Archives de catégorie : aménagement

Publication récente (1) : Energy Transition and Urban Governance in the Arab World

Masdar City

J’ai le plaisir d’annoncer la parution de cette communication lors du colloque Wise Cities in the Mediterranean organisée par la Kuwait Program de Sciences Po, dont les actes peuvent être lus en ligne ici. Voici le résumé de ma communication:

The 2015 Paris Agreement and the recent Quito New Urban Agenda both emphasised the need to empower cities in climate change policies, including energy policies that aim at energy transitions towards more energy efficiency and the use of renewable energies. Being both factors in and potential victims of climate change, cities have many reasons to act. Therefore, there is a need to examine how changes in urban governance could indeed address this necessity and the challenge cities have to face. This issue has been addressed in many studies and plans for cities in the Western and advanced industrial world. These first studies have highlighted several results. Firstly, instead of considering only climate change issues, they stressed the need to understand ecological pressures more widely, particularly the way global energy pressures, like peak oil threats or price increases have created energy stress for cities. Secondly, they also underlined how privatisation trends and the ascent of transnational energy firms reconfigured energy regulation by sidelining public energy utilities and companies. Thirdly, metropolisation, the concentration of wealth and power in the big metropolises, transforms urban governance. The role of states in energy regulation is thus undermined and metropolitan coalitions are more diverse and open to private and as well as local urban interests. Green growth becomes a new market for private firms, and metropolitan governments compete for jobs and investments in the sector. At the same time, ensuring the continuity of energy supply or of other infrastructure is another goal for metropolitan firms and authorities. This leads to new agendas, including local policies of energy transition, which combine the promotion of renewable energies and energy efficiency with the shortening of energy circuits. However, several factors that are favouring these changes in energy governance seem to be specific to world cities and might not apply in other contexts. The increasing – albeit contested – political autonomisation of such cities in their relation to national states and their specific wealth are cases in point. My goal in this chapter is to look at Arab cities, for which, at a first glance, energy transition initiatives seem difficult to identify. My chapter draws on a wide collective analysis of urban energy transition policies in ten metropolises from emerging economies, including several Arab cities such as Amman, Beirut, Tunis and Sfax (Jaglin and Verdeil, 2017; Verdeil et al., 2015; Verdeil, 2014a; 2016; forthcoming), and on secondary literature about the United Arab Emirates. It aims to propose some preliminary observations and to raise questions to fuel the upcoming debate. I will not present case studies but rather identify policy issues and policy options that vary greatly according to context and, above all, according to the national availability of fossil energy such as oil and gas and the social contracts that govern the redistribution of this wealth in exchange for loyalty.

Continuer la lecture

Concevoir l’action publique dans le Grand Beyrouth du point de vue des services

Papier présenté lors du colloque de l’Ordre des ingénieurs de Beyrouth, “Greater Urban Areas: An Important Challenge for Lebanon” 31 janvier-1er février 2018 (je rajoute dans cette version web quelques images et liens. Il est prévu que ce texte paraisse dans la revue Al Mouhandess éditée par l’Ordre des ingénieurs de Beyrouth).

L’approche des politiques urbaines au Liban est largement dominée par la question d’une amélioration des mécanismes de la planification à même de remédier à l’étalement urbain, au mitage des espaces agricoles et naturels, tout en protégeant en même temps les espaces patrimoniaux contre la densification. Plus de cinquante ans de planification urbaine depuis Michel Ecochard n’y font rien : les outils proposés semblent largement inadéquats, les propositions ambitieuses des urbanistes ne reçoivent aucun soutien politique, ou se révèlent en retard par rapport à la réalité des « coups partis ». Rester prisonnier d’une vision et d’une culture professionnelle dérivée de l’architecture, centrée prioritairement sur la régulation de l’acte de bâtir, empêche peut-être d’identifier d’autres enjeux d’action publique et d’autres leviers d’action. Dans cette communication, je propose de renverser l’analyse et de porter le regard sur les infrastructures qui sont d’ailleurs au centre des attentions et des inquiétudes des citoyens, que ce soit les déchets depuis 2015, l’électricité toujours insuffisante, l’eau manquante tous les étés (sans parler de la pollution de la mer en raison des trop rares stations d’épuration) et aussi de l’absence de transport collectif. Je défends l’idée que pour comprendre ces problèmes qui mobilisent aujourd’hui les citoyens, une autre logique d’analyse est nécessaire. Elle comporte bien entendu des nécessités techniques et relève donc de savoirs très pointus. Mais les infrastructures sont des systèmes multicouches, incorporant des valeurs socio-politiques, des outils financiers, des modes de résolution des conflits, etc. En les considérant comme des instruments au cœur de l’action publique, impliquant des arbitrages pragmatiques, et non comme des systèmes techniques apolitiques, je mets en avant des dimensions que le débat urbanistique libanais occulte ou marginalise (relations entre acteurs publics et privés, financement). Continuer la lecture

Crise des déchets et fabrique urbaine à Beyrouth

Je poursuis ma série (1, 2) sur les enjeux de la crise des déchets à Beyrouth, en archivant ici ce petit texte publié par la Lettre Cogito n°3 de Sciences Po, dans le cadre d’un dossier plus large : Les métropoles sont elles gouvernables?

La crise des déchets que connaît le Liban depuis l’été 2015 a été fortement médiatisée et a donné lieu à des analyses essentiellement intéressées par sa signification politique. Causée par la saturation de la principale décharge de l’agglomération de Beyrouth et l’incapacité des autorités gouvernementales à adopter une solution pérenne, cette crise a provoqué une forte mobilisation civique.
Au-delà de la question technique de la gestion et du traitement des ordures, les manifestants contestaient un système opaque où l’État, incapable d’assurer le fonctionnement minimal des services publics, ne sert qu’à enrichir une élite politique que seul unit le souci de « se partager le gâteau » et de se maintenir au pouvoir.

Construire sur les décharges de la guerre civile Continuer la lecture

[Archives] Lettres d’information de l’Observatoire de recherche sur Beyrouth et la reconstruction

Le Centre d’études et de recherches sur le Moyen-Orient contemporain (CERMOC) a publié entre 1995 et 2001 14 numéros de la Lettre d’information de l’Observatoire de recherche sur Beyrouth et la reconstruction, détaillant les activités de ce programme de recherche. Outre des informations par nature éphémère, cette lettre comportait des études modestes mais riches d’informations et de résultats d’enquêtes, des comptes rendus d’activités et d’ouvrages, ainsi qu’une chronologie de la reconstruction de Beyrouth qui pourrait présenter une certaine utilité à des chercheurs intéressés par cette période.
L’IFPO, qui a pris la succession du CERMOC, n’a pas jugé utile de numériser cette série malgré mes suggestions en ce sens il y a quelques années. Il se trouve que j’ai dans mes archives quelques numéros en PDF (1 à 5, 10, 13 et 14). J’ai essayé de les déposer sur HAL-SHS mais ce ne serait éventuellement acceptable qu’en distinguant article par article.
J’ai donc déposé ces numéros sur Internet Archive. Voici le lien pour les numéros 1 à 5, vers le 1013 et le 14. Ci-dessous la table des matières du n°14 (2001) que j’avais coordonné.

Parution : Circulation des matières, économies de la circularité

J’ai le plaisir de signaler la parution du dernier numéro de Flux, consacré à Circulation des matières, économies de la circularité, que j’ai coordonné avec Romain Garcier et Laurence Rocher, dans la lignée de nos travaux au sein d’ACREOR qu’ils poursuivent avec bonheur au sein de l’Atelier Matières, énergie, déchets: flux et territoires de l’UMR 5600.
Voici le résumé du texte introductif et, ci-dessous, la table des matières.

Ce texte d’introduction au dossier de Flux 2017/2 (N° 108) questionne l’émergence de la thématique de la circularité des matières dans les politiques publiques urbaines contemporaines. Les articles ont en commun de porter une attention minutieuse à la matérialité des flux qui traversent et constituent la ville et aux objets sociaux qui la composent. Ils analysent les modalités et les conséquences de leur mise en circulation, ainsi que les régulations et les conflits qui l’accompagnent. Que l’ensemble des articles traite de pratiques et de politiques ancrées dans l’espace de la région de Lyon résulte moins d’une volonté monographique que d’une rencontre en partie fortuite. Mais cela souligne en tout cas l’importance d’une approche toujours attentive aux faits géographiques et aux effets de lieu dans la diversité de leurs échelles. Trois thématiques transversales sont présentes : d’abord, en identifiant de nouvelles ressources, les articles permettent de réfléchir à l’invention et à la construction de nouveaux circuits pour les matières. Ensuite, la régulation de ces circuits implique l’identification de nouveaux acteurs et la mise en place de nouvelles formes de relations avec les producteurs et gestionnaires des matières, formant donc l’espace d’une gouvernance renouvelée. Enfin, si ces circuits se structurent dans un espace qui est celui de la proximité géographique, ils s’inscrivent néanmoins dans une logique relationnelle qui ne cesse de questionner les normes et les échelles. Ce numéro permet ainsi de nuancer et de re-matérialiser les injonctions à faire advenir l’économie circulaire dans les villes.

Table des matières

Olivier Zeller, Structurations de l’espace fécal à Lyon au XVIIIe siècle

Aurélie DumainLaurence Rocher, Des pratiques citoyennes en régime industriel : les courts-circuits du compost

Pierre Desvaux, Économie circulaire acritique et condition post-politique : analyse de la valorisation des déchets en France

Romain J. GarcierFanny Verrax, Critiques mais non recyclées : expliquer les limites au recyclage des terres rares en Europe

Laëtitia Mongeard, De la démolition à la production de graves recyclées : analyse des logiques de proximité d’une filière dans l’agglomération lyonnaise

Emerging countries, cities and energy. Questioning transitions

J’ai le plaisir de signaler la parution récente de ce chapitre : Sylvy Jaglin, Éric Verdeil. 2017, Emerging countries, cities and energy. Questioning transitions. in Stefan Bouzarovski; Martin J Pasqualetti; Vanesa Castán Broto (eds.). The Routledge Research Companion to Energy Geographies, Routledge, pp.106-120. Plus d’information en suivant ce lien.

Ci-dessous l’introduction. Pour les francophones, il s’agit d’une traduction, légèrement révisée, du texte d’introduction au dossier de la revue Flux (n°93-94, 2013) intitulé Energie et villes des pays émergents : des transitions en question (en libre accès) Continuer la lecture

Des déchets aux remblais: imaginaire aménageur, corruption et dérèglements métaboliques à Beyrouth

Le port de pêche de Borj Hammoud au pied de la « montagne » de déchets accumulés depuis la guerre civile libanaise jusqu’à 1997, avant les récents travaux de démantèlement. Photo Eric Verdeil, CC-ND-NC

Les scandales à répétition qui éclatent à propos de la gestion des déchets au Liban et plus particulièrement dans l’agglomération de Beyrouth mettent en évidence les montants énormes des contrats en question et leur opacité, et donc plus largement la corruption qui joue un rôle déterminant dans l’organisation de l’action publique. Les débats de l’été 2015 ont ainsi permis d’exposer publiquement les zones d’ombre, anomalies et irrégularités concernant les contrats successifs de Sukleen, et de pointer vers un ensemble de bénéficiaires indirects de cette rente. La réorganisation en principe provisoire de la gestion des déchets à Beyrouth et dans le Mont Liban s’est traduite par l’apparition de nouveaux acteurs, bénéficiaires des contrats de collecte ou de construction et de gestion de décharges dont les montants et les modalités techniques posent là encore question. De plus, sans même parler de la décision hautement discutable d’installer des décharges au bord du littoral, diverses anomalies ont été soulignées, comme le fait que le tri et le recyclage–déjà peu ambitieux–sont pour l’instant impossibles à cause de la saturation des installations dédiées pour cause de stockage de déchets, alors que les entreprises sont payées pour un travail qu’elles ne font pas. Enfin, le dévoilement d’une clause permettant de démanteler la décharge de Borj Hammoud pour déposer les ordures stockées là depuis les années 1990 directement dans la mer apparaît comme une provocation environnementale d’un cynisme absolu de la part du CDR–et qui va sans doute avec des contreparties financières. Continuer la lecture

La « ville-réseau » dans les villes du Sud

Dans le cadre du séminaire Circulation des références urbaines et assemblages locaux, je participerai à une séance autour la « ville-réseau » dans les villes du Sud. Elle aura lieu  le14 mars 2017. Lieu: Laboratoire PRODIG, salle de réunion du 3ème étage du centre Valette, 2 rue Valette, 75005 Paris.

Programme

– 9h 30 : introduction à la séance et tour de table

– 09h 45 : intervention de Jochen Monstadt, professeur, Chair for Governance of Urban Transitions and Dynamics, Department of Human Geography and Spatial Planning, Utrecht University :
«Translating the Networked City: Emerging Infrastructures in Nairobi and Dar es Salaam »

– 11h 00 – 12h 30 : discussion

– déjeuner

– 14h – 15h 15 : intervention d’Eric Verdeil, professeur, Sciences Po, Centre de Recherches Internationales
« A quest for energy security in Middle Eastern Cities: Experiments of rebundled loops and autonomous networks »

– 15h 15 – 16h 30 : discussion

Les crises infrastructurelles à Beyrouth au prisme de l’écologie politique urbaine

La reprise du remblayage de la mer par les décharges à Borj Hammoud (ici ou à Costa Brava). Image Mohammad Azakir/The Daily Star. Repris sur Beirut Syndrome: http://www.beirutsyndrome.com/articles/burj-hammoud-stinks/

La reprise du remblayage de la mer par les décharges à Borj Hammoud (ici ou à Costa Brava). Image Mohammad Azakir/The Daily Star. Repris sur Beirut Syndrome: http://www.beirutsyndrome.com/articles/burj-hammoud-stinks/

Je présenterai mes recherches en cours sur les coupures d’électricité et la crise des déchets à Beyrouth. Ce sera le 14 décembre à 17h dans le cadre du séminaire Cities are back in town de l’école urbaine de Sciences Po, qui est ma nouvelle affectation professionnelle depuis le 1er septembre dernier. L’accès est libre mais il faut obligatoirement s’inscrire.

Cette présentation est basée sur un suivi depuis une dizaine d’années de la crise libanaise de l’électricité, et une observation à distance de la récente crise des déchets dans la région de Beyrouth. A partir de ces deux cas, je propose un cadre d’analyse des crises infrastructurelles urbaines, prenant en considération les interrelations entre la reconfiguration socio-technique des circuits d’infrastructure et la recomposition des pouvoirs à l’échelle des villes dans des contextes marqués par l’érosion et la mise en cause de la domination étatique et par le très fort dynamisme de la production urbaine.

Pour avoir un avant gout de ce que je vais présenter, on peut se reporter à mes publications les plus récentes, notamment ce chapitre en anglais. Par ailleurs, avec un point de vue théorique très différent (dans le cadre des travaux de la chaire ville dirigée par Dominique Lorrain sur le gouvernement des villes méditerranéennes), j’ai exploré la question des services urbains et de leur crise dans un papier préliminaire. Un chapitre d’ouvrage plus fouillé et détaillé est en préparation.

L’Atlas du Liban. Les nouveaux défis en librairie et au Salon du Livre de Beyrouth

30086225300_268d70c4f2_nJ’ai le plaisir d’annoncer la parution aux Presses de l’IFPO de l’Atlas du Liban. Les nouveaux défis, que j’ai co-dirigé avec Ghaleb Faour et avec l’appui du CNRS Liban, co-éditeur. Mouin Hamzé, le secrétaire général de cette institution, a été l’initiateur de ce projet et lui a assuré un indispensable soutien institutionnel et financier. Claire Gillette, cartographe, a joué un rôle irremplaçable dans la coordination technique du projet en plus de ses immenses compétences professionnelles. Continuer la lecture