Et si dans un monde plus chaud et plus sec, la ville arabe devenait un modèle ?

A signaler, repris de Crévilles

Et si nous nous penchions de nouveau sur un urbanisme qui a toujours eu à gérer le manque d’eau ?
Et si nous nous intéressions de nouveau à une architecture qui a toujours eu à lutter contre la chaleur ?
Et si on oubliait un peu les tours de Dubaï pour regarder les villes arabes traditionnelles ?
Et si Masdar annonçait quelque chose de radicalement nouveau ?

Bref, et si on refaisait un peu d’histoire urbaine pour mieux imaginer notre futur ?

Les dérèglements climatiques, et plus particulièrement le réchauffement climatique commencent à faire sentir leurs effets un peu partout sur la planète.L’Australie doit affronter depuis une petite dizaine d’années un sécheresse qui déstabilise, en autre, son agriculture. La Chine voit ses déserts augmenter et doit faire face à d’importants problèmes d’approvisionnement en eau. L’Espagne doit faire face, elle, à un nouveau phénomène de désertification et doit déjà importer de l’eau pour alimenter certaines de ses villes. ,Mais, sur ces sujets, on pourrait aussi parler du Chili, de la Californie, de l’Inde, de la Cisjordanie ou du sud argentin.

Bref, il faut se préparer à vivre dans un monde plus chaud et plus sec. Ceci va nous obliger, entre autres, à repenser nos façons de bâtir et de concevoir des villes.

C’est pour essayer de mieux comprendre ces villes trop souvent méconnues, que nous avons invité Mohamed MÉTALSI, qui est urbaniste, historien d’art et spécialiste des villes islamiques. Il est l’actuel directeur des Actions culturelles de l’Institut du monde arabe à Paris.

Il viendra nous expliquer l’histoire et l’organisation de ces cités qui seront peut-être des modèles pour demain.

Date : 29 janvier 2010, 8h45
Lieu: Pavillon de l’Arsenal, paris 4e
Source: Transit City

Cette interrogation sur le modèle urbanistique de la ville arabe fait écho aux recherches et aux préoccupations que je partage avec des collègues comme Pierre-Arnaud Barthel au CEDEJ, et qui donneront lieu fin janvier à une journée d’études co-organisée avec l’IRMC de Tunis. Mais d’ordinaire, Dubaï est justement l’antimodèle, et l’écoquartier à l’européenne la nouvelle norme. Le renversement, qui n’est pas inattendu, est intéressant!

PS: sur Masdar, voir une publication récente:

Reiche Danyel, 2010, « Renewable Energy Policies in the Gulf countries: A case study of the carbon-neutral « Masdar City » in Abu Dhabi », Energy Policy, vol. 38, n° 1, p. 378-382. Adresse : http://www.sciencedirect.com.gate3.inist.fr/science/article/B6V2W-4XHC6JR-4/2/29fd5f3f12a520ac8ec839fa3040dc66 [Accédé : 6 Janvier 2010]. 


1 réflexion sur « Et si dans un monde plus chaud et plus sec, la ville arabe devenait un modèle ? »

  1. Ping : Tweets that mention Et si dans un monde plus chaud et plus sec, la ville arabe devenait un modèle ? | Rumor -- Topsy.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.