La Terre et le Béton

Local industriel en déconstruction, Les Ardoines, Vitry-sur-Seine (Eric VerdeilCC)

 

J’ai le plaisir d’annoncer la parution, début juillet bien que daté de décembre 2018, d’une étude réalisée par Mathieu Fernandez avec mon soutien et celui de Corinne Blanquart visant à analyser une opération d’urbanisme grâce aux méthodes de l’écologie territoriale. Le site étudié est la zone des Ardoines à Vitry-sur-Seine (photo). Ce travail a été soutenu par le LABEX Futurs Urbains de Marne-la-Vallée et l’établissement public d’aménagement Orly-Seine Amont. Ci-dessous la référence et le résumé. Une deuxième partie est en cours de publication.

Mathieu Fernandez, Corinne Blanquart and Éric Verdeil, « La terre et le béton : le projet d’urbanisme considéré sous l’angle du métabolisme territorial », VertigO – la revue électronique en sciences de l’environnement [Online], Volume 18 Numéro 3 | décembre 2018, Online since 05 December 2018, connection on 22 September 2019. URL : http://journals.openedition.org/vertigo/23302 ; DOI : 10.4000/vertigo.23302

Résumé : Cet article propose une démarche alternative de quantification en stock de la matière mobilisée par un projet d’urbanisme, dans une finalité d’amélioration du métabolisme urbain. Les études de métabolisme territorial mettent en effet l’accent sur les processus d’urbanisation qui représentent la majeure partie des flux de matières solides opérés dans les territoires en termes d’extractions directes et de production de déchets. Ici, l’objectif est de présenter une méthode quantifiant les flux liés à la réalisation d’un projet d’urbanisme – sous la forme juridique d’une zone d’aménagement concertée, outil privilégié d’urbanisme en France –, à l’échelle de son périmètre et pour sa période de mise en œuvre. Les méthodes de quantification existantes se basent sur des informations disponibles seulement à des échelles administratives – régions, départements voire communes –, dépassant largement celle des projets d’urbanisme. Le terrain d’étude de l’article est un projet de renouvellement urbain de la métropole du Grand Paris, à Vitry-sur-Seine. En prenant en compte le sol et les artefacts bâtis dans le processus de quantification, l’originalité de la méthode consiste à obtenir des résultats sur les masses de terre et de béton mobilisés par le projet. Les résultats mettent en évidence la prédominance de ces deux matières pour des politiques visant, par exemple, à augmenter la circularité des matières en milieu urbain.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.