Archives de l’auteur : Eric Verdeil

Amman, d’une crue à l’autre. Littérature et géographie

Les réseaux sociaux auxquels je suis connecté ont relayé les images spectaculaires d’une crue qui a noyé la ville basse d’Amman jeudi 27 février, suscitant les habituelles dénonciations de l’incurie des autorités municipalités.

Ces scènes de rues submergées d’eaux boueuses, et de l’amphithéatre romain transformé en piscine, ont réveillé en moi un souvenir littéraire dont la qualité poétique et dramatique n’a d’égale que sa valeur géographique. Il s’agit des souvenirs du jeune Abdel Rahman Mounif qui grandit dans cette ville dans les années 1940. Le chapitre IX de son récit Une ville dans la mémoire. Amman (en arabe Sirat Amman), traduit par Eric Gautier dans une collection d’Actes Sud-Sindbad dirigée par Yves Gonzalès Quijano propose une puissante évocation de la crue qui frappe la ville en 1943, après une fine présentation d’un paysage fluviatile aujourd’hui disparu. En voici quelques extraits qui s’égrènent de la page 131 à la page 149.

Si l’eau est à l’origine de la vie – et si c’est généralement sur les rives des fleuves ou des lacs que les cités se sont élevées – la “cité de l’amour fraternel” comme on appelait Amman à une époque ancienne, ou encore Philadelphia, sous lequel elle est plus connue, ne faisait pas exception à la règle. Lors de sa fondation, il y a des siècles, on la baptisa même “ville des eaux” et c’est précisément à l’existence de cette eau que l’on doit sa reconstruction à l’époque moderne.

Le long voyage commençait à Ras El-Aïn. Pour couvrir les besoins d’Amman, la source abondante et grondante était captée et dirigée vers un grand réservoir qui dominait la ville. Elle se déversait ensuite dans un étang profond et agité avant de donner naissance à une rivière qui traversait tout le wadi entre les collines et les montagnes, accueillant, en chemin, de nombreuses sources qui sourdaient des deux côtés de son lit. Puis cette rivière continuait sa course jusqu’à ce qu’elle rejoignît le fleuve El-Zarqa. Ils s’unissaient et poursuivaient ensemble leur merveilleux périple avant de se jeter dans le Jourdain.

A partir de Ras El-Aïn, la rivière coulait d’ouest en est. La plupart du temps, elle suivait un tracé rectiligne sauf quand le wadi devenait trop étroit ou quand le sol était rocailleux ; elle devait alors former des méandres qui provoquaient, ici et là, quelques tourbillons.

Sur les deux rives, tout de suite après le grand souk aux bestiaux, commençaient la zone des jardins maraîchers. Entre eux, il y avait des maisons relativement espacées les unes des autres, habitées par des Tcherkesses. Plus loin, lorsque la rivière passait à proximité de la rue montant à El-Misdar, là où il y avait autrefois des moulins mais où l’on construisit, plus tard, le pont d’Al-Mohagirine, cohabitaient Arabes et Tcherkesses, chrétiens et musulmans.

C’est à ce même endroit que la rue descendant des quartiers sud, en particulier de Misddar Aïché, débouchait sur la rue El-Mohagirine. La zone commerçante y commençait également puis s’étendait parallèlement à la rivière, sur sa rive gauche.

Il y avait toujours des cultures maraîchères sur les deux rives, près de l’eau, mais les terrains  quelles occupaient avaient rétréci et ressemblaient plutôt à des jardinets autour des maisons. Ensuite, le cours de la rivière s’incurvait insensiblement et s’approchait peu à peu du jardin et de la maison de Djawwad Bey pour former un demi-cercle. Comme elle s’était aussi élargie et était devenue plus profonde, les enfants d’Amman avaient fait de cet endroit leur première piscine. C’était également un des coins les plus poissonneux.

La rivière continuait ensuite son voyage et passait sous le pont d’El-Hammam. A cause de la nature du terrain, de la densité de la population et des constructions, on ne la voyait presque plus contrairement à ce qui avait été le cas pendant la première partie de sa promenade, de la source à ce pont. A peine avait-elle dépassé le souk du sucre, et avant même d’arriver au niveau du souk aux légumes, qu’une source jaillissait sur sa rive gauche. L’eau était fraîche et abondante et tout le souk venait s’y désaltérer les porteurs d’eau s’y approvisionnaient aussi, n’hésitant pas à franchir, avec leur chargement, de longues distances.

Après le souk aux légumes, il existait un pont, plus petit, à partir duquel certains enfants plongeaient dans la rivière qui, à cet endroit, était assez profonde ; ils en avaient fait une seconde piscine. En aval, en face de l’amphithéâtre romain, se trouvaient le pont le plus ancien d’Amman et le plus important.[…]

Immédiatement après le pont, la verdure et les jardins se développaient à nouveau sur la rive droite de la rivière, jusqu’à ce que celle-ci atteignit le souk aux bestiaux, puis le pont de la gare. A partir de là le wadi s’ouvrait, les deux rives s’élargissaient et les jardins devenaient beaucoup plus nombreux qu’ils ne l’étaient à l’ouest et ou au centre de la ville.

[…]

La rivière d’Amman depuis sa source jusqu’à son embouchure était courte mais  la longueur n’a jamais été le seul critère pour juger de l’importance d’un cours d’eau. De plus, les rivières comme les hommes ne sont pas toujours d’humeur égale. Gardant la même apparence au printemps en été ou en automne, celle-ci se métamorphosait complètement en hiver.

[…]

A la rentrée des classes, en octobre, tout le monde se mettait à attendre la pluie avec impatience. L’atmosphère se rafraîchissait mais la pluie ne se décidait toujours pas à tomber. […]  C’est pourquoi les personnes âgées ne cessaient de scruter le ciel dans l’espoir d’y découvrir quelques nuages et se mettaient à humer le vent : peut-être leur apporterait-il une odeur de pluie. […] Les adultes grimpaient sur les collines après la prière du vendredi pour invoquer Dieu et lui demander de faire tomber la pluie. […] Durant les années quarante, on eut recours à ce genre de cérémonie au moins deux fois. […] Dieu répondait alors à leur appel ou restait sourd, mais eux ne cessaient pas d’attendre et de prier.

[…]

En cette saison,  même s’il venait à pleuvoir, il s’agissait le plus souvent d’averses peu importantes qui tombait par intermittence ; il pouvait pleuvoir durant la nuit et faire beau le lendemain. Mais des trombes d’eau qui s’abattaient sur la ville plusieurs jours et plusieurs nuits d’affilée, les habitants n’y était pas accoutumés et n’y voyez rien de bon. C’est pourtant ce qui arriva en 1943.

Tous ceux qui, ce matin-là, découvrirent la rivière du haut du Djebel Amman  n’en crurent pas leurs yeux. Celle-ci d’habitude si modeste et si “timide”, celle qui coulait lentement comme si aucun rendez-vous ne l’attendait, celle dont la couleur passait du vert au bleu suivant les heures du jour, s’était brusquement métamorphosée. Elle s’était multipliée plusieurs fois en largeur et avait quitté son lit pour prendre possession des jardins environnants. Elle avait pris une teinte rougeâtre, boueuse, et son débit avait considérablement augmenté. Elle semblait maintenant pressé d’arriver!

Etait-ce la même rivière ? Comment avait-elle pu changer ainsi rapidement ?

De nombreuses personnes avaient accueilli cette eau comme un présent et regardaient le ciel avec joie. Les adultes poursuivaient leur chemin sans autre souci après avoir plaisanté avec les enfants ! La plupart du temps, ces derniers posaient toutes sortes de questions à propos de ce qui passait autour d’eux, mais celle qui revenait le plus souvent, peut-être parce que c’était la plus importante, portait sur la rivière. Questionnée à ce sujet, la grand-mère répondit:
– C’est beaucoup de bruit pour rien. Ayez pas peur!
Puis avec un sourire, son regard posé sur la rivière et sur le visage des petits :
– Le jour où vous verrez le Tigre, vous pourrez être étonnés et jurer qu’il n’en existe pas de plus puissant. Elle ajouta ensuite, comme si elle avait prévu ce qui allait se passer :
– Et encore, il est comme ça en été, mais s’il y avait une crue, en hiver, il noierait tout Bagdad. Vous, il y a des montagnes pour vous protéger, tandis que les habitants de Bagdad, eux, ils n’ont plus qu’à faire leur prière!
[…]
Quand vint le troisième jour et que la pluie ne cessait pas, les adultes se dirent à voix basse: “Nous sommes parvenus au point critique.”
[…]

Tout le monde savait bien qu’il n’y avait qu’une seule rivière à Amman. Pourtant, ceux qui empruntèrent la rue du souk furent les témoins d’un spectacle extraordinaire: il y avait des rivières partout ou, plus exactement, chaque descente était devenu un cours d’eau. Ainsi le chemin qui venait de Djebel Amman et qui avait été goudronnée depuis longtemps, ce chemin sur lequel l’eau de pluie glissaient comme sur une vitre, était devenu comme fou en accueillant toute l’eau en provenance de la montagne, plus celle qui dévalait la descente des d’El-Jaqqa, à laquelle venait se joindre celle de l’escalier d’El-Qiyada. Avec toutes celles qui déferlait de Wadi El-Saïr, c’est cela faisait une véritable fleuve sale et tumultueux qui remplissait toute la largeur de la rue. Arrivé au croisement avec la rue El-Salte, où débouchait un autre fleuve, peut-être encore plus imposant, il devenait trop risqué d’entrer dans l’eau. Quand on arrive près de la librairie Al-Safadi, Il ne restait plus que deux solutions:  gravir l’escalier malgré l’eau qui dégringolait virgule ou bien prendre quelques risques et parvenir jusqu’à la montée d’el-Amouri puis à partir de là se diriger vers la montagne.
[…].

Le narrateur explique que les adultes consolident les toits et colmatent les fuites. La grand mère raconte l’histoire du Déluge.

Il pleuvait toujours à verse et les nuages gonflés d’eau remplissaient toujours le ciel. Les hommes enduraient en silence cette épreuve, mais le visage des femmes commençaient à trahir la peur qu’elles ressentaient au plus profond d’elles-mêmes. Leurs gestes étaient aussi plus nombreux, plus fébriles; elles se mettaient en colère pour un oui ou pour un non contre les enfants, dès qu’ils posaient des questions, dès qu’ils riaient. C’était la preuve que le danger était là, bien réel.

A l’aube du cinquième jour, on entendit des appels au secours. Les voix étaient inintelligibles et faisaient penser à des hurlements d’animaux blessés qui rompaient le silence de la nuit.  […] Personne ne savait ce qu’il fallait faire mais les voix, d’abord lointaines, devenaient de plus en plus claires. Elles demandaient de l’aide. Des maisons avaient été détruites, l’eau avait inondé le souk et emportait tout ce qui se trouvait sur son passage.
[…]

En un temps record, et à la lueur des lanternes qui étaient sorties de toutes parts, mais qui ne suffisaient pas à dissiper l’épaisseur des ténèbres, les hommes, les adolescents, et même quelques enfants qui, soudainement, s’étaient sentis vieillir, étaient accourus. Face au danger, ils réagissaient comme ils avaient l’habitude de le faire face à la maladie, c’est-à-dire en offrant spontanément leur assistance et sans rien attendre en retour.

On assistait à des scènes inoubliables. Pour apporter leur aide, les gens étaient prêts à donner leurs vies et à accomplir les gestes des plus téméraires. Sans penser au risque et à la peine,  ils se précipitèrent au secours de ceux dont les habitations avaient été emportées et les aidaient à gagner un lieu où ils seraient en sûreté. Puis ils allaient prêter main-forte aux commerçants pour tenter de transporter des marchandises hors de portée de l’eau,  disposer des sacs à l’entrée des magasins ou s’employer à sauver les choses les plus importantes, en particulier l’argent et des livres de comptes.

A partir de la grande mosquée El-Hossaini et jusqu’au souk des légumes, la place s’était transformée en lac. Faute d’autres issues, les eaux du fleuve avaient envahi les magasins.

[…]  

Et à un moment donné, la pluie s’arrêta!

On aurait dit qu’Amman s’était ramollie:  la ville paraissait couverte de cicatrices mais de bonne humeur. Elle ressemblait à un morceau de pain détrempé ou un vêtement boueux. Beaucoup d’habitations avait été détruites, des parties entières des souks avaient été noyées et, dans la plupart des maisons, les plafonds s’était fissurés et même parfois effondrés. Il y avait de l’eau partout, même les grottes perchées sur les hauteurs, à l’abri de la pluie, avaient été inondées.

Après son coup de folie, la rivière mit du temps à se calmer: ses eaux restèrent rouges et boueuses, et son cours toujours aussi large, d’autant qu’il avait absorbé les jardins situés sur ses rives.

Autour de la Municipalité d’Amman (2010)

Ce merveilleux témoignage nous enseigne plusieurs choses.

Tout d’abord, les visiteurs d’Amman aujourd’hui auront bien du mal à imaginer le caractère aquatique et verdoyant de la vallée aujourd’hui densément bâtie et congestionnée par le trafic. Certes, l’aménagement autour de la municipalité d’une esplanade et de quelques jardins publics cherche à rappeler la vocation ancienne de cette zone. De même, devant l’amphithéâtre, les espaces publics ponctués de quelques arpents de verdure relie ce monument aux zones d’agrément décrites par Mounif.

Mais la rivière a bel et bien été canalisée et recouverte, au point d’être oubliée et ignorée. L’espace est fortement minéralisé. De nombreux parkings, parfois des marchés occupent l’espace. Plus largement, le paysage de cette ville de “paix et de pierre” comme l’avait joliment dit Myriam Ababsa laisse peu de place à la végétation. Elle forme un bassin versant densément construit et asphalté qui fait converger les soudaines pluies hivernales dans le talweg, rendant le risque de crue structurel.

Ces dernières années, de nombreux épisodes d’inondations catastrophiques, à Houston, Canton, Bangkok ou encore Paris ont fait émergé des réflexions sur la nécessité d’un aménagement différent du lit majeur des rivières et fleuves, visant à restaurer la possibilité de zones d’expansion et d’infiltrations de la crue. En milieu méditerranéen, sujet à des averses brutales dans un contexte par ailleurs fortement minéral, la nécessité de tels aménagements peut apparaître comme un gaspillage en raison de la rareté des épisodes pluvieux et alors que le foncier, en pleine ville, est rare et cher. Retrouver la rivière, restaurer l’écoulement des eaux, rendre l’espace à des usages de loisirs et à la végétation, comme l’ont fait des villes comme Madrid ou Séoul (voir le film de Jacques Lévy à ce sujet), en démantelant d’anciennes voies autoroutières, est une option que les urbanistes et les autorités d’Amman devraient pourtant considérer car le retour de tels événements n’est pas simplement probable, mais certain.

Soutenance de la thèse d’Elvan Arik : Se chauffer à Istanbul : des pratiques thermiques face aux épreuves de la transition et de l’efficacité énergétiques

Elvan ARIK soutiendra sa thèse intitulée « Se chauffer à Istanbul : des pratiques thermiques face aux épreuves de la transition et de l’efficacité énergétiques ». Cette thèse a été financée par le LabEx IMU dans le cadre du projet POUDEV (2012).

Date : 7 décembre 2018, à 14h

Lieu : amphi Est, Bâtiment des Humanités, INSA Lyon

Résumé de thèse :

Cette recherche s’intéresse aux transformations des pratiques de chauffage à Istanbul impulsées par l’arrivée d’une nouvelle ressource énergétique. À travers l’analyse d’une trajectoire heurtée et contestée de diffusion du gaz naturel en substitut de combustibles traditionnels (charbon/bois/fuel), ma thèse dévoile les spécificités et les contradictions d’un processus « ordinaire » de transition énergétique au regard des dynamiques inégales d’appropriation sociale des innovations technologiques, qui viennent conforter et parfois subvertir la nature même des projet techniques et politiques. Inspiré par des travaux sur la sociologie de l’énergie et d’écologie politique urbaine, je propose de suivre dans le temps et dans l’espace les modalités d’agencement d’un nouveau système sociotechnique (service de distribution en réseaux, équipements de chauffage prétendant à l’efficacité énergétique pour la dernière génération d’entre eux, panneaux solaires, etc.), de comprendre les logiques conflictuelles de territorialisation de ces dispositifs en lien avec d’autres dynamiques de transformations urbaines, et enfin de repérer les conditions matérielles, culturelles et socio-économiques, plus ou moins favorables, pour que ces infrastructures réussissent à s’encastrer dans le quotidien des habitants. Ce faisant, ma thèse répond à un double questionnement : comment expliquer la rapidité et la massivité du déploiement du gaz naturel étant donnée la nature des obstacles à surmonter dans le contexte d’une métropole émergente (étalement urbain, concentration de pauvreté, inadaptation d’un cadre bâti hérité à l’usage du chauffage centralisé) ? Comment interpréter les multiples formes de vulnérabilité produites par un processus de transition énergétique censé, paradoxalement, incarner la modernisation et accompagner l’internationalisation d’Istanbul ?

Spécialité : GÉOGRAPHIE – URBANISME – AMÉNAGEMENT
Mots-clés : Pratiques de chauffage, métabolismes urbains, services en réseaux, gaz naturel, vulnérabilité énergétique, transition et efficacité énergétiques, transformations urbaines, Istanbul.

Laboratoire (s) de recherche : UMR 5206 TRIANGLE
Directeur de thèse : Jean-Michel DELEUIL (Professeur, INSA de Lyon) en co-direction avec Eric VERDEIL (Professeur, Sciences Po ParisP

Composition du jury :

Sylvy JAGLIN, Professeure, Université Paris-Est Marne-la-Vallée, Rapporteur

Alain NADAÏ, Directeur de recherche HDR, CIRED, Examinateur

Jean-François PÉROUSE, Maître de Conférence (HDR), Université Toulouse II, Rapporteur

Christian GHIAUS, Professeur, INSA de Lyon, Examinateur


L’Atlas du Liban: les nouveaux défis est maintenant en ligne

J’ai le plaisir d’annoncer la publication en ligne de l’Atlas du Liban: les nouveaux défis (paru en 2016) que j’ai dirigé avec Ghaleb Faour et dont Mouin Hamzé est co-éditeur.

Il existe en version française et en version arabe, pour laquelle il faut particulièrement remercier Mohamed Dbiyat, son traducteur principal.

Pour en savoir plus, voir ce précédent billet.

Reforming Failed Infrastructure, Struggling for the State: Lessons from Lebanon

Watch the full video of the Centre for Policy Research-CSH (Centre de Sciences Humaines) workshop, featuring Eric Verdeil on ‘Reforming Failed Infrastructure, Struggling for the State: Lessons from Lebanon’ on the 30th of october 2018.

The talk considers infrastructure as a site for the examination of urban governance in Lebanon, in a context of failure of the state to provide basic public services such as electricity and waste. The argument is threefold. First, public infrastructure is a site of political struggle. Political actors seek to make infrastructure serve certain political and social interests, demonstrating their belief that these state institutions and instruments produce a range of effects worth competing for. Second, the talk challenges the view that neoliberalism and sectarianism are radically narrowing and marginalising the state and its institutions. Third, despite failing to deliver the expected service outcomes, the complex assemblage of more-or-less reformed infrastructural policy instruments produces strong social effects in terms of wealth distribution. These instruments accentuate Lebanese society’s gaps and inequalities. This outcome is largely unintended, as is often the case with public policy instruments. It is a product of the work of state institutions, however, and not proof of their absence. To make this argument, this talk explores urban services in Beirut through the main types of instruments that successive governments and their advisers—commonly from the World Bank and other international organisations—have adopted for their reform: the geographic boundaries of the zones where urban services are organised; the services’ financing instruments, such as subsidies and pricing; and public-private partnerships.

Eric Verdeil is Professor of Geography and Urban Studies at Sciences Po, Paris and researcher at the Centre for International Research (CERI).

The question and answer session that followed can be accessed here.

This talk is based on this article (a kind of Q&A summary is also to be found here)

Hommage à Marcel Roncayolo

Portrait de Marcel Roncayolo (c)Bénédicte Sire – 2007

[Marcel Roncayolo est mort le 13 octobre 2018 à l’âge de 92 ans. Son oeuvre a inspiré mon travail de recherche depuis que j’ai eu le grand honneur de le rencontrer, en 1992, puis de poursuivre avec lui tout une série d’échanges professionnels et amicaux. Sa famille m’a demandé d’évoquer son souvenir lors de la cérémonie religieuse qui s’est tenue à l’église de L’Immaculée-Conception à Paris 12e le 17 octobre dernier.

C’est une grande émotion que de prendre la parole ce matin pour évoquer la mémoire et le legs de Marcel Roncayolo, qui fut pour de nombreuses personnes réunies ici non seulement un maître et un conseiller, mais aussi un ami – et cela malgré les différences de statut et d’âge. Celui que nous appelions familièrement « Ronca » était facilement accessible et curieux des travaux de ses collègues et de ses étudiants. J’ai sans doute été l’un de ses derniers élèves. Il prit sa retraite avant que je ne commence ma thèse, qu’il a suivi de loin, avant de me faire l’honneur d’en présider le jury.
Mon regard sur son parcours est donc en partie indirect ; et il porte plutôt sur l’aval de sa carrière. Je n’évoquerai qu’en passant son itinéraire (ENS, EHESS, Nanterre..), les hautes responsabilités qu’il a exercées (direction adjointe de l’ENS, direction de l’IUP), enfin ses distinctions (Prix spécial du jury du Grand prix de l’urbanisme) , même si elles constituent une part essentielle de sa vie. J’essaierai de rendre compte de ce qu’il représentait pour nous à partir de quelques chemins de traverse où nous nous sommes croisés.
En 1992, jeune normalien géographe, je cherchais à faire un stage consacré à des questions d’aménagement près de Martigues, la ville de mon enfance. C’est assez naturellement qu’on m’envoya à Marcel Roncayolo pour solliciter ses conseils. Il me reçut dans son bureau étroit de l’EHESS, pleins de livres et de thèses. Je me souviens de la chaleur de son accueil, de sa simplicité. Il m’adressa à Sophie Bertran de Balanda, urbaniste de la Ville de Martigues, avec qui il avait récemment travaillé dans le jury d’un projet d’urbanisme Lors de ce stage, je découvris que Marcel Roncayolo poursuivait sa réflexion sur la ville, avec un livre inspiré par Sophie Bertran de Balanda en collaboration avec le peintre Jean Charles Blais. Tous deux se livraient à l’exploration du territoire martégal lu comme un palimpseste de peintures colorées et naïves et de vieilles cartes. Lors de diverses rencontres au fil de ce projet, notamment à Marseille dans le quartier des Chartreux, Marcel Roncayolo racontait avec bonhomie ses souvenirs des lieux, tout en m’utilisant comme un témoin et un interprète de la ville sans que je m’en rende compte immédiatement. C’est à la suite de ces rencontres que je suivis son séminaire de l’EHESS, un temps privilégié d’accès à des problématiques nouvelles, croisant regard d’architectes et de sociologues et vision de géographes et d’historiens. Le plus frappant était un style de conversation scientifique très ouverte, laissant souvent la place à l’improvisation au gré des questions et interpellations – une forme de joute verbale que Marcel Roncayolo affectionnait.
Une deuxième ville de rencontre fut Beyrouth : je venais d’y arriver comme coopérant, et Marcel Roncayolo y avait été invité pour une conférence en 1996. Avec ma femme, au bord de cette Méditerranée qui leur évoquait, sur l’autre rive, Marseille, nous guidèrent les époux Roncayolo vers les villes antiques de Sidon et de Tyr, entre les ruines archéologiques et celles, presqu’encore fumantes, du conflit libanais. Ce fut, je crois, leur dernier grand voyage ensemble. Ces moments de découverte partagée établirent entre nous un lien solide, qui s’affermit alors que Beyrouth devint le terrain de ma thèse dont Marcel Roncayolo accueillit l’expression des premiers résultats dans une des dernières sessions de son séminaire de l’EHESS. Mon travail s’est nourri de ses réflexions autour de l’idée que les villes sont toujours en quelque sorte asynchrones à elles-mêmes, qui appellent à l’exploration des temporalités différenciées des idéologies aménageuses, de l’action urbaine, des changements sociaux et de la forme matérielle de la ville.
La troisième ville de rencontre est Lyon – une ville que Marcel Roncayolo a dû très souvent traverser mais qui constitue plutôt un arrière-plan dans son travail ; une ville où j’ai vécu une douzaine d’années après mon retour de Beyrouth. Cela m’avait éloigné de Paris et nos rencontres s’étaient espacées. J’eus vent, sans doute par Sophie Bertran de Balanda, de ce que Marcel Roncayolo cherchait alors à republier son livre L’Imaginaire de Marseille, Port Ville Pôle. Je fis en sorte de rendre cela possible dans une nouvelle collection des Presses de l’ENS de Lyon dénommé la Bibliothèque idéale des sciences sociales. Lors du séminaire de présentation du projet, Marcel Roncayolo, déjà moins en jambes, était visiblement très heureux et impressionna l’auditoire par son enthousiasme et sa vitalité. Cette publication a permis de souligner une dimension parfois mal connue de son œuvre, qui traverse pourtant Les grammaires d’une ville, comme La ville et ses territoires. Elle est un plaidoyer pour une géographie culturelle ouverte aux vents du large, affranchie des rigidités identitaires, qui permet de penser tant l’appartenance aux lieux que les inquiétudes du temps présent.
Je voudrais terminer en revenant sur l’œuvre écrite de Marcel Roncayolo. Elle est aujourd’hui imposante et reconnue, mais elle fut longue à venir, lente à se sédimenter dans ce style dense et subtil qui fait écrire à une collègue sur Twitter ces jours-ci : « le seul géographe qui écrivait vraiment bien » (Anne-Laure Amilhat-Szary). Cette œuvre imposante a d’abord été une œuvre éparse, produite au gré des sollicitations amicales et des rencontres scientifiques. Elle témoigne de son gout pour la discussion et l’échange, ainsi que de son souci d’écrivain perfectionniste, reprenant et affinant sans cesse les phrases et les mots jusqu’à trouver l’expression juste. Mais ces œuvres longtemps retenues (La Ville et ses territoires, Les Grammaires d’une ville, Lectures de villes…) ont fait date et nourri plusieurs générations de jeunes chercheurs et chercheuses, et en particulier celles qui ont commencé leurs recherches dans les années 1990. Je suis frappé en tout cas ces jours-ci du nombre de mes contemporains invoquant sur les réseaux sociaux la mémoire de Marcel Roncayolo et surtout soulignant son influence, des historiens, des géographes, des sociologues, des architectes, des urbanistes, en France et au-delà de nos frontières.
Aujourd’hui, la tristesse de son départ ne doit pas masquer le souvenir de son accueil souriant, ni les suggestions stimulantes que nous laisse son approche des villes. Qu’il repose en paix.

En complément

Brun Jacques, Burgel Guy et Ozouf-Marignier Marie-Vic, « Marcel Roncayolo, éclaireur de la ville »,. Libération.fr.  18/10/2018,  Adresse : https://www.liberation.fr/debats/2018/10/18/marcel-roncayolo-eclaireur-de-la-ville_1686276.

Rof Gilles, « La mort du géographe Marcel Roncayolo, ». Le Monde. 17/10/2018 Adresse : https://www.lemonde.fr/disparitions/article/2018/10/17/la-mort-du-geographe-marcel-roncayolo_5370855_3382.html.

Hommage de Boris Grésillon à Marcel Roncayolo (sur ce carnet)

Billet de Franck Debié (Département de géographie, ENS)

D’autres billets évoquant Marcel Roncayolo sur ce carnet.

Boris Grésillon et moi nous entretenant avec Marcel Roncayolo en mars 2013. L’entretien a été publié dans Rives Méditerranéennes. Photo de Sophie Bertran de Balanda.

Electricity Subsidies: Benefiting some Regions More than Others – analysis featured on the LCPS website

EDL headquarters in Beirut

I am happy to announce the Lebanese Center for Policy Studies has featured my analysis about electricity subsidies in Lebanon on its website.

While the recent political showdown over where to connect the Esra Gul barge to Lebanon’s power grid is indicative of the country’s unequal electricity supply, it also unearthed something more fundamental, namely, how electricity subsidies exacerbate geographical and social inequalities. Indeed, one major problem facing Electricité Du Liban (EDL) concerns the fact that production costs exceed revenues from consumers. For many years, the difference has been covered/subsidized by the state but these subsidies impact citizens differently depending on where they reside.

More precisely, because the periphery have access to a smaller supply of electricity per day, they incur greater generator use costs than those living in the central agglomeration, particularly   municipal Beirut. Consequently, my recent study demonstrates that effective subsidies disproportionately benefit wealthier households and in particular those who live in Beirut, as the latter are supplied with more power on a daily basis compared to other regions.[1] Therefore, electricity subsidies exacerbate both geographical and social inequalities.

While the production cost of electricity—indexed to the international hydrocarbon market—has significantly increased since 1994, prices have not been reevaluated in that period. According to the National Electricity Strategy Plan of 2010, the price represented on average only 55% of the production cost per kilowatt hour. While the price structure should reflect a principle of fairness and employ progressive rates designed to ease the burden for small consumers—among whom are the country’s poorest people—a 2009 World Bank study reported the opposite. In fact, fixed costs added onto an EDL bill resulted in small consumers (who use up to 300 kilowatt hours) paying disproportionately more of their income toward energy bills than larger users. Practically, the more they consume, the more users are subsidized by the state. This is not an open and deliberate subsidy, but rather a largely unseen mechanism at work.

In fact, the study highlights geographic variances that result from the length of time that power is supplied. This adds an essential component to the distortion caused by this effective subsidy. Since 2006­-2007, Beirut has received on average nineteen to twenty-one hours of electricity per day, while other regions have received only twelve to fifteen hours if not less (depending on the time of year and in which year data was gathered). The capital’s residents use more public electricity by default and consequently benefit more from subsidies.

…/…

Read the end of the article on the LCPS website.

A French longer version, including the detailed data, is to be read on this blog.

Publication récente (2): Infrastructure crises in Beirut and the struggle to (not) reform the Lebanese State

In a recent interview for Jadaliyya, I give an overview of my newly published article in the Arab Studies Journal (#1, 2018).

Jadaliyya (J): What made you write this article?

Eric Verdeil (EV): Until recently, the prolific urban research on Beirut and Lebanese cities ignored, almost entirely, issues related to networked infrastructure, a very strange fact given the magnitude of infrastructure deficiencies in the country. Only recently have scholars (like Ziad Abu-Rish or Joanne R. Nuchofor example) begun to address infrastructure related issues, particularly as they relate to electricity. Water management also remains mostly out of the scope of urban scholarship in Lebanon, which has instead concentrated on reconstruction, housing, and urban conflict. Additionally, questions regarding waste management and sanitation have also remained largely absent from the research. This article addresses these three ongoing infrastructure crises in the Greater Beirut.

The article was initially a response to the call for papers launched by Hannes Baumann and Jamil Mouawad, under the title “Wayn al-Dawla? In search of the Lebanese state.” Baumann and Mouawad’s idea was to challenge the common (and somewhat lazy) notion of a weak state in Lebanon. They highlighted the inputs of mid-range theories that show how state institutions are part of a wider landscape of powers that interact with the state, often displaying “hybrid sovereignties.” Baumann and Mouawad personally chose to analyze the Central Bank and the Lebanese Army in the light of Marxist and Foucaldian approaches, thus showing how the state is at times able to reconfigure local capitalism, or to produce a “state effect,” for instance, in Akkar. They suggested that I write about electricity and the state in Lebanon, specifically about the fact that electricity has become the paradoxical symbol of the existence/absence of the state: “ejit al dawleh,” say the people when the electricity comes back after a power cut. Due to lengthy revisions on both sides, the article eventually appeared one year after the theme issue was released.

For me, it was also an opportunity to translate and adapt the results of a research project I had undertaken about the governance of urban infrastructure in Beirut in the framework of a project led by sociologist Dominique Lorrain on Mediterranean Metropolises. The general objective of this research was to take seriously the materiality of the city, including infrastructure, and to test the hypothesis that even when political institutions fail to govern the city, as seen when violent conflicts erupt, infrastructure provides some minimal level of consensus and agreement that allows for urban life to go on. At first glance, this hypothesis was far from obvious in the case of Beirut, but it provided an interesting chance to understand where the Lebanese state is when infrastructure fails.

Read the end of the interview on Jadaliyya.

The article will be in Open Access from the HAL-SHS repository starting November 2018.

Publication récente (1) : Energy Transition and Urban Governance in the Arab World

Masdar City

J’ai le plaisir d’annoncer la parution de cette communication lors du colloque Wise Cities in the Mediterranean organisée par la Kuwait Program de Sciences Po, dont les actes peuvent être lus en ligne ici. Voici le résumé de ma communication:

The 2015 Paris Agreement and the recent Quito New Urban Agenda both emphasised the need to empower cities in climate change policies, including energy policies that aim at energy transitions towards more energy efficiency and the use of renewable energies. Being both factors in and potential victims of climate change, cities have many reasons to act. Therefore, there is a need to examine how changes in urban governance could indeed address this necessity and the challenge cities have to face. This issue has been addressed in many studies and plans for cities in the Western and advanced industrial world. These first studies have highlighted several results. Firstly, instead of considering only climate change issues, they stressed the need to understand ecological pressures more widely, particularly the way global energy pressures, like peak oil threats or price increases have created energy stress for cities. Secondly, they also underlined how privatisation trends and the ascent of transnational energy firms reconfigured energy regulation by sidelining public energy utilities and companies. Thirdly, metropolisation, the concentration of wealth and power in the big metropolises, transforms urban governance. The role of states in energy regulation is thus undermined and metropolitan coalitions are more diverse and open to private and as well as local urban interests. Green growth becomes a new market for private firms, and metropolitan governments compete for jobs and investments in the sector. At the same time, ensuring the continuity of energy supply or of other infrastructure is another goal for metropolitan firms and authorities. This leads to new agendas, including local policies of energy transition, which combine the promotion of renewable energies and energy efficiency with the shortening of energy circuits. However, several factors that are favouring these changes in energy governance seem to be specific to world cities and might not apply in other contexts. The increasing – albeit contested – political autonomisation of such cities in their relation to national states and their specific wealth are cases in point. My goal in this chapter is to look at Arab cities, for which, at a first glance, energy transition initiatives seem difficult to identify. My chapter draws on a wide collective analysis of urban energy transition policies in ten metropolises from emerging economies, including several Arab cities such as Amman, Beirut, Tunis and Sfax (Jaglin and Verdeil, 2017; Verdeil et al., 2015; Verdeil, 2014a; 2016; forthcoming), and on secondary literature about the United Arab Emirates. It aims to propose some preliminary observations and to raise questions to fuel the upcoming debate. I will not present case studies but rather identify policy issues and policy options that vary greatly according to context and, above all, according to the national availability of fossil energy such as oil and gas and the social contracts that govern the redistribution of this wealth in exchange for loyalty.

Continuer la lecture

Subventions électriques invisibles: le privilège beyrouthin

Le Liban se classe parmi les pires pays du monde en termes de fourniture électrique [1]. L’insuffisance de la production électrique se traduit par un rationnement qui atteint plus de 12 h /j dans une large partie du pays. Cette situation date de la guerre civile. Après une période d’amélioration grâce aux investissements dans de nouvelles centrales électriques et dans le réseau des années 1990, la situation s’est de nouveau dégradée à partir de 2006. Malgré le plan du ministre Gebran Bassil en 2010, peu d’améliorations ont été apportées, les investissements réalisés et les nouvelles capacités mises en ligne (en 2017) ne compensant pas l’augmentation de la demande, qui n’est satisfaite que grâce au développement de la génération privée.

Les dysfonctionnements du secteur électrique libanais pèsent lourdement sur les ménages et les agents économiques. De plus, l’électricité est la première source du déficit public libanais. Elle représentait en 2013 40% de la dette publique cumulée et 55% du déficit budgétaire. Le déficit s’explique par diverses raisons. La mauvaise gestion technique et commerciale de l’entreprise est une première explication des pertes: les pertes techniques se montent à environ 15%, les pertes non techniques atteignant elles 25%. 40% de l’énergie produite n’est donc pas payée. Toutefois, il faut aussi mentionner la structure du tarif de l’électricité qui ne reflète pas ses couts de revient. En effet, le tarif moyen par KWh est de 141 LL en 2007, alors que le cout de production est estimé à 255 LL/KWh en 2009. Autrement dit, en moyenne, l’abonné ne paye que 55% du cout de revient. Ce désajustement du tarif par rapport aux couts explique donc aussi une partie importante du déficit de l’entreprise.

Les discussions publiques se focalisent, ces dernières années, sur la construction de nouvelles capacités de production pour mettre fin au rationnement, et sur les modalités de financement de ces investissements : faut-il investir de l’argent public, et où le trouver? ou mettre à contribution le secteur privé, mais alors à quelles conditions? Dans la période précédente, la problématique du vol et de la fraude était aussi fortement mise en avant[2]. Ces débats laissent largement de côté la question de la tarification. Le gouvernement considère que le réajustement ne pourrait intervenir qu’une fois l’amélioration du système bien amorcée, rendant une hausse de tarif plus acceptable. En attendant, le désajustement du tarif constitue une subvention de facto, dont les effets ont rarement été examiné.

Comme dans de nombreux pays en développement, la tarification d’EDL est en marches d’escalier, chaque palier (ou bloc) de consommation étant facturé à un certain prix, dans un objectif d’équité sociale. Toutefois, seule la tranche au-delà de 500 kWH est facturée à un prix supérieur au prix de revient, alors qu’elle ne représente qu’une petite fraction de la consommation[3]. A cette tarification variable s’ajoute une partie fixe et des taxes. Les études de la Banque Mondiale (2009) ont mis en évidence qu’en réalité, cette tarification n’était pas progressive car le poids des charges fixes pèse très lourdement sur les ménages qui consomment peu.

Dans cette note, j’examine une autre distorsion, spatiale, liée à cette tarification. Le Liban se caractérise en effet par des inégalités géographiques dans les dotations en courant. Beyrouth, la capitale, reçoit une dotation en courant nettement plus longue que les autres régions. En moyenne, elle ne subit que 3 à 4 h de coupures, les autres régions recevant moins de 15h, parfois moins. Cette distorsion n’est pas seulement de nature géographique mais aussi sociale : en effet les résidents de Beyrouth sont en moyenne d’un niveau socio-économique plus élevé. Plus riches, plus équipés, mieux dotés en électricité, ils consomment davantage. Or, étant donné la structure des tarifs, plus ils consomment, plus ils coûtent à l’EDL. Le raisonnement est connu et parfois mentionné. En revanche, à ma connaissance il n’a jamais été estimé précisément. Je propose ici d’essayer de caractériser cette distorsion. Continuer la lecture

Concevoir l’action publique dans le Grand Beyrouth du point de vue des services

Papier présenté lors du colloque de l’Ordre des ingénieurs de Beyrouth, “Greater Urban Areas: An Important Challenge for Lebanon” 31 janvier-1er février 2018 (je rajoute dans cette version web quelques images et liens. Il est prévu que ce texte paraisse dans la revue Al Mouhandess éditée par l’Ordre des ingénieurs de Beyrouth).

L’approche des politiques urbaines au Liban est largement dominée par la question d’une amélioration des mécanismes de la planification à même de remédier à l’étalement urbain, au mitage des espaces agricoles et naturels, tout en protégeant en même temps les espaces patrimoniaux contre la densification. Plus de cinquante ans de planification urbaine depuis Michel Ecochard n’y font rien : les outils proposés semblent largement inadéquats, les propositions ambitieuses des urbanistes ne reçoivent aucun soutien politique, ou se révèlent en retard par rapport à la réalité des “coups partis”. Rester prisonnier d’une vision et d’une culture professionnelle dérivée de l’architecture, centrée prioritairement sur la régulation de l’acte de bâtir, empêche peut-être d’identifier d’autres enjeux d’action publique et d’autres leviers d’action. Dans cette communication, je propose de renverser l’analyse et de porter le regard sur les infrastructures qui sont d’ailleurs au centre des attentions et des inquiétudes des citoyens, que ce soit les déchets depuis 2015, l’électricité toujours insuffisante, l’eau manquante tous les étés (sans parler de la pollution de la mer en raison des trop rares stations d’épuration) et aussi de l’absence de transport collectif. Je défends l’idée que pour comprendre ces problèmes qui mobilisent aujourd’hui les citoyens, une autre logique d’analyse est nécessaire. Elle comporte bien entendu des nécessités techniques et relève donc de savoirs très pointus. Mais les infrastructures sont des systèmes multicouches, incorporant des valeurs socio-politiques, des outils financiers, des modes de résolution des conflits, etc. En les considérant comme des instruments au cœur de l’action publique, impliquant des arbitrages pragmatiques, et non comme des systèmes techniques apolitiques, je mets en avant des dimensions que le débat urbanistique libanais occulte ou marginalise (relations entre acteurs publics et privés, financement). Continuer la lecture