Paris animal – cohabiter la ville avec les animaux, oui mais lesquels?

L’exposition Paris Animal se tient au Pavillon de l’Arsenal jusqu’à la fin septembre 2023. Coordonnée par les architectes Henry Boni et Léa Mosconi, elle propose un regard intéressant sur la présence animale dans Paris depuis 2000 ans environ, à travers 44 récits, ou vignettes. Dans le contexte des bouleversements écologiques actuels, et notamment de l’érosion rapide de la biodiversité sous l’effet de notre société industrielle et urbaine, elle plaide pour l’aménagement d’une place plus accueillante à ces vivants qui se meuvent autour de nous, dont nous avons souvent oublié l’existence.

Organisée dans un haut-lieu de la promotion de l’architecture et de l’urbanisme parisien, l’exposition mobilise logiquement un grand nombre d’images d’objets d’architecture ou d’espaces publics : bâtiments ou lieux abritant des animaux, tels que des marchés aux bestiaux, des écuries ou des vacheries, des ménageries, etc.. On s’ébahit devant la vidéo de la Place de la Concorde où se croisent un grand nombre de véhicules attelés et tirés par des chevaux (environ 80.000 équidés dans Paris au début du vingtième siècle). Ce montage de films d’époque montre un espace tout sauf apaisé, où il n’est pas certain que le piéton fût plus à son aise que parmi les trottinettes et les vélos tant décriés aujourd’hui ! La présence animale est aussi, dans cette exposition, saisie à travers des représentations symboliques, telles que des statues et autres objets artistiques, renvoyant à un contexte écologique, économique et culturel qui est décrypté.

Même si la présence au quotidien des animaux n’est pas négligée, certaines dimensions peut-être plus triviales de cette vie animale au contact des humains sont relativement négligées. Certes, on parle de boucheries, de laiteries et d’écuries, mais d’autres animaux qui participaient à l’alimentation humaine sont oubliées (poulets,  porcs, …). Surtout, l’alimentation de ces animaux n’est pas abordée autrement que d’une manière anecdotique, par exemple à travers une photo représentant une charrette pleine de foin dans une rue de Paris à la fin du XIXe s. La consommation des déchets des repas humains par les animaux comme les porcs ou les poulets, dans une logique circulaire, n’est pas soulignée alors que cela semblerait conforme à l’esprit de l’exposition cherchant à repenser les liens, y compris donc matériels, entre humains et animaux. Les déchets animaux (excréments, cadavres) ne sont pas non réellement traités, sauf à propos de la création d’un cimetière pour les animaux de compagnie de la bourgeoisie, dans une île de la Seine.  C’est ainsi tout un métabolisme complexe au cœur de la vie urbaine qui est en quelque réduit au profit de l’image d’une coexistence dont les difficultés sont édulcorées.

L’accent principal est mis sur les mutations du rapport entre les humains et les animaux à partir du début du XIXe s., d’abord à travers une extension de la logique du contrôle, dans une logique hygiéniste et de gestion fonctionnaliste de la présence animale, par opposition à une vie animale plus “sauvage” auparavant. L’animal, dont la densité dans la ville n’a peut-être alors jamais été si importante, est en même temps mis à distance, devient un objet de contemplation dans les ménageries puis les zoos, et sans doute, même si l’exposition ne s’y attarde pas, un objet d’inquiétude qui justifie le contrôle vétérinaire. Cette période est un moment de rupture dans les relations  d’interdépendance entre humains et animaux qui existaient auparavant.

Par opposition à cet apogée de la présence de l’animal dans la ville que constitue la période antérieure à la Première guerre mondiale, le vingtième siècle ne bénéficie pas d’autant d’attention. On note également une plus insistance sur les animaux au service des humains, qu’ils se mangent ou qu’ils transportent, ainsi que sur les animaux de compagnie comme, en ce début de vingt-et-unième siècle, les 100.000 chiens et 250.000 chats de Paris – même si leur impact environnemental n’est pas questionné. Les oiseaux qui volent dans le ciel de la capitale ne sont pas oubliés, y compris leur inquiétante disparition actuelle.

Mais d’autres animaux ancillaires, quoique non désirés, restent à l’arrière-plan. Certes, on mentionne les rats et notamment le remplacement du rat noir par le rat brun, ou surmulot, à partir de la fin du 18e s. Mais d’autres petites bêtes qui n’appartiennent pas à la classe des mammifères, ni à celle des oiseaux, sont ignorés ou quasiment : mouches, moustiques, blattes, frelons ou encore les punaises de lit, fléau contemporain… Seul le catalogue y consacre un chapitre dû à la géographe Nathalie Blanc, qui en est une grande spécialiste. Pourtant, les mentionner aurait obligé à affronter certaines contradictions ou à tout le moins difficultés dans les solutions préconisées pour repenser et promouvoir la coexistence entre humains et animaux. La part belle est faite aux réflexions des architectes pour offrir aux oiseaux des refuges sur nos façades ou sous nos toitures, d’où les interventions contemporaines en faveur de l’isolation les expulsent. Mais si recréer des mares en milieu urbain serait utile pour favoriser la biodiversité nécessaire à des modes de vie plus écologiques et supposément résilients, faut-il le faire alors que déboule dans nos environnements urbains le dangereux moustique-tigre porteur de pathologies tueuses ou dangereuses comme le chikungunya ou la dengue ? On regrettera aussi, critique classique contre les expositions du Pavillon de l’Arsenal, outil de communication au service de la marie de Paris, que l’anneau du périphérique relègue les territoires animaux de la banlieue dans l’ombre, au-delà de la brève mention du retour du loup dans la forêt de Fontainebleau et de quelques cartes régionales peu aisées à lire.



Citer ce billet
Eric Verdeil (2023, 22 septembre). Paris animal – cohabiter la ville avec les animaux, oui mais lesquels? Rumor. Consulté le 18 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tu5h

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.