Un autre atlas urbain pour temps de confinement

C’est avec beaucoup de plaisir que j’ai reçu, mi-septembre, l’Atlas des villes mondiales, publié sous la direction de Charlotte Ruggieri, avec une cartographie assurée par Aurélie Boissière. Ce travail collectif apparaît comme le point d’orgue d’une entreprise éditoriale qui a maintenant pris sa place dans l’univers des revues de sciences sociales sur la ville : l’excellente revue Urbanités dont C. Ruggiéri est l’actuelle directrice, et qu’elle a fondée avec Flaminia Paddeu, Léo Kloeckner et Frédérique Célérier. Toutes et tous sont, avec Daniel Florentin et Marine Duc, également impliqué.e.s dans cette revue, les autrices et auteurs de cet atlas. Lancée en 2013, et publiée au rythme de 2 à 3 numéros par an, Urbanités se distingue par l’originalité des thématiques proposées, pleines d’imagination, aux titres évocateurs, en décalage affiché avec les approches académiques. De même, la revue affirme sa volonté de rompre avec l’écriture scientifique de plus en plus standardisée, dont le jargon, le style et la structure d’argumentation sont largement bannis des articles proposés. Enfin, Urbanités s’ouvre à une diversité de terrains urbains, qui permettent de comprendre les villes et les citadins dans des contextes multiples, dans une perspective résolument comparative et libérée de l’européocentrisme. Ce corpus d’articles fournit une inspiration directe pour le fond, mais aussi la forme (et le ton) de ce nouvel atlas, qui lui donne une nouvelle portée.

J’ai suivi cette initiative éditoriale avec d’autant plus d’intérêt qu’avec ma collègue Myriam Houssay-Holzschuch, alors maîtresse de conférences à l’ENS Lyon, nous donnions de 2006 à 2012 un séminaire dénommé Villes Territoires Mondialisations qui invitaient les étudiant.e.s de Master de géographie à internationaliser et à décentrer leurs regards sur les questions urbaines. Certain.e.s des autrices et auteurs de cet opus ont suivi cet enseignement, qui a peut-être, au moins modestement ai-je la faiblesse d’espérer, contribué à éveiller leur intérêt pour la recherche sur et dans les villes du monde. Surtout, je peux mesurer tout le chemin qu’elles et ils ont parcouru, en compagnie d’autres jeunes chercheurs : internationalisation des terrains de thèse, séjours à l’étranger, insertion dans les débats d’une géographie décomplexée et déprovincialiasée. Belle aventure d’une génération qui construit à travers ces objets éditoriaux collectifs ce que je n’ai pas envie d’appeler un courant ou une école de pensée mais en tout cas, un nœud dans un espace intellectuel en transformation rapide, entre montée de nouveaux enjeux globaux (l’urbanisation du monde, l’anthropocène, les inégalités globales, mais aussi de nouvelles mobilisations politiques transnationales, critiques et matrices d’espérances transformatrices, dont les villes sont les foyers) et émergence d’approches méthodologiques renouvelées (décentrement, approches multisituées, attention aux voix des dominées). Ces tournants sont pris sans renoncer pour autant à ce qui reste une signature d’une certaine géographie à la française1 exemplifiée fièrement par de tels atlas : un usage maitrisé, inventif, souvent impertinent d’une cartographie qui ne se berce pas d’illusions objectivistes et sait aussi se penser comme une forme de récit situé.

Le plaisir de recevoir cet ouvrage était à vrai dire mêlé d’une certaine appréhension. Cette parution a en effet coiffé sur le poteau la publication de l’Atlas des Mondes Urbains qu’avec mes collègues de l’Atelier cartographique de Sciences Po, nous nous apprêtions à sortir. Si concurrence il y a certainement sur les étals des librairies, il me semble néanmoins que les deux ouvrages font la paire. Ils se complètent plus qu’ils ne se contredisent. Il se trouvera certainement quelques commentateurs désireux de mener une analyse comparative de ces deux atlas. Je serais à vrai dire le plus mal placé pour cet exercice, même si je suis frappé par plusieurs points de similarité dans le choix de certains thèmes et exemples (comme sur la question des luttes pour l’accès à l’espace public). Je mentionnerai simplement ici deux aspects que j’ai plus particulièrement aimé dans l’Atlas des villes mondiales, en signe de remerciement et en prélude à des discussions que j’espère voir se nouer à l’avenir.

En premier lieu, j’ai trouvé très astucieux le choix de commencer en déminant la question des modèles urbains régionaux et de leur héritage, pour insister sur des mutations contemporaines qui les banalisent à certains égards tout en mettant en évidence des traits nouveaux, plus ou moins propres ou disons marqués selon les régions (l’étalement des villes américaines, les grands projets des villes du Moyen-Orient (avec un clin d’œil à la reconstruction de ma chère Beyrouth), etc.). Dans cette partie, j’ai trouvé particulièrement originale la double-page consacrée aux villes circumpolaires, un type de front pionnier aux limites de œcoumène, au défi du réchauffement climatique mais cherchant aussi à tirer parti de la fonte des glaces et des nouvelles circulations qui vont en résulter.

Une deuxième originalité que j’apprécie dans cet atlas est l’insistance sur la question de la temporalité. C’est d’abord le cas à travers la prise en compte des rythmes urbains et leur enchâssement dans l’alternance jour-nuit (la nuit urbaine, telle qu’elle est soulignée par les coupures et dysfonctionnements de l’approvisionnement électrique – autre thème qui m’est cher). Mais la réflexion sur la temporalité passe aussi par la mise en évidence de l’obsolescence des infrastructures ou des logements qui menace les villes – faute d’entretien mais aussi lorsque l’économie ou le dynamisme viennent à faire défaut (cf. le déclin au quotidien dans les shrinking cities étudiées par Daniel Florentin en Allemagne et par Flaminia Paddeu en Amérique du Nord), ou lorsque la ville ne répondait qu’à un usage temporaire (industriel par exemples). Ces différents éléments soulignent la vulnérabilité des villes – enjeu et inquiétude éminemment contemporains… qu’on retrouvera, exprimés différemment, dans notre propre atlas.

Bonnes lectures urbaines en ces temps de confinement, un moyen (sans doute bien imparfait) pour remplacer les expériences de la ville qui nous manquent tant (en dehors du kilomètre imposé de notre attestation) !

Notes _____________________
  1. dans un compte-rendu de l’Atlas des pays du Golfe, j’avais émis l’hypothèse que les géographes d’expression anglaise utilisaient beaucoup moins la langage cartographique qu’on ne le fait en France []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.