Archives de catégorie : développement urbain durable

Soutenance de thèse: Pierre Desvaux, L’arraisonnement des milieux urbains. Analyse des flux cataboliques au Caire (Égypte) et à Lyon (France)

Pierre Desvaux (publications via Hal), dont j’ai eu le plaisir d’encadrer la recherche doctorale avec Myriam Houssay-Holzschuch, soutiendra sa thèse le jeudi 14 décembre à Grenoble.

Résumé : Cette thèse propose une approche qualitative du métabolisme urbain à partir du cas des flux de déchets au Caire (Égypte) et à Lyon (France). Il s’agit de dépasser l’impossibilité présumée de la comparaison de cas d’études a priori très éloignés (selon un axe Nord/Sud) en proposant une grille de lecture centrée sur la multiplicité des infrastructures sociales et techniques permettant la circulation et la transformation de ces matières. Elle se penche plus particulièrement sur les flux dits cataboliques permettant de décrire l’ensemble des étapes de transformations et de circulation de la matière permettant la « mort sociale des objets » entendue comme une protection hygiénique et critique à l’égard de leur dangerosité. L’analyse du déploiement des flux cataboliques à travers les milieux urbains permet ainsi de mettre en avant les formes prises par le contrôle de ces flux. Cette formalisation est ici présentée comme un arraisonnement du milieu, pensé comme une mise en ordre des milieux par des pratiques hétérogènes de codage et de surcodage. Ces notions permettent d’identifier un modèle d’urbanisation occidental pensé comme une mise en ingénierie des milieux urbains (ingénierie mésologique). Cette grille de lecture se conçoit comme un « troisième terme » permettant de faire dialoguer des cas d’étude souvent considérés incommensurables en raison d’une approche tératologique des modèles de développement urbain du Sud. Cette approche est marquée par une volonté de justice épistémologique entrant dans le cadre de la refondation postcoloniale des études urbaines et par la volonté de participer au développement de ce que Souleymane Bachir Diagne nomme un « universalisme de traduction ». À partir de ce cadre théorique sont analysés le fonctionnement et les évolutions historiques et contemporaines des pratiques d’arraisonnement gouvernementales ou non des flux cataboliques au Caire et à Lyon dans le contexte du déploiement du métabolisme capitaliste contemporain.

Jury : 

Mme Sabine BARLES, Professeure des universités, Université Paris 1, Membre

M. Éric DENIS, Directeur de recherche, CNRS, Rapporteur

M. Romain GARCIER, Maître de conférences, ENS Lyon, Membre

Mme Myriam HOUSSAY-HOLZSCHUCH, Professeure des universités, Université Grenoble Alpes, Co-Directrice

Mme Jennifer ROBINSON, Professor, University College London, Rapportrice

M. Éric VERDEIL, Professeur des universités, SciencesPo Paris, Co-Directeur

Compte rendu de Beyond the Networked City: Infrastructure Reconfigurations and Urban Change in the North and South, livré dirigé par Olivier Coutard et Jonathan Rutherford

Ma recension du livre Beyond the Networked City: Infrastructure Reconfigurations and Urban Change in the North and South dirigé par Olivier Coutard et Jonathan Rutherford vient d’être publiée. Référence complète:

Verdeil, Eric. 2017. ‘Oliver Coutard and Jonathan Rutherford (Eds.) 2016: Beyond the Networked City: Infrastructure Reconfigurations and Urban Change in the North and South. London: Routledge’. International Journal of Urban and Regional Research 41 (6):1031–32. https://doi.org/10.1111/1468-2427.12573.

This collection comprises eleven chapters exploring the post-network city hypothesis. Editors Olivier Coutard and Jonathan Rutherford––both from LATTS, a research unit at Paris-Est University––began developing this idea a decade or so ago. The book represents a collective, sometimes contradictory, effort to explore and discuss the scope of a set of interrelated transformations affecting infrastructure and cities. All the chapters seek to challenge the domination of the network as a material infrastructure, an ideology and the object of political economy. According to the editors, the currently observed changes helping to define the post-networked city comprise ‘a shift from … homogeneity’ to ‘diversity (and targeted selectivity) of infrastructural spaces; reconfigurations and rescalings in the “spaces of solidarity” … (large scale solidarities are recombining with forms of local “autonomy”); socio-spatial solidarity increasingly based on the division of resources …; a shift from collective to more individualised or diversified practices, norms and expectations’ (which leads to ‘customized infrastructure’); ‘the rise of new forms of individual and collective appropriation of infrastructure’; and ‘international and interurban circulation of models supporting these shifts’ (p. 7).

This research endeavor largely unfolds from debates initiated by the book Splintering Urbanism. Many authors who took part in those discussions, including Stephen Graham and Simon Marvin, feature in this book. The book comes back in a way to the interpretation of the causal link between the neoliberalization of infrastructure and urban fragmentation. The literature on global South cities highlights the fact that the modern infrastructural ideal was barely implemented in such cities and points instead to the prevailing infrastructural diversity. Research on urban environmental change and urban political ecology has also emphasized that the production of infrastructure is a strongly politically contested process which may result in unexpected changes in the way infrastructures are conceived and implemented, and in their urban impact. Specifically, environmental concerns for the preservation of resources and a more circular economy have garnered support in many cities. This, in turn, is believed to favor the advent of a post-network city.

A strength of the book is the wide diversity of case studies it uses to discuss this hypothesis. Regarding infrastructure, we find case studies on water supply, sanitation, waste collection and treatment, electricity and heat supply, as well as roads and (more surprisingly) volumetric urbanism (i.e. domes or––to use a phrase of Simon Marvin’s––‘domic ecologies’). Geographically, the case studies located in the global South (Vietnam, India, Brazil and Columbia, plus a broader review of sub-Saharan African cases) balance out those located in Europe (Paris, Berlin, Manchester, Birmingham and Aberdeen) and the US.

The main development emergent from the chapters is a shift from the post-network city hypothesis to what is encapsulated by the book’s title: ‘beyond the networked city’. ‘Shifting forms of infrastructure never consist of big, paradigm-busting transitions from one large technical network to another’ (p. 6), observe the editors. Instead, the authors depict incremental changes, small-scale adjustments and repairs, experiments and sometimes failures. The hypothesis helps us to properly address the diversity and coexistence of infrastructural systems that the chapters identify, illustrating the waning of exclusive belief in the network as the sole way to legitimately access urban services. In this respect, the experience of infrastructural diversity in the global South is very illuminating, at a time when many local authorities are beginning to recognize the contribution of non-networked solutions to resource delivery imagined by urban dwellers themselves. But what Sylvy Jaglin describes as ‘a pragmatic turn’ (that she identifies in African cities) doesn’t mean that the network disappears from the aspirations of urban dwellers and city officials.

This trend towards diversity of infrastructural systems is also evident in cities of the global North, albeit less strikingly so than in the global South. There is, for instance, the recent promotion of heating districts in the UK, or the rediscovery of the value of the non-potable water network in Paris. In the UK, as well as in Berlin, the promotion of shorter circuits connects two arguments: one that envisions energy decentralization as a democratic development empowering local actors; and one that sees these new circuits as more environmentally sound. This argument is to be found in the European case studies alone. These examples also demonstrate how misleading the notion of post-network can be, since all these infrastructural systems still rely on networks: some at a meso-scale (heating districts), others still at city scale (Paris, Berlin). Barles et al. even propose the notion of ‘the hyper-networked city’ to acknowledge this fact. Other chapters also point to the fact that these networks in fact exceed the scale of the city, rendering the study of ‘infrastructural hinterlands’ essential.

On a final note, the editors stress that ‘the socio-political significations of ongoing urban infrastructural transitions [are] fundamentally ambivalent’ (p. 21). In some cases, they seem to reinforce neoliberal trends and social polarization, while in others they are seen as serving progressive agendas. Taking the case of Mumbai, Graham et al. analyze hydropolitics as the expression of a ‘revanchist urbanism’ by urban elites targeting illegal, as well as legal but provisory, connections in slum areas. De-networking the poor is the counterpoint of strategies of infrastructural secession among the middle and upper classes, thanks to rainwater harvesting and grey-water recycling. Jaglin interprets the African ‘infrastructural pragmatic turn’ in less dramatic terms. For her, legalizing ‘hybrid delivery configurations [is] a way for African state authorities to negotiate the urban transition: a partial regularisation of the informal sector facilitates the provision of essential services, in exchange for a civil order that also benefits the urban elites and dominant classes’ (pp.193–4), because they are among the customers of the new hybrid infrastructures. Several chapters also highlight (in contrast to the trend towards privatization) the increased role for public authorities in dealing with and planning for more diverse infrastructural systems.

Soundly grounded in theory, this book builds on rigorous and diverse case studies. It innovatively highlights the mutually constituting relations between changing infrastructure and urban environments. Its prudent conclusions open up avenues for future research focusing on the global inflexions of urban paradigms while also willing to grant due consideration to situated and contextualized trends.

Crise des déchets et fabrique urbaine à Beyrouth

Je poursuis ma série (1, 2) sur les enjeux de la crise des déchets à Beyrouth, en archivant ici ce petit texte publié par la Lettre Cogito n°3 de Sciences Po, dans le cadre d’un dossier plus large : Les métropoles sont elles gouvernables?

La crise des déchets que connaît le Liban depuis l’été 2015 a été fortement médiatisée et a donné lieu à des analyses essentiellement intéressées par sa signification politique. Causée par la saturation de la principale décharge de l’agglomération de Beyrouth et l’incapacité des autorités gouvernementales à adopter une solution pérenne, cette crise a provoqué une forte mobilisation civique.
Au-delà de la question technique de la gestion et du traitement des ordures, les manifestants contestaient un système opaque où l’État, incapable d’assurer le fonctionnement minimal des services publics, ne sert qu’à enrichir une élite politique que seul unit le souci de « se partager le gâteau » et de se maintenir au pouvoir.

Construire sur les décharges de la guerre civile Continuer la lecture

La crise des déchets comme métaphore de la catastrophe moyen-orientale

A propos du film Submarine, de Mounia Akl (2016, 21 mn)

La violence récurrente qui touche les pays du Moyen Orient provoque des épisodes renouvelés et dramatiques d’exil des populations fuyant la destruction et la mort. C’est un thème dont le cinéma s’est régulièrement saisi, explorant avec fascination ce qui reste après le déferlement de la guerre, scrutant la société émiettée, anémiée et peinant à survivre dans des lieux désertés. Plusieurs films illustrent cette thématique au lendemain de la guerre de 2006 au Liban, comme dans Je veux voir de Joana Hadjitomas et Khalil Joreige vers le Sud Liban, ou encore le court métrage ((Posthume)) de Ghassan Salhab (voir le compte rendu). Dans le contexte de la crise syrienne, cette tension entre l’espoir de la fuite et la vie oppressante dans ce qui reste de la ville en guerre, négatrice de tous les espoirs et finalement tombeau, est au cœur du film Les Chababs de Yarmouk (notamment de sa deuxième partie). Evidemment, cet argument se retrouve aussi fréquemment dans la littérature, par exemple dans les deux récents romans fantastiques sur Bagdad que sont respectivement Frankenstein à Bagdad de Ahmad Saadawi et Seul le grenadier de Sinân Antoon. L’effondrement du monde et, littéralement, de la ville autour des protagonistes principaux a pour pendant l’aspiration, souvent contrariée, parfois refusée, à l’exode vers l’étranger. Continuer la lecture

Parution : Circulation des matières, économies de la circularité

J’ai le plaisir de signaler la parution du dernier numéro de Flux, consacré à Circulation des matières, économies de la circularité, que j’ai coordonné avec Romain Garcier et Laurence Rocher, dans la lignée de nos travaux au sein d’ACREOR qu’ils poursuivent avec bonheur au sein de l’Atelier Matières, énergie, déchets: flux et territoires de l’UMR 5600.
Voici le résumé du texte introductif et, ci-dessous, la table des matières.

Ce texte d’introduction au dossier de Flux 2017/2 (N° 108) questionne l’émergence de la thématique de la circularité des matières dans les politiques publiques urbaines contemporaines. Les articles ont en commun de porter une attention minutieuse à la matérialité des flux qui traversent et constituent la ville et aux objets sociaux qui la composent. Ils analysent les modalités et les conséquences de leur mise en circulation, ainsi que les régulations et les conflits qui l’accompagnent. Que l’ensemble des articles traite de pratiques et de politiques ancrées dans l’espace de la région de Lyon résulte moins d’une volonté monographique que d’une rencontre en partie fortuite. Mais cela souligne en tout cas l’importance d’une approche toujours attentive aux faits géographiques et aux effets de lieu dans la diversité de leurs échelles. Trois thématiques transversales sont présentes : d’abord, en identifiant de nouvelles ressources, les articles permettent de réfléchir à l’invention et à la construction de nouveaux circuits pour les matières. Ensuite, la régulation de ces circuits implique l’identification de nouveaux acteurs et la mise en place de nouvelles formes de relations avec les producteurs et gestionnaires des matières, formant donc l’espace d’une gouvernance renouvelée. Enfin, si ces circuits se structurent dans un espace qui est celui de la proximité géographique, ils s’inscrivent néanmoins dans une logique relationnelle qui ne cesse de questionner les normes et les échelles. Ce numéro permet ainsi de nuancer et de re-matérialiser les injonctions à faire advenir l’économie circulaire dans les villes.

Table des matières

Olivier Zeller, Structurations de l’espace fécal à Lyon au XVIIIe siècle

Aurélie DumainLaurence Rocher, Des pratiques citoyennes en régime industriel : les courts-circuits du compost

Pierre Desvaux, Économie circulaire acritique et condition post-politique : analyse de la valorisation des déchets en France

Romain J. GarcierFanny Verrax, Critiques mais non recyclées : expliquer les limites au recyclage des terres rares en Europe

Laëtitia Mongeard, De la démolition à la production de graves recyclées : analyse des logiques de proximité d’une filière dans l’agglomération lyonnaise

Emerging countries, cities and energy. Questioning transitions

J’ai le plaisir de signaler la parution récente de ce chapitre : Sylvy Jaglin, Éric Verdeil. 2017, Emerging countries, cities and energy. Questioning transitions. in Stefan Bouzarovski; Martin J Pasqualetti; Vanesa Castán Broto (eds.). The Routledge Research Companion to Energy Geographies, Routledge, pp.106-120. Plus d’information en suivant ce lien.

Ci-dessous l’introduction. Pour les francophones, il s’agit d’une traduction, légèrement révisée, du texte d’introduction au dossier de la revue Flux (n°93-94, 2013) intitulé Energie et villes des pays émergents : des transitions en question (en libre accès) Continuer la lecture

Des déchets aux remblais: imaginaire aménageur, corruption et dérèglements métaboliques à Beyrouth

Le port de pêche de Borj Hammoud au pied de la « montagne » de déchets accumulés depuis la guerre civile libanaise jusqu’à 1997, avant les récents travaux de démantèlement. Photo Eric Verdeil, CC-ND-NC

Les scandales à répétition qui éclatent à propos de la gestion des déchets au Liban et plus particulièrement dans l’agglomération de Beyrouth mettent en évidence les montants énormes des contrats en question et leur opacité, et donc plus largement la corruption qui joue un rôle déterminant dans l’organisation de l’action publique. Les débats de l’été 2015 ont ainsi permis d’exposer publiquement les zones d’ombre, anomalies et irrégularités concernant les contrats successifs de Sukleen, et de pointer vers un ensemble de bénéficiaires indirects de cette rente. La réorganisation en principe provisoire de la gestion des déchets à Beyrouth et dans le Mont Liban s’est traduite par l’apparition de nouveaux acteurs, bénéficiaires des contrats de collecte ou de construction et de gestion de décharges dont les montants et les modalités techniques posent là encore question. De plus, sans même parler de la décision hautement discutable d’installer des décharges au bord du littoral, diverses anomalies ont été soulignées, comme le fait que le tri et le recyclage–déjà peu ambitieux–sont pour l’instant impossibles à cause de la saturation des installations dédiées pour cause de stockage de déchets, alors que les entreprises sont payées pour un travail qu’elles ne font pas. Enfin, le dévoilement d’une clause permettant de démanteler la décharge de Borj Hammoud pour déposer les ordures stockées là depuis les années 1990 directement dans la mer apparaît comme une provocation environnementale d’un cynisme absolu de la part du CDR–et qui va sans doute avec des contreparties financières. Continuer la lecture

L’énergie, nouvelle question urbaine dans le monde arabe

Masdar City, à 25 km du centre-ville d’Abu Dhabi, écoville modèle ou supposé. Largement alimentée par les énergies renouvelables (les panneaux photovoltaïques), attentive aux économies d’énergie (isolation) et cherchant à créer un climat urbain plus supportable (ombres, espaces verts, tour à vent pour rafraîchir l’atmosphère, ailleurs aussi des jeux d’eau)

Je présenterai, le 28 octobre 2017 à 16h, dans le cadre de la semaine arabe de l’ENS sur le thème « Les villes arabes » un exposé sur : L’énergie, nouvelle question urbaine dans le monde arabe.

Je parlerai bien sûr des coupures d’électricité et des générateurs à Beyrouth et dans les autres villes du Liban, du projet de centrale nucléaire en Jordanie, du développement du solaire ici et là, et notamment dans les Emirats arabes unis.

Au plaisir de vous y voir. Pour moi, la semaine arabe de l’ENS, c’est un peu souvenir souvenir…

La « ville-réseau » dans les villes du Sud

Dans le cadre du séminaire Circulation des références urbaines et assemblages locaux, je participerai à une séance autour la « ville-réseau » dans les villes du Sud. Elle aura lieu  le14 mars 2017. Lieu: Laboratoire PRODIG, salle de réunion du 3ème étage du centre Valette, 2 rue Valette, 75005 Paris.

Programme

– 9h 30 : introduction à la séance et tour de table

– 09h 45 : intervention de Jochen Monstadt, professeur, Chair for Governance of Urban Transitions and Dynamics, Department of Human Geography and Spatial Planning, Utrecht University :
«Translating the Networked City: Emerging Infrastructures in Nairobi and Dar es Salaam »

– 11h 00 – 12h 30 : discussion

– déjeuner

– 14h – 15h 15 : intervention d’Eric Verdeil, professeur, Sciences Po, Centre de Recherches Internationales
« A quest for energy security in Middle Eastern Cities: Experiments of rebundled loops and autonomous networks »

– 15h 15 – 16h 30 : discussion

Présentation discussion de l’Atlas du Liban. Les nouveaux défis à la Maison du Liban à Paris

30086225300_268d70c4f2_nLa Maison du Liban à la Cité Universitaire Internationale à Paris organise une conférence de présentation de l’Atlas du Liban. Les nouveaux défis, en présence des coordinateurs et de certains auteurs.
Cette séance aura lieu le samedi 21 janvier 2017, à 17h00 à la Maison du Liban (accès).
Participants : Ghaleb Faour, Mouin Hamzé, Claire Gillette, Eric Verdeil. Modérateur: Franck Mermier

La présentation est ouverte au public mais l’inscription par mail est nécessaire pour des raisons de sécurité : culturemdl@gmail.com

Pour une présentation de l’ouvrage voir ce billet et le site de l’éditeur. Affiche à télécharger : PDF

A Paris, l’ouvrage est en vente à la librairie Maisonneuve, 3 bis, Place de la Sorbonne 75005.