Un livre, un blog?

Plusieurs auteurs utilisent leurs blogs pour soumettre à leurs lecteurs les premières versions de leurs livres. C’était le cas de l’économiste et banquier Jean Peyrelevade (l’idée m’a intéressé mais pas tellement le sujet du livre et je ne sais pas où en est vraiment le processus…), de même que de Marin Dacos et Pierre Mounier à propos de leur ouvrage sur l’édition numérique (billet 1, billet 2, billet 3). Certains, comme François Quinton, se demandent si les nouveaux rapports blog-livre ou livre-blog ne sont pas appelés à se développer à travers de nouvelles pratiques. On peut penser en particulier à une fonction de suivi, mise à jour, correction et discussion d’un livre déjà publié.

Sur La vie des idées , une recension du livre A Failure of Capitalism de Richard Posner signale justement une telle pratique, à propos d’un livre trop vite écrit et qui mérite quelques ajustements :

« Écrit en réponse à une actualité brûlante, l’ouvrage a été rédigé très rapidement, et cela se sent. […]

La qualité matérielle de l’ouvrage, solide, compact, servi par une typographie soignée et aérée, ainsi que la vigueur de la prose de Posner, permettent le plus souvent de passer au-dessus de ces faiblesses de structure. Certaines répétitions et digressions peuvent toutefois fatiguer à la longue le lecteur qui a compris l’idée générale. La possibilité d’une rapide obsolescence de certains points est reconnue par Posner, qui a ouvert un blog dédié à l’actualisation du contenu du livre. Face à la multiplication de tels ouvrages de circonstance, souvent vite périmés, la mise en place d’un tel suivi, si elle s’avère à la hauteur du texte imprimé, doit être soulignée comme un progrès notable de ce secteur de l’édition et un exemple à suivre. »

On peut y voir il est vrai plutôt une régression par rapport à l’idée du livre mûri, fignolé, et livré au public comme un objet fini. Mais sans doute tous les livres n’ont ils pas la même temporalité, et la rapidité de la prise de parole peut être préférable à une pensée mieux assurée mais offerte au public visé trop tard?  Cela pose certainement la question du rôle de l’éditeur. Doit-il être un accoucheur de livres bien mûris et relus ou doit-il privilégier l’actualité et le marché éditorial qu’elle détermine ?

En tout cas, ce blogging post-publication représente certainement un prolongement utile de tout ouvrage.  On peut bien imaginer qu’un chercheur ouvre un blog (ou utilise le sien) pour répondre aux remarques de ses lecteurs et aux recensions critiques de son livre…


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *