Archives de l’auteur : Eric Verdeil

La crise des déchets comme métaphore de la catastrophe moyen-orientale

A propos du film Submarine, de Mounia Akl (2016, 21 mn)

La violence récurrente qui touche les pays du Moyen Orient est la cause d’épisodes renouvelés et dramatiques d’exil des populations fuyant la destruction et la mort. C’est un thème dont le cinéma s’est régulièrement saisi, explorant avec fascination ce qui reste après le déferlement de la guerre, scrutant la société émiettée, anémiée et peinant à survivre dans des lieux désertés. Plusieurs films illustrent cette thématique au lendemain de la guerre de 2006 au Liban, comme dans Je veux voir de Joana Hadjitomas et Khalil Joreige vers le Sud Liban, ou encore le court métrage ((Posthume)) de Ghassan Salhab (voir le compte rendu). Dans le contexte de la crise syrienne, cette tension entre l’espoir de la fuite et la vie oppressante dans ce qui reste de la ville en guerre, négatrice de tous les espoirs et finalement tombeau, est au cœur du film Les Chababs de Yarmouk (notamment de sa deuxième partie). Evidemment, cet argument se retrouve aussi fréquemment dans la littérature, par exemple dans les deux récents romans fantastiques sur Bagdad que sont respectivement Frankenstein à Bagdad de Ahmad Saadawi et Seul le grenadier de Sinân Antoon. L’effondrement du monde et, littéralement, de la ville autour des protagonistes principaux a pour pendant l’aspiration, souvent contrariée, parfois refusée, à l’exode vers l’étranger.

Mais la violence de guerre n’est pas le seul dérèglement qui rend la vie impossible: les crises écologiques, qui détruisent ou font disparaître les ressources, empoisonnent l’air et l’eau, représentent une autre facette de la violence lente du quotidien. Dans la littérature et le cinéma occidental, ces enjeux sont au cœur de maintes œuvres d’anticipation. On peut se référer aux travaux du politiste Yannick Rumpala qui en fait le sujet de plusieurs ouvrages et d’un blog.

C’est la force et l’originalité de Submarine, court métrage de la cinéaste libanaise Mounia Akl sélectionné à Cannes en 2016 (aujourd’hui visible en ligne) que de se saisir de la crise des déchets que son pays traverse, sans véritable progrès, depuis deux ans pour en faire une métaphore d’un pays en train de sombrer, que ses habitants s’apprêtent à quitter par bateau. La ville – qui n’est pas nommée, qui pourrait être Beyrouth mais qui se trouve être la ville maritime de Tyr – croule au sens propre sous les déchets. Le personnage central, une jeune femme qui ne se résout pas à partir, est réveillé en sursaut par la pression des monceaux de déchets contre les murs et le plafond de sa maison, tandis qu’une fenêtre cède et que son salon se remplit d’ordures, qu’un chien vient fouiller pour se nourrir. Dans une atmosphère de fin du monde, les habitants de la ville se rassemblent vers les points d’embarquement, à l’appel lancinant des hauts-parleurs. Tous craignent l’imminence de la pluie dont le ruissellement à travers les ordures libérera la toxicité et rendra impossible la survie. Ceci constitue un écho direct aux peurs des habitants de Beyrouth à l’automne 2015, lorsque les premières pluies ont entrainé dans les rues de véritables torrents d’ordure.

This story started with a feeling of frustration that was triggered by the garbage crisis our government drowned us in 2 years ago. For once, I had the fear that my country was in a dead end. I didn’t have hope, which was a very new feeling to me and not a very nice one. The movie is about this woman’s relationship to her country, yes, but the cracks in her society are no different than the cracks in her family or in her sentimental life. (source: http://www.silverlakevoice.com/video/mounia-akl-lebanon-eyes/)

La force du film vient de la confrontation de deux esthétiques : la première, celle de la submersion spectaculaire par les déchets, est une esthétique de la catastrophe et de la désolation. Elle a d’ailleurs largement été mise en scène par les médias (avec de spectaculaires images de rues bordées de montagne d’ordures) et les activistes libanais. On se souvient par exemple de la vidéo Rise Above Lebanon’s Political Garbage du groupe You Stink, utilisant un drone pour montrer les amoncellements de déchets, film qui n’est aujourd’hui plus en ligne suite à des pressions du ministre du Tourisme dont le groupe avait parodié un clip touristique ne montrant pas le moindre déchet. La seconde est au contraire l’esthétique quelque peu intemporelle d’un Liban figé dans l’histoire, un peu à la manière des deux films de Nadine Labaki, Caramel et Et maintenant on fait quoi? : bâtiments en pierre, aux formes basses, aux crépis décatis, dont le mobilier en bois et les multiples bibelots, comme les valises et voitures hors d’âge des aspirants au départ, renvoient à des modes de consommation du milieu du vingtième siècle. Une scène centrale du film se déroule dans un café désuet (qui porte le nom « Submarine », comme s’il donnait le pouvoir d’échapper au naufrage) où les exilés en attente se retrouvent pour un dernier tango au son d’un scopitone. Une référence à L’amour au temps du choléra de Gabriel Garcia Marques résume d’ailleurs très bien cette atmosphère de fin de monde, de modernité croulante, en même temps qu’elle instaure une prise de distance avec le contexte libanais.

La figure de l’exode dans l’urgence, sous les bombes est récurrente dans l’histoire libanaise des quarante dernières années, depuis le premier round de la guerre civile (1975-76), l’invasion israélienne de 1982, la guerre du Metn en 1990 ou la guerre de 2006 qui avait vidé le Sud et la banlieue-sud de Beyrouth. Il est très frappant de la retrouver ici liée à la crise récente des déchets, mais le choix de cette esthétique détemporalisée, voire atemporelle, hisse ce court-métrage à la hauteur d’une fable moderne sur l’effondrement des sociétés du Moyen Orient d’aujourd’hui, où les crises écologiques vont de concert avec les guerres. Cette décontextualisation a bien sûr pour revers une dépolitisation (un travers mis en évidence à propos d’un film consacré à la crise électrique au Liban) mais ce n’est clairement pas ici le propos. On appréciera au contraire que le jeune cinéma libanais, à la faveur de cette crise, se défocalise de l’obsédante guerre civile et, quittant son face-à-face avec lui-même, propose au Moyen Orient et au monde une allégorie grimaçante de sa condition présente.

Dossier Les défis du Liban : Géopolitique du pays du Cédre

Le magazine Carto (n°43, septembre 2017) publie un dossier sur le Liban, cosigné par Claire Gillette, Ghaleb Faour et Eric Verdeil. Il reprend des données, des cartes et des illustrations de notre Atlas du Liban . Les nouveaux défis publiés par l’IFPO. En voici le pitch:

« Alors que la reconstruction après la fin de la guerre civile (1975-1990) était loin d’être achevée, le début des années 2000 au Liban a été marqué par plusieurs crises et épisodes violents et de longues périodes de vacance au sein du pouvoir exécutif. Malgré l’élection de Michel Aoun à la présidence, en octobre 2016, le système politique libanais s’avère à bout de souffle. Sans parler de sa fragilité géopolitique, chronique, le pays fait face à des défis multiples, démographiques, économiques, sociaux et environnementaux, alors que les services publics sont confrontés à de nombreuses difficultés. La résilience de la société libanaise se manifeste à travers l’émergence de nouveaux modes de gouvernance territoriale et des initiatives locales. »

Le magazine se trouve en librairie et dans les kiosques de presse jusqu’à fin octobre.

Le gel de RussEurope : une décision difficile à comprendre

Concernant le gel du carnet de Jacques Sapir RussEurope, j’avoue un malaise certain.

D’un côté, je trouve que les accusations de censure politique manquent de crédibilité et ne repose que sur des soupçons, des procès d’intention et des conjectures. Je doute qu’elles expliquent le vote unanime des deux conseils scientifiques.

D’un autre côté, en revanche, je ne suis pas du tout convaincu de la nécessité qu’il y avait d’interrompre l’alimentation de ce carnet. D’abord, la base juridique du gel me paraît faible car Sapir ne semble pas avoir dépassé formellement les engagements auxquels sont tenus les chercheurs (voir les Conditions générales d’utilisation du portail). Même si cette année il a publié plus de chroniques témoignant de ses engagements politiques, cela n’a rien de nouveau. Arguer d’un changement dans la nature de la publication ne paraît pas être une position facile à défendre. Par d’ailleurs, d’autres carnets se livrent plus ou moins régulièrement à des analyses qui ne sont pas simplement des éclairages mais aussi des prises de position.

Plus fondamentalement, comme le soulignent plusieurs commentateurs, il est vraiment difficile de tracer une limite nette entre la recherche en SHS, l’expertise sur le monde social et l’engagement personnel (cf. tweet de Dominique Lecourt). Chaque chercheur a son style, sa posture, qui peuvent varier dans le temps. En fait on pourrait même arguer que si l’un des intérêts du carnet de recherche consiste précisément à donner à voir l’effort de formalisation scientifique en train de se faire, cela implique justement que certains des affects et des engagements qui animent l’effort de recherche y soient visibles…

Dans ce contexte, il ne me paraît pas du tout évident que les deux conseils scientifiques qui ont pris la décision du gel aient réellement la légitimité de retirer les droits en écriture, ou du moins qu’ils s’appuient pour ce faire sur une doctrine explicite.

Un autre argument, avancé parmi d’autres par Olivier Ertzscheid, est que Jacques Sapir, par la confusion que ces écrits installent entre les analyses scientifiques et celles qui ne le seraient pas et qui n’auraient donc pas leur place, décrédibiliserait la plateforme Hypothèses. Cela ne me paraît pas du tout évident. Si les conseils scientifiques ont reçu des plaintes et des inquiétudes à son endroit, il aurait été utile qu’elles soient exposées. Je vois à l’instant un commentaire de Sylvain Piron, membre du conseil scientifique d’Hypothèses, qui reproche à Sapir la pratique de l’invective, de la diffamation, voire de l’appel au meurtre : si c’est bien le cas, que ces dérives soient pointées explicitement, chacun pourra s’en faire une idée plus claire et le débat y gagnera. Faute d’une telle clarté, les accusations de censure se déroulent sur un boulevard et c’est cela qui nuit à la crédibilité de la plateforme.

A l’inverse, en drainant de nombreux lecteurs sur cette plateforme, on peut arguer que Sapir donne à voir une recherche en sciences sociales érudite, souvent très riche et argumentée, et la manière dont elle peut nourrir le débat public. Penser que les lecteurs de son carnet ne font pas la différence entre ses propos les plus politiques et les travaux qui sont le socle de ses analyses revient à les prendre pour des naïfs et des incompétents, c’est-à-dire l’inverse du principe qui justifie l’accès ouvert aux publications de la recherche, le fondement de la plateforme Hypothèses en somme.

Pour toutes ces raisons, j’ai vraiment du mal à comprendre quelle pressante nécessité justifiait cette décision. Je crains qu’elle ne constitue un précédent regrettable, aux conséquences potentiellement négatives pour la diversité des formes d’écriture et d’engagement sur cette plateforme, en suscitant une forme d’autocensure chez certains,  voire en autorisant l’appel au gel d’autres carnets jugés indisciplinés ou dérangeants. J’espère être détrompé.

[Archives] Lettres d’information de l’Observatoire de recherche sur Beyrouth et la reconstruction

Le Centre d’études et de recherches sur le Moyen-Orient contemporain (CERMOC) a publié entre 1995 et 2001 14 numéros de la Lettre d’information de l’Observatoire de recherche sur Beyrouth et la reconstruction, détaillant les activités de ce programme de recherche. Outre des informations par nature éphémère, cette lettre comportait des études modestes mais riches d’informations et de résultats d’enquêtes, des comptes rendus d’activités et d’ouvrages, ainsi qu’une chronologie de la reconstruction de Beyrouth qui pourrait présenter une certaine utilité à des chercheurs intéressés par cette période.
L’IFPO, qui a pris la succession du CERMOC, n’a pas jugé utile de numériser cette série malgré mes suggestions en ce sens il y a quelques années. Il se trouve que j’ai dans mes archives quelques numéros en PDF (1 à 5, 10, 13 et 14). J’ai essayé de les déposer sur HAL-SHS mais ce ne serait éventuellement acceptable qu’en distinguant article par article.
J’ai donc déposé ces numéros sur Internet Archive. Voici le lien pour les numéros 1 à 5, vers le 1013 et le 14. Ci-dessous la table des matières du n°14 (2001) que j’avais coordonné.

Le Liban entre crises et résilience à Bruxelles

Je participerai les 8 et 9 septembre au colloque Le Liban entre crises et résilience organisé par Maria Luisa Cesoni de l’Université Catholique de Louvain avec l’Université libre de Bruxelles. Voici le programme. Mon intervention reprendra le contenu de mon chapitre « Beyrouth: reconstructions, fragmentation et crises institutionnelles », in Dominique Lorrain (dir.) Métropoles en Méditerranée. Gouverner par les rentes, Paris, Presses de Sciences Po, 2017, p. 61–108 (intro/résumé en ligne ). J’envoie le texte sur demande.

Programme 8-9 septembre 2017 Version finale 30 08 2017 b

Assistance libre mais il faut s’inscrire en suivant les indications du programme.

Parution : Circulation des matières, économies de la circularité

J’ai le plaisir de signaler la parution du dernier numéro de Flux, consacré à Circulation des matières, économies de la circularité, que j’ai coordonné avec Romain Garcier et Laurence Rocher, dans la lignée de nos travaux au sein d’ACREOR qu’ils poursuivent avec bonheur au sein de l’Atelier Matières, énergie, déchets: flux et territoires de l’UMR 5600.
Voici le résumé du texte introductif et, ci-dessous, la table des matières.

Ce texte d’introduction au dossier de Flux 2017/2 (N° 108) questionne l’émergence de la thématique de la circularité des matières dans les politiques publiques urbaines contemporaines. Les articles ont en commun de porter une attention minutieuse à la matérialité des flux qui traversent et constituent la ville et aux objets sociaux qui la composent. Ils analysent les modalités et les conséquences de leur mise en circulation, ainsi que les régulations et les conflits qui l’accompagnent. Que l’ensemble des articles traite de pratiques et de politiques ancrées dans l’espace de la région de Lyon résulte moins d’une volonté monographique que d’une rencontre en partie fortuite. Mais cela souligne en tout cas l’importance d’une approche toujours attentive aux faits géographiques et aux effets de lieu dans la diversité de leurs échelles. Trois thématiques transversales sont présentes : d’abord, en identifiant de nouvelles ressources, les articles permettent de réfléchir à l’invention et à la construction de nouveaux circuits pour les matières. Ensuite, la régulation de ces circuits implique l’identification de nouveaux acteurs et la mise en place de nouvelles formes de relations avec les producteurs et gestionnaires des matières, formant donc l’espace d’une gouvernance renouvelée. Enfin, si ces circuits se structurent dans un espace qui est celui de la proximité géographique, ils s’inscrivent néanmoins dans une logique relationnelle qui ne cesse de questionner les normes et les échelles. Ce numéro permet ainsi de nuancer et de re-matérialiser les injonctions à faire advenir l’économie circulaire dans les villes.

Table des matières

Olivier Zeller, Structurations de l’espace fécal à Lyon au XVIIIe siècle

Aurélie DumainLaurence Rocher, Des pratiques citoyennes en régime industriel : les courts-circuits du compost

Pierre Desvaux, Économie circulaire acritique et condition post-politique : analyse de la valorisation des déchets en France

Romain J. GarcierFanny Verrax, Critiques mais non recyclées : expliquer les limites au recyclage des terres rares en Europe

Laëtitia Mongeard, De la démolition à la production de graves recyclées : analyse des logiques de proximité d’une filière dans l’agglomération lyonnaise

Questions d’énergie à la Royal Geographical Society Conference 2017

Je participerai à deux panels à la Royal Geographical Society Conference 2017 à Londres le 30 août prochain.

Le premier panel s’intitule Scar-Cities: Middle East urbanisms between violent environments and disrupted governance et est organisé par Nathan Marom. Mon papier s’intitule:

« Securitizing urban electricity supply: a political ecology perspective on Jordanian and Lebanese cases »

Un générateur électrique de la société privée Kahraba Jbeil, ou quand le capitalisme familial impose son monopole

Building upon the concept of urban political ecology (Swyngedouw 2006), I apply this framework to the understanding of the flows of energy in the cities of Beirut and Amman and specifically to electricity. Supplying these cities with electricity implies the creation of new circuits that are both material and socio-political. In Amman, one of the projects elaborated to cope with the growth of energy demand is to build a nuclear plant in the « desert » nearby Amman. This project, now allegedly in the final studies, has experienced many episodes and delays. In Lebanon, the citizens facing regular and long lasting blackouts have been relying for more than twenty years on generators operated by various local, mostly informal and commercial-oriented small firms, and now local capitalist companies seeking to push a privatization policy. At a first glance, both situations seem very different in scale and in the type of actors involved. But in both cases, these new circuits are heavily contested and redistribute agencies of power in ways that empower some local actors but that, at the same time, erode solidarity at the city and national level.

Ce papier reprend un chapitre en cours de publication dans le Routledge Handbook for Middle Eastern Cities, dirigé par Haim Yacobi et Nsasra Mansour.

Dans ce même panel, Elvan Arik présentera des éléments de son travail sur les nouvelles géoraphies du chauffage à Istanbul: Heating scarcity: natural gas and the politics of unjust energy transition in Istanbul

Mon deuxième panel sera Urban Energy in the Global South. J’y présenterai avec Sylvy Jaglin le papier suivant : « Electric hybrids: emerging forms of energy transition in southern cities ». Il s’agit d’introduire un projet qui vient d’être financé l’ANR (p.19), excellente nouvelle pour les quatre années à venir… Voici le résumé:

Cities in the developing and emerging countries experience many problems of electricity supply, which conventional responses such as extending the grid cannot fix. Therefore, collective and individual alternatives develop, such as decentralized and hybrid systems. Applying the concept of hybridization to socio-technical studies, the paper articulates a proposition to study them and to evaluate their impact on the future of the electricity system, assuming they represent an emerging but unstudied form of energy transition. This paper exposes the hypotheses that guide a 4-year research which intends to empirically study these emerging configurations (by surveying the actors of the market and the regulation practices) and assess their impact on usual understandings of the transition. We review three main paradigms that have dominated energy research in the South (rural electrification and off-grid contribution; the post-networked city; the infrastructuralisation hypothesis) and we develop our own hypothesis: that of a long lasting hybridization of electrification configurations fueled by the emergence of off-grid devices and logics of unachieved « infrastructuralisation ». This hybridization hypothesis differs from assumptions of substitution as well as from ideas of « incremental infrastructure » or « deliverance palliative », based on the idea of improvisation and social collaboration, which refers mainly to « practical norms”, such as the electric poaching. Our proposal instead focuses on the emergence of collective solutions, socially more structuring, technically more complex and temporally more durable. The main challenge is not technical (solutions exist and new ones are always invented) or social (in spite of poverty), it relates to the association between the two: that is to say their assemblage into functional socio-technical systems of supply and the strength of institutions in charge of their management and their regulation. Our hypothesis goes that there is no single assemblage model, each being enshrined in its environment. Our presentation will illustrate the potential of the hypothesis based on cases in Lebanon and South Africa, and present other fieldwork where we intend to develop it.

Emerging countries, cities and energy. Questioning transitions

J’ai le plaisir de signaler la parution récente de ce chapitre : Sylvy Jaglin, Éric Verdeil. 2017, Emerging countries, cities and energy. Questioning transitions. in Stefan Bouzarovski; Martin J Pasqualetti; Vanesa Castán Broto (eds.). The Routledge Research Companion to Energy Geographies, Routledge, pp.106-120. Plus d’information en suivant ce lien.

Ci-dessous l’introduction. Pour les francophones, il s’agit d’une traduction, légèrement révisée, du texte d’introduction au dossier de la revue Flux (n°93-94, 2013) intitulé Energie et villes des pays émergents : des transitions en question (en libre accès) Continuer la lecture

Des déchets aux remblais: imaginaire aménageur, corruption et dérèglements métaboliques à Beyrouth

Le port de pêche de Borj Hammoud au pied de la « montagne » de déchets accumulés depuis la guerre civile libanaise jusqu’à 1997, avant les récents travaux de démantèlement. Photo Eric Verdeil, CC-ND-NC

Les scandales à répétition qui éclatent à propos de la gestion des déchets au Liban et plus particulièrement dans l’agglomération de Beyrouth mettent en évidence les montants énormes des contrats en question et leur opacité, et donc plus largement la corruption qui joue un rôle déterminant dans l’organisation de l’action publique. Les débats de l’été 2015 ont ainsi permis d’exposer publiquement les zones d’ombre, anomalies et irrégularités concernant les contrats successifs de Sukleen, et de pointer vers un ensemble de bénéficiaires indirects de cette rente. La réorganisation en principe provisoire de la gestion des déchets à Beyrouth et dans le Mont Liban s’est traduite par l’apparition de nouveaux acteurs, bénéficiaires des contrats de collecte ou de construction et de gestion de décharges dont les montants et les modalités techniques posent là encore question. De plus, sans même parler de la décision hautement discutable d’installer des décharges au bord du littoral, diverses anomalies ont été soulignées, comme le fait que le tri et le recyclage–déjà peu ambitieux–sont pour l’instant impossibles à cause de la saturation des installations dédiées pour cause de stockage de déchets, alors que les entreprises sont payées pour un travail qu’elles ne font pas. Enfin, le dévoilement d’une clause permettant de démanteler la décharge de Borj Hammoud pour déposer les ordures stockées là depuis les années 1990 directement dans la mer apparaît comme une provocation environnementale d’un cynisme absolu de la part du CDR–et qui va sans doute avec des contreparties financières. Continuer la lecture

La question des bidonvilles, d’Alger au Maghreb (et au-delà)

J’ai le plaisir de signaler ici mon compte rendu du livre de Rachid Sidi Boumedine Bétonvilles contre bidonvilles. Cent ans de bidonvilles à Alger (Alger : APIC éditions, 2016) paru en juin 2017 sur Jadaliyya Cities: Des bidonvilles aux villes de béton : une somme sur l’évolution urbaine d’Alger

L’auteur a répondu à certaines de mes remarques concernant l’absence de mise en perspective du cas d’Alger par rapport aux transformations en cours au Maghreb (De l’utilité de se concentrer sur Alger).

Les lecteurs curieux d’un tel élargissement de perspective pourront se reporter à ces deux ouvrages et aux comptes rendus auxquels ils ont donné lieu sur Jadaliyya Cities ces dernières années:

Enfin, il faut en profiter pour signaler la parution sous la direction scientifique d’Agnès Deboulet, et grâce à la coordination éditoriale d’Irène Salenson de Repenser les quartiers précaires (publié par l’Agence française de développement en préparation de la Conférence Habitat III de Quito, accessible en ligne, également traduit en anglais)