Archives de catégorie : cartographie

Géographie parallèle, exposition d’une œuvre commune de Marc Jurt et Michel Butor

Suivant l’injonction de Thierry Joliveau sur le site (e)space&fiction, je suis allé aujourd’hui voir l’exposition Géographie parallèle au musée de l’Imprimerie de Lyon (voir le dossier de presse). Y sont exposés cinquante monotypes du graveur et sculpteur suisse Marc Jurt, décédé en 2006, que l’écrivain Michel Butor a titrés et accompagnés de courts textes en prose. Ces estampes prennent pour support des documents cartographiques divers, gravures anciennes, plans de ville, cartes d’état-major et jusqu’à de modernes cartes d’aviation,  qui sont recouverts par des gestes picturaux, découpés,  tamponnés, parfois répliqués comme en miroir – ainsi dans l’affiche de l’exposition, l’œuvre “Papillon rugissant”-, etc. Le texte du Butor prend place en marge ou dans un cartouche, comme un commentaire, mais aussi bien s’insinue au cœur des figures dérivées des cartes. On retrouve ainsi ce mélange intime et consubstantiel du texte et du figuré dont Christian Jacob a montré qu’il est constitutif de la carte qu’il ne faut jamais pas confondre avec une simple image1. Continuer la lecture

Notes _____________________
  1. Jacob C., 1992, L’empire des cartes : approche théorique de la cartographie à travers l’histoire (Bibliothèque Albin Michel de l’histoire, ISSN 1158-6443). Paris, Albin Michel, 537 p. []

Consternation cartographique

A la BIU de Gerland, je trouve sur la table des nouvelles acquisitions An Atlas of Middle Eastern Affairs, édité par Routledge (Auteurs : Ewan Anderson et Liam Anderson, Cartographie par Ian Cool). Consternation! D’autant que c’est sans doute moi qui aie suggéré son acquisition, argh… Rarement aura-t-on lu vu un atlas géographique et géopolitique aussi médiocre. C’est une chance qu’en France, les éditeurs se soient lancés sur le marché des atlas (cf. article de Jean Radvanyi), et que les succès rencontrés les confortent dans la production d’une iconographie de qualité (et tout simplement en couleur). Une autre chance est que les géographes et les cartographes, bien formés aux règles théorisées de la graphique théorisées par Jacques Bertin et ses successeurs, aient globalement réussi à imposer aux éditeurs leur reconnaissance  (même si il y a des exceptions, voir la série des atlas La Vie-Le Monde et la justification qu’en donne Delphine Papin, cartographe responsable de cette série – enfin rien à voir avec la catastrophe qui nous occupe). Ce que les séries du Monde diplomatique, d’Autrement ou de Sciences Po ont également réussi à imposer sur le marché, c’est aussi une richesse des thématiques qui contrebalancent le simplisme des approches dominantes de géopolitique et de relations internationales. Continuer la lecture

Le genre de l’atlas, l’atlas comme genre

En complément de ce billet, je publie ici, pour mémoire, ce texte qui était une proposition d’un axe de travail pour le projet de réponse à l’ANR « médiations géographiques ». J’aurais voulu le déposer dans Hal-SHS, mais assez logiquement, il n’a pas été accepté. Je le dépose le 1er mai 2012, mais ce billet est anti-daté (notamment pour ne pas apparaître en une). Sa date de rédaction initiale était fin 2007-début 2008.

 Contexte

Depuis les années 90, la production éditoriale en géographie s’est distinguée par une floraison de collections d’atlas géographique d’un genre nouveau, parmi lesquels on peut citer, sans volonté d’exclusivité et en se limitant à quelques références françaises, la collection Dynamiques du territoire coéditée par le GIP Reclus et la Documentation française, les Atlas d’Autrement ou ceux, annuels, publié par le Monde diplomatique. Reposant sur une nouvelle esthétique de la carte et de l’infographie, usant des ressources de l’informatique, de cartographie statistique et des systèmes d’information géographique, ces atlas articulent de manière originale leur riche iconographie avec le texte, que ce soit sous la forme de planches thématiques ou d’un récit géographique qui, tous deux, rompent avec la sècheresse de notices descriptives se retranchant derrière l’image qui constituaient pour l’essentiel le style des anciens atlas.

Si Lyon n’est pas Montpellier, capitale du GIP Reclus, il se trouve néanmoins que l’on y observe différentes productions relevant du genre de l’atlas. Au sein même de l’UMR, on citera notamment les Atlas de Roumanie (Rey et alii) et du Liban (Verdeil, Faour, Velut), et les réflexions sur les outils de la cartographie récemment structurées dans la plateforme ISIG. Par ailleurs, le GREMMO (UMR n°5195 de la Maison de l’Orient) prépare un atlas du Syrie en lien avec l’IFPO, qui était le partenaire de l’Atlas du Liban, et ce même IFPO a lancé un autre projet d’Atlas de Jordanie. On notera également que les projets d’Atlas ne sont pas cantonnés à la discipline géographie. Le Laboratoire d’analyse historique Rhône Alpes, sous la conduite de Jean-Luc Pinol, autrefois responsable de la collection des Atlas des villes de France, étant également engagés dans divers projets similaires.

 Questionnements

En proposant une réflexion sur le genre de l’atlas ou sur l’atlas comme genre, notre propos vise deux questionnements complémentaires.

Les conventions d’écriture dans les atlas

Une première interrogation porte sur les conventions d’écriture de ces atlas. Elles sont tout d’abord redevables à la révolution informatique, géostatistique et des systèmes d’information géographique. Toutefois, la géographie française semble particulièrement marquée par les codifications théorisée par J. Bertin et systématisés, voire déclinées en un style cartographique singulier par Roger Brunet et le GIP Reclus. Même si les Atlas Autrement ou les produits du Monde diplomatique s’en dégagent aujourd’hui, on peut faire l’hypothèse d’une empreinte disciplinaire forte et durable de ces maîtres. Les comparaisons étrangères et avec d’autres disciplines (par ex. l’histoire, l’environnement ou l’urbanisme et l’aménagement- pensons aux atlas de l’IAURIF) pourraient permettre de saisir et d’identifier les principaux éléments d’un tel style ou écriture cartographique. Mais le renouvellement des atlas ne se limite pas aux transformations esthétiques et typologiques de l’iconographie, elle va de pair avec une nouvelle relation aux textes. D’une part, les cartes et diagrammes produits par ordinateur sont, peut être plus que par le passé, le résultat d’un code ou d’un programme : ils diffèrent peu, en nature, de textes produit selon des procédures formalisées (voir E. Guichard). D’autre part, et cette fois-ci selon une perspective plus classique bien analysée par C. Jacob par exemple dans l’Empire des cartes, les cartes de l’atlas ne sont pas séparables de leur commentaire, qui commence avec le texte même qui est inscrit dans la carte (légende, toponymie) mais se prolonge dans le texte qui accompagnent l’iconographie, dans une planche voire un chapitre. Enfin, c’est la forme même de ce texte, son plan et ses motifs répétitifs ou singuliers, qui constituent un dernier élément pour aborder la question du genre de l’atlas.

Le genre comme réponse à une demande sociale

Une deuxième grande perspective induite par l’interrogation sur le genre porte sur le contexte de production et de réception, non pas au sens étroit du milieu disciplinaire, mais au sens de contexte produit par une certaine demande sociale. Du côté des éditeurs, l’atlas semble représenter un produit grand public prisé (cf. la collection Autrement). C’est sans doute aussi vrai du côté des pouvoirs publics. Pour eux, les atlas représenteraient une manière relativement « neutre », par sa codification notamment, de poser des diagnostics territoriaux. Ils seraient ainsi l’expression d’une « transaction » entre des géographes soucieux de mieux prendre en compte la demande sociale et politique et de valoriser leur discipline et des « décideurs » ou un « public » pour qui les conventions d’écriture et de représentation propres à l’atlas faciliteraient l’appropriation de la production scientifique des géographes.

Au-delà des expériences des grandes collections récentes d’atlas en France, et des témoignages d’auteurs, il serait intéressant d’analyser d’autres expériences nationales : ici, les cas roumain et libanais, pour commencer, pourraient être soumis à ce questionnement.

Références citées

Rey Violette et alii, Atlas de la Roumanie, GIP Reclus/La Documentation française, 2007

Verdeil Eric, Faour Ghaleb, Velut Sébastien, Atlas du Liban : territoires et société, Beyrouth : IFPO/CNRSL, 210 p.

Guichard Eric, « L’internet : retrouvailles de l’écriture et de la cartographie », in dossier « La cartographie », Revue de la bibliothèque nationale de France, n°24, 2006, pp.51-56.

Jacob Christian, L’empire des cartes  : approche théorique de la cartographie à travers l’histoire,  Paris : A. Michel, 1992,  537 p.

Un Atlas du Proche-Orient arabe élégant et utile

F. Balanche m’a aimablement offert son Atlas du Proche-Orient arabe, publié par les Presses de l’Université Paris-Sorbonne. Je l’ai vu travailler à ce livre depuis plusieurs années. Ce qui était au départ un projet d’Atlas de Syrie qui aurait pu s’articuler avec l’Atlas du Liban et le futur Atlas de Jordanie publiés par l’IFPO est devenu, après divers aléas et imbroglios éditoriaux, cet ouvrage. On peut regretter que la série de l’IFPO reste incomplète – et la situation syrienne aujourd’hui ne permet pas évidemment d’imaginer un changement de cet état de fait. Mais cela témoigne des difficultés de fabrication de tels ouvrages sans bénéficier de l’appui d’un ou plusieurs ingénieurs cartographes (ou géo-statisticien), comme j’en ai fait l’expérience pour l’Atlas du Liban, de même qu’aujourd’hui M. Ababsa qui éprouve de grosses difficultés pour finir l’Atlas de Jordanie. D’autre part, on ne fait pas un atlas d’un pays sans un partenariat solide et confiant avec des institutions locales, ce qui pour la Syrie ne semble jamais avoir été envisageable, alors que cela l’était avec le CNRS Libanais et d’autres institutions officielles et qu’une relation de confiance existe entre M. Ababsa et le Jordan Department of Statistics. Continuer la lecture

Délimiter les banlieues de Beyrouth. Noms et périmètres

Voici le résumé de ma communication au colloque Des banlieues à la ville, espaces et acteurs de la négociation urbaine (IFPO, Beyrouth, 31 octobre-1er novembre 2011), ainsi que le support de la présentation. Le texte (version provisoire) est téléchargeable sur Hal-SHS.

Cette communication propose l’analyse de quelques découpages et délimitations des banlieues de Beyrouth et de leurs dénominations. L’objectif est de mettre au jour derrière, les enjeux cognitifs et politiques de cette double opération d’identification cartographique et langagière. Les travaux des géographes et des urbanistes sont particulièrement étudiés. Générale dans l’histoire de l’urbanisme, la volonté de subsumer les banlieues sous un nom de métropole englobante renvoie, particulièrement dans le cas libanais, à un conflit entre l’Etat central principal détenteur des compétences urbanistiques et différents acteurs et pouvoirs locaux, en particulier les municipalités. La communication montre ce qui apparaît comme un tournant depuis le début de la décennie 2000, à savoir un désintérêt récent pour la notion d’un Grand Beyrouth, et la montée de nouveaux types de découpages renvoyant à de nouvelles modalités de l’action publique.

Délimiter les banlieues de beyrouth ppt

View more presentations from verdeil.
En prolongement de cette réflexion, lire aussi la série de trois billets consacrés à la nouvelle délimitation de l’urbain au Liban par l’équipe du projet MENAPOLIS-e-Géopolis (1, 2, 3).

Cartographie électorale de la Tunisie

Sous le pseudonyme d’El Kasbah, un facebookien tunisien met en ligne un dossier cartographique et infographique fort intéressant sur les résultats des élections du 23 octobre (accès ouvert).

Basées sur les résultats publiés par l’Instance supérieure indépendante pour les élections (ISIE), les données utilisées ne sont pas exemptes de défauts. Seules sont disponibles les nombres de voix sur les partis qui ont obtenus des sièges. Cela fausse la représentation d’un vote très dispersé. Mais l’auteur est conscient de ce problème et propose diverses analyses pour contourner cet écueil.

Les commentaires très nombreux – et les réponses de l’auteur – apportent dans de nombreux cas des compléments utiles. Facebook non plus comme miroir égotique mais comme le meilleur d’un dispositif citoyen et participatif.

J’en extrais deux figures qui, avec leurs commentaires, me paraissent fort instructives. Continuer la lecture

L’urbanisation au Liban selon Géopolis : incertitudes démographiques mais vertus d’une diffusion des données scientifiques en ligne

Dans ce nouveau billet (et dernier – voir le premier et le deuxième), j’aborde les estimations démographiques concernant les villes libanaises dans la base MENAPOLIS/e-geopolis. Dans le tableau de bord explicitant leurs choix méthodologiques, les auteurs soulignent l’extrême incertitude entourant les données démographiques au Liban, dont j’ai rappelé certaines dans le billet introductif de cette série. On ne peut qu’être d’accord avec eux. Pour autant, à l’examen des données globales comme de la liste des agglomérations qu’ils proposent, plusieurs incohérences apparaissent. Les choix des sources démographiques pour les années 1960-1970 semblent hasardeux et donnent des résultats problématiques. Certaines incohérences relèvent manifestement d’erreurs d’interprétation des définitions et pratiques de l’administration libanaise, notamment concernant le comptage des Palestiniens. D’autres incohérences apparaissent dans les évolutions attribuées aux grandes agglomérations dont l’origine est plus complexe. Je reviendrai pour finir en conclusion sur les limites et les leçons qui peuvent être tirées de cette tentative à l’épreuve d’un cas extrême, en me demandant en quoi cela fragilise ou renforce l’ambition sous-jacente au projet Géopolis. Continuer la lecture

L’urbanisation au Liban selon MENAPOLIS/e-Géopolis : les nouveaux périmètres urbains

Dans le billet précédent, j’ai rappelé les principes méthodologiques de l’approche Géopolis et son intérêt pour le cas particulier du Liban. Dans celui-ci, il s’agit principalement de présenter les résultats concernant l’extension de l’urbanisation au Liban, en privilégiant la question de l’extension spatiale. La discussion des données démographiques est laissée au billet suivant. On en tirera quelques observations sur le décalage entre les formes urbaines constatées en 2010 et les instances de gestion existantes au Liban. En troisième lieu, on se penchera sur les tendances d’évolution spatiale de l’urbanisation, tout en relevant les lacunes de la base de données MENAPOLIS/e-geopolis à cet égard. Les résultats seront comparés à ceux des analyses du Schéma directeur d’aménagement du territoire libanais (SDATL), réalisées en 2002 sur des données démographiques de 1997 et des données d’imagerie de 1998. Continuer la lecture

Nouveaux regards cartographiques sur la mondialisation : vidéos en ligne

Cette journée de réflexion (18 mai 2011), organisée par l’ENS de Lyon, le site Dgesco-Géoconfluences et l’Institut français de l’Éducation (IFÉ), a été l’occasion d’un échange entre les producteurs de cartes, cartographes et chercheurs, le monde des usagers – enseignants, élèves, citoyens, étudiants – et les milieux de diffusion de la carte (édition, revue, site web…). Les vidéos sont disponibles ici : http://geoconfluences.ens-lyon.fr/actus/index.htm

J’y ai animé une séance sur la vogue des Atlas, visible en suivant ce lien. Certains des éléments de cette réflexion sont repris dans mon compte rendu sur l’Atlas de la mondialisation de SciencePo, publié dans Géocarrefour.



Cartographier la mondialisation : l’Atlas de Sciences Po

De nouveau en avant-première d’une parution dans Géocarrefour, je propose ici un compte rendu de l’Atlas de la mondialisation. Comprendre l’espace mondial contemporain, publié par les Presses de Sciences Po. Il s’agit d’une lecture “relationnelle” et en quelque sorte comparée, le replaçant dans un dialogue avec plusieurs autres textes parus récemment sur la même thématique. Continuer la lecture