Marseille, ville duale

Quelques notes et photos sur la visite conduite par Julien Dario pour les étudiants STU à Marseille le 7 février 2024.

Rendez vous à la station Bougainville, et observation depuis la passerelle du front urbain d’Euroméditerranée remontant vers les quartiers populaires qui marquent le début des “quartiers nord” de Marseille, qu’il s’agisse de cités d’habitat collectif, comme Félix Piat, ou de bâti ancien où abondent les logements loués dans des immeubles souvent très vétustes voire insalubres.

La passerelle enjambe une deux fois deux voies qui constitue une rupture dans un tissu urbain destiné à faciliter la circulation automobile et des camions à proximité du port.

La cité Félix Piat fait partie d’un vaste programme ANRU pour Marseille, qui se traduit notamment par l’aménagement de nouveaux espaces verts. Julien Dario insiste sur le moment très difficile qu’a été le COVID pour ces cités.

Julien Dario nous raconte que lors d’un atelier avec des enfants de la Cité Félix Piat, basé sur des exercices de cartographie, ils ont demandé aux enfants leur adresse. Beaucoup ne la connaissait pas. Il est apparu que la Cité, située sur une seule parcelle comprenait plus de 5000 logements. A l’inverse, les nouvelles opérations comme sur la photo de gauche, juste en face de la Cité, font au contraire l’objet d’une résidentialisation, les parcelles (re)découpées étant délimitées afin de matérialiser les limites des domaines publics et privés, d’instiller un sentiment de responsabilité et aussi de clarifier les responsabilités en matière d’entretien de l’espace public entre la municipalités et les bailleurs sociaux.

Il est encore tôt, les “choufs”, les guetteurs qui surveillent les intrus pour protéger les trafiquants de drogue, ne sont pas encore réveillés. En face, dans un immeuble rénové et résidentialisé, un chien laissé sur le balcon nous observe avec curiosité.

Nous prenons ensuite le métro, direction Sainte Marguerite, quartier situé derrière le stade Vélodrome, au sud de Marseille. Ces quartiers sont ceux où se développent depuis les années 2000 une fermeture de quartiers, souvent pavillonnaires, parfois assez anciens, datant des années 1920-1930, de classe moyenne ou plus aisés, voire carrément bourgeois (Perrier, Roucas Blanc). Il y en avait plus de 1500 en 2014.

Julien Dario analyse les mécanismes qui expliquent ce processus de fermeture. La voirie de ces lotissements est restée privée, alors que la réglementation stipule qu’une fois les travaux achevés, elle devrait être rétrocédée à la municipalité. Mais entre l’inertie des copropriétaires et celle de la municipalité, qui laissait faire une urbanisation selon un régime libéral, comme le décrivait Marcel Roncayolo, il n’en a rien été. Pour cette dernière, aux services très mal dotés, récupérer cette gestion aurait impliqué du temps, des opérations administratives et aurait aussi occasionné des charges pour l’entretien de cette voirie. Les copropriétaires, eux, géraient à minima les charges d’entretien. Pour les élus, cette situation pouvait même occasionner des bénéfices politiques. Il n’était pas rare qu’ils fassent malgré tout réparer des nids de poule par des entreprises en lien avec la ville, mais sous la forme d’un service appelant en retour un vote favorable… (les entreprises elles-mêmes étant trop heureuses de rendre un petit service en fin de journée, aidant à l’obtention d’un nouveau contrat).

Depuis les années 2000, plusieurs facteurs conduisent les copropriétaires à faire fermer les accès des rues de leurs lotissements. Pour le quartier dans lequel nous sommes, Coin joli, proche du Vélodrôme, la question du stationnement les jours de match semble avoir été un élément déclencheur, notamment au moment de la Coupe du Monde 1998. Par ailleurs, la croissance du sentiment d’insécurité et le constat que la fermeture permet une augmentation de la valeur immobilière des maisons sont d’autres raisons citées par les habitants. Des caméras fixées sur des pylônes semblent d’ailleurs braquées sur nous mais Julien Dario doute qu’elles soient réellement en fonctionnement, car exploiter leurs images impliquerait un coût élevé sans doute inabordables pour ces copropriétaires. Il faut encore des homme derrière les écrans…

Pour la collectivité, les inconvénients de la fermeture sont nombreux. Ainsi, l’accès à l’école, qui se faisait via la rue principale de ce lotissement, est rendu impossible. L’entretien des poteaux électriques n’est plus possible, faute d’accès au quartier et ces derniers menacent de tomber. Il est question de les retirer, ainsi que l’éclairage public. En revanche, les camions de ramassage des poubelles font quand même leur tournée : ils disposent des clés ou des bips de très nombreux quartiers. Il aurait été impossible de réserver un espace pour les poubelles de tous les habitants à l’entrée du quartier. Nul doute que ces derniers se seraient opposés fortement à cette perspective, les obligeant à des trajets de parfois plusieurs centaines de mètre avec leurs poubelles. La question de la sécurité incendie se pose également : la question est discutée mais je ne me souviens plus des détails de la réponse. Dans certaines zones boisées, les pompiers ont émis de fortes objections, d’autant que des cas d’incendie ont eu lieu.

La municipalité ne dispose d’aucun moyen légal d’empêcher les fermetures, alors que cela constitue pourtant une gêne à beaucoup d’égard. En particulier, il est impossible de démonter un portail une fois installée, au nom du respect de la propriété privée. La municipalité tente parfois d’anticiper mais, une fois encore, la faiblesse des moyens humains affectés au service de la voirie n’offre pas beaucoup de marges de manœuvre.

Nous cheminons vers une cité HLM voisine. Nous franchissons pour cela plusieurs portails ou dispositifs empêchant la circulation automobile. Entre cette cité et celle qui la jouxte, un mur vient d’être reconstruit. La précédente barrière avait été démoli par des habitants visiblement excédés de devoir faire un long détour pour rejoindre l’école ou le tramway voisin. Le mur reconstruit est un obstacle sérieux, mais pas pour tous. Deux enfants le franchissent avec souplesse et facilité, si vite que j’ai à peine eu le temps d’immortaliser l’un d’eux en plein exploit!

Pour aller plus loin

Dario, Julien. 2019. Géographie d’une ville fragmentée : morphogenèse, gouvernance des voies et impacts de la fermeture résidentielle à Marseille, Thèse de doctorat, Aix-Marseille.

Dorier, Elisabeth, Berry-Chikhaoui, Isabelle et Bridier, Sébastien. 2012. « Fermeture résidentielle et politiques urbaines, le cas marseillais », Articulo – Journal of Urban Research, n° 8.

Dorier-Apprill, Elisabeth, Audren, G., Garniaux, J., Stoupy, A. et Oz, R. 2008. « Ensembles résidentiels fermés et recompositions urbaines à Marseille », Pouvoirs locaux, n° 72, p. 92‑98.

Roncayolo, Marcel. 1996a. Les grammaires d’une ville : essai sur la genèse des structures urbaines à Marseille, Paris : Éd. de l’École des hautes études en sciences sociales.

Roncayolo, Marcel. 1996b. Marseille: les territoires du temps, Paris, France : Éditions locales de France / Actes Sud.

Carnet de recherche Urbanicités, animé par Elisabeth Dorier et son équipe de chercheurs (dont Julien Daria) https://urbanicites.hypotheses.org/ Voir notamment la présentation par Elisabeth Dorier d’un bilan de 15 années de recherche collective, qui ont fait l’objet de l’exposition Marseille Privatopia : https://urbanicites.hypotheses.org/marseille-privatopia



Citer ce billet
Eric Verdeil (2024, 17 février). Marseille, ville duale. Rumor. Consulté le 19 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vuy0

2 réflexions sur « Marseille, ville duale »

  1. Rebeca Alfonso

    Je travaille sur le processus de délocalisation du Musée national des arts et traditions populaires – mucem. Merci pour ce récit et les photos de cette ville à plusieurs visages. Bravo pour le courage de se promener à travers la cité Felix Prat. Dans mon travail de terrain je n’en ai pas osé. Merci.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.