Archives de catégorie : aménagement

La Terre et le Béton

Local industriel en déconstruction, Les Ardoines, Vitry-sur-Seine (Eric VerdeilCC)

 

J’ai le plaisir d’annoncer la parution, début juillet bien que daté de décembre 2018, d’une étude réalisée par Mathieu Fernandez avec mon soutien et celui de Corinne Blanquart visant à analyser une opération d’urbanisme grâce aux méthodes de l’écologie territoriale. Le site étudié est la zone des Ardoines à Vitry-sur-Seine (photo). Ce travail a été soutenu par le LABEX Futurs Urbains de Marne-la-Vallée et l’établissement public d’aménagement Orly-Seine Amont. Ci-dessous la référence et le résumé. Une deuxième partie est en cours de publication.

Mathieu Fernandez, Corinne Blanquart and Éric Verdeil, « La terre et le béton : le projet d’urbanisme considéré sous l’angle du métabolisme territorial », VertigO – la revue électronique en sciences de l’environnement [Online], Volume 18 Numéro 3 | décembre 2018, Online since 05 December 2018, connection on 22 September 2019. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/23302 ; DOI : 10.4000/vertigo.23302

Résumé : Cet article propose une démarche alternative de quantification en stock de la matière mobilisée par un projet d’urbanisme, dans une finalité d’amélioration du métabolisme urbain. Les études de métabolisme territorial mettent en effet l’accent sur les processus d’urbanisation qui représentent la majeure partie des flux de matières solides opérés dans les territoires en termes d’extractions directes et de production de déchets. Ici, l’objectif est de présenter une méthode quantifiant les flux liés à la réalisation d’un projet d’urbanisme – sous la forme juridique d’une zone d’aménagement concertée, outil privilégié d’urbanisme en France –, à l’échelle de son périmètre et pour sa période de mise en œuvre. Les méthodes de quantification existantes se basent sur des informations disponibles seulement à des échelles administratives – régions, départements voire communes –, dépassant largement celle des projets d’urbanisme. Le terrain d’étude de l’article est un projet de renouvellement urbain de la métropole du Grand Paris, à Vitry-sur-Seine. En prenant en compte le sol et les artefacts bâtis dans le processus de quantification, l’originalité de la méthode consiste à obtenir des résultats sur les masses de terre et de béton mobilisés par le projet. Les résultats mettent en évidence la prédominance de ces deux matières pour des politiques visant, par exemple, à augmenter la circularité des matières en milieu urbain.

Arab Sustainable Urbanism: Worlding Strategies, Local Struggles

BiClean, centre de tri secondaire, géré par la municipalité de Bikfaya, Liban (2019)

I am happy to announce the release of a new article discussing sustainability in the Arab world. It is part of a set of reflections based on litterature review and short field trips I have documented over the years, and it develops in particular my recent take in Energy World and last year’s conference paper on Wise cities in the Mediterranean. I would like to thank Steffen Wippel and Christian Steiner who invited me to contribute on this topic in their edited theme issue for Middle East-Topics & Arguments on Urban Development. It also comes as an answer to Christian Beier’s piece “Worlding Cities in the Middle East and North Africa – Arguments for a Conceptual Turn“.

Here is the summary of this short piece: Arab Sustainable Urbanism: Worlding Strategies, Local Struggles

Despite strong warnings, Arab cities seem reluctant to embark in ambitious schemes addressing sustainability issues. The article draws on a literature review to highlight two arguments. Firstly state-led governance prioritizes in most urban settings social stability and claims to modern and resource-consuming comfort. It tends to favor private interests, which conceives sustainability as a business and marginalizes local authorities and even more, civic movements including green parties and associations. Secondly, the dominant framings of sustainability tend to focus on global transitions (GHG emissions and low carbon energy), hence overlooking local claims for sustainability that do not fit in the global environmental narratives, thus dismissing it. Nonetheless, these issues represent key motivations for the local definition of a sustainable urban future.

Sustainable urbanization in the Gulf?

This short article was published in World Energy #42 April 2019

Eric Verdeil

Since 1987 and the release of the Bruntland Report about Sustainable Development, concerns over climate change, biodiversity and other global threats have grown. Urbanization is at the core of global anxiety. Urban population, as recorded by the UN, now reaches 4.2 billion, ie 55% of the total and is expected to grow by 2,5 billion in 2050. This tremendous growth consumes huge level of resources and emits about 75% of world Green house gases. Cities are a major factor of unsustainability, and the same time cities and urban dwellers increasingly suffer from global environmental changes. Gulf cities are no exception. Record breaking temperatures in Kuwait in 2016 highlighted the unbearable summer heats Gulf cities are facing and will have to cope with. Sea-level rise or extreme rainy events also might affect the future of cities in this region.

Continuer la lecture

Soutenance de la thèse d’Elvan Arik : Se chauffer à Istanbul : des pratiques thermiques face aux épreuves de la transition et de l’efficacité énergétiques

Elvan ARIK soutiendra sa thèse intitulée « Se chauffer à Istanbul : des pratiques thermiques face aux épreuves de la transition et de l’efficacité énergétiques ». Cette thèse a été financée par le LabEx IMU dans le cadre du projet POUDEV (2012).

Date : 7 décembre 2018, à 14h

Lieu : amphi Est, Bâtiment des Humanités, INSA Lyon

Résumé de thèse :

Cette recherche s’intéresse aux transformations des pratiques de chauffage à Istanbul impulsées par l’arrivée d’une nouvelle ressource énergétique. À travers l’analyse d’une trajectoire heurtée et contestée de diffusion du gaz naturel en substitut de combustibles traditionnels (charbon/bois/fuel), ma thèse dévoile les spécificités et les contradictions d’un processus « ordinaire » de transition énergétique au regard des dynamiques inégales d’appropriation sociale des innovations technologiques, qui viennent conforter et parfois subvertir la nature même des projet techniques et politiques. Inspiré par des travaux sur la sociologie de l’énergie et d’écologie politique urbaine, je propose de suivre dans le temps et dans l’espace les modalités d’agencement d’un nouveau système sociotechnique (service de distribution en réseaux, équipements de chauffage prétendant à l’efficacité énergétique pour la dernière génération d’entre eux, panneaux solaires, etc.), de comprendre les logiques conflictuelles de territorialisation de ces dispositifs en lien avec d’autres dynamiques de transformations urbaines, et enfin de repérer les conditions matérielles, culturelles et socio-économiques, plus ou moins favorables, pour que ces infrastructures réussissent à s’encastrer dans le quotidien des habitants. Ce faisant, ma thèse répond à un double questionnement : comment expliquer la rapidité et la massivité du déploiement du gaz naturel étant donnée la nature des obstacles à surmonter dans le contexte d’une métropole émergente (étalement urbain, concentration de pauvreté, inadaptation d’un cadre bâti hérité à l’usage du chauffage centralisé) ? Comment interpréter les multiples formes de vulnérabilité produites par un processus de transition énergétique censé, paradoxalement, incarner la modernisation et accompagner l’internationalisation d’Istanbul ?

Spécialité : GÉOGRAPHIE – URBANISME – AMÉNAGEMENT
Mots-clés : Pratiques de chauffage, métabolismes urbains, services en réseaux, gaz naturel, vulnérabilité énergétique, transition et efficacité énergétiques, transformations urbaines, Istanbul.

Laboratoire (s) de recherche : UMR 5206 TRIANGLE
Directeur de thèse : Jean-Michel DELEUIL (Professeur, INSA de Lyon) en co-direction avec Eric VERDEIL (Professeur, Sciences Po ParisP

Composition du jury :

Sylvy JAGLIN, Professeure, Université Paris-Est Marne-la-Vallée, Rapporteur

Alain NADAÏ, Directeur de recherche HDR, CIRED, Examinateur

Jean-François PÉROUSE, Maître de Conférence (HDR), Université Toulouse II, Rapporteur

Christian GHIAUS, Professeur, INSA de Lyon, Examinateur


Publication récente (1) : Energy Transition and Urban Governance in the Arab World

Masdar City

J’ai le plaisir d’annoncer la parution de cette communication lors du colloque Wise Cities in the Mediterranean organisée par la Kuwait Program de Sciences Po, dont les actes peuvent être lus en ligne ici. Voici le résumé de ma communication:

The 2015 Paris Agreement and the recent Quito New Urban Agenda both emphasised the need to empower cities in climate change policies, including energy policies that aim at energy transitions towards more energy efficiency and the use of renewable energies. Being both factors in and potential victims of climate change, cities have many reasons to act. Therefore, there is a need to examine how changes in urban governance could indeed address this necessity and the challenge cities have to face. This issue has been addressed in many studies and plans for cities in the Western and advanced industrial world. These first studies have highlighted several results. Firstly, instead of considering only climate change issues, they stressed the need to understand ecological pressures more widely, particularly the way global energy pressures, like peak oil threats or price increases have created energy stress for cities. Secondly, they also underlined how privatisation trends and the ascent of transnational energy firms reconfigured energy regulation by sidelining public energy utilities and companies. Thirdly, metropolisation, the concentration of wealth and power in the big metropolises, transforms urban governance. The role of states in energy regulation is thus undermined and metropolitan coalitions are more diverse and open to private and as well as local urban interests. Green growth becomes a new market for private firms, and metropolitan governments compete for jobs and investments in the sector. At the same time, ensuring the continuity of energy supply or of other infrastructure is another goal for metropolitan firms and authorities. This leads to new agendas, including local policies of energy transition, which combine the promotion of renewable energies and energy efficiency with the shortening of energy circuits. However, several factors that are favouring these changes in energy governance seem to be specific to world cities and might not apply in other contexts. The increasing – albeit contested – political autonomisation of such cities in their relation to national states and their specific wealth are cases in point. My goal in this chapter is to look at Arab cities, for which, at a first glance, energy transition initiatives seem difficult to identify. My chapter draws on a wide collective analysis of urban energy transition policies in ten metropolises from emerging economies, including several Arab cities such as Amman, Beirut, Tunis and Sfax (Jaglin and Verdeil, 2017; Verdeil et al., 2015; Verdeil, 2014a; 2016; forthcoming), and on secondary literature about the United Arab Emirates. It aims to propose some preliminary observations and to raise questions to fuel the upcoming debate. I will not present case studies but rather identify policy issues and policy options that vary greatly according to context and, above all, according to the national availability of fossil energy such as oil and gas and the social contracts that govern the redistribution of this wealth in exchange for loyalty.

Continuer la lecture

Concevoir l’action publique dans le Grand Beyrouth du point de vue des services

Papier présenté lors du colloque de l’Ordre des ingénieurs de Beyrouth, “Greater Urban Areas: An Important Challenge for Lebanon” 31 janvier-1er février 2018 (je rajoute dans cette version web quelques images et liens. Il est prévu que ce texte paraisse dans la revue Al Mouhandess éditée par l’Ordre des ingénieurs de Beyrouth).

L’approche des politiques urbaines au Liban est largement dominée par la question d’une amélioration des mécanismes de la planification à même de remédier à l’étalement urbain, au mitage des espaces agricoles et naturels, tout en protégeant en même temps les espaces patrimoniaux contre la densification. Plus de cinquante ans de planification urbaine depuis Michel Ecochard n’y font rien : les outils proposés semblent largement inadéquats, les propositions ambitieuses des urbanistes ne reçoivent aucun soutien politique, ou se révèlent en retard par rapport à la réalité des “coups partis”. Rester prisonnier d’une vision et d’une culture professionnelle dérivée de l’architecture, centrée prioritairement sur la régulation de l’acte de bâtir, empêche peut-être d’identifier d’autres enjeux d’action publique et d’autres leviers d’action. Dans cette communication, je propose de renverser l’analyse et de porter le regard sur les infrastructures qui sont d’ailleurs au centre des attentions et des inquiétudes des citoyens, que ce soit les déchets depuis 2015, l’électricité toujours insuffisante, l’eau manquante tous les étés (sans parler de la pollution de la mer en raison des trop rares stations d’épuration) et aussi de l’absence de transport collectif. Je défends l’idée que pour comprendre ces problèmes qui mobilisent aujourd’hui les citoyens, une autre logique d’analyse est nécessaire. Elle comporte bien entendu des nécessités techniques et relève donc de savoirs très pointus. Mais les infrastructures sont des systèmes multicouches, incorporant des valeurs socio-politiques, des outils financiers, des modes de résolution des conflits, etc. En les considérant comme des instruments au cœur de l’action publique, impliquant des arbitrages pragmatiques, et non comme des systèmes techniques apolitiques, je mets en avant des dimensions que le débat urbanistique libanais occulte ou marginalise (relations entre acteurs publics et privés, financement). Continuer la lecture

Crise des déchets et fabrique urbaine à Beyrouth

Je poursuis ma série (1, 2) sur les enjeux de la crise des déchets à Beyrouth, en archivant ici ce petit texte publié par la Lettre Cogito n°3 de Sciences Po, dans le cadre d’un dossier plus large : Les métropoles sont elles gouvernables?

La crise des déchets que connaît le Liban depuis l’été 2015 a été fortement médiatisée et a donné lieu à des analyses essentiellement intéressées par sa signification politique. Causée par la saturation de la principale décharge de l’agglomération de Beyrouth et l’incapacité des autorités gouvernementales à adopter une solution pérenne, cette crise a provoqué une forte mobilisation civique.
Au-delà de la question technique de la gestion et du traitement des ordures, les manifestants contestaient un système opaque où l’État, incapable d’assurer le fonctionnement minimal des services publics, ne sert qu’à enrichir une élite politique que seul unit le souci de « se partager le gâteau » et de se maintenir au pouvoir.

Construire sur les décharges de la guerre civile Continuer la lecture

[Archives] Lettres d’information de l’Observatoire de recherche sur Beyrouth et la reconstruction

Le Centre d’études et de recherches sur le Moyen-Orient contemporain (CERMOC) a publié entre 1995 et 2001 14 numéros de la Lettre d’information de l’Observatoire de recherche sur Beyrouth et la reconstruction, détaillant les activités de ce programme de recherche. Outre des informations par nature éphémère, cette lettre comportait des études modestes mais riches d’informations et de résultats d’enquêtes, des comptes rendus d’activités et d’ouvrages, ainsi qu’une chronologie de la reconstruction de Beyrouth qui pourrait présenter une certaine utilité à des chercheurs intéressés par cette période.
L’IFPO, qui a pris la succession du CERMOC, n’a pas jugé utile de numériser cette série malgré mes suggestions en ce sens il y a quelques années. Il se trouve que j’ai dans mes archives quelques numéros en PDF (1 à 5, 10, 13 et 14). J’ai essayé de les déposer sur HAL-SHS mais ce ne serait éventuellement acceptable qu’en distinguant article par article.
J’ai donc déposé ces numéros sur Internet Archive. Voici le lien pour les numéros 1 à 5, vers le 1013 et le 14. Ci-dessous la table des matières du n°14 (2001) que j’avais coordonné.

Parution : Circulation des matières, économies de la circularité

J’ai le plaisir de signaler la parution du dernier numéro de Flux, consacré à Circulation des matières, économies de la circularité, que j’ai coordonné avec Romain Garcier et Laurence Rocher, dans la lignée de nos travaux au sein d’ACREOR qu’ils poursuivent avec bonheur au sein de l’Atelier Matières, énergie, déchets: flux et territoires de l’UMR 5600.
Voici le résumé du texte introductif et, ci-dessous, la table des matières.

Ce texte d’introduction au dossier de Flux 2017/2 (N° 108) questionne l’émergence de la thématique de la circularité des matières dans les politiques publiques urbaines contemporaines. Les articles ont en commun de porter une attention minutieuse à la matérialité des flux qui traversent et constituent la ville et aux objets sociaux qui la composent. Ils analysent les modalités et les conséquences de leur mise en circulation, ainsi que les régulations et les conflits qui l’accompagnent. Que l’ensemble des articles traite de pratiques et de politiques ancrées dans l’espace de la région de Lyon résulte moins d’une volonté monographique que d’une rencontre en partie fortuite. Mais cela souligne en tout cas l’importance d’une approche toujours attentive aux faits géographiques et aux effets de lieu dans la diversité de leurs échelles. Trois thématiques transversales sont présentes : d’abord, en identifiant de nouvelles ressources, les articles permettent de réfléchir à l’invention et à la construction de nouveaux circuits pour les matières. Ensuite, la régulation de ces circuits implique l’identification de nouveaux acteurs et la mise en place de nouvelles formes de relations avec les producteurs et gestionnaires des matières, formant donc l’espace d’une gouvernance renouvelée. Enfin, si ces circuits se structurent dans un espace qui est celui de la proximité géographique, ils s’inscrivent néanmoins dans une logique relationnelle qui ne cesse de questionner les normes et les échelles. Ce numéro permet ainsi de nuancer et de re-matérialiser les injonctions à faire advenir l’économie circulaire dans les villes.

Table des matières

Olivier Zeller, Structurations de l’espace fécal à Lyon au XVIIIe siècle

Aurélie DumainLaurence Rocher, Des pratiques citoyennes en régime industriel : les courts-circuits du compost

Pierre Desvaux, Économie circulaire acritique et condition post-politique : analyse de la valorisation des déchets en France

Romain J. GarcierFanny Verrax, Critiques mais non recyclées : expliquer les limites au recyclage des terres rares en Europe

Laëtitia Mongeard, De la démolition à la production de graves recyclées : analyse des logiques de proximité d’une filière dans l’agglomération lyonnaise

Emerging countries, cities and energy. Questioning transitions

J’ai le plaisir de signaler la parution récente de ce chapitre : Sylvy Jaglin, Éric Verdeil. 2017, Emerging countries, cities and energy. Questioning transitions. in Stefan Bouzarovski; Martin J Pasqualetti; Vanesa Castán Broto (eds.). The Routledge Research Companion to Energy Geographies, Routledge, pp.106-120. Plus d’information en suivant ce lien.

Ci-dessous l’introduction. Pour les francophones, il s’agit d’une traduction, légèrement révisée, du texte d’introduction au dossier de la revue Flux (n°93-94, 2013) intitulé Energie et villes des pays émergents : des transitions en question (en libre accès) Continuer la lecture