Archives de catégorie : géographie

Hommage à Marcel Roncayolo

Portrait de Marcel Roncayolo (c)Bénédicte Sire – 2007

[Marcel Roncayolo est mort le 13 octobre 2018 à l’âge de 92 ans. Son oeuvre a inspiré mon travail de recherche depuis que j’ai eu le grand honneur de le rencontrer, en 1992, puis de poursuivre avec lui tout une série d’échanges professionnels et amicaux. Sa famille m’a demandé d’évoquer son souvenir lors de la cérémonie religieuse qui s’est tenue à l’église de L’Immaculée-Conception à Paris 12e le 17 octobre dernier.

C’est une grande émotion que de prendre la parole ce matin pour évoquer la mémoire et le legs de Marcel Roncayolo, qui fut pour de nombreuses personnes réunies ici non seulement un maître et un conseiller, mais aussi un ami – et cela malgré les différences de statut et d’âge. Celui que nous appelions familièrement « Ronca » était facilement accessible et curieux des travaux de ses collègues et de ses étudiants. J’ai sans doute été l’un de ses derniers élèves. Il prit sa retraite avant que je ne commence ma thèse, qu’il a suivi de loin, avant de me faire l’honneur d’en présider le jury.
Mon regard sur son parcours est donc en partie indirect ; et il porte plutôt sur l’aval de sa carrière. Je n’évoquerai qu’en passant son itinéraire (ENS, EHESS, Nanterre..), les hautes responsabilités qu’il a exercées (direction adjointe de l’ENS, direction de l’IUP), enfin ses distinctions (Prix spécial du jury du Grand prix de l’urbanisme) , même si elles constituent une part essentielle de sa vie. J’essaierai de rendre compte de ce qu’il représentait pour nous à partir de quelques chemins de traverse où nous nous sommes croisés.
En 1992, jeune normalien géographe, je cherchais à faire un stage consacré à des questions d’aménagement près de Martigues, la ville de mon enfance. C’est assez naturellement qu’on m’envoya à Marcel Roncayolo pour solliciter ses conseils. Il me reçut dans son bureau étroit de l’EHESS, pleins de livres et de thèses. Je me souviens de la chaleur de son accueil, de sa simplicité. Il m’adressa à Sophie Bertran de Balanda, urbaniste de la Ville de Martigues, avec qui il avait récemment travaillé dans le jury d’un projet d’urbanisme Lors de ce stage, je découvris que Marcel Roncayolo poursuivait sa réflexion sur la ville, avec un livre inspiré par Sophie Bertran de Balanda en collaboration avec le peintre Jean Charles Blais. Tous deux se livraient à l’exploration du territoire martégal lu comme un palimpseste de peintures colorées et naïves et de vieilles cartes. Lors de diverses rencontres au fil de ce projet, notamment à Marseille dans le quartier des Chartreux, Marcel Roncayolo racontait avec bonhomie ses souvenirs des lieux, tout en m’utilisant comme un témoin et un interprète de la ville sans que je m’en rende compte immédiatement. C’est à la suite de ces rencontres que je suivis son séminaire de l’EHESS, un temps privilégié d’accès à des problématiques nouvelles, croisant regard d’architectes et de sociologues et vision de géographes et d’historiens. Le plus frappant était un style de conversation scientifique très ouverte, laissant souvent la place à l’improvisation au gré des questions et interpellations – une forme de joute verbale que Marcel Roncayolo affectionnait.
Une deuxième ville de rencontre fut Beyrouth : je venais d’y arriver comme coopérant, et Marcel Roncayolo y avait été invité pour une conférence en 1996. Avec ma femme, au bord de cette Méditerranée qui leur évoquait, sur l’autre rive, Marseille, nous guidèrent les époux Roncayolo vers les villes antiques de Sidon et de Tyr, entre les ruines archéologiques et celles, presqu’encore fumantes, du conflit libanais. Ce fut, je crois, leur dernier grand voyage ensemble. Ces moments de découverte partagée établirent entre nous un lien solide, qui s’affermit alors que Beyrouth devint le terrain de ma thèse dont Marcel Roncayolo accueillit l’expression des premiers résultats dans une des dernières sessions de son séminaire de l’EHESS. Mon travail s’est nourri de ses réflexions autour de l’idée que les villes sont toujours en quelque sorte asynchrones à elles-mêmes, qui appellent à l’exploration des temporalités différenciées des idéologies aménageuses, de l’action urbaine, des changements sociaux et de la forme matérielle de la ville.
La troisième ville de rencontre est Lyon – une ville que Marcel Roncayolo a dû très souvent traverser mais qui constitue plutôt un arrière-plan dans son travail ; une ville où j’ai vécu une douzaine d’années après mon retour de Beyrouth. Cela m’avait éloigné de Paris et nos rencontres s’étaient espacées. J’eus vent, sans doute par Sophie Bertran de Balanda, de ce que Marcel Roncayolo cherchait alors à republier son livre L’Imaginaire de Marseille, Port Ville Pôle. Je fis en sorte de rendre cela possible dans une nouvelle collection des Presses de l’ENS de Lyon dénommé la Bibliothèque idéale des sciences sociales. Lors du séminaire de présentation du projet, Marcel Roncayolo, déjà moins en jambes, était visiblement très heureux et impressionna l’auditoire par son enthousiasme et sa vitalité. Cette publication a permis de souligner une dimension parfois mal connue de son œuvre, qui traverse pourtant Les grammaires d’une ville, comme La ville et ses territoires. Elle est un plaidoyer pour une géographie culturelle ouverte aux vents du large, affranchie des rigidités identitaires, qui permet de penser tant l’appartenance aux lieux que les inquiétudes du temps présent.
Je voudrais terminer en revenant sur l’œuvre écrite de Marcel Roncayolo. Elle est aujourd’hui imposante et reconnue, mais elle fut longue à venir, lente à se sédimenter dans ce style dense et subtil qui fait écrire à une collègue sur Twitter ces jours-ci : « le seul géographe qui écrivait vraiment bien » (Anne-Laure Amilhat-Szary). Cette œuvre imposante a d’abord été une œuvre éparse, produite au gré des sollicitations amicales et des rencontres scientifiques. Elle témoigne de son gout pour la discussion et l’échange, ainsi que de son souci d’écrivain perfectionniste, reprenant et affinant sans cesse les phrases et les mots jusqu’à trouver l’expression juste. Mais ces œuvres longtemps retenues (La Ville et ses territoires, Les Grammaires d’une ville, Lectures de villes…) ont fait date et nourri plusieurs générations de jeunes chercheurs et chercheuses, et en particulier celles qui ont commencé leurs recherches dans les années 1990. Je suis frappé en tout cas ces jours-ci du nombre de mes contemporains invoquant sur les réseaux sociaux la mémoire de Marcel Roncayolo et surtout soulignant son influence, des historiens, des géographes, des sociologues, des architectes, des urbanistes, en France et au-delà de nos frontières.
Aujourd’hui, la tristesse de son départ ne doit pas masquer le souvenir de son accueil souriant, ni les suggestions stimulantes que nous laisse son approche des villes. Qu’il repose en paix.

En complément

Brun Jacques, Burgel Guy et Ozouf-Marignier Marie-Vic, « Marcel Roncayolo, éclaireur de la ville »,. Libération.fr.  18/10/2018,  Adresse : https://www.liberation.fr/debats/2018/10/18/marcel-roncayolo-eclaireur-de-la-ville_1686276.

Rof Gilles, « La mort du géographe Marcel Roncayolo, ». Le Monde. 17/10/2018 Adresse : https://www.lemonde.fr/disparitions/article/2018/10/17/la-mort-du-geographe-marcel-roncayolo_5370855_3382.html.

D’autres billets évoquant Marcel Roncayolo sur ce carnet.

Boris Grésillon et moi nous entretenant avec Marcel Roncayolo en mars 2013. L’entretien a été publié dans Rives Méditerranéennes. Photo de Sophie Bertran de Balanda.

Electricity Subsidies: Benefiting some Regions More than Others – analysis featured on the LCPS website

EDL headquarters in Beirut

I am happy to announce the Lebanese Center for Policy Studies has featured my analysis about electricity subsidies in Lebanon on its website.

While the recent political showdown over where to connect the Esra Gul barge to Lebanon’s power grid is indicative of the country’s unequal electricity supply, it also unearthed something more fundamental, namely, how electricity subsidies exacerbate geographical and social inequalities. Indeed, one major problem facing Electricité Du Liban (EDL) concerns the fact that production costs exceed revenues from consumers. For many years, the difference has been covered/subsidized by the state but these subsidies impact citizens differently depending on where they reside.

More precisely, because the periphery have access to a smaller supply of electricity per day, they incur greater generator use costs than those living in the central agglomeration, particularly   municipal Beirut. Consequently, my recent study demonstrates that effective subsidies disproportionately benefit wealthier households and in particular those who live in Beirut, as the latter are supplied with more power on a daily basis compared to other regions.[1] Therefore, electricity subsidies exacerbate both geographical and social inequalities.

While the production cost of electricity—indexed to the international hydrocarbon market—has significantly increased since 1994, prices have not been reevaluated in that period. According to the National Electricity Strategy Plan of 2010, the price represented on average only 55% of the production cost per kilowatt hour. While the price structure should reflect a principle of fairness and employ progressive rates designed to ease the burden for small consumers—among whom are the country’s poorest people—a 2009 World Bank study reported the opposite. In fact, fixed costs added onto an EDL bill resulted in small consumers (who use up to 300 kilowatt hours) paying disproportionately more of their income toward energy bills than larger users. Practically, the more they consume, the more users are subsidized by the state. This is not an open and deliberate subsidy, but rather a largely unseen mechanism at work.

In fact, the study highlights geographic variances that result from the length of time that power is supplied. This adds an essential component to the distortion caused by this effective subsidy. Since 2006­-2007, Beirut has received on average nineteen to twenty-one hours of electricity per day, while other regions have received only twelve to fifteen hours if not less (depending on the time of year and in which year data was gathered). The capital’s residents use more public electricity by default and consequently benefit more from subsidies.

…/…

Read the end of the article on the LCPS website.

A French longer version, including the detailed data, is to be read on this blog.

Subventions électriques invisibles: le privilège beyrouthin

Le Liban se classe parmi les pires pays du monde en termes de fourniture électrique [1]. L’insuffisance de la production électrique se traduit par un rationnement qui atteint plus de 12 h /j dans une large partie du pays. Cette situation date de la guerre civile. Après une période d’amélioration grâce aux investissements dans de nouvelles centrales électriques et dans le réseau des années 1990, la situation s’est de nouveau dégradée à partir de 2006. Malgré le plan du ministre Gebran Bassil en 2010, peu d’améliorations ont été apportées, les investissements réalisés et les nouvelles capacités mises en ligne (en 2017) ne compensant pas l’augmentation de la demande, qui n’est satisfaite que grâce au développement de la génération privée.

Les dysfonctionnements du secteur électrique libanais pèsent lourdement sur les ménages et les agents économiques. De plus, l’électricité est la première source du déficit public libanais. Elle représentait en 2013 40% de la dette publique cumulée et 55% du déficit budgétaire. Le déficit s’explique par diverses raisons. La mauvaise gestion technique et commerciale de l’entreprise est une première explication des pertes: les pertes techniques se montent à environ 15%, les pertes non techniques atteignant elles 25%. 40% de l’énergie produite n’est donc pas payée. Toutefois, il faut aussi mentionner la structure du tarif de l’électricité qui ne reflète pas ses couts de revient. En effet, le tarif moyen par KWh est de 141 LL en 2007, alors que le cout de production est estimé à 255 LL/KWh en 2009. Autrement dit, en moyenne, l’abonné ne paye que 55% du cout de revient. Ce désajustement du tarif par rapport aux couts explique donc aussi une partie importante du déficit de l’entreprise.

Les discussions publiques se focalisent, ces dernières années, sur la construction de nouvelles capacités de production pour mettre fin au rationnement, et sur les modalités de financement de ces investissements : faut-il investir de l’argent public, et où le trouver? ou mettre à contribution le secteur privé, mais alors à quelles conditions? Dans la période précédente, la problématique du vol et de la fraude était aussi fortement mise en avant[2]. Ces débats laissent largement de côté la question de la tarification. Le gouvernement considère que le réajustement ne pourrait intervenir qu’une fois l’amélioration du système bien amorcée, rendant une hausse de tarif plus acceptable. En attendant, le désajustement du tarif constitue une subvention de facto, dont les effets ont rarement été examiné.

Comme dans de nombreux pays en développement, la tarification d’EDL est en marches d’escalier, chaque palier (ou bloc) de consommation étant facturé à un certain prix, dans un objectif d’équité sociale. Toutefois, seule la tranche au-delà de 500 kWH est facturée à un prix supérieur au prix de revient, alors qu’elle ne représente qu’une petite fraction de la consommation[3]. A cette tarification variable s’ajoute une partie fixe et des taxes. Les études de la Banque Mondiale (2009) ont mis en évidence qu’en réalité, cette tarification n’était pas progressive car le poids des charges fixes pèse très lourdement sur les ménages qui consomment peu.

Dans cette note, j’examine une autre distorsion, spatiale, liée à cette tarification. Le Liban se caractérise en effet par des inégalités géographiques dans les dotations en courant. Beyrouth, la capitale, reçoit une dotation en courant nettement plus longue que les autres régions. En moyenne, elle ne subit que 3 à 4 h de coupures, les autres régions recevant moins de 15h, parfois moins. Cette distorsion n’est pas seulement de nature géographique mais aussi sociale : en effet les résidents de Beyrouth sont en moyenne d’un niveau socio-économique plus élevé. Plus riches, plus équipés, mieux dotés en électricité, ils consomment davantage. Or, étant donné la structure des tarifs, plus ils consomment, plus ils coûtent à l’EDL. Le raisonnement est connu et parfois mentionné. En revanche, à ma connaissance il n’a jamais été estimé précisément. Je propose ici d’essayer de caractériser cette distorsion. Continuer la lecture

Jbeil. Toward an Inclusive City

I am pleased to release the Capstone report the team of students from the Urban School at Sciences Po (Marina Najjar, Corentin Ortais, Diane Pialucha, Lucien Zerbib) I supervised last semester (February-June 2017) elaborated for the Municipality of Jbeil, Lebanon. Capstones are « client-oriented group research projects, based on original field research which generates a deliverable product ».

Below is the executive summary of the report, which can be downloaded from here.

Executive summary

Jbeil is a unique city with a rich and profound historical legacy. Its cultural heritage, its old port, peaceful environment and growing economy, all make it an attractive city for people from all over Lebanon and the world. Yet, certain challenges
accompany its development as it transforms into an attractive economic pole in the
region. This report argues that inclusive measures which place the residents of Jbeil at the center of its vision can answer current challenges and ensure a resilient development for city. In the following report, we propose four main strategies in order to reach an inclusive vision.

Firstly, in order to stimulate the economy, this report recommends a diversification of the economic system by:

  • Promoting a sustainable tourism which broadens the offer of tourist attractions
    ▶Exemplary reference: Eco-tourism in Sidi Amor, Tunisia
  • Investing in different economic potential to foster a balanced economy
    Exemplary reference: Creativity platform in Thessaloniki, Greece. Improvement of the urban environment

Secondly, to improve mobility, especially between the East and the West of the city, and enhance green and accessible urban spaces, this report recommends:

  • Promoting alternative modes of transportation and improve mobility
    ▶Exemplary reference: Demand Responsive Transport in Hericourt, France
  • Drawing on open spaces to promote well-being and spaces where families can socialize
    ▶Exemplary reference: The Bothy Project World Garden in Glasgow, United Kingdom

Thirdly, to enhance social involvement in order to include residents in the city’s activities and urban decisions, strategies include:

  • Implicating residents in the decision making process of governance of Jbeil
    ▶Exemplary reference: Local democracy in Nîmes, France
  • Improve cohesion and peace by promoting events and projects that activate social engagement, from the youth to the elderly
    ▶Exemplary reference: Neighbors day in Cannes, France

Finally, the development of a coordinated governance is necessary to successfully implement policies and projects. This can be done by:

  • Adapting the organisation of the Municipality to a rapidly growing city through coordination
  • Envisioning a comprehensive city strategy
    ▶Exemplary reference: Open Street Mapping in Chefchaouen, Morroco

Lancement du programme de recherche Hybridelec

Beyrouth, Achrafieh : ensemble de générateurs formant une véritable petite centrale électrique au cœur d’un quartier résidentiel de la capitale (mai 2017)

J’ai le plaisir d’annoncer le lancement d’Hybridelec, que je dirige avec l’appui de Sylvy Jaglin. Il s’agit d’une nouvelle recherche? financée par l’ANR (Défi 2 consacré à l’énergie). Elle est consacrée à l’hybridation des systèmes électriques dans les villes des pays en développement et émergents. Celles-ci connaissent de lourds problèmes de fourniture en électricité que les réponses conventionnelles telles que l’extension du réseau ne parviennent pas à résoudre. C’est pourquoi on assiste au développement de solutions alternatives, individuelles ou collectives, tels que des réseaux décentralisés et hybrides. Appliquant le concept d’hybridation aux études socio-techniques, la recherche propose d’étudier ces nouvelles configurations, qui restent mal connues, et leurs impacts sur le futur du système électrique. D’une durée de 4 ans, la recherche étudiera empiriquement ces systèmes (par enquête auprès des acteurs du marché et analyse des pratiques de régulation) et examinera leur impact sur les conceptions usuelles de la transition énergétique.

L’équipe regroupe des chercheurs du CERI-Sciences Po, du LATTS-Université de Marne-la-Vallée et de PRODIG-Université Paris I/CNRS/IRD. Les terrains seront situés en Afrique subsahariene (Mali, Nigérias, Tchad, Burkina-Faso, Tanzanie, Afrique du Sud, et peut d’autres), en Asie du Sud (Inde et Pakistan) et au Moyen Orient (Liban). Nous avons prévu de recruter prochainement un postdoc pour travailler en Inde et un doctorant pour travailler au Liban.

Un carnet accompagnera le développement de cette recherche, que je vous invite à consulter dès maintenant.

Pour les lecteurs de ce blog, précisons que cette recherche prolonge les recherches entreprises au Liban depuis plusieurs années sur la gestion de la pénurie électrique grâce notamment aux générateurs (voir en particulier ces références: Verdeil 2009, Gabillet 2010, Verdeil 2016). Elle s’inscrit par ailleurs dans le prolongement d’une collective précédente, coordonnée par Sylvy Jaglin, TERMOS (Trajectoires énergétiques des métropoles du Sud) dont des résultats détaillés ont été publiés dans la revue Flux en 2013 (voir l’introduction du dossier et une version en anglais).

PhD Position on Eastern Mediterranean oil and gas discoveries, regional geopolitics and economic development issues (part of the SALGIANT project)

Update: this call has been extended until the 21th september 2018. Look at the new call on this link or here.

I am pleased to announce the launch of the SALGIANT network and more specifically the research task Eastern Mediterranean oil and gas discoveries, regional geopolitics and economic development issues, which involves the recruitment of a young research for a PhD related to this issue, under my supervision.

SALTGIANT is a rare cross-disciplinary network of natural and social scientists dedicated to understanding the formation of the Mediterranean Salt Giant, one of the largest salt deposits on Earth, and its implications for sub-seafloor microbial life, risk assessment in the oil industry, geo-economics of the Mediterranean region and the history of oceanography.

source: https://medsalt.eu/the-project/ (Credit: Lofi et al. Seismic atlas 2, in prep.)

source: https://medsalt.eu/the-project/ (Credit: Lofi et al. Seismic atlas 2, in prep.)

Continuer la lecture

Soutenance de thèse: Pierre Desvaux, L’arraisonnement des milieux urbains. Analyse des flux cataboliques au Caire (Égypte) et à Lyon (France)

Pierre Desvaux (publications via Hal), dont j’ai eu le plaisir d’encadrer la recherche doctorale avec Myriam Houssay-Holzschuch, soutiendra sa thèse le jeudi 14 décembre à Grenoble.

Résumé : Cette thèse propose une approche qualitative du métabolisme urbain à partir du cas des flux de déchets au Caire (Égypte) et à Lyon (France). Il s’agit de dépasser l’impossibilité présumée de la comparaison de cas d’études a priori très éloignés (selon un axe Nord/Sud) en proposant une grille de lecture centrée sur la multiplicité des infrastructures sociales et techniques permettant la circulation et la transformation de ces matières. Elle se penche plus particulièrement sur les flux dits cataboliques permettant de décrire l’ensemble des étapes de transformations et de circulation de la matière permettant la « mort sociale des objets » entendue comme une protection hygiénique et critique à l’égard de leur dangerosité. L’analyse du déploiement des flux cataboliques à travers les milieux urbains permet ainsi de mettre en avant les formes prises par le contrôle de ces flux. Cette formalisation est ici présentée comme un arraisonnement du milieu, pensé comme une mise en ordre des milieux par des pratiques hétérogènes de codage et de surcodage. Ces notions permettent d’identifier un modèle d’urbanisation occidental pensé comme une mise en ingénierie des milieux urbains (ingénierie mésologique). Cette grille de lecture se conçoit comme un « troisième terme » permettant de faire dialoguer des cas d’étude souvent considérés incommensurables en raison d’une approche tératologique des modèles de développement urbain du Sud. Cette approche est marquée par une volonté de justice épistémologique entrant dans le cadre de la refondation postcoloniale des études urbaines et par la volonté de participer au développement de ce que Souleymane Bachir Diagne nomme un « universalisme de traduction ». À partir de ce cadre théorique sont analysés le fonctionnement et les évolutions historiques et contemporaines des pratiques d’arraisonnement gouvernementales ou non des flux cataboliques au Caire et à Lyon dans le contexte du déploiement du métabolisme capitaliste contemporain.

Jury : 

Mme Sabine BARLES, Professeure des universités, Université Paris 1, Membre

M. Éric DENIS, Directeur de recherche, CNRS, Rapporteur

M. Romain GARCIER, Maître de conférences, ENS Lyon, Membre

Mme Myriam HOUSSAY-HOLZSCHUCH, Professeure des universités, Université Grenoble Alpes, Co-Directrice

Mme Jennifer ROBINSON, Professor, University College London, Rapportrice

M. Éric VERDEIL, Professeur des universités, SciencesPo Paris, Co-Directeur

Soutenance de Thèse: Marie Bonte, Beyrouth, états de fête. Géographie des loisirs nocturnes dans une ville post-conflit

Je participerai demain, vendredi 8 décembre à Grenoble, au jury de la thèse de Marie Bonte. (ses publications via Hal).

Résumé :

Cette thèse porte sur les espaces de la vie nocturne à Beyrouth, entendus comme l’espace physique des bars et des boîtes de nuit et comme un ensemble de pratiques et de sociabilités qui leur sont associées (notamment autour de l’alcool, de la danse, de la musique), regroupant diverses catégories d’acteurs chargés de sa production et de sa régulation. Tout en privilégiant une étude décentrée des concepts, je m’inscris dans le champ récent qui intègre la nuit à la réflexion géographique. Je privilégie l’analyse des usages ludiques de Beyrouth la nuit ainsi que leur portée sociale et politique dans le contexte libanais. J’articule donc les problématiques nocturnes au prisme du post-conflit, qui permet de définir une situation dans laquelle les héritages de différentes périodes de guerre sont encore visibles et opérants tout en se mêlant à d’autres processus plus récents. Le rapport entre vie nocturne et ville post-conflit est à double sens : la situation post-conflictuelle conditionne l’offre, les pratiques et les représentations attachées aux loisirs de nuit qui en retour constituent le lieu d’inscription des héritages, des incertitudes et des possibles de la jeunesse noctambule. Cette recherche s’appuie sur une enquête qualitative mêlant entretiens formels et observation directe. La vie nocturne de Beyrouth y est appréhendée à travers trois lectures de l’espace : l’espace physique et urbain investi par les établissements et les individus, l’espace social des relations entre acteurs, l’espace politique et critique des revendications et des transgressions. Ces trois niveaux de compréhension mobilisent tout en les spatialisant les notions de champ (pour désigner les acteurs chargés de la production de la vie nocturne), de monde (pour désigner les noctambules) et d’ethos (pour désigner l’ensemble des principes et des valeurs qui orientent les comportements.

Jury :

Mme Mona Harb, Professor, American University of Beirut (Rapporteur)

Mme Anna Madoeuf, Professeur, Université François-Rabelais de Tours (Rapporteur)

M. Éric Verdeil, Professeur, Sciences-Po Paris (Examinateur)

M. Franck Mermier, Directeur de Recherches, CNRS, IIAC/LAUM (Examinateur)

M. Jérôme Tadié, Chargé de Recherches, IRDN, URMIS (Examinateur)

Mme Karine Bennafla, Professeure, Université Jean Moulin Lyon 3, (Co-Directrice)

Mme Myriam Houssay-Holzschuch, Professeure, Université Grenoble Alpes (Co-Directrice)

Villes sud-méditerranéennes sous tension: que nous disent-elles de la transition énergétique?

J’étais l’invité, le vendredi 17 novembre 2017, de l’Institut méditerranéen d’études avancées (IMéRA) à Marseille dans le cadre du cycle mensuel « La transition énergétique v/ les transitions énergétiques : hier, demain, ici, ailleurs » inscrit dans le programme « Phénomènes globaux et régulation » de l’IMéRA et appuyé par le PR2I Energies.

Voici le résumé de mon intervention:

Villes sud-méditerranéennes sous tension: que nous disent-elles de la transition énergétique?
Cette présentation articule des questionnements et des résultats de mes enquêtes dans deux programmes de recherche (ANR Trajectoires énergétiques des métropoles du Sud; ANR Collener: Les collectifs de la transition énergétique) ainsi que des réflexions plus larges issus de mon habilitation à diriger des recherches.
La réflexion s’ancre dans un cadre théorique dérivé de l’écologie politique urbaine, telle que Swyngedouw en particulier la conceptualise, pour aborder les tensions et les reconfigurations des circuits énergétiques urbains. Ce faisant, l’enquête poursuit deux objectifs : saisir les mutations affectant les relations entre villes et énergies dans le double contexte du tournant néolibéral, et de la transition énergétique ; évaluer les apports pour les études urbaines et pour les sciences sociales d’une analyse de ces questions à partir de villes du Sud. Les exemples sont principalement pris au Liban, en Jordanie et en Tunisie, ainsi que, secondairement, dans les autres pays du sud et de l’est de la Méditerranée. Ces travaux partent du constat de tensions grandissantes, dans ces villes en forte croissance démographique et marquées par l’émergence de nouveaux modes de consommation, autour de la question énergétique qui se manifestent en particulier par des coupures et des difficultés d’accès inédites, ainsi que des hausses tarifaires. Alors que la transition énergétique est présentée, dans les pays du Nord et par les organisations internationales, comme un nouveau cadrage politique structurant, impliquant notamment un rôle accru des métropoles, mes enquêtes montrent une situation très complexe. Si les tensions existantes, qui se manifestent en particulier dans les villes, attestent d’une politisation accrue de la question énergétique, en revanche il est difficile de percevoir l’émergence de véritables politiques énergétiques urbaines. Les Etats restent les accords majeurs de l’action énergétique. De plus, l’impératif de la transition vers des énergies bas carbone et l’efficacité énergétique apparaît brouillé au regard d’autres priorités, qu’elles concernent la sécurisation énergétique, la régulation sociale de l’accès aux services par les tarifs, ainsi que des discours nationalistes, anti-colonialistes voire anticapitalistes qui relèguent les aspirations environnementales au second rang. Dans ce cadre, quel statut conceptuel attribuer à la transition énergétique? 

On peut revoir la vidéo de mon intervention (ainsi que les diapositives utilisées), qui dure environ une heure (à partir de 7 mn 30 environ), suivie de questions (une heure environ aussi).

Vidéo intégrale du séminaire « Villes sud-méditerranéennes sous tension: que nous disent-elles de la transition énergétique? » par Eric Verdeil (CERI-Sciences Po) enregistré le 17 novembre 2017, à l’IMéRA.

Crise des déchets et fabrique urbaine à Beyrouth

Je poursuis ma série (1, 2) sur les enjeux de la crise des déchets à Beyrouth, en archivant ici ce petit texte publié par la Lettre Cogito n°3 de Sciences Po, dans le cadre d’un dossier plus large : Les métropoles sont elles gouvernables?

La crise des déchets que connaît le Liban depuis l’été 2015 a été fortement médiatisée et a donné lieu à des analyses essentiellement intéressées par sa signification politique. Causée par la saturation de la principale décharge de l’agglomération de Beyrouth et l’incapacité des autorités gouvernementales à adopter une solution pérenne, cette crise a provoqué une forte mobilisation civique.
Au-delà de la question technique de la gestion et du traitement des ordures, les manifestants contestaient un système opaque où l’État, incapable d’assurer le fonctionnement minimal des services publics, ne sert qu’à enrichir une élite politique que seul unit le souci de « se partager le gâteau » et de se maintenir au pouvoir.

Construire sur les décharges de la guerre civile Continuer la lecture