[Parution] L’Atlas des mondes urbains

Malgré le reconfinement, j’ai le grand plaisir d’annoncer la parution de l’Atlas des mondes urbains, aux Presses de Sciences Po. Il s’agit du deuxième opus de cette collection entamée par l’Atlas de l’Anthropocène. Bien que les librairies soient d’un accès plus difficiles ces temps-ci, vous le trouverez dans les meilleures d’entre elles, en particulier à Le Genre Urbain, à Paris Belleville, qui m’y avait invité (partie remise j’espère) ou à Lyon, Terre des Livres, et bien d’autres, dont la Librairie de Sciences Po. Presque partout, il est possible de commander en ligne et de récupérer sur place (click and collect), parfois même avec une ristourne, ou de se faire livrer. 

J’invite les lecteurs à découvrir ci-dessous un aperçu de ce très beau travail cartographique, et j’en profite pour saluer le talent de mes co-auteurs Thomas Ansard, Benoit Martin, Patrice Mitrano, Antoine Rio de l’Atelier Cartographie de Sciences Po. Le processus de conception des planches, par un aller-retour entre un thème, des données et des représentations a été très enrichissant et stimulant. J’adresse mes très chaleureux remerciements à Julie Gazier et Laurence de Belizal, respectivement directrice des Presses et éditrice en charge de l’Atlas. Les échanges préalables sur la structure de l’ouvrage, puis le travail sur l’écriture, les titres et tous les détails de la mise en page (due à Alain Chevalier) ont fait de ce projet éditorial le plus plaisant et le plus collégial auquel il m’a été donné de participer.

Voici le texte de l’introduction :

La planète des citadins

 Depuis 2007, plus d’un humain sur deux vit en ville, selon une estimation des Nations unies. De nouvelles méthodes de comptage indiquent que ce serait déjà le cas de plus de sept personnes sur dix, un fait inédit dans l’histoire humaine. Des 1976, la déclaration finale de la conférence Habitat des Nations unies, qui s’est tenue a Vancouver, parlait d’une ≪ urbanisation incontrôlée ≫. Elle appelait les Etats a coopérer pour répondre a cette accélération, alertant sur le fait qu’un tiers des citadins de la planète vivent dans des taudis et des bidonvilles et insistant sur le double défi de contrôler des migrations vers les villes et de retrouver plus de justice sociale en leur sein. Plus récemment, les géographes Neil Brenner et Christian Schmid employaient le terme d’≪ urbanisation planétaire ≫, moins pour décrire la bétonisation du globe que son assujettissement a une logique extractive ordonnée par un capitalisme qui étend le pouvoir des villes bien au-delà de leurs limites morphologiques – de plus en plus floues d’ailleurs. Parce que l’urbanisation massive fait planer la menace d’un déséquilibre écologique global, la communauté scientifique et les mouvements écologistes, de plus en plus revendicatifs, affirment la nécessite impérieuse de maitriser l’urbanisation et ses impacts. La pandémie de Covid-19, venue de Wuhan, nouvelle mégapole chinoise emblématique de cette dynamique, diffusée a l’ensemble de la planète par les réseaux interconnectes des villes, illustre ce déséquilibre extrême en même temps qu’elle révèle la grande vulnérabilité du monde-ville qui est le nôtre. Les guerres urbaines propres a notre époque ne font que l’accroitre en détruisant les patrimoines, en massacrant ou en forçant a l’exode les populations. De cette fragilité a l’effondrement de notre civilisation, il n’y a qu’un pas dont toute une production littéraire, cinématographique et médiatique prédit le franchissement inéluctable. Face a ces inquiétudes, d’autres discours et d’autres acteurs voient pourtant dans les villes un bien commun de l’humanité, des vecteurs essentiels de la production de richesse, des lieux de création culturelle inédite, de coopération et de solidarité. Confrontées aux crises du capitalisme, comme celle de 2008, les villes se montrent résilientes. Alors que la concentration métropolitaine permet la poursuite de la croissance économique – a un cout environnemental qui ne laisse pas d’inquiéter –, de nouveaux modelés, plus inclusifs, adoucissent les tensions sociales en repensant et en réaménageant les espaces publics. Face à l’urgence écologique, de nombreuses villes font preuve de volontarisme. Par la grâce même de leur compacité et de leur densité, qui leur permettent d’optimiser les ressources, elles deviennent des atouts pour imaginer des solutions adaptées aux enjeux actuels. Encore faudrait-il leur en laisser les moyens.

L’imagier trompeur des mégapoles

Pour tenter d’y voir plus clair dans cette confrontation d’enjeux et de discours, cet atlas explore l’urbanisation du monde sous un éventail d’aspects et de thèmes. Contrairement au sujet de l’Anthropocène qui a inauguré cette collection, la ville n’est pas une réalité ignorée. Notre univers visuel et iconographique est au contraire sature de ses représentations. Mais cet imagier est souvent trompeur. Il se focalise sur la diffusion mondiale du fait métropolitain, sur la montée en puissance impressionnante des villes d’Asie et des pays émergents. Cela répond a une curiosité légitime vis-a-vis de ces nouveautés historiques radicales que sont les métropoles XXL, selon le terme propose par Dominique Lorrain pour désigner les mégapoles : leur gigantisme, leurs gratte-ciel et leurs méga-infrastructures, les foules et l’intense vie urbaine qui s’y déploient doivent être mieux connues. Toutefois, la fascination pour ce qui semble devenir un monde en soi risque de laisser dans l’ombre d’autres réalités, plus banales, moins rapides et moins technologiques, qui structurent elles aussi, quantitativement et qualitativement, l’urbain d’aujourd’hui : villes petites et intermédiaires, périphéries populaires, ≪ basses technologies ≫ de nombreux citadins dont la vie quotidienne, écologiquement parlant, est loin de peser aussi lourd sur l’avenir de la planète que les pratiques et artefacts des mégapoles les plus riches. L’absence encore trop fréquente de données accessibles fait des villes des pays économiquement moins avances une terra incognita. Si l’on veut rétablir une vision équilibrée des mondes urbains, il est temps de décentrer le regard vers elles, de donner à voir leur diversité de tailles, de facettes et de situations. Ce décentrage est impératif a plus d’un titre. La focalisation récente sur la dimension relationnelle et connectique des phénomènes urbains a engendre chez les géographes et les cartographes un gout pour une représentation dite en anamorphose, qui joue sur les projections et la déformation des surfaces afin de donner une juste mesure aux aspects démographiques et économiques des évolutions urbaines. S’il est pertinent d’offrir une vision affranchie des référentiels géographiques euclidiens et des schémas de la géopolitique étatique, il est tout aussi important, au regard notamment de la gravite de la situation environnementale, d’élargir l’assise territoriale des cartes urbaines. Extraction de ressources, conquête des sols, transformation des milieux et pollutions s’inscrivent aussi, et même d’abord, aux niveaux local et régional. La justice sociale se pense également à ces échelons, car c’est là que s’exercent principalement les mouvements et les assignations inégalitaires. C’est pourquoi cet atlas leur consacre une part essentielle de ses représentations cartographiques.

Multiplier les échelles et les focales

La pratique consistant à varier les échelles est également précieuse pour cartographier les questions ayant trait au gouvernement de la ville. Les géographes se sont longtemps heurtes au décalage croissant entre le phénomène d’extension urbaine et les cadres administratifs existants, source d’un déficit de rationalité pour l’action publique. La notion de gouvernance est devenue très utile pour aborder la politisation des nouveaux mondes urbains. Elle a permis d’agrandir l’angle de vue et de redonner toute sa force au sujet du rapport entre les villes et les Etats. C’est une perspective essentielle à l’heure ou la décentralisation entend renforcer les acteurs locaux et ou certaines métropoles s’affirment bruyamment. Profitant de l’affaiblissement relatif des Etats, de la montée concomitante des entreprises multinationales et des organisations politiques supra-étatiques telles que l’Union européenne, ces métropoles solidement inscrites dans des réseaux transnationaux s’investissent dans des domaines tels que l’écologie, ou elles concurrencent l’action des Etats. Mais alors, de nouveau, qu’en est-il des espaces urbains petits et intermédiaires, dont les autorités disposent de peu de moyens ? A quoi ressemblent les rapports de force dans ces mondes en pleine évolution ? Quel rôle les structures de pouvoir des sociétés rurales continuent-elles d’y exercer ? Quid également des habitants, de leur capacité à exprimer leurs revendications alors que tant d’autres parlent désormais pour eux ? Si les acteurs locaux ne peuvent pas apporter toutes les réponses aux défis de notre temps, rien ne changera tant qu’ils ne se reconnaitront pas, dans toute leur variété et leur hétérogénéité, dans les choix globaux qui sont faits. Adopter une vision plurielle, multiplier les focales et les échelles, comme le fait cet atlas, ne signifie en aucun cas renoncer à ce que les villes ont en commun. Malgré des histoires et des configurations différentes, leurs trajectoires n’ont cessé de s’entrecroiser : leur futur n’est imaginable que dans leur interdépendance et leur influence mutuelle.

Et voici la table des matières : 

Et un aperçu de quelques planches ainsi que de la quatrième de couverture (ouvrez en pleine page).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.