L’art pour saisir la ville : quelques publications plus ou moins récentes sur Beyrouth

Atallah, Chedly, Sophie Brones, et Emmanuel
Saulnier, éd. 2020. Beyrouth in situ. ENSBA Editions.

Beyrouth in Situ

Passé relativement inaperçu à cause du COVID, le recueil bilingue Beyrouth In Situ, édité par Chedly Atallah, Sophie Brones et Emmanuel Saulnier, paru en novembre 2019 rassemble un ensemble de textes, photos, dessins émanant tant de chercheurs en sciences sociales que d’artistes, femmes et hommes, de diverses générations, libanais.es ou passé.e.s par Beyrouth. Elles et ils font de la ville, de son espace urbain, de ses lumières et de ses couleurs, de ses textures et structures mais aussi de ses mots et de ses sons, le matériau de leurs réflexions et figurations, parfois assez abstraites. Dans ce beau livre, touffu et inégalement accessible aux lecteurs, en fonction de leur familiarité préalable avec la ville, avec sa topographie et son histoire, je signale quelques contributions qui m’ont particulièrement frappées, comme des entretiens avec Leïla Shahid (évoquant Jean Genet et Chatila), la photographe Sophie Ristelhueber, ou avec les urbanistes Jad Tabet ou Habib Debs. Certaines interventions s’efforcent de tisser des connexions entre Beyrouth et d’autres villes de la région, comme Sanaa (Franck Mermier), Damas (Omar Alasaad) ou Tunis (Chedly Atallah). Les liens avec Paris sont également très présents, ce qui renvoie aussi à l’identité du collectif éditorial.

Un questionnement central de l’ouvrage porte sur le rapport entre l’art beyrouthin et ses archives. Pascale Feghali et Roula Mattar-Perret, chacune à leur manière, entrelacent leur travail à une sorte de généalogie de l’art contemporain à Beyrouth. Cela m’a permis de retrouver, enfouis dans ma propre bibliothèque, deux volumes datant de 2002 qui constituaient des manifestes de l’émergence de ces nouvelles pratiques artistiques se saisissant de la ville et de sa matérialité comme prétexte et objet de création. Il s’agit du numéro 108 de la revue québécoise Parachute, aujourd’hui défunte et de Tamàss. Contemporary Arab Representations. Beirut/Lebanon 1, en fait le catalogue d’une exposition présentée à Barcelone par la Fondation Antoni Tapiès1.

Plusieurs contributeurs ou contributrices proposent une réflexion sur les paradoxes de la mémoire d’une ville que les conflits et les destructions ont éclaté en fragments qui défient la reconstitution. L’artiste Walid Raad et l’architecte Bernard Khoury, toujours provocants, livrent un court texte ironique, une « Proposition pour un site de musée à Beyrouth » (destiné à l’art contemporain), un site plutôt qu’un musée donc : « Ne nous précipitons pas pour montrer l’art du Liban sur des murs qui s’effritent, des lumières qui n’éclairent pas et des sols effondrés. » (p.321). Questionnement dubitatif sur la valeur de l’art contemporain, qui commande la patience, cet extrait signale aussi, à propos du cas de Beyrouth, le brouillage qui s’instaure entre le contenu et le contenant : et si la ville, dans son processus d’obsolescence et de délitement, était cela même qu’il fallait conserver (mais comment, puisqu’elle ne cesse de changer et de disparaitre ?), plus que les œuvres bavardes aspirant à entrer au musée?

Ali Cherri et Lina Mounzer, dans leur texte « Paysages tremblants », imaginent pour leur part un tsumani submergeant l’alors futur (mais toujours à l’état de projet aujourd’hui) musée historique de la ville de Beyrouth, prévu pour être construit au cœur des excavations archéologiques du périmètre de Solidere, en contrebas de la Place des Martyrs. L’évocation de cette catastrophe est crédibilisée par les dégâts subis par les musées de la région de Fukushima au Japon balayés par le tsunami de 2011, mais aussi par le souvenir du fameux raz de marée qui détruisit Beyrouth en 561. Les auteurs se demandent comment les futurs archéologues et muséographes devraient traiter les fragments dispersés de ce musée englouti, comment les dater et comment les remettre en collection : en restituant l’ordre des civilisations, à la manière des archéologues, ou comme traces des conflits et catastrophes les plus contemporains qui n’ont cessé de défaire Beyrouth mais de la fabriquer en même temps? Fiction prémonitoire en tout cas : Marina Silva, dans sa recension de cet ouvrage pour Le Monde Diplomatique, propose justement de prendre ce livre justement comme une sorte de pièce muséale, témoignage de « ce que l’explosion [du 4 aout 2020] emporte et ruine. »2.

Negotiating Conflict In Lebanon. Bordering Practices in a Divided Beirut
Issu d’une thèse de doctorat, ce livre de l’architecte et designer Mohamad Hafeda, aujourd’hui installé en Angleterre, propose une approche plus académique mais néanmoins en accord avec les démarches présentes dans Beyrouth In Situ dans sa manière de traiter cette question en apparence sociologique ou même politologique. En effet, les possibilités de la coexistence ou au contraire du conflit sont appréhendées à travers du recueil de traces matérielles, images, objets, sons que rencontrent les enquêtés, notamment dans leurs trajectoires et itinéraires le long des lignes de démarcation, en particulier entre les quartiers de Mazraa et Tariq el Jdidé, où se sont déroulés de violents affrontements en mai 2008. Dans une recension d’un ouvrage précédent, j’avais déjà attiré l’attention sur le travail prometteur de M. Hadefa3. Mentionnons aussi la belle recension que lui a consacré Assaf Dahdah dans Métropolitiques, « Beyrouth divisée? ».

Precarious Imaginaries of Beirut: A City’s Suspended Now

Naeff, Judith. 2018. Precarious Imaginaries of Beirut. A City’s Suspended Now. Palgrave McMilan.

Issu d’une thèse de littérature comparée, le travail de Judith Naeff, professeure à l’Université de Leiden, explore un riche corpus littéraire, cinématographique et plus largement des arts visuels au Liban, en montrant comment s’y déploie une conception de la temporalité qu’elle qualifie de « suspended now », un maintenant (ou un présent) suspendu, entre un passé devenu inaccessible à cause des ruptures de la guerre et un futur qu’il semble impossible de concevoir. Les analyses des représentations de la ville en train de se faire et en même de se détruire (excavations, remblais, décharges, démolitions…) sont parmi les aspects qui m’ont plus particulièrement stimulés et qui font écho à l’argument développé ci-dessus d’un art se nourrissant particulièrement des images et de la matérialité urbaine. En 2012, j’avais avec Chantal Verdeil analysé quelques œuvres représentatives de cet univers visuel (vidéo) dans un billet de ce blog.

Notes _____________________
  1. au moins un autre volume, sur Le Caire, a été publié dans la même série []
  2. Je remercie Sophie Brones pour l’envoi de ce livre []
  3. Je le remercie pour l’envoi de son ouvrage, que j’aurais du signaler bien plus tôt []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.