Archives de l’auteur : Eric Verdeil

Un an après, hommage à Habib Debs, architecte-urbaniste. L’analyste de la ville ordinaire au Liban

Le 10 février 2023 disparaissait Habib Debs, un architecte-urbanisme beyrouthin très engagé dans les combats pour la défense du patrimoine urbain, à Beyrouth et dans les villes et villages du Liban. J’ai écrit pour Les Carnets de l’IFPO un hommage à celui était à la fois un ami et un interlocuteur essentiel de mes recherches.

A retrouver ici : https://ifpo.hypotheses.org/12566

Marseille, ville duale

Quelques notes et photos sur la visite conduite par Julien Dario pour les étudiants STU à Marseille le 7 février 2024.

Rendez vous à la station Bougainville, et observation depuis la passerelle du front urbain d’Euroméditerranée remontant vers les quartiers populaires qui marquent le début des “quartiers nord” de Marseille, qu’il s’agisse de cités d’habitat collectif, comme Félix Piat, ou de bâti ancien où abondent les logements loués dans des immeubles souvent très vétustes voire insalubres.

La passerelle enjambe une deux fois deux voies qui constitue une rupture dans un tissu urbain destiné à faciliter la circulation automobile et des camions à proximité du port.

Continuer la lecture

[working paper] Terres et sols du Grand Paris : quand les disciplines artistiques questionnent un choc métabolique

Je n’avais pas encore signalé ce working paper produit dans le cadre du projet Cycle Terre : Verdeil, Éric, ‘Terres et sols du Grand Paris : quand les disciplines artistiques questionnent un choc métabolique’, Working paper, Projet Cycle Terre (Paris, 2021), pp. 1–20 <https://shs.hal.science/halshs-04223778>

En voici le résumé :

La présente note se propose, dans la lignée du questionnement de M. Duperrex, de procéder à une analyse de sources iconographiques et textuelles traitant des sols et terres du Grand Paris. Un premier ensemble est constitué par l’ouvrage d’Anne-Marie Filaire et des éléments graphiques et textuels proposés par A. Grumbach et porte sur les dimensions paysagères des excavations de déblais et terres dans le Grand Paris. Un deuxième ensemble correspond aux écrits et propos d’architectes impliqués dans la promotion et la mise en œuvre à titre expérimental ou démonstratif d’architectures contemporaines en terre, notamment dans la région Ile-de-France, rassemblés dans le cadre du projet Cycle Terre . Il est traité en cherchant à identifier ce qui dans ces textes et images peut être relié aux mutations anthropocéniques actuelles, tout en faisant ressortir les tensions traversant ce champ professionnel au sujet de la recomposition des pratiques actuelles de l’architecture de la terre. L’objectif commun est de considérer ces différents récits comme relevant de la sédimentologie hybride au sens de M. Duperrex, c’est-à-dire portant témoignage de processus sédimentaires débordant de l’histoire géologique pour s’inscrire dans la temporalité de l’anthropocène. Ces projets et réalisations peuvent s’interpréter comme des reflets ou des innovations esthétiques témoignant de perturbations métaboliques majeures. Mais ils sont également pris en tension entre une rhétorique de justification vertueuse et des soupçons de dérives productivistes et non-écologiques, qui alimentent des débats internes à la profession.

Inégalités sociales et contributions fiscales dans la métropole Aix-Marseille-Provence (mis à jour)

Les étudiants du master STU de l’école urbaine de Sciences Po font un voyage d’étude à Marseille pendant la semaine du 5 au 9 février 2024. La métropole Aix-Marseille-Provence, créée en 2016, rassemble 1,6 millions d’habitants issus de 92 municipalités. Cette nouvelle institution, imposée par l’État malgré l’opposition forte d’une partie des collectivités, a pour vocation de construire des politiques publiques communes dans un espace riche mais très étendu et profondément divisé, physiquement, socialement, économiquement et politiquement. Résultat d’un siècle d’extension du port de Marseille vers l’Ouest, le territoire économique est fortement polycentrique et la structure du peuplement également.

La question fiscale était et reste une problématique centrale. Les bases fiscales liées aux activités économiques sont logiquement plus fortes sur les lieux où les activités économiques, industrielles et tertiaires, se sont délocalisées. Les bases fiscales liées à la propriété bâtie et à la taxe sur l’enlèvement des ordures ménagères sont liées à la densité de population et aux différentiels de valeur foncière, donc de valeur patrimoniale, entre les communes. Les cartes suivantes, faites avec Khartis, permettent d’illustrer ces inégalités géographiques au sein de la métropole. (mise à jour du 19/2/2024 : carte de la répartition de la dotation de solidarité métropolitaine pour l’année 2023 à la fin du document).

Continuer la lecture

[Atlas des mondes urbains] Modes actifs et accessibilité des espaces publics

Hervé Laurent, expert en politiques cyclables, m’a récemment écrit pour m’interroger sur ce qui lui semblait une affirmation non justifiée dans l’Atlas des mondes urbains. Notre discussion m’a semblée constructive et avec son accord, je la reproduis ici.

Le 1er février 2024

Bonjour M. Verdeil,

J’ai été surpris par l’assertion faite page 67 de l’Atlas des Mondes Urbains (2020). Voir la capture ci-jointe.

Selon laquelle la promotion des mobilités “dites douces” (effectivement, on dit plutôt “actives” aujourd’hui) “aurait ses laissés-pour-compte : personnes âgées, handicapés, etc.”

Continuer la lecture

Marcel Roncayolo : quelle postérité pour un pionnier de la géographie urbaine ?

La revue Géocarrefour vient de publier ma recension de l’ouvrage paru en hommage au grand géographe disparu en 2018 : Laurent Coudroy de Lille, Jacques Brun, Guy Burgel, Gilles Montigny et Marie-Vic Ozouf-Marignier (dir.), 2023, Marcel Roncayolo Sur les pas d’un géographe singulier, Marseille, Parenthèses, 350 p.

La contribution de Marcel Roncayolo (1926-2018) à l’émergence en France des études urbaines, c’est-à-dire à faire de la ville un objet privilégié des sciences humaines et sociales, est assez largement saluée chez les historiens, au sein de l’espace disciplinaire de l’urbanisme et de l’aménagement, parmi les chercheurs en architecture ou encore chez les sociologues. Force est de reconnaître que cet auteur reste, aux yeux de ses condisciples, « un géographe singulier » comme le propose le titre de l’ouvrage dont il est question ici. Que l’on s’intéresse aux principales revues disciplinaires, y compris Géocarrefour, ou aux grands manuels et synthèses structurant la discipline, les citations et références au géographe qui a fait de Marseille son laboratoire familier ne sont pas inexistantes mais elles sont, par rapport à la diversité de ses travaux et à leur écho au-delà de la géographie, plutôt ténues. Lire plus ici…

Vous pouvez aussi retrouver sur ce carnet le texte que j’ai publié à l’occasion de sa mort pour saluer sa mémoire, et toute une série d’autres textes qui lui étaient consacrés, au fil de mes années de dialogue oral ou par la lecture de ses œuvres…

Désescalade énergétique. Les enseignements du cas libanais

J’ai participé le 4 juillet 2023 au séminaire Désescalade énergétique organisé par Anaïg Oiry, Arnaud Passalacqua et Roberta Pistoni, dans le cadre du groupe de travail Ville et énergie du Labex Futurs urbains. Nous étions accueillis dans les locaux de PCA-Stream, agence d’architecture parisienne dont la cellule recherche a effectué un beau travail en éditant un podcast synthétisant les principaux enseignements de la séance. On peut ainsi écouter mon analyse du cas libanais, mis en relation avec les cas cubain et vénézuélien, à partir de 2’40”.

Résumé du séminaire:

Comment les territoires font-ils face à la réduction de leur puissance énergétique ? À l’occasion de la journée d’étude Désescalade Énergétique, organisée à l’agence par le groupe de travail Ville et Energie du Labex Futurs Urbains, cinq chercheurs et chercheuses présentent leurs travaux. Beyrouth, passage du cyclone Irma sur l’île de Saint-Martin, gestion des ressources au Moyen-Âge, choc pétrolier de 1973, et crise environnementale actuelle : tour d’horizons.

Prix de thèse sur la ville 2023 – Agnès BASTIN, Grand Prix

J’ai eu le grand honneur et le grand plaisir d’accompagner la thèse d’Agnès Bastin, intitulée “Des métabolismes territoriaux en transformation ? Gouvernance des matériaux de chantier et expérimentations de nouvelles valorisations en Île-de-France et dans la région de Bruxelles”, soutenue en juin 2022 et qui a été couronnée du Grand Prix de thèse sur la ville en 2023, décerné par l’APERAU et le PUCA.

Elle répond ici aux trois questions suivantes : 

  • 0:05 Une ou deux idées de votre thèse ?
  • 2:47 Comment se saisir de vos travaux ?
  • 4:54 Quels conseils aux jeunes étudiants qui envisagent de faire une thèse ?
à retrouver directement sur https://www.youtube.com/watch?v=iCu-TkyLojQ

On peut consulter sa thèse en ligne : Agnès Bastin. Des métabolismes territoriaux en transformation ? Gouvernance des matériaux de chantier et expérimentations de nouvelles valorisations en Ile-de-France et dans la région de Bruxelles. Sciences de l’Homme et Société. Institut d’études politiques de Paris – Science Po, 2022. Français. ⟨NNT : 2022IEPP0020⟩. ⟨tel-03975799⟩

ainsi que l’ouvrage publié par le PUCA qui synthétise la partie consacrée aux enjeux et politiques publiques qui concernent la région parisienne : Agnès Bastin. Gouverner le métabolisme : les terres excavées franciliennes. Edition PUCA, 158 p., 2023, Réflexions en partage, 9782111382206. En ligne :: ⟨hal-03992233

Cities & Circulations : Challenging Gulf histories and geographies workshop

I spoke on sunday 19th of November 2023 during this workshop jointly organized by Kuwait University, CEFREPA (French Center for Archeology and Social Sciences (CEFAS), renamed the French Research Center for the Arabian Peninsula), INALCO and CERI-Sciences Po. A second event following on this first worshop will take place in Paris on the 29th and 30th of May 2024.

Workshop’s argument : Cities and circulations: Challenging theoretical frameworks in Gulf histories and geography

The workshop takes up Frederick Cooper’s challenge to bring “historiographies of Africa, Latin America and Asia into relationship with each other, avoiding the assumption that interaction simply means borrowing from apparently more developed istoriographies.” Beyond colonial times, various spaces and geographies may be entangled in the circulation of material and immaterial goods, services, and knowledge to and from the Gulf and the mobility of people. And while literature on these geographies claim to move beyond simple dichotomies since the writing of Cooper’s seminal text, scholars in this workshop interrogate the persistence of dichotomous theoretical frameworks such as coloniser-colonised, resistance-collaboration, modernity-tradition, western-non-western. To bring a more nuanced understanding of socio-political and economic processes that have shaped and still shape contemporary societies in the Gulf, they seek comparative insights from historiographies of other regions and focus on trans-regional circulation of people, ideas and information, capital and techniques, material and political cultures, etc.
By notably looking at circulations and mobilities across the so called “Global South” regions and societies, participants in this workshop will move beyond conservative notions of knowledge appropriation as well as liberal concepts of inclusion and representation. The workshop seeks to recentre the Gulf within larger imperial and colonial modes of administration (economic, cultural, linguistic, racial and administrative) and relations between and across empires. It also seeks to localise and historicise theoretical discussions in empirical contexts that have been less studied by post-colonial scholarship. By doing so, the workshop revisits historical processes of knowledge production, immigration, and cultural exchange in colonial and post-colonial geographies of the Gulf. It also uncovers histories of community, migration, language/dialect, and hinterland denials in both the making of Gulf cities and the production of their histories. The aim is to foster novel investigations that question the positionality of different actors, that humanise the landscape, and that deconstruct persistent myths, material and immaterial structures, spaces and systems that limit a critical reading on the Gulf.

https://cefrepa.cnrs.fr/2023/11/13/cities-circulations-challenging-gulf-histories-and-geographies-workshop/

My intervention was based on a chapter published with Joe Nasr in the Routledge handbook of planning history, under the title Planning histories in the Arab world. (PDF ici)

L’Anthropocène qui se fabrique sous nos yeux : visite du site de valorisation des terres excavées de Villeneuve-sous-Dammartin (77)

Le 23 septembre dernier, j’ai participé à l’escape game organisé par la société ECT visant à faire découvrir son site de valorisation des terres excavées de Villeneuve-sous-Dammartin, non loin de Roissy. Agnès Bastin, dans son travail doctoral  (prix de la meilleure thèse sur la ville 2023) sur la gouvernance du métabolisme des terres en Ile-de-France (voir aussi le livre issu de sa thèse), a analysé en détail l’activité d’ECT qui opère essentiellement en Ile-de-France et a aménagé plusieurs parcs à partir de terres excavées comme leur site de Moissy Cramayel au sud de la Seine et Marne. ECT est également impliquée dans le projet Cycle Terre, visant à la création d’une fabrique de produits de matériaux de construction en terre crue. Même si son activité commence à devenir publique, elle reste intrigante. Elle pratique l’aménagement paysager à partir de matériaux qui sont techniquement des déchets, quoique inertes, c’est-à-dire non-polluants et cela, à une échelle massive même si la localisation périphérique de ces projets les laisse largement sous les radars. Cette visite ludique, à laquelle environ 400 personnes ont participé selon la société, a été l’occasion d’observer directement la fabrique ces transformations périurbaines, et par là même celle des nouveaux reliefs de l’anthropocène, cette époque géologique où l’humanité est devenue un moteur de la transformation de la forme de la croute terrestre, au même titre que la tectonique ou l’érosion.

Le site vu sur Google Map (cliquer pour grossir)

 

 

 

 

 

Continuer la lecture