Archives de catégorie : développement urbain durable

[Atlas des mondes urbains] Modes actifs et accessibilité des espaces publics

Hervé Laurent, expert en politiques cyclables, m’a récemment écrit pour m’interroger sur ce qui lui semblait une affirmation non justifiée dans l’Atlas des mondes urbains. Notre discussion m’a semblée constructive et avec son accord, je la reproduis ici.

Le 1er février 2024

Bonjour M. Verdeil,

J’ai été surpris par l’assertion faite page 67 de l’Atlas des Mondes Urbains (2020). Voir la capture ci-jointe.

Selon laquelle la promotion des mobilités “dites douces” (effectivement, on dit plutôt “actives” aujourd’hui) “aurait ses laissés-pour-compte : personnes âgées, handicapés, etc.”

Continuer la lecture

Prix de thèse sur la ville 2023 – Agnès BASTIN, Grand Prix

J’ai eu le grand honneur et le grand plaisir d’accompagner la thèse d’Agnès Bastin, intitulée “Des métabolismes territoriaux en transformation ? Gouvernance des matériaux de chantier et expérimentations de nouvelles valorisations en Île-de-France et dans la région de Bruxelles”, soutenue en juin 2022 et qui a été couronnée du Grand Prix de thèse sur la ville en 2023, décerné par l’APERAU et le PUCA.

Elle répond ici aux trois questions suivantes : 

  • 0:05 Une ou deux idées de votre thèse ?
  • 2:47 Comment se saisir de vos travaux ?
  • 4:54 Quels conseils aux jeunes étudiants qui envisagent de faire une thèse ?
à retrouver directement sur https://www.youtube.com/watch?v=iCu-TkyLojQ

On peut consulter sa thèse en ligne : Agnès Bastin. Des métabolismes territoriaux en transformation ? Gouvernance des matériaux de chantier et expérimentations de nouvelles valorisations en Ile-de-France et dans la région de Bruxelles. Sciences de l’Homme et Société. Institut d’études politiques de Paris – Science Po, 2022. Français. ⟨NNT : 2022IEPP0020⟩. ⟨tel-03975799⟩

ainsi que l’ouvrage publié par le PUCA qui synthétise la partie consacrée aux enjeux et politiques publiques qui concernent la région parisienne : Agnès Bastin. Gouverner le métabolisme : les terres excavées franciliennes. Edition PUCA, 158 p., 2023, Réflexions en partage, 9782111382206. En ligne :: ⟨hal-03992233

L’Anthropocène qui se fabrique sous nos yeux : visite du site de valorisation des terres excavées de Villeneuve-sous-Dammartin (77)

Le 23 septembre dernier, j’ai participé à l’escape game organisé par la société ECT visant à faire découvrir son site de valorisation des terres excavées de Villeneuve-sous-Dammartin, non loin de Roissy. Agnès Bastin, dans son travail doctoral  (prix de la meilleure thèse sur la ville 2023) sur la gouvernance du métabolisme des terres en Ile-de-France (voir aussi le livre issu de sa thèse), a analysé en détail l’activité d’ECT qui opère essentiellement en Ile-de-France et a aménagé plusieurs parcs à partir de terres excavées comme leur site de Moissy Cramayel au sud de la Seine et Marne. ECT est également impliquée dans le projet Cycle Terre, visant à la création d’une fabrique de produits de matériaux de construction en terre crue. Même si son activité commence à devenir publique, elle reste intrigante. Elle pratique l’aménagement paysager à partir de matériaux qui sont techniquement des déchets, quoique inertes, c’est-à-dire non-polluants et cela, à une échelle massive même si la localisation périphérique de ces projets les laisse largement sous les radars. Cette visite ludique, à laquelle environ 400 personnes ont participé selon la société, a été l’occasion d’observer directement la fabrique ces transformations périurbaines, et par là même celle des nouveaux reliefs de l’anthropocène, cette époque géologique où l’humanité est devenue un moteur de la transformation de la forme de la croute terrestre, au même titre que la tectonique ou l’érosion.

Le site vu sur Google Map (cliquer pour grossir)

 

 

 

 

 

Continuer la lecture

Carbon footprint of MENA cities

I recently drew map of MENA cities ranked by their carbon footprint. I used the data processed with my colleagues from the Atelier cartographique de Sciences Po for a chart on cities and their footprint. Even if a few Middle Eastern cities show on this chart (Cairo, Riyad, Kuwait), it’s difficult to get a complete understand of the main challenges regarding the cities from this region.

Les 500 premières villes mondiales par leur empreinte carbone. Source : Atlas des mondes urbains, 2000, ©Presses de Scienes Po. Créateur : Atelier cartographique de Sciences Po.

Most of the time, data on carbon footprint in the region is not visualized at the city level, but rather at the nation level, like these charts and maps by Karim Elgendy on his blog Carboun, one of the useful resources on this issue in the region. For small countries, in the Gulf for instance, it is not a problem. However, when speaking of bigger countries, it is useful to have a finer view.

MENA cities according to their carbon footprint (2015). Data : Global Gridded Model of Carbon Footprint http://carbonfootprint.info. Author: Eric Verdeil, CC by, using Magrit software.

It is important to note that the map only represents cities that are ranked among the biggest 500 cities in the world by their carbon footprint. Some big cities, such as Oran, Tanger, Damascus, Aleppo, Mascate, etc. are not on the map because they don’t feature in this list. I also chose not to show European cities, given the context where those data were presented.

Whatever the limitation of the data, the map displays an interesting message. There is a clear discrepancy between the carbon intensive cities of the Gulf, specifically Saudi Arabi, the Emirates and Qatar, as opposed to North African cities and most other cities in the Mashreq. Is is surprising for the cities of some oil exporting countries, such as Algeria, Iraq and may be Egypt. Iranian cities stand in an intermediary catogory, but quite similar to Turkish cities.

It suggests that, more than the involvement in hydrocarbon exploitation population, it is wealth and the associated standards of life (prominence of individual car use, air conditioning, resource-intensive construction) that factor in the calculation of the carbon footprint. National data linking carbon footprint and wealth inequalities, at the intenational and internal level, demonstrate it clearly in a recent study by the World Inequality Lab (Chancel 2021).

Pour aller plus loin, je me permet de renvoyer à de précédentes analyses sur le même sujet avec des approches plus orientées sur les questions de gouvernance et de modèles:

Verdeil Éric, 2018, « Energy Transition and Urban Governance in the Arab World » dans Eckart Woertz (ed.), “Wise Cities” in the Mediterranean? Challenges of Urban Sustainability, Barcelona, CIDOB, p. 93‑102.

Verdeil Eric, 2019, « Arab Sustainable Urbanism: Worlding Strategies, Local Struggles », Middle East – Topics & Arguments, 25 juin 2019, vol. 12, p. 35‑42.

Verdeil Éric, 2019, « Sustainable Urbanization? », World Energy, avril 2019, no 42, p. 32‑35.

[Parution] Instruments et territoires de la gouvernance des déchets au Liban

La décharge de Zahlé (Liban) – photo Eric Verdeil, 2019 (cc)

J’ai le plaisir de signaler la parution d’un article coécrit avec Jihad Farah, dans le cadre du numéro thématique “Penser le politique par les déchets” coordonné par Fabrizio Maccaglia et Claudia Cirelli pour Géocarrefour. Voici la référence exacte et le lien vers l’article en accès libre:

Farah Jihad et Verdeil Éric, 2021, « Instruments et territoires de la gouvernance des déchets au Liban », Géocarrefour, 2021, vol. 95, no 1, p. 1‑29.

English version : Instruments and spaces of waste governance in Lebanon

Continuer la lecture

[Vidéo] Reconstructions au Liban : mots, temporalités, gouvernances

Dans le cadre du séminaire Après le 4 août, organisé par l’IFPO, j’ai présenté le 2/10/2020 (et non le 16/10 comme écrit par erreur) quelques réflexions qu’on peut revisionner dans la vidéo ci-dessous.

L’objectif de cette présentation est de réfléchir aux points de comparaison pertinents entre les reconstructions qu’ont connu les villes libanaises dans le passé et la situation actuelle de Beyrouth. A travers un regard éloigné et une mise en perspective, il s’agit de soulever des questions sur les processus en cours dans les quartiers affectés par l’explosion du 4 août. Continuer la lecture

Les enjeux de la reconstruction de Beyrouth après l’explosion du 4 août – la question de la place de l’armée

Le Beirut Urban Lab de l’Université américaine de Beyrouth, animé par Mona Fawaz et Mona Harb, produit actuellement des données et une réflexion absolument incontournable pour qui veut comprendre la situation à Beyrouth après l’explosion du 4 août dernier. Plusieurs remarquables entretiens et textes sont parus sur leur site. Le document le plus complet à ce jour est le rapport Leave no one Behind : for an inclusive and just recovery process in post-blast Beirut publié sous l’égide du PNUD début septembre. On peut aussi renvoyer à une analyse passionnante de Mona Fawaz dans un podcast du LCPS (Rebuilding Beirut: How to curtail neoliberal urbanization). Je m’attarderai ici sur l’exposé de Mona Harb lors qu’une rencontre intitulée Beirut Reconstructions, organisée par l’Université Cornell le 7 octobre dernier et accessible sur YouTube. Après une longue introduction par les organisateurs, un premier exposé (à partir de la 17 min) de Elie Haddad est centré sur la présentation historique des zones touchées et celle des dégâts d’un point de vue architectural, patrimonial et urbanistique.

Je partage ici un résumé de l’intervention de Mona Harb: Preliminary reflections on the recovery response to the Port blast in Beirut (de 39 min à 1h06). Je conclurai le billet par quelques réflexions sur des points qui m’ont paru très originaux, notamment la question de la place de l’armée.

L’intervention est structurée en deux temps. D’abord, une mise en perspective les dégâts avec les tendances de transformation urbanistique et économique des quartiers touchés, à savoir :
– la gentrification qui, partie de Solidere après la fin de la guerre civile dans les années 1990 s’est étendue à de nombreux quartiers du péricentre de Beyrouth et du reste de la municipalité ;
– l’abandon d’un certain nombre d’immeubles, généralement après une longue période de négligence et de manque d’entretien par leurs propriétaires en conflit avec des locataires bénéficiaires de la loi sur les anciens loyers, ou tout simplement incapable du fait des maigres loyers perçus d’assurer l’entretien. Au départ de ces locataires, ces immeubles sont rachetés par des promoteurs qui attendent la remontée du marché immobilier pour les détruire et construire à la place. L’explosion va renforcer cette part du parc immobilier.
– la vacance : Beyrouth a vu la construction d’un grand nombre d’immeubles de grande hauteur depuis 15-20 ans. Le taux de vacance de ces immeubles est énorme (jusqu’à 56% dans certaines zones). Cette vacance s’explique par des investissements immobiliers de sécurisation des avoirs, mais la crainte de mettre en location. Une partie de cette vacance s’explique aussi par des invendus des promoteurs.
– perte de patrimoine : près de 350 immeubles ont subi des dégâts graves, la plupart étant des immeubles anciens. La perte patrimoniale concerne aussi, au-delà des immeubles individuellement, une forme urbaine : la rapport à la rue, des espaces publics et toutes les pratiques et les représentations attachées à cet espace .
– la paupérisation : déjà avant l’explosion les indicateurs de pauvreté avaient explosé et la Banque mondiale estimait que plus de 50% des Libanais devaient être sous la ligne de pauvreté. La perte des revenus des activités de cette zone, le port en premier lieu, puis les loisirs et la restauration, les bureaux mais aussi les petits commerces, les ateliers de réparation, etc. a évidemment largement aggravé la situation. De surcroit, loin de toucher uniquement les habitants de ces quartiers, ce sont des pans entiers de la population libanaise qui sont concernés vu le rôle économique majeur de cette zone. Mona Harb précise à juste titre que l’impact est ressenti jusque dans la diaspora, à la fois parce que ces quartiers, notamment les espaces de loisirs et de restauration, étaient devenus depuis 15 ans, des lieux majeurs de retrouvaille et de fréquentation, avec une forte dimension identitaire. Mais aussi parce que beaucoup de membres de la diaspora avaient placé leurs économies dans des investissements immobiliers. Or, les grands immeubles, s’ils n’ont pas affecté structurellement, ont subi de très grands dégâts (notamment le verre, les menuiseries, les équipements collectifs, etc.) et donc ces investissements (productifs ou non, cf. ci dessus la question de la vacance) ont été fortement dépréciés1

Continuer la lecture Notes _____________________
  1. Pour information, cette analyse se trouve plus amplement développée dans le rapport que Mona Harb et Mona Fawaz ont publié sous l’égide du PNUD fin aout : voir Leave no one Behind : for an inclusive and just recovery process in post-blast Beirut : https://www.arabstates.undp.org/content/rbas/en/home/library/crisis-response0/leave-no-one-behind–for-an-inclusive-and-just-recovery-process-.ht. []

Linking Economic Change With Social Justice In Mar Mikhael

In 2016, I was honored to be the tutor of this very interesting report written by four brilliant Sciences Po students from the Masters’ Program Governing the Large Metropolis, for the account of Gaia Heritage (thanks to George Zouein) and the Issam Fares Institute for Public Policy and International Affairs. But I never referenced it on this blog. The recent blast that delolished many buildings, businesses and places of life in the neighborhood makes it a useful resource that deserves attention.

Here is the full reference and a link to download the report:

Gerbal Lisa, Nicolas Hrycaj, Camille Lavoipierre et Marissa Potasiak. Linking Economic Change With Social Justice In Mar Mikhael, Beirut, Gaia Heritage/Sciences Po/Issam Fares Institute for Public Policy and International Affairs, 2016.
 
Summary:

According to multiple measures, Mar Mikhael is one of Beirut’s most distinctive neighborhoods, defined by a unique assortment of art galleries and car repair shops, a network of brightly-painted staircases and a long-abandoned train station, and a diverse mix of older, long-time residents and young newcomers. Yet on the issue of gentrification the case of Mar Mikhael is more familiar, as the neighborhood has recently seen a rapid influx of new bars and restaurants, as well as real estate investors and high-rise apartments, all of which have contributed to a neighborhood where:

▸ Housing is becoming increasingly unaffordable.

▸ Long-time residents face a risk of displacement.

▸ High-rise apartments detract from the neighborhood’s unique human scale.

▸ Shared spaces such as sidewalks, streets, and the stairs are increasingly overtaken by private actors.

▸ Creative industries remain economically vulnerable and socially disconnected.

▸ Residents have little influence over public policy impacting their neighborhood.

By analyzing these recent developments (all of which could be worsened by the implementation of the 2014 New Rent Law) in light of the more long-term, structural processes of change at work in the city – including the development of a powerful growth coalition in the mid- 1990s – this report argues that Mar Mikhael is just the most recent example of a cycle of urban change and gentrification that is transforming the city of Beirut, often in a manner that reduces housing affordability, dramatically alters the built environment, and weakens long-established communities. Therefore, this report offers numerous strategies and solutions for the alleviation of these problems in Mar Mikhael, inspired by the notions such as the right to the city, fieldwork conducted in the neighborhood, and case studies from other rapidly-gentrifying and creative cities around the world. Together these strategies offer a vision for a socially just Mar Mikhael, creating a neighborhood where:

▸ Long-time residents can afford to remain in their homes.

▸ New sources of affordable housing are accessible to both current and future residents.

▸ All residents have access to shared spaces.

▸ Formerly restricted public spaces receive a new life as parks, affordable housing, or cultural centers.

▸ The “human scale” of the built environment is retained.

▸ Arts, crafts, and design industries (ACDs) are economically resilient, and actively invested in the community.

▸ Residents can effectively work together to direct the future of their neighborhood.

Thus the strategies presented in this report center around five main issues. First, on the issue of making Mar Mikhael more affordable, these strategies include:

▸ Building upon the precedents set in Tripoli for state-led affordable housing projects, and Tyre for community-led projects.

▸ Engaging private and philanthropic actors to create non-profit affordable housing developers in Mar Mikhael.

▸ Using Waqf land as a site of affordable housing in the neighborhood. Second, to increase access to Mar Mikhael’s shared, public spaces, including the sidewalks, streets, stairs, and the train station, this report recommends:

▸ Conducting a GIS survey and walkability audit to encourage city officials to enforce existing sidewalk regulations.

▸ Using legal claims under Law 220/2000 as a means of retrofitting the neighborhood’s existing sidewalks.

▸ Closing Armenia Street to cars every Sunday morning to allow residents to walk, bike, and rollerblade freely.

▸ Listing Mar Mikhael’s still-unprotected stairs as worthy of preservation.

▸ Advocating for plans that would permanently transform the Mar Mikhael train station, while implementing short-term uses such as an open-air cinema or weekend market.

Third, on the issue of maintaining Mar Mikhael’s human scale, this report recommends:

▸ Designating Mar Mikhael as a protected zone, with regulations to limit building height.

▸ Creating incentives such as transferable development rights to encourage developers to preserve the neighborhood’s scale. Fourth, to foster a neighborhood-based creative economy in Mar Mikhael, some strategies include:

▸ Raising the awareness of the arts, crafts, and design industries (ACDs) regarding local concerns through joint cultural events and a community-based platform for communication and cooperation.

▸ Highlighting the link between creative activity and the larger urban environment through regular urban tours of Mar Mikhael.

▸ Developing systematic, consistent opportunities for training and assistance for the ACDs through workshops and conferences. Finally, creating a neighborhood council for Mar Mikhael represents this report’s fifth solution, which necessitates:

▸ Broadly defining neighborhood council membership and authority.

▸ Finding a political ally who can give it the institutional legitimacy necessary to successfully influence government policy.

▸ Employing Beirut-based universities, foundations, and private parties as sources of funding and administrative support.

Transformations énergétiques collectives : présentation à la librairie Volume, Paris

La revue multitudes a le plaisir de vous inviter le 25 mars 2020 à 19 heures à la rencontre organisée autour des Transformations énergétiques collectives avec les auteurs Alain Nadai, Grégoire Wallenborn, Éric Verdeil et Fréderic Brun, Anne Querrien, Gaëtane Lamarche-Vadel de multitudes
Librairie VOLUME
47, rue de Nazareth
75003 Paris

Télécharger le prospectus de présentation de ce numéro (PDF).

Résumé

L’idée d’une « transition » énergétique, processus pilotable dans un monde relativement stable et anticipable, semble arriver à son terme. Même le GIEC en appelle désormais à des « transformations » énergétiques rapides et radicales. Toutefois, malgré la prise de conscience de l’urgence climatique et de la perte dramatique de biodiversité, qui s’actualise notamment dans une série de manifestations et de luttes, la question du climat est trop rarement articulée à la question de l’énergie. Dans cette Majeure, nous explorons ce que pourraient vouloir dire ces transformations énergétiques et partons à la recherche des bonnes échelles pour agir et des récits pertinents pour inspirer les collectifs.

Articles de la majeure

Résumé de notre article

Cet article propose d’élargir le débat sur la transition énergétique au-delà du contexte occidental. Partant d’études de cas situées dans deux métropoles des Suds, la réflexion invite à nuancer les scénarios normatifs et supposés universels de transformation des systèmes énergétiques pour confronter les transitions aux singularités des sociétés et des territoires dans lesquels elles prennent forme. Ainsi s’aperçoit-on que les discours sur le changement climatique global ont bien moins d’effets d’entraînement sur les trajectoires énergétiques d’Istanbul et du Cap que l’impact de crises écologiques plus locales ou que l’évolution de compromis socio-politiques, toujours fragiles et dépendants d’héritages historiques nationaux.

Publication : Solid Waste Management in Lebanon: Lessons for Decentralisation

I am happy to share the recent publication of this report summarizing the findings of a research undertaken with my colleague Jihad Farah and his students from the Lebanese University, thanks to the funding of the Lebanese-French CEDRE programme.

The full quote is as following: Jihad Farah, Rasha Ghaddar, Elie Nasr, Rita Nasr, Hanan Wehbe, and Eric Verdeil, 2019, Solid Waste Management in Lebanon: Lessons for Decentralisation. Beirut: Democracy Reporting International, 40 p. Available online.

Abstract : Despite the growing attention gained among local and international observers since the 2015 “waste crisis”, the issue of solid waste management (SWM) in Lebanon has exacerbated, particularly after the closure of one of the country’s largest landfills in Naameh and the abrupt halt in waste collection led to rubbish piling up in the streets of Beirut and Mount-Lebanon. This situation triggered a series of protests, clashes and heated debates around the need to re-arrange the sector since 2015. This study sheds light on two key concepts “decentralisation” and “bottom-up cooperation” that will help Lebanon in improving SWM. While providing an overview of the different municipal experiences in sorting, recycling, landfilling, composting and, most recently, the interest in waste-to-energy,1 this study treats closely the question of how these technologies can be adapted to local contexts. Securing funding, negotiating contracts, constructing facilities, involving citizens in the process and institutionalising best practices are new experiences for most municipal authorities. The report aims to close the existing knowledge gap by documenting local efforts to manage solid waste, analysing the limitations of the strategies pursued, and presenting conclusions that can inform integrated and decentralised SWM policies in Lebanon. The report identifies two key dynamics underpinning local management of solid waste in Lebanon. The first is the emergence of a “new waste capitalism” different from what has been observed in the 1990s. During that time, a so-called “waste capitalism” existed, which outsourced waste collection and landfilling to politically connected businesses ignoring local needs and demands. Since 2015, complex technologies and treatment methods have been favoured that include recycling, composting and waste-to-energy. But due to their complexity, local authorities are unable to design, monitor and regulate the terms of the contracts awarded to private companies. Some local authorities have conducted public campaigns on issues such as sorting-at- source and recycling, but are still unable to mainstream and institutionalise citizen participation in an inclusive SWM system. Based on 22 semi-structured interviews with municipal officials and executives, representatives of facilities, donor agencies, NGOs, and a database on the distribution of SWM facilities across Lebanon, the study draws lessons and policy recommendations from four case studies of local authorities that have dealt with SWM.