Archives de catégorie : géographie

[Vidéo] Reconstructions au Liban : mots, temporalités, gouvernances

Dans le cadre du séminaire Après le 4 août, organisé par l’IFPO, j’ai présenté le 2/10/2020 (et non le 16/10 comme écrit par erreur) quelques réflexions qu’on peut revisionner dans la vidéo ci-dessous.

L’objectif de cette présentation est de réfléchir aux points de comparaison pertinents entre les reconstructions qu’ont connu les villes libanaises dans le passé et la situation actuelle de Beyrouth. A travers un regard éloigné et une mise en perspective, il s’agit de soulever des questions sur les processus en cours dans les quartiers affectés par l’explosion du 4 août. Continuer la lecture

Un autre atlas urbain pour temps de confinement

C’est avec beaucoup de plaisir que j’ai reçu, mi-septembre, l’Atlas des villes mondiales, publié sous la direction de Charlotte Ruggieri, avec une cartographie assurée par Aurélie Boissière. Ce travail collectif apparaît comme le point d’orgue d’une entreprise éditoriale qui a maintenant pris sa place dans l’univers des revues de sciences sociales sur la ville : l’excellente revue Urbanités dont C. Ruggiéri est l’actuelle directrice, et qu’elle a fondée avec Flaminia Paddeu, Léo Kloeckner et Frédérique Célérier. Toutes et tous sont, avec Daniel Florentin et Marine Duc, également impliqué.e.s dans cette revue, les autrices et auteurs de cet atlas. Lancée en 2013, et publiée au rythme de 2 à 3 numéros par an, Urbanités se distingue par l’originalité des thématiques proposées, pleines d’imagination, aux titres évocateurs, en décalage affiché avec les approches académiques. De même, la revue affirme sa volonté de rompre avec l’écriture scientifique de plus en plus standardisée, dont le jargon, le style et la structure d’argumentation sont largement bannis des articles proposés. Enfin, Urbanités s’ouvre à une diversité de terrains urbains, qui permettent de comprendre les villes et les citadins dans des contextes multiples, dans une perspective résolument comparative et libérée de l’européocentrisme. Ce corpus d’articles fournit une inspiration directe pour le fond, mais aussi la forme (et le ton) de ce nouvel atlas, qui lui donne une nouvelle portée.

Continuer la lecture

[Parution] L’Abécédaire de la ville au Maghreb et au Moyen-Orient

Je suis heureux de signaler la parution de l’Abécédaire de la ville au Maghreb et au Moyen-Orient (pour en savoir plus, voir le site des Presses universitaires François Rabelais). Sous la direction des collègues tourangeaux Bénédicte Florin, Anna Madoeuf, Olivier Sanmartin, Roman Stadnicki et Florence Troin, ce dictionnaire de 106 entrées joint un intéressant et utile panorama sur l’urbanisation de cette région à un hommage discret (on évite les mélanges et leurs travers parfois hypocrites) mais mérité à Pierre Signoles et Jean-François Troin. Ces deux géographes ont été les fondateurs du laboratoire URBAMA de Tours, ses animateurs pendant de longues années riches de rencontres, de recherches, de publications, et les formateurs de nombreux jeunes chercheurs devenus grands (dont évidemment les coordinateurs de cet imposant opus). Sans en avoir jamais été membre, j’ai souvent dialogué avec cette équipe et j’ai bénéficié, à plusieurs moments de ma carrière, des conseils (et des critiques précises, longues et constructives) de Pierre Signoles en particulier.

Les entrées du dictionnaire alterne entre notices portant sur des villes, petites et grandes, de cette région et de sa bordure (manque peut être Marseille, ou Paris…) (accompagnée de très bonnes cartes produites ou du moins harmonisées par Florence Troin) et petites synthèses sur des thèmes transversaux, classiques (souks, transition démographiques) et plus inattendus, mais bien nécessaires (restaurant).

J’ai eu le plaisir de contribuer à ce dictionnaire avec deux entrées : l’une consacrée à la question de l’énergie pour et dans les villes de cette région (le sujet de mon HDR, à transformer en quelque chose, un de ces jours…) et l’autre, déjà présentée sur ce blog, sur le petit mais intéressant roman de Fellag, L’Allumeur de Rêves Berbères. Elles sont en accès libre dès maintenant.

[Parution] L’Atlas des mondes urbains

Malgré le reconfinement, j’ai le grand plaisir d’annoncer la parution de l’Atlas des mondes urbains, aux Presses de Sciences Po. Il s’agit du deuxième opus de cette collection entamée par l’Atlas de l’Anthropocène. Bien que les librairies soient d’un accès plus difficiles ces temps-ci, vous le trouverez dans les meilleures d’entre elles, en particulier à Le Genre Urbain, à Paris Belleville, qui m’y avait invité (partie remise j’espère) ou à Lyon, Terre des Livres, et bien d’autres, dont la Librairie de Sciences Po. Presque partout, il est possible de commander en ligne et de récupérer sur place (click and collect), parfois même avec une ristourne, ou de se faire livrer. 

J’invite les lecteurs à découvrir ci-dessous un aperçu de ce très beau travail cartographique, et j’en profite pour saluer le talent de mes co-auteurs Thomas Ansard, Benoit Martin, Patrice Mitrano, Antoine Rio de l’Atelier Cartographie de Sciences Po. Le processus de conception des planches, par un aller-retour entre un thème, des données et des représentations a été très enrichissant et stimulant. J’adresse mes très chaleureux remerciements à Julie Gazier et Laurence de Belizal, respectivement directrice des Presses et éditrice en charge de l’Atlas. Les échanges préalables sur la structure de l’ouvrage, puis le travail sur l’écriture, les titres et tous les détails de la mise en page (due à Alain Chevalier) ont fait de ce projet éditorial le plus plaisant et le plus collégial auquel il m’a été donné de participer. Continuer la lecture

Urbanisation et mobilité : réflexions sur les logiques spatiales du COVID-19

[Note rédigée dimanche 28 mars, publiée ici le 2 avril, publiée sous le titre : La métropolisation, coupable idéale de la pandémie et quelques modifications mineures sur The Conversation le 9 avril 2020.]

La diffusion très rapide du coronavirus à partir de Wuhan par les connexions aériennes intercontinentales, en Asie, en Europe, en Amérique du Nord, illustre l’idée que la mondialisation facilite cette pandémie. D’autres réflexions cherchent à relier cette diffusion à l’urbanisation planétaire et à ses différentes formes. Les foules denses de lieux typiquement urbains comme les marchés ou les transports en commun semblent avoir joué un rôle essentiel dans la diffusion initiale de l’épidémie. A l’inverse, les images de villes vides et à l’arrêt qui ont fait le tour du monde illustre une suspension extraordinaire de l’urbanité et de ses logiques. La ville serait-elle alors doublement victime du COVID-19, d’abord touchée par ses habitants puis dans ses logiques de fonctionnement ? Certains désignent la métropolisation, cette concentration toujours accrue de richesses et d’habitants dans les plus grandes villes, comme l’une des causes de la pandémie. Un graphique du Financial Times représentant ce qui ressemble à une course des grandes régions urbaines derrière, semble conforter cette idée. Toutefois, au-delà des apparences souvent amplifiées par les lunettes grossissantes de la médiatisation, cette articulation métropoles-COVID-19 est-elle si évidente ? Voici quelques réflexions préliminaires à ce sujet. Continuer la lecture

Transformations énergétiques collectives : présentation à la librairie Volume, Paris

La revue multitudes a le plaisir de vous inviter le 25 mars 2020 à 19 heures à la rencontre organisée autour des Transformations énergétiques collectives avec les auteurs Alain Nadai, Grégoire Wallenborn, Éric Verdeil et Fréderic Brun, Anne Querrien, Gaëtane Lamarche-Vadel de multitudes
Librairie VOLUME
47, rue de Nazareth
75003 Paris

Télécharger le prospectus de présentation de ce numéro (PDF).

Résumé

L’idée d’une « transition » énergétique, processus pilotable dans un monde relativement stable et anticipable, semble arriver à son terme. Même le GIEC en appelle désormais à des « transformations » énergétiques rapides et radicales. Toutefois, malgré la prise de conscience de l’urgence climatique et de la perte dramatique de biodiversité, qui s’actualise notamment dans une série de manifestations et de luttes, la question du climat est trop rarement articulée à la question de l’énergie. Dans cette Majeure, nous explorons ce que pourraient vouloir dire ces transformations énergétiques et partons à la recherche des bonnes échelles pour agir et des récits pertinents pour inspirer les collectifs.

Articles de la majeure

Résumé de notre article

Cet article propose d’élargir le débat sur la transition énergétique au-delà du contexte occidental. Partant d’études de cas situées dans deux métropoles des Suds, la réflexion invite à nuancer les scénarios normatifs et supposés universels de transformation des systèmes énergétiques pour confronter les transitions aux singularités des sociétés et des territoires dans lesquels elles prennent forme. Ainsi s’aperçoit-on que les discours sur le changement climatique global ont bien moins d’effets d’entraînement sur les trajectoires énergétiques d’Istanbul et du Cap que l’impact de crises écologiques plus locales ou que l’évolution de compromis socio-politiques, toujours fragiles et dépendants d’héritages historiques nationaux.

Publication : Solid Waste Management in Lebanon: Lessons for Decentralisation

I am happy to share the recent publication of this report summarizing the findings of a research undertaken with my colleague Jihad Farah and his students from the Lebanese University, thanks to the funding of the Lebanese-French CEDRE programme.

The full quote is as following: Jihad Farah, Rasha Ghaddar, Elie Nasr, Rita Nasr, Hanan Wehbe, and Eric Verdeil, 2019, Solid Waste Management in Lebanon: Lessons for Decentralisation. Beirut: Democracy Reporting International, 40 p. Available online.

Abstract : Despite the growing attention gained among local and international observers since the 2015 “waste crisis”, the issue of solid waste management (SWM) in Lebanon has exacerbated, particularly after the closure of one of the country’s largest landfills in Naameh and the abrupt halt in waste collection led to rubbish piling up in the streets of Beirut and Mount-Lebanon. This situation triggered a series of protests, clashes and heated debates around the need to re-arrange the sector since 2015. This study sheds light on two key concepts “decentralisation” and “bottom-up cooperation” that will help Lebanon in improving SWM. While providing an overview of the different municipal experiences in sorting, recycling, landfilling, composting and, most recently, the interest in waste-to-energy,1 this study treats closely the question of how these technologies can be adapted to local contexts. Securing funding, negotiating contracts, constructing facilities, involving citizens in the process and institutionalising best practices are new experiences for most municipal authorities. The report aims to close the existing knowledge gap by documenting local efforts to manage solid waste, analysing the limitations of the strategies pursued, and presenting conclusions that can inform integrated and decentralised SWM policies in Lebanon. The report identifies two key dynamics underpinning local management of solid waste in Lebanon. The first is the emergence of a “new waste capitalism” different from what has been observed in the 1990s. During that time, a so-called “waste capitalism” existed, which outsourced waste collection and landfilling to politically connected businesses ignoring local needs and demands. Since 2015, complex technologies and treatment methods have been favoured that include recycling, composting and waste-to-energy. But due to their complexity, local authorities are unable to design, monitor and regulate the terms of the contracts awarded to private companies. Some local authorities have conducted public campaigns on issues such as sorting-at- source and recycling, but are still unable to mainstream and institutionalise citizen participation in an inclusive SWM system. Based on 22 semi-structured interviews with municipal officials and executives, representatives of facilities, donor agencies, NGOs, and a database on the distribution of SWM facilities across Lebanon, the study draws lessons and policy recommendations from four case studies of local authorities that have dealt with SWM.

Quelques notes sur le roman ‘Cette chose étrange en moi’, d’Orhan Pamuk

Je reprends ici le fil posté sur Twitter.

Je viens d’achever ‘Cette chose étrange en moi’, d’Orhan Pamuk. Magnifique (mais long) roman sur Istanbul, à travers le regard d’un jeune migrant, vendeur ambulant, qui s’installe dans un gecekondu et grandit au fur et à mesure que la ville s’étend et se transforme.

Cette fresque urbaine vue d’en bas et des périphéries relate les mutations du tissu bâti d’Istanbul, en particulier le mouvement dialectique d’horizontalisation et de verticalisation/densification, sous l’angle des spéculations balzaciennes à la César Birroteau.

Mais aussi du point de vue des changements d’ambiance et dans les modes de sociabilité qu’entrainent ces changements de formes urbaines, qui vont avec la création d’écarts de richesse impressionnants.

Sur le plan matériel, une autre dimension fascinante du roman est le lien entre la modernisation et l’électrification urbaine, dont
@elvan_arik a fait une analyse passionnante pour @JadaliyyaCities.

La mise en scène des stratégies matrimoniales est un des autres aspects très intéressants du roman, qui lui donne son énergie narrative puisqu’il est aussi un très beau roman d’amour, malgré et au travers les contraintes sociales qui pèsent sur les choix des individus.

A cet égard, l’évolution des rôles féminins, sur trois générations, est très marquante. Les paysannes des années 1930-40 qui donnent naissance à des familles nombreuses vivent dans l’ombre de leurs maris qui migrent en ville. Certaines rejoignent la ville, d’autres non

Les femmes des générations 1955-65 sont aspirées par le marché matrimonial urbain et épousent de jeunes travailleurs peu instruits qui cherchent à faire leur place en ville à partir des gecekondus familiaux. Dans le roman elles ont 2 à 3 enfants et restent dans un rôle domestique

De manière intéressante toutefois, ces jeunes femmes ne sont pas que des monnaie d’échange dans les stratégies matrimoniales et, par des comportements de rupture, affirment leur choix, qui subvertissent plus ou moins ces logiques familiales.

Leurs filles en revanche sont scolarisées et vont parfois jusqu’à l’université. Elles choisissent bien plus leur destin matrimonial et l’impose à leur famille faisant imploser l’horizon hérité et transposé en ville des solidarités villageoises, composant de nouvelles géographies.

Le roman a également un arrière-plan politique passionnant. Les clivages ethnico-géographiques (kurdes/alévis/turcs pour aller vite) de la Turquie républicaine s’incarnent dans une compétition politique entre nationalistes et gauche, qui s’ancre dans les quartiers populaires

Les années 1970 constituent une période de radicalisation politisation dont j’ai été frappé de la ressemblance avec ce qui se passait au même moment au Liban dans la mobilisation de la jeunesse, avec la même exacerbation des identités politiques et ethniques ou confessionnelles

Pour la période plus récente, l’ascension politique de l’AKP, jamais nommée en tant que telle dans le roman, est minutieusement indexée sur l’émergence d’une nouvelle classe sociale d’entrepreneurs du bâtiment, productrice justement du nouveau paysage urbain d’Istanbul.

roman #istanbul

Seminar Cities are back in town “Launch of the book Routledge Handbook of Middle Eastern Cities”

Seminar Cities are back in town “Launch of the book Routledge Handbook of Middle Eastern Cities” (Haim YacobiMansour Nasasra (eds.), Routledge, 2019)

Organized by Sciences Po, CEE & CERI

Wednesday 20 November 2019, 5-7 pm, Sciences Po, LIEPP’s Conference Room, 254, boulevard Saint-Germain, 75007 Paris

Presenting the current debate about cities in the Middle East from Sana’a, Beirut and Jerusalem to Cairo, Marrakesh and Gaza, the book explores urban planning and policy, migration, gender and identity as well as politics and economics of urban settings in the region.

This handbook moves beyond essentialist and reductive analyses of identity, urban politics, planning, and development in cities in the Middle East, and instead offers critical engagement with both historical and contemporary urban processes in the region. Approaching “Cities” as multi-dimensional sites, products of political processes, knowledge production and exchange, and local and global visions as well as spatial artefacts. Importantly, in the different case studies and theoretical approaches, there is no attempt to idealise urban politics, planning, and everyday life in the Middle East –– which (as with many other cities elsewhere) are also situations of contestation and violence –– but rather to highlight how cities in the region, and especially those which are understudied, revolve around issues of housing, infrastructure, participation and identity, amongst other concerns.
More information

Speakers: Eric Verdeil (Sciences Po, CERI) and Haim Yacobi (University College London, DPU)

Discussants: Ozan Karama (Paris Est, LATTS, CNRS) and Hélène Thiollet (Sciences Po, CERI, CNRS)

Contact: citiesarebackintown@sciencespo.fr

Compulsory registration – For the external people to Sciences Po: You will have to arrive 10 minutes before the beginning of the seminar and to provide you with your identity papers)

La Terre et le Béton

Local industriel en déconstruction, Les Ardoines, Vitry-sur-Seine (Eric VerdeilCC)

 

J’ai le plaisir d’annoncer la parution, début juillet bien que daté de décembre 2018, d’une étude réalisée par Mathieu Fernandez avec mon soutien et celui de Corinne Blanquart visant à analyser une opération d’urbanisme grâce aux méthodes de l’écologie territoriale. Le site étudié est la zone des Ardoines à Vitry-sur-Seine (photo). Ce travail a été soutenu par le LABEX Futurs Urbains de Marne-la-Vallée et l’établissement public d’aménagement Orly-Seine Amont. Ci-dessous la référence et le résumé. Une deuxième partie est en cours de publication.

Mathieu Fernandez, Corinne Blanquart and Éric Verdeil, « La terre et le béton : le projet d’urbanisme considéré sous l’angle du métabolisme territorial », VertigO – la revue électronique en sciences de l’environnement [Online], Volume 18 Numéro 3 | décembre 2018, Online since 05 December 2018, connection on 22 September 2019. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/23302 ; DOI : 10.4000/vertigo.23302

Résumé : Cet article propose une démarche alternative de quantification en stock de la matière mobilisée par un projet d’urbanisme, dans une finalité d’amélioration du métabolisme urbain. Les études de métabolisme territorial mettent en effet l’accent sur les processus d’urbanisation qui représentent la majeure partie des flux de matières solides opérés dans les territoires en termes d’extractions directes et de production de déchets. Ici, l’objectif est de présenter une méthode quantifiant les flux liés à la réalisation d’un projet d’urbanisme – sous la forme juridique d’une zone d’aménagement concertée, outil privilégié d’urbanisme en France –, à l’échelle de son périmètre et pour sa période de mise en œuvre. Les méthodes de quantification existantes se basent sur des informations disponibles seulement à des échelles administratives – régions, départements voire communes –, dépassant largement celle des projets d’urbanisme. Le terrain d’étude de l’article est un projet de renouvellement urbain de la métropole du Grand Paris, à Vitry-sur-Seine. En prenant en compte le sol et les artefacts bâtis dans le processus de quantification, l’originalité de la méthode consiste à obtenir des résultats sur les masses de terre et de béton mobilisés par le projet. Les résultats mettent en évidence la prédominance de ces deux matières pour des politiques visant, par exemple, à augmenter la circularité des matières en milieu urbain.