Archives de catégorie : développement

Le Liban, entre révolution et effondrement

J’ai participé, le 6 février 2020, à une table-ronde organisée par l’INALCO, intitulée Le Liban, entre révolution et effondrement, animée par Chantal Verdeil (INALCO), avec Jihane Sfeir (Université libre de Bruxelles).

La vidéo de la conférence est en ligne. Mon intervention, plus spécifiquement consacrée à l’analyse de la crise économique et financière avec un retour sur le modèle mis en place à la reconstruction, commence à 23’25 ».

Juliette FALKEHED’s paper “The Greater Beirut Water Supply Project: analysis of a territorial socioecological change process in the provision of water services” received a student award by the Kuwait program at Sciences Po

@rolandnassour on Instagram

@rolandnassour on Instagram

I am delighted to announce, with some delays, that Juliette FALKEHED, 1st year Master’s student in Governing the Large Metropolis, Sciences Po’s Urban School, received a student award for her paper entitled “The Greater Beirut Water Supply Project: analysis of a territorial socioecological change process in the provision of water services”, written for my class Mediterranean and Middle Eastern Cities (Spring 2019).

This paper is a valuable resource at a time when this project is under attack for its environmental flaws, as well as its financial cost.

Seminar Cities are back in town « Launch of the book Routledge Handbook of Middle Eastern Cities »

Seminar Cities are back in town « Launch of the book Routledge Handbook of Middle Eastern Cities » (Haim YacobiMansour Nasasra (eds.), Routledge, 2019)

Organized by Sciences Po, CEE & CERI

Wednesday 20 November 2019, 5-7 pm, Sciences Po, LIEPP’s Conference Room, 254, boulevard Saint-Germain, 75007 Paris

Presenting the current debate about cities in the Middle East from Sana’a, Beirut and Jerusalem to Cairo, Marrakesh and Gaza, the book explores urban planning and policy, migration, gender and identity as well as politics and economics of urban settings in the region.

This handbook moves beyond essentialist and reductive analyses of identity, urban politics, planning, and development in cities in the Middle East, and instead offers critical engagement with both historical and contemporary urban processes in the region. Approaching « Cities » as multi-dimensional sites, products of political processes, knowledge production and exchange, and local and global visions as well as spatial artefacts. Importantly, in the different case studies and theoretical approaches, there is no attempt to idealise urban politics, planning, and everyday life in the Middle East –– which (as with many other cities elsewhere) are also situations of contestation and violence –– but rather to highlight how cities in the region, and especially those which are understudied, revolve around issues of housing, infrastructure, participation and identity, amongst other concerns.
More information

Speakers: Eric Verdeil (Sciences Po, CERI) and Haim Yacobi (University College London, DPU)

Discussants: Ozan Karama (Paris Est, LATTS, CNRS) and Hélène Thiollet (Sciences Po, CERI, CNRS)

Contact: citiesarebackintown@sciencespo.fr

Compulsory registration – For the external people to Sciences Po: You will have to arrive 10 minutes before the beginning of the seminar and to provide you with your identity papers)

Electricity Subsidies: Benefiting some Regions More than Others – analysis featured on the LCPS website

EDL headquarters in Beirut

I am happy to announce the Lebanese Center for Policy Studies has featured my analysis about electricity subsidies in Lebanon on its website.

While the recent political showdown over where to connect the Esra Gul barge to Lebanon’s power grid is indicative of the country’s unequal electricity supply, it also unearthed something more fundamental, namely, how electricity subsidies exacerbate geographical and social inequalities. Indeed, one major problem facing Electricité Du Liban (EDL) concerns the fact that production costs exceed revenues from consumers. For many years, the difference has been covered/subsidized by the state but these subsidies impact citizens differently depending on where they reside.

More precisely, because the periphery have access to a smaller supply of electricity per day, they incur greater generator use costs than those living in the central agglomeration, particularly   municipal Beirut. Consequently, my recent study demonstrates that effective subsidies disproportionately benefit wealthier households and in particular those who live in Beirut, as the latter are supplied with more power on a daily basis compared to other regions.[1] Therefore, electricity subsidies exacerbate both geographical and social inequalities.

While the production cost of electricity—indexed to the international hydrocarbon market—has significantly increased since 1994, prices have not been reevaluated in that period. According to the National Electricity Strategy Plan of 2010, the price represented on average only 55% of the production cost per kilowatt hour. While the price structure should reflect a principle of fairness and employ progressive rates designed to ease the burden for small consumers—among whom are the country’s poorest people—a 2009 World Bank study reported the opposite. In fact, fixed costs added onto an EDL bill resulted in small consumers (who use up to 300 kilowatt hours) paying disproportionately more of their income toward energy bills than larger users. Practically, the more they consume, the more users are subsidized by the state. This is not an open and deliberate subsidy, but rather a largely unseen mechanism at work.

In fact, the study highlights geographic variances that result from the length of time that power is supplied. This adds an essential component to the distortion caused by this effective subsidy. Since 2006­-2007, Beirut has received on average nineteen to twenty-one hours of electricity per day, while other regions have received only twelve to fifteen hours if not less (depending on the time of year and in which year data was gathered). The capital’s residents use more public electricity by default and consequently benefit more from subsidies.

…/…

Read the end of the article on the LCPS website.

A French longer version, including the detailed data, is to be read on this blog.

Subventions électriques invisibles: le privilège beyrouthin

Le Liban se classe parmi les pires pays du monde en termes de fourniture électrique [1]. L’insuffisance de la production électrique se traduit par un rationnement qui atteint plus de 12 h /j dans une large partie du pays. Cette situation date de la guerre civile. Après une période d’amélioration grâce aux investissements dans de nouvelles centrales électriques et dans le réseau des années 1990, la situation s’est de nouveau dégradée à partir de 2006. Malgré le plan du ministre Gebran Bassil en 2010, peu d’améliorations ont été apportées, les investissements réalisés et les nouvelles capacités mises en ligne (en 2017) ne compensant pas l’augmentation de la demande, qui n’est satisfaite que grâce au développement de la génération privée.

Les dysfonctionnements du secteur électrique libanais pèsent lourdement sur les ménages et les agents économiques. De plus, l’électricité est la première source du déficit public libanais. Elle représentait en 2013 40% de la dette publique cumulée et 55% du déficit budgétaire. Le déficit s’explique par diverses raisons. La mauvaise gestion technique et commerciale de l’entreprise est une première explication des pertes: les pertes techniques se montent à environ 15%, les pertes non techniques atteignant elles 25%. 40% de l’énergie produite n’est donc pas payée. Toutefois, il faut aussi mentionner la structure du tarif de l’électricité qui ne reflète pas ses couts de revient. En effet, le tarif moyen par KWh est de 141 LL en 2007, alors que le cout de production est estimé à 255 LL/KWh en 2009. Autrement dit, en moyenne, l’abonné ne paye que 55% du cout de revient. Ce désajustement du tarif par rapport aux couts explique donc aussi une partie importante du déficit de l’entreprise.

Les discussions publiques se focalisent, ces dernières années, sur la construction de nouvelles capacités de production pour mettre fin au rationnement, et sur les modalités de financement de ces investissements : faut-il investir de l’argent public, et où le trouver? ou mettre à contribution le secteur privé, mais alors à quelles conditions? Dans la période précédente, la problématique du vol et de la fraude était aussi fortement mise en avant[2]. Ces débats laissent largement de côté la question de la tarification. Le gouvernement considère que le réajustement ne pourrait intervenir qu’une fois l’amélioration du système bien amorcée, rendant une hausse de tarif plus acceptable. En attendant, le désajustement du tarif constitue une subvention de facto, dont les effets ont rarement été examiné.

Comme dans de nombreux pays en développement, la tarification d’EDL est en marches d’escalier, chaque palier (ou bloc) de consommation étant facturé à un certain prix, dans un objectif d’équité sociale. Toutefois, seule la tranche au-delà de 500 kWH est facturée à un prix supérieur au prix de revient, alors qu’elle ne représente qu’une petite fraction de la consommation[3]. A cette tarification variable s’ajoute une partie fixe et des taxes. Les études de la Banque Mondiale (2009) ont mis en évidence qu’en réalité, cette tarification n’était pas progressive car le poids des charges fixes pèse très lourdement sur les ménages qui consomment peu.

Dans cette note, j’examine une autre distorsion, spatiale, liée à cette tarification. Le Liban se caractérise en effet par des inégalités géographiques dans les dotations en courant. Beyrouth, la capitale, reçoit une dotation en courant nettement plus longue que les autres régions. En moyenne, elle ne subit que 3 à 4 h de coupures, les autres régions recevant moins de 15h, parfois moins. Cette distorsion n’est pas seulement de nature géographique mais aussi sociale : en effet les résidents de Beyrouth sont en moyenne d’un niveau socio-économique plus élevé. Plus riches, plus équipés, mieux dotés en électricité, ils consomment davantage. Or, étant donné la structure des tarifs, plus ils consomment, plus ils coûtent à l’EDL. Le raisonnement est connu et parfois mentionné. En revanche, à ma connaissance il n’a jamais été estimé précisément. Je propose ici d’essayer de caractériser cette distorsion. Continuer la lecture

PhD Position on Eastern Mediterranean oil and gas discoveries, regional geopolitics and economic development issues (part of the SALGIANT project)

Update: this call has been extended until the 21th september 2018. Look at the new call on this link or here.

I am pleased to announce the launch of the SALGIANT network and more specifically the research task Eastern Mediterranean oil and gas discoveries, regional geopolitics and economic development issues, which involves the recruitment of a young research for a PhD related to this issue, under my supervision.

SALTGIANT is a rare cross-disciplinary network of natural and social scientists dedicated to understanding the formation of the Mediterranean Salt Giant, one of the largest salt deposits on Earth, and its implications for sub-seafloor microbial life, risk assessment in the oil industry, geo-economics of the Mediterranean region and the history of oceanography.

source: https://medsalt.eu/the-project/ (Credit: Lofi et al. Seismic atlas 2, in prep.)

source: https://medsalt.eu/the-project/ (Credit: Lofi et al. Seismic atlas 2, in prep.)

Continuer la lecture

Présentation discussion de l’Atlas du Liban. Les nouveaux défis à la Maison du Liban à Paris

30086225300_268d70c4f2_nLa Maison du Liban à la Cité Universitaire Internationale à Paris organise une conférence de présentation de l’Atlas du Liban. Les nouveaux défis, en présence des coordinateurs et de certains auteurs.
Cette séance aura lieu le samedi 21 janvier 2017, à 17h00 à la Maison du Liban (accès).
Participants : Ghaleb Faour, Mouin Hamzé, Claire Gillette, Eric Verdeil. Modérateur: Franck Mermier

La présentation est ouverte au public mais l’inscription par mail est nécessaire pour des raisons de sécurité : culturemdl@gmail.com

Pour une présentation de l’ouvrage voir ce billet et le site de l’éditeur. Affiche à télécharger : PDF

A Paris, l’ouvrage est en vente à la librairie Maisonneuve, 3 bis, Place de la Sorbonne 75005.

L’Atlas du Liban. Les nouveaux défis en librairie et au Salon du Livre de Beyrouth

30086225300_268d70c4f2_nJ’ai le plaisir d’annoncer la parution aux Presses de l’IFPO de l’Atlas du Liban. Les nouveaux défis, que j’ai co-dirigé avec Ghaleb Faour et avec l’appui du CNRS Liban, co-éditeur. Mouin Hamzé, le secrétaire général de cette institution, a été l’initiateur de ce projet et lui a assuré un indispensable soutien institutionnel et financier. Claire Gillette, cartographe, a joué un rôle irremplaçable dans la coordination technique du projet en plus de ses immenses compétences professionnelles. Continuer la lecture

Transition politique et action publique locale : un colloque, un livre, une thèse

Des associations de jeunes fêtent le cinquième anniversaire du 14 janvier 2011, à Mahdia devant le musée de la ville. L'ambiance était très bon enfant. CC by Eric Verdeil.

Des associations de jeunes fêtent le cinquième anniversaire du 14 janvier 2011, à Mahdia devant le musée de la ville. L’ambiance était très bon enfant. CC by Eric Verdeil.

Alors qu’une partie du monde arabe est à feu et à sang, qu’en Tunisie la révolte de la jeunesse sans emploi à Kasserine s’étend vers d’autres villes et fait peser la menace d’une nouvelle révolution, d’autres évolutions, au rythme plus lent, se produisent. Si les élections tunisiennes ont légitimement retenu l’attention, le chantier de la redéfinition de la gouvernance locale avance également, mais selon des temporalités complexes et sans produire encore des résultats visibles. Dans ce billet, je présente plusieurs événements et travaux scientifiques récents qui proposent des éclairages diversifiés mais convergents sur ces thématiques. Continuer la lecture

Quel modèle de décentralisation des services urbains en Tunisie ?

Je participerai le 6 juin prochain au séminaire organisé par l’association tunisienne des urbanistes, la direction générale des collectivités locales et l’unité de recherche Droit et gouvernance.

AFFICHE -ATU

Argumentaire

La question territoriale a été au cœur de la révolution tunisienne. Les déséquilibres régionaux et les difficultés d’accès à l’emploi et aux services ont dès lors fait partie des thèmes les plus médiatisés sur la scène politique de l’après 14 janvier 2011. La décentralisation a rapidement figuré comme un principe phare des réformes, d’abord dans les programmes des principaux partis en course vers la constituante (ANC) et ensuite dans les orientations dégagées des travaux de l’ANC. L’approbation de la constitution de janvier 2014, et notamment son chapitre 7 sur le Pouvoir Local constitue le couronnement du consensus sur la décentralisation.

Aujourd’hui, la Tunisie a atteint un second palier dans sa course à l’instauration d’un système décentralisée avec l’affirmation des principes  de décentralisation, de subsidiarité, de libre administration des collectivités et de participation citoyenne aux affaires locales. Et en même temps, un chantier est ouvert, celui de la préparation de l’opérationnalisation de la réforme.

Dans cette perspective, et dans l’attente de la mise en place de structures chargées de mener les débats et les travaux sur les orientations des réformes de décentralisation, l’Association Tunisienne des Urbanistes en partenariat avec la Direction Générale des Collectivités Locales, et l’unité de recherche Droit et Gouvernance et avec l’appui de la Fondation Hanns Seidel, organise un séminaire  de réflexion sur les enjeux liés à la décentralisation des services urbains. L’objectif principal étant de rassembler chercheurs, experts et parties prenantes dans des discussions sur les thématiques clés de la réforme, afin de délimiter les contours des grandes questions à traiter. Le sujet principal qui sera débattu dans ce séminaire concerne les modèles possibles d’organisation des services urbains conformément aux nouveaux principes constitutionnels, en partant de l’organisation actuelle de ces services, ainsi que les problématiques que ces modèles suscitent.

Ma participation s’inscrit dans la suite d’une étude menée entre juin et juillet 2013 avec Sami Yassine Turki, de l’ISTEUB (et président de l’ATU), sur la décentralisation en Tunisie, dans le cadre plus large d’une recherche coordonnée par le Lebanese Centre of Policy Studies, à paraître très prochainement sous le titre suivant : Harb M., and Atallah S. (eds.), 2014, Local Governments and Public Goods: Assessing Decentralization Experiences in the Arab World Beirut: LCPS. (en arabe, mais la version anglaise sera téléchargeable sur le site du LCPS). Un résumé de cette étude est disponible ici :Mona Harb et Sami Atallah, Decentralization in the Arab World Must be Strengthened to Provide Better Services, Policy Brief, LCPS

En attendant, notre étude est disponible ici: Turki_Verdeil_Decentralisation_Tunisie_final-PDF (version française).