Archives de catégorie : développement

Electricity Subsidies: Benefiting some Regions More than Others – analysis featured on the LCPS website

EDL headquarters in Beirut

I am happy to announce the Lebanese Center for Policy Studies has featured my analysis about electricity subsidies in Lebanon on its website.

While the recent political showdown over where to connect the Esra Gul barge to Lebanon’s power grid is indicative of the country’s unequal electricity supply, it also unearthed something more fundamental, namely, how electricity subsidies exacerbate geographical and social inequalities. Indeed, one major problem facing Electricité Du Liban (EDL) concerns the fact that production costs exceed revenues from consumers. For many years, the difference has been covered/subsidized by the state but these subsidies impact citizens differently depending on where they reside.

More precisely, because the periphery have access to a smaller supply of electricity per day, they incur greater generator use costs than those living in the central agglomeration, particularly   municipal Beirut. Consequently, my recent study demonstrates that effective subsidies disproportionately benefit wealthier households and in particular those who live in Beirut, as the latter are supplied with more power on a daily basis compared to other regions.[1] Therefore, electricity subsidies exacerbate both geographical and social inequalities.

While the production cost of electricity—indexed to the international hydrocarbon market—has significantly increased since 1994, prices have not been reevaluated in that period. According to the National Electricity Strategy Plan of 2010, the price represented on average only 55% of the production cost per kilowatt hour. While the price structure should reflect a principle of fairness and employ progressive rates designed to ease the burden for small consumers—among whom are the country’s poorest people—a 2009 World Bank study reported the opposite. In fact, fixed costs added onto an EDL bill resulted in small consumers (who use up to 300 kilowatt hours) paying disproportionately more of their income toward energy bills than larger users. Practically, the more they consume, the more users are subsidized by the state. This is not an open and deliberate subsidy, but rather a largely unseen mechanism at work.

In fact, the study highlights geographic variances that result from the length of time that power is supplied. This adds an essential component to the distortion caused by this effective subsidy. Since 2006­-2007, Beirut has received on average nineteen to twenty-one hours of electricity per day, while other regions have received only twelve to fifteen hours if not less (depending on the time of year and in which year data was gathered). The capital’s residents use more public electricity by default and consequently benefit more from subsidies.

…/…

Read the end of the article on the LCPS website.

A French longer version, including the detailed data, is to be read on this blog.

Subventions électriques invisibles: le privilège beyrouthin

Le Liban se classe parmi les pires pays du monde en termes de fourniture électrique [1]. L’insuffisance de la production électrique se traduit par un rationnement qui atteint plus de 12 h /j dans une large partie du pays. Cette situation date de la guerre civile. Après une période d’amélioration grâce aux investissements dans de nouvelles centrales électriques et dans le réseau des années 1990, la situation s’est de nouveau dégradée à partir de 2006. Malgré le plan du ministre Gebran Bassil en 2010, peu d’améliorations ont été apportées, les investissements réalisés et les nouvelles capacités mises en ligne (en 2017) ne compensant pas l’augmentation de la demande, qui n’est satisfaite que grâce au développement de la génération privée.

Les dysfonctionnements du secteur électrique libanais pèsent lourdement sur les ménages et les agents économiques. De plus, l’électricité est la première source du déficit public libanais. Elle représentait en 2013 40% de la dette publique cumulée et 55% du déficit budgétaire. Le déficit s’explique par diverses raisons. La mauvaise gestion technique et commerciale de l’entreprise est une première explication des pertes: les pertes techniques se montent à environ 15%, les pertes non techniques atteignant elles 25%. 40% de l’énergie produite n’est donc pas payée. Toutefois, il faut aussi mentionner la structure du tarif de l’électricité qui ne reflète pas ses couts de revient. En effet, le tarif moyen par KWh est de 141 LL en 2007, alors que le cout de production est estimé à 255 LL/KWh en 2009. Autrement dit, en moyenne, l’abonné ne paye que 55% du cout de revient. Ce désajustement du tarif par rapport aux couts explique donc aussi une partie importante du déficit de l’entreprise.

Les discussions publiques se focalisent, ces dernières années, sur la construction de nouvelles capacités de production pour mettre fin au rationnement, et sur les modalités de financement de ces investissements : faut-il investir de l’argent public, et où le trouver? ou mettre à contribution le secteur privé, mais alors à quelles conditions? Dans la période précédente, la problématique du vol et de la fraude était aussi fortement mise en avant[2]. Ces débats laissent largement de côté la question de la tarification. Le gouvernement considère que le réajustement ne pourrait intervenir qu’une fois l’amélioration du système bien amorcée, rendant une hausse de tarif plus acceptable. En attendant, le désajustement du tarif constitue une subvention de facto, dont les effets ont rarement été examiné.

Comme dans de nombreux pays en développement, la tarification d’EDL est en marches d’escalier, chaque palier (ou bloc) de consommation étant facturé à un certain prix, dans un objectif d’équité sociale. Toutefois, seule la tranche au-delà de 500 kWH est facturée à un prix supérieur au prix de revient, alors qu’elle ne représente qu’une petite fraction de la consommation[3]. A cette tarification variable s’ajoute une partie fixe et des taxes. Les études de la Banque Mondiale (2009) ont mis en évidence qu’en réalité, cette tarification n’était pas progressive car le poids des charges fixes pèse très lourdement sur les ménages qui consomment peu.

Dans cette note, j’examine une autre distorsion, spatiale, liée à cette tarification. Le Liban se caractérise en effet par des inégalités géographiques dans les dotations en courant. Beyrouth, la capitale, reçoit une dotation en courant nettement plus longue que les autres régions. En moyenne, elle ne subit que 3 à 4 h de coupures, les autres régions recevant moins de 15h, parfois moins. Cette distorsion n’est pas seulement de nature géographique mais aussi sociale : en effet les résidents de Beyrouth sont en moyenne d’un niveau socio-économique plus élevé. Plus riches, plus équipés, mieux dotés en électricité, ils consomment davantage. Or, étant donné la structure des tarifs, plus ils consomment, plus ils coûtent à l’EDL. Le raisonnement est connu et parfois mentionné. En revanche, à ma connaissance il n’a jamais été estimé précisément. Je propose ici d’essayer de caractériser cette distorsion. Continuer la lecture

PhD Position on Eastern Mediterranean oil and gas discoveries, regional geopolitics and economic development issues (part of the SALGIANT project)

Update: this call has been extended until the 21th september 2018. Look at the new call on this link or here.

I am pleased to announce the launch of the SALGIANT network and more specifically the research task Eastern Mediterranean oil and gas discoveries, regional geopolitics and economic development issues, which involves the recruitment of a young research for a PhD related to this issue, under my supervision.

SALTGIANT is a rare cross-disciplinary network of natural and social scientists dedicated to understanding the formation of the Mediterranean Salt Giant, one of the largest salt deposits on Earth, and its implications for sub-seafloor microbial life, risk assessment in the oil industry, geo-economics of the Mediterranean region and the history of oceanography.

source: https://medsalt.eu/the-project/ (Credit: Lofi et al. Seismic atlas 2, in prep.)

source: https://medsalt.eu/the-project/ (Credit: Lofi et al. Seismic atlas 2, in prep.)

Continuer la lecture

Présentation discussion de l’Atlas du Liban. Les nouveaux défis à la Maison du Liban à Paris

30086225300_268d70c4f2_nLa Maison du Liban à la Cité Universitaire Internationale à Paris organise une conférence de présentation de l’Atlas du Liban. Les nouveaux défis, en présence des coordinateurs et de certains auteurs.
Cette séance aura lieu le samedi 21 janvier 2017, à 17h00 à la Maison du Liban (accès).
Participants : Ghaleb Faour, Mouin Hamzé, Claire Gillette, Eric Verdeil. Modérateur: Franck Mermier

La présentation est ouverte au public mais l’inscription par mail est nécessaire pour des raisons de sécurité : culturemdl@gmail.com

Pour une présentation de l’ouvrage voir ce billet et le site de l’éditeur. Affiche à télécharger : PDF

A Paris, l’ouvrage est en vente à la librairie Maisonneuve, 3 bis, Place de la Sorbonne 75005.

L’Atlas du Liban. Les nouveaux défis en librairie et au Salon du Livre de Beyrouth

30086225300_268d70c4f2_nJ’ai le plaisir d’annoncer la parution aux Presses de l’IFPO de l’Atlas du Liban. Les nouveaux défis, que j’ai co-dirigé avec Ghaleb Faour et avec l’appui du CNRS Liban, co-éditeur. Mouin Hamzé, le secrétaire général de cette institution, a été l’initiateur de ce projet et lui a assuré un indispensable soutien institutionnel et financier. Claire Gillette, cartographe, a joué un rôle irremplaçable dans la coordination technique du projet en plus de ses immenses compétences professionnelles. Continuer la lecture

Transition politique et action publique locale : un colloque, un livre, une thèse

Des associations de jeunes fêtent le cinquième anniversaire du 14 janvier 2011, à Mahdia devant le musée de la ville. L'ambiance était très bon enfant. CC by Eric Verdeil.

Des associations de jeunes fêtent le cinquième anniversaire du 14 janvier 2011, à Mahdia devant le musée de la ville. L’ambiance était très bon enfant. CC by Eric Verdeil.

Alors qu’une partie du monde arabe est à feu et à sang, qu’en Tunisie la révolte de la jeunesse sans emploi à Kasserine s’étend vers d’autres villes et fait peser la menace d’une nouvelle révolution, d’autres évolutions, au rythme plus lent, se produisent. Si les élections tunisiennes ont légitimement retenu l’attention, le chantier de la redéfinition de la gouvernance locale avance également, mais selon des temporalités complexes et sans produire encore des résultats visibles. Dans ce billet, je présente plusieurs événements et travaux scientifiques récents qui proposent des éclairages diversifiés mais convergents sur ces thématiques. Continuer la lecture

Quel modèle de décentralisation des services urbains en Tunisie ?

Je participerai le 6 juin prochain au séminaire organisé par l’association tunisienne des urbanistes, la direction générale des collectivités locales et l’unité de recherche Droit et gouvernance.

AFFICHE -ATU

Argumentaire

La question territoriale a été au cœur de la révolution tunisienne. Les déséquilibres régionaux et les difficultés d’accès à l’emploi et aux services ont dès lors fait partie des thèmes les plus médiatisés sur la scène politique de l’après 14 janvier 2011. La décentralisation a rapidement figuré comme un principe phare des réformes, d’abord dans les programmes des principaux partis en course vers la constituante (ANC) et ensuite dans les orientations dégagées des travaux de l’ANC. L’approbation de la constitution de janvier 2014, et notamment son chapitre 7 sur le Pouvoir Local constitue le couronnement du consensus sur la décentralisation.

Aujourd’hui, la Tunisie a atteint un second palier dans sa course à l’instauration d’un système décentralisée avec l’affirmation des principes  de décentralisation, de subsidiarité, de libre administration des collectivités et de participation citoyenne aux affaires locales. Et en même temps, un chantier est ouvert, celui de la préparation de l’opérationnalisation de la réforme.

Dans cette perspective, et dans l’attente de la mise en place de structures chargées de mener les débats et les travaux sur les orientations des réformes de décentralisation, l’Association Tunisienne des Urbanistes en partenariat avec la Direction Générale des Collectivités Locales, et l’unité de recherche Droit et Gouvernance et avec l’appui de la Fondation Hanns Seidel, organise un séminaire  de réflexion sur les enjeux liés à la décentralisation des services urbains. L’objectif principal étant de rassembler chercheurs, experts et parties prenantes dans des discussions sur les thématiques clés de la réforme, afin de délimiter les contours des grandes questions à traiter. Le sujet principal qui sera débattu dans ce séminaire concerne les modèles possibles d’organisation des services urbains conformément aux nouveaux principes constitutionnels, en partant de l’organisation actuelle de ces services, ainsi que les problématiques que ces modèles suscitent.

Ma participation s’inscrit dans la suite d’une étude menée entre juin et juillet 2013 avec Sami Yassine Turki, de l’ISTEUB (et président de l’ATU), sur la décentralisation en Tunisie, dans le cadre plus large d’une recherche coordonnée par le Lebanese Centre of Policy Studies, à paraître très prochainement sous le titre suivant : Harb M., and Atallah S. (eds.), 2014, Local Governments and Public Goods: Assessing Decentralization Experiences in the Arab World Beirut: LCPS. (en arabe, mais la version anglaise sera téléchargeable sur le site du LCPS). Un résumé de cette étude est disponible ici :Mona Harb et Sami Atallah, Decentralization in the Arab World Must be Strengthened to Provide Better Services, Policy Brief, LCPS

En attendant, notre étude est disponible ici: Turki_Verdeil_Decentralisation_Tunisie_final-PDF (version française).

Matières et énergies : un renouveau géographique ?

Ouvrages commentés

Mérenne-Schoumaker, Bernadette. 2013. Atlas mondial des matières premières: des ressources stratégiques. Paris, France: Autrement, 96 p.
Mérenne-Schoumaker, Bernadette. 2014. Energies et minerais. Des ressources sous tension. Paris, France: la Documentation française, 64 p.

Bernadette Mérenne-Schoumaker, géographe des activités économiques et de l’énergie, publie deux petits ouvrages largement illustrés sur les matières premières. Pour qui s’est ennuyé, naguère, sur les bancs de ses classes de géographie, à l’étude ingrate du catalogue des productions minières, industrielles et agricoles des grandes puissances, quelle surprise que de voir ces thèmes faire leur entrée dans ce type de collection, dont le développement témoigne d’un intérêt soutenu du public pour les synthèses sur les grands enjeux économiques et géopolitiques contemporains. Cela s’explique, bien sûr, par la montée des interrogations et des inquiétudes autour du développement durable, et des impasses dans la gestion des ressources et de l’environnement planétaire, ainsi qu’ à leurs conséquences, comme le réchauffement climatique. Plus récemment, les questions du pic pétrolier et de la raréfaction des métaux ont également fait leur apparition dans les débats publics, faisant surgir des craintes quant aux effets des pénuries annoncées.
Dans l’Atlas des matières premières, Mérenne-Schoumaker adopte une définition large de ces produits, qui ont en commun leur rareté (ces matières peuvent être renouvelables ou non), leur caractère indispensable à l’homme et leur inclusion dans des logiques de marché et d’échange. Aux minerais et aux ressources énergétiques, elle adjoint les productions agricoles, de l’exploitation forestière et de la pêche, ainsi que l’eau. L’ensemble de ces matières est soumis à des tensions, voire à un risque d’épuisement. Les deux premiers chapitres livrent un bilan des tendances concernant leur production et leur localisation. Ils sont suivis d’une analyse des conséquences de la hausse continue de la demande et du difficile et couteux ajustement de l’offre, qui impliquent une augmentation des échanges commerciaux. Le caractère fini de ces ressources est souligné, ainsi que les dégradations environnementales que cause leur exploitation. L’auteur montre toutefois la complexité à définir les réserves et les stocks, en fonction de paramètres naturels (géologiques, pédologiques, hydrologiques…) mais aussi technologiques, économiques et politiques. L’économie des matières premières est ensuite examinée, notamment sous l’angle de la volatilité des prix et d’un contexte haussier, aux conséquences sociales redoutables. Mérenne-Schoumaker met en avant la libéralisation commerciale et financière des échanges mais exprime un avis nuancé sur le rôle de la financiarisation dans les emballements de prix, préférant insister sur l’enjeu de la hausse de la demande des pays émergents, notamment la Chine. Le dernier chapitre explore les tensions géopolitiques qui résultent de cette course aux matières premières. Si elles sont rarement la cause unique des guerres contemporaines, elles favorisent leur poursuite (comme en Afrique centrale). L’auteur examine quelques solutions possibles pour atténuer son impact social et économique sur les sociétés et les inégalités croissantes qui les traversent, à l’échelle mondiale autant que continentale et nationale. Les pistes envisagées privilégient la réduction des consommations, notamment au nord, ainsi que le « mieux consommer ». Le recyclage se heurte à des difficultés techniques et économiques et n’atténuera que faiblement l’épuisement qui se dessine.
Le dossier de la Documentation photographique, limité aux énergies et aux minerais, reprend ces grandes idées, dans un ordre différent et avec d’intéressantes photographies, extraits d’articles de presse et renvois vers des films et sites internet utiles.
Les deux ouvrages n’échappent pas à une présentation parfois fastidieuse en forme de catalogue – mais on admettra que la lecture suivie n’est peut-être pas le principal mode de consultation par les lecteurs. La cartographie et l’infographie sont évidemment riches et utiles, même si certaines cartes sont peu probantes et d’une sémiologie discutable (par ex. dans l’Atlas, l’agriculture en France et la pollution de l’eau, p.51, ou les investissements chinois dans l’énergie, les minerais ou l’agriculture en Afrique p.73).
Les limites de ces publications – liées sans nul doute à leur format – résident dans le fait qu’elles se contentent d’un traitement à l’échelle mondiale, et sont centrées principalement sur la production et les échanges (sous l’angle économique). L’atlas des matières premières montre peu d’intérêt pour les processus géographiques concrets et les paysages de cette géographie des matières premières. La Documentation Photographique est à cet égard un utile complément grâce à ces illustrations et à des études de cas localisées. On peut regretter toutefois que les deux ouvrages tirent peu parti de récents travaux de recherche qui se sont intéressés à ces questions et ont beaucoup apportés à leur étude, à travers ce qui peut être lu comme un tournant matériel, même s’il n’est pas toujours revendiqué (par exemple, Magrin 2008; Magrin et Perrier-Bruslé 2011) ou ce qui se revendique en tant qu’écologie politique dans le monde académique anglophone (par exemple Bridge 2010). Ces travaux non seulement s’intéressent aux « matières » en général, mais plus largement, s’attachant aux contraintes et ressources liées à cette matérialité même, ils étudient la manière dont cette dernière est construite et spatialement produite par des processus techniques, mais aussi juridiques, institutionnels et culturels, et à ce titre politisée – non seulement par les grands acteurs internationaux mais aussi et avant tout au cœur des sociétés et dans la vie quotidienne. La relative absence des manifestations localisées proprement politiques de ces tensions – au-dela du débat finalement classique sur les nouvelles guerres de l’eau, du pétrole ou des diamants – est ce qui manque le plus à ces ouvrages.

Références citées

Bridge, Gavin. 2010. « The Hole World: Scales and Spaces of Extraction ». In New Geographies 2: Landscapes of Energy, édité par Rania Ghosn, 43‑48. Harvard Graduate School of Design (voir ce précédent billet).
Magrin, Géraud. 2008. « L’Afrique sub-saharienne face aux famines énergétiques ». EchoGéo, no 3 (février).
Magrin, Géraud, et Laetitia Perrier-Bruslé. 2011. « Nouvelles géographies des activités extractives ». EchoGéo, no 17 (octobre).

Autres billets sur des atlas et des questions de cartographie

Les enjeux énergétiques au coeur de la (post-)révolution en Tunisie

éoliennes de la STEG dans le village d'El Alia près de Bizerte

éoliennes de la STEG dans le village d’El Alia près de Bizerte

Le débat sur la stratégie énergétique tunisienne, que j’évoquais ici, est toujours ouvert. Le projet de loi visant à promouvoir les énergies renouvelables est actuellement en discussion. Il fait l’objet d’une vive opposition du syndicat des travailleurs du secteur électrique, qui représente essentiellement les employés de la Société Tunisienne d’Electricité et de Gaz, la société publique gérant l’essentiel du secteur (production, transport, distribution). Leur crainte principale est la privatisation de leur entreprise, qui n’est pas à l’ordre du jour malgré quelques alertes récentes (voir ce billet). Mais ils voient la libéralisation du secteur et l’encouragement aux renouvelables comme une menace pour l’intégrité de leur entreprise et le premier pas d’un démantèlement plus large du secteur.

Pour autant, la diversification énergétique est un enjeu central pour le pays, dont les ressources en hydrocarbure diminuent, ce qui ne manque pas de fournir des arguments, là bas aussi, aux promoteurs du gaz de schiste. Toute une controverse a éclaté sur le sujet. Face à cela, et pour éviter que ne se reproduisent des scandales de concessions d’hydrocarbure octroyées dans des conditions opaques (notamment révélées par le remarquable travail de Med Dhia Hammami sur Nawaat), l’Assemblée nationale constituante a du reste défini le principe de la souveraineté du peuple sur les ressources naturelles nationales. Continuer la lecture

Du vent et des protestations dans les collines de Bizerte

La Tunisie dans le débat sur la transition énergétique

La Tunisie est polarisée par les luttes politiques et idéologiques entre sa majorité parlementaire islamiste et son opposition composite. Cette situation masque une série d’enjeux socio-économiques très lourds, dont celui d’une nécessaire transition énergétique aux contours encore très flous. Le 27 juin dernier a eu lieu une conférence gouvernementale consacrée au lancement d’un débat national sur l’énergie, piloté par le ministère de l’Industrie et le secrétariat d’Etat à l’Energie et laissant à vrai dire peu de place à la discussion (voir le commentaire de Med Dhia Hammami sur Nawaat). L’urgence de la réflexion vient du poids croissant des subventions à l’énergie sous ses différentes formes, que l’Etat très endetté et sans guère d’autres de solutions que de se tourner vers le FMI, se doit de contenir et même de diminuer. Continuer la lecture