Tensions et coexistence entre Libanais et Syriens dans les rues et quartiers de Beyrouth

Photo du lieu d’une bagarre générale à Dora, banlieue est de Beyrouth, le 6/10/2023 @lebanondebate https://www.lebanondebate.com/news/616934

Le récit d’un accrochage entre deux Libanais qui devient une bagarre générale entre Libanais et Syriens dans le quartier populaire majoritairement chrétien de Dora, à l’Est de Beyrouth, s’inscrit dans la chronique quasi-journalière des tensions et du ressentiment qui montent contre la présence des déplacés et réfugiés de la guerre en Syrie, installés en masse dans les banlieues de Beyrouth et dans d’autres régions du pays. Plusieurs articles de L’Orient-Le Jour rapportent ces informations depuis quelques jours. L’opacité des chiffres permet toutes les rumeurs quant au nombre de présents sur le territoire libanais. Alors que les données de l’UNHCR indiquent environ 800.000 personnes, ce qui est une sous-estimation admise puisque tous ne sont pas inscrits, les autorités libanaises et diverses officines statistiques aux méthodes imprécises et douteuses évoquent 2 millions, voire 2,5 millions de personnes. Si certains réfugiés sont rentrés, d’autres sont venus, légalement ou pas, pour travailler au Liban.
On leur reproche de prendre le travail des Libanais, d’être des délinquants, d’exploiter leurs enfants, et d’envahir les espaces publics. Les rumeurs les plus folles circulent sur les revenus qu’ils recevraient de la part des agences des Nations-Unies, notamment l’UNHCR, alors qu’ils sont loin de tous recevoir des aides, et celles-ci, quand elles existent, sont bien plus faibles que ce qui est dit. Les pouvoirs publics locaux et nationaux multiplient les mesures de contrôle et même d’interdiction de déplacement… Des hommes politiques de tous bords réclament un retour massif, faisant semblant d’ignorer que le régime syrien brime voire oppresse brutalement ceux qui rentrent, sachant que nombre d’entre eux se sont engagés contre lui. De plus, la “reconstruction” des villes syriennes se fait largement via une dépossession systématiques des biens fonciers et immobiliers des déplacés. Les pays occidentaux et les agences humanitaires qui défendent l’impossibilité d’un retour sont à juste titre accusées d’hypocrisie étant donné leurs propres refus d’accepter sur leur sol les migrants. La France, qui n’a admis que 38.000 Syriens depuis 10 ans, figure sur la plus haute marche du podium de la mauvaise foi.

Capture d’écran de la vidéo de Synaps And we fix… maintenance in Lebanon

Une forte interdépendance économique
Dans ce contexte passionnel et souvent ouvertement raciste, et sans nier la profonde crise économique et morale que vivent les Libanais, sans nul doute accentuée par la lourde présence d’une population également démunie et désemparée, il convient pourtant de souligner l’évidence des interdépendances économiques qui se sont nouées depuis une dizaine d’années entre les deux populations. C’est ce que soulignent très justement deux publications de Synaps. La première dans un bref article qui sonne comme un éditorial, et la seconde dans une série thématique “Essential Workers” de vidéos qui documentent sur le terrain la contribution essentielle des travailleurs syriens dans de nombreux domaines, non seulement les secteurs d’activité en recherche de bras bon marché et peu qualifiés, comme l’agriculture ou le BTP (qui est en berne aujourd’hui il est vrai) mais aussi d’autres secteurs. Ainsi, la petite logistique urbaine semble essentiellement assuré par des travailleurs syriens. C’est aussi le cas de la réparation mécanique et électronique, comme l’illustre aussi une belle chronique de Charif Majdalani sur les artisans réparateurs d’appareils de climatisation (“Les hiéroglyphes de l’électricité”, dans La Croix).

La location informelle aux migrants syriens comme ressource pour les bailleurs libanais

J’ai eu la chance cette semaine de participer au jury de thèse de Rouba Kaedbey, à l’Université de Tours, qui présentait sa recherche intitulée Le marché locatif informel dans les quartiers non-réglementaires. Vecteur de transformations urbaines et révélateur des inégalités socio-spatiales. Le cas de la banlieue sud de Beyrouth. Son travail sera prochainement, espérons-le, disponible en ligne et en attendant on peut lire d’elle plusieurs articles (ici, ). Co-réalisatrice d’un intéressant documentaire sur le quartier de Ouzaï en 2021, où elle montrait la cohabitation dans la banlieue-sud de Beyrouth entre familles libanaises et migrants, souvent réfugiés, syriens, qui occupent des appartements miséreux. Cette thèse comporte plusieurs analyses remarquables, dont deux faits qui méritent d’être brièvement soulignés en rapport avec le sujet de ce billet. D’abord, l’arrivée massive des Syriens et leur installation dans les villes libanaises a représenté pour un bon nombre de propriétaires souvent eux-mêmes modestes la possibilité d’augmenter significativement leurs revenus, en louant à des tarifs unitaires élevés et pour un confort sommaire des pièces de leur propre logement ou des étages ajoutés à cette fin. Une bonne partie des aides reçues par les familles syriennes revient donc dans des poches libanaises, permettant même à certains de s’élever socialement et de quitter leur quartier d’origine. Un vaste secteur locatif informel s’est développé dans ces quartiers (70% des ménages locataires à Horch El-Qatil étaient syriens selon une enquête de 2016), et c’est la même chose qu’on observe dans les quartiers populaires de l’Est de Beyrouth, de Nabaa à Dora et au-delà: l’absence de règles et la tolérance des autorités libanaises pour ces pratiques locatives permettent en fait la survie de nombreux ménages de classe modeste, au prix de nombreux abus contre lesquels il est difficile de se défendre. Dans ces quartiers, cohabitent donc plusieurs groupes sociaux : réfugiés et migrants syriens, migrants internationaux même si leur nombre a diminuer, et Libanais, propriétaires ou locataires. Leur coexistence est marquée par de fortes ségrégations et des tensions mais au quotidien les interdépendances, dans le travail en particulier, sont nombreuses. Les migrants syriens savent aussi naviguer dans ces espaces souvent hostiles mais où ils peuvent aussi trouver des ressources et offrir des services appréciés pour leur qualité et leurs prix modérés.

Une classe politique qui alimente les tensions
L’évolution du discours public au Liban sur cette question est effrayante, en même temps qu’elle rend toute prise de parole piégeuse, clivante et inaudible pour ceux qui ne partage pas votre position. Quelles que soient les perceptions et les justifications populaires à la montée de cette colère, il faut en particulier retenir le rôle des politiciens, incapables de réagir face à une crise économique qu’ils ont eux-mêmes amplifiés, et qui jouent sur ce dossier pour faire avancer leurs intérêts personnels sans craindre d’alimenter la haine, au risque de débordements violents. Pourtant, la réalité de la vie quotidienne montre que la société libanaise est largement dépendante de la présence d’un sous-prolétariat qui permet à des fractions non-négligeables de la population de limiter malgré tout leur déclin.



Citer ce billet
Eric Verdeil (2023, 8 octobre). Tensions et coexistence entre Libanais et Syriens dans les rues et quartiers de Beyrouth. Rumor. Consulté le 18 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tu5i

2 réflexions sur « Tensions et coexistence entre Libanais et Syriens dans les rues et quartiers de Beyrouth »

  1. Eric Verdeil Auteur de l’article

    J’apprends aujourd’hui (21/10/2023) dans une conversation avec un habitant de la banlieue sud que dans le contexte de la guerre de Gaza et des craintes de ses répercussions au Liban, les pouvoirs locaux (municipaux et partis qui les contrôlent) entreprennent de mettre fin à la relative tolérance dont bénéficiaient commerçants et travailleurs syriens (par ex. les concierges) dans la banlieue-sud. Plusieurs magasins feraient l’objet de fermeture à Ghobeiri, des concierges seraient remerciés, etc. Dans l’idée de pousser ces travailleurs à rentrer en Syrie, ou du moins de les pousser vers d’autres quartiers.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.