Economies de la fascination

Economy of Fascination

Economy of Fascination

Je viens de recevoir le dernier livre d’Heiko Schmid, actuellement professeur à l’Université d’Iéna, et qui avait précédemment consacré sa thèse de doctorat à la reconstruction de Beyrouth.

Heiko Schmid, 2009, Economy of Fascination. Dubai and Las Vegas as Themed Urban Landscapes,  272 pages, 59 figures, 3 tables, 2 appendices, 24x17cm, 840 g, (Urbanization of the Earth, Volume 11), ISBN 978-3-443-37014-5, 34.90 € (couverture cartonnée).

Résumé:

Large investments in the real estate and tourism sectors and rising numbers of tourists and immigrants have led to a sustained boom in Dubai and Las Vegas.
At the same time, against the background of an urban governance and the transfer of competences to private and semi-state actors in both metropolises, a brisk urban transformation has been embarked upon, leading to the creation of countless entertainment, shopping, and artificial worlds. This development is primarily characterised by the theming of everyday life, but above all an “Economy of Fascination”. The casino and hotel landscapes simulating various scenes from Ancient Rome to modern New York, artificial islands in the shapes of palm trees or whole world maps as well as other superlatives in the form of themed shopping malls and sports arenas are the most visible results of these rapid changes. This paper develops guidelines for a research perspective called „Economy of Fascination“ and turns to Dubai and Las Vegas to exemplify the approach. An analytical understanding first builds on general trends and development lines against the backdrop of urban governance, entertainment orientation, and commercialisation. They form the starting point for an analysis of the mechanisms of „attention“ and „fascination“, which are considered to be the main aspects of an „Economy of Fascination“.

L’ouvrage comporte un substantiel état de l’art qui défend le projet d’une entrée par l’économie de la fascination, autrement par l’analyse de la production d’images et de représentation comme part intégrale du développement de ces deux villes (avec un large recours à la sémiotique). L’autre piste de lecture est celle d’une gouvernance urbaine de type entrepreneurial (corporate driven governance).

L’ouvrage comporte aussi un chapitre intitulé The Dark side of Success qui ne compte qu’une dizaine de pages. On a un peu l’impression que l’auteur ne l’a ajouté que par convenance et à l’évidence, ce n’est pas là ce qui l’a le plus intéressé. De surcroit, la date d’achèvement de ce qui était au départ une thèse d’habilitation, au moment de l’éclatement de la bulle financière et immobilière (quelques données sont fournies pour Las Vegas) ne lui a pas permis un état des lieux approfondi des conséquences du krach de ces derniers mois à Dubai.

L’étude des deux exemples est menée en parallèle — peut-être un peu trop et on aurait pu souhaiter qu’elle soit davantage entrecroisée et qu’elle souligne davantage leurs décalages et explicite mieux leurs spécificités. Pour autant le corps principal de l’ouvrage est nourri d’intéressants schémas, photos, documents cartographiques et d’une analyse des principaux acteurs et modes de régulation à l’œuvre  dans les deux villes qui sont fort utiles.

Dernier point remarquable : la thèse d’habilitation a été écrite en allemand et il s’est trouvé un éditeur (allemand) pour la traduire et la diffuser en anglais — il n’est pas fait mention de subvention.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.