Archives de l’auteur : Eric Verdeil

Soutenance de thèse: Pierre Desvaux, L’arraisonnement des milieux urbains. Analyse des flux cataboliques au Caire (Égypte) et à Lyon (France)

Pierre Desvaux (publications via Hal), dont j’ai eu le plaisir d’encadrer la recherche doctorale avec Myriam Houssay-Holzschuch, soutiendra sa thèse le jeudi 14 décembre à Grenoble.

Résumé : Cette thèse propose une approche qualitative du métabolisme urbain à partir du cas des flux de déchets au Caire (Égypte) et à Lyon (France). Il s’agit de dépasser l’impossibilité présumée de la comparaison de cas d’études a priori très éloignés (selon un axe Nord/Sud) en proposant une grille de lecture centrée sur la multiplicité des infrastructures sociales et techniques permettant la circulation et la transformation de ces matières. Elle se penche plus particulièrement sur les flux dits cataboliques permettant de décrire l’ensemble des étapes de transformations et de circulation de la matière permettant la « mort sociale des objets » entendue comme une protection hygiénique et critique à l’égard de leur dangerosité. L’analyse du déploiement des flux cataboliques à travers les milieux urbains permet ainsi de mettre en avant les formes prises par le contrôle de ces flux. Cette formalisation est ici présentée comme un arraisonnement du milieu, pensé comme une mise en ordre des milieux par des pratiques hétérogènes de codage et de surcodage. Ces notions permettent d’identifier un modèle d’urbanisation occidental pensé comme une mise en ingénierie des milieux urbains (ingénierie mésologique). Cette grille de lecture se conçoit comme un « troisième terme » permettant de faire dialoguer des cas d’étude souvent considérés incommensurables en raison d’une approche tératologique des modèles de développement urbain du Sud. Cette approche est marquée par une volonté de justice épistémologique entrant dans le cadre de la refondation postcoloniale des études urbaines et par la volonté de participer au développement de ce que Souleymane Bachir Diagne nomme un « universalisme de traduction ». À partir de ce cadre théorique sont analysés le fonctionnement et les évolutions historiques et contemporaines des pratiques d’arraisonnement gouvernementales ou non des flux cataboliques au Caire et à Lyon dans le contexte du déploiement du métabolisme capitaliste contemporain.

Jury : 

Mme Sabine BARLES, Professeure des universités, Université Paris 1, Membre

M. Éric DENIS, Directeur de recherche, CNRS, Rapporteur

M. Romain GARCIER, Maître de conférences, ENS Lyon, Membre

Mme Myriam HOUSSAY-HOLZSCHUCH, Professeure des universités, Université Grenoble Alpes, Co-Directrice

Mme Jennifer ROBINSON, Professor, University College London, Rapportrice

M. Éric VERDEIL, Professeur des universités, SciencesPo Paris, Co-Directeur

Soutenance de Thèse: Marie Bonte, Beyrouth, états de fête. Géographie des loisirs nocturnes dans une ville post-conflit

Je participerai demain, vendredi 8 décembre à Grenoble, au jury de la thèse de Marie Bonte. (ses publications via Hal).

Résumé :

Cette thèse porte sur les espaces de la vie nocturne à Beyrouth, entendus comme l’espace physique des bars et des boîtes de nuit et comme un ensemble de pratiques et de sociabilités qui leur sont associées (notamment autour de l’alcool, de la danse, de la musique), regroupant diverses catégories d’acteurs chargés de sa production et de sa régulation. Tout en privilégiant une étude décentrée des concepts, je m’inscris dans le champ récent qui intègre la nuit à la réflexion géographique. Je privilégie l’analyse des usages ludiques de Beyrouth la nuit ainsi que leur portée sociale et politique dans le contexte libanais. J’articule donc les problématiques nocturnes au prisme du post-conflit, qui permet de définir une situation dans laquelle les héritages de différentes périodes de guerre sont encore visibles et opérants tout en se mêlant à d’autres processus plus récents. Le rapport entre vie nocturne et ville post-conflit est à double sens : la situation post-conflictuelle conditionne l’offre, les pratiques et les représentations attachées aux loisirs de nuit qui en retour constituent le lieu d’inscription des héritages, des incertitudes et des possibles de la jeunesse noctambule. Cette recherche s’appuie sur une enquête qualitative mêlant entretiens formels et observation directe. La vie nocturne de Beyrouth y est appréhendée à travers trois lectures de l’espace : l’espace physique et urbain investi par les établissements et les individus, l’espace social des relations entre acteurs, l’espace politique et critique des revendications et des transgressions. Ces trois niveaux de compréhension mobilisent tout en les spatialisant les notions de champ (pour désigner les acteurs chargés de la production de la vie nocturne), de monde (pour désigner les noctambules) et d’ethos (pour désigner l’ensemble des principes et des valeurs qui orientent les comportements.

Jury :

Mme Mona Harb, Professor, American University of Beirut (Rapporteur)

Mme Anna Madoeuf, Professeur, Université François-Rabelais de Tours (Rapporteur)

M. Éric Verdeil, Professeur, Sciences-Po Paris (Examinateur)

M. Franck Mermier, Directeur de Recherches, CNRS, IIAC/LAUM (Examinateur)

M. Jérôme Tadié, Chargé de Recherches, IRDN, URMIS (Examinateur)

Mme Karine Bennafla, Professeure, Université Jean Moulin Lyon 3, (Co-Directrice)

Mme Myriam Houssay-Holzschuch, Professeure, Université Grenoble Alpes (Co-Directrice)

Compte rendu de Beyond the Networked City: Infrastructure Reconfigurations and Urban Change in the North and South, livré dirigé par Olivier Coutard et Jonathan Rutherford

Ma recension du livre Beyond the Networked City: Infrastructure Reconfigurations and Urban Change in the North and South dirigé par Olivier Coutard et Jonathan Rutherford vient d’être publiée. Référence complète:

Verdeil, Eric. 2017. ‘Oliver Coutard and Jonathan Rutherford (Eds.) 2016: Beyond the Networked City: Infrastructure Reconfigurations and Urban Change in the North and South. London: Routledge’. International Journal of Urban and Regional Research 41 (6):1031–32. https://doi.org/10.1111/1468-2427.12573.

This collection comprises eleven chapters exploring the post-network city hypothesis. Editors Olivier Coutard and Jonathan Rutherford––both from LATTS, a research unit at Paris-Est University––began developing this idea a decade or so ago. The book represents a collective, sometimes contradictory, effort to explore and discuss the scope of a set of interrelated transformations affecting infrastructure and cities. All the chapters seek to challenge the domination of the network as a material infrastructure, an ideology and the object of political economy. According to the editors, the currently observed changes helping to define the post-networked city comprise ‘a shift from … homogeneity’ to ‘diversity (and targeted selectivity) of infrastructural spaces; reconfigurations and rescalings in the “spaces of solidarity” … (large scale solidarities are recombining with forms of local “autonomy”); socio-spatial solidarity increasingly based on the division of resources …; a shift from collective to more individualised or diversified practices, norms and expectations’ (which leads to ‘customized infrastructure’); ‘the rise of new forms of individual and collective appropriation of infrastructure’; and ‘international and interurban circulation of models supporting these shifts’ (p. 7).

This research endeavor largely unfolds from debates initiated by the book Splintering Urbanism. Many authors who took part in those discussions, including Stephen Graham and Simon Marvin, feature in this book. The book comes back in a way to the interpretation of the causal link between the neoliberalization of infrastructure and urban fragmentation. The literature on global South cities highlights the fact that the modern infrastructural ideal was barely implemented in such cities and points instead to the prevailing infrastructural diversity. Research on urban environmental change and urban political ecology has also emphasized that the production of infrastructure is a strongly politically contested process which may result in unexpected changes in the way infrastructures are conceived and implemented, and in their urban impact. Specifically, environmental concerns for the preservation of resources and a more circular economy have garnered support in many cities. This, in turn, is believed to favor the advent of a post-network city.

A strength of the book is the wide diversity of case studies it uses to discuss this hypothesis. Regarding infrastructure, we find case studies on water supply, sanitation, waste collection and treatment, electricity and heat supply, as well as roads and (more surprisingly) volumetric urbanism (i.e. domes or––to use a phrase of Simon Marvin’s––‘domic ecologies’). Geographically, the case studies located in the global South (Vietnam, India, Brazil and Columbia, plus a broader review of sub-Saharan African cases) balance out those located in Europe (Paris, Berlin, Manchester, Birmingham and Aberdeen) and the US.

The main development emergent from the chapters is a shift from the post-network city hypothesis to what is encapsulated by the book’s title: ‘beyond the networked city’. ‘Shifting forms of infrastructure never consist of big, paradigm-busting transitions from one large technical network to another’ (p. 6), observe the editors. Instead, the authors depict incremental changes, small-scale adjustments and repairs, experiments and sometimes failures. The hypothesis helps us to properly address the diversity and coexistence of infrastructural systems that the chapters identify, illustrating the waning of exclusive belief in the network as the sole way to legitimately access urban services. In this respect, the experience of infrastructural diversity in the global South is very illuminating, at a time when many local authorities are beginning to recognize the contribution of non-networked solutions to resource delivery imagined by urban dwellers themselves. But what Sylvy Jaglin describes as ‘a pragmatic turn’ (that she identifies in African cities) doesn’t mean that the network disappears from the aspirations of urban dwellers and city officials.

This trend towards diversity of infrastructural systems is also evident in cities of the global North, albeit less strikingly so than in the global South. There is, for instance, the recent promotion of heating districts in the UK, or the rediscovery of the value of the non-potable water network in Paris. In the UK, as well as in Berlin, the promotion of shorter circuits connects two arguments: one that envisions energy decentralization as a democratic development empowering local actors; and one that sees these new circuits as more environmentally sound. This argument is to be found in the European case studies alone. These examples also demonstrate how misleading the notion of post-network can be, since all these infrastructural systems still rely on networks: some at a meso-scale (heating districts), others still at city scale (Paris, Berlin). Barles et al. even propose the notion of ‘the hyper-networked city’ to acknowledge this fact. Other chapters also point to the fact that these networks in fact exceed the scale of the city, rendering the study of ‘infrastructural hinterlands’ essential.

On a final note, the editors stress that ‘the socio-political significations of ongoing urban infrastructural transitions [are] fundamentally ambivalent’ (p. 21). In some cases, they seem to reinforce neoliberal trends and social polarization, while in others they are seen as serving progressive agendas. Taking the case of Mumbai, Graham et al. analyze hydropolitics as the expression of a ‘revanchist urbanism’ by urban elites targeting illegal, as well as legal but provisory, connections in slum areas. De-networking the poor is the counterpoint of strategies of infrastructural secession among the middle and upper classes, thanks to rainwater harvesting and grey-water recycling. Jaglin interprets the African ‘infrastructural pragmatic turn’ in less dramatic terms. For her, legalizing ‘hybrid delivery configurations [is] a way for African state authorities to negotiate the urban transition: a partial regularisation of the informal sector facilitates the provision of essential services, in exchange for a civil order that also benefits the urban elites and dominant classes’ (pp.193–4), because they are among the customers of the new hybrid infrastructures. Several chapters also highlight (in contrast to the trend towards privatization) the increased role for public authorities in dealing with and planning for more diverse infrastructural systems.

Soundly grounded in theory, this book builds on rigorous and diverse case studies. It innovatively highlights the mutually constituting relations between changing infrastructure and urban environments. Its prudent conclusions open up avenues for future research focusing on the global inflexions of urban paradigms while also willing to grant due consideration to situated and contextualized trends.

Villes sud-méditerranéennes sous tension: que nous disent-elles de la transition énergétique?

J’étais l’invité, le vendredi 17 novembre 2017, de l’Institut méditerranéen d’études avancées (IMéRA) à Marseille dans le cadre du cycle mensuel « La transition énergétique v/ les transitions énergétiques : hier, demain, ici, ailleurs » inscrit dans le programme « Phénomènes globaux et régulation » de l’IMéRA et appuyé par le PR2I Energies.

Voici le résumé de mon intervention:

Villes sud-méditerranéennes sous tension: que nous disent-elles de la transition énergétique?
Cette présentation articule des questionnements et des résultats de mes enquêtes dans deux programmes de recherche (ANR Trajectoires énergétiques des métropoles du Sud; ANR Collener: Les collectifs de la transition énergétique) ainsi que des réflexions plus larges issus de mon habilitation à diriger des recherches.
La réflexion s’ancre dans un cadre théorique dérivé de l’écologie politique urbaine, telle que Swyngedouw en particulier la conceptualise, pour aborder les tensions et les reconfigurations des circuits énergétiques urbains. Ce faisant, l’enquête poursuit deux objectifs : saisir les mutations affectant les relations entre villes et énergies dans le double contexte du tournant néolibéral, et de la transition énergétique ; évaluer les apports pour les études urbaines et pour les sciences sociales d’une analyse de ces questions à partir de villes du Sud. Les exemples sont principalement pris au Liban, en Jordanie et en Tunisie, ainsi que, secondairement, dans les autres pays du sud et de l’est de la Méditerranée. Ces travaux partent du constat de tensions grandissantes, dans ces villes en forte croissance démographique et marquées par l’émergence de nouveaux modes de consommation, autour de la question énergétique qui se manifestent en particulier par des coupures et des difficultés d’accès inédites, ainsi que des hausses tarifaires. Alors que la transition énergétique est présentée, dans les pays du Nord et par les organisations internationales, comme un nouveau cadrage politique structurant, impliquant notamment un rôle accru des métropoles, mes enquêtes montrent une situation très complexe. Si les tensions existantes, qui se manifestent en particulier dans les villes, attestent d’une politisation accrue de la question énergétique, en revanche il est difficile de percevoir l’émergence de véritables politiques énergétiques urbaines. Les Etats restent les accords majeurs de l’action énergétique. De plus, l’impératif de la transition vers des énergies bas carbone et l’efficacité énergétique apparaît brouillé au regard d’autres priorités, qu’elles concernent la sécurisation énergétique, la régulation sociale de l’accès aux services par les tarifs, ainsi que des discours nationalistes, anti-colonialistes voire anticapitalistes qui relèguent les aspirations environnementales au second rang. Dans ce cadre, quel statut conceptuel attribuer à la transition énergétique? 

On peut revoir la vidéo de mon intervention (ainsi que les diapositives utilisées), qui dure environ une heure (à partir de 7 mn 30 environ), suivie de questions (une heure environ aussi).

Vidéo intégrale du séminaire « Villes sud-méditerranéennes sous tension: que nous disent-elles de la transition énergétique? » par Eric Verdeil (CERI-Sciences Po) enregistré le 17 novembre 2017, à l’IMéRA.

Crise des déchets et fabrique urbaine à Beyrouth

Je poursuis ma série (1, 2) sur les enjeux de la crise des déchets à Beyrouth, en archivant ici ce petit texte publié par la Lettre Cogito n°3 de Sciences Po, dans le cadre d’un dossier plus large : Les métropoles sont elles gouvernables?

La crise des déchets que connaît le Liban depuis l’été 2015 a été fortement médiatisée et a donné lieu à des analyses essentiellement intéressées par sa signification politique. Causée par la saturation de la principale décharge de l’agglomération de Beyrouth et l’incapacité des autorités gouvernementales à adopter une solution pérenne, cette crise a provoqué une forte mobilisation civique.
Au-delà de la question technique de la gestion et du traitement des ordures, les manifestants contestaient un système opaque où l’État, incapable d’assurer le fonctionnement minimal des services publics, ne sert qu’à enrichir une élite politique que seul unit le souci de « se partager le gâteau » et de se maintenir au pouvoir.

Construire sur les décharges de la guerre civile Continuer la lecture

La crise des déchets comme métaphore de la catastrophe moyen-orientale

A propos du film Submarine, de Mounia Akl (2016, 21 mn)

La violence récurrente qui touche les pays du Moyen Orient provoque des épisodes renouvelés et dramatiques d’exil des populations fuyant la destruction et la mort. C’est un thème dont le cinéma s’est régulièrement saisi, explorant avec fascination ce qui reste après le déferlement de la guerre, scrutant la société émiettée, anémiée et peinant à survivre dans des lieux désertés. Plusieurs films illustrent cette thématique au lendemain de la guerre de 2006 au Liban, comme dans Je veux voir de Joana Hadjitomas et Khalil Joreige vers le Sud Liban, ou encore le court métrage ((Posthume)) de Ghassan Salhab (voir le compte rendu). Dans le contexte de la crise syrienne, cette tension entre l’espoir de la fuite et la vie oppressante dans ce qui reste de la ville en guerre, négatrice de tous les espoirs et finalement tombeau, est au cœur du film Les Chababs de Yarmouk (notamment de sa deuxième partie). Evidemment, cet argument se retrouve aussi fréquemment dans la littérature, par exemple dans les deux récents romans fantastiques sur Bagdad que sont respectivement Frankenstein à Bagdad de Ahmad Saadawi et Seul le grenadier de Sinân Antoon. L’effondrement du monde et, littéralement, de la ville autour des protagonistes principaux a pour pendant l’aspiration, souvent contrariée, parfois refusée, à l’exode vers l’étranger. Continuer la lecture

Dossier Les défis du Liban : Géopolitique du pays du Cédre

Le magazine Carto (n°43, septembre 2017) publie un dossier sur le Liban, cosigné par Claire Gillette, Ghaleb Faour et Eric Verdeil. Il reprend des données, des cartes et des illustrations de notre Atlas du Liban . Les nouveaux défis publiés par l’IFPO. En voici le pitch:

« Alors que la reconstruction après la fin de la guerre civile (1975-1990) était loin d’être achevée, le début des années 2000 au Liban a été marqué par plusieurs crises et épisodes violents et de longues périodes de vacance au sein du pouvoir exécutif. Malgré l’élection de Michel Aoun à la présidence, en octobre 2016, le système politique libanais s’avère à bout de souffle. Sans parler de sa fragilité géopolitique, chronique, le pays fait face à des défis multiples, démographiques, économiques, sociaux et environnementaux, alors que les services publics sont confrontés à de nombreuses difficultés. La résilience de la société libanaise se manifeste à travers l’émergence de nouveaux modes de gouvernance territoriale et des initiatives locales. »

Le magazine se trouve en librairie et dans les kiosques de presse jusqu’à fin octobre.

Le gel de RussEurope : une décision difficile à comprendre

Concernant le gel du carnet de Jacques Sapir RussEurope, j’avoue un malaise certain.

D’un côté, je trouve que les accusations de censure politique manquent de crédibilité et ne repose que sur des soupçons, des procès d’intention et des conjectures. Je doute qu’elles expliquent le vote unanime des deux conseils scientifiques.

D’un autre côté, en revanche, je ne suis pas du tout convaincu de la nécessité qu’il y avait d’interrompre l’alimentation de ce carnet. D’abord, la base juridique du gel me paraît faible car Sapir ne semble pas avoir dépassé formellement les engagements auxquels sont tenus les chercheurs (voir les Conditions générales d’utilisation du portail). Même si cette année il a publié plus de chroniques témoignant de ses engagements politiques, cela n’a rien de nouveau. Arguer d’un changement dans la nature de la publication ne paraît pas être une position facile à défendre. Par d’ailleurs, d’autres carnets se livrent plus ou moins régulièrement à des analyses qui ne sont pas simplement des éclairages mais aussi des prises de position.

Plus fondamentalement, comme le soulignent plusieurs commentateurs, il est vraiment difficile de tracer une limite nette entre la recherche en SHS, l’expertise sur le monde social et l’engagement personnel (cf. tweet de Dominique Lecourt). Chaque chercheur a son style, sa posture, qui peuvent varier dans le temps. En fait on pourrait même arguer que si l’un des intérêts du carnet de recherche consiste précisément à donner à voir l’effort de formalisation scientifique en train de se faire, cela implique justement que certains des affects et des engagements qui animent l’effort de recherche y soient visibles…

Dans ce contexte, il ne me paraît pas du tout évident que les deux conseils scientifiques qui ont pris la décision du gel aient réellement la légitimité de retirer les droits en écriture, ou du moins qu’ils s’appuient pour ce faire sur une doctrine explicite.

Un autre argument, avancé parmi d’autres par Olivier Ertzscheid, est que Jacques Sapir, par la confusion que ces écrits installent entre les analyses scientifiques et celles qui ne le seraient pas et qui n’auraient donc pas leur place, décrédibiliserait la plateforme Hypothèses. Cela ne me paraît pas du tout évident. Si les conseils scientifiques ont reçu des plaintes et des inquiétudes à son endroit, il aurait été utile qu’elles soient exposées. Je vois à l’instant un commentaire de Sylvain Piron, membre du conseil scientifique d’Hypothèses, qui reproche à Sapir la pratique de l’invective, de la diffamation, voire de l’appel au meurtre : si c’est bien le cas, que ces dérives soient pointées explicitement, chacun pourra s’en faire une idée plus claire et le débat y gagnera. Faute d’une telle clarté, les accusations de censure se déroulent sur un boulevard et c’est cela qui nuit à la crédibilité de la plateforme.

A l’inverse, en drainant de nombreux lecteurs sur cette plateforme, on peut arguer que Sapir donne à voir une recherche en sciences sociales érudite, souvent très riche et argumentée, et la manière dont elle peut nourrir le débat public. Penser que les lecteurs de son carnet ne font pas la différence entre ses propos les plus politiques et les travaux qui sont le socle de ses analyses revient à les prendre pour des naïfs et des incompétents, c’est-à-dire l’inverse du principe qui justifie l’accès ouvert aux publications de la recherche, le fondement de la plateforme Hypothèses en somme.

Pour toutes ces raisons, j’ai vraiment du mal à comprendre quelle pressante nécessité justifiait cette décision. Je crains qu’elle ne constitue un précédent regrettable, aux conséquences potentiellement négatives pour la diversité des formes d’écriture et d’engagement sur cette plateforme, en suscitant une forme d’autocensure chez certains,  voire en autorisant l’appel au gel d’autres carnets jugés indisciplinés ou dérangeants. J’espère être détrompé.

[Archives] Lettres d’information de l’Observatoire de recherche sur Beyrouth et la reconstruction

Le Centre d’études et de recherches sur le Moyen-Orient contemporain (CERMOC) a publié entre 1995 et 2001 14 numéros de la Lettre d’information de l’Observatoire de recherche sur Beyrouth et la reconstruction, détaillant les activités de ce programme de recherche. Outre des informations par nature éphémère, cette lettre comportait des études modestes mais riches d’informations et de résultats d’enquêtes, des comptes rendus d’activités et d’ouvrages, ainsi qu’une chronologie de la reconstruction de Beyrouth qui pourrait présenter une certaine utilité à des chercheurs intéressés par cette période.
L’IFPO, qui a pris la succession du CERMOC, n’a pas jugé utile de numériser cette série malgré mes suggestions en ce sens il y a quelques années. Il se trouve que j’ai dans mes archives quelques numéros en PDF (1 à 5, 10, 13 et 14). J’ai essayé de les déposer sur HAL-SHS mais ce ne serait éventuellement acceptable qu’en distinguant article par article.
J’ai donc déposé ces numéros sur Internet Archive. Voici le lien pour les numéros 1 à 5, vers le 1013 et le 14. Ci-dessous la table des matières du n°14 (2001) que j’avais coordonné.

Le Liban entre crises et résilience à Bruxelles

Je participerai les 8 et 9 septembre au colloque Le Liban entre crises et résilience organisé par Maria Luisa Cesoni de l’Université Catholique de Louvain avec l’Université libre de Bruxelles. Voici le programme. Mon intervention reprendra le contenu de mon chapitre « Beyrouth: reconstructions, fragmentation et crises institutionnelles », in Dominique Lorrain (dir.) Métropoles en Méditerranée. Gouverner par les rentes, Paris, Presses de Sciences Po, 2017, p. 61–108 (intro/résumé en ligne ). J’envoie le texte sur demande.

Programme 8-9 septembre 2017 Version finale 30 08 2017 b

Assistance libre mais il faut s’inscrire en suivant les indications du programme.