L’Anthropocène qui se fabrique sous nos yeux : visite du site de valorisation des terres excavées de Villeneuve-sous-Dammartin (77)

Le 23 septembre dernier, j’ai participé à l’escape game organisé par la société ECT visant à faire découvrir son site de valorisation des terres excavées de Villeneuve-sous-Dammartin, non loin de Roissy. Agnès Bastin, dans son travail doctoral  (prix de la meilleure thèse sur la ville 2023) sur la gouvernance du métabolisme des terres en Ile-de-France (voir aussi le livre issu de sa thèse), a analysé en détail l’activité d’ECT qui opère essentiellement en Ile-de-France et a aménagé plusieurs parcs à partir de terres excavées comme leur site de Moissy Cramayel au sud de la Seine et Marne. ECT est également impliquée dans le projet Cycle Terre, visant à la création d’une fabrique de produits de matériaux de construction en terre crue. Même si son activité commence à devenir publique, elle reste intrigante. Elle pratique l’aménagement paysager à partir de matériaux qui sont techniquement des déchets, quoique inertes, c’est-à-dire non-polluants et cela, à une échelle massive même si la localisation périphérique de ces projets les laisse largement sous les radars. Cette visite ludique, à laquelle environ 400 personnes ont participé selon la société, a été l’occasion d’observer directement la fabrique de ces transformations périurbaines, et par là même celle des nouveaux reliefs de l’anthropocène, cette époque géologique où l’humanité est devenue un moteur de la transformation de la forme de la croute terrestre, au même titre que la tectonique ou l’érosion.

Le site vu sur Google Map (cliquer pour grossir)

 

 

 

 

 

Une géologie alimentée par les matériaux de chantier et les terres excavées

On l’ignore trop souvent mais les terres excavées constituent, après l’eau, les plus importants flux de matière dans nos villes. Les volumes considérables de matériau produits en creusant les trous nécessaires à la construction des parkings, immeubles, routes et autres infrastructures doivent bien être entreposés quelque part. Une partie peut être employée sur place pour reboucher les excavations, une autre partie est réutilisée sur des chantiers routiers pour stabiliser le sol, à quoi s’ajoute le comblement de carrières qui est le principal exutoire (8 Mt/an).

Mais que faire de ce qui reste et qui est vraiment très important ? Des sociétés privées comme ECT sont des gestionnaires de ces terres et concrètement, aménagent des sites où ces masses sont déposées. Cette activité est de plus en plus réglementée, et bloquer de vastes superficies coute cher. Aussi ECT a-t-il progressivement mis en place un modèle économique qui fait de lui un intermédiaire entre des entreprises qui cherchent à se débarrasser de leurs terres inutilisées et des propriétaires de terrain qui acceptent de les mettre à disposition temporairement, avec la promesse d’une amélioration à la clé. Par exemple des zones de friches, des carrières désormais inutilisables, ou des parcelles agricoles qui seront exhaussées et recouvertes de terres de bonne qualité permettant la reprise d’une activité agricole après quelques années. Ou des parcs paysagers urbains.

Ce type d’aménagement a déjà existé dans l’histoire, notamment dans les villes ayant subi des destructions massives, comme Berlin et ses collines de Teufelsberg et Drachenberg, ou dans les villes touchées par de grands travaux d’infrastructure : en région parisienne, le parc Georges Valbon de La Courneuve a été édifié en remaniant des déblais provenant du périphérique, du trou des Halles ainsi que des travaux de creusement du RER (et l’entreprise chargée des travaux était d’ailleurs l’ancêtre d’ECT). L’excavation et le transfert de terres et déblais en Ile-de-France sont constants mais le creusement du métro du Grand Paris Express vient intensifier la pression, et ECT multiplie les projets pour répondre à cette demande.

ECT continue à développer des projets, sur la base d’accords individuels et très localisés, avec des propriétaires privés ou des municipalités qui sont intéressées d’être parties prenantes de projets qui peuvent déboucher sur la réalisation de parcs paysagers sur leur territoire, pour un cout nul comme c’est le cas Moissy Cramayel que j’évoquais plus haut. C’est aussi le cas du site de Villeneuve-sous-Dammartin, qui est le plus grand d’Ile-de-France (environ 200 ha). Ces projets acquièrent une visibilité croissante, tant du fait qu’ils se multiplient que par la volonté d’ECT de leur donner plus de publicité. L’initiative de cet escape game ouvert au public en témoigne.

Source : ECT/ Antoine Grumbach : “Cette oeuvre multiple de Land Art va ainsi mettre en lumière, à l’échelle de l’Île-de-France, le spectacle de la limite de l’urbanisation au début du XXIème siècle.” https://www.groupe-ect.com/wp-content/uploads/2019/05/Les-nouveaux-Belvederes-franciliens-e1558108205544-1024×917.jpg.webp

Enfin, ces projets sont aussi présentés par ECT comme faisant partie d’une démarche paysagère à l’échelle de l’Ile-de-France, même si je ne crois pas que la région soit associée à ce concept d’une chaine de belvédères du Grand Paris venant marquer les limites de l’urbanisation régionale. Dans ce contexte, l’originalité du parc en construction de Villeneuve-sous-Dammartin est aussi d’être confié à une démarche de paysagiste, en l’occurrence l’architecte Antoine Grumbach qui a proposé une œuvre de Land Art pour la partie sommitale.

 

 

source : Les Yeux du ciel (c) Antoine Grumbach/ECT https://www.groupe-ect.com/les-yeux-du-ciel-un-ambitieux-projet-de-land-art-oeuvre-dantoine-grumbach-realise-avec-les-terres-excavees-des-chantiers-dile-de-france-et-soutenu-par-la-societe-ec/

Située sous l’aire d’envol de Roissy, elle est en cours d’aménagement sous la forme de deux vastes yeux contemplant les avions qui la surplombent, et s’offrant en retour au regard des touristes qui atterrissent à Roissy ou en décollent.

Ces initiatives visent aussi, probablement, à sensibiliser un large public aux bénéfices de tels projets alors qu’au cours de leurs réalisations, ils peuvent entrainer des nuisances, notamment lors du passage des camions ainsi qu’avec la production de poussières tant que le site n’est pas achevé, sans parler d’éventuels écoulements intempestifs d’eau lors d’épisodes pluvieux intenses qui peuvent entrainer des sédiments et l’apparition de zones boueuses. ECT a d’ailleurs aussi financé le travail d’une photographe, Anne-Marie Filaire, qui s’est intéressée à ces paysages en cours de formation, et a édité le livre qui en issu.

En direct depuis la fabrique des paysages de l’anthropocène

En participant à cet escape-game mon objectif était de prendre la mesure d’un tel site et de voir ses paysages en formation. Je partage donc quelques photos et quelques réflexions sur ce que j’y ai perçu.

Le site depuis la route d’accès entre Le Mesnil Amelot et Villeneuve-sous-Dammartin

Le site n’est accessible qu’en voiture, en traversant toute la zone aéroportuaire de Roissy et en débouchant sur un plateau qui surplombe légèrement les pistes au nord-est. Il s’agit d’un vaste terrain de 200 ha entre Le Mesnil-Amelot et Villeuneuve sous Dammartin, qu’il n’est pas aisé d’identifier. Si, en effet, il forme une butte surplombant la plaine d’une cinquantaine de mètres, il se présente comme une longue épaule dont une bonne partie est déjà recouverte de végétation ou de champs, puisque cela fait près de 20 ans que son aménagement a commencé, sur d’anciennes zones agricoles.

Toute la partie Est, en particulier, semble complètement achevée même si elle n’est pas ouverte au public. On y trouve des zones cultivées, des vergers, des zones boisées et des prairies, au milieu desquelles des ruches sont installées. Un espace, inaccessible le jour de la visite, a été aménagé en steppe pour permettre à un oiseau rare et menacé (dont j’ai oublié le nom) de revenir y nicher. Cet aménagement fait l’objet d’une contractualisation avec la direction régionale de l’environnement et ECT perçoit donc pour cela des crédits “compensation”, dans le cadre de la renaturation destinée à compenser la destruction d’espaces naturels ailleurs.

La partie la plus spectaculaire du site est formée des alvéoles qui reçoivent actuellement les terres extraites par les tunneliers du Grand Paris Express. Ces terres qui sont totalement liquides et déstructurées doivent être contenues dans de vastes caissons de plus de 20 m de profondeur comme on le voit ci-dessus. Elles y forment d’immenses nappes qui sèchent tout en conservant la trace du mouvement qui les a ainsi étalées. Une fois remplies, ces alvéoles sont recouvertes de terres plus fermes, bien tassées, puis d’une couche de terre agricole (elles-mêmes transférées depuis des sites agricoles urbanisés).

C’est sur une telle zone qu’est aménagée le premier œil de Grumbach, en creux . Proche des pistes d’envol, il doit en effet respecter une limite de hauteur pour ne pas gêner les radars. Le deuxième œil sera pour sa part modelé plus en relief, au-dessus de ce qui est encore une vaste alvéole où se répand une boue qui évoque un paysage apocalyptique, comme à la suite d’une immense inondation ou une coulée de lave sur le flanc d’un volcan. Le retrouver dans les pliures d’un origami à partir du document de jeu était l’objectif ultime de l’escape game.

Partout sur le site, des engins de chantier gigantesques, aux roues immenses, témoignent de la puissance mécanique mise en œuvre pour former ces nouveaux paysages artificiels qui sont les reliefs de l’anthropocène.

Conclusion

Vue d’avion

ECT vante sur son site web et auprès de ses clients institutionnels ce type de projets comme relevant d’une économie circulaire concrète, au sens où des rebuts de l’aménagement et de l’urbanisation sont réutilisés dans ces parcs paysagers, qui remplissent de multiples fonctions sociales et écologiques (nouveaux espaces de loisirs, accueil d’oiseaux, contribution à la biodiversité, confinement des pollutions puisque seules des terres inertes, non polluées sont employées, les autres étant recouvertes). Si l’on admet la circularité, il faut aussi bien entendre résonner le mot “économie” dans toute son acceptation : ce type de parc représente une extension du domaine du marché. On peut aussi noter que cette économie circulaire n’est pas l’incarnation d’une quelconque sobriété en matière d’usage des ressources naturelles. Au contraire, elle est la conséquence d’une fuite en avant de l’urbanisation, en avant et d’ailleurs également en profondeur (cf. les tunnels du Grand Paris Express). Ces belvédères qui sont supposés matérialiser la limite de la région parisienne soulignent surtout son extension continue, et ne marquent pas un freinage. Dans ce sens, l’anthropocène est le résultat d’une accélération de l’action géologique de nos sociétés, aux effets spatiaux massifs et durables. L’anthropocène apparaît ici non seulement dans la matérialité de nouvelles couches stratigraphiques composées des rebuts de nos chantiers, mais il s’affiche aussi à travers de nouveaux reliefs, sculptés non pas à mains d’homme, mais par l’alliance de l’acier et de l’énergie tirée des hydrocarbures1 qui font hurler les moteurs des engins de travaux publics, sous les ailes des avions qui se succèdent toutes les deux minutes dans le ciel des terres du pays de Goële.

Quelques pistes de lecture

Ces réflexions doivent beaucoup au travail de thèse d’Agnès Bastin déjà évoqué, dans le cadre notamment du projet Cycle Terre. Je lui adresse mes sincères remerciements pour ses analyses inspirantes.

  • Agnès Bastin, 2023. Gouverner le métabolisme : les terres excavées franciliennes, Paris : PUCA. En ligne : https://www.urbanisme-puca.gouv.fr/IMG/pdf/metabolisme_terredefweb.pdf
  • Agnès Bastin et Eric Verdeil, 2023, « Le métabolisme des déblais franciliens comme exemple d’anarchie organisée ? », in Francesca Artioli, Patrick Le Galès (dirs.), Au-delà de la fragmentation. Anarchie organisée et intégration de l’action publique en région parisienne, Paris, Presses de Sciences Po, p. 189-210. 
  • Mathieu Fernandez, 2018. « La strate du sol d’une mégapole : observations localisées sur l’Anthropocène. Les couches issues des périodes préindustrielle et industrielle à Paris », Géocarrefour, vol. 92, n° 92/2. En ligne: http://journals.openedition.org/geocarrefour/12016 
  • Filaire, Anne-Marie. 2020. Terres. Sols profonds du Grand Paris, Paris : La Découverte/Dominique Carré éditeur.
  • Marie-Laure Garnier et Moquay, Patrick. 2022. « Fronts de terres, géographie des relations urbaines et rurales par le biais des terres excavées en Île-de-France », Projets de paysage. Revue scientifique sur la conception et l’aménagement de l’espace, n° 27. En ligne : https://journals.openedition.org/paysage/31374 (article découvert après la rédaction de ce billet et qui évoque aussi le chantier de Villeneuve-sous-Dammartin)
  • Éric Verdeil, 2021. « Terres et sols du Grand Paris : quand les disciplines artistiques questionnent un choc métabolique ». Working Paper dans le cadre du projet Cycle terre. En ligne : https://shs.hal.science/halshs-04223778
 
 

Je me permets enfin de citer la carte élaborée en croisant les travaux d’Agnès Bastin et de Mathieu Fernandez pour l’Atlas des mondes urbains (2020, p.81) qui met en évidence le substrat matériel de la carte des belvédères d’Ile-de-France de Grumbach et ECT.

PS : j’en profite pour signaler une prochaine rencontre Flows and Sinks: Buildings and Their Materials in Paris, organisée par le Columbia Global Centers in Paris le 7 novembre 2023 à 17h. Renseignements et inscriptions ici.



Citer ce billet
Eric Verdeil (2023, 21 octobre). L’Anthropocène qui se fabrique sous nos yeux : visite du site de valorisation des terres excavées de Villeneuve-sous-Dammartin (77). Rumor. Consulté le 18 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tu5j

Notes _____________________
  1. même si ECT communique sur la décarbonation de ces engins dont une partie évolue vers des véhicules électrifiés []

2 réflexions sur « L’Anthropocène qui se fabrique sous nos yeux : visite du site de valorisation des terres excavées de Villeneuve-sous-Dammartin (77) »

  1. Gilles Meeus

    Il faut arriver à cette carte en fin d’article pour voir l’expression “stockage de déchets inertes”. Au fond, cette présentation en tant que “aménagement paysager” est une forme de greenwashing…
    Il serait intéressant de rapprocher cette activité de la constitution de “terrils” (ou crassiers, pour certains) de charbonnages durant deux siècles, autre image de l’anthropocène comme activité géologique de l’humanité. Là aussi, on se préoccupa (en Belgique) de 1/ faire brûler les terrils pour les stabiliser et écarter les effondrements, 2/ et ensuite de les boiser (XIXe) 3/ d’y puiser des remblais pour des usages tels les autoroutes (’70) 4/ de les retraiter ( (les plus anciens) vers 1975-80 pour extraire du charbon qu’on ne pouvait trier jadis et 5/ donc de proposer de nouveaux aménagements, parfois paysagers et écologiques…
    (trouvé votre intéressant billet par Rezo…)

  2. Eric Verdeil Auteur de l’article

    cher monsieur, merci beaucoup de votre intérêt. Rezo est un grand moyen de faire circuler à bas bruit les informations. En effet, il y a du green washing dans cette mise en scène des collines de déchets. Je partage votre avis sur l’intérêt d’intégrer les terrils et les formes d’aménagement dont ils ont fait l’objet au fil des années. J’ai eu l’occasion il y a peu de visiter des terrils proches de Lens, en France, qui sont ouverts au public et partiellement aménagés. Je me demande si cela a été étudié systématiquement, et de manière comparée, avec la Belgique, la Ruhr, l’Angleterre. Sujet qui serait très intéressant…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.