Archives de l’auteur : Eric Verdeil

La reconstruction de Beyrouth après le 4 aout au miroir des reconstructions précédentes

J’ai eu le plaisir de participer le 4 décembre 2020 à la journée d’étude du Centre arabe de recherches et d’études politiques Les villes dans le monde arabe, organisé par Isabel Ruck, et plus particulièrement au premier panel animé par Leïla Vignal Conflits armés et reconstructions, en compagnie de Myriam Ababsa sur Raqqa, Valérie Clerc sur Damas et Rouba Wehbé sur l’exclusion des Palestiniens des marchés fonciers au Liban.

Je me suis efforcé de saisir les différences entre ces épisodes de reconstruction selon trois grands enjeux : la nature et la temporalité des destructions, ainsi que leurs effets sociaux ; la dimension politique des reconstructions, en particulier les enjeux de peuplement qui leur sont associés ; et les cultures urbanistiques qui façonnent les débats, les conceptions et les outils de la reconstruction. A partir d’une rapide lecture des reconstructions de Beyrouth dans les années 1990 et en 2006, je m’efforce de caractériser les enjeux et les débats de la période actuelle. Mon intervention commence à partir de 1h52mn.

Comptes rendus et recensions de l’Atlas des Mondes Urbains

Dialogue sur le Liban à la croisée des chemins

A l’invitation du MUCEM dans le cadre du cycle Les lundis d’après, en réponse aux questions de Joseph Confavreux de Médiapart, je dialogue avec Ziad Majed sur les enjeux de la réponse à la crise économique, financière et politique au Liban environ cent jours après l’explosion du 4 août. Débat enregistré le 13 novembre 2020.

A comme atlas : les mondes urbains

J’ai été l’invité de Xavier Capodano, animateur passionné de la librairie Le Genre Urbain, pour la lettre A de son abécédaire aléatoire de la ville. Vous pouvez écouter l’entretien via le lien ou le podcaster. Merci à lui pour cette invitation et cette discussion stimulante. Si elle vous intéresse, faites click and collect chez lui ou passez lui commande!

Vous pouvez aussi écouter la brève et très flatteuse introduction qu’il fait à l’Atlas dans sa Minute urbaine.

L’art pour saisir la ville : quelques publications plus ou moins récentes sur Beyrouth

Atallah, Chedly, Sophie Brones, et Emmanuel
Saulnier, éd. 2020. Beyrouth in situ. ENSBA Editions.

Beyrouth in Situ

Passé relativement inaperçu à cause du COVID, le recueil bilingue Beyrouth In Situ, édité par Chedly Atallah, Sophie Brones et Emmanuel Saulnier, paru en novembre 2019 rassemble un ensemble de textes, photos, dessins émanant tant de chercheurs en sciences sociales que d’artistes, femmes et hommes, de diverses générations, libanais.es ou passé.e.s par Beyrouth. Elles et ils font de la ville, de son espace urbain, de ses lumières et de ses couleurs, de ses textures et structures mais aussi de ses mots et de ses sons, le matériau de leurs réflexions et figurations, parfois assez abstraites. Dans ce beau livre, touffu et inégalement accessible aux lecteurs, en fonction de leur familiarité préalable avec la ville, avec sa topographie et son histoire, je signale quelques contributions qui m’ont particulièrement frappées, comme des entretiens avec Leïla Shahid (évoquant Jean Genet et Chatila), la photographe Sophie Ristelhueber, ou avec les urbanistes Jad Tabet ou Habib Debs. Certaines interventions s’efforcent de tisser des connexions entre Beyrouth et d’autres villes de la région, comme Sanaa (Franck Mermier), Damas (Omar Alasaad) ou Tunis (Chedly Atallah). Les liens avec Paris sont également très présents, ce qui renvoie aussi à l’identité du collectif éditorial.

Continuer la lecture

[Vidéo] Reconstructions au Liban : mots, temporalités, gouvernances

Dans le cadre du séminaire Après le 4 août, organisé par l’IFPO, j’ai présenté le 2/10/2020 (et non le 16/10 comme écrit par erreur) quelques réflexions qu’on peut revisionner dans la vidéo ci-dessous.

L’objectif de cette présentation est de réfléchir aux points de comparaison pertinents entre les reconstructions qu’ont connu les villes libanaises dans le passé et la situation actuelle de Beyrouth. A travers un regard éloigné et une mise en perspective, il s’agit de soulever des questions sur les processus en cours dans les quartiers affectés par l’explosion du 4 août. Continuer la lecture

Un autre atlas urbain pour temps de confinement

C’est avec beaucoup de plaisir que j’ai reçu, mi-septembre, l’Atlas des villes mondiales, publié sous la direction de Charlotte Ruggieri, avec une cartographie assurée par Aurélie Boissière. Ce travail collectif apparaît comme le point d’orgue d’une entreprise éditoriale qui a maintenant pris sa place dans l’univers des revues de sciences sociales sur la ville : l’excellente revue Urbanités dont C. Ruggiéri est l’actuelle directrice, et qu’elle a fondée avec Flaminia Paddeu, Léo Kloeckner et Frédérique Célérier. Toutes et tous sont, avec Daniel Florentin et Marine Duc, également impliqué.e.s dans cette revue, les autrices et auteurs de cet atlas. Lancée en 2013, et publiée au rythme de 2 à 3 numéros par an, Urbanités se distingue par l’originalité des thématiques proposées, pleines d’imagination, aux titres évocateurs, en décalage affiché avec les approches académiques. De même, la revue affirme sa volonté de rompre avec l’écriture scientifique de plus en plus standardisée, dont le jargon, le style et la structure d’argumentation sont largement bannis des articles proposés. Enfin, Urbanités s’ouvre à une diversité de terrains urbains, qui permettent de comprendre les villes et les citadins dans des contextes multiples, dans une perspective résolument comparative et libérée de l’européocentrisme. Ce corpus d’articles fournit une inspiration directe pour le fond, mais aussi la forme (et le ton) de ce nouvel atlas, qui lui donne une nouvelle portée.

Continuer la lecture

[Parution] L’Abécédaire de la ville au Maghreb et au Moyen-Orient

Je suis heureux de signaler la parution de l’Abécédaire de la ville au Maghreb et au Moyen-Orient (pour en savoir plus, voir le site des Presses universitaires François Rabelais). Sous la direction des collègues tourangeaux Bénédicte Florin, Anna Madoeuf, Olivier Sanmartin, Roman Stadnicki et Florence Troin, ce dictionnaire de 106 entrées joint un intéressant et utile panorama sur l’urbanisation de cette région à un hommage discret (on évite les mélanges et leurs travers parfois hypocrites) mais mérité à Pierre Signoles et Jean-François Troin. Ces deux géographes ont été les fondateurs du laboratoire URBAMA de Tours, ses animateurs pendant de longues années riches de rencontres, de recherches, de publications, et les formateurs de nombreux jeunes chercheurs devenus grands (dont évidemment les coordinateurs de cet imposant opus). Sans en avoir jamais été membre, j’ai souvent dialogué avec cette équipe et j’ai bénéficié, à plusieurs moments de ma carrière, des conseils (et des critiques précises, longues et constructives) de Pierre Signoles en particulier.

Les entrées du dictionnaire alterne entre notices portant sur des villes, petites et grandes, de cette région et de sa bordure (manque peut être Marseille, ou Paris…) (accompagnée de très bonnes cartes produites ou du moins harmonisées par Florence Troin) et petites synthèses sur des thèmes transversaux, classiques (souks, transition démographiques) et plus inattendus, mais bien nécessaires (restaurant).

J’ai eu le plaisir de contribuer à ce dictionnaire avec deux entrées : l’une consacrée à la question de l’énergie pour et dans les villes de cette région (le sujet de mon HDR, à transformer en quelque chose, un de ces jours…) et l’autre, déjà présentée sur ce blog, sur le petit mais intéressant roman de Fellag, L’Allumeur de Rêves Berbères. Elles sont en accès libre dès maintenant.

[Parution] L’Atlas des mondes urbains

Malgré le reconfinement, j’ai le grand plaisir d’annoncer la parution de l’Atlas des mondes urbains, aux Presses de Sciences Po. Il s’agit du deuxième opus de cette collection entamée par l’Atlas de l’Anthropocène. Bien que les librairies soient d’un accès plus difficiles ces temps-ci, vous le trouverez dans les meilleures d’entre elles, en particulier à Le Genre Urbain, à Paris Belleville, qui m’y avait invité (partie remise j’espère) ou à Lyon, Terre des Livres, et bien d’autres, dont la Librairie de Sciences Po. Presque partout, il est possible de commander en ligne et de récupérer sur place (click and collect), parfois même avec une ristourne, ou de se faire livrer. 

J’invite les lecteurs à découvrir ci-dessous un aperçu de ce très beau travail cartographique, et j’en profite pour saluer le talent de mes co-auteurs Thomas Ansard, Benoit Martin, Patrice Mitrano, Antoine Rio de l’Atelier Cartographie de Sciences Po. Le processus de conception des planches, par un aller-retour entre un thème, des données et des représentations a été très enrichissant et stimulant. J’adresse mes très chaleureux remerciements à Julie Gazier et Laurence de Belizal, respectivement directrice des Presses et éditrice en charge de l’Atlas. Les échanges préalables sur la structure de l’ouvrage, puis le travail sur l’écriture, les titres et tous les détails de la mise en page (due à Alain Chevalier) ont fait de ce projet éditorial le plus plaisant et le plus collégial auquel il m’a été donné de participer. Continuer la lecture

Les enjeux de la reconstruction de Beyrouth après l’explosion du 4 août – la question de la place de l’armée

Le Beirut Urban Lab de l’Université américaine de Beyrouth, animé par Mona Fawaz et Mona Harb, produit actuellement des données et une réflexion absolument incontournable pour qui veut comprendre la situation à Beyrouth après l’explosion du 4 août dernier. Plusieurs remarquables entretiens et textes sont parus sur leur site. Le document le plus complet à ce jour est le rapport Leave no one Behind : for an inclusive and just recovery process in post-blast Beirut publié sous l’égide du PNUD début septembre. On peut aussi renvoyer à une analyse passionnante de Mona Fawaz dans un podcast du LCPS (Rebuilding Beirut: How to curtail neoliberal urbanization). Je m’attarderai ici sur l’exposé de Mona Harb lors qu’une rencontre intitulée Beirut Reconstructions, organisée par l’Université Cornell le 7 octobre dernier et accessible sur YouTube. Après une longue introduction par les organisateurs, un premier exposé (à partir de la 17 min) de Elie Haddad est centré sur la présentation historique des zones touchées et celle des dégâts d’un point de vue architectural, patrimonial et urbanistique.

Je partage ici un résumé de l’intervention de Mona Harb: Preliminary reflections on the recovery response to the Port blast in Beirut (de 39 min à 1h06). Je conclurai le billet par quelques réflexions sur des points qui m’ont paru très originaux, notamment la question de la place de l’armée.

L’intervention est structurée en deux temps. D’abord, une mise en perspective les dégâts avec les tendances de transformation urbanistique et économique des quartiers touchés, à savoir :
– la gentrification qui, partie de Solidere après la fin de la guerre civile dans les années 1990 s’est étendue à de nombreux quartiers du péricentre de Beyrouth et du reste de la municipalité ;
– l’abandon d’un certain nombre d’immeubles, généralement après une longue période de négligence et de manque d’entretien par leurs propriétaires en conflit avec des locataires bénéficiaires de la loi sur les anciens loyers, ou tout simplement incapable du fait des maigres loyers perçus d’assurer l’entretien. Au départ de ces locataires, ces immeubles sont rachetés par des promoteurs qui attendent la remontée du marché immobilier pour les détruire et construire à la place. L’explosion va renforcer cette part du parc immobilier.
– la vacance : Beyrouth a vu la construction d’un grand nombre d’immeubles de grande hauteur depuis 15-20 ans. Le taux de vacance de ces immeubles est énorme (jusqu’à 56% dans certaines zones). Cette vacance s’explique par des investissements immobiliers de sécurisation des avoirs, mais la crainte de mettre en location. Une partie de cette vacance s’explique aussi par des invendus des promoteurs.
– perte de patrimoine : près de 350 immeubles ont subi des dégâts graves, la plupart étant des immeubles anciens. La perte patrimoniale concerne aussi, au-delà des immeubles individuellement, une forme urbaine : la rapport à la rue, des espaces publics et toutes les pratiques et les représentations attachées à cet espace .
– la paupérisation : déjà avant l’explosion les indicateurs de pauvreté avaient explosé et la Banque mondiale estimait que plus de 50% des Libanais devaient être sous la ligne de pauvreté. La perte des revenus des activités de cette zone, le port en premier lieu, puis les loisirs et la restauration, les bureaux mais aussi les petits commerces, les ateliers de réparation, etc. a évidemment largement aggravé la situation. De surcroit, loin de toucher uniquement les habitants de ces quartiers, ce sont des pans entiers de la population libanaise qui sont concernés vu le rôle économique majeur de cette zone. Mona Harb précise à juste titre que l’impact est ressenti jusque dans la diaspora, à la fois parce que ces quartiers, notamment les espaces de loisirs et de restauration, étaient devenus depuis 15 ans, des lieux majeurs de retrouvaille et de fréquentation, avec une forte dimension identitaire. Mais aussi parce que beaucoup de membres de la diaspora avaient placé leurs économies dans des investissements immobiliers. Or, les grands immeubles, s’ils n’ont pas affecté structurellement, ont subi de très grands dégâts (notamment le verre, les menuiseries, les équipements collectifs, etc.) et donc ces investissements (productifs ou non, cf. ci dessus la question de la vacance) ont été fortement dépréciés1

Continuer la lecture Notes _____________________
  1. Pour information, cette analyse se trouve plus amplement développée dans le rapport que Mona Harb et Mona Fawaz ont publié sous l’égide du PNUD fin aout : voir Leave no one Behind : for an inclusive and just recovery process in post-blast Beirut : https://www.arabstates.undp.org/content/rbas/en/home/library/crisis-response0/leave-no-one-behind–for-an-inclusive-and-just-recovery-process-.ht. []