Archives de catégorie : actualité

Les enjeux de la reconstruction de Beyrouth après l’explosion du 4 août – la question de la place de l’armée

Le Beirut Urban Lab de l’Université américaine de Beyrouth, animé par Mona Fawaz et Mona Harb, produit actuellement des données et une réflexion absolument incontournable pour qui veut comprendre la situation à Beyrouth après l’explosion du 4 août dernier. Plusieurs remarquables entretiens et textes sont parus sur leur site. Le document le plus complet à ce jour est le rapport Leave no one Behind : for an inclusive and just recovery process in post-blast Beirut publié sous l’égide du PNUD début septembre. On peut aussi renvoyer à une analyse passionnante de Mona Fawaz dans un podcast du LCPS (Rebuilding Beirut: How to curtail neoliberal urbanization). Je m’attarderai ici sur l’exposé de Mona Harb lors qu’une rencontre intitulée Beirut Reconstructions, organisée par l’Université Cornell le 7 octobre dernier et accessible sur YouTube. Après une longue introduction par les organisateurs, un premier exposé (à partir de la 17 min) de Elie Haddad est centré sur la présentation historique des zones touchées et celle des dégâts d’un point de vue architectural, patrimonial et urbanistique.

Je partage ici un résumé de l’intervention de Mona Harb: Preliminary reflections on the recovery response to the Port blast in Beirut (de 39 min à 1h06). Je conclurai le billet par quelques réflexions sur des points qui m’ont paru très originaux, notamment la question de la place de l’armée.

L’intervention est structurée en deux temps. D’abord, une mise en perspective les dégâts avec les tendances de transformation urbanistique et économique des quartiers touchés, à savoir :
– la gentrification qui, partie de Solidere après la fin de la guerre civile dans les années 1990 s’est étendue à de nombreux quartiers du péricentre de Beyrouth et du reste de la municipalité ;
– l’abandon d’un certain nombre d’immeubles, généralement après une longue période de négligence et de manque d’entretien par leurs propriétaires en conflit avec des locataires bénéficiaires de la loi sur les anciens loyers, ou tout simplement incapable du fait des maigres loyers perçus d’assurer l’entretien. Au départ de ces locataires, ces immeubles sont rachetés par des promoteurs qui attendent la remontée du marché immobilier pour les détruire et construire à la place. L’explosion va renforcer cette part du parc immobilier.
– la vacance : Beyrouth a vu la construction d’un grand nombre d’immeubles de grande hauteur depuis 15-20 ans. Le taux de vacance de ces immeubles est énorme (jusqu’à 56% dans certaines zones). Cette vacance s’explique par des investissements immobiliers de sécurisation des avoirs, mais la crainte de mettre en location. Une partie de cette vacance s’explique aussi par des invendus des promoteurs.
– perte de patrimoine : près de 350 immeubles ont subi des dégâts graves, la plupart étant des immeubles anciens. La perte patrimoniale concerne aussi, au-delà des immeubles individuellement, une forme urbaine : la rapport à la rue, des espaces publics et toutes les pratiques et les représentations attachées à cet espace .
– la paupérisation : déjà avant l’explosion les indicateurs de pauvreté avaient explosé et la Banque mondiale estimait que plus de 50% des Libanais devaient être sous la ligne de pauvreté. La perte des revenus des activités de cette zone, le port en premier lieu, puis les loisirs et la restauration, les bureaux mais aussi les petits commerces, les ateliers de réparation, etc. a évidemment largement aggravé la situation. De surcroit, loin de toucher uniquement les habitants de ces quartiers, ce sont des pans entiers de la population libanaise qui sont concernés vu le rôle économique majeur de cette zone. Mona Harb précise à juste titre que l’impact est ressenti jusque dans la diaspora, à la fois parce que ces quartiers, notamment les espaces de loisirs et de restauration, étaient devenus depuis 15 ans, des lieux majeurs de retrouvaille et de fréquentation, avec une forte dimension identitaire. Mais aussi parce que beaucoup de membres de la diaspora avaient placé leurs économies dans des investissements immobiliers. Or, les grands immeubles, s’ils n’ont pas affecté structurellement, ont subi de très grands dégâts (notamment le verre, les menuiseries, les équipements collectifs, etc.) et donc ces investissements (productifs ou non, cf. ci dessus la question de la vacance) ont été fortement dépréciés1

[Commentaire personnel]

Un des grands intérêts de cette analyse consiste à mon sens dans la décomposition des transformations et dynamiques urbaines composant la gentrification grâce aux trois catégories de gentrification/abandon/vacance. Cela en complexifie la vision. La gentrification est souvent définie par le départ (plus ou moins forcé) des populations paupérisées en raison de l’augmentation des coûts de l’immobilier et/ou de la rénovation ou réhabilitation physique du parc résidentiel, et son remplacement par des couches sociales plus aisées, prisant un retour au centre. Cette dynamique présente une complexité temporelle et en termes d’acteurs et de leurs stratégies qu’illustrent bien les deux catégories d’abandon et de vacance : le remplacement social n’est pas immédiatement acté et les stratégies des investisseurs peuvent intégrer des périodes d’attente, improductives.

La deuxième partie de l’exposé porte sur la gouvernance de la reconstruction (ou recovery dans le vocabulaire de l’auteure) et les questions qu’elle suscite
4 types d’acteurs non-étatiques sont d’abord identifiés :
– les agences internationales. Déjà très présentes et actives au Liban pour faire face à la présence des réfugiés syriens (et même avant cela pour réagir à d’autres crises : guerre de 2006, etc.) elles se sont adaptées, très rapidement, pour faire face à la nouvelle crise, produire des bilans des dégâts, débloquer des financements d’urgence. Pour l’auteure, elles restent marquées par un fonctionnement en silos, chaque agence ayant son propre sujet, et ses modes d’intervention, peu propice à une action coordonnées.
– les ONG nationales et internationales : là aussi, dèjà très présentes pour les mêmes raisons, elles apportent des financements et des réponses. Pour elles, la crise constitue aussi une nouvelle raison d’être, une nouvelle source possible de financements internationaux. Les ONG locales sont souvent liées à des partis politiques et agissent dans une logique de clientélisation.
– les activistes : la scène libanaise et plus particulièrement beyrouthine est riche de mouvements très actifs. Certains sont nés avec la crise des déchets en 2015, d’autres étaient plus anciens. Leur activisme est marqué par les expériences de mobilisation sur l’espace public, avec des pratiques collectives (soupes, espaces de discussion, etc.). Fort ancrage dans la jeunesse. A titre personnel, j’aurais envie de commenter que les quartiers touchés constituaient un centre majeur de leur activisme et de leur identité avant l’explosion, ce qui explique aussi leur mobilisation très intense.
– les syndicats professionnels, notamment l’ordre des ingénieurs et celui des entrepreneurs, mobilisés sur le terrain pour effectuer des évaluations. Mona Harb range aussi parmi eux, en tant qu’experts, de nombreux collectifs universitaires, parmi lesquels elle inclue notamment son équipe du Beirut Urban Lab. A mon avis, cela se discute car certains, dont le BUL, pourraient aussi figurer dans la catégorie précédentes. Cela montre que ces catégories ne sont pas totalement étanches. L’un des aspects de la question concerne le niveau d’analyse : des organisations expertes peuvent comprendre parmi leurs membres agissant des individus qui appartiennent à des mouvements militants.
MH poursuit l’analyse de cette gouvernance en se demandant où est l’Etat. Il est faiblement présent et on note des changements dans le rôle et la place respective des diverses institutions le représentant.
– la municipalité et le gouvernorat : ces deux entités en principe en charge des questions de sécurité publique à l’échelle locale sont particulièrement en retrait, alors même que la municipalité avait récemment adopté un plan pour faire face aux crises…
– le comité du haut secours : cette institution, qui avait joué un rôle central dans la coordination de la réponse aux dommages de la guerre de 2006, notamment en canalisant l’aide internationale, semble jouer un rôle plus secondaire aujourd’hui. MH s’inquiète en tout état de cause en raison de la sulfureuse réputation de corruption de cette institution.
– l’armée : l’originalité de la gouvernance actuelle réside dans le rôle majeur de l’armée, qui coordonne notamment l’attribution des secteurs d’intervention attribués aux différentes ONGs. Les militaires semblent très présents sur le terrain. Mais leurs interventions semblent mal calibrées : certaines ONG reçoivent des zones trop grosses pour leurs moyens, d’autres au contraire reçoivent des zones d’intervention sous dimensionnées. [voir mon commentaire sur ce point plus bas]
– Un comité de la reconstruction vient d’être créé, regroupant l’armée, le comité du haut secours, la municipalité, la direction du cadastre, le ministère de la culture (pour les aspects patrimoniaux) et deux syndicats professionnels : l’ordre des ingénieurs et le syndicat de entrepreneurs. Ce comité est en charge d’établir un bilan précis des dégâts permettant de mettre en place des procédures d’indemnisation (mais avec quel argent ?) et une interdiction des transactions foncières et immobilières dans les zones touchées a été votée par le Parlement. Une mesure que MH voit avec beaucoup de méfiance à cause des expériences passées de contournement de la loi par les puissants de ce pays.

Plusieurs conclusions sont tirées :
– L’Etat libanais conçoit la reconstruction comme liée à la captation de financements extérieurs, via les ONG.
– Grande complexité de la gouvernance, très peu lisible par les habitants, qui ne savent pas à qui s’adresser ; de l’autre côté, les attentes des habitants sont peu et mal prises en compte par ces différents acteurs.
– Le rôle crucial de l’armée excède celui de la coordination et témoigne aussi d’une volonté de contrôle et de surveillance. Néanmoins, leur coordination n’est pas efficace et stricte. De nombreuses initiatives d’ONG et d’activistes n’en tiennent pas compte.
– les groupes les plus vulnérables pâtissent de cette situation d’incertitude et craignent d’être particulièrement ciblés par les mécanismes de surveillance mis en œuvre. C’est notamment le cas des réfugiés.

Mona Harb conclut sur les initiatives du Beirut Urban Lab :
– création d’un observatoire urbain qui partage des données de base (notamment cartographique), une pratique rare au Liban.
– mise en oeuvre d’initiatives locales de recovery (réhabilitation/reconstruction ?) centrées sur les besoins des habitants et définies avec eux.
– élaboration de scénarios pour la période post-blast.

Commentaire sur la place de l’armée dans le processus de reconstruction
L’intervention de l’armée dans un processus de reconstruction constitue une évolution notable par rapport aux précédentes reconstructions. Certes l’armée a pris une plus grande place politique tout au long des trente dernières années au Liban, d’abord par l’accession de deux anciens de ses chefs au rang de président de la République (Lahoud et Sleimane) tandis que Aoun a lui aussi été chef de l’armée à la fin de la guerre civile. Malgré ses divisions et ses multiples composantes, elle est souvent parée de vertus. Ses laudateurs voient souvent en elle la dernière institution qui tient l’Etat ou qui au moins l’incarne. L’armée est très visible dans les rues, les barrages sont omniprésents et cette dernière année l’armée (en réalité certaines composantes plus que d’autres) a joué un rôle controversé dans la régulation des manifestations.
Il existe néanmoins un précédent concernant l’implication de l’armée dans un processus de reconstruction. C’est l’épisode de la reconstruction du camp palestinien de Nahr El Bared après ce que certains ont qualifié d’urbicide (voir Ramadan Adam. « Destroying Nahr el-Bared : Sovereignty and urbicide in the space of exception », Political Geography, vol. 28, nº3, 1 mars 2009, p. 153‑63. <https://doi.org/10.1016/j.polgeo.2009.02.004>.
et mon commentaire de ce texte : https://rumor.hypotheses.org/93 ). Il s’agissait certes d’une situation spécifique puisque son rôle était la suite d’une intervention militaire. On doit néanmoins noter que l’événement a facilité l’élection de Michel Sleimane de la République l’année suivante. L’armée – ou l’un de ses chefs- pourra t elle bénéficier politiquement de son implication dans cette reconstruction ? C’est difficile à dire aujourd’hui.
Une autre hypothèse peut être avancée pour éclairer ce rôle accru de l’armée : cette institution représente un instrument d’ascension social, en particulier pour les personnes issues des groupes marginalisés (en particulier des régions périphériques du pays). Elle offre des services importants (couverture médicale et sociale, accès à des espaces de loisirs subventionnés, accès à des formations parfois très poussées). Sans être, comme en Egypte ou en Syrie, une institution centrale de l’économie politique du pays, on peut faire l’hypothèse que dans un contexte de réduction des prestations de l’Etat, même si elle est touchée, elle conservera une partie de ses moyens et elle dispose de nombreux relais pour cela. La présence de militaires retraités dans les manifestations depuis un an pour défendre leurs prestations de retraites illustre justement
cette capacité de se défendre collectivement point. Elle dispose de soutiens politiques. La figure de Chamel Roukoz assure ce rôle. Il est lui-même un ancien chef militaire adulé pour sa bravoure, devenu député – tout en étant un gendre du Président de la République même s’il joue un peu perso en ce moment.

Le fait d’être en position centrale dans le dispositif actuel, avec la possibilité de contrôler d’importants circuits financiers, voire de l’orienter dans des directions qui bénéficierait à certains de ses chefs, peut-il préfigurer la montée en puissance de cette institution prétendant à une place accrue au sein de l’économie politique libanaise ? En clair cela traduit il une prétention à contester le monopole de la classe politique sur le partage du « fromage » ? ou bien, si on fait au contraire l’hypothèse de la souplesse de rétablissement de cette classe politique face à la contestation, cette dernière utilise t elle ses relais au sein de l’armée pour essayer de contrôler des flux financiers qui pourraient être importants ? (ce n’est pas encore le cas mais pourrait le devenir).

Notes _____________________
  1. Pour information, cette analyse se trouve plus amplement développée dans le rapport que Mona Harb et Mona Fawaz ont publié sous l’égide du PNUD fin aout : voir Leave no one Behind : for an inclusive and just recovery process in post-blast Beirut : https://www.arabstates.undp.org/content/rbas/en/home/library/crisis-response0/leave-no-one-behind–for-an-inclusive-and-just-recovery-process-.ht. []

Octobre Liban – les rues et les places matrices d’un nouvel ordre politique?

Couverture de Octobre Liban, éditions Inculte (octobre 2020)

Pour célébrer l’anniversaire des mobilisations du 17 octobre au Liban, Camille Ammoun, récent auteur d’un beau roman sur Dubaï qui évoquait aussi Beyrouth, offre dans ce petit ouvrage un attachant récit d’immersion dans ce qu’avec les Libanais mobilisés, il nomme la révolution, al-thaoura. Dans un texte vibrant au rythme de sa marche à travers Beyrouth, dans le convoi d’une manifestation arpentant la route de Tripoli entre le rond-point de Dora et la place Riad al Solh, en empruntant les rues d’Arménie et Gouraud aujourd’hui dévastées, il déchiffre les signes de la révolte, graffitis et hauts-lieux, les relie au passé urbain encore présent ou souvent déjà effacé et s’enthousiasme de l’énergie collective ainsi manifestée.

La force de son texte réside dans son rythme – celui de la marche – mais aussi dans le mouvement du regard qui s’y déploie. ll combine plusieurs figures de style cinématographiques : d’abord, un plan panoramique qui plonge depuis les rochers dominants le fleuve de Nahr-El Kalb, haut-lieu symbolique de l’histoire de ce pays appelé aujourd’hui Liban, et zoome vers la ville qui dresse sa silhouette dans le lointain. Ce regard se fait traveling le long de cette ancienne route de Tripoli, avec des focus sur certains lieux symboles, narrant aussi des anecdotes parfois absurdes – comme ce cocasse fait divers que constitue la découverte, narrée dans la presse et, sans doute, les réseaux sociaux, d’un crocodile aux yeux jaunes abandonné dans les eaux tout aussi jaunes du fleuve de Beyrouth.

Son récit laisse bientôt place aux différents épisodes d’altercations, de divisions et d’hostilité qui, conjugués à une crise multiforme, économique, financière, puis sanitaire, viennent s’opposer aux manifestations et finissent par rendre sinon impossibles, du moins sporadiques, ces mouvements collectifs. Le narrateur situe dans le quartier de Khandak al-Ghamik (littéralement la Tranchée Profonde) le cœur de cette opposition à la révolution, juste de l’autre côté du Ring, à proximité immédiate donc du centre-ville où se déroulent les manifestations et où se construisent les nouvelles pratiques de l’espace public révolutionnaire. En adoptant cette traduction pour dénommer ce lieu, il lui confère une identité quasi-souterraine, en fait un passage vers un outre-monde maléfique expectorant à intervalle régulier des djinns malfaisants : « les mobylettes de la contre-révolution venue du quartier de la Tranchée Profonde armés de bâtons et d’une colère rentrée » qui viennent harceler les manifestants revendiquant le changement politique et la fin de la corruption, et détruire leurs installations fragiles.

Au-delà de la figure de style, le procédé de déshumanisation de ces adversaires de la révolution (« zombies téléguidés ») pose question, quand bien même leur colère est « ô combien légitime ». Certes, une révolution n’est jamais consensuelle et le conflit est le nécessaire moteur de l’histoire. Il y a à la fin des vainqueurs et des vaincus. Mais voir en ses adversaires des robots ou des fanatiques, dénier la liberté de leurs actes, et donc la légitimité de leur opposition, sans entendre ni se donner la peine de comprendre leurs propres peurs et leurs valeurs, qui sont sans doute plus diverses qu’on ne l’imagine, n’est-ce pas s’empêcher de construire le temps d’après, qui ne pourra advenir et être pacifique que si toutes les composantes de la société y trouvent leur place?

L’explosion du 4 aout, qui laisse le narrateur dans le désarroi et dans la nostalgie de cette urbanité un temps retrouvée, signe-t-elle la fin de l’espérance ou au contraire souligne-t-elle que la révolte mais aussi l’auto-organisation représente la seule démarche possible?

‘We won’t pay the price’. Photo: Mona Fawaz. Source

A ce texte de Camille Ammoun fait justement écho, en plus court et sur un registre d’écriture plus universitaire (mais pas jargonnant quand même), un bref article de Mona Fawaz et Isabella Serhan: Urban Revolutions: Lebanon’s October 2019 Uprising. Mona Fawaz, déjà longuement présentée sur ce carnet, est professeure à l’Université américaine de Beyrouth où elle a fondé le Beirut Urban Lab avec sa collègue Mona Harb, dont je discute par ailleurs une intervention. Cette institution est devenue un lieu majeur de réflexion sur les transformation actuelles de la capitale libanaise. Isabella Serhan est l’une de leurs collègues au sein de cet espace de recherche.

Leur texte porte sur ce moment révolutionnaire libanais, ces quelques mois de octobre à décembre 2019, et sur la façon dont la réappropriation des espaces publics dans les différentes villes libanaises, les expériences partagées de lutte et de solidarité réouvrent un imaginaire du futur urbain que trente années d’après-guerre civile et de politique confisquée par une classe politique corrompue et faisant corps avaient congelé. Ce texte s’achève sur la nécessité d’inventer un cadre institutionnel pour concrétiser dans la durée les aspirations exprimées dans les rues et sur les places, pour que la réappropriation temporaire de l’espace se traduisent par la construction d’un autre ordre politique et d’une autre ville.

Tout le problème est là : malgré la faillite des régimes de la reconstruction et l’échec de leurs spéculations, les formes vides qu’ils ont laissé structurent encore l’espace physique mais aussi l’ordre juridique, celui de l’économie comme des institutions. Comment les destituer, si la violence physique n’est pas la voie choisie, ce qui est implicite dans les deux textes ? Les appels au retrait de la clique au pouvoir, au nom de leur responsabilité ultime, semblent avoir fait long feu. Les actions de solidarité, telles que mises en œuvre aujourd’hui dans les quartiers détruits par l’explosion, témoignent d’une belle vitalité et prolongent d’une manière concrète les aspirations au changement. Mais elles se traduisent aussi par un foisonnement qui frise parfois la cacophonie , au risque de la paralysie (voir l’analyse de Mona Harb sur ce point). Dans quelle mesure ces initiatives, dans la foulée de nombreuses autres mobilisations grassroots, peuvent-elles contribuer à construire un nouvel ordre politique, qui s’imposerait de proche en proche en évitant le recours à la violence, avant de trouver à être conforté par des mécanismes électoraux plus favorables à un changement du personnel politique ? Autant de questions dont les réponses restent aujourd’hui en attente.

Questions about the development of open access journals which charge authors

Two colleagues from British and German universities have recently invited me to become associate editor for a newly created section of Frontiers in Sustainable Cities, the academic journal they are involved in as scientific editors. I am greatly honoured of this invitation to contribute to the development of a subfield of research in which I have been involved for several years. I trust and respect greatly these colleagues and I have no doubt their work is a guarantee of high scientific standards and integrity in the peer reviewing process .

I know the European Union, as well as the French scientific funding agencies such as the French Agence nationale de la recherche or the CNRS, support the publication in open access journals. This policy, known as Plan S, was launched in 2018. Personally, I am also convinced that open access journals bring huge visibility and easier access to research. Nevertheless, I think that the Article Processing Charges (APC) mechanism1 raises several ethical and political issues. Therefore, I am uncomfortable to encourage publication in APC-led journals, and I fear I have to, at least temporarily, decline my two colleagues’ invitation.

I wrote this text in order to highlight this new trend and stir a collective discussion among my scientific community at Sciences Po, among the French academia and beyond (which is why I wrote it in English).

A system that increases inequalities

Obviously, the system creates a barrier for young researchers who do not hold stable or tenured positions and who do not have access to substantial research funds. I conduct my research in France, where academic precarity is widespread, and I know that APC would indeed exclude those young and promising researchers. Tenured researchers without (or with limited) research funding are actually also at risk of being excluded by the development of Author Processing Charges. APC journals come at a moment when the research units that are part of the universities (the so-called ‘laboratories‘) undergo increasing financial pressure and lose the small autonomy they had managed to keep. Consider for example a research unit where every year, around 100 articles, assuming 50% of them would be published in APC journals; publication fees would amount 50.000 € if we assume the APCs correspond to those billed by Frontiers in Sustainable Cities, which are not the highest, by far. These sums would have to be distracted from research, fieldtrips, conferences, salary or from library funding, who cannot stop their subscriptions to journals.

For me, encouraging APC would mean being part of a system that increases inequalities between established and aspiring researchers, between well-funded and not funded ones, and reinforce the hierarchy inside the academic world. With research funding characterized by a very high selection rate, and in substantial proportion determined by trendy topics and pre-existing researchers’ reputations, in the end, the probability that non-mainstream topics are ignored is high.  

A system that encourages the ‘Publish or Perish’ race

A second issue relates to current trends in academic publishing is the race to publish, the well-known « Publish or Perish » (PoP) dynamic. PoP is the result of the convergence of multiple factors, among others: researchers’ careers based on quantitative metrics; the funding of projects based on competition between researchers and between institutions; and the increasingly lower technological cost of publishing digitally. One of the consequences of the PoP « rule » is the increased pressure to submit articles to a limited number of well-established and highly recognized journals. As a result, the selection process has become very competitive, excluding a large number of good articles only because there is no room in these top-journals, and because editorial board members, reviewers and copy editors don’t have enough time to review, follow-up and edit so many articles. The development of digital platforms for academic publishing such as Frontiers fits in this general landscape. APC platforms and journals surf on this scarcity in academic journals, with demand increasing faster than offer. The recent shift of research funding agencies such as the UE (H2020, ERC) or national agencies towards open access publications, in the name of open science, has only stimulated this trend and increased market opportunities for APC journals. My accepting the invitation in this journal and proposing theme issues as suggested, would only feed these dynamics. Obviously, as a researcher and leader of collective research projects who needs to deliver research outputs in academic journals, possibly as theme issues, I feel that I could take advantage of this APC system. But I am also wary of fueling a move in a direction that I feel is insane.

Insane capitalistic accumulation at the expense of public money

A third issue relates to the political economy of the science publishing industry. For years, researchers have complained about the concentration of this industry and the enormous profits oligarchic corporations are ripping, due to their commercial practices with libraries, with oversold bouquets of journals and hardly justified price hikes. The move towards open access publication and the rise of the APC model (with article processing charges reaching up to 5000 € in some journals, and currently about 1000 € in the case of Frontiers in Sustainable Cities) is a new strategy those corporations are implementing in order to alleviate the risk that the open-access policy represents for them. APC are becoming a new source of profit for the publishing industry. This needs to be discussed in relation to two questions: are the prices of APCs fair? How does this new business model impact scientific integrity?

A few surveys have tried to estimate the sums spent on APC at the European level, for instance the OPENAPC project by Bielefeld University. Similar initiatives regarding the cost of publishing are scarce because the industry keeps doors closed in the face of outsiders. Such a survey was undertaken in France however. It shows that the median cost par page of Social Sciences and Humanities published article’s page stands at 66 €. For an average 10 pages article it makes around 660€, to be compared to the 970€ charged as APC in the journal I was invited to2. Is the difference the Frontiers’ profit margin? If so, then it’s a lot. Things are worse if you consider that APCs amount to 3800€ in the top-ranked journals, and up to 5000€ in some case (not SSH)3. Data from the OPENAPC project show an average APC at 1976€, and up to 7400€. According to my correspondent at Frontiers, “ we use our Market Intelligence team to ensure that our APCs are competitively priced’’. At the launching of the journal, APC may be ‘’competitive’’. But they may increase later. So APCs are not based on just taking into account the real cost plus a margin that is already big. They vary based on the dynamics of offer and demand across and within academic subfields in order to generate more profit. This means that APC journals are in fact speculating on their reputation to extract more profit from public money and researchers’ work without contributing themselves to adding value beyond the service of providing access and copy-editing.

Another way to increase the revenues of such journals is to publish as much articles as possible. This is their direct interest. Some APC journals (at least those labelled predatory journals or publishers according by Beall in 2012) have repeatedly been suspected of lowering the review process standards, since their business is based on publishing as much as possible . A clear and neat separation is needed between scientific editors and commercial management. I don’t say it’s the case of Frontiers, despite some rumours and individual claims found on internet. I trust my colleagues for not allowing this for the new section they are launching. To be fair, one must recognize the development of journals operating on this market also meets the interests of scholars throughout the world. To alleviate the risks associated with this double pressure, from some publishers and some authors, editorial boards have to implement a very strict monitoring of the review process, for instance regarding the not so rare practice of requesting that authors propose a few names of potential reviewers.

The development of such journal contributes to increase the shameful process by which an enormous amount of public money (profit rates are typically between 20-30%) ends up in their pocket while many universities and above all researchers, junior or senior, have their own pockets depleted, because of job policies in the academia and the increasing concentration of research funding.

Being part of the APC model means working for free for the profit of this industry: as an author, as an editor, and as a reviewer. The only reward is a bit of academic glory and the opportunity to have articles or theme issues published. One can object that this new world is not better, economically and financially speaking, than the existing world of journals run by the scientific publishing oligarchy. In my view, the advantage of the latter is at least that everyone can submit and publish an article with having to pay the APC. Clearly, we need other solutions.

Other solutions are available 

As I have mentioned above, I fully recognize that there is a serious need of new journals, in particular for emerging scientific fields, in order to ease the pressure on existing journals. However, there are many different editorial models and the APC « gold path » is not the only one. France is probably particularly lucky because the early mobilisation of researchers from social sciences and humanities, and the support of the CNRS and of several universities have allowed the rise of a publishing ecosystem making full use of digital technologies to support open-access journals. Hence most journals either remain under a classical subscriber system (but less expensive than in the anglophone publishing industry), or under a system, in which the cost of editorial staff and system maintenance is borne by the universities and the CNRS (the OpenEdition platform is a case in point, but there are other instances). Similar solutions, even if not as widespread as in France, also exist in other European countries and in South America . In my field of research, I think of ACME, a journal of critical geographies, and of Geographica Helvetica, where the cost are supported by several Swiss academic institutions, or the Italian journal of political sociology Partizipatione e Conflitto (PACO), just to name a few. These solutions rely on the strong involvement of academic communities and the support of the national and local academic institutions. Apparently, this kind of solutions are not as developed in the anglophone academic world. I wonder if this can be explained by the fact that researchers are more pressured to invest their time and energy to gain research contracts through competition, and are less available for community led journal projects, which require cooperative practices. It is true that researchers are not editors, publishers nor IT specialists and they should not waste time when efficient publishing solutions exist. However, the drive towards the APC journals bear with it many shortcomings. Collective, cooperative and at least more prudent attitudes are needed to avoid to spring in without further reflection.

A necessary debate inside scientific communities

At least, before accepting the invitation to become part of this editorial board, I wanted to share these arguments and raise a debate within the scientific community, at the level of my research unit and more broadly in the French academia and, why not, the European academia which is directly impacted by APC journals. and committed to take a stand. If we want to collectively keep the rein of our academic life and make the most efficient use of precious but scarce public funds, instead of moving individually to this new system without questioning it, I believe alternatives should be explored and, at least, that the choice of APCs should be collectively discussed4.

Frontiers‘ answers

Answer from the person in charge of recruiting Associate editors at Frontiers to my message stating I was going to decline their invitation, where I sketched the arguments further developed in this blog post.

The OA model introduces a gap between funded and non-funded researchers
We do charge Article Processing Charges (APCs), however this is the only sole source of revenue for us, all of which is reinvested back into our platform and open science services to allow more communities to benefit from high-quality open access. They also enable open access to all of our content, whereby all articles published are freely and permanently available for anyone to video, download and disseminate (under the CC-BY licence, where authors retain the copyright for articles). We also are passionate about providing assistance to authors who are unable to pay the article processing charges. A portion of the income we generate is distributed to our fee support programme, which you can find more information here.  We also have an institutional memberships programme where we work with universities, funding agencies and research consortia to find ways to remove some or all of the responsibility for APCs from individual authors. You can find out more information on this here. When we launch new journals, we use our Market Intelligence team to ensure that our APCs are competitively priced and are usually less than half the price of subscription publishers. 
 
Trend toward APC funded journals encourages the Publish or Perish race, and journals pushing for quantity rather than quality
At Frontiers, it is the active researchers from our editorial boards who make the content decisions. We do not set acceptance rates, instead, our acceptance and rejection criteria are clearly defined in our editorial guidelines and it is the responsibility of the editors and reviewers to ensure the highest quality research passes through peer review. Their names are published on the final article as a public endorsement of this. Our philosophy is to empower researchers in the publishing process and ensure editorial independence. Therefore, editorial decisions about the acceptance or rejection of articles within the peer review process are taken by our editorial board of subject-specific experts, whom we empower with cutting edge-technology and editorial support to make these decisions efficiently. We completely understand that academics will invest time into the reviewers and editors role, which is why we ensure they have plenty of support from our side from our dedicated peer review team and our internal checks team.
Notes _____________________
  1. this is a fee to be paid by authors once their manuscript has been review, revised and accepted. APC are the main revenue of those journals. In certain cases, there are waivers for these APC, when a scientific societies, or a university compensate for it, which allows the members of the society or the faculty of the university to be exempted from the fee []
  2. Contat, Odile, and Anne-Solweig Gremillet. 2015. ‘Publier : à quel prix ? Étude sur la structuration des coûts de publication pour les revues françaises en SHS’. Revue française des sciences de l’information et de la communication, no. 7 (July). https://doi.org/10.4000/rfsic.1716 []
  3. see a recent French survey by Leduc, Michèle, and Antoinette Molinié. 2020. « Les publications à l’heure de la science ouverte ». Paris: Comité d’éthique du CNRS []
  4. I would like to thank Tommaso Vitale and Miriam Perrier for their feedback and suggestions, as well as Pierre Mounier and Marin Dacos for pointing to surveys and resources documenting publishing practices []

Transformations énergétiques collectives : présentation à la librairie Volume, Paris

La revue multitudes a le plaisir de vous inviter le 25 mars 2020 à 19 heures à la rencontre organisée autour des Transformations énergétiques collectives avec les auteurs Alain Nadai, Grégoire Wallenborn, Éric Verdeil et Fréderic Brun, Anne Querrien, Gaëtane Lamarche-Vadel de multitudes
Librairie VOLUME
47, rue de Nazareth
75003 Paris

Télécharger le prospectus de présentation de ce numéro (PDF).

Résumé

L’idée d’une « transition » énergétique, processus pilotable dans un monde relativement stable et anticipable, semble arriver à son terme. Même le GIEC en appelle désormais à des « transformations » énergétiques rapides et radicales. Toutefois, malgré la prise de conscience de l’urgence climatique et de la perte dramatique de biodiversité, qui s’actualise notamment dans une série de manifestations et de luttes, la question du climat est trop rarement articulée à la question de l’énergie. Dans cette Majeure, nous explorons ce que pourraient vouloir dire ces transformations énergétiques et partons à la recherche des bonnes échelles pour agir et des récits pertinents pour inspirer les collectifs.

Articles de la majeure

Résumé de notre article

Cet article propose d’élargir le débat sur la transition énergétique au-delà du contexte occidental. Partant d’études de cas situées dans deux métropoles des Suds, la réflexion invite à nuancer les scénarios normatifs et supposés universels de transformation des systèmes énergétiques pour confronter les transitions aux singularités des sociétés et des territoires dans lesquels elles prennent forme. Ainsi s’aperçoit-on que les discours sur le changement climatique global ont bien moins d’effets d’entraînement sur les trajectoires énergétiques d’Istanbul et du Cap que l’impact de crises écologiques plus locales ou que l’évolution de compromis socio-politiques, toujours fragiles et dépendants d’héritages historiques nationaux.