Archives de catégorie : histoire

Marcel Roncayolo : quelle postérité pour un pionnier de la géographie urbaine ?

La revue Géocarrefour vient de publier ma recension de l’ouvrage paru en hommage au grand géographe disparu en 2018 : Laurent Coudroy de Lille, Jacques Brun, Guy Burgel, Gilles Montigny et Marie-Vic Ozouf-Marignier (dir.), 2023, Marcel Roncayolo Sur les pas d’un géographe singulier, Marseille, Parenthèses, 350 p.

La contribution de Marcel Roncayolo (1926-2018) à l’émergence en France des études urbaines, c’est-à-dire à faire de la ville un objet privilégié des sciences humaines et sociales, est assez largement saluée chez les historiens, au sein de l’espace disciplinaire de l’urbanisme et de l’aménagement, parmi les chercheurs en architecture ou encore chez les sociologues. Force est de reconnaître que cet auteur reste, aux yeux de ses condisciples, « un géographe singulier » comme le propose le titre de l’ouvrage dont il est question ici. Que l’on s’intéresse aux principales revues disciplinaires, y compris Géocarrefour, ou aux grands manuels et synthèses structurant la discipline, les citations et références au géographe qui a fait de Marseille son laboratoire familier ne sont pas inexistantes mais elles sont, par rapport à la diversité de ses travaux et à leur écho au-delà de la géographie, plutôt ténues. Lire plus ici…

Vous pouvez aussi retrouver sur ce carnet le texte que j’ai publié à l’occasion de sa mort pour saluer sa mémoire, et toute une série d’autres textes qui lui étaient consacrés, au fil de mes années de dialogue oral ou par la lecture de ses œuvres…

Cities & Circulations : Challenging Gulf histories and geographies workshop

I spoke on sunday 19th of November 2023 during this workshop jointly organized by Kuwait University, CEFREPA (French Center for Archeology and Social Sciences (CEFAS), renamed the French Research Center for the Arabian Peninsula), INALCO and CERI-Sciences Po. A second event following on this first worshop will take place in Paris on the 29th and 30th of May 2024.

Workshop’s argument : Cities and circulations: Challenging theoretical frameworks in Gulf histories and geography

The workshop takes up Frederick Cooper’s challenge to bring “historiographies of Africa, Latin America and Asia into relationship with each other, avoiding the assumption that interaction simply means borrowing from apparently more developed istoriographies.” Beyond colonial times, various spaces and geographies may be entangled in the circulation of material and immaterial goods, services, and knowledge to and from the Gulf and the mobility of people. And while literature on these geographies claim to move beyond simple dichotomies since the writing of Cooper’s seminal text, scholars in this workshop interrogate the persistence of dichotomous theoretical frameworks such as coloniser-colonised, resistance-collaboration, modernity-tradition, western-non-western. To bring a more nuanced understanding of socio-political and economic processes that have shaped and still shape contemporary societies in the Gulf, they seek comparative insights from historiographies of other regions and focus on trans-regional circulation of people, ideas and information, capital and techniques, material and political cultures, etc.
By notably looking at circulations and mobilities across the so called “Global South” regions and societies, participants in this workshop will move beyond conservative notions of knowledge appropriation as well as liberal concepts of inclusion and representation. The workshop seeks to recentre the Gulf within larger imperial and colonial modes of administration (economic, cultural, linguistic, racial and administrative) and relations between and across empires. It also seeks to localise and historicise theoretical discussions in empirical contexts that have been less studied by post-colonial scholarship. By doing so, the workshop revisits historical processes of knowledge production, immigration, and cultural exchange in colonial and post-colonial geographies of the Gulf. It also uncovers histories of community, migration, language/dialect, and hinterland denials in both the making of Gulf cities and the production of their histories. The aim is to foster novel investigations that question the positionality of different actors, that humanise the landscape, and that deconstruct persistent myths, material and immaterial structures, spaces and systems that limit a critical reading on the Gulf.

https://cefrepa.cnrs.fr/2023/11/13/cities-circulations-challenging-gulf-histories-and-geographies-workshop/

My intervention was based on a chapter published with Joe Nasr in the Routledge handbook of planning history, under the title Planning histories in the Arab world. (PDF ici)

Paris animal – cohabiter la ville avec les animaux, oui mais lesquels?

L’exposition Paris Animal se tient au Pavillon de l’Arsenal jusqu’à la fin septembre 2023. Coordonnée par les architectes Henry Boni et Léa Mosconi, elle propose un regard intéressant sur la présence animale dans Paris depuis 2000 ans environ, à travers 44 récits, ou vignettes. Dans le contexte des bouleversements écologiques actuels, et notamment de l’érosion rapide de la biodiversité sous l’effet de notre société industrielle et urbaine, elle plaide pour l’aménagement d’une place plus accueillante à ces vivants qui se meuvent autour de nous, dont nous avons souvent oublié l’existence.

Organisée dans un haut-lieu de la promotion de l’architecture et de l’urbanisme parisien, l’exposition mobilise logiquement un grand nombre d’images d’objets d’architecture ou d’espaces publics : bâtiments ou lieux abritant des animaux, tels que des marchés aux bestiaux, des écuries ou des vacheries, des ménageries, etc.. On s’ébahit devant la vidéo de la Place de la Concorde où se croisent un grand nombre de véhicules attelés et tirés par des chevaux (environ 80.000 équidés dans Paris au début du vingtième siècle). Ce montage de films d’époque montre un espace tout sauf apaisé, où il n’est pas certain que le piéton fût plus à son aise que parmi les trottinettes et les vélos tant décriés aujourd’hui ! La présence animale est aussi, dans cette exposition, saisie à travers des représentations symboliques, telles que des statues et autres objets artistiques, renvoyant à un contexte écologique, économique et culturel qui est décrypté.

Même si la présence au quotidien des animaux n’est pas négligée, certaines dimensions peut-être plus triviales de cette vie animale au contact des humains sont relativement négligées. Certes, on parle de boucheries, de laiteries et d’écuries, mais d’autres animaux qui participaient à l’alimentation humaine sont oubliées (poulets,  porcs, …). Surtout, l’alimentation de ces animaux n’est pas abordée autrement que d’une manière anecdotique, par exemple à travers une photo représentant une charrette pleine de foin dans une rue de Paris à la fin du XIXe s. La consommation des déchets des repas humains par les animaux comme les porcs ou les poulets, dans une logique circulaire, n’est pas soulignée alors que cela semblerait conforme à l’esprit de l’exposition cherchant à repenser les liens, y compris donc matériels, entre humains et animaux. Les déchets animaux (excréments, cadavres) ne sont pas non réellement traités, sauf à propos de la création d’un cimetière pour les animaux de compagnie de la bourgeoisie, dans une île de la Seine.  C’est ainsi tout un métabolisme complexe au cœur de la vie urbaine qui est en quelque réduit au profit de l’image d’une coexistence dont les difficultés sont édulcorées.

L’accent principal est mis sur les mutations du rapport entre les humains et les animaux à partir du début du XIXe s., d’abord à travers une extension de la logique du contrôle, dans une logique hygiéniste et de gestion fonctionnaliste de la présence animale, par opposition à une vie animale plus “sauvage” auparavant. L’animal, dont la densité dans la ville n’a peut-être alors jamais été si importante, est en même temps mis à distance, devient un objet de contemplation dans les ménageries puis les zoos, et sans doute, même si l’exposition ne s’y attarde pas, un objet d’inquiétude qui justifie le contrôle vétérinaire. Cette période est un moment de rupture dans les relations  d’interdépendance entre humains et animaux qui existaient auparavant.

Par opposition à cet apogée de la présence de l’animal dans la ville que constitue la période antérieure à la Première guerre mondiale, le vingtième siècle ne bénéficie pas d’autant d’attention. On note également une plus insistance sur les animaux au service des humains, qu’ils se mangent ou qu’ils transportent, ainsi que sur les animaux de compagnie comme, en ce début de vingt-et-unième siècle, les 100.000 chiens et 250.000 chats de Paris – même si leur impact environnemental n’est pas questionné. Les oiseaux qui volent dans le ciel de la capitale ne sont pas oubliés, y compris leur inquiétante disparition actuelle.

Mais d’autres animaux ancillaires, quoique non désirés, restent à l’arrière-plan. Certes, on mentionne les rats et notamment le remplacement du rat noir par le rat brun, ou surmulot, à partir de la fin du 18e s. Mais d’autres petites bêtes qui n’appartiennent pas à la classe des mammifères, ni à celle des oiseaux, sont ignorés ou quasiment : mouches, moustiques, blattes, frelons ou encore les punaises de lit, fléau contemporain… Seul le catalogue y consacre un chapitre dû à la géographe Nathalie Blanc, qui en est une grande spécialiste. Pourtant, les mentionner aurait obligé à affronter certaines contradictions ou à tout le moins difficultés dans les solutions préconisées pour repenser et promouvoir la coexistence entre humains et animaux. La part belle est faite aux réflexions des architectes pour offrir aux oiseaux des refuges sur nos façades ou sous nos toitures, d’où les interventions contemporaines en faveur de l’isolation les expulsent. Mais si recréer des mares en milieu urbain serait utile pour favoriser la biodiversité nécessaire à des modes de vie plus écologiques et supposément résilients, faut-il le faire alors que déboule dans nos environnements urbains le dangereux moustique-tigre porteur de pathologies tueuses ou dangereuses comme le chikungunya ou la dengue ? On regrettera aussi, critique classique contre les expositions du Pavillon de l’Arsenal, outil de communication au service de la marie de Paris, que l’anneau du périphérique relègue les territoires animaux de la banlieue dans l’ombre, au-delà de la brève mention du retour du loup dans la forêt de Fontainebleau et de quelques cartes régionales peu aisées à lire.

Seafront Reclamations, Rubble, and Waste: A Metabolic Reading of Lebanese Urbanization

Jana Nakhal and Abir Saksouk from Public Works Studio recently asked me to write about Beirut’s seafront reclamations among a series of pieces dealing with rubble, seen not only a metaphor of the Lebanese condition but its mere material incarnation. You can find the whole series here, the intro piece (Rubble. Back Filling as a Process of Rewriting History) by Jana Nakhal and my own article, which I reproduce here.

Since the outbreak of the waste crisis in the wider Beirut area in 2015, the Lebanese government has resorted to the supposedly temporary solution of storing municipal waste in the coastal landfills of Borj Hammoud, Jdeideh, and Costa Brava. Far from being new or temporary, this solution is in fact merely a repetition of decisions implemented during the Civil War, and in a number of Lebanese coastal regions such as Saida and Tripoli, all of which share several characteristics.[1] For instance, reclamations are often assigned to areas allotted for development in urban plans from the 1950s and 1960s, that were never implemented. These reclamations have become an important source for public works and real estate actors who are linked to leading Lebanese politicians, to dramatically increase profits and, in some cases, monopolize the land rent generated by these developments. Finally, the material that gives these embankments their reality erupts in moments of what we might call metabolic disturbances: when a seemingly sudden urban crisis results in an unexpected flow of materials that need to be stored in a particular place (e.g. municipal waste, rubble). These mechanisms of urbanization are a clear illustration of the notion of the Anthropocene, in that they constitute a new geological stratum created by human action. Continuer la lecture

Dialogue sur le Liban à la croisée des chemins

A l’invitation du MUCEM dans le cadre du cycle Les lundis d’après, en réponse aux questions de Joseph Confavreux de Médiapart, je dialogue avec Ziad Majed sur les enjeux de la réponse à la crise économique, financière et politique au Liban environ cent jours après l’explosion du 4 août. Débat enregistré le 13 novembre 2020.

Le Liban, entre révolution et effondrement

J’ai participé, le 6 février 2020, à une table-ronde organisée par l’INALCO, intitulée Le Liban, entre révolution et effondrement, animée par Chantal Verdeil (INALCO), avec Jihane Sfeir (Université libre de Bruxelles).

La vidéo de la conférence est en ligne. Mon intervention, plus spécifiquement consacrée à l’analyse de la crise économique et financière avec un retour sur le modèle mis en place à la reconstruction, commence à 23’25”.

Publication : L’émergence des études urbaines au Liban. Engagements critiques locaux et mondialisation des pratiques académiques

Séance de travail au département d’urbanisme de l’Université Libanaise (2017)

Je suis heureux d’annoncer la parution de ce working paper sur les études urbaines au Liban, réalisé dans le cadre de la recherche collective “Le Liban au miroir des sciences sociales”, dirigée par Candice Raymond, Myriam Catusse et Sari Hanafi. Le livre concluant cette recherche est en cours de préparation et comportera une version plus courte de ce document. Je remercie sincèrement ces collègues pour leurs remarques et suggestions durant la rédaction de ces deux textes. Je remercie également les collègues interrogés dans le cadre de ce travail.

Résumé : L’émergence et la structuration des études urbaines constituent des modifications parmi les plus frappantes au sein des sciences sociales au Liban depuis la fin de la guerre civile. Cela renvoie à la fois à une actualité sociale et politique, celle de la reconstruction et de la modernisation des villes dans les trente dernières années. Mais cela est également lié à des mutations du milieu universitaire lui-même et en particulier aux formes de son insertion internationale. En ce sens, la montée des études urbaines au Liban est intéressante à étudier dans une perspective comparée, prenant en compte les spécificités des études urbaines, notamment la tension entre structuration académique et lien avec l’action publique, et les renouvellements à l’échelle globale, liés à la montée des problématiques des villes du Sud. Ce texte pose d’abord un cadre d’analyse des études urbaines pour un pays du Sud, avant de développer trois grands résultats: l’histoire de l’émergence des études urbaines au Liban accompagne des mobilisations d’intellectuel.le.s et d’universitaires contre les politiques publiques de reconstruction et d’aménagement urbain. Les études urbaines se structurent dans un espace académique qui est celui de l’urbanisme, étroitement liée au Liban aux facultés d’architecture. Ces foyers des études urbaines sont inégalement dotés pour prendre place dans l’espace académique international. L’Université Américaine de Beyrouth se distingue sur ce plan. L’État et les acteurs publics locaux jouent un rôle mineur dans la structuration des études urbaines mais des formes de co-production de données et de savoirs pratiques associant universitaires, consultants et administrations sont néanmoins observables. Enfin, le développement des études urbaines est indissociable du militantisme urbain qui conduit à l’adoption de nouvelles pratiques de coproduction de savoirs avec les habitants et de nouvelles formes de diffusion, qu’il est loisible de comprendre comme des pratiques de traduction entre différents publics, comme l’ont proposé à propos de l’Afrique du Sud Susan Parnell et Edgar Pieterse.

Citation : Eric Verdeil, L’émergence des études urbaines au Liban Engagements critiques locaux et mondialisation des pratiques académiques, Working Paper, 2/2019, Sciences Po, Cities are Back in Town. En ligne : http://blogs.sciences-po.fr/recherche-villes/files/2020/01/WP-02_2019-Verdeil.pdf

Jbeil. Toward an Inclusive City

I am pleased to release the Capstone report the team of students from the Urban School at Sciences Po (Marina Najjar, Corentin Ortais, Diane Pialucha, Lucien Zerbib) I supervised last semester (February-June 2017) elaborated for the Municipality of Jbeil, Lebanon. Capstones are “client-oriented group research projects, based on original field research which generates a deliverable product”.

Below is the executive summary of the report, which can be downloaded from here.

Executive summary

Jbeil is a unique city with a rich and profound historical legacy. Its cultural heritage, its old port, peaceful environment and growing economy, all make it an attractive city for people from all over Lebanon and the world. Yet, certain challenges
accompany its development as it transforms into an attractive economic pole in the
region. This report argues that inclusive measures which place the residents of Jbeil at the center of its vision can answer current challenges and ensure a resilient development for city. In the following report, we propose four main strategies in order to reach an inclusive vision.

Firstly, in order to stimulate the economy, this report recommends a diversification of the economic system by:

  • Promoting a sustainable tourism which broadens the offer of tourist attractions
    ▶Exemplary reference: Eco-tourism in Sidi Amor, Tunisia
  • Investing in different economic potential to foster a balanced economy
    Exemplary reference: Creativity platform in Thessaloniki, Greece. Improvement of the urban environment

Secondly, to improve mobility, especially between the East and the West of the city, and enhance green and accessible urban spaces, this report recommends:

  • Promoting alternative modes of transportation and improve mobility
    ▶Exemplary reference: Demand Responsive Transport in Hericourt, France
  • Drawing on open spaces to promote well-being and spaces where families can socialize
    ▶Exemplary reference: The Bothy Project World Garden in Glasgow, United Kingdom

Thirdly, to enhance social involvement in order to include residents in the city’s activities and urban decisions, strategies include:

  • Implicating residents in the decision making process of governance of Jbeil
    ▶Exemplary reference: Local democracy in Nîmes, France
  • Improve cohesion and peace by promoting events and projects that activate social engagement, from the youth to the elderly
    ▶Exemplary reference: Neighbors day in Cannes, France

Finally, the development of a coordinated governance is necessary to successfully implement policies and projects. This can be done by:

  • Adapting the organisation of the Municipality to a rapidly growing city through coordination
  • Envisioning a comprehensive city strategy
    ▶Exemplary reference: Open Street Mapping in Chefchaouen, Morroco

Planning histories in the Arab World

J’ai le grand plaisir d’annoncer la parution du chapitre que j’ai écrit avec Joe Nasr pour la Routledge  Handbook of Planning History, sous la direction de Carola Hein. C’est un très bel effort collectif, qui propose une vision élargie et critique de l’histoire de l’urbanisme. Une vision vraiment mondiale intégrant en particulier les espaces colonisés et les pratiques spécifiques d’urbanisation qui ont façonnés leurs villes. Une vision critique au sens où elle s’ouvre à des thématiques nouvelles (environnement, community planning, etc.) et prend en compte les échecs et les subversions, non pas seulement les actions des grands hommes et leurs grands gestes mais aussi le vécu quotidien et les finalités politiques souvent cachées des politiques urbaines.

Notre chapitre “Planning Histories in the Arab World” (accessible ici) propose une vision synthétique et je pense assez inédite des tentatives et des réalisations urbanistiques sur plus d’un siècle d’histoire. Je serai heureux de fournir le texte aux personnes qui m’en feront la demande (les épreuves ont subi de nombreuses retouches et je n’ai pas de version auteur à jour à mettre en ligne) et en attendant, voici le résumé. Le volume est assez onéreux mais il sera vraiment utile dans de nombreuses bibliothèques. Continuer la lecture

Des déchets aux remblais: imaginaire aménageur, corruption et dérèglements métaboliques à Beyrouth

Le port de pêche de Borj Hammoud au pied de la “montagne” de déchets accumulés depuis la guerre civile libanaise jusqu’à 1997, avant les récents travaux de démantèlement. Photo Eric Verdeil, CC-ND-NC

Les scandales à répétition qui éclatent à propos de la gestion des déchets au Liban et plus particulièrement dans l’agglomération de Beyrouth mettent en évidence les montants énormes des contrats en question et leur opacité, et donc plus largement la corruption qui joue un rôle déterminant dans l’organisation de l’action publique. Les débats de l’été 2015 ont ainsi permis d’exposer publiquement les zones d’ombre, anomalies et irrégularités concernant les contrats successifs de Sukleen, et de pointer vers un ensemble de bénéficiaires indirects de cette rente. La réorganisation en principe provisoire de la gestion des déchets à Beyrouth et dans le Mont Liban s’est traduite par l’apparition de nouveaux acteurs, bénéficiaires des contrats de collecte ou de construction et de gestion de décharges dont les montants et les modalités techniques posent là encore question. De plus, sans même parler de la décision hautement discutable d’installer des décharges au bord du littoral, diverses anomalies ont été soulignées, comme le fait que le tri et le recyclage–déjà peu ambitieux–sont pour l’instant impossibles à cause de la saturation des installations dédiées pour cause de stockage de déchets, alors que les entreprises sont payées pour un travail qu’elles ne font pas. Enfin, le dévoilement d’une clause permettant de démanteler la décharge de Borj Hammoud pour déposer les ordures stockées là depuis les années 1990 directement dans la mer apparaît comme une provocation environnementale d’un cynisme absolu de la part du CDR–et qui va sans doute avec des contreparties financières. Continuer la lecture