Hommage de Boris Grésillon à Marcel Roncayolo

Chers collègues,

Chers amis et proches de Marcel Roncayolo,

Ne pouvant malheureusement me joindre à vous en ce jour de deuil et d’enterrement de Marcel Roncayolo, permettez-moi ces quelques lignes personnelles.

Quiconque a eu la chance de connaître et de côtoyer Marcel Roncayolo en conserve un souvenir particulier. Pour ma part, je l’ai lu longtemps avant de le connaître personnellement. Au-delà de son érudition et de son goût pour l’analyse historico-géographique des phénomènes urbains, c’est sa plume que j’appréciais, cette écriture à la fois précise, ample et parfois poétique. A la manière des grands penseurs urbains du XIXe et du XXe siècle, Georg Simmel, Maurice Halbwachs, Walter Benjamin et d’autres, qu’il affectionnait et qu’il a contribué à faire connaître auprès du public français, Marcel savait dire la ville. Il avait ce talent particulier de la comprendre et de savoir l’écrire, dans toute sa complexité.

Ensuite, jeune docteur en géographie fraîchement nommé à l’université Aix-Marseille, j’ai fini par oser rencontrer Marcel Roncayolo, dont l’approche de géo-histoire mais aussi de géographie culturelle m’avait fortement influencé. A ma très grande surprise, il me connaissait déjà : mon livre sur « Berlin métropole culturelle » trônait dans sa bibliothèque. Quel honneur ! D’autant plus que Marcel, esprit toujours en alerte, m’avait réellement lu et entama sans plus attendre une conversation « entre géographes culturels », sans autre forme de cérémonie, pour le simple plaisir, me semblait-il, de converser entre chercheurs. Mais j’étais si jeune et lui si expérimenté ! De ce jour, il devint pour moi une sorte de maître, de guide intellectuel, sans qu’il le sache jamais. 

Enfin, plus tard, en 2013, par l’entremise de Sophie Bertran de Balanda, Eric Verdeil et moi avons eu la chance d’interviewer Marcel pour la revue Rives méditerranéennes, à l’occasion du lancement de « Marseille-Provence 2013, capitale européenne de la culture », lancement que Marcel, toujours attentif à l’actualité, suivait évidemment de près. Cet entretien libre eut lieu chez lui, à Marseille, dans son appartement de l’avenue des Chartreux. Tout en l’écoutant attentivement, en le relançant parfois, je me délectais de ses analyses pointues et de son délicieux accent provençal, dont il ne s’est jamais départi. Toujours en verve malgré son grand âge, il tint des propos d’une grande clairvoyance sur la culture, la politique, l’événementiel, et sur Marseille.

Boris Grésillon et Eric Verdeil avec Marcel Roncayolo chez lui à Marseille, en mars 2013 (photo de Sophie de Bertran de Balanda)

Ces propos, d’une grande actualité, résonnent étrangement aujourd’hui. Voici ce que Marcel disait par exemple de la culture :

Je le dis une fois pour toute, la culture, ce n’est pas un ministère qui administre des secteurs bien précis, qui exerce des fonctions régaliennes ou non, etc. La culture, c’est ce qui soutient le tout, c’est, dans le fond, l’idée que l’on a de sa place dans le monde et de son rapport avec le monde. La culture, c’est un mouvement et non pas un état. Ce n’est pas quelque chose qui existe, qu’on prend et qu’on laisse ensuite. C’est quelque chose qui se modifie sans cesse, doucement, très lentement souvent, mais quelquefois très brutalement. C’est quelque chose qui évolue, quelque chose d’ouvert et non quelque chose de fermé.

Tout le caractère affirmatif et le sens de la nuance de Marcel est là, et son humanisme aussi.

Il nous manquera.

Paix à son âme,

Bien à vous,

Boris Grésillon


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.