Archives de catégorie : développement

L’informalité et la ville : nouvelles perspectives

Deux événements des prochains jours témoignent de la vigueur et du renouvellement des questions sur la question de l’informel et de la ville. Ils font écho à des débats et des discussions déjà abordés sur ce carnet, autour des travaux d’Ayona Datta, qui présente son travail dans un séminaire du projet Inverses à Paris le 26 avril, et de ceux de Mona Fawaz, qui coordonne la nouvelle édition des City Debates de l’Université Américaine de Beyrouth du 22 au 24 avril.

Territoire et Informalité en Ville, Paris, 26 avril

datta-sem-parisCe séminaire organisé par Jérôme Tadié et le groupe de recherche Inverses se tient le vendredi 26 avril de 10h30 à 12h30 en salle 870, bâtiment Olympe de Gouges, Université Paris-Diderot, rue Albert Einstein.

Ayona Datta y fera une intervention intitulée: « The Illegal City: Space, Law and Gender in Delhi’s Slums« 

Résumé : This lecture will explore the notion of violence of law (using critiques of Benjamin and Derrida and other postcolonial authors) in the context of Delhi’s urban development. It will focus on three everyday spaces – gendered social organisation in the neighbourhood, contestations over water and sanitation, and gender power relations within the home to explore how slum dwellers use law as both a threat and resource and therefore relate to both law and the state through discourses of modernity and development.

Elle s’appuiera sur la lecture de :

1. Appadurai, A. 2001. Deep Democracy: Urban Governmentality and the Horizon of Politics. Environment and Urbanization, 13(2), 23–43.

2. Benjamin, W. 1978. Critique of Violence. In Reflections: Essays, Aphorisms, Autobiographical Writings by W. Benjamin and P. Demetz, New York: Schocken Books, 277–300.

3. Datta, A 2012. ‘Introduction’, in The Illegal City: Space, Law and gender in a Delhi Squatter Settlement, Farnham: Ashgate. (Can be downloaded from http://www.ashgate.com/pdf/SamplePages/Illegal_City_Intro.pdf)

4. Holston, J. 2008. ‘Chapter 6: Legalizing the Illegal’ in Insurgent Citizenship: Disjunctions of Democracy and modernity in Brazil, Princeton: Princeton University Press, pp203-232.

Rethinking Informality: Design Tactics/Planning Strategies, City Debates 2013, American University of Beirut, 22-23-24 Avril

Titled Rethinking Informality: Design Tactics/Planning Strategies, City Debates 2013 will address the theme of informal spatial production as it materializes in different scalar levels and within multiple contexts of the Middle-East and beyond. By bringing together scholars, practicing planners and designers, as well as activists engaged in a reflection about the spatial production of informal settlements, their changing position in ever-growing cities, and their relation to both the agricultural and urban landscapes at the intersection of which they often stand, the event seeks to articulate a critical discourse about planning and design that goes beyond the traditional/professional understandings of these disciplines. Case studies will be taken from Lebanon, Syria, Jordan, Palestine, Egypt but also India, Columbia, Germany, France, the United States, and more to draw parallels across national contexts. In light of the centrality of forced population displacement movements in our region, special attention is given in refugee camps in the region.

Coordination : Mona Fawaz, AUB

Programme complet et détails : http://webfea.fea.aub.edu.lb/citydebates/

La STEG, le défi énergétique et le défi social dans la transition politique en Tunisie

Publicité pour le photovoltaïque en Tunisie (2011)

Le samedi 1er décembre 2012, mon collègue Ali Bennasr et moi participerons prochainement au Forum scientifique « Vers une transition énergétique durable en Méditerranée. L’apport des sciences humaines et sociales », organisé par Sylvie Daviet et Nadia Benalouache, en partenariat avec la Bibliothèque Nationale de Tunisie, l’Institut de Recherche sur le Maghreb Contemporain et l’Institut Français de Tunisie & l’Institut Français. L’événement aura lieu à la Bibliothèque nationale de Tunis (Boulevard 9-Avril 1938 1008 Tunis).

Le programme et son argumentaire de présentation sont accessibles ici et voici le résumé de notre communication:

La Tunisie a relativement précocement pris en compte l’enjeu d’une transition énergétique. L’efficacité énergétique et le développement de ressources renouvelables telles que le solaire thermique représentent des chantiers dans lesquels des résultats prometteurs ont déjà été obtenus. Pour autant, la viabilité d’une production d’énergie renouvelable à grande échelle reste suspendue à la construction d’un cadre institutionnel et réglementaire fort différent de l’actuel. C’est dans ce cadre qu’une lecture de la trajectoire de la STEG est proposée. La STEG a été un instrument remarquable d’un point de vue technique pour l’équipement énergétique du territoire mais également en termes symboliques et politiques. La révolution tunisienne modifie désormais l’image de la STEG, posant la question de l’articulation entre les attentes de justice sociale et les contraintes de la transition énergétique.

Métropoles XXL : repenser le développement urbain à partir des réseaux d’infrastructure ?

Vient de paraître sur Métropolitiques ma recension du livre :
Dominique Lorrain (dir.). 2011. Métropoles XXL en pays émergents, Paris : Presses de Sciences Po.

Métropoles XXL en pays émergents est un livre ambitieux et stimulant, qui entend déplacer les termes du débat sur le gouvernement des très grandes villes. Il conclut un projet de recherche porté par Dominique Lorrain et mené en partenariat avec les contributeurs de cet ouvrage, dont une première étape avait été un numéro de la Revue française d’administration en 2003 [1]. Le point de départ consiste à refuser la vision classique des très grandes villes du Sud, chaotiques, surpeuplées, confrontées au défi de l’hyperpauvreté. Il s’agit plutôt de s’intéresser à ces métropoles XXL – astucieuse et frappante dénomination – en tant que nouveaux centres d’accumulation capitaliste et en faisant l’hypothèse qu’elles peuvent emprunter des voies de développement (d’émergence) distinctes de celles suivies par les villes du Nord. Cela, en particulier, du fait qu’elles n’ont pas à gérer les mêmes héritages techniques et sociaux. Continuer la lecture

Séminaire The Illegal City : Space, Law and Gender in Dehli

Séance exceptionnelle du séminaire Villes territoires mondialisations (Masters Ville et société et STADE) : nous avons le plaisir d’accueillir Ayona Datta, Senior Lecturer, School of Geography, Faculty of Environment, University of Leeds, pour une séance consacrée à son ouvrage The Illegal City : Space, Law and Gender in a Delhi squatter settlement (Ashgate, 2012) dont voici le résumé:

The Illegal City explores the relationship between space, law and gendered subjectivity through a close look at an ‘illegal’ squatter settlement in Delhi. Since 2000, a series of judicial rulings in India have criminalised squatters as ‘illegal’ citizens, ‘encroachers’ and ‘pickpockets’ of urban land, and have led to a spate of slum demolitions across the country. This book argues that in this context, it has become vital to distinguish between illegality and informality since it is those ‘illegal’ slums which are at the receiving end of a ‘force of law’, where law is violently encountered within everyday spaces. This book uses a gendered intersectional lens to explore how a ‘violence of law’ shapes how ‘public’ subjectivities of gender, class, religion and caste are encountered and negotiated within the ‘private’ spaces of home, family and neighbourhood. This book suggests that resettlement is not a condition that squatters desire; rather something that is seen as the only way out of the ‘illegal’ city. The wait for resettlement is a temporal space of anxiety and uncertainty, where particular kinds of politics around law, space and gender takes shape, which transform squatters’ relations with the state, urban development, civil society, and with each other. Through their everyday struggles around water, sanitation, social and political organisation and the transformation of their homes and families, this book shows that the desire for the ‘legal city’ is also the irony and utopia of home, which will remain an incomplete gendered project – both for the state and for squatters.

Date : le mercredi 14 novembre (et non le 13) 2012, 9h30-12h30, Institut d’urbanisme de Lyon, salle de cours du 2ème étage (14 av. Berthelot 69007 Lyon) (finalement, non à l’ENS).

La séance est ouverte à toutes les personnes intéressées, dans la limite des places disponibles (merci de prendre contact avec Myriam Houssay-Holzschuch ou Eric Verdeil).

La présentation d’environ une heure, en anglais , puis la discussion, s’appuieront également sur les lectures suivantes:

1.      Datta, A 2012. ‘Introduction’, in The Illegal City: Space, Law and gender in a Delhi Squatter Settlement, Farnham: Ashgate. (Can be downloaded from http://www.ashgate.com/pdf/SamplePages/Illegal_City_Intro.pdf)

2.      Appadurai, A. 2001. Deep Democracy: Urban Governmentality and the Horizon of Politics. Environment and Urbanization, 13(2), 23–43.

3.      Benjamin, W. 1978. Critique of Violence. In Reflections: Essays, Aphorisms, Autobiographical Writings by W. Benjamin and P. Demetz, New York: Schocken Books, 277–300. (traduction française : Critique de la violence, Editions Payot et Rivages, 2012, pp.53-102).

Le développement au Moyen-Orient dans les années 1950 et 1960. Notes de lecture

Texte de travail, préparé durant le programme Tanmia dirigé par l’IFPO, rencontre de Beyrouth, en septembre 2008.

Cette note naît d’une insatisfaction pas clairement formulée lors du lancement du programme TANMIA en avril 2008 [1]. La notion de développement apparaît comme un thème majeur de réflexion et d’action dans les années 1950-1960, moment du tiers-mondisme. Une réflexion sur les métamorphoses du développement ou sur les nouvelles pratiques du développement ne peut faire l’économie d’un bref retour sur cette période. Cette note propose quelques jalons informatifs en ce sens. A ce stade il ne s’agit que d’éléments de nature informative sur un livre (Kingston 2002) portant sur l’Iran, l’Irak et la Jordanie ainsi que d’éléments tirés de ma thèse sur le Liban (Verdeil 2010). On pardonnera donc une forme inaboutie et très échevelée.

Les politiques britanniques de modernisation au Moyen Orient : une conception alternative du développement, des occasions manquées (Iran, Irak et Jordanie)

Le livre de Paul Kingston est très intéressant par son analyse des conditions concrètes de travail du monde des experts internationaux en développement et des jeux de contraintes géopolitiques, politiques et financiers dans lesquels ils s’insèrent. Il illustre bien les mécanismes de passage de la période de domination coloniale et impérialiste à une situation post-coloniale marquée par le retrait des colonisateurs, leur perte d’influence et de prestige en même temps que de moyens financiers, la concurrence introduite par l’arrivée de nouveaux acteurs comme les USA et les agences des Nations-Unies. Le livre introduit aussi de manière intéressante à l’analyse de la structuration des administrations locales et aux rôles d’intermédiaires des fonctionnaires locaux, comme Hamid al-Farhan en Jordanie. Continuer la lecture

Eté électrique

Mes longues vacances m’ont fait décrocher de l’actualité électrique de mes terrains favoris, Liban, Jordanie et Tunisie. Il faut dire que le sujet est moins « hot » si j’ose dire que les combats meurtriers à Tripoli, les réfugiés syriens qui arrivent toujours plus nombreux en Jordanie, ce qui entraîne de lourdes tensions, ou les menées salafistes contre le moindre cm² de peau nue en Tunisie ou le moindre manifestation culturelle un tant soi peu critique (sans même parler de la mise en coupe réglée des médias audiovisuels pratiquant la dérision à l’égard du régime nahdaoui).

Avec Gebran Basil, pas d’électricité et pas de lavage! (repris de la page LebanOFF sur Facebook)

Pourtant, l’atmosphère est électrique! Continuer la lecture

Réédition de l’Etat de Barbarie de Michel Seurat

En 1989 paraissait, au Seuil, L’Etat de barbarie, recueil de textes de Michel Seurat, sociologue français mort en détention dans les geôles du Jihad Islamique en 1985 à Beyrouth. Ce recueil épuisé fait l’objet d’une réédition augmentée dans la collection Proche Orient dirigée par Gilles Kepel aux Presses Universitaires de France, sous un titre légèrement différent (Syrie, l’Etat de barbarie). Gilles Kepel la présentait ce 3 mai au matin sur France Culture, alors que se tient à l’Institut du Monde arabe, une journée d’études intitulée : « Syrie : pertinence et actualité de Michel Seurat » (programme). Continuer la lecture

Peut-on expliquer les « paradoxes » géographiques libanais sans parler de politique ?

A propos de Chamussy H., Buccianti-Barakat L., 2012, Le Liban – Géographie d’un pays paradoxal, Paris, Belin, 204 p.

Les auteurs m’ont amicalement fait parvenir cet ouvrage, qui reprend certaines cartes de l’Atlas du Liban. Territoires et société publié par  l’IFPO en 2007. Je les en remercie sincèrement et les invite naturellement à répondre à mes remarques s’ils le souhaitent.

Cet ouvrage est écrit par deux professeurs de l’Université Saint-Joseph (USJ), établissement francophone fondé par les Jésuites au XIXe s. Liliane Barakat y a créé le département de géographie et dirige la section Aménagement touristique et culturel. Henri Chamussy, maître de conférences émérite de l’Université Joseph Fourier de Grenoble, enseigne régulièrement à l’USJ et y développe des recherches depuis une quinzaine d’années. La géographie universitaire est, au Liban, une discipline sur la défensive, peu prisée des étudiants. Héritière d’une vigoureuse tradition de coopération dans les années 1960-70, notamment avec l’Université de Lyon, elle ne subsiste qu’à Université Libanaise, surtout en vue de la formation des enseignants du second degré, et à l’USJ. Ses effectifs sont réduits, les enseignants peu nombreux. Au Liban (et à propos du Liban) moins encore qu’ailleurs, les géographes n’ont pas le monopole du discours sur l’espace et le territoire. Les urbanistes et plus largement les architectes, les agronomes mais aussi les anthropologues ou les politologues y contribuent largement. Par ailleurs, la langue française n’est plus la langue privilégiée de ce discours sur le territoire, qui s’exprime évidemment aussi en arabe et de plus en plus, pour la recherche, en anglais[1]. L. Barakat et H. Chamussy affirment que la géographie du Liban est mal connue. Pourtant, c’est sans doute un autre paradoxe, un si petit pays a fait l’objet, ces dernières années de quatre atlas (dont celui, en arabe, de Ali Faour en 2007 qui n’est pas signalé dans la bibliographie[2]) et d’un nombre assez élevé de thèses dans les diverses langues mentionnées. Continuer la lecture

L’approvisionnement énergétique de la Jordanie : enjeux technologiques, sociaux et politiques

La nouvelle centrale de Qatraneh, dans le centre de la Jordanie (via The Jordan Times)

Les questions énergétiques jordaniennes sont l’un des sujets de veille de ce carnet, essentiellement à partir d’un suivi de la presse (voir ici). Pays important 96% de ces ressources énergétiques, la Jordanie fait face à de cruciaux défis de transition énergétique. Quelques articles de presse permettent d’esquisser une analyse des enjeux, qui concernent trois points. Le programme nucléaire reste marqué par plusieurs incertitudes technologiques, économiques et politiques. La fourniture en gaz naturel depuis l’Egypte vient d’être interrompue pour la septième fois depuis février 2011, ce qui oblige les autorités jordaniennes à envisager des alternatives, tout en causant un grave problème financier pour le pays. Cela conduit à des réflexions pour ajuster les tarifs de l’énergie, fortement subventionnés. Ce qui ne manque pas de soulever divers problèmes sociaux. Continuer la lecture

La démographie pour expliquer les révolutions arabes?

Youssef Courbage / photo John Foley/Opale

HMO/ Histoire du Moyen Orient contemporain à l’INALCO, un nouveau carnet d’Hypothèses, écrit par Chantal Verdeil à destination principale des étudiants en histoire du Monde arabe de l’INALCO, propose parmi ses premiers billets le compte rendu d’une conférence lyonnaise de Youssef Courbage, démographe bien connu du monde arabe à l’INED. Cet éclairage apporte un complément intéressant aux débats sur les révolutions arabes dont j’ai parlé à plusieurs reprises sur ce carnet.

Pour lui, il n’y a pas de doute, la transition démographique (qui passe par le déclin de la fécondité) mène à la transition démocratique : le contrôle des naissances suppose et induit une plus grande égalité au sein de la famille (entre maris et femmes comme entre parents et enfants) et conduit à accorder davantage de place aux individus. Toutes ces transformations ne peuvent pas, selon Youssef Courbage, ne pas avoir de conséquences au plan politique. Quand une population prend en main sa destinée démographique (mariage, procréation), elle ne peut pas laisser à d’autres le soin  de décider de son avenir politique. Youssef Courbage va même jusqu’à défendre l’idée d’un modèle qui associerait famille élargie et autoritarisme d’une part, famille restreinte et démocratie de l’autre, tout en reconnaissant que la Chine constitue une notable exception.

Lire la suite sur HMO