Octobre Liban – les rues et les places matrices d’un nouvel ordre politique?

Couverture de Octobre Liban, éditions Inculte (octobre 2020)

Pour célébrer l’anniversaire des mobilisations du 17 octobre au Liban, Camille Ammoun, récent auteur d’un beau roman sur Dubaï qui évoquait aussi Beyrouth, offre dans ce petit ouvrage un attachant récit d’immersion dans ce qu’avec les Libanais mobilisés, il nomme la révolution, al-thaoura. Dans un texte vibrant au rythme de sa marche à travers Beyrouth, dans le convoi d’une manifestation arpentant la route de Tripoli entre le rond-point de Dora et la place Riad al Solh, en empruntant les rues d’Arménie et Gouraud aujourd’hui dévastées, il déchiffre les signes de la révolte, graffitis et hauts-lieux, les relie au passé urbain encore présent ou souvent déjà effacé et s’enthousiasme de l’énergie collective ainsi manifestée.

La force de son texte réside dans son rythme – celui de la marche – mais aussi dans le mouvement du regard qui s’y déploie. ll combine plusieurs figures de style cinématographiques : d’abord, un plan panoramique qui plonge depuis les rochers dominants le fleuve de Nahr-El Kalb, haut-lieu symbolique de l’histoire de ce pays appelé aujourd’hui Liban, et zoome vers la ville qui dresse sa silhouette dans le lointain. Ce regard se fait traveling le long de cette ancienne route de Tripoli, avec des focus sur certains lieux symboles, narrant aussi des anecdotes parfois absurdes – comme ce cocasse fait divers que constitue la découverte, narrée dans la presse et, sans doute, les réseaux sociaux, d’un crocodile aux yeux jaunes abandonné dans les eaux tout aussi jaunes du fleuve de Beyrouth.

Son récit laisse bientôt place aux différents épisodes d’altercations, de divisions et d’hostilité qui, conjugués à une crise multiforme, économique, financière, puis sanitaire, viennent s’opposer aux manifestations et finissent par rendre sinon impossibles, du moins sporadiques, ces mouvements collectifs. Le narrateur situe dans le quartier de Khandak al-Ghamik (littéralement la Tranchée Profonde) le cœur de cette opposition à la révolution, juste de l’autre côté du Ring, à proximité immédiate donc du centre-ville où se déroulent les manifestations et où se construisent les nouvelles pratiques de l’espace public révolutionnaire. En adoptant cette traduction pour dénommer ce lieu, il lui confère une identité quasi-souterraine, en fait un passage vers un outre-monde maléfique expectorant à intervalle régulier des djinns malfaisants : « les mobylettes de la contre-révolution venue du quartier de la Tranchée Profonde armés de bâtons et d’une colère rentrée » qui viennent harceler les manifestants revendiquant le changement politique et la fin de la corruption, et détruire leurs installations fragiles.

Au-delà de la figure de style, le procédé de déshumanisation de ces adversaires de la révolution (« zombies téléguidés ») pose question, quand bien même leur colère est « ô combien légitime ». Certes, une révolution n’est jamais consensuelle et le conflit est le nécessaire moteur de l’histoire. Il y a à la fin des vainqueurs et des vaincus. Mais voir en ses adversaires des robots ou des fanatiques, dénier la liberté de leurs actes, et donc la légitimité de leur opposition, sans entendre ni se donner la peine de comprendre leurs propres peurs et leurs valeurs, qui sont sans doute plus diverses qu’on ne l’imagine, n’est-ce pas s’empêcher de construire le temps d’après, qui ne pourra advenir et être pacifique que si toutes les composantes de la société y trouvent leur place?

L’explosion du 4 aout, qui laisse le narrateur dans le désarroi et dans la nostalgie de cette urbanité un temps retrouvée, signe-t-elle la fin de l’espérance ou au contraire souligne-t-elle que la révolte mais aussi l’auto-organisation représente la seule démarche possible?

‘We won’t pay the price’. Photo: Mona Fawaz. Source

A ce texte de Camille Ammoun fait justement écho, en plus court et sur un registre d’écriture plus universitaire (mais pas jargonnant quand même), un bref article de Mona Fawaz et Isabella Serhan: Urban Revolutions: Lebanon’s October 2019 Uprising. Mona Fawaz, déjà longuement présentée sur ce carnet, est professeure à l’Université américaine de Beyrouth où elle a fondé le Beirut Urban Lab avec sa collègue Mona Harb, dont je discute par ailleurs une intervention. Cette institution est devenue un lieu majeur de réflexion sur les transformation actuelles de la capitale libanaise. Isabella Serhan est l’une de leurs collègues au sein de cet espace de recherche.

Leur texte porte sur ce moment révolutionnaire libanais, ces quelques mois de octobre à décembre 2019, et sur la façon dont la réappropriation des espaces publics dans les différentes villes libanaises, les expériences partagées de lutte et de solidarité réouvrent un imaginaire du futur urbain que trente années d’après-guerre civile et de politique confisquée par une classe politique corrompue et faisant corps avaient congelé. Ce texte s’achève sur la nécessité d’inventer un cadre institutionnel pour concrétiser dans la durée les aspirations exprimées dans les rues et sur les places, pour que la réappropriation temporaire de l’espace se traduisent par la construction d’un autre ordre politique et d’une autre ville.

Tout le problème est là : malgré la faillite des régimes de la reconstruction et l’échec de leurs spéculations, les formes vides qu’ils ont laissé structurent encore l’espace physique mais aussi l’ordre juridique, celui de l’économie comme des institutions. Comment les destituer, si la violence physique n’est pas la voie choisie, ce qui est implicite dans les deux textes ? Les appels au retrait de la clique au pouvoir, au nom de leur responsabilité ultime, semblent avoir fait long feu. Les actions de solidarité, telles que mises en œuvre aujourd’hui dans les quartiers détruits par l’explosion, témoignent d’une belle vitalité et prolongent d’une manière concrète les aspirations au changement. Mais elles se traduisent aussi par un foisonnement qui frise parfois la cacophonie , au risque de la paralysie (voir l’analyse de Mona Harb sur ce point). Dans quelle mesure ces initiatives, dans la foulée de nombreuses autres mobilisations grassroots, peuvent-elles contribuer à construire un nouvel ordre politique, qui s’imposerait de proche en proche en évitant le recours à la violence, avant de trouver à être conforté par des mécanismes électoraux plus favorables à un changement du personnel politique ? Autant de questions dont les réponses restent aujourd’hui en attente.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.