Liban : un système contesté – Quelques compléments à apporter

Des étudiants participent à une manifestation contre le gouvernement à Saïda, dans le sud du Liban, le 23 octobre 2019.• Crédits : Mahmoud Zayyat - AFP (image illustrant l'émission sur FC)

J’ai participé ce 26/10/2019 à l’émission Affaires étrangères sur France Culture, animée par Christine Ockrent, intitulée Liban: un système contesté, en compagnie de Hamdam Mostafavi, Aurélie Daher, Carla Eddé et Karim Emile Bitar (ces deux derniers par téléphone depuis Beyrouth), au sujet des mobilisations très importantes auxquelles on assiste depuis plus d’une semaine.

Les questions qui m’ont été posées ont principalement porté sur les évolutions économiques depuis les années de reconstruction et les inégalités qui en résultent, ainsi que sur l’impact de la présence des réfugiés syriens au Liban. Dans la dynamique de l’émission, je n’ai pas pu préciser autant qu’il aurait été nécessaire certains points, ni pu rebondir sur les propos des autres invités. Voici donc quelques éléments d’approfondissement.

En premier lieu, les causes structurelles de la crise sont l’incapacité du système économique à intégrer la jeunesse libanaise, condamnée au chômage ou à l’émigration. Le système construit depuis les années 1990 privilégie le secteur financier, l’immobilier et le tourisme (au gré des remous de la scène internationale), et entrave les secteurs productifs de l’agriculture et de l’industrie qui pourraient pourtant bénéficier de certains avantages du Liban (climat, qualification de la main d’oeuvre, accès aux marchés du monde arabe). Deuxième grande cause, l’état déplorable des infrastructures : électricité, eau, gestion des déchets, transports.

Concernant la question de réfugiés, il est notable qu’elle semble largement absente des revendications des manifestants, alors même que plusieurs partis politiques et notamment le Courant patriotique libre de Gebran Bassil, ont en fait un enjeu majeur ces dernières années, dans une rhétorique souvent explicitement raciste. Malgré les tensions sur le marché de l’emploi non-qualifié, et la concurrence que peuvent représenter les travailleurs syriens dans l’agriculture ou le bâtiment, l’arrivée des réfugiés a aussi entraîné un important flux monétaire dans le pays, et a alimenté un marché de l’emploi dans les ONG dont de nombreux jeunes Libanais qualifiés ont bénéficié.

Dans ce contexte, il est vrai que les mobilisations actuelles présentent des caractéristiques remarquables, qui justifient l’enthousiasme des manifestants et d’une partie des observateurs. Leur caractère national et largement affranchi des logiques communautaires ne font aucun doute, de même que le ras le bol généralisé à l’encontre de la classe politique et du système.

Malheureusement dans l’émission, certains éléments de nature à tempérer cet enthousiasme n’ont pas été assez soulignés. D’abord, sur le plan économique la crise monétaire et la dévaluation rampante, accompagnée d’une pénurie de dollars, est une préoccupation centrale. Depuis le début des manifestations, les blocages routiers se traduisent par des début de pénurie en essence et en pain, qui inquiètent en particulier dans les régions éloignées du centre. Ces inquiétudes pèsent sur l’enthousiasme d’une bonne partie des personnes mobilisées.

Je n’ai pas été interrogé sur les raisons du blocage politique. Si je rejoins le constat d’une classe politique largement soutenue financièrement par des puissances étrangères, je crois essentiel de souligner l’ancrage très profond du système politique confessionnel, notamment à travers l’organisation territoriale du système électoral (voir sur ces points nos analyses dans l’atlas du Liban en 2007, et la deuxième version en 2016). Certes, d’élection en élection, ce système est ravaudé et modifié, parfois substantiellement comme lors des dernières élections où l’on est passé d’un système “plurinominal majoritaire” ou “de liste majoritaire” à un système proportionnel, mais fortement nuancé par un très haut seuil d’éligibilité et un vote “préférentiel” qui ont abouti à une stabilisation du système précédent en interdisant les percées de listes alternatives (qui de leur côté n’avaient pas réussi en général à s’unir ni à mobiliser suffisamment). Au-delà, le maintien d’une logique de marqueterie territoriale et confessionnelle, ainsi que le principe du vote au “village” sont des éléments qui contribuent aussi à la pérennisation du système clanique et confessionnel. Or, ces points sont beaucoup moins discutés et contestés que les tripatouillages évoqués ci-dessus.

Dernier point, sur lequel je rejoins les doutes exprimés dans l’émission par Aurélie Daher : il ne faut pas sous-estimer le soutien populaire dont continuent de bénéficier les partis politiques, en particulier dans des nombreuses régions périphériques. Certes, les manifestations très importantes, persistantes et courageuses, dans des villes comme Tripoli, Nabatieh ou Tyr sont remarquables et nouvelles. Mais il faudrait quand même disposer d’éléments plus sociologiques pour voir si ces manifestants sont issus d’une “majorité silencieuse” d’opposition, habituellement en retrait de l’expression politique par crainte de la répression, ou des gens qui tournent le dos au système confessionnel incapable de continuer à entretenir ses anciens clients. Certaines régions, par exemple la ville de Zahlé, semblent moins concernées dans le mouvement actuel. Enfin, peu mises en avant, il y a aussi dans plusieurs régions des manifestations de soutien aux partis, tels que le CPL dans le Metn, les Forces Libanaises (à Zahlé en particulier) ou le PSP dans le Chouf. Tout cela sans parler bien sûr du Hezbollah. Bref, il me semble prématuré de croire que le soutien politique et en partie populaire au système confessionnel s’est soudain évanoui.

Cela ne me conduit pas nécessairement au pessimisme sur la suite du mouvement mais pose de nombreuses questions sur la manière dont les forces de protestation pourraient accéder au pouvoir pour transformer le régime, alors que les portes d’accès semblent bien gardées.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.