Philcarto: pour l’amour de la cartomatique

La cartographie par ordinateur s’est considérablement développée et agrémente, illustre voire même constitue l’outil cognitif central d’une part croissante de la production des géographes et plus largement, de nombreux chercheurs en sciences sociales.
Les logiciels destinés aux systèmes d’information géographique se sont largement diffusés dans la sphère professionnelle, notamment les collectivités territoriales. Les universités en sont désormais massivement équipées et offrent même des diplômes spécialisés dans ce domaine. Il faut reconnaître que ces outils de SIG se sont grandement améliorés. Ils restent toutefois fort chers alors que la majorité de leurs fonctions, notamment celle liées à la gestion spatiale, sont souvent peu utilisées. Par ailleurs, malgré leurs améliorations récentes, leur module de cartographie statistique reste souvent peu performant, voire propose des fonctionnalités qui peuvent induire des erreurs de représentations cartographique, des erreurs sémiologiques. Cela d’autant plus que la prolifération des SIG et leur complexité relative induit des enseignements centrés sur les outils et qui tendent à oublier les codes de la sémiologie qui en sont indépendants. Par exemple, pendant longtemps, les logiciels de SIG courants ne généraient pas aisément les cartes en symboles proportionnels – ou du moins impliquaient la saisie des centres de “régions” statistiques pour lesquels on souhaitait représenter une variable en valeur absolue.

La fréquentation universitaire en Afrique - Journal du CNRS Mai 2010 - C. Hein (c)

Ces facilités offertes par les logiciels induisent nombre de cartes laides, voire erronées. Les meilleures institutions ne sont pas à l’abri de tels faux pas. Ainsi de l’édition de mai  du Journal du CNRS, qui nous offre un exemple démonstratif (à ne pas suivre!) dans son dossier sur l’Afrique(*). Dans l’image ci-contre, une variable qui est une valeur absolue, le nombre d’étudiants qui fréquentent l’enseignement supérieur, est représenté par un gradient de couleur. Quant au pourcentage d’étudiants scolarisés, il ne fait pas l’objet d’une représentation graphique et les valeurs sont présentées en chiffre, sans qu’il soit possible de visualiser d’un coup d’œil les zones de plus fortes ou de plus faibles fréquentation.

Représenter sur une même carte le nombre d’étudiants par pays par un symbole proportionnel et la proportion qui fréquente l’université par une tranche de couleur aurait été plus efficace et plus évocateur. Une toute lecture est ainsi possible. Elle montre que c’est en Afrique du Nord et à un degré moindre, dans les pays du littoral de l’Afrique de l’Ouest que la fréquentation universitaire est la plus forte, et non en Afrique centrale et de l’Est. Cet exemple souligne simplement qu’il est nécessaire de connaître les codes de la sémiologie graphique, aujourd’hui largement accessible sur le web, par exemple grâce à ce cours proposé par l’Atelier de cartographie de Science Po. Ou encore, grâce aux ressources offertes par le logiciel Philcarto et sa documentation, qui fournissent un nécessaire pour démarrer.
Ma carte des étudiants en Afrique a été justement réalisée grâce à ce logiciel Philcarto, conçu par le géographie Philippe Waniez, qui le diffuse gratuitement sur son site, avec un mode d’emploi, de nombreux exemples et divers jeux de données géographiques. A la fois très simple et très puissant, facile à utiliser pour démarrer mais doté de fonctions d’exploration des données très avancées, c’est un outil à connaître et à promouvoir. Waniez revient sur ses principes (en particulier, il explique pourquoi il refuse d’en divulguer le code source et de s’inscrire dans la catégorie des logiciels libres) et sur les usages possibles du logiciel dans un article récent de Cybergéo, “Philicarto, histoire de vie d’un logiciel”. Il y dresse notamment un bilan des usages qui en sont fait. Il regrette une diffusion encore trop limitée, surtout hors de France : les utilisateurs sont essentiellement français et un peu brésiliens (car Waniez a beaucoup travaillé au Bresil). Je pense que l’une des raisons est bien, comme le souligne Waniez, la place occupée par les logiciels de SIG, et le manque de formation à la sémiologie cartographique.

Pour ma part, en tout cas, je ne saurai trop recommander Philcarto aux lecteurs de ce blog. Je l’ai notamment beaucoup utilisé pour notre Atlas du Liban (nous signalons notre dette ici).

(*) : à vrai dire, le dossier comprend une autre carte fort laide, et tout aussi contraires aux bons usages cartographique, sur les ressources naturelles en Afrique, que je ne discuterai pas ici.


3 réflexions sur « Philcarto: pour l’amour de la cartomatique »

  1. Ping : Tweets that mention Philcarto: pour l’amour de la cartomatique | Rumor -- Topsy.com

  2. RjG

    J’aime beaucoup l’exemple de mauvaise carte que tu donnes… Voir de mauvaises cartes est toujours éclairant: en cours de cartographie numérique, j’aime bien faire un petit jeu qui s’appelle \Good map, bad map\, et qui pioche dans la littérature des exemples de bonnes et mauvaises cartes. A noter la propension des institutions internationales à proposer des cartes pourries (mention spéciale à l’ONU).

  3. eric verdeil

    oui, c’est un bon jeu. Qd j’en trouve je les garde pour les montrer mais comme je n’ai pas d’étudiants sur ce thème…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.