Archives de catégorie : développement

Matières et énergies : un renouveau géographique ?

Ouvrages commentés

Mérenne-Schoumaker, Bernadette. 2013. Atlas mondial des matières premières: des ressources stratégiques. Paris, France: Autrement, 96 p.
Mérenne-Schoumaker, Bernadette. 2014. Energies et minerais. Des ressources sous tension. Paris, France: la Documentation française, 64 p.

Bernadette Mérenne-Schoumaker, géographe des activités économiques et de l’énergie, publie deux petits ouvrages largement illustrés sur les matières premières. Pour qui s’est ennuyé, naguère, sur les bancs de ses classes de géographie, à l’étude ingrate du catalogue des productions minières, industrielles et agricoles des grandes puissances, quelle surprise que de voir ces thèmes faire leur entrée dans ce type de collection, dont le développement témoigne d’un intérêt soutenu du public pour les synthèses sur les grands enjeux économiques et géopolitiques contemporains. Cela s’explique, bien sûr, par la montée des interrogations et des inquiétudes autour du développement durable, et des impasses dans la gestion des ressources et de l’environnement planétaire, ainsi qu’ à leurs conséquences, comme le réchauffement climatique. Plus récemment, les questions du pic pétrolier et de la raréfaction des métaux ont également fait leur apparition dans les débats publics, faisant surgir des craintes quant aux effets des pénuries annoncées.
Dans l’Atlas des matières premières, Mérenne-Schoumaker adopte une définition large de ces produits, qui ont en commun leur rareté (ces matières peuvent être renouvelables ou non), leur caractère indispensable à l’homme et leur inclusion dans des logiques de marché et d’échange. Aux minerais et aux ressources énergétiques, elle adjoint les productions agricoles, de l’exploitation forestière et de la pêche, ainsi que l’eau. L’ensemble de ces matières est soumis à des tensions, voire à un risque d’épuisement. Les deux premiers chapitres livrent un bilan des tendances concernant leur production et leur localisation. Ils sont suivis d’une analyse des conséquences de la hausse continue de la demande et du difficile et couteux ajustement de l’offre, qui impliquent une augmentation des échanges commerciaux. Le caractère fini de ces ressources est souligné, ainsi que les dégradations environnementales que cause leur exploitation. L’auteur montre toutefois la complexité à définir les réserves et les stocks, en fonction de paramètres naturels (géologiques, pédologiques, hydrologiques…) mais aussi technologiques, économiques et politiques. L’économie des matières premières est ensuite examinée, notamment sous l’angle de la volatilité des prix et d’un contexte haussier, aux conséquences sociales redoutables. Mérenne-Schoumaker met en avant la libéralisation commerciale et financière des échanges mais exprime un avis nuancé sur le rôle de la financiarisation dans les emballements de prix, préférant insister sur l’enjeu de la hausse de la demande des pays émergents, notamment la Chine. Le dernier chapitre explore les tensions géopolitiques qui résultent de cette course aux matières premières. Si elles sont rarement la cause unique des guerres contemporaines, elles favorisent leur poursuite (comme en Afrique centrale). L’auteur examine quelques solutions possibles pour atténuer son impact social et économique sur les sociétés et les inégalités croissantes qui les traversent, à l’échelle mondiale autant que continentale et nationale. Les pistes envisagées privilégient la réduction des consommations, notamment au nord, ainsi que le « mieux consommer ». Le recyclage se heurte à des difficultés techniques et économiques et n’atténuera que faiblement l’épuisement qui se dessine.
Le dossier de la Documentation photographique, limité aux énergies et aux minerais, reprend ces grandes idées, dans un ordre différent et avec d’intéressantes photographies, extraits d’articles de presse et renvois vers des films et sites internet utiles.
Les deux ouvrages n’échappent pas à une présentation parfois fastidieuse en forme de catalogue – mais on admettra que la lecture suivie n’est peut-être pas le principal mode de consultation par les lecteurs. La cartographie et l’infographie sont évidemment riches et utiles, même si certaines cartes sont peu probantes et d’une sémiologie discutable (par ex. dans l’Atlas, l’agriculture en France et la pollution de l’eau, p.51, ou les investissements chinois dans l’énergie, les minerais ou l’agriculture en Afrique p.73).
Les limites de ces publications – liées sans nul doute à leur format – résident dans le fait qu’elles se contentent d’un traitement à l’échelle mondiale, et sont centrées principalement sur la production et les échanges (sous l’angle économique). L’atlas des matières premières montre peu d’intérêt pour les processus géographiques concrets et les paysages de cette géographie des matières premières. La Documentation Photographique est à cet égard un utile complément grâce à ces illustrations et à des études de cas localisées. On peut regretter toutefois que les deux ouvrages tirent peu parti de récents travaux de recherche qui se sont intéressés à ces questions et ont beaucoup apportés à leur étude, à travers ce qui peut être lu comme un tournant matériel, même s’il n’est pas toujours revendiqué (par exemple, Magrin 2008; Magrin et Perrier-Bruslé 2011) ou ce qui se revendique en tant qu’écologie politique dans le monde académique anglophone (par exemple Bridge 2010). Ces travaux non seulement s’intéressent aux « matières » en général, mais plus largement, s’attachant aux contraintes et ressources liées à cette matérialité même, ils étudient la manière dont cette dernière est construite et spatialement produite par des processus techniques, mais aussi juridiques, institutionnels et culturels, et à ce titre politisée – non seulement par les grands acteurs internationaux mais aussi et avant tout au cœur des sociétés et dans la vie quotidienne. La relative absence des manifestations localisées proprement politiques de ces tensions – au-dela du débat finalement classique sur les nouvelles guerres de l’eau, du pétrole ou des diamants – est ce qui manque le plus à ces ouvrages.

Références citées

Bridge, Gavin. 2010. « The Hole World: Scales and Spaces of Extraction ». In New Geographies 2: Landscapes of Energy, édité par Rania Ghosn, 43‑48. Harvard Graduate School of Design (voir ce précédent billet).
Magrin, Géraud. 2008. « L’Afrique sub-saharienne face aux famines énergétiques ». EchoGéo, no 3 (février).
Magrin, Géraud, et Laetitia Perrier-Bruslé. 2011. « Nouvelles géographies des activités extractives ». EchoGéo, no 17 (octobre).

Autres billets sur des atlas et des questions de cartographie

Les enjeux énergétiques au coeur de la (post-)révolution en Tunisie

éoliennes de la STEG dans le village d'El Alia près de Bizerte

éoliennes de la STEG dans le village d’El Alia près de Bizerte

Le débat sur la stratégie énergétique tunisienne, que j’évoquais ici, est toujours ouvert. Le projet de loi visant à promouvoir les énergies renouvelables est actuellement en discussion. Il fait l’objet d’une vive opposition du syndicat des travailleurs du secteur électrique, qui représente essentiellement les employés de la Société Tunisienne d’Electricité et de Gaz, la société publique gérant l’essentiel du secteur (production, transport, distribution). Leur crainte principale est la privatisation de leur entreprise, qui n’est pas à l’ordre du jour malgré quelques alertes récentes (voir ce billet). Mais ils voient la libéralisation du secteur et l’encouragement aux renouvelables comme une menace pour l’intégrité de leur entreprise et le premier pas d’un démantèlement plus large du secteur.

Pour autant, la diversification énergétique est un enjeu central pour le pays, dont les ressources en hydrocarbure diminuent, ce qui ne manque pas de fournir des arguments, là bas aussi, aux promoteurs du gaz de schiste. Toute une controverse a éclaté sur le sujet. Face à cela, et pour éviter que ne se reproduisent des scandales de concessions d’hydrocarbure octroyées dans des conditions opaques (notamment révélées par le remarquable travail de Med Dhia Hammami sur Nawaat), l’Assemblée nationale constituante a du reste défini le principe de la souveraineté du peuple sur les ressources naturelles nationales. Continuer la lecture

Du vent et des protestations dans les collines de Bizerte

La Tunisie dans le débat sur la transition énergétique

La Tunisie est polarisée par les luttes politiques et idéologiques entre sa majorité parlementaire islamiste et son opposition composite. Cette situation masque une série d’enjeux socio-économiques très lourds, dont celui d’une nécessaire transition énergétique aux contours encore très flous. Le 27 juin dernier a eu lieu une conférence gouvernementale consacrée au lancement d’un débat national sur l’énergie, piloté par le ministère de l’Industrie et le secrétariat d’Etat à l’Energie et laissant à vrai dire peu de place à la discussion (voir le commentaire de Med Dhia Hammami sur Nawaat). L’urgence de la réflexion vient du poids croissant des subventions à l’énergie sous ses différentes formes, que l’Etat très endetté et sans guère d’autres de solutions que de se tourner vers le FMI, se doit de contenir et même de diminuer. Continuer la lecture

L’informalité et la ville : nouvelles perspectives

Deux événements des prochains jours témoignent de la vigueur et du renouvellement des questions sur la question de l’informel et de la ville. Ils font écho à des débats et des discussions déjà abordés sur ce carnet, autour des travaux d’Ayona Datta, qui présente son travail dans un séminaire du projet Inverses à Paris le 26 avril, et de ceux de Mona Fawaz, qui coordonne la nouvelle édition des City Debates de l’Université Américaine de Beyrouth du 22 au 24 avril.

Territoire et Informalité en Ville, Paris, 26 avril

datta-sem-parisCe séminaire organisé par Jérôme Tadié et le groupe de recherche Inverses se tient le vendredi 26 avril de 10h30 à 12h30 en salle 870, bâtiment Olympe de Gouges, Université Paris-Diderot, rue Albert Einstein.

Ayona Datta y fera une intervention intitulée: « The Illegal City: Space, Law and Gender in Delhi’s Slums »

Résumé : This lecture will explore the notion of violence of law (using critiques of Benjamin and Derrida and other postcolonial authors) in the context of Delhi’s urban development. It will focus on three everyday spaces – gendered social organisation in the neighbourhood, contestations over water and sanitation, and gender power relations within the home to explore how slum dwellers use law as both a threat and resource and therefore relate to both law and the state through discourses of modernity and development.

Elle s’appuiera sur la lecture de :

1. Appadurai, A. 2001. Deep Democracy: Urban Governmentality and the Horizon of Politics. Environment and Urbanization, 13(2), 23–43.

2. Benjamin, W. 1978. Critique of Violence. In Reflections: Essays, Aphorisms, Autobiographical Writings by W. Benjamin and P. Demetz, New York: Schocken Books, 277–300.

3. Datta, A 2012. ‘Introduction’, in The Illegal City: Space, Law and gender in a Delhi Squatter Settlement, Farnham: Ashgate. (Can be downloaded from http://www.ashgate.com/pdf/SamplePages/Illegal_City_Intro.pdf)

4. Holston, J. 2008. ‘Chapter 6: Legalizing the Illegal’ in Insurgent Citizenship: Disjunctions of Democracy and modernity in Brazil, Princeton: Princeton University Press, pp203-232.

Rethinking Informality: Design Tactics/Planning Strategies, City Debates 2013, American University of Beirut, 22-23-24 Avril

Titled Rethinking Informality: Design Tactics/Planning Strategies, City Debates 2013 will address the theme of informal spatial production as it materializes in different scalar levels and within multiple contexts of the Middle-East and beyond. By bringing together scholars, practicing planners and designers, as well as activists engaged in a reflection about the spatial production of informal settlements, their changing position in ever-growing cities, and their relation to both the agricultural and urban landscapes at the intersection of which they often stand, the event seeks to articulate a critical discourse about planning and design that goes beyond the traditional/professional understandings of these disciplines. Case studies will be taken from Lebanon, Syria, Jordan, Palestine, Egypt but also India, Columbia, Germany, France, the United States, and more to draw parallels across national contexts. In light of the centrality of forced population displacement movements in our region, special attention is given in refugee camps in the region.

Coordination : Mona Fawaz, AUB

Programme complet et détails : http://webfea.fea.aub.edu.lb/citydebates/

La STEG, le défi énergétique et le défi social dans la transition politique en Tunisie

Publicité pour le photovoltaïque en Tunisie (2011)

Le samedi 1er décembre 2012, mon collègue Ali Bennasr et moi participerons prochainement au Forum scientifique « Vers une transition énergétique durable en Méditerranée. L’apport des sciences humaines et sociales », organisé par Sylvie Daviet et Nadia Benalouache, en partenariat avec la Bibliothèque Nationale de Tunisie, l’Institut de Recherche sur le Maghreb Contemporain et l’Institut Français de Tunisie & l’Institut Français. L’événement aura lieu à la Bibliothèque nationale de Tunis (Boulevard 9-Avril 1938 1008 Tunis).

Le programme et son argumentaire de présentation sont accessibles ici et voici le résumé de notre communication:

La Tunisie a relativement précocement pris en compte l’enjeu d’une transition énergétique. L’efficacité énergétique et le développement de ressources renouvelables telles que le solaire thermique représentent des chantiers dans lesquels des résultats prometteurs ont déjà été obtenus. Pour autant, la viabilité d’une production d’énergie renouvelable à grande échelle reste suspendue à la construction d’un cadre institutionnel et réglementaire fort différent de l’actuel. C’est dans ce cadre qu’une lecture de la trajectoire de la STEG est proposée. La STEG a été un instrument remarquable d’un point de vue technique pour l’équipement énergétique du territoire mais également en termes symboliques et politiques. La révolution tunisienne modifie désormais l’image de la STEG, posant la question de l’articulation entre les attentes de justice sociale et les contraintes de la transition énergétique.

Métropoles XXL : repenser le développement urbain à partir des réseaux d’infrastructure ?

Vient de paraître sur Métropolitiques ma recension du livre :
Dominique Lorrain (dir.). 2011. Métropoles XXL en pays émergents, Paris : Presses de Sciences Po.

Métropoles XXL en pays émergents est un livre ambitieux et stimulant, qui entend déplacer les termes du débat sur le gouvernement des très grandes villes. Il conclut un projet de recherche porté par Dominique Lorrain et mené en partenariat avec les contributeurs de cet ouvrage, dont une première étape avait été un numéro de la Revue française d’administration en 2003 [1]. Le point de départ consiste à refuser la vision classique des très grandes villes du Sud, chaotiques, surpeuplées, confrontées au défi de l’hyperpauvreté. Il s’agit plutôt de s’intéresser à ces métropoles XXL – astucieuse et frappante dénomination – en tant que nouveaux centres d’accumulation capitaliste et en faisant l’hypothèse qu’elles peuvent emprunter des voies de développement (d’émergence) distinctes de celles suivies par les villes du Nord. Cela, en particulier, du fait qu’elles n’ont pas à gérer les mêmes héritages techniques et sociaux. Continuer la lecture

Séminaire The Illegal City : Space, Law and Gender in Dehli

Séance exceptionnelle du séminaire Villes territoires mondialisations (Masters Ville et société et STADE) : nous avons le plaisir d’accueillir Ayona Datta, Senior Lecturer, School of Geography, Faculty of Environment, University of Leeds, pour une séance consacrée à son ouvrage The Illegal City : Space, Law and Gender in a Delhi squatter settlement (Ashgate, 2012) dont voici le résumé:

The Illegal City explores the relationship between space, law and gendered subjectivity through a close look at an ‘illegal’ squatter settlement in Delhi. Since 2000, a series of judicial rulings in India have criminalised squatters as ‘illegal’ citizens, ‘encroachers’ and ‘pickpockets’ of urban land, and have led to a spate of slum demolitions across the country. This book argues that in this context, it has become vital to distinguish between illegality and informality since it is those ‘illegal’ slums which are at the receiving end of a ‘force of law’, where law is violently encountered within everyday spaces. This book uses a gendered intersectional lens to explore how a ‘violence of law’ shapes how ‘public’ subjectivities of gender, class, religion and caste are encountered and negotiated within the ‘private’ spaces of home, family and neighbourhood. This book suggests that resettlement is not a condition that squatters desire; rather something that is seen as the only way out of the ‘illegal’ city. The wait for resettlement is a temporal space of anxiety and uncertainty, where particular kinds of politics around law, space and gender takes shape, which transform squatters’ relations with the state, urban development, civil society, and with each other. Through their everyday struggles around water, sanitation, social and political organisation and the transformation of their homes and families, this book shows that the desire for the ‘legal city’ is also the irony and utopia of home, which will remain an incomplete gendered project – both for the state and for squatters.

Date : le mercredi 14 novembre (et non le 13) 2012, 9h30-12h30, Institut d’urbanisme de Lyon, salle de cours du 2ème étage (14 av. Berthelot 69007 Lyon) (finalement, non à l’ENS).

La séance est ouverte à toutes les personnes intéressées, dans la limite des places disponibles (merci de prendre contact avec Myriam Houssay-Holzschuch ou Eric Verdeil).

La présentation d’environ une heure, en anglais , puis la discussion, s’appuieront également sur les lectures suivantes:

1.      Datta, A 2012. ‘Introduction’, in The Illegal City: Space, Law and gender in a Delhi Squatter Settlement, Farnham: Ashgate. (Can be downloaded from http://www.ashgate.com/pdf/SamplePages/Illegal_City_Intro.pdf)

2.      Appadurai, A. 2001. Deep Democracy: Urban Governmentality and the Horizon of Politics. Environment and Urbanization, 13(2), 23–43.

3.      Benjamin, W. 1978. Critique of Violence. In Reflections: Essays, Aphorisms, Autobiographical Writings by W. Benjamin and P. Demetz, New York: Schocken Books, 277–300. (traduction française : Critique de la violence, Editions Payot et Rivages, 2012, pp.53-102).

Le développement au Moyen-Orient dans les années 1950 et 1960. Notes de lecture

Texte de travail, préparé durant le programme Tanmia dirigé par l’IFPO, rencontre de Beyrouth, en septembre 2008.

Cette note naît d’une insatisfaction pas clairement formulée lors du lancement du programme TANMIA en avril 2008 [1]. La notion de développement apparaît comme un thème majeur de réflexion et d’action dans les années 1950-1960, moment du tiers-mondisme. Une réflexion sur les métamorphoses du développement ou sur les nouvelles pratiques du développement ne peut faire l’économie d’un bref retour sur cette période. Cette note propose quelques jalons informatifs en ce sens. A ce stade il ne s’agit que d’éléments de nature informative sur un livre (Kingston 2002) portant sur l’Iran, l’Irak et la Jordanie ainsi que d’éléments tirés de ma thèse sur le Liban (Verdeil 2010). On pardonnera donc une forme inaboutie et très échevelée.

Les politiques britanniques de modernisation au Moyen Orient : une conception alternative du développement, des occasions manquées (Iran, Irak et Jordanie)

Le livre de Paul Kingston est très intéressant par son analyse des conditions concrètes de travail du monde des experts internationaux en développement et des jeux de contraintes géopolitiques, politiques et financiers dans lesquels ils s’insèrent. Il illustre bien les mécanismes de passage de la période de domination coloniale et impérialiste à une situation post-coloniale marquée par le retrait des colonisateurs, leur perte d’influence et de prestige en même temps que de moyens financiers, la concurrence introduite par l’arrivée de nouveaux acteurs comme les USA et les agences des Nations-Unies. Le livre introduit aussi de manière intéressante à l’analyse de la structuration des administrations locales et aux rôles d’intermédiaires des fonctionnaires locaux, comme Hamid al-Farhan en Jordanie. Continuer la lecture

Eté électrique

Mes longues vacances m’ont fait décrocher de l’actualité électrique de mes terrains favoris, Liban, Jordanie et Tunisie. Il faut dire que le sujet est moins « hot » si j’ose dire que les combats meurtriers à Tripoli, les réfugiés syriens qui arrivent toujours plus nombreux en Jordanie, ce qui entraîne de lourdes tensions, ou les menées salafistes contre le moindre cm² de peau nue en Tunisie ou le moindre manifestation culturelle un tant soi peu critique (sans même parler de la mise en coupe réglée des médias audiovisuels pratiquant la dérision à l’égard du régime nahdaoui).

Avec Gebran Basil, pas d’électricité et pas de lavage! (repris de la page LebanOFF sur Facebook)

Pourtant, l’atmosphère est électrique! Continuer la lecture

Réédition de l’Etat de Barbarie de Michel Seurat

En 1989 paraissait, au Seuil, L’Etat de barbarie, recueil de textes de Michel Seurat, sociologue français mort en détention dans les geôles du Jihad Islamique en 1985 à Beyrouth. Ce recueil épuisé fait l’objet d’une réédition augmentée dans la collection Proche Orient dirigée par Gilles Kepel aux Presses Universitaires de France, sous un titre légèrement différent (Syrie, l’Etat de barbarie). Gilles Kepel la présentait ce 3 mai au matin sur France Culture, alors que se tient à l’Institut du Monde arabe, une journée d’études intitulée : « Syrie : pertinence et actualité de Michel Seurat » (programme). Continuer la lecture