, pour les 20 ans de l’Observatoire de Beyrouth. Continuer la lecture

[Pour mémoire] Comptes rendus sur Concevoir et gérer les villes : milieux d’urbanistes du sud de la Méditerranée et travaux liés

couvSur le même modèle que les autres pages (1 & 2) de ce carnet qui gardent la trace des comptes rendus de mes ouvrages, voici quelques liens consacrés à notre livre Concevoir et gérer les villes: milieux d’urbanistes du sud de la Méditerranée, Paris, Anthropos-Economica, 2006, coord. par Taoufik Souami et moi-même. La présentation du livre et sa table des matières sont sur le site de l’IFPO.

Sa réception publique a été relativement limitée : j’ai identifié deux comptes-rendus, en plus d’un débat public, organisé par l’Association des professionnels pour le développement (ADP), et dont un compte-rendu a été conservé. Continuer la lecture

Beyrouth, imaginaires urbanistiques (avec la vidéo)

[mis à jour] J’ai participé à cette table ronde à la Cité du Patrimoine et de l’Architecture le jeudi 16 avril 2015, de 18h30 à 20h30.

A partir des ouvrages « Beyrouth sous mandat français. Construction d’une ville moderne » de Marlène Ghorayeb (Éd. Karthala, 2014), « Intensive Beyrouth » de Youssef Tohme (Ed. Norma, 2014) et « Beyrouth et ses urbanistes. Une ville en plans (1946-1975) » d’Eric Verdeil (Presses de l’IFPO, 2010).

L’urbanisme de Beyrouth saisi à trois moments-clés de l’histoire moderne de la ville : la gouvernance mandataire (à partir de 1918), l’euphorie de l’Indépendance (après 1946) et les excès du libéralisme après la fin de la guerre civile en 1990. Plus riches en intentions qu’en réalisations, les successives mises en plan de la capitale libanaise invitent à une réflexion sur les temporalités de l’action publique, ainsi que sur les sédimentations et résiliences qui fondent l’urbanité libanaise; en retour, les plans offrent l’opportunité de s’intéresser aux processus d’internationalisation des concepts, des outils et des milieux professionnels de l’urbanisme au XXe siècle.

En présence des auteurs.
Modératrice: Mercedes Volait, historienne de l’architecture, spécialiste de l’Egypte moderne, directeur de recherche au CNRS et directeur du laboratoire InVisu à l’Institut national d’histoire de l’art.

Voilà la vidéo:

Beyrouth, imaginaires urbanistiques par Cite-architecture