Les enjeux de la reconstruction de Beyrouth après l’explosion du 4 août – la question de la place de l’armée

Le Beirut Urban Lab de l’Université américaine de Beyrouth, animé par Mona Fawaz et Mona Harb, produit actuellement des données et une réflexion absolument incontournable pour qui veut comprendre la situation à Beyrouth après l’explosion du 4 août dernier. Plusieurs remarquables entretiens et textes sont parus sur leur site. Le document le plus complet à ce jour est le rapport Leave no one Behind : for an inclusive and just recovery process in post-blast Beirut publié sous l’égide du PNUD début septembre. On peut aussi renvoyer à une analyse passionnante de Mona Fawaz dans un podcast du LCPS (Rebuilding Beirut: How to curtail neoliberal urbanization). Je m’attarderai ici sur l’exposé de Mona Harb lors qu’une rencontre intitulée Beirut Reconstructions, organisée par l’Université Cornell le 7 octobre dernier et accessible sur YouTube. Après une longue introduction par les organisateurs, un premier exposé (à partir de la 17 min) de Elie Haddad est centré sur la présentation historique des zones touchées et celle des dégâts d’un point de vue architectural, patrimonial et urbanistique.

Je partage ici un résumé de l’intervention de Mona Harb: Preliminary reflections on the recovery response to the Port blast in Beirut (de 39 min à 1h06). Je conclurai le billet par quelques réflexions sur des points qui m’ont paru très originaux, notamment la question de la place de l’armée.

L’intervention est structurée en deux temps. D’abord, une mise en perspective les dégâts avec les tendances de transformation urbanistique et économique des quartiers touchés, à savoir :
– la gentrification qui, partie de Solidere après la fin de la guerre civile dans les années 1990 s’est étendue à de nombreux quartiers du péricentre de Beyrouth et du reste de la municipalité ;
– l’abandon d’un certain nombre d’immeubles, généralement après une longue période de négligence et de manque d’entretien par leurs propriétaires en conflit avec des locataires bénéficiaires de la loi sur les anciens loyers, ou tout simplement incapable du fait des maigres loyers perçus d’assurer l’entretien. Au départ de ces locataires, ces immeubles sont rachetés par des promoteurs qui attendent la remontée du marché immobilier pour les détruire et construire à la place. L’explosion va renforcer cette part du parc immobilier.
– la vacance : Beyrouth a vu la construction d’un grand nombre d’immeubles de grande hauteur depuis 15-20 ans. Le taux de vacance de ces immeubles est énorme (jusqu’à 56% dans certaines zones). Cette vacance s’explique par des investissements immobiliers de sécurisation des avoirs, mais la crainte de mettre en location. Une partie de cette vacance s’explique aussi par des invendus des promoteurs.
– perte de patrimoine : près de 350 immeubles ont subi des dégâts graves, la plupart étant des immeubles anciens. La perte patrimoniale concerne aussi, au-delà des immeubles individuellement, une forme urbaine : la rapport à la rue, des espaces publics et toutes les pratiques et les représentations attachées à cet espace .
– la paupérisation : déjà avant l’explosion les indicateurs de pauvreté avaient explosé et la Banque mondiale estimait que plus de 50% des Libanais devaient être sous la ligne de pauvreté. La perte des revenus des activités de cette zone, le port en premier lieu, puis les loisirs et la restauration, les bureaux mais aussi les petits commerces, les ateliers de réparation, etc. a évidemment largement aggravé la situation. De surcroit, loin de toucher uniquement les habitants de ces quartiers, ce sont des pans entiers de la population libanaise qui sont concernés vu le rôle économique majeur de cette zone. Mona Harb précise à juste titre que l’impact est ressenti jusque dans la diaspora, à la fois parce que ces quartiers, notamment les espaces de loisirs et de restauration, étaient devenus depuis 15 ans, des lieux majeurs de retrouvaille et de fréquentation, avec une forte dimension identitaire. Mais aussi parce que beaucoup de membres de la diaspora avaient placé leurs économies dans des investissements immobiliers. Or, les grands immeubles, s’ils n’ont pas affecté structurellement, ont subi de très grands dégâts (notamment le verre, les menuiseries, les équipements collectifs, etc.) et donc ces investissements (productifs ou non, cf. ci dessus la question de la vacance) ont été fortement dépréciés1

[Commentaire personnel]

Un des grands intérêts de cette analyse consiste à mon sens dans la décomposition des transformations et dynamiques urbaines composant la gentrification grâce aux trois catégories de gentrification/abandon/vacance. Cela en complexifie la vision. La gentrification est souvent définie par le départ (plus ou moins forcé) des populations paupérisées en raison de l’augmentation des coûts de l’immobilier et/ou de la rénovation ou réhabilitation physique du parc résidentiel, et son remplacement par des couches sociales plus aisées, prisant un retour au centre. Cette dynamique présente une complexité temporelle et en termes d’acteurs et de leurs stratégies qu’illustrent bien les deux catégories d’abandon et de vacance : le remplacement social n’est pas immédiatement acté et les stratégies des investisseurs peuvent intégrer des périodes d’attente, improductives.

La deuxième partie de l’exposé porte sur la gouvernance de la reconstruction (ou recovery dans le vocabulaire de l’auteure) et les questions qu’elle suscite
4 types d’acteurs non-étatiques sont d’abord identifiés :
– les agences internationales. Déjà très présentes et actives au Liban pour faire face à la présence des réfugiés syriens (et même avant cela pour réagir à d’autres crises : guerre de 2006, etc.) elles se sont adaptées, très rapidement, pour faire face à la nouvelle crise, produire des bilans des dégâts, débloquer des financements d’urgence. Pour l’auteure, elles restent marquées par un fonctionnement en silos, chaque agence ayant son propre sujet, et ses modes d’intervention, peu propice à une action coordonnées.
– les ONG nationales et internationales : là aussi, dèjà très présentes pour les mêmes raisons, elles apportent des financements et des réponses. Pour elles, la crise constitue aussi une nouvelle raison d’être, une nouvelle source possible de financements internationaux. Les ONG locales sont souvent liées à des partis politiques et agissent dans une logique de clientélisation.
– les activistes : la scène libanaise et plus particulièrement beyrouthine est riche de mouvements très actifs. Certains sont nés avec la crise des déchets en 2015, d’autres étaient plus anciens. Leur activisme est marqué par les expériences de mobilisation sur l’espace public, avec des pratiques collectives (soupes, espaces de discussion, etc.). Fort ancrage dans la jeunesse. A titre personnel, j’aurais envie de commenter que les quartiers touchés constituaient un centre majeur de leur activisme et de leur identité avant l’explosion, ce qui explique aussi leur mobilisation très intense.
– les syndicats professionnels, notamment l’ordre des ingénieurs et celui des entrepreneurs, mobilisés sur le terrain pour effectuer des évaluations. Mona Harb range aussi parmi eux, en tant qu’experts, de nombreux collectifs universitaires, parmi lesquels elle inclue notamment son équipe du Beirut Urban Lab. A mon avis, cela se discute car certains, dont le BUL, pourraient aussi figurer dans la catégorie précédentes. Cela montre que ces catégories ne sont pas totalement étanches. L’un des aspects de la question concerne le niveau d’analyse : des organisations expertes peuvent comprendre parmi leurs membres agissant des individus qui appartiennent à des mouvements militants.
MH poursuit l’analyse de cette gouvernance en se demandant où est l’Etat. Il est faiblement présent et on note des changements dans le rôle et la place respective des diverses institutions le représentant.
– la municipalité et le gouvernorat : ces deux entités en principe en charge des questions de sécurité publique à l’échelle locale sont particulièrement en retrait, alors même que la municipalité avait récemment adopté un plan pour faire face aux crises…
– le comité du haut secours : cette institution, qui avait joué un rôle central dans la coordination de la réponse aux dommages de la guerre de 2006, notamment en canalisant l’aide internationale, semble jouer un rôle plus secondaire aujourd’hui. MH s’inquiète en tout état de cause en raison de la sulfureuse réputation de corruption de cette institution.
– l’armée : l’originalité de la gouvernance actuelle réside dans le rôle majeur de l’armée, qui coordonne notamment l’attribution des secteurs d’intervention attribués aux différentes ONGs. Les militaires semblent très présents sur le terrain. Mais leurs interventions semblent mal calibrées : certaines ONG reçoivent des zones trop grosses pour leurs moyens, d’autres au contraire reçoivent des zones d’intervention sous dimensionnées. [voir mon commentaire sur ce point plus bas]
– Un comité de la reconstruction vient d’être créé, regroupant l’armée, le comité du haut secours, la municipalité, la direction du cadastre, le ministère de la culture (pour les aspects patrimoniaux) et deux syndicats professionnels : l’ordre des ingénieurs et le syndicat de entrepreneurs. Ce comité est en charge d’établir un bilan précis des dégâts permettant de mettre en place des procédures d’indemnisation (mais avec quel argent ?) et une interdiction des transactions foncières et immobilières dans les zones touchées a été votée par le Parlement. Une mesure que MH voit avec beaucoup de méfiance à cause des expériences passées de contournement de la loi par les puissants de ce pays.

Plusieurs conclusions sont tirées :
– L’Etat libanais conçoit la reconstruction comme liée à la captation de financements extérieurs, via les ONG.
– Grande complexité de la gouvernance, très peu lisible par les habitants, qui ne savent pas à qui s’adresser ; de l’autre côté, les attentes des habitants sont peu et mal prises en compte par ces différents acteurs.
– Le rôle crucial de l’armée excède celui de la coordination et témoigne aussi d’une volonté de contrôle et de surveillance. Néanmoins, leur coordination n’est pas efficace et stricte. De nombreuses initiatives d’ONG et d’activistes n’en tiennent pas compte.
– les groupes les plus vulnérables pâtissent de cette situation d’incertitude et craignent d’être particulièrement ciblés par les mécanismes de surveillance mis en œuvre. C’est notamment le cas des réfugiés.

Mona Harb conclut sur les initiatives du Beirut Urban Lab :
– création d’un observatoire urbain qui partage des données de base (notamment cartographique), une pratique rare au Liban.
– mise en oeuvre d’initiatives locales de recovery (réhabilitation/reconstruction ?) centrées sur les besoins des habitants et définies avec eux.
– élaboration de scénarios pour la période post-blast.

Commentaire sur la place de l’armée dans le processus de reconstruction
L’intervention de l’armée dans un processus de reconstruction constitue une évolution notable par rapport aux précédentes reconstructions. Certes l’armée a pris une plus grande place politique tout au long des trente dernières années au Liban, d’abord par l’accession de deux anciens de ses chefs au rang de président de la République (Lahoud et Sleimane) tandis que Aoun a lui aussi été chef de l’armée à la fin de la guerre civile. Malgré ses divisions et ses multiples composantes, elle est souvent parée de vertus. Ses laudateurs voient souvent en elle la dernière institution qui tient l’Etat ou qui au moins l’incarne. L’armée est très visible dans les rues, les barrages sont omniprésents et cette dernière année l’armée (en réalité certaines composantes plus que d’autres) a joué un rôle controversé dans la régulation des manifestations.
Il existe néanmoins un précédent concernant l’implication de l’armée dans un processus de reconstruction. C’est l’épisode de la reconstruction du camp palestinien de Nahr El Bared après ce que certains ont qualifié d’urbicide (voir Ramadan Adam. « Destroying Nahr el-Bared : Sovereignty and urbicide in the space of exception », Political Geography, vol. 28, nº3, 1 mars 2009, p. 153‑63. <https://doi.org/10.1016/j.polgeo.2009.02.004>.
et mon commentaire de ce texte : https://rumor.hypotheses.org/93 ). Il s’agissait certes d’une situation spécifique puisque son rôle était la suite d’une intervention militaire. On doit néanmoins noter que l’événement a facilité l’élection de Michel Sleimane de la République l’année suivante. L’armée – ou l’un de ses chefs- pourra t elle bénéficier politiquement de son implication dans cette reconstruction ? C’est difficile à dire aujourd’hui.
Une autre hypothèse peut être avancée pour éclairer ce rôle accru de l’armée : cette institution représente un instrument d’ascension social, en particulier pour les personnes issues des groupes marginalisés (en particulier des régions périphériques du pays). Elle offre des services importants (couverture médicale et sociale, accès à des espaces de loisirs subventionnés, accès à des formations parfois très poussées). Sans être, comme en Egypte ou en Syrie, une institution centrale de l’économie politique du pays, on peut faire l’hypothèse que dans un contexte de réduction des prestations de l’Etat, même si elle est touchée, elle conservera une partie de ses moyens et elle dispose de nombreux relais pour cela. La présence de militaires retraités dans les manifestations depuis un an pour défendre leurs prestations de retraites illustre justement
cette capacité de se défendre collectivement point. Elle dispose de soutiens politiques. La figure de Chamel Roukoz assure ce rôle. Il est lui-même un ancien chef militaire adulé pour sa bravoure, devenu député – tout en étant un gendre du Président de la République même s’il joue un peu perso en ce moment.

Le fait d’être en position centrale dans le dispositif actuel, avec la possibilité de contrôler d’importants circuits financiers, voire de l’orienter dans des directions qui bénéficierait à certains de ses chefs, peut-il préfigurer la montée en puissance de cette institution prétendant à une place accrue au sein de l’économie politique libanaise ? En clair cela traduit il une prétention à contester le monopole de la classe politique sur le partage du « fromage » ? ou bien, si on fait au contraire l’hypothèse de la souplesse de rétablissement de cette classe politique face à la contestation, cette dernière utilise t elle ses relais au sein de l’armée pour essayer de contrôler des flux financiers qui pourraient être importants ? (ce n’est pas encore le cas mais pourrait le devenir).

Notes _____________________
  1. Pour information, cette analyse se trouve plus amplement développée dans le rapport que Mona Harb et Mona Fawaz ont publié sous l’égide du PNUD fin aout : voir Leave no one Behind : for an inclusive and just recovery process in post-blast Beirut : https://www.arabstates.undp.org/content/rbas/en/home/library/crisis-response0/leave-no-one-behind–for-an-inclusive-and-just-recovery-process-.ht. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.