Archives de catégorie : avenir de la recherche

Questions about the development of open access journals which charge authors

Two colleagues from British and German universities have recently invited me to become associate editor for a newly created section of Frontiers in Sustainable Cities, the academic journal they are involved in as scientific editors. I am greatly honoured of this invitation to contribute to the development of a subfield of research in which I have been involved for several years. I trust and respect greatly these colleagues and I have no doubt their work is a guarantee of high scientific standards and integrity in the peer reviewing process .

I know the European Union, as well as the French scientific funding agencies such as the French Agence nationale de la recherche or the CNRS, support the publication in open access journals. This policy, known as Plan S, was launched in 2018. Personally, I am also convinced that open access journals bring huge visibility and easier access to research. Nevertheless, I think that the Article Processing Charges (APC) mechanism1 raises several ethical and political issues. Therefore, I am uncomfortable to encourage publication in APC-led journals, and I fear I have to, at least temporarily, decline my two colleagues’ invitation.

I wrote this text in order to highlight this new trend and stir a collective discussion among my scientific community at Sciences Po, among the French academia and beyond (which is why I wrote it in English).

A system that increases inequalities

Obviously, the system creates a barrier for young researchers who do not hold stable or tenured positions and who do not have access to substantial research funds. I conduct my research in France, where academic precarity is widespread, and I know that APC would indeed exclude those young and promising researchers. Tenured researchers without (or with limited) research funding are actually also at risk of being excluded by the development of Author Processing Charges. APC journals come at a moment when the research units that are part of the universities (the so-called ‘laboratories‘) undergo increasing financial pressure and lose the small autonomy they had managed to keep. Consider for example a research unit where every year, around 100 articles, assuming 50% of them would be published in APC journals; publication fees would amount 50.000 € if we assume the APCs correspond to those billed by Frontiers in Sustainable Cities, which are not the highest, by far. These sums would have to be distracted from research, fieldtrips, conferences, salary or from library funding, who cannot stop their subscriptions to journals.

For me, encouraging APC would mean being part of a system that increases inequalities between established and aspiring researchers, between well-funded and not funded ones, and reinforce the hierarchy inside the academic world. With research funding characterized by a very high selection rate, and in substantial proportion determined by trendy topics and pre-existing researchers’ reputations, in the end, the probability that non-mainstream topics are ignored is high.  

A system that encourages the ‘Publish or Perish’ race

A second issue relates to current trends in academic publishing is the race to publish, the well-known « Publish or Perish » (PoP) dynamic. PoP is the result of the convergence of multiple factors, among others: researchers’ careers based on quantitative metrics; the funding of projects based on competition between researchers and between institutions; and the increasingly lower technological cost of publishing digitally. One of the consequences of the PoP « rule » is the increased pressure to submit articles to a limited number of well-established and highly recognized journals. As a result, the selection process has become very competitive, excluding a large number of good articles only because there is no room in these top-journals, and because editorial board members, reviewers and copy editors don’t have enough time to review, follow-up and edit so many articles. The development of digital platforms for academic publishing such as Frontiers fits in this general landscape. APC platforms and journals surf on this scarcity in academic journals, with demand increasing faster than offer. The recent shift of research funding agencies such as the UE (H2020, ERC) or national agencies towards open access publications, in the name of open science, has only stimulated this trend and increased market opportunities for APC journals. My accepting the invitation in this journal and proposing theme issues as suggested, would only feed these dynamics. Obviously, as a researcher and leader of collective research projects who needs to deliver research outputs in academic journals, possibly as theme issues, I feel that I could take advantage of this APC system. But I am also wary of fueling a move in a direction that I feel is insane.

Insane capitalistic accumulation at the expense of public money

A third issue relates to the political economy of the science publishing industry. For years, researchers have complained about the concentration of this industry and the enormous profits oligarchic corporations are ripping, due to their commercial practices with libraries, with oversold bouquets of journals and hardly justified price hikes. The move towards open access publication and the rise of the APC model (with article processing charges reaching up to 5000 € in some journals, and currently about 1000 € in the case of Frontiers in Sustainable Cities) is a new strategy those corporations are implementing in order to alleviate the risk that the open-access policy represents for them. APC are becoming a new source of profit for the publishing industry. This needs to be discussed in relation to two questions: are the prices of APCs fair? How does this new business model impact scientific integrity?

A few surveys have tried to estimate the sums spent on APC at the European level, for instance the OPENAPC project by Bielefeld University. Similar initiatives regarding the cost of publishing are scarce because the industry keeps doors closed in the face of outsiders. Such a survey was undertaken in France however. It shows that the median cost par page of Social Sciences and Humanities published article’s page stands at 66 €. For an average 10 pages article it makes around 660€, to be compared to the 970€ charged as APC in the journal I was invited to2. Is the difference the Frontiers’ profit margin? If so, then it’s a lot. Things are worse if you consider that APCs amount to 3800€ in the top-ranked journals, and up to 5000€ in some case (not SSH)3. Data from the OPENAPC project show an average APC at 1976€, and up to 7400€. According to my correspondent at Frontiers, “ we use our Market Intelligence team to ensure that our APCs are competitively priced’’. At the launching of the journal, APC may be ‘’competitive’’. But they may increase later. So APCs are not based on just taking into account the real cost plus a margin that is already big. They vary based on the dynamics of offer and demand across and within academic subfields in order to generate more profit. This means that APC journals are in fact speculating on their reputation to extract more profit from public money and researchers’ work without contributing themselves to adding value beyond the service of providing access and copy-editing.

Another way to increase the revenues of such journals is to publish as much articles as possible. This is their direct interest. Some APC journals (at least those labelled predatory journals or publishers according by Beall in 2012) have repeatedly been suspected of lowering the review process standards, since their business is based on publishing as much as possible . A clear and neat separation is needed between scientific editors and commercial management. I don’t say it’s the case of Frontiers, despite some rumours and individual claims found on internet. I trust my colleagues for not allowing this for the new section they are launching. To be fair, one must recognize the development of journals operating on this market also meets the interests of scholars throughout the world. To alleviate the risks associated with this double pressure, from some publishers and some authors, editorial boards have to implement a very strict monitoring of the review process, for instance regarding the not so rare practice of requesting that authors propose a few names of potential reviewers.

The development of such journal contributes to increase the shameful process by which an enormous amount of public money (profit rates are typically between 20-30%) ends up in their pocket while many universities and above all researchers, junior or senior, have their own pockets depleted, because of job policies in the academia and the increasing concentration of research funding.

Being part of the APC model means working for free for the profit of this industry: as an author, as an editor, and as a reviewer. The only reward is a bit of academic glory and the opportunity to have articles or theme issues published. One can object that this new world is not better, economically and financially speaking, than the existing world of journals run by the scientific publishing oligarchy. In my view, the advantage of the latter is at least that everyone can submit and publish an article with having to pay the APC. Clearly, we need other solutions.

Other solutions are available 

As I have mentioned above, I fully recognize that there is a serious need of new journals, in particular for emerging scientific fields, in order to ease the pressure on existing journals. However, there are many different editorial models and the APC « gold path » is not the only one. France is probably particularly lucky because the early mobilisation of researchers from social sciences and humanities, and the support of the CNRS and of several universities have allowed the rise of a publishing ecosystem making full use of digital technologies to support open-access journals. Hence most journals either remain under a classical subscriber system (but less expensive than in the anglophone publishing industry), or under a system, in which the cost of editorial staff and system maintenance is borne by the universities and the CNRS (the OpenEdition platform is a case in point, but there are other instances). Similar solutions, even if not as widespread as in France, also exist in other European countries and in South America . In my field of research, I think of ACME, a journal of critical geographies, and of Geographica Helvetica, where the cost are supported by several Swiss academic institutions, or the Italian journal of political sociology Partizipatione e Conflitto (PACO), just to name a few. These solutions rely on the strong involvement of academic communities and the support of the national and local academic institutions. Apparently, this kind of solutions are not as developed in the anglophone academic world. I wonder if this can be explained by the fact that researchers are more pressured to invest their time and energy to gain research contracts through competition, and are less available for community led journal projects, which require cooperative practices. It is true that researchers are not editors, publishers nor IT specialists and they should not waste time when efficient publishing solutions exist. However, the drive towards the APC journals bear with it many shortcomings. Collective, cooperative and at least more prudent attitudes are needed to avoid to spring in without further reflection.

A necessary debate inside scientific communities

At least, before accepting the invitation to become part of this editorial board, I wanted to share these arguments and raise a debate within the scientific community, at the level of my research unit and more broadly in the French academia and, why not, the European academia which is directly impacted by APC journals. and committed to take a stand. If we want to collectively keep the rein of our academic life and make the most efficient use of precious but scarce public funds, instead of moving individually to this new system without questioning it, I believe alternatives should be explored and, at least, that the choice of APCs should be collectively discussed4.

Frontiers‘ answers

Answer from the person in charge of recruiting Associate editors at Frontiers to my message stating I was going to decline their invitation, where I sketched the arguments further developed in this blog post.

The OA model introduces a gap between funded and non-funded researchers
We do charge Article Processing Charges (APCs), however this is the only sole source of revenue for us, all of which is reinvested back into our platform and open science services to allow more communities to benefit from high-quality open access. They also enable open access to all of our content, whereby all articles published are freely and permanently available for anyone to video, download and disseminate (under the CC-BY licence, where authors retain the copyright for articles). We also are passionate about providing assistance to authors who are unable to pay the article processing charges. A portion of the income we generate is distributed to our fee support programme, which you can find more information here.  We also have an institutional memberships programme where we work with universities, funding agencies and research consortia to find ways to remove some or all of the responsibility for APCs from individual authors. You can find out more information on this here. When we launch new journals, we use our Market Intelligence team to ensure that our APCs are competitively priced and are usually less than half the price of subscription publishers. 
 
Trend toward APC funded journals encourages the Publish or Perish race, and journals pushing for quantity rather than quality
At Frontiers, it is the active researchers from our editorial boards who make the content decisions. We do not set acceptance rates, instead, our acceptance and rejection criteria are clearly defined in our editorial guidelines and it is the responsibility of the editors and reviewers to ensure the highest quality research passes through peer review. Their names are published on the final article as a public endorsement of this. Our philosophy is to empower researchers in the publishing process and ensure editorial independence. Therefore, editorial decisions about the acceptance or rejection of articles within the peer review process are taken by our editorial board of subject-specific experts, whom we empower with cutting edge-technology and editorial support to make these decisions efficiently. We completely understand that academics will invest time into the reviewers and editors role, which is why we ensure they have plenty of support from our side from our dedicated peer review team and our internal checks team.
Notes _____________________
  1. this is a fee to be paid by authors once their manuscript has been review, revised and accepted. APC are the main revenue of those journals. In certain cases, there are waivers for these APC, when a scientific societies, or a university compensate for it, which allows the members of the society or the faculty of the university to be exempted from the fee []
  2. Contat, Odile, and Anne-Solweig Gremillet. 2015. ‘Publier : à quel prix ? Étude sur la structuration des coûts de publication pour les revues françaises en SHS’. Revue française des sciences de l’information et de la communication, no. 7 (July). https://doi.org/10.4000/rfsic.1716 []
  3. see a recent French survey by Leduc, Michèle, and Antoinette Molinié. 2020. « Les publications à l’heure de la science ouverte ». Paris: Comité d’éthique du CNRS []
  4. I would like to thank Tommaso Vitale and Miriam Perrier for their feedback and suggestions, as well as Pierre Mounier and Marin Dacos for pointing to surveys and resources documenting publishing practices []

Soutenance de la thèse d’Elvan Arik : Se chauffer à Istanbul : des pratiques thermiques face aux épreuves de la transition et de l’efficacité énergétiques

Elvan ARIK soutiendra sa thèse intitulée « Se chauffer à Istanbul : des pratiques thermiques face aux épreuves de la transition et de l’efficacité énergétiques ». Cette thèse a été financée par le LabEx IMU dans le cadre du projet POUDEV (2012).

Date : 7 décembre 2018, à 14h

Lieu : amphi Est, Bâtiment des Humanités, INSA Lyon

Résumé de thèse :

Cette recherche s’intéresse aux transformations des pratiques de chauffage à Istanbul impulsées par l’arrivée d’une nouvelle ressource énergétique. À travers l’analyse d’une trajectoire heurtée et contestée de diffusion du gaz naturel en substitut de combustibles traditionnels (charbon/bois/fuel), ma thèse dévoile les spécificités et les contradictions d’un processus « ordinaire » de transition énergétique au regard des dynamiques inégales d’appropriation sociale des innovations technologiques, qui viennent conforter et parfois subvertir la nature même des projet techniques et politiques. Inspiré par des travaux sur la sociologie de l’énergie et d’écologie politique urbaine, je propose de suivre dans le temps et dans l’espace les modalités d’agencement d’un nouveau système sociotechnique (service de distribution en réseaux, équipements de chauffage prétendant à l’efficacité énergétique pour la dernière génération d’entre eux, panneaux solaires, etc.), de comprendre les logiques conflictuelles de territorialisation de ces dispositifs en lien avec d’autres dynamiques de transformations urbaines, et enfin de repérer les conditions matérielles, culturelles et socio-économiques, plus ou moins favorables, pour que ces infrastructures réussissent à s’encastrer dans le quotidien des habitants. Ce faisant, ma thèse répond à un double questionnement : comment expliquer la rapidité et la massivité du déploiement du gaz naturel étant donnée la nature des obstacles à surmonter dans le contexte d’une métropole émergente (étalement urbain, concentration de pauvreté, inadaptation d’un cadre bâti hérité à l’usage du chauffage centralisé) ? Comment interpréter les multiples formes de vulnérabilité produites par un processus de transition énergétique censé, paradoxalement, incarner la modernisation et accompagner l’internationalisation d’Istanbul ?

Spécialité : GÉOGRAPHIE – URBANISME – AMÉNAGEMENT
Mots-clés : Pratiques de chauffage, métabolismes urbains, services en réseaux, gaz naturel, vulnérabilité énergétique, transition et efficacité énergétiques, transformations urbaines, Istanbul.

Laboratoire (s) de recherche : UMR 5206 TRIANGLE
Directeur de thèse : Jean-Michel DELEUIL (Professeur, INSA de Lyon) en co-direction avec Eric VERDEIL (Professeur, Sciences Po ParisP

Composition du jury :

Sylvy JAGLIN, Professeure, Université Paris-Est Marne-la-Vallée, Rapporteur

Alain NADAÏ, Directeur de recherche HDR, CIRED, Examinateur

Jean-François PÉROUSE, Maître de Conférence (HDR), Université Toulouse II, Rapporteur

Christian GHIAUS, Professeur, INSA de Lyon, Examinateur


Soutenance de thèse: Pierre Desvaux, L’arraisonnement des milieux urbains. Analyse des flux cataboliques au Caire (Égypte) et à Lyon (France)

Pierre Desvaux (publications via Hal), dont j’ai eu le plaisir d’encadrer la recherche doctorale avec Myriam Houssay-Holzschuch, soutiendra sa thèse le jeudi 14 décembre à Grenoble.

Résumé : Cette thèse propose une approche qualitative du métabolisme urbain à partir du cas des flux de déchets au Caire (Égypte) et à Lyon (France). Il s’agit de dépasser l’impossibilité présumée de la comparaison de cas d’études a priori très éloignés (selon un axe Nord/Sud) en proposant une grille de lecture centrée sur la multiplicité des infrastructures sociales et techniques permettant la circulation et la transformation de ces matières. Elle se penche plus particulièrement sur les flux dits cataboliques permettant de décrire l’ensemble des étapes de transformations et de circulation de la matière permettant la « mort sociale des objets » entendue comme une protection hygiénique et critique à l’égard de leur dangerosité. L’analyse du déploiement des flux cataboliques à travers les milieux urbains permet ainsi de mettre en avant les formes prises par le contrôle de ces flux. Cette formalisation est ici présentée comme un arraisonnement du milieu, pensé comme une mise en ordre des milieux par des pratiques hétérogènes de codage et de surcodage. Ces notions permettent d’identifier un modèle d’urbanisation occidental pensé comme une mise en ingénierie des milieux urbains (ingénierie mésologique). Cette grille de lecture se conçoit comme un « troisième terme » permettant de faire dialoguer des cas d’étude souvent considérés incommensurables en raison d’une approche tératologique des modèles de développement urbain du Sud. Cette approche est marquée par une volonté de justice épistémologique entrant dans le cadre de la refondation postcoloniale des études urbaines et par la volonté de participer au développement de ce que Souleymane Bachir Diagne nomme un « universalisme de traduction ». À partir de ce cadre théorique sont analysés le fonctionnement et les évolutions historiques et contemporaines des pratiques d’arraisonnement gouvernementales ou non des flux cataboliques au Caire et à Lyon dans le contexte du déploiement du métabolisme capitaliste contemporain.

Jury : 

Mme Sabine BARLES, Professeure des universités, Université Paris 1, Membre

M. Éric DENIS, Directeur de recherche, CNRS, Rapporteur

M. Romain GARCIER, Maître de conférences, ENS Lyon, Membre

Mme Myriam HOUSSAY-HOLZSCHUCH, Professeure des universités, Université Grenoble Alpes, Co-Directrice

Mme Jennifer ROBINSON, Professor, University College London, Rapportrice

M. Éric VERDEIL, Professeur des universités, SciencesPo Paris, Co-Directeur

Soutenance de Thèse: Marie Bonte, Beyrouth, états de fête. Géographie des loisirs nocturnes dans une ville post-conflit

Je participerai demain, vendredi 8 décembre à Grenoble, au jury de la thèse de Marie Bonte. (ses publications via Hal).

Résumé :

Cette thèse porte sur les espaces de la vie nocturne à Beyrouth, entendus comme l’espace physique des bars et des boîtes de nuit et comme un ensemble de pratiques et de sociabilités qui leur sont associées (notamment autour de l’alcool, de la danse, de la musique), regroupant diverses catégories d’acteurs chargés de sa production et de sa régulation. Tout en privilégiant une étude décentrée des concepts, je m’inscris dans le champ récent qui intègre la nuit à la réflexion géographique. Je privilégie l’analyse des usages ludiques de Beyrouth la nuit ainsi que leur portée sociale et politique dans le contexte libanais. J’articule donc les problématiques nocturnes au prisme du post-conflit, qui permet de définir une situation dans laquelle les héritages de différentes périodes de guerre sont encore visibles et opérants tout en se mêlant à d’autres processus plus récents. Le rapport entre vie nocturne et ville post-conflit est à double sens : la situation post-conflictuelle conditionne l’offre, les pratiques et les représentations attachées aux loisirs de nuit qui en retour constituent le lieu d’inscription des héritages, des incertitudes et des possibles de la jeunesse noctambule. Cette recherche s’appuie sur une enquête qualitative mêlant entretiens formels et observation directe. La vie nocturne de Beyrouth y est appréhendée à travers trois lectures de l’espace : l’espace physique et urbain investi par les établissements et les individus, l’espace social des relations entre acteurs, l’espace politique et critique des revendications et des transgressions. Ces trois niveaux de compréhension mobilisent tout en les spatialisant les notions de champ (pour désigner les acteurs chargés de la production de la vie nocturne), de monde (pour désigner les noctambules) et d’ethos (pour désigner l’ensemble des principes et des valeurs qui orientent les comportements.

Jury :

Mme Mona Harb, Professor, American University of Beirut (Rapporteur)

Mme Anna Madoeuf, Professeur, Université François-Rabelais de Tours (Rapporteur)

M. Éric Verdeil, Professeur, Sciences-Po Paris (Examinateur)

M. Franck Mermier, Directeur de Recherches, CNRS, IIAC/LAUM (Examinateur)

M. Jérôme Tadié, Chargé de Recherches, IRDN, URMIS (Examinateur)

Mme Karine Bennafla, Professeure, Université Jean Moulin Lyon 3, (Co-Directrice)

Mme Myriam Houssay-Holzschuch, Professeure, Université Grenoble Alpes (Co-Directrice)

Le gel de RussEurope : une décision difficile à comprendre

Concernant le gel du carnet de Jacques Sapir RussEurope, j’avoue un malaise certain.

D’un côté, je trouve que les accusations de censure politique manquent de crédibilité et ne repose que sur des soupçons, des procès d’intention et des conjectures. Je doute qu’elles expliquent le vote unanime des deux conseils scientifiques.

D’un autre côté, en revanche, je ne suis pas du tout convaincu de la nécessité qu’il y avait d’interrompre l’alimentation de ce carnet. D’abord, la base juridique du gel me paraît faible car Sapir ne semble pas avoir dépassé formellement les engagements auxquels sont tenus les chercheurs (voir les Conditions générales d’utilisation du portail). Même si cette année il a publié plus de chroniques témoignant de ses engagements politiques, cela n’a rien de nouveau. Arguer d’un changement dans la nature de la publication ne paraît pas être une position facile à défendre. Par d’ailleurs, d’autres carnets se livrent plus ou moins régulièrement à des analyses qui ne sont pas simplement des éclairages mais aussi des prises de position.

Plus fondamentalement, comme le soulignent plusieurs commentateurs, il est vraiment difficile de tracer une limite nette entre la recherche en SHS, l’expertise sur le monde social et l’engagement personnel (cf. tweet de Dominique Lecourt). Chaque chercheur a son style, sa posture, qui peuvent varier dans le temps. En fait on pourrait même arguer que si l’un des intérêts du carnet de recherche consiste précisément à donner à voir l’effort de formalisation scientifique en train de se faire, cela implique justement que certains des affects et des engagements qui animent l’effort de recherche y soient visibles…

Dans ce contexte, il ne me paraît pas du tout évident que les deux conseils scientifiques qui ont pris la décision du gel aient réellement la légitimité de retirer les droits en écriture, ou du moins qu’ils s’appuient pour ce faire sur une doctrine explicite.

Un autre argument, avancé parmi d’autres par Olivier Ertzscheid, est que Jacques Sapir, par la confusion que ces écrits installent entre les analyses scientifiques et celles qui ne le seraient pas et qui n’auraient donc pas leur place, décrédibiliserait la plateforme Hypothèses. Cela ne me paraît pas du tout évident. Si les conseils scientifiques ont reçu des plaintes et des inquiétudes à son endroit, il aurait été utile qu’elles soient exposées. Je vois à l’instant un commentaire de Sylvain Piron, membre du conseil scientifique d’Hypothèses, qui reproche à Sapir la pratique de l’invective, de la diffamation, voire de l’appel au meurtre : si c’est bien le cas, que ces dérives soient pointées explicitement, chacun pourra s’en faire une idée plus claire et le débat y gagnera. Faute d’une telle clarté, les accusations de censure se déroulent sur un boulevard et c’est cela qui nuit à la crédibilité de la plateforme.

A l’inverse, en drainant de nombreux lecteurs sur cette plateforme, on peut arguer que Sapir donne à voir une recherche en sciences sociales érudite, souvent très riche et argumentée, et la manière dont elle peut nourrir le débat public. Penser que les lecteurs de son carnet ne font pas la différence entre ses propos les plus politiques et les travaux qui sont le socle de ses analyses revient à les prendre pour des naïfs et des incompétents, c’est-à-dire l’inverse du principe qui justifie l’accès ouvert aux publications de la recherche, le fondement de la plateforme Hypothèses en somme.

Pour toutes ces raisons, j’ai vraiment du mal à comprendre quelle pressante nécessité justifiait cette décision. Je crains qu’elle ne constitue un précédent regrettable, aux conséquences potentiellement négatives pour la diversité des formes d’écriture et d’engagement sur cette plateforme, en suscitant une forme d’autocensure chez certains,  voire en autorisant l’appel au gel d’autres carnets jugés indisciplinés ou dérangeants. J’espère être détrompé.

Doper HAL face aux réseaux sociaux académiques

Je reviens avec un peu de retard sur mon intervention lors de la journée organisée le 18 décembre dernier par le CCSD et l’InSHS, consacrée aux 10 ans de HALSHS. En raison de mes états de service antérieurs sur la question, notamment lors d’une précédente journée en 2013, il m’avait été demandé de présenter quelques réflexions sur l’identité numérique du chercheur et en particulier la place que pouvait y tenir HAL. Les amateurs de vidéo peuvent regarder mon intervention, qui dure une dizaine de minutes. Pour les autres, je voudrais surtout insister sur deux points qui ne touchent guère à la question de l’identité numérique proprement dite, mais d’une part à une comparaison certes limitée mais instructive de la visibilité des travaux via HAL-SHS et quelques réseaux sociaux académiques, et d’autre part à une prise de position sur la manière d’encourager, fut-ce au détriment du droit des éditeurs, les dépôts en archives ouvertes. Continuer la lecture

Recherche, secret des sources et mobilisation contre le terrorisme

Je fais ici écho à la très intéressante émission « Faut-il un secret des sources pour les chercheurs en sciences sociales ? » dans La grande table animée par Hervé Gardette sur France Culture, le 8 décembre. Elle traitait des risques que prennent les chercheurs, pour eux et surtout pour les enquêtés, dans le contexte de la nouvelle loi sur les renseignements et plus encore de l’état d’urgence. Continuer la lecture

Du livre scientifique comme business et du scientifique comme vache-à-lait

Le 21 septembre dernier, je reçois l’email suivant:

natural gasDear Dr. Verdeil,

I hope to find you well.

I would like to inform you that, based on your publishing history, you are invited to contribute a chapter to a new book project under the working title « Natural Gas« . This book will be published by InTech Open Access publisher, under the editorship of Dr. Santosh Mohanty.

The book will be an Open Access publication made available through InTech’s reading platform and indexed in scientific databases.

To learn more about the project (suggested topics, deadlines and the publishing process) and to register your participation, please visit:

http://www.intechopen.com/welcome/59aa0ea04bb77187f8c60aba85642f4c/eric.verdeil@normalesup.org

Please notice that an Article Processing Charge of 670 euro will be applied to cover the Open Access publishing process expenses.

We hope that you will be able to join this project and I will be happy to help with any questions you might have.

Cordially,

Edi Lipovic
Publishing Process Manager

Je regarde: voici les indications

About the book

This book will be a self-contained collection of scholarly papers targeting an audience of practicing researchers, academics, PhD students and other scientists.

The contents of the book will be written by multiple authors and edited by experts in the field.

Topics

The authors are given the liberty of choosing a topic which best suits their current research efforts. In other words, we do not limit you in terms of the topic but encourage you to present your work. Later, when all chapter proposals are collected, the editor will give a more general direction of the book and decide on its scope.

Types of papers

We accept theoretical and applied scientific papers which can be presented as original research papers and review papers. The required length of the full chapters is 16-26 pages.

On le voit, aucun propos scientifique, le « scientific editor » n’a strictement rien à voir avec mon champ scientifique. Mais j’ai publié récemment un article sur le développement urbain et les réseaux de gaz naturel dans trois villes du sud de la Méditerranée, et un robot a du ainsi m’identifier. Et en plus il faudrait réagir très vite, un résumé pour le 12 octobre!

Je ne répond même pas. Mais voilà que ce matin, relance:

[CFP] Followup: Natural Gas

Dear Dr. Verdeil,

I would like to remind you that you have been invited to contribute a chapter to a new book project under the working title « Natural Gas« .

Ma réponse:

« Dear Sir

I don’t pay for being published in a book that seems to have to other rationale than making authors pay and fill the pocket of the publishers (and the editors?).

This is not science, this is just fraud. »

Il me répond:

Dear Dr. Verdeil,

I am sorry to hear that you feel that way.

Nevertheless thank you for your reply.

I wish you luck in your future career.

Deux auteurs sont censés avoir déjà annoncé leur intention de contribuer: un Colombien et un Iranien. Peut être leurs crédits de recherche sont ils abondants?

Il y a quelques semaines, via Twitter, un universitaire anglais ou américain racontait qu’il avait ainsi été sollicité par un éditeur inconnu de lui pour proposer un livre sur n’importe quel sujet. Le job de cet interlocuteur consistait à faire publier un nombre élevé de livres y compris les plus improbables, étant certain que dans le lot il s’en vendrait assez pour rentabiliser le coût d’impression… Si quelqu’un retrouve la référence, je serai ravi de la rajouter.

L’édition « universitaire » devient folle. On ne s’étonne plus que dans l’opinion des hommes et des femmes politiques, l’université ne sert à rien. En tout cas, vaut-elle ce qu’elle coûte dans ce genre de cas? Pourtant c’est peut être bon pour la croissance, celle de la Croatie dans ce cas, à moins que les bénéfices soient exfiltrés au Liechtenstein.

A côté de cela, je vois paraître un livre qui a l’air très intéressant chez Routledge (The Routledge Handbook of the History of the Middle East Mandates), mais il est vendu 225$! Vivement que les auteurs mettent leurs papiers en archives ouvertes. Mais au fond, a-t-on encore besoin des éditeurs dans ces cas là? C’est juste du racket.

Citer ce billet ainsi: Eric Verdeil, "Du livre scientifique comme business et du scientifique comme vache-à-lait," Rumor, 29 septembre 2015, https://rumor.hypotheses.org/3795.

L’observatoire urbain de Beyrouth, un outil scientifique en question: petit exercice d’égo-histoire

La vidéo de la table ronde de l’IMA le 5 juin 2015, annoncée dans le dernier billet,  est désormais en ligne. Je profite de la rentrée tardive de ce carnet pour proposer aux lecteurs quelques éléments de mon HDR, enfin terminée, où je reviens sur l’histoire de l’observatoire de Beyrouth. L’analyse pourra de ce fait paraître centrée sur ma personne : c’est un effet de syle lié à l’exercice de l’égo-histoire (ou égo-géographie), et il faut donc relativiser ce biais.

La table ronde rassemblait Mercedes Volait, Julien Loiseau, Eric Denis et moi-même, et fut introduite et animée par Vincent Lemire. (Attention le son est un peu faible.) Vincent Lemire commence à m’introduire pour parler de l’observatoire urbain de Beyrouth vers 24’15 ». Puis vers 34′, j’aborde la mise en réseau des observatoires urbains. C’est sur ces points que revient le texte qui suit. L’idée de développer cette histoire vient tardivement en réponse à un billet de Caecilia Pieri dans Les Carnets de l’IFPO en 2012, pour les 20 ans de l’Observatoire de Beyrouth. Continuer la lecture

Les réseaux sociaux scientifiques : visibilité et open access dans Arabesques

Mon billet publié à la suite de la journée des CoRIST en novembre dernier avait attiré l’attention et suscité des commentaires et reprises/retweets relativement nombreux. A la demande de l’agence bibliographique de l’enseignement supérieure (ABES), j’en ai tiré une nouvelle version un peu plus resserrée et plus précise sur certains points, pour son magazine Arabesques (n°74, avril-juin 2014). L’ensemble du dossier « Paysages et réseaux de l’IST en mouvement » est à télécharger librement (l’article seul est sur Hal). Merci à Béatrice Pédot pour son travail éditorial.

Introduction:

Selon une enquête récente du CNRS, les chercheurs font un usage massif des réseaux sociaux qui sont intégrés au coeur de leurs pratiques professionnelles. Ces réseaux permettent une meilleure visibilité des travaux et démultiplient les possibilités d’identifier les ressources dont les scientifiques ont besoin pour poursuivre et étendre leur activité.